Ceci est une version HTML d'une pièce jointe à la demande d'accès à l'information 'Etude Segefa(document original) et cahier des charges'.



Université de Liège 
Faculté des sciences 
Département de géographie 
Service d’Études en Géographie Économique Fondamentale et Appliquée 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
SCHÉMA D’ATTRACTIVITÉ COMMERCIALE 
 
RAPPORT INTERMÉDIAIRE – DIAGNOSTIC ET 
RECOMMANDATIONS 
 
 
VILLE DE NAMUR 
CAHIER SPÉCIAL DES CHARGES E1957BIS 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
MAI 2018

link to page 6 link to page 6 link to page 6 link to page 7 link to page 7 link to page 9 link to page 9 link to page 10 link to page 11 link to page 12 link to page 12 link to page 12 link to page 13 link to page 14 link to page 15 link to page 15 link to page 15 link to page 18 link to page 18 link to page 18 link to page 18 link to page 21 link to page 22 link to page 25 link to page 26 link to page 26 link to page 27 link to page 27 link to page 29 link to page 30 link to page 31 link to page 32 link to page 35 link to page 36 link to page 37 link to page 38 link to page 39 link to page 40 link to page 44 link to page 48 link to page 48 link to page 49 link to page 50 link to page 50 link to page 52 TABLE DES MATIÈRES 
 

INTRODUCTION ....................................................................................................................................... 6 
1.1 
CONTEXTE DE LA MISSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 
1.2 
CONTEXTE GÉNÉRAL DU COMMERCE NAMUROIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 
1.3 
OBJECTIFS DE LA MISSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 
1.4 
APERÇU DU TERRITOIRE D’ÉTUDE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 

OUTILS ET MÉTHODES DE TRAVAIL .......................................................................................................... 9 
2.1 
LE RELEVÉ COMMERCIAL DE TERRAIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 
2.2 
LA BASE DE DONNÉES MOVE DU SEGEFA .................................................................................................... 10 
2.3 
L’INTERFACE WEB DE MONITORING . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  11 
2.4 
LES FOCUS GROUPES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  12 
2.5 
LES AUTRES SOURCES DE DONNÉES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  12 
2.6 
LES CONCEPTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 
2.6.1  Le nodule commercial ...................................................................................................................... 13 
2.6.2  Les types d’achat ............................................................................................................................. 14 
2.6.3  Le bassin de consommation ............................................................................................................ 15 
2.7 
LES OUTILS DE PLANIFICATION ET ÉTUDES EXISTANTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 
2.7.1  Schéma de développement communal (SDC) .................................................................................. 15 

ÉTAT DE L’OFFRE COMMERCIALE ........................................................................................................... 18 
3.1 
VUE D’ENSEMBLE DU TERRITOIRE COMMUNAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 
3.1.1  Principaux chiffres ........................................................................................................................... 18 
3.1.2  Structure commerciale .................................................................................................................... 18 
3.1.3  Cel ules vides ................................................................................................................................... 21 
3.2 
STRUCTURE SPATIALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 
3.3 
COUVERTURE TERRITORIALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  25 
3.4 
CENTRE-VILLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 
3.4.1  Principaux chiffres ........................................................................................................................... 26 
3.4.2  Structure commerciale .................................................................................................................... 27 
3.4.2.1 
Mixité commerciale ................................................................................................................................ 27 
3.4.2.2 
Grandes enseignes ................................................................................................................................. 29 
3.4.3  Niveaux de loyers ............................................................................................................................ 30 
3.4.4  Vacance et vitalité commerciales .................................................................................................... 31 
3.4.5  Structure spatiale ............................................................................................................................ 32 
3.5 
NODULES TRADITIONNELS DE SOUTIEN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 
3.5.1  Jambes ............................................................................................................................................. 36 
3.5.2  Bouge .............................................................................................................................................. 37 
3.5.3  Salzinnes .......................................................................................................................................... 38 
3.5.4  Saint-Servais et Belgrade ................................................................................................................. 39 
3.6 
OFFRE COMMERCIALE PÉRIPHÉRIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  40 
3.7 
SYNTHÈSE : SCHÉMA DE FONCTIONNEMENT DU COMMERCE NAMUROIS. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  44 

LE BASSIN DE CONSOMMATION NAMUROIS ......................................................................................... 48 
4.1 
DÉLIMITATION SPATIALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  48 
4.2 
CARACTÉRISTIQUES SOCIO-ÉCONOMIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 
4.3 
CONTEXTE CONCURRENTIEL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 
4.3.1  Les bassins de consommation wal ons ............................................................................................ 50 
4.3.2  Les principaux pôles concurrents ..................................................................................................... 52 

 

link to page 53 link to page 55 link to page 55 link to page 55 link to page 57 link to page 57 link to page 57 link to page 59 link to page 60 link to page 61 link to page 61 link to page 62 link to page 63 link to page 64 link to page 65 link to page 65 link to page 66 link to page 68 link to page 74 4.4 
COMPORTEMENT SPATIAL D’ACHAT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  53 

ORIENTATIONS ET RECOMMANDATIONS ............................................................................................... 55 
5.1 
ENJEUX COMMERCIAUX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 
5.2 
ENJEUX SPATIAUX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 
5.3 
VISION DU DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL À NAMUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 
5.3.1  Ambition .......................................................................................................................................... 57 
5.3.2  Objectifs .......................................................................................................................................... 57 
5.4 
SCHÉMA RÉGIONAL DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL (SRDC) ....................................................................... 59 
5.5 
SCHÉMA DE DÉVELOPPEMENT COMMUNAL (SDC) .......................................................................................... 60 
5.6 
ORIENTATIONS DES NODULES COMMERCIAUX NAMUROIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 
5.6.1  Nodules commerciaux à développer ............................................................................................... 61 
5.6.2  Nodules commerciaux à soutenir .................................................................................................... 62 
5.6.3  Nodules commerciaux à stabiliser ................................................................................................... 63 
5.7 
RECOMMANDATIONS PAR NODULE COMMERCIAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  64 
5.7.1  Centres d’agglomération ................................................................................................................. 64 
5.7.2  Nodules de proximité ...................................................................................................................... 65 
5.7.3  Nodules de soutien d’agglomération .............................................................................................. 66 
5.7.4  Nodules spécialisés .......................................................................................................................... 67 
5.8 
SYNTHÈSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 
5.9 
SCHÉMA D’ORIENTATION DU CENTRE-VILLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  73 

MISE EN ŒUVRE .................................................................................................................................... 78 
6.1 
PRINCIPALES PROPOSITIONS D’ACTIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  78 
6.1.1  Actions générales ............................................................................................................................ 78 
6.1.2  Actions spatialisées ......................................................................................................................... 78 

6.1.2.1 
Centre-vil e ............................................................................................................................................. 78 
6.1.2.2 
Nodules secondaires traditionnels ......................................................................................................... 79 
6.1.2.3 
Zones périphériques ............................................................................................................................... 86 
6.2 
FICHES ACTIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  87 
6.3 
SUIVI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 

 

TABLE DES FIGURES 
 
FIGURE 1. ILLUSTRATION D’UN RELEVÉ SYSTÉMATIQUE DE TERRAIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  9 
FIGURE 2. INTÉGRATION DES DONNÉES AU SEIN D’UN SYSTÈME D’INFORMATION GÉOGRAPHIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  11 
FIGURE 3. EXTRAIT DE L’INTERFACE WEB DE MONITORING DU RELEVÉ COMMERCIAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 
FIGURE 4. ILLUSTRATION DU CONCEPT DE NODULE COMMERCIAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  14 
FIGURE 5. STRUCTURE COMMERCIALE (SELON LE NOMBRE DE POINTS DE VENTE) ..................................................................... 19 
FIGURE 6. STRUCTURE COMMERCIALE (SELON LA SURFACE DE VENTE NETTE) .......................................................................... 19 
FIGURE 7. DISTRIBUTION SPATIALE DES CELLULES VIDES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  22 
FIGURE 8. DISTRIBUTION SPATIALE DES POINTS DE VENTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 
FIGURE 9. DISTRIBUTION SPATIALE DES NODULES COMMERCIAUX NAMUROIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 
FIGURE 10. COUVERTURE DU TERRITOIRE COMMUNALE PAR L’OFFRE DE PROXIMITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  26 
FIGURE 11. MIXITÉ COMMERCIALE DU CENTRE-VILLE DE NAMUR (EN POINTS DE VENTE) .......................................................... 27 
FIGURE 12. MIXITÉ COMMERCIALE DU CENTRE-VILLE DE NAMUR (EN SURFACE DE VENTE NETTE) ............................................... 27 
FIGURE 13. ÉVOLUTION RÉCENTE (2015-2017) DES CELLULES COMMERCIALES DU CENTRE-VILLE DE NAMUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  32 
FIGURE 14. RÉPARTITION SPATIALE DE L’OFFRE DU CENTRE-VILLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  33 
FIGURE 15. DYNAMIQUE COMMERCIALE DU CENTRE-VILLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  33 
FIGURE 16. ÉVOLUTION RÉCENTE (2015-2017) DE L’OFFRE DU CENTRE-VILLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  35 
FIGURE 17. RÉPARTITION SPATIALE DE L’OFFRE DU CENTRE DE JAMBES (AVENUE JEAN MATERNE) .............................................. 36 
FIGURE 18. RÉPARTITION SPATIALE DE L’OFFRE DE BOUGE – CHAMPION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  37 
FIGURE 19. RÉPARTITION SPATIALE DE L’OFFRE DE SALZINNES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 
FIGURE 20. RÉPARTITION SPATIALE DE L’OFFRE DE SAINT-SERVAIS ET BELGRADE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 
FIGURE 21. OFFRE COMMERCIALE PÉRIPHÉRIQUE DE NAMUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  40 
FIGURE 22. RÉPARTITION SPATIALE DE L’OFFRE DE LA CHAUSSÉE DE LIÈGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  41 
FIGURE 23. RÉPARTITION SPATIALE DE L’OFFRE D’ERPENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  42 
FIGURE 24. RÉPARTITION SPATIALE DE L’OFFRE DE NANINNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 
FIGURE 25. RÉPARTITION SPATIALE DE L’OFFRE DE MALONNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 
FIGURE 26. DYNAMIQUE DES PRINCIPAUX NODULES COMMERCIAUX DE NAMUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 
FIGURE 27. FONCTIONNEMENT COMMERCIAL DU CENTRE-VILLE DE NAMUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  45 
FIGURE 28. BASSINS DE CONSOMMATION DE NAMUR (2017) ............................................................................................ 48 
FIGURE 29. NODULES COMMERCIAUX DU BASSIN DE CONSOMMATION SEMI-COURANT LÉGER DE NAMUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  50 
FIGURE 30. BASSINS DE CONSOMMATION SEMI-COURANTS LÉGERS EN WALLONIE (2017) ....................................................... 51 
FIGURE 31. ÉVOLUTION DES BASSINS DE CONSOMMATION SEMI-COURANTS LÉGERS (2010-2017) ............................................ 51 
FIGURE 32. DESTINATION D'ACHAT (SEMI-COURANT LÉGER) DES HABITANTS DU BASSIN DE NAMUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  52 
FIGURE 33. DESTINATION D'ACHAT (SEMI-COURANT LÉGER) DES HABITANTS DU BASSIN DE NAMUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  53 
FIGURE 34. DESTINATIONS D’ACHAT (SEMI-COURANT LÉGER) INTRA ET INTER BASSINS DES HABITANTS DU BASSIN DE CONSOMMATION 
DE NAMUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  54 
FIGURE 35. ZONES DE PRESSION DE L’AGGLOMÉRATION COMMERCIALE DE NAMUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  56 
FIGURE 36. NODULES COMMERCIAUX DE LA VILLE DE NAMUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  64 
FIGURE 37. SCHÉMA D’ORIENTATION DU CENTRE-VILLE DE NAMUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  73 

 

TABLE DES TABLEAUX 
 
TABLEAU 1. INDICATEURS SOCIODÉMOGRAPHIQUES DE LA COMMUNE DE NAMUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  8 
TABLEAU 2. CRITÈRES D’EXISTENCE D’UN NODULE COMMERCIAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 
TABLEAU 3. RECOMMANDATIONS SPATIALISÉES PAR TYPE DE BIENS DE CONSOMMATION (SOURCE : SDC, 2012, P. 24-25) ........... 16 
TABLEAU 4. STRUCTURE COMMERCIALE DÉTAILLÉE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 
TABLEAU 5. TOP 20 DES NATURES COMMERCIALES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 
TABLEAU 6. VENTILATION DES CELLULES VIDES PAR CATÉGORIE DE TAILLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 
TABLEAU 7. CARACTÉRISTIQUES DES NODULES COMMERCIAUX NAMUROIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 
TABLEAU 8. STRUCTURE COMMERCIALE DÉTAILLÉE DU CENTRE-VILLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  28 
TABLEAU 9. BILAN DES GRANDES ENSEIGNES D’ÉQUIPEMENT SEMI-COURANT LÉGER IMPLANTÉES À NAMUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 
TABLEAU 10. NIVEAU DE LOYER ESTIMÉS DANS LES PRINCIPALES RUES DU CENTRE-VILLE DE NAMUR (SOURCES : GAU ET IMMOWEB)30 
TABLEAU 11. ÉVOLUTION DES PRINCIPAUX INDICATEURS DE VITALITÉ COMMERCIALE DU CENTRE-VILLE DE NAMUR . . . . . . . . . . . . . . .  31 
TABLEAU 12. TAILLE DES CELLULES COMMERCIALES VIDES DU CENTRE-VILLE DE NAMUR. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  32 
TABLEAU 13. SYNTHÈSE DES PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DU COMMERCE À JAMBES (AVENUE JEAN MATERNE) ................... 36 
TABLEAU 14. SYNTHÈSE DES PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DU COMMERCE À BOUGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 
TABLEAU 15. SYNTHÈSE DES PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DU COMMERCE À SALZINNES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 
TABLEAU 16. SYNTHÈSE DES PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DU COMMERCE À SAINT-SERVAIS ET BELGRADE. . . . . . . . . . . . . . . . .  39 
TABLEAU 17. CARACTÉRISTIQUES SOCIODÉMOGRAPHIQUES DU BASSIN SEMI-COURANT LÉGER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 
TABLEAU 18. RECOMMANDATIONS DU SRDC POUR LE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL À NAMUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  59 
TABLEAU 19. SYNTHÈSE DES ORIENTATIONS ET RECOMMANDATIONS POUR LES NODULES COMMERCIAUX DE NAMUR . . . . . . . . . . . . .  68 
TABLEAU 20. STRUCTURE DU PLAN D’ACTIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  87 

 

1  Introduction 
 
1.1  Contexte de la mission 
 
Le commerce de détail permet d’approvisionner les populations en produits et services qui 
répondent à leurs besoins. Il possède aussi une fonction d’animation des vil ages et des quartiers par 
sa capacité à générer des flux de personnes et à permettre des échanges au niveau local. Bien qu’il 
s’agisse avant tout d’une fonction induite, el e génère de nombreux emplois et représente un pan 
important de l’économie locale. 
 
Par ailleurs, l’offre commerciale est en perpétuelle transformation. Le commerce de détail ne cesse 
de se réinventer. Les formats et les canaux de vente poursuivent leur mutation et des oppositions 
apparaissent ou se concrétisent en lien avec les attentes des consommateurs : petits commerces – 
grandes surfaces ; commerce de proximité –  complexe périphérique ; commerce sédentaire –  e- 
commerce … La fonction commerciale est caractérisée par une forte sensibilité au contexte local lui 
permettant de jouer un rôle de marqueur territorial déterminant des espaces dynamiques ou au 
contraire en déclin. Enfin, la législation sur les implantations commerciales a joué un rôle de 
régulation. Cette compétence aujourd’hui régionalisée est soumise à la directive « Services » de la 
Commission européenne qui vise à garantir une libre concurrence des entreprises de ce secteur. 
 
Parallèlement, le Gouvernement wallon s’est doté d’un décret relatif aux Implantations 
Commerciales. Selon l’article 16 de ce Décret, les communes peuvent se doter d’un Schéma 
Communal de Développement Commercial (SCDC) qui poursuit les mêmes objectifs. Il s’agit d’un 
document d’orientation, d’évaluation, de gestion et de programmation du développement 
commercial de l’ensemble du territoire communal. Le SEGEFA a élaboré l’étude selon le canevas d’un 
SCDC au cas où la Ville de Namur souhaiterait a posteriori faire approuver le schéma par le 
Gouvernement Wal on. 
 
1.2  Contexte général du commerce namurois 
 
Le contexte territorial relativement favorable pour la fonction commerciale au centre-vil e de Namur 
est en mutation. Le développement de la concurrence tant à l’extérieur de la commune (le plus 
grand bouleversement provient de l’ouverture du centre commercial L’Esplanade à Louvain-La- 
Neuve) qu’à l’intérieur de la commune provoque des tensions et amène les autorités publiques à 
poser des actes forts pour garantir le maintien d’un centre-ville parmi les plus dynamiques de 
Wallonie. L’appareil commercial de Namur présentait encore jusqu’il y a peu une structure 
relativement claire avec une activité commerciale profondément ancrée au sein du centre-ville et 
secondé d’une part par Jambes avec son petit centre drainé par l’avenue Materne et d’autre part, 
par trois équipements de soutien périphériques Chaussée de Louvain (Bouge), Chaussée de Marche 
(Naninne) et Chaussée de Liège à Jambes (Carrefour, Delhaize…). Ces trois nodules jouaient un rôle 
de soutien au centre-ville en étant spécialisés dans des achats qui nécessitent le recours à une 
voiture compte tenu de leur localisation stratégique bénéficiant d’une excellente macro-accessibilité. 
Le développement de ces derniers et particulièrement celui de Naninne en matière d’équipement 
semi-courant rompt progressivement les équilibres. Ces développements périphériques provoquent 

 

une diminution de la fréquentation du centre-ville et donc de son chiffre d’affaires global. Le centre 
de Jambes est aussi soumis à cette concurrence interne. 
 
Le pôle commercial de Namur se compose donc principalement de 4 grands nodules commerciaux. 
Cette configuration confère à Namur une certaine attractivité commerciale sur sa commune et les 
communes limitrophes dessinant les contours d’un véritable bassin de consommation pour les trois 
types d’achats repris au sein du schéma régional de développement commercial : les achats 
courants, les achats semi-courants légers et les achats semi-courants lourds. Au-delà de ces nodules 
structurants, de nombreux commerces jouent un rôle important de desserte à de nombreux endroits 
de la commune. Le schéma d’attractivité commerciale les a tous relevés et classés en nodules plus 
petits pour comprendre leur rôle et émettre des recommandations à leur niveau. 
 
1.3  Objectifs de la mission 
 
Ce Schéma d’Attractivité Commerciale doit permettre à la Ville de Namur d’encadrer le 
développement de la fonction commerciale à travers une réflexion globale sur son évolution 
souhaitée. La démarche lancée par la Ville de Namur vise plusieurs objectifs généraux et spécifiques 
parmi lesquels : 
  Renforcer l’attractivité commerciale de Namur et de ses nodules commerciaux ; 
  Maintenir une fonction commerciale forte sur la commune et, plus spécifiquement, dans le 
centre-ville ; 
  Assurer un développement commercial cohérent et harmonieux au sein du territoire 
communal ; 
  Garantir une desserte à l’ensemble de la population en termes d’achats courants ; 
  Participer à la dynamique économique locale ; 
  Appuyer ses décisions en termes de nouvelles implantations commerciales. 
 
La mission du SEGEFA aboutit notamment à des actions concrètes afin de participer à la 
dynamisation du tissu économique et commercial namurois en lien avec les enjeux régionaux ou plus 
locaux du commerce. À travers les différentes étapes de sa conception et de sa mise en œuvre, le 
schéma d’attractivité commerciale de Namur constitue  un outil de planification stratégique et 
opérationnelle pour les décideurs locaux. Le SEGEFA assure sa compatibilité avec les orientations du 
Schéma Régional de Développement Commercial et les documents stratégiques de  la Ville aux 
dimensions territoriale  et économique comme le Schéma de Développement Communal, le plan 
communal de mobilité (en cours) et l’étude Nam in Move (en cours). 
 
1.4  Aperçu du territoire d’étude 
 
Namur est la capitale de la Wallonie et constitue la troisième commune la plus peuplée de la Région 
(Tableau 1). El e présente un caractère essentiellement urbain comme en témoigne sa densité de 
population trois fois plus élevée que la moyenne régionale. La population est en croissance modérée 
au cours des 6 dernières années, et présente un profil légèrement vieillissant : la part des moins de 
20 ans est relativement faible, tandis que la part des plus de 60 ans est plus élevée que la moyenne 
régionale. Les indicateurs économiques présentent des résultats contrastés, comme dans la plupart 
des grands centres urbains, avec un taux d’emploi et un taux de chômage respectivement plus faible 
et plus élevé que la moyenne wal onne, mais un revenu moyen par habitant plus élevé. 

 

Tableau 1. Indicateurs sociodémographiques de la commune de Namur 
 
Indicateurs 
Namur 
Wal onie 
Population au 1er janvier 2017 
110.628 
3.614.473 
Densité (hab./km²) 
629,7 
213,9 
Évolution de la population (depuis 2010) 
+1,5 % 
+3,3% 
Part de moins de 20 ans 
21,5% 
23,3% 
Part des plus de 60 ans 
25,9% 
24,2% 
Nombre de ménages 
50.743 
1.550.198 
Tail e moyenne des ménages 
2,18 
2,33 
Revenu moyen (euros/hab.) 
17 604 
16 733 
Taux d'emploi (2015) 
56,4% 
57,2% 
Taux de chômage (2015) 
16,1% 
15,4% 
Sources : Statbel, 2017 ; Iweps, 2017 

 


2  Outils et méthodes de travail 
 
2.1  Le relevé commercial de terrain 
 
Le territoire communal de Namur a fait l’objet d’un relevé exhaustif de son activité commerciale 
durant la période comprise entre le 15 janvier et le 1er mars 2017. Ce relevé a consisté en un passage 
dans l’ensemble des rues de la commune afin d’identifier les établissements de commerce de détail 
(ou points de vente)1 existants qu’ils soient occupés ou vides. À l’aide d’un matériel de terrain adapté 
(tablettes supportant un logiciel SIG), chaque point de vente a fait l’objet d’une géolocalisation 
numérique à l’échelle de la parcelle cadastrale (cf. Figure 1). Une série d’informations, visibles sur le 
terrain, a été associée à cette géolocalisation précise : 
 
•  L’adresse ; 
•  L’enseigne ; 
•  La surface commerciale nette (en m²)2 ; 
•  La nature des produits vendus3 ; 
•  Le modernisme4 ; 
•  Le standing5. 
Figure 1. Il ustration d’un relevé systématique de terrain 
 
 
1 Selon l’article premier du décret sur les implantations commerciales, il s’agit de la surface destinée à la vente 
et accessible au public y compris les surfaces non couvertes
2 Selon l’article premier du décret sur les implantations commerciales, il s’agit de la surface destinée à la vente 
et accessible au public y compris les surfaces non couvertes
3 Selon une classification propre au SEGEFA permettant une généralisation de l’information selon les trois types 
de commerce identifiés dans la législation : courant, semi-courant léger et semi-courant lourd. 
4 Le modernisme est une évaluation qualitative (sur une échel e de 1 à 10) du point de vente mesurant l’état de 
salubrité / de modernité du point de vente ainsi que la manière dont sont présentés les produits. 
5 Le standing est une évaluation qualitative (sur une échel e de 1 à 10) du point de vente mesurant son niveau 
de gamme (le standing peut apparaître encore relativement élevé alors que le modernisme est faible dans une 
rue en déclin). 

 

2.2  La base de données MOVE du SEGEFA 
 
La base de données MOVE constitue une source de données essentiel e dans l’étude de l’évolution 
de l’activité commerciale namuroise, son attractivité et ses pôles concurrents ainsi que pour mettre 
en évidence le potentiel de développement commercial. El e a été constituée sur plusieurs années au 
départ d’un travail de collecte et de synthèse de l’information basé sur trois outils principaux : 
 
1.  Un relevé de terrain  de 35 000 points de vente répartis en 300 nodules commerciaux sur 
l’ensemble du territoire wallon. Les campagnes de relevé ont été effectuées tous les deux 
ans (2008, 2010, 2012, 2014, 2017)6. 
2.  Une enquête téléphonique réalisée en décembre 2010 et mise à jour en janvier 2016 auprès 
de 16 000 ménages wallons afin de déterminer leur comportement spatial d’achat. Cette 
enquête a abouti à la construction de matrices origine-destination par grand type d’achat 
(courant, semi-courant léger et semi-courant lourd). 
3.  Un ensemble de références quantitatives et qualitatives sur lesquelles se base notamment 
le Schéma Régional de Développement Commercial et l’outil d’aide à la décision LOGIC. Il 
s’agit plus particulièrement de la typologie des nodules commerciaux et du découpage du 
territoire wallon en bassins de consommation. 
 
La base de données MOVE est la source d’information principale pour la réalisation de l’Atlas du 
commerce en Wal onie et le Schéma régional de développement commercial. 
 
Les résultats inédits de la toute dernière enquête 2016 mettant à jour le comportement spatial des 
consommateurs sont notamment intégrés et exploités. Ainsi par exemple 1 700 enquêtes concernent 
les ménages du bassin de consommation de Namur pour les achats semi-courants légers mais 
d’autres enquêtes seront aussi utilisées. Ces informations permettront notamment de déterminer 
avec précision l’évasion du pouvoir d’achat et le potentiel de développement commercial. 
Parallèlement, l’apport des consommateurs venant de l’extérieur des bassins de consommation est 
aussi intégré. Ces données sont à la base de la détermination des objectifs relatifs à l’attractivité 
commerciale (cf. point 0). 
 
L’ensemble des informations est intégré dans une base de données spatiale. Cet outil hébergé sur un 
serveur de données est fondamental dans la réalisation du Schéma d’attractivité commerciale car il 
est à la base des traitements et analyses des différents visuels sur l’activité commerciale (cartes, 
graphiques et illustrations diverses) ainsi que de différents exports d’informations utiles à la Ville de 
Namur (notamment l’atlas au 1/5 000). L’ensemble de ces informations (plusieurs formats de 
données envisageables comme le tableur Excel, le PDF, les shapefiles…) sont fournies intégralement 
à la Ville. Enfin, l’interface Web de monitoring de l’activité commerciale mise à disposition de la Ville 
s’appuie directement sur ce serveur de données (cf. 2.3Figure 2). 
 
 
 
 
 
 
6 La campagne de relevé 2017 a débuté en juil et 2017 pour se terminer en septembre 2017. En fonction du 
planning d’avancement de cette étude, ces nouvel es informations pourraient être intégrées aux résultats. 
10 
 

















Figure 2. Intégration des données au sein d’un système d’information géographique 
 
Utilisateurs 
 
 
 
SIG 
Serveur de 
données 
 
 
Traitements 
 
 
 
 
 
 
 
 

Documents de synthèse 
 
 

2.3  L’interface Web de monitoring 
 
Par ailleurs, une interface cartographique de monitoring accessible en ligne permet à la Commune de 
Namur de visualiser et de télécharger l’ensemble de l’information collectée sur le terrain (cf. Figure 
3). 
 
Figure 3. Extrait de l’interface Web de monitoring du relevé commercial 
 
11 
 

2.4  Les focus groupes 
 
La Ville de Namur, en collaboration le SEGEFA et les associations de commerçants, a mis en place des 
groupes de travail sur le devenir des principaux noyaux commerciaux de la ville. L’objectif des 
groupes de travail est d’alimenter le volet opérationnel de l’étude en mettant en évidence des 
mesures concrètes et pertinentes de soutien aux commerces et aux commerçants. 
 
Dans ce cadre, le SEGEFA a mené une enquête qualitative auprès de groupes de commerçants 
namurois afin de faire le point sur l'état de l'activité de commerce de proximité dans leur quartier et 
de mettre en évidence les problématiques rencontrées au quotidien dans l’exercice de leur activité. 
L’objectif est de traduire ces problématiques en idées de mesures qui pourraient être intégrées à 
l’étude. 
 
D'un point de vue pratique, les groupes de travail se composent en moyenne de 5 à 10 commerçants 
provenant d'un même quartier et rassemblés le plus souvent autour d'un représentant d'une 
association de commerçants. La réunion se déroule durant 60 à 90 minutes dans un lieu situé, si 
possible, au sein du quartier et aux heures les moins contraignantes pour les commerçants (souvent 
durant la tranche horaire 8h00-9h30 sous la forme d’un petit-déjeuner convivial). Elle permet aux 
commerçants de s'exprimer librement sur les problèmes qu'ils rencontrent dans l'exercice de leur 
métier. Le SEGEFA présente quelques éléments sur l’état du commerce dans le quartier concerné en 
introduction afin de solliciter le débat. Des PV ont été dressés à l’issue de chacune des réunions et 
sont disponibles l’annexe 1, tandis que les propositions d’actions identifiées sont développées dans 
la section concernant la mise en œuvre de la stratégie (6.1.2). 
 
2.5  Les autres sources de données 
 
La gestion de centre-vil e de Namur (GAU Namur) dispose de différents types de données 
complémentaires aux données du SEGEFA. Cel es-ci contiennent notamment : 
−  Les résultats d’enquêtes qualitatives auprès de la clientèle du centre-ville ; 
−  Des relevés des flux piétons dans le centre-ville ; 
−  Des données sur les niveaux de loyers dans les rues du centre-ville ; 
−  Des relevés de terrain des commerces dans le centre-ville. 
Ces données seront donc évidemment intégrées aux analyses menées dans le cadre de ce schéma 
d’attractivité afin d’en enrichir le contenu et de capitaliser sur les ressources existantes. Précisons 
néanmoins que certaines données, notamment les relevés de terrain et les enquêtes auprès des 
chalands, ne sont pas directement comparables à celles du SEGEFA en raison de méthodologies de 
travail différentes. 
 
2.6  Les concepts 
 
Cette étude s’appuie sur plusieurs concepts fondamentaux utilisés dans la recherche sur la 
localisation du commerce de détail. Trois d’entre eux sont plus particulièrement utilisés dans le cadre 
de cette étude : le nodule commercial, le type d’achat et le bassin de consommation. 
12 
 

2.6.1  Le nodule commercial 
Un nodule commercial est une concentration spatiale de commerces répondant à plusieurs critères 
(tail e, continuité et densité). Il peut s’agir d’une rue, d’un ensemble de  rues  voire  d’un  quartier      
(cf. Tableau 2). Il est donc défini physiquement et délimité de manière précise sur un territoire. Tout 
commerce ne faisant pas partie d’un nodule commercial est considéré comme « isolé » ou « hors 
nodule ». 
 
Les valeurs des critères d’existence d’un nodule varient selon l’environnement urbanistique au sein 
duquel le commerce se développe. Cette distinction permet de tenir compte de l’effet de la trame 
urbanistique sur les formes et structures des espaces commerciaux. Le SEGEFA distingue trois grands 
types d’environnements urbanistiques : 
 
-  Le milieu urbain  : espace à forte densité de bâti (bâti mitoyen dominant). Il s’agit le plus 
souvent d’espace urbanisé avant les années 1960 (les centres des villes et villages ainsi que 
les quartiers de la première couronne des grandes agglomérations) ; 
-  Le milieu périurbain  : espace à la densité de bâti moyenne (mixité bâti mitoyen et 
pavillonnaire). Il s’agit  le plus souvent d’espace dont l’urbanisation s’est principalement 
déroulé après les années 1960 (les deuxièmes et troisièmes couronnes des grandes 
agglomérations) ; 
-  Le milieu périphérique : espace à faible densité de bâti (bâti pavillonnaire dominant). Il s’agit 
d’espace urbanisé après les années 1960 (axes et parcs en sortie de ville et village). 
Le Tableau 20 reprend les valeurs seuils des différents critères d’existence d’un nodule commercial 
selon l’environnement urbanistique. 
 
Tableau 2. Critères d’existence d’un nodule commercial 
 
CRITÈRES 
MILIEU URBAIN 
MILIEU PÉRIURBAIN 
MILIEU PÉRIPHÉRIQUE 
 
50 commerces 
Tail e 
ou 
5 commerces et 5 000 m² de surface de vente nette 
 
Moins de 5 rez-de-chaussée 
Continuité 
d’immeubles entre 2 
100 mètres entre deux 
250 mètres entre deux 
commerces successifs 
commerces 
commerces 
Densité 
5 commerces / 50 mètres 
5 commerces / 250 mètres 
5 commerces / 500 mètres 
13 
 


Figure 4. Il ustration du concept de nodule commercial 
 
 
2.6.2  Les types d’achat 
Les logiques de localisation du commerce de détail et les comportements d’achats des ménages 
varient fortement en fonction du type de biens consommés. Afin de tenir compte de cette réalité, les 
recherches en géographie du commerce mènent souvent à la classification des commerces selon la 
nature des produits vendus. 
 
Dans le cadre de cette étude, en concordance avec les travaux menés parallèlement sur le territoire 
wallon, l’analyse se base sur trois grands types d’achat liés à trois catégories de produits distinctes : 
 
1.  Les  achats courants  : les achats de produits de consommation courante que les ménages 
réalisent une à plusieurs fois par semaine. Les commerces repris dans cette catégorie sont les 
commerces de proximité, d’une part, et la grande distribution alimentaire, d’autre part. 
2.  Les achats semi-courants légers  : les achats de produits non pondéreux que les ménages 
réalisent en moyenne une fois tous les deux mois. Les commerces repris dans cette catégorie 
sont les enseignes d’habillement, de loisirs « léger » (multimédia, culture, jouets, sport …) et 
d’articles de décoration et de ménage. 
3.  Les achats semi-courants lourds  : les achats de produits pondéreux que les ménages 
réalisent plusieurs fois par an. Les commerces repris dans cette catégorie sont les enseignes 
de meubles, de bricolage, de jardinage, d’électroménager et de loisirs « lourd » (vélos-motos, 
appareils de sport …). 
14 
 

2.6.3  Le bassin de consommation 
Le bassin de consommation est un espace au sein duquel une forte relation de marché existe entre 
l’offre commerciale et la population résidente. Un bassin de consommation se définit donc comme 
un territoire au sein duquel la population résidente effectue l’essentiel de ses achats. Autrement dit, 
il s’agit d’un territoire où les flux internes sont plus importants que les flux externes. 
 
Afin de délimiter les bassins, la méthode proposée permet de découper le territoire wallon en zones 
de consommation cohérentes et comparables, et exploite la notion de taux de pénétration interne 
(TDPI). Exprimé en %, ce taux représente la part de la population d’une entité effectuant ses achats 
au sein même de l’entité. S’appuyant sur cet indicateur, le bassin de consommation se définit 
mathématiquement comme un territoire dont le TDPI dépasse les 50 %. 
 
Les bassins se forment  étape après étape suite à la fusion des communes wallonnes grâce à un 
programme itératif. À chaque étape, le programme identifie la commune présentant le plus petit 
TDPI, la fusionne avec la commune limitrophe vers laquelle le flux de chalands est le plus important, 
et actualise les taux pour la nouvelle entité formée. Le processus s’arrête lorsque l’objectif de TDPI 
minimum de 50 % est atteint. Les comportements spatiaux d’achat des consommateurs variant selon 
le type d’achat, le territoire wallon a été découpé en bassins pour les trois domaines d’achats. 
 
2.7 Les outils de planification et études existantes 
 
La Ville de Namur dispose de plusieurs documents stratégiques et réglementaires couvrant, 
directement ou indirectement, la thématique du commerce de détail. Ces ressources et outils 
doivent évidemment être intégrés lors de la constitution de ce schéma d’attractivité afin de favoriser 
la complémentarité entre les différents documents et de garantir une stratégie cohérente 
d’aménagement du territoire à l’échel e de la commune. Les deux principaux documents 
complémentaires à ce schéma d’attractivité sont le schéma de développement communal et le plan 
de mobilité. Ci-dessous sont synthétisées les principales recommandations et orientations de ces 
documents en lien avec le développement commercial à Namur. 
 
2.7.1 Schéma de développement communal (SDC) 
Le SDC propose un diagnostic complet de la situation actuel e de la commune et pistes pour 
accompagner son évolution à l’horizon 2025. Le SDC ne constitue pas un document à valeur 
contraignante, mais présente la ligne de conduite que se donne la Vil e de Namur et précise ce qu’est 
pour el e la notion de bon aménagement du territoire. Le SDC définit des lignes de conduite en 
matière d’accompagnement du développement économique du territoire qui visent particulièrement 
à la préservation des spécificités de la structure commerciale et la recherche de mixité fonctionnelle. 
Notons en outre que le SDC intègre la réalisation d’un nouveau centre commercial dans le 
prolongement de l’axe rue de Fer – rue de l’Ange dont « l’objectif est de venir renforcer l’attractivité 
commerciale de cet axe et plus globalement du centre urbain » (SDC, 2012, p. 28). 
 
A. Préservation des spécificités de la structure commerciale 
Le SDC note la dualité entre l’appareil commercial des quartiers centraux jouant le rôle de « fun 
shopping » et le commerce périphérique davantage orienté vers le « run shopping » (SDC, 2012, 
p. 23). Ces caractéristiques permettent au « centre-vil e de conserver son identité et son attractivité 
15 
 

tandis que les nodules extérieurs couvrent davantage les besoins de base notamment alimentaires 
dans les quartiers » (SDC, 2012, p. 23). Le SDC plaide en faveur de la préservation de cette 
complémentarité et de cette fragile dualité, qui « font la force du commerce namurois » (SDC, 2012, 
p. 23). Ainsi, le SDC définit les objectifs suivants : 
•  « La Ville de Namur ne souhaite pas renforcer l’équipement de la personne en-dehors des 
nodules de Namur, pas plus que de créer de nouveaux nodules périphériques qui viendraient 
mettre à mal les nodules existants. » (SDC, 2012, p. 23) 
•  « Au contraire la priorité est au renforcement des spécificités des nodules actuels. Dans 
certains nodules situés en classe A (soit les parties centrales des quartiers urbains, ndlr), 
comme dans le cas du nodule d’Erpent, il sera également important de veiller à limiter les 
surfaces admissibles. Ainsi les nodules des quartiers urbains demeureront, en importance, 
toujours secondaires par rapport au centre urbain. » (SDC, 2012, p. 23) 
 
B. Mixité fonctionnel e 
Par la recherche de mixité fonctionnelle, le SDC entend privilégier l’implantation d’activités 
compatibles avec les fonctions résidentielles à l’intérieur du périmètre d’agglomération et des 
bourgades. La mixité fonctionnelle « renforce la vitalité du centre urbain, des quartiers urbains et des 
bourgades en multipliant les occasions de fréquentation, facilite et améliore le service des transports 
en commun, offre l’opportunité d’habiter et de travailler dans la même zone réduisant par 
conséquent les déplacements, garantit un contrôle social diurne, assure de meil eurs rendements 
pour les réseaux de chaleur et  enfin stimule le caractère architectural du quartier » (SDC, 2012,    
p. 24). 
 
Le SDC propose en conséquent des recommandations en matière de localisation pour les activités 
commerciales selon le type de biens de consommation. Celles-ci ont été synthétisées dans le Tableau 
3. 
Tableau 3. Recommandations spatialisées par type de biens de consommation (Source : SDC, 2012, p. 24- 
25) 
 
Type de biens de consommation 
Recommandations 
Biens non-encombrants courants 
 
(boulangerie, boucherie, poissonnerie,   
épicerie, commerces généralistes de 
Localisation de préférence dans le centre urbain (classe 
type supermarchés, commerces de 
A+), dans les parties centrales des quartiers urbains 
journaux, tabac et/ou boissons, 
(classe A), dans le noyau de vie de La Plante (classe B+), 
pharmacie, banque, …) 
dans les bourgades (classe B) et dans les villages (C+). 
 
 
Les activités liées à l’entretien de la 
Dans la classe B+, il peut être pertinent d’accueillir des 
personne 
commerces de biens non-encombrants courants compte 
(coiffeur, opticien, etc.) 
tenu de la situation des lieux. 
 
Les activités horeca 
16 
 

Type de biens de consommation 
Recommandations 
 
Localisation de préférence dans le centre urbain (classe 
 
A+). 
 
 
 
Le cas échéant ces activités peuvent se localiser dans ou à 
 
proximité immédiate d’un noyau de vie des quartiers 
 
urbains (classe A) pour autant : 
Biens non-encombrants semi-courants  -  qu’el es s’y localisent dans une logique de 
(bien liés à l’habillement et à 
diversification de l’offre commerciale ; 
-
l’équipement de la maison notamment)    qu’el es démontrent que ce choix de localisation ne 
porte pas atteinte à l’attractivité et la viabilité 
d’activités vendant les mêmes biens dans le centre 
urbain (classe A+), plus particulièrement dans le 
secteur de la maroquinerie, de la vente de vêtements 
et d’articles de modes et de la bijouterie ; 
-  que  l’implantation ne s’envisage pas sous la forme 
d’un centre commercial généraliste ou thématique. 
 
Localisation de préférence, le long des voies 
Biens encombrants et biens à 
structurantes, des voies principales et des voies de 
destination des professionnels 
liaisons interquartiers telles que définies dans la 
hiérarchie du réseau, à l’exclusion du centre urbain (classe 
A+). 
17 
 

3  État de l’offre commerciale 
 
Le diagnostic relatif à l’offre commerciale namuroise s’appuie, d’une part, sur les données issues des 
campagnes de relevé et, d’autre part, sur les résultats des focus groupes menées dans les différents 
quartiers commerçants de Namur. Cette approche se base essentiellement sur l’analyse et 
l’intégration des données présentées au point précédent et relatives aux situations commerciales 
existantes et passées à différentes échelles (de la cellule commerciale au bassin de consommation). 
 
3.1  Vue d’ensemble du territoire communal 
 
Cette première analyse aborde l’offre commerciale sur l’ensemble du  territoire communal en 
exploitant essentiellement le relevé commercial réalisé en février 2017 (cf. point 2.1). 
 
3.1.1  Principaux chiffres 
Le territoire couvert par le relevé commercial abrite un total de 2 773 points de vente dont 2 438 
(88%), sont situés sur la commune de Namur. D’une manière générale, l’appareil commercial de la 
commune de Namur se caractérise de la manière suivante : 
 
  2 438 points de vente : 
o  2 154 commerces actifs (88,4%) ; 
o  284 cellules vides (11,6%) ; 
  318 865 m² de surface de vente nette : 
o  293 395 m² occupés (92,0%) ; 
o  25 500 m² vides (8,0%) ; 
  une tail e moyenne des points de vente de 131 m² ; 
  un standing moyen de 5,9/10 ; 
  un modernisme moyen de 5,9/10 ; 
  546 points de vente occupés par une grande enseigne (soit 25% des commerces actifs). 
 
3.1.2  Structure commerciale 
Considérée dans sa globalité, l’offre commerciale de la commune de Namur est relativement mixte 
et diversifiée. Les deux figures suivantes synthétisent cette diversité en ventilant l’offre par grande 
catégorie commerciale. La mixité commerciale de Namur se marque essentiellement sur la Figure 5 
qui ventile l’offre en termes de points de vente. En comparaison avec les autres centres principaux 
d’agglomération en Wallonie7, la particularité de Namur est la surreprésentation de l’équipement 
semi-courant léger (625 points de vente soit un sur quatre) et, en corol aire, une sous-représentation 
de l’équipement courant (seuls 9% des points de vente). Les services à caractère commercial (23%), 
l’horeca (20%) et l’équipement semi-courant lourd (11%) suivent les niveaux d’équipements observés 
en moyenne dans ce type de ville. 
 
En termes de surface de vente (Figure 6), la structure est normalement dominée par l’équipement 
semi-courant lourd pour lequel la tail e moyenne des points de vente (385 m²) est largement 
supérieure à celles observées pour les autres catégories. L’équipement semi-courant léger, malgré 
une surface moyenne des points de vente de 130 m², confirme son poids dans le mix commercial 
 
7 Namur, Liège, Waterloo, Wavre, Verviers, Charleroi, La Louvière, Mons, Tournai et Mouscron. 
18 
 

namurois en occupant 26 % de la surface de vente namuroise. En troisième position, l’équipement 
courant occupe 17 % de la surface de vente namuroise sensiblement gonflé par à la présence de 32 
supermarchés sur le territoire communal. 
 
Figure 5. Structure commerciale (selon le nombre de points de vente) 
 
 
 
 
 
12% 
23% 
Vide 
9% 
Courant 
Semi-courant léger 
Semi-courant lourd 
Horeca 
20% 
25% 
Services 
 
 
11% 
 
 
 
 
Figure 6. Structure commerciale (selon la surface de vente nette) 
 
 
 
 
7% 
8% 
 
10% 
Vide 
17% 
Courant 
Semi-courant léger 
Semi-courant lourd 
Horeca 
32% 
Service 
 
26% 
 
 
 
La structure commerciale de la commune de Namur détaillée par secteur (Tableau 4) laisse 
apparaître quelques spécificités au regard des moyennes observées au sein des grandes villes 
wallonnes8 : 
 
•  Le poids considérable du secteur du vêtement pour adulte (180 points de vente) ; 
•  La sur-présentation du secteur des soins du corps (101 points de vente) ; 
•  Le nombre relativement faible de points de vente en alimentation spécialisée (comprend les 
boulangeries, boucheries, traiteurs, poissonneries, épiceries spécialisées …) ; 
 
8 Source comparative : relevé commercial LOGIC, SEGEFA-ULg, 2017. 
 
19 

•  L’importance de la surface commerciale consacrée au secteur du bricolage et jardinage (près 
de 50 000 m²) ; 
•  La relativement faible représentation du secteur des cafés-brasseries au regard notamment 
du poids de celui de la restauration (rapport du simple au double assez remarquable). 
Tableau 4. Structure commerciale détail ée 
 
 
 
Secteur commercial 
Points de 
Surface de 
Taille 
principal 
vente 
vente nette  moyenne  Standing  Modernisme 
Grandes 
(m²) 
(m²) 
enseignes (%) 
Vide 
284 
25 500 
90 
0,00 
0,00 
0% 
Alimentation générale 
92 
49 895 
542 
6,22 
6,26 
46% 
Alimentation spécialisée 
132 
5 955 
45 
6,84 
6,78 
11% 
Vêtements adultes 
180 
34 630 
192 
6,69 
7,07 
44% 
Chaussures adultes 
34 
4 785 
141 
6,67 
6,76 
44% 
Accessoires 
78 
3 750 
48 
6,92 
7,01 
21% 
Enfant 
20 
3 290 
165 
6,67 
7,00 
50% 
Soins du corps 
101 
5 945 
59 
6,73 
6,77 
35% 
Articles de ménage 
21 
6 685 
318 
7,62 
6,90 
38% 
Décoration 
50 
4 550 
91 
6,67 
6,60 
10% 
Sport 
18 
6 855 
381 
7,04 
6,85 
22% 
Librairie - Papeterie 
68 
6 115 
90 
6,67 
6,32 
51% 
Multimédia 
37 
1 855 
50 
6,67 
6,67 
16% 
Autres articles de loisirs 
18 
4 060 
226 
6,67 
7,04 
39% 
Mobilier 
75 
40 195 
536 
6,62 
6,85 
35% 
Textiles 
10 
2 780 
278 
7,00 
6,54 
40% 
Appareils 
27 
5 910 
219 
6,91 
6,17 
37% 
Bricolage 
82 
48 495 
591 
6,67 
6,62 
22% 
Transport 
59 


6,72 
6,50 

Gros équipement loisirs 

300 




Animaux 

820 
137 
6,67 
6,67 
33% 
Restauration 
312 
23 015 
74 
6,44 
6,57 
4% 
Brasserie - Café 
155 
10 275 
66 
6,49 
6,24 
0% 
Hébergement 
16 


6,46 
6,46 
6% 
Services financiers 
115 
4 790 
42 
7,15 
6,72 
70% 
Services professionnels 
81 
4 320 
53 
7,10 
6,91 
33% 
Services de loisirs 
46 


6,67 
6,74 
39% 
Services à la personne 
237 
9 235 
39 
6,85 
6,84 
3% 
Services liés aux transports 
83 


6,03 
6,14 
37% 
 
Enfin, le Tableau 5 reprend les 20 natures commerciales les plus représentées sur le territoire 
communal. Namur compte notamment 176 restaurants, 129 salons de coiffure et 106 cafés. Les 
commerces de vêtements pour dame occupent une belle quatrième place avec 85 points de vente. 
Par ailleurs, la commune compte 59 pharmacies et, en lien avec son statut de ville étudiante, 50 
sandwicheries. Les night shops sont, quant à eux, désormais au nombre de 42. Enfin, malgré une 
forte diminution ces dernières années de ces types de commerces en Wal onie, la commune abrite 
encore 60 banques, 55 boulangeries et 40 kiosques à journaux. 
 
20 

Tableau 5. Top 20 des natures commerciales 
 
Nature commerciale 
Nombre de 
Standing 
Modernisme 
points de vente 
moyen 
moyen 
Restaurant 
176 
6,80 
6,70 
Salon de coiffure 
129 
6,64 
6,95 
Café 
106 
6,38 
6,07 
Confection dame 
85 
6,84 
7,13 
Friterie – Snack 
75 
5,60 
6,09 
Institut de beauté – Solarium 
65 
6,79 
7,10 
Banque 
60 

6,97 
Pharmacie 
59 

6,61 
Boulangerie – Pâtisserie 
55 
6,86 
6,86 
Sandwicherie 
50 
6,34 
6,50 
Confection générale 
44 
6,67 
7,27 
Epicerie – Supérette (< 400 m²) 
42 
6,43 
6,31 
Night shop 
42 
5,00 
5,15 
Kiosque - Tabac 
40 
6,67 
5,75 
Assurance 
38 

6,49 
Garage – Entretien voiture 
38 

6,19 
Concessionnaire – Vente voiture 
37 
6,67 
6,49 
Brasserie 
33 
6,77 
6,77 
Supermarché (> 400 m²) 
32 
6,67 
6,98 
Agence immobilière 
32 
6,67 
6,77 
 
 
3.1.3  Cellules vides 
Le Tableau 6 ventile le stock de cellules commerciales actuellement vides sur le territoire communal 
en 6 classes de tail e. Pour rappel, la commune de Namur compte 284 cel ules vides pour un total de 
25 500 m² de surface de vente nette inoccupée. Une large majorité des cellules vides (70 %) sont de 
petite (moins de 50 m²) voire de très petite tail e (moins de 25 m²). Seuls 13 % des cellules vides 
proposent une tail e supérieure à 100 m² et seules 10 cellules vides dépassent la tail e de 400 m² de 
surface nette. 
Tableau 6. Ventilation des cel ules vides par catégorie de tail e 
 
Catégorie de 
Points de vente 
Surface de vente nette 
taille 
Nombre 

m² 

moins 25 m² 
53 
18,7% 
1110 
4,4% 
25-50 m² 
145 
51,1% 
5450 
21,4% 
50-100 m² 
50 
17,6% 
4000 
15,7% 
100-200 m² 
15 
5,3% 
2450 
9,6% 
200-400 m² 
11 
3,9% 
3740 
14,7% 
Plus de 400 m² 
10 
3,5% 
8750 
34,3% 
Total 
284 
100,0% 
25500 
100,0% 
 
Au niveau de la distribution spatiale des cellules vides (22Figure 7), une large majorité de celles-ci 
sont localisées au sein des espaces centraux de la commune dont plus de la moitié à l’intérieur de la 
Corbeille (102 cellules vides). Il s’agit pour plus de 90 % d’entre elles de cellules de moins de 50 m². 
La Figure 7 permet également de mettre en évidence un nombre croissant (bien qu’encore 
relativement limité) de cellules vides le long des chaussées de Liège et de Marche. Il s’agit pour ces 
 
21 


deux axes, de cellules de grande taille (notamment une cellule de 2 000 m² à Naninne le long de la 
chaussée de Marche) dont la réaffectation peut constituer un défi en matière d’aménagement du 
territoire. Les adresses de l’ensemble des cellules vides sont reprises dans le listing du relevé 
commercial annexé à ce rapport. 
 
Figure 7. Distribution spatiale des cel ules vides 
 
 
 
3.2  Structure spatiale 
 
D’un point de vue spatial, l’appareil commercial namurois propose une structure radiale relativement 
lisible composée d’un noyau central volumineux et dense (la Corbeille) au départ duquel se 
raccrochent sept axes commerçants principaux.  La Figure 8 est une cartographie de l’ensemble des 
2 773 points de vente du relevé. Elle illustre la distribution spatiale de l’offre commerciale namuroise 
et permet d’identifier rapidement plusieurs ensembles et sous-ensembles de commerces. Ces 
différents ensembles sont analysés dans la suite de cette étude selon deux approches distinctes : 
 
•   L’approche par nodule commercial  pour une mise en conformité avec les références 
régionales. En effet, le nodule commercial est un concept développé par le SEGEFA (cf.  
point 2.6.1) et constitue un cadre d’analyse de référence au niveau wallon9 ; 
•   L’approche par axe pour une compréhension facilité de la structure spatiale du commerce 
namurois. En effet, le territoire namurois constitue un cas d’école de ce type d’approche. 
 
9 Schéma Régional de Développement Commercial : 
http://economie.wal onie.be/Dvlp_Economique/Implantations_commerciales/Schema.html 
 
22 


Figure 8. Distribution spatiale des points de vente 
 
 
Pour rappel, le nodule commercial est une concentration de commerces mesurée sur le territoire en 
fonction de trois principaux critères : la densité commerciale, le nombre de commerces et la 
continuité commerciale (cf. point 2.6.1). Le nodule commercial et ses caractéristiques (taille, 
composition, vitalité …) constituent un bon indicateur du potentiel commercial d’un centre, d’un axe, 
ou d’un quartier. Des agglomérations de la taille de Namur abritent généralement de nombreux 
nodules commerciaux. La Figure 9 illustre la distribution spatiale des nodules commerciaux namurois 
alors que le Tableau 7 en détaille les caractéristiques. 
 
L’offre commerciale namuroise se structure spatialement en 22 nodules regroupant 76 % des points 
de vente du territoire communal et plus de 80 % de sa surface de vente nette. Le centre-ville 
constitue le cœur de l’appareil commercial namurois. Totalisant plus 900 points de vente logés au 
centre de l’agglomération, il s’agit du seul nodule de rayonnement régional de la commune. Le 
centre-ville de Namur est traditionnellement complété, au niveau communal, par quatre nodules 
principaux localisés dans la première couronne de la ville : Jambes, Bouge, Belgrade et Salzinnes. Ces 
nodules traditionnels ont été renforcés plus récemment par diverses formes d’équipements 
commerciaux modernes et présentent désormais une structure mixte entre des petits commerces et 
des grandes surfaces (à l’exception de l’avenue Materne à Jambes qui a conservé un caractère 
traditionnel marqué). Entre le centre-vil e et cette première couronne, sept lieux de commerces de 
plus petite tail e (moins de 50 points de vente) subsistent : Saint-Servais, avenue des Combattants, 
boulevard du Nord, avenue Albert 1er, le rond-point Joséphine Charlotte, la rue Notre-Dame et la 
place Louise Godin. Il s’agit également de lieux traditionnellement commerçants à Namur mais dont 
la santé commerciale est souvent précaire et liée à la vitalité d’un générateur de trafic proche. 
 
23 


 
Figure 9. Distribution spatiale des nodules commerciaux namurois 
 
 
 
Localisés en seconde couronne, de nombreux nodules développés plus récemment (depuis les 
années 1970-1980) complètent l’appareil commercial namurois. La majorité de cette offre, souvent 
qualifiée de « périphérique », se concentre au sein de cinq nodules : la chaussée de Liège à Jambes, 
Erpent, Naninne, Champion et Malonne (nodule implanté en partie sur la commune voisine de 
Floreffe). Ces cinq espaces périphériques totalisent plus 118 000 m² de surface de vente nette soit 
plus du tiers de l’offre commerciale namuroise. 
 
Les points de proximité correspondent à des espaces commerçants restreints, de type traditionnels, 
et essentiellement fréquentés pour des achats courants (avec une fréquence d’achats élevée) par la 
population résidant à proximité (capacité de polarisation limitée). Douze points de proximité ont été 
identifiés sur le territoire communal à partir des natures commerciales les plus fréquentes sur le 
territoire communal (cf. Tableau 5). Pour former un point de proximité, un espace commerçant doit 
accueillir au moins cinq des dix natures commerciales les plus fréquentes sur la commune et/ou un 
supermarché. Ces points de proximité ne disposent pas nécessairement d’une offre particulièrement 
importante (la plupart font moins de 1 000 m²), mais jouent un rôle important de desserte des 
populations locales et dans la vie des quartiers où ils sont implantés. On retrouve ces points de 
proximité principalement dans les quartiers denses de la première couronne de la ville, ainsi que 
dans certains quartiers ou villages périphériques relativement peuplés. 
 
24 

 
Tableau 7. Caractéristiques des nodules commerciaux namurois 
 
 
Points 
Surface 
Nom 
Surface 
Standing  Modernisme  Cellules 
Surface 
(m²) 
de 
moyenne 
vente 
(m²) 
moyen 
moyen 
vides 
vide (m²) 
Centre-ville 
75 060 
916 
82 
5,7 
5,8 
142 
7 215 
Naninne 
37 105 
85 
437 
6,2 
6,1 

3 050 
Chaussée de Liège 
28 785 
59 
488 
6,1 
6,3 

2 560 
Erpent 
20 490 
101 
203 
6,4 
6,9 

1 050 
Malonne 
17 765 
25 
711 
6,4 
6,7 

400 
Bouge (Ch. de Louvain) 
15 095 
70 
216 
6,4 
6,2 

50 
Champion 
14 090 
64 
220 
6,6 
6,7 

40 
Jambes 
13 025 
176 
74 
5,7 
5,7 
26 
1 180 
Belgrade 
8 940 
62 
144 
5,7 
5,9 

405 
Wépion 
7 015 
18 
390 
6,3 
5,6 

30 
Salzinnes 
6 195 
62 
100 
5,4 
5,5 

410 
Suarlée 
4 705 

588 
4,6 
5,0 

530 
Boulevard du Nord 
2 635 
32 
82 
4,3 
4,7 

765 
Josephine-Charlotte 
1 245 
27 
46 
5,9 
5,9 

260 
Bouge (Rt de Hannut) 
1 090 
18 
61 
6,9 
6,1 


Temploux 
1 075 
15 
72 
6,2 
7,1 

100 
Saint-Servais 
1 055 
29 
36 
4,4 
4,0 

365 
Av. des Combattants 
885 
15 
59 
2,9 
2,7 

360 
Flawinne 
850 
21 
40 
5,7 
5,6 

195 
Albert 1er 
820 
18 
46 
6,9 
7,4 


Notre-Dame 
775 
23 
34 
4,5 
4,2 

240 
Sainte-Elisabeth 
600 
14 
43 
5,0 
4,0 

160 
 
3.3  Couverture territoriale 
 
La Tableau 10 illustre l'accessibilité vis-à-vis de l'offre commerciale de la commune de Namur. Les 
deux courbes isochrones ont été dessinées à partir des 22 nodules, des 5 points de proximité et des 
34 commerces alimentaires de plus de 400 m² de la commune. La première courbe délimite la zone 
au sein de laquel e les déplacements en voiture sont de 2 minutes ou moins à partir d'un des points 
cités plus haut, et de 2 à 5 minutes pour la deuxième courbe. Plus la voie de circulation permet de se 
déplacer rapidement, et plus la courbe sera étirée dans sa direction. C'est la raison pour laquelle leur 
tracé s'étend vers les principales voies de circulation. À l'inverse, certains espaces au sein de la 
commune de Namur sont moins bien desservis, notamment en périphérie, bien que cette carte ne 
tienne pas compte de l'offre des communes voisines. 
 
Les nodules de la commune sont, pour la plupart, situés à proximité des routes principales, ce qui 
leur offre une meil eure accessibilité, et une zone d’influence plus étendue. Les points de proximité 
sont généralement situés dans les zones intermédiaires et au centre des principaux quartiers de la 
ville. Ils permettent donc d’accroitre la couverture du territoire et joue un rôle important dans la 
desserte des populations locales. Enfin, les commerces alimentaires sont, comme pour les nodules 
commerciaux, situés le long des routes principales, mais sont davantage localisés vers le centre de la 
commune de Namur. 
 
25 


 
Figure 10. Couverture du territoire communale par l’offre de proximité 
 
 
 
Le territoire namurois apparait globalement bien desservi par cette offre. Les principales zones 
n’étant pas située à moins de 5 minutes d’un des points considérés correspondent d’ail eurs 
généralement à des espaces verts. Seules les zones à l’extrême est de la commune apparaissent 
relativement moins desservies, notamment le vil age de Wartet, bien qu’un Proxy Delhaize soit situé 
à Hingeon dans la commune voisine. 
 
3.4  Centre-ville 
 
Cette partie analyse plus spécifiquement l’offre commerciale relevée au sein de la Corbeille de 
Namur. 
 
3.4.1  Principaux chiffres 
D’une manière générale, le centre-ville commerçant de Namur (« la Corbeille ») se caractérise de la 
manière suivante : 
 
  916 points de vente : 
o  774 commerces actifs (84,5%) ; 
o  142 cellules vides (15,5%) ; 
  75 050 m² de surface de vente nette : 
o  67 845 m² occupés (90,4%) ; 
o  7 215 m² vides (9,6%) ; 
 
26 

 
  une tail e moyenne des points de vente de 82 m² ; 
  un standing moyen de 5,7/10 ; 
  un modernisme moyen de 5,8/10 ; 
  209 points de vente occupés par une grande enseigne (soit 27% des commerces actifs). 
 
3.4.2  Structure commerciale 
3.4.2.1  Mixité commerciale 
L’offre commerciale du centre-vil e namurois est dominée par l’équipement semi-courant léger 
(principalement les secteurs de l’habillement et des soins du corps). Cette prédominance est 
davantage marquée en termes de surfaces de vente où près de 60 % de l’offre lui est dédiée à ce 
type d’équipement (cf. Figure 12). L’horeca et les services à caractère commercial, 
traditionnellement présents dans les centres vil es, suivent avec 21 % et 15 % des points de vente 
respectivement (cf. Figure 11). L’équipement courant (secteurs de l’alimentation générale et de 
l’alimentation spécialisée) ne représente, par contre, que 7 % des points de vente alors que 
l’équipement semi-courant lourd a, désormais, quasiment disparu du centre-ville. 
 
Figure 11. Mixité commerciale du centre-vil e de Namur (en points de vente) 
 
 
 
 
15% 
16% 
Vide 
7% 
Courant 
Semi-courant léger 
21% 
Semi-courant lourd 
Horeca 
Service 
 
39% 
 
2% 
 
 
 
Figure 12. Mixité commerciale du centre-vil e de Namur (en surface de vente nette) 
 
 
 
 
9% 
10% 
6% 
Vide 
15% 
Courant 
Semi-courant léger 
2% 
Semi-courant lourd 
Horeca 
Service 
58% 
 
27 

 
La concentration de points de vente en équipement semi-courant léger (près de 350) est une 
véritable spécificité du centre-ville namurois. Il s’agit également d’une force dans la mesure où 
l’équipement semi-courant léger constitue le principal élément d’attractivité d’un centre 
commerçant. Par ail eurs, cette offre est complétée par un secteur horeca bien représenté (près de 
200 points de vente). Cette complémentarité équipement semi-courant léger –  horeca renforce 
l’effet de flânerie et fonctionne particulièrement bien dans le centre-ville de Namur. A contrario
l’équipement courant est trop faiblement représenté notamment au regard de ce qui est observé au 
sein de centres vil es similaires (10 % en moyenne au sein des centres d’agglomération wallonnes). 
 
Le Tableau 8 détaille par secteur commercial la structure de l’offre du centre-ville de Namur. La 
lecture de ce tableau confirme le poids des points de vente de vêtements, d’une part, et de 
restauration, d’autre part. En ce qui concerne les valeurs qualitatives de standing et de modernisme, 
celles-ci sont globalement supérieures aux moyennes de l’ensemble de la commune. Le centre-ville 
de Namur conserve globalement une offre de qualité par rapport à l’offre des quartiers péricentraux 
et de la périphérie. En ce qui concerne le poids des grandes enseignes, celui-ci approche voire 
dépasse les 50 % pour les secteurs du vêtement, de l’enfant et des soins du corps. Il s’agit d’un 
ancrage particulièrement important de grands groupes dans le centre-ville. 
Tableau 8. Structure commerciale détail ée du centre-vil e 
 
Secteur commercial 
Points de  Surf. de vente 
Taille 
principal 
vente 
nette (m²) 
moy. (m²)  Standing  Modernisme 
Grandes 
enseignes (%) 
Vide 
142 
7 215 
51 
0,00 
0,00 
0% 
Alimentation générale 
18 
2 365 
131 
6,47 
5,88 
33% 
Alimentation spécialisée 
44 
1 830 
42 
6,97 
6,82 
16% 
Vêtements adultes 
137 
26 540 
194 
6,76 
7,16 
48% 
Chaussures adultes 
26 
2 030 
78 
6,85 
6,80 
38% 
Accessoires 
52 
2 400 
46 
6,99 
6,93 
27% 
Enfant 
10 
550 
55 
7,02 
6,95 
60% 
Soins du corps 
36 
2 565 
71 
6,76 
7,14 
50% 
Articles de ménage 

1 280 
142 
7,50 
7,08 
33% 
Décoration 
12 
790 
66 
7,10 
6,42 
0% 
Sport 

1 480 
247 
6,52 
6,23 
50% 
Librairie - Papeterie 
31 
3 475 
112 
6,35 
6,89 
52% 
Multimédia 
28 
1 245 
44 
6,89 
6,79 
14% 
Autres articles de loisirs 
11 
1 320 
120 
6,97 
7,00 
18% 
Mobilier 

970 
139 
7,22 
7,78 
29% 
Textiles 

190 
63 
8,33 
6,67 
0% 
Appareils 

540 
90 
8,00 
7,33 
0% 
Bricolage 

60 
20 
6,25 
8,33 
0% 
Transport 

60 
30 
6,67 
3,33 
0% 
Gros équipement loisirs 






Animaux 

80 
40 
6,67 
6,67 
0% 
Restauration 
114 
6 890 
60 
6,52 
6,76 
4% 
Brasserie - Café 
75 
4 615 
62 
6,05 
6,35 
0% 
Hébergement 



6,67 
6,67 
0% 
Services financiers 
27 
1 260 
47 
7,00 
7,25 
85% 
Services professionnels 
31 
1 930 
62 
7,10 
7,15 
45% 
Services de loisirs 
15 
530 
35 
6,89 
7,33 
33% 
Services à la personne 
63 
2 690 
43 
6,50 
6,93 
6% 
Services liés aux transports 

150 
50 
6,67 
6,67 
33% 
 
28 

 
3.4.2.2  Grandes enseignes 
Les grandes enseignes10  jouent un rôle crucial dans la dynamique des espaces commerciaux et 
influent sur leur capacité de polarisation, c’est-à-dire leur capacité à attirer des clients sur des 
distances importantes. Les grandes enseignes constituent des locomotives commerciales qui 
renforcent l’attractivité des nodules commerciaux et leur développement ou ancrage constitue donc 
souvent un enjeu commercial, notamment pour les nodules de type traditionnel où les surfaces 
commerciales sont généralement de plus petite tail e. 
 
Le secteur de l’équipement semi-courant léger constitue la pierre angulaire de la vitalité et de 
l’attractivité commerciale des nodules. En effet, ce secteur bénéficie d’une capacité de polarisation 
(commerce de destination) particulièrement importante qui permet de générer des flux de clients et 
du passage au sein des nodules commerciaux. Les grandes enseignes d’équipement semi-courant 
léger sont donc des éléments cruciaux de par leur rôle de locomotives commerciales. 
 
La Corbeille constituant un centre d’agglomération important le nombre de grandes enseignes y 
étant implantés est élevé (Tableau 9). Sur base d’une comparaison avec 7 autres nodules wallons11, il 
a été possible d’identifier les grandes enseignes qu’il est surprenant de ne pas retrouver dans le 
centre de Namur. Une enseigne a été considérée comme manquante lorsque cel e-ci était présente 
dans au moins deux autres nodules commerciaux dont un de type traditionnel. Certaines d’entre 
elles pourraient faire l’objet d’un démarchage actif afin de renforcer l’attractivité et le dynamisme du 
nodule. D’autres enseignes originales et plus spécifiques seront par ailleurs proposées dans la partie 
relative aux recommandations afin d’appuyer les actions suggérées. 
Tableau 9. Bilan des grandes enseignes d’équipement semi-courant léger implantées à Namur 
 
Grandes enseignes présentes dans le centre-vil e de Namur 
  1 2 3, Alain Afflelou, AS Adventure, Avance, Bart Smit, Base Shop, Belgique Loisirs, Bergere de France, Bershka, 
Bibliopolis, Blokker, Broze, C&A, Camaieu, Caroline biss, Cassis, Catimini, Celio, Celio Club, Claire's, Club, 
Comptoir des Cotonniers, Cricket & Co, Damart, Devernois, Di, Du pareil au meme, Eram, Eros, Etam, Familia, 
Foot Locker, Germaine Col ard, Grain de Malice, Grand Optical, H&M, Hans Anders, Histoire d'or, Hotel 4 
Etoiles, Hunkemol er, IBS, Ici Paris XL, Inno, IU, JBC, Jules, Kruidvat, L&L, Lapperre, Lee Cooper, L'Occitane, 
M&S, Mango, Mano, Massimo Dutti, Mayerline, Mephisto, Multipharma, Natur House, Night & Day, Okaidi, 
Paprika, Pearle, Petit bateau, Pimkie, Planet Parfum, Press Shop, Promod, Pronti, Relay, River Woods, Rouge 
Gorge, Sarah Pacini, Schleiper, Sergent Major, Six, Sports World, Springfield, Terre, The Body Shop, Twice as 
nice, Un jour ail eurs, Venizi, Veritas, WE, Wibra, Yves Rocher, Zeeman, Amplifon, Geox, Ginion, Hush Puppies, 
Les greniers de Katmandou, Pandora, Rituals, Scotch & Soda, Superdry store, Xandres, Alice Delice, Belwatech, 
Beoriginal, Bocage, Calzedonia, Commerciale des coiffeurs, I Code, Les Bourgeoises, Les secrets du Chef, MAC, 
Melvin, One step, Pharmacie Servais, Undiz, Orange, 1001 Pattes, Mister Genius, Hairdis, Produstore, Ikks 
junior, State of art, Game cash, Pomelo 
Grandes enseignes manquantes dans le centre-ville de Namur 
  Jack & Jones, Levi's, Longchamp, Morgan, Naf Naf, Scapa, Street One, Take Off, Tom Tailor, Zig Zag, Cyrilus, 
Fox & Cie, JnJoy, La Chaise longue, Noukie's, JD, Swarovski 
 
 
10 Enseigne disposant d’au moins deux points de vente en Wal onie et étant implantée dans deux provinces 
différentes. 
11 Liège, Waterloo, Esplanade de Louvain-la-Neuve, Belle-Île, Médiacité-Longdoz, Rive Gauche et Grands Prés. 
 
29 

 
Notons les fermetures récentes de New Look et de Women’s Secret qui ont quitté le centre de 
Namur. Ceci peut néanmoins s’expliquer par la restructuration du réseau de ces chaines (passage de 
respectivement 5 magasins en 2012 à 2 en 2017 en Wallonie, et de 5 à 1). Zig Zag est identifié 
comme enseigne potentielle, bien qu’étant précédemment présent dans le centre de Namur avant la 
fermeture de son point de vente. En effet, après une réduction du réseau de points de vente entre 
2012 et 2014, celui-ci est à nouveau en expansion, mais semble privilégier les localisations en centre 
commercial planifié. Take Off présente par ailleurs une logique relativement similaire : l’enseigne 
compte de nombreux points de vente en Wal onie (notamment dans les centres traditionnels), mais 
semble récemment favoriser les implantations en centre commercial. Morgan, Naf Naf et Scapa 
(présentes auparavant à Namur) correspondent à des grandes enseignes existantes depuis 
longtemps sur les marchés belge et wal on et qui peuvent éventuellement être dans une logique de 
retrait sur le marché. Il sera dès lors peut-être difficile de les attirer à nouveau à Namur. Précisons 
enfin que Swarovski dispose d’un emplacement à l’Inno et d’un revendeur agréé à Jambes. 
 
Media Markt (bien que ne répondant pas aux critères utilisés ci-dessus) constitue une dernière 
enseigne n’étant pas encore présente sur Namur, jouant le rôle de locomotive commerciale, et 
pouvant s’implanter en centre-ville. Son arrivée sur le territoire communal pourrait ainsi permettre 
de réduire l’évasion vers les autres polarités commerciales et renforcer l’attractivité de Namur. Bien 
qu’une implantation en centre-ville soit préférable, peu de cellules commerciales de la Corbeille sont 
actuellement suffisamment grandes pour l’accueillir et une localisation en périphérie pourrait être 
envisagée (si aucun local adapté aux  besoins de l’enseigne ne pouvait être trouvé dans le centre) 
dans cette optique de renforcement de l’attractivité de Namur. 
 
3.4.3  Niveaux de loyers 
Les loyers demandés dans le centre-ville de Namur ont été estimés à partir des données de GAU, qui 
ont été comparées avec celles d’Immoweb. Le Tableau 10 compile les valeurs observées pour les 
principaux axes et zones du centre-vil e. L’hypercentre, constitué par l’axe Fer-Ange, constitue le lieu 
le plus fréquenté de la Corbeille et est donc une localisation attractive où les loyers sont les plus 
élevés (mais comparables aux valeurs des autres agglomérations wallonnes). Les loyers diminuent 
ensuite en dehors de l’hypercentre. Le piétonnier, également spécialisé dans l’équipement semi- 
courant léger (cf. 3.4.5), présente des loyers un peu plus élevés que les autres axes du centre dont les 
loyers diminuent avec l’éloignement à l’hypercentre et la réduction de la densité commerciale. 
Tableau 10. Niveau de loyer estimés dans les principales rues du centre-vil e de Namur (sources : GAU et 
Immoweb) 
 
Zone 
Loyer (euros/m²/an) 
Hypercentre (Fer-Ange) 
800-1200 
Piétonnier 
350-450 
Carmes-Croisiers 
250-300 
Cuvelier 
200-250 
Université 
200-250 
Brasseurs 
125-175 
Caserne 
100-150 
Combattants 
100-125 
Moyenne corbeil e 
250 
 
30 

 
3.4.4  Vacance et vitalité commerciales 
La vacance et la vitalité commerciales d’un nodule constituent des paramètres cruciaux qui 
traduisent son attractivité et son dynamisme. Le Tableau 11 présente les principaux indicateurs de 
vitalité commerciale pour la période 2012-2017. 
Tableau 11. Évolution des principaux indicateurs de vitalité commerciale du centre-vil e de Namur 
 
Indicateurs de référence 
2012 
2015 
2017 
Points de vente 
905 
906 
894 
Surface de vente (m²) 
74 600 
75 400 
75 000 
Taux de vacance 
10,6 % 
13,8 % 
15,5 % 
Taux de stabilité 
76,5 % 
70,3 % 
69,0 % 
Part des grandes enseignes 
(semi-courant léger) 
69,3 % 
71,8 % 
70,9 % 
Indice de vitalité12 
0,63 
0,61 
0,54 
 
Le nombre de points de vente au sein du nodule commercial est en léger recul entre 2015 et 2017. La 
surface de vente reste néanmoins relativement constante. La réduction du nombre de points de 
vente a donc été compensée par la création (ou la fusion) de cellules commerciales plus grandes. 
L’augmentation du taux de vacance et la réduction du taux de stabilité constituent un résultat 
inquiétant traduisant une perte progressive de vitalité au cours des 5 dernières années. En 
conséquence, l’indice de vitalité commerciale pour le centre-vil e de Namur est en diminution sur la 
période étudiée. La réduction de la vitalité commerciale dans les centres traditionnels est toutefois 
généralisée en Wallonie. Ainsi, précisons que même si la vitalité commerciale est en diminution à 
Namur, le nodule se maintient parmi les 10 centres urbains le plus dynamiques de Wal onie. 
 
L’analyse de la stabilité commerciale peut être approfondie en suivant l’évolution des cellules 
commerciales au cours des deux dernières années (Figure 13). La fonction commerciale est affectée 
par un turnover naturel : les magasins ferment, ouvrent et sont régulièrement remplacés par 
d’autres. Le tissu commercial évolue constamment. Ainsi, sur l’ensemble des nodules commerciaux 
wal ons, seuls 69 % des points de vente n’ont pas changé d’occupant entre 2015 et 2017. Le taux de 
stabilité observé dans le centre-ville de Namur est donc particulièrement proche de la moyenne 
régionale. Le risque est néanmoins d’assister à une rupture de ce cycle et que les fermetures ne 
soient plus compensées par des ouvertures. 
 
À Namur, 8 % des cellules commerciales du centre-vil e ont fermé entre 2015 et 2017, mais ces 
fermetures ont été en partie compensées par des ouvertures (7 %). La moitié des cellules 
commerciales vides du centre-ville (15 % au total, pour rappel) l’étaient déjà en 2015 et il existe donc 
un problème structurel pour ces cel ules qui ne trouvent pas d’occupant. Ceci peut s’expliquer par 
des localisations peu attractives pour l’activité commerciale, notamment en marge du nodule 
commercial, mais également par des surfaces commerciales trop faibles, notamment pour attirer les 
grandes enseignes. Ainsi, 95 % des cellules commerciales vides dans le centre-vil e de Namur sont de 
petite taille (Tableau 12). 
 
12 Indice synthétique, variant de 0 à 1, combinant l’occupation (part des cel ules commerciales ouvertes), la 
stabilité (part des commerces identiques entre les campagnes de relevés successives) et le dynamisme (part 
des grandes enseignes dans l’équipement semi-courant léger). 
 
31 

 
Figure 13. Évolution récente (2015-2017) des cel ules commerciales du centre-vil e de Namur 
 
7% 
7% 
8% 
Cel ule vide structurel e 
9% 
Fermeture 
Changement d'occupant 
Maintien 
Ouverture 
69% 
Tableau 12. Tail e des cel ules commerciales vides du centre-vil e de Namur 
 
Taille (m²) 
Nbre 
Part 
moins de 50 m² 
102 
71,8% 
50 - 100 m² 
32 
22,5% 
100 - 400 m² 

3,5% 
400 - 1000 m² 

0,0% 
plus de 1000 m² 

0,0% 
Indéterminée 

2,1% 
Total 
142 
100,0% 
 
3.4.5  Structure spatiale 
Le centre de Namur est l’un des dix centres principaux d’agglomération commerciale en Wallonie. Il 
constitue donc un centre traditionnel de tail e importante à l’échelle régionale. Ce type de nodule 
commercial est généralement caractérisé par des cellules commerciales de petite tail e (< 100 m²) et 
par un mix commercial dominé par la vente d’équipement semi-courant léger, l’alimentation, 
l’horeca et les services à caractère commercial, comme détaillé plus haut. 
 
L’offre en équipement semi-courant léger se concentre principalement dans les rues de Fer et de 
l’Ange, ainsi que dans le piétonnier (Figure 14). Cet axe Fer-Ange et son prolongement dans le 
piétonnier constituent l’artère commerçante principale du centre-ville de Namur et lui confèrent sa 
capacité de polarisation qui lui permet d’attirer une clientèle sur un espace étendu. Les principales 
locomotives commerciales sont d’ail eurs localisées dans cette zone. L’axe Fer-Ange rassemble les 
principales grandes enseignes et grandes surfaces, et constituent le point focal de la Corbeille pour le 
commerce « de masse ». Le piétonnier rassemble par contre une offre de standing plus élevé dans 
des cellules commerciales de plus petite tail e. Ce positionnement axé sur le segment « luxe » 
complète l’offre présente sur l’axe Fer-Ange et est typique des plus grands centres d’agglomération 
qui présentent un centre de luxe localisé légèrement en décalage des axes les plus fréquentés des 
grands centres villes. 
 
32 



 
Figure 14. Répartition spatiale de l’offre du centre-vil e 
 
 
Figure 15. Dynamique commerciale du centre-vil e 
 
 
33 

 
Les secteurs de l’horeca et de l’alimentaire se retrouvent davantage aux marges du nodule 
commercial, notamment en raison des loyers plus attractifs (0). Les établissements horeca sont 
particulièrement concentrés au niveau de la place de Station et dans la rue de Bruxelles. La présence 
de générateurs de trafic importants –  la gare et l’université –  constituent des éléments attractifs  
pour ce type de commerces. On retrouve donc un nombre élevé d’établissements horeca à proximité 
de la gare, comme dans la grande majorité des centres villes en Wallonie. 
 
La place du Théâtre et le sud du piétonnier (à partir de la place du Marché aux Légumes) constituent 
les deux autres localisations de la Corbeille où le secteur de l’horeca est particulièrement représenté. 
La localisation de ces lieux aux extrémités du nodule commercial, conjugué à leur aménagement 
urbain propice au déploiement de terrasses pour les établissements, a en effet entrainé une 
spécialisation spontanée. Ils constituent vraisemblablement les endroits privilégiés lorsque des 
visiteurs souhaitent se restaurer à Namur. 
 
L’analyse de la dynamique commerciale au sein du nodule (Figure 15) confirme l’axe Fer-Ange 
comme la localisation la plus attractive pour les grandes enseignes et l’espace le plus dynamique au 
sein du nodule. Les principales locomotives commerciales (> 400 m²) – Inno, H&M, Zara et C&A – y 
sont d’ailleurs implantées, tandis que le nombre de cellules commerciales vides y est 
particulièrement faible. Les grandes enseignes, notamment d’équipement semi-courant léger, se 
retrouvent logiquement sur les axes où les niveaux de loyers sont les plus importants (0) car étant 
davantage capables de les supporter. 
 
Le piétonnier, également spécialisé dans l’équipement semi-courant léger comme détaillé 
précédemment (Figure 14), accueil e davantage des commerçants indépendants, bien que certaines 
grandes enseignes y soient présentes. La spécialisation « luxe » du piétonnier dépend donc 
fortement de la dynamique et de la vitalité des revendeurs indépendants. Outre des localisations en 
dehors de l’axe commerçant principal, les commerces indépendants présentent des tail es moyennes 
plus faibles que les grandes surfaces de l’axe Fer-Ange. 
 
L’évolution récente de l’offre au centre-vil e est relativement contrastée (Figure 16). Comme détail é 
précédemment (cf. 3.4.4), le nombre de cellules commerciales vides est en augmentation depuis 
2012. Les fermetures constatées entre 2015 et 2017 se localisent principalement aux marges du 
nodule commercial. Ceci constitue une tendance typique des nodules commerciaux traditionnels en 
Wal onie dont les extrémités perdent en densité commerciale et sont progressivement réduites. 
 
La situation est davantage préoccupante au début de la rue de Fer et dans l’avenue de la Gare où 
plusieurs fermetures ont été constatées, alors que cette zone est au cœur du nodule commercial. 
Plusieurs projets sont néanmoins en cours de réalisation dans l’avenue de la Gare et pourraient 
inverser cette tendance. Certaines cellules vides structurelles sont par ail eurs liées à des projets en 
attente comme celles du Square Léopold. 
 
34 


 
Figure 16. Évolution récente (2015-2017) de l’offre du centre-vil e 
 
 
On note une reprise dans la rue Saint-Jacques et la rue Emile Cuvelier où plusieurs ouvertures ont été 
constatées. La situation est davantage contrastée dans la zone Carmes-Croisiers et dans la sud du 
piétonnier où le nombre de changements d’occupants et de fermetures est relativement élevé. Ces 
deux zones constituent donc des périmètres d’enjeux particuliers dont il conviendra de suivre 
l’évolution future. 
 
3.5  Nodules traditionnels de soutien 
 
Les nodules traditionnels de soutien de Namur que sont Jambes, Bouge, Salzinnes et Saint-Servais – 
Belgrade, constituent des espaces d’enjeux particulièrement importants à l’échelle de 
l’agglomération namuroise. En effet, ces espaces commerçants traditionnels sont particulièrement 
vulnérables face au développement de l’offre en périphérie et l’évolution des habitudes des 
consommateurs. Ceux-ci ont donc fait l’objet de groupes de travaux spécifiques avec les 
commerçants, visant premièrement à identifier les principaux enjeux et problématiques propres à 
chacun d’entre eux, et d’ensuite envisager des pistes d’actions pour répondre à ceux-ci et tenter de 
redynamiser ces espaces. 
 
La section ci-dessous reprend les principales conclusions du SEGEFA sur les différents nodules 
traditionnels de la ville, tandis que les actions élaborées avec les groupes de travail seront 
développés dans la partie mise en œuvre (cf. 6). Les PV complets des différents groupes de travail, 
ainsi que les présentations réalisées dans ce cadre, sont pour rappel disponibles en annexe de ce 
rapport. 
 
35 


 
3.5.1  Jambes 
L’avenue Jean Materne à Jambes constitue un des principaux nodules traditionnels de la commune 
avec plus de 13 000 m² de surface de vente totale (cf. Tableau 7 pour rappel). L’offre commerciale se 
structure principalement autour de l’horeca et des services, ainsi que de l’équipement semi-courant 
léger qui conserve une part importante des surfaces commerciales, ce qui constitue une des 
spécificités de Jambes. En effet, ce type d’équipement est souvent en recul dans les nodules 
traditionnels de plus petite tail e au sein des agglomérations. Le nodule bénéficie en outre de la 
présence de quelques grandes enseignes comme Point Carré. 
 
La structure spatiale du nodule est relativement simple et s’organise autour de l’avenue Jean 
Materne où est implanté l’essentiel des points de vente (Figure 17). Quelques grandes surfaces, dont 
plusieurs sont vides, sont également présentes dans l’Acinapolis. 
 
Figure 17. Répartition spatiale de l’offre du centre de Jambes (avenue Jean Materne) 
 
Tableau 13. Synthèse des principales forces et faiblesses du commerce à Jambes (avenue Jean Materne) 
 
Forces 
Faiblesses 
• Mixité de l’offre et combinaison intéressante 
• Forte instabilité de l’offre commerciale (beaucoup 
entre l’équipement de la personne et l’horeca 
de changement sur la période 2014-2017) 
• Forte densité commerciale et large tissu 
• Taux de cellules vides et nombre élevé de cel ules 
d’indépendants 
vides structurel es sur l’axe Materne 
• Accessibilité en transport en commun 
• Capacité de parking relative faible 
• Proximité de l’administration wal onne 
• Parking payant en voirie 
• Dynamique immobilière de Jambes 
• Image positive de Jambes 
 
36 


 
3.5.2  Bouge 
Bouge constitue un nodule commercial particulièrement important à l’échelle de Namur : Bouge et 
Champion rassemblent plus de 30 000 m² de surface de vente (voir plus bas, 3.6). La chaussée de 
Louvain constitue l’une des principales portes d’entrée et de sortie sur la ville et est donc localisation 
porteuse en matière de commerce. Le nombre de cellules commerciales vides y est d’ailleurs faible. 
 
Le nodule présente une structure mixte combinant des espaces traditionnels relativement denses 
(notamment dans la première partie de l’axe) et des grandes surfaces récentes. Son offre s’articule 
principalement autour de l’équipement semi-courant, léger et lourd, et est complétée par deux 
supermarchés. Notons que le nodule accueil e également des grandes enseignes d’habil ement et 
d’équipement de la personne, contribuant à la dispersion de cette offre sur le territoire communal. 
 
Figure 18. Répartition spatiale de l’offre de Bouge – Champion 
 
Tableau 14. Synthèse des principales forces et faiblesses du commerce à Bouge 
 
Forces 
Faiblesses 
• Position sur une des principales entrées/sorties de 
• Développement commercial en ruban peu 
vil e de Namur 
structuré 
• Axe structurant et rayonnant 
• Parking payant en voirie 
• Dynamique commerciale (nombreux 
• Saturation de l’axe 
investissements) 
• Attractivité commerciale en augmentation 
• Nombreuses grandes enseignes jouant un rôle de 
locomotives commerciales 
• Dynamique démographique du nord-est de 
Namur 
 
37 


 
3.5.3  Salzinnes 
Salzinnes constitue un nodule de taille plus limitée que Jambes et Bouge : le quartier regroupe 
approximativement 9 500 m² de surface de vente, dont un peu plus de 6 000 m² au sein du nodule 
commercial précédemment identifié (cf. Tableau 7), formé par la rue Patenier et le parc commercial. 
L’offre commerciale s’articule principalement autour de l’horeca et des services, particulièrement 
dans la rue Patenier. Le taux de vacance est relativement élevé par rapport au niveau communal, 
mais reste dans la moyenne wal onne pour les nodules de type traditionnel. 
 
Le quartier présente une structure commerciale particulièrement hétéroclite : un espace traditionnel 
caractérisé par des cellules commerciales de petite taille le long de la rue Patenier, un parc 
commercial avec deux locomotives alimentaires (Delhaize et Colruyt), un espace traditionnel lié à la 
présence du CHU Sainte-Elisabeth et quelques commerces isolés au niveau de la rue Alfred Béquet. 
 
Figure 19. Répartition spatiale de l’offre de Salzinnes 
 
Tableau 15. Synthèse des principales forces et faiblesses du commerce à Salzinnes 
 
Forces 
Faiblesses 
• Position d’interception sur une entrée/sortie 
• Stabilité de l’activité mais très peu 
secondaire de Namur 
d’investissements privés 
• Proximité de plusieurs générateurs de trafic (dont 
• Étalement commercial 
l’hôpital et Namur Expo) 
• Parking payant en voirie 
• Locomotives commerciales Delhaize et Colruyt 
• Dynamique démographique du quartier 
• Tissu relativement dense de commerces et 
services de proximité 
 
38 


 
3.5.4  Saint-Servais et Belgrade 
Les quartiers de Saint-Servais et Belgrade rassemblent une offre variée localisée principalement le 
long de la chaussée de Waterloo et de la rue de Gembloux. L’offre de la chaussée de Waterloo 
présente une structure mixte alternant les espaces traditionnels et réalisations plus récentes 
(notamment plusieurs supermarchés à hauteur du square du Souvenir), tandis que le nodule de 
Saint-Servais constitue un espace de structure traditionnelle. Saint-Servais présente une perte de 
vitalité commerciale suite à la fermeture de plusieurs magasins alimentaires spécialisés (crèmerie, 
poissonnerie, boucherie, etc.) qui constituaient l’une des spécificités de ce nodule commercial. 
L’arrivée de l’Intermarché, le développement de la concurrence en périphérie et l’évolution des 
modes de consommation ont été néfastes à ce type de commerces. Le nodule est maintenant affecté 
par un taux de cellules vides structurelles élevé. 
Figure 20. Répartition spatiale de l’offre de Saint-Servais et Belgrade 
 
Tableau 16. Synthèse des principales forces et faiblesses du commerce à Saint-Servais et Belgrade 
Forces 
Faiblesses 
• Position d’interception sur une entrée/sortie 
• Faible densité commerciale et étalement du 
structurante de Namur offrant beaucoup de 
noyau commerçant 
visibilité 
• Déclin et dégradation de plusieurs secteurs 
• Nombreuses écoles à proximité 
notamment en entrée de quartier (rue de 
• Disponibilité foncière dans le haut de l’axe 
Gembloux et chaussée de Waterloo) 
• Peu de générateurs de trafic et faible potentiel 
commercial 
• Équipements récents peu planifiés n’apportant 
qu’un faible soutien au commerce traditionnel 
• Saturation de la chaussée de Waterloo, 
notamment dans sa partie basse 
 
39 

 
3.6  Offre commerciale périphérique 
 
L’offre périphérique à Namur se répartit principalement au sein de 5 nodules localisés sur les 
principaux axes routiers pénétrant la ville (cf. 3.2). Ces développements périphériques présentent 
des structures récentes, à l’exception de Bouge qui présente une structure plus mixte comme détail é 
ci-dessus. La plupart des nodules périphériques sont dominés par l’offre en équipement semi- 
courant lourd dont les points de vente occupent généralement des surfaces commerciales 
importantes. Cette spécialisation dans l’équipement semi-courant lourd apparait relativement 
cohérente : ce type d’achat (meubles, bricolage, électroménager, etc.) nécessite en effet souvent le 
recours à la voiture et les localisations sur axes les plus accessibles sont donc privilégiées. Le 
développement progressif de l’offre en équipement semi-courant léger en périphérie, notamment à 
Champion et Erpent, apparait par contre comme un des paramètres expliquant la baisse 
d’attractivité du centre-vil e de Namur. Rappelons que ces nodules périphériques constituent une 
offre conséquente à l’échelle communale (cf. Tableau 7), ceux-ci occupant 6 places parmi les 7 plus 
grands nodules de la commune. 
 
Figure 21. Offre commerciale périphérique de Namur 
 
 
35 000 
 
 
 
30 000 
 
 
 
 
25 000 
²) 
 
 
 
te ( 20 000 
 
en
e v 
 
 
 
15 000 
 
 
 
Surface d 10 000 
 
 
 
 
5 000 
 
 
 

 
Naninne 
Bouge - Champion Chaussée de Liège 
Erpent 
Malonne 
 
 
Courant 
Semi-courant léger 
Semi-courant lourd 
Services et horeca 
 
 
Bouge-Champion présente a priori le profil le plus équilibré entre les quatre domaines d’achats. Ses 
forces et faiblesses ayant été présentées précédemment (cf. 0), ceux-ci ne seront pas davantage 
évoqués ci-dessous. Les valeurs observées pour ce nodule sont toutefois reprises sur le graphique à 
titre de référence. 
 
La chaussée de Liège constitue l’un des principaux nodules de soutien de l’agglomération namuroise, 
notamment en raison de son offre alimentaire particulièrement développée. Le nodule accueil e en 
effet les principales enseignes de super (et hyper) marchés en Wallonie. Le nodule a donc un rôle 
particulièrement structurant à l’échelle de l’agglomération namuroise. L’offre en supermarchés est 
 
40 


 
complétée par plusieurs grandes surfaces (700 m² en moyenne) d’équipement semi-courant lourd, 
dont plusieurs grandes enseignes (Brico, Vanden Borre, Well, Van Marcke, etc.). 
 
L’équipement semi-courant léger s’est progressivement renforcé le long de l’axe, notamment avec la 
rénovation de la zone du Colruyt, mais la part de l’équipement de la personne reste relativement 
limitée. Le nodule peut donc être qualifié de « soutien » aux centres traditionnels de Namur et de 
Jambes car il existe une certaine complémentarité entre sa structure commerciale et celles du 
centre-vil e et de l’avenue Jean Materne. 
 
Figure 22. Répartition spatiale de l’offre de la chaussée de Liège 
 
 
L’axe de la N4 à Erpent et Naninne correspond à un développement  commercial déstructuré, 
alternant cellules commerciales isolées, parcs commerciaux et développements sous forme de parcs 
au sein de zones d’activités mixtes, et dont la densité commerciale est variable. La pression 
immobilière sur cet axe est importante et divers projets s’y succèdent. 
 
L’axe apparait relativement spécialisé en équipement semi-courant lourd, mais a assisté au 
développement progressif d’une offre en équipement semi-courant léger suite à différents projets 
commerciaux. Cette offre, attirée par la croissance de la population et son niveau socio-économique, 
ainsi que la présence de générateurs de trafic (Collège Notre-Dame de la Paix), est maintenant 
relativement conséquente et constitue une concurrence pour le centre-ville, notamment grâce à la 
présence de plusieurs grandes enseignes (Espace Mode, Cassis-Paprika, Germaine Collard, etc.) qui 
renforcent l’attractivité de l’axe pour ce type d’achats. 
 
41 



 
Figure 23. Répartition spatiale de l’offre d’Erpent 
 
 
Figure 24. Répartition spatiale de l’offre de Naninne 
 
 
42 


 
La spécialisation initiale de l’axe dans l’équipement semi-courant lourd s’efface donc 
progressivement pour laisser place à un mix commercial plus généraliste et moins complémentaire 
au reste de l’offre au sein de l’agglomération commerciale namuroise. Ces conclusions rejoignent 
d’ailleurs celles du SDC et du SRDC. 
 
L’offre commerciale de Malonne est plus limitée que dans les autres nodules périphériques. Celle-ci 
correspond principalement à un développement sous forme d’un parc commercial organisé autour 
de deux supermarchés et plusieurs magasins de bricolage (Mr Bricolage, Hubo et Big Mat). L’essentiel 
des développements se situent en outre en dehors de la commune de Namur. Il s’agit donc d’une 
zone d’enjeux (en partie) extra communale qui devra faire l’objet d’une attention particulière afin d’y 
éviter le développement d’une offre potentiellement déstructurante à l’échelle de l’agglomération 
commerciale de Namur. 
 
Figure 25. Répartition spatiale de l’offre de Malonne 
 
 
Outre ces cinq principaux nodules périphériques, la commune de Namur compte un dernier nodule 
de structure récente de plus de 5 000 m² : le nodule commercial de Wépion. Celui-ci présente 
toutefois une structure et une spécialisation clairement distinctes des cinq nodules commerciaux 
précédents. Le nodule de Wépion s’organise autour de la zone de l’hypermarché Carrefour qui 
rassemble l’essentiel des surfaces commerciales du nodule. Cette zone commerciale est complétée 
par plusieurs petites et moyennes surfaces implantées le long de la chaussée de Dinant. 
 
Le nodule de Wépion présente une spécialisation nette dans l’équipement courant, l’horeca et les 
services à caractère commerciaux, ce qui contraste avec l’offre d’équipements semi-courants des 
 
43 


 
autres nodules périphériques. Le nodule joue donc un rôle structurant de desserte pour la population 
du sud-ouest de l’agglomération namuroise et apparait particulièrement complémentaire aux 
nodules commerciaux traditionnels de la commune. 
 
3.7  Synthèse : Schéma de fonctionnement du commerce namurois 
 
Le fonctionnement de l’agglomération commerciale namuroise peut être synthétisé en analysant la 
dynamique de ses principaux nodules commerciaux (Figure 26). Celle-ci marque en effet une 
opposition claire entre les nodules traditionnels où la surface commerciale active a diminué et les 
nodules récents où la surface commerciale active a augmenté. 
 
Les principaux nodules traditionnels de la commune présentent un recul de leur surface commerciale 
active au cours des 5 dernières années. Ce recul peut être réduit, comme dans le cas du centre-ville 
qui est plutôt proche de la stabilité (<1 %), ou plus prononcé comme dans le cas de l’avenue Jean 
Materne à Jambes (>5 %). Ceci confirme que les nodules de type traditionnel sont les plus exposés 
face aux changements des habitudes de consommation et au développement de l’offre périphérique 
qui bénéficie d’une accessibilité élevée. Seul Bouge présente une augmentation de sa surface active 
en raison de sa structure mixte et de sa localisation sur une des principales pénétrantes urbaines de 
la ville. 
 
Figure 26. Dynamique des principaux nodules commerciaux de Namur 
 
 
L’offre au sein des nodules récents s’est au contraire renforcée, particulièrement dans les principaux 
nodules périphériques de l’est de la vil e (Champion, Erpent et Naninne). Ceux-ci bénéficient d’un 
 
44 


 
effet d’entrainement : plus leur offre se renforce, plus ces localisations deviennent attractives pour la 
clientèle et les autres commerces. Les développements commerciaux ont été particulièrement 
conséquents à Erpent et Naninne où la surface commerciale a augmenté de plus de 25 % en 5 ans, 
ainsi qu’à Champion (> 10 %). Ces nodules jouent donc un rôle important dans le fonctionnement de 
l’agglomération commerciale namuroise, en présentant notamment une attractivité 
supracommunale. Néanmoins, ils constituent dans un même temps une concurrence au centre-ville 
de Namur sur les domaines commerciaux qui leur sont communs, c’est-à-dire principalement les 
achats semi-courants légers. 
 
Enfin, remarquons le renforcement progressif des nodules de Bois-de-Vil ers et Portes-de-Spy qui 
bénéficient certainement de leur proximité avec l’agglomération namuroise et accueillent une offre 
de plus en plus importante à proximité immédiate de la frontière communale. 
 
Le fonctionnement commercial du centre-ville de Namur s’articule autour de son hypercentre (Figure 
27). Celui-ci est constitué par la double polarité places de l’Ange-d’Armes et place de la Station. La 
rue de Fer et la rue de l’Ange constituent la principale artère commerciale faisant la liaison entre ces 
deux polarités : il s’agit de l’axe le plus fréquenté du centre-vil e (comme le confirment les comptages 
effectués par GAU). La spécialisation dans l’équipement semi-courant léger de l’hypercentre et son 
nombre élevé de locomotives commerciales lui permet d’attirer la clientèle sur un espace étendu et 
d’être la première destination au sein du bassin de consommation, comme nous le détaillerons par la 
suite (4.4). 
 
Figure 27. Fonctionnement commercial du centre-vil e de Namur 
 
 
45 

 
L’artère commerçante principale  est complétée par une polarité secondaire spécialisée autour de 
magasins d’un standing plus élevé qui s’est spontanément développé dans la partie nord du 
piétonnier. Cette spécialisation du piétonnier sur un segment davantage luxueux de l’équipement 
semi-courant léger constitue un des atouts commerciaux du centre-ville, complémentaire à l’offre 
plus généraliste située sur l’artère commerciale. Le piétonnier permet en effet au centre-ville de 
Namur d’attirer une clientèle spécifique pour ce type d’offre. La  présence de ces commerçants 
indépendants dynamiques, spécialisés et regroupés, donne à Namur un rayonnement 
supplémentaire que celui lié à la seule présence des grandes enseignes. 
 
L’hypercentre présente toutefois un léger affaiblissement de sa partie nord. Le nombre de 
locomotives commerciales y est plus limité, quelques cellules vides structurelles commencent à 
apparaitre au début de la rue de Fer (outre les cellules vides liées au projet de centre commercial), et 
le mix commercial apparait plus diversifié que clairement spécialisé en équipement semi-courant 
léger. En outre, le contexte spéculatif autour de la réalisation du centre commercial sur le Square 
Léopold constitue un frein à l’investissement. Cette partie de l’hypercentre bénéficie toutefois de 
flux piétons importants en raison de la présence de la gare et des terminus du bus qui jouent le rôle 
de générateurs de trafic. 
 
Les zones en dehors de l’hypercentre présentent une dynamique commerciale plus modérée où se 
retrouvent notamment reportés l’horeca et les services à caractère commerciaux qui y trouvent des 
loyers plus abordables. L’horeca s’est particulièrement développé dans la partie sud du piétonnier, 
ainsi qu’autour de la place du Théâtre où plusieurs ouvertures ont été récemment constatées. Le 
secteur de l’horeca est également fortement représenté dans la rue de Bruxelles et place de la 
Station en raison de la présence des générateurs de trafic (université et gare/TEC respectivement) 
qui favorisent ce type d’activité. 
 
Les générateurs de trafic constituent évidemment une force pour l’activité commerciale des centres 
traditionnels, ceux-ci drainant un volume important de clients potentiels. Le centre de Namur 
bénéficie de la présence de ces générateurs (administrations, université, écoles, gares, maison de la 
culture, cinéma, théâtre, etc.) qui engendrent des flux piétons quotidiens dans le centre-ville. Ceux-ci 
sont principalement localisés aux marges du centre et peuvent donc faire bénéficier les commerces 
de leurs usagers sans pour autant occuper des espaces commerciaux. 
 
Un léger rétrécissement du nodule commercial est observable à ses marges. En effet, les espaces 
situés aux marges sont généralement les moins attractifs, et sont affectés par une vacance 
structurelle importante. Plusieurs fermetures ont en outre été constatées, particulièrement dans la 
rue Rogier et la rue de Gravière qui présentent le déclin le plus avancé. La rue des Carmes a 
également subi plusieurs fermetures entre 2015 et 2017, mais bénéficie de sa proximité et de ses 
connexions directes avec l’hypercentre. El e constituera certainement une zone d’enjeux stratégique 
par la suite. La rue de Bruxelles présente davantage de stabilité, mais est affectée par une densité 
commerciale relativement faible. 
 
Le centre de Namur présente dans l’ensemble un schéma de fonctionnement relativement clair. Sa 
vitalité commerciale est globalement satisfaisante, comparativement aux autres centres villes de 
Wallonie, mais plusieurs indicateurs traduisent une diminution progressive de cette vitalité. L’analyse 
 
46 

 
de la demande commerciale au sein du bassin de consommation devra confirmer ces conclusions 
(voir section suivante, point 4), et des recommandations devront ensuite être proposées afin de 
répondre aux faiblesses et problématiques identifiées ci-dessus. 
 
47 


 
4  Le bassin de consommation namurois 
 
L’analyse de la demande commerciale est réalisée au départ de l’enquête MOVE sur le 
comportement spatial des consommateurs wal ons et sur le concept de  bassin de consommation 
(cf. point 2). 
 
4.1  Délimitation spatiale 
 
Pour rappel, le bassin de consommation est un espace au sein duquel une forte relation de marché 
existe entre l’offre commerciale et la population résidente. Un bassin de consommation se définit 
donc comme un territoire au sein duquel la population résidente effectue l’essentiel de ses achats. La 
méthodologie précise de délimitation des bassins a été présentée précédemment (2.6.3). 
 
Le bassin de consommation de Namur rassemble entre 7 et 23 communes en fonction du type 
d’achats. Celui-ci s’étend préférentiellement selon un axe nord-sud, la concurrence y étant plus 
limitée (particulièrement vers le sud) que le long du sillon Sambre-et-Meuse. Les bassins courant et 
semi-courant lourd comptent 170 000 habitants, tandis que le bassin semi-courant léger, plus étendu 
en raison du caractère de destination de ce type d’achats, regroupe approximativement 330 000 
habitants. 
 
Figure 28. Bassins de consommation de Namur (2017) 
 
 
Bien que le bassin de consommation constitue un espace cohérent autour de Namur, celui-ci ne 
correspond évidemment pas à un espace fermé. Les habitants du bassin de Namur effectuent 
 
48 

 
également  une partie de leurs achats en dehors du bassin (ce que nous qualifierons par la suite 
d’évasion du pouvoir d’achat), tout comme les habitants des autres bassins effectuent certains 
achats à Namur (ce que nous qualifierons d’apports extérieurs par la suite). 
 
4.2  Caractéristiques socio-économiques 
 
Le Tableau 17 reprend les principales caractéristiques de la population résidant au sein du bassin de 
consommation de Namur pour les achats semi-courants légers. Comme évoqué précédemment, le 
bassin accueil e un peu plus de 330 000 habitants pour 141 000 ménages. La tail e moyenne des 
ménages de 2,33 habitants par ménage est particulièrement proche de la moyenne wal onne. La 
densité de population est par contre légèrement inférieure à la moyenne régionale, notamment en 
raison de l’extension du bassin vers les communes plus rurales du sud de la province de Namur. Les 
deux principaux atouts en matière de développement commercial sont certainement la forte 
dynamique démographique, avec une croissance de 9 % de la population depuis 2010, et un revenu 
par habitant plus élevé que la moyenne wal onne, traduisant un pouvoir d’achat important. 
Tableau 17. Caractéristiques sociodémographiques du bassin semi-courant léger 
 
Indicateurs sociodémographiques 
Bassin 
Wal onie 
Population au 1er janvier 2017 
332 747 
3 614 473 
Densité (hab./km²) 
186,2 
213,9 
Évolution de la population (depuis 2010) 
+9,0% 
+3,3% 
Part de moins de 20 ans 
23,2% 
23,3% 
Part des plus de 60 ans 
23,9% 
24,2% 
Nombre de ménages 
141 421 
1 550 198 
Taille moyenne des ménages 
2,33 
2,33 
Revenu moyen (euros/hab.) 
17 756 
16 733 
Sources : Statbel, 2017 ; Iweps, 2017 
 
La Figure 29 présente l’appareil commercial existant au sein du bassin de consommation. Namur 
constitue la principale polarité commerciale dans cet espace : son centre d’agglomération et ses 3 
nodules périphériques rassemblent les plus grandes surfaces commerciales au sein du bassin. En 
comparaison, les autres pôles commerciaux constituent une offre d’un niveau hiérarchique inférieur 
et peuvent être qualifiés  de polarités secondaires au sein du bassin. Ceux-ci  présentent  
généralement une structure similaire, associant un centre traditionnel de petite ville avec un nodule 
récent de soutien ou spécialisé. Ces nodules, notamment ceux spécialisés en équipement semi- 
courant léger (comme Shop in Stock à Fosses-la-Vil e ou Tienne de l'Europe à Dinant), peuvent 
concurrencer la polarité centrale de Namur à un niveau local et accroitre la fragmentation des flux au 
sein du bassin. Or la tendance en Wal onie au cours des dix dernières années est au renforcement 
progressif de cette offre en équipement semi-courant léger au sein des espaces périphériques des 
moyennes et petites vil es. Ceci constitue un des paramètres expliquant la réduction de la clientèle 
fréquentant le centre de Namur. 
 
49 


 
Figure 29. Nodules commerciaux du bassin de consommation semi-courant léger de Namur 
 
 
4.3  Contexte concurrentiel 
 
4.3.1  Les bassins de consommation wallons 
Les bassins de consommation en achats semi-courants légers sont relativement étendus (Figure 30) 
suite aux phénomènes combinés de polarisation et de rayonnement qui caractérisent l’équipement 
lié à ce type d’achat. Namur présente un bassin relativement étendu à l’échelle wallonne, comme les 
autres principaux centres d’agglomération (Liège, Charleroi, Mons et Tournai). Son extension s’est 
néanmoins réduite au cours des 5 dernières années (Figure 31), comme nous le détaillerons par la 
suite (cf. 4.3.2). 
 
Namur reste néanmoins une des polarités commerciales « qui comptent » à l’échelle wallonne et qui 
joue un rôle dans la structuration des flux commerciaux. Le taux d’équipement pour les achats semi- 
courants légers, soit le nombre de m² de surface commerciale nette rapporté au nombre d’habitants 
du  bassin, est de 46 m²/100 habitants. Cette valeur est particulièrement proche de la moyenne 
wallonne de 45 m²/100 habitants, ce qui traduit un relatif équilibre entre l’offre et la demande 
commerciale au sein du bassin. 
 
50 



 
Figure 30. Bassins de consommation semi-courants légers en Wal onie (2017) 
 
 
 
Figure 31. Évolution des bassins de consommation semi-courants légers (2010-2017) 
 
 
51 

 
4.3.2  Les principaux pôles concurrents 
Les principaux concurrents de Namur sont évidemment constitués par les pôles centraux des bassins 
de consommation limitrophes, soit Louvain-la-Neuve, Charleroi, Huy et Liège. La réalisation de 
l’Esplanade à Louvain-la-Neuve en 2005 constitue encore aujourd’hui la principale réalisation 
commerciale ayant eu un impact sur Namur. En effet, celle-ci polarise aujourd’hui un espace étendu 
et entre en concurrence directe avec le centre de Namur sur les communes du nord du Namurois et 
du sud du Brabant wallon. 
 
Entre 2010 et 201513, le bassin de consommation de Namur s’est réduit et a notamment perdu son 
excroissance sud (Beauraing, Gedinne, Wellin, Daverdisse et Bièvre) qui est maintenant rattachée au 
bassin de Libramont. L’offre commerciale des principales polarités de la province de Luxembourg, 
notamment Libramont et Marche-en-Famenne, s’est en effet particulièrement renforcée au cours 
des 5 dernières années (Figure 31). Les communes qui étaient précédemment situées à la marge du 
bassin de Namur sont donc aujourd’hui davantage polarisées par ces polarités en croissance. Certains 
développements de retail park à la marge du bassin de Namur, comme à Auvelais et Ben-Ahin, 
retiennent également une partie des achats de clients habitants en dehors du bassin mais qui se 
rendent parfois à Namur. 
 
Figure 32. Destination d'achat (semi-courant léger) des habitants du bassin de Namur 
 
 
80% 
 
 
 
 
70% 
 
ur
 
 
am
 
60% 
 N
 
 
 
50% 
ssin de
 
ba
 
 

40% 
 
s d
 
 
30% 
 
tant
bi

 
 
 
20% 
s ha
E-commerce 
 
 
rt de
10% 
 
Pa
 
 
0% 
 
Bassin de Namur 
Bassin de 
Bassin de Louvain-  Bassin de Liège 
Ailleurs 
 
Charleroi 
la-Neuve 
 
 
La Figure 32 synthétise les observations précédentes et il ustre le phénomène de contraction du 
bassin autour de Namur. En effet, le bassin s’étant  resserré, sa polarisation interne est 
particulièrement élevée : trois habitants sur quatre effectuent leurs achats au sein du bassin. En 
corollaire, l’évasion du pouvoir d’achat vers les autres bassins de consommation est relativement 
limitée. Notons néanmoins la part de plus en plus importante de l’e-commerce dans les habitudes 
 
 
13 Dates d’actualisation de l’enquête MOVE qui permet de délimiter l’extension des bassins de consommation. 
 
52 

 
d’achat des ménages interrogés pour ce type d’achat (8,4 % en Wal onie), et continue de croitre 
d’année en année. 
 
4.4  Comportement spatial d’achat 
 
Au sein du bassin de consommation, le centre de Namur est clairement la destination principale pour 
les achats semi-courants légers (Figure 33). Celui-ci rassemble en effet l’offre la plus importante pour 
ce type d’équipement (cf. 3.2) et il est donc logique que la population le fréquente activement. Les 
autres nodules du bassin apparaissent en comparaison plus secondaires, ce qui confirme les résultats 
de l’analyse de l’offre disponible au sein du bassin de consommation. Bouge constitue la deuxième 
destination privilégiée par la population du bassin. La commune de Namur constitue donc bien le 
centre du bassin de consommation. Viennent ensuite les polarités secondaires du bassin identifiées 
précédemment (Andenne, Tienne de l’Europe à Dinant, Shop in Stock, etc.), mais dont l’influence 
reste encore limitée par rapport au centre de Namur. 
 
Figure 33. Destination d'achat (semi-courant léger) des habitants du bassin de Namur 
 
 
50% 
 
 
 
ur

 
 
am 40% 
 
 N
 
 
ssin de 30% 
 
ba
 

 
s d
 
20% 
tant
 
bi
 
 
s ha
 
10% 
rt de
 
Pa
 
 
0% 
 
Namur - 
Bouge 
Andenne -  Tienne de 
Ciney - 
Dinant -  Ailleurs dans 
 
Centre 
Centre 
 l'Europe 
Centre 
Centre 
 le bassin de 
 
Namur 
 
 
En synthèse, le centre-ville est la première destination d’achat au sein du bassin, mais son influence 
se réduit progressivement : il attire 43 % des habitants du bassin (Figure 33) sur les 75 % qui 
effectuent leurs  achats au sein de ce dernier (Figure 32). Ceci traduit une dispersion et une 
fragmentation de plus en plus forte de l’offre commerciale. La demande commerciale reflète cette 
tendance avec une multitude de destinations d’achats. Le centre de Namur constitue donc la 
destination principale, mais son effet de polarisation est plus limité que précédemment. Il est 
aujourd’hui concurrencé à trois échel es différentes (Figure 34) : 
 
53 

 
•  Concurrence interbassins : l’extension spatiale du bassin de consommation de Namur s’est 
progressivement réduite suite au renforcement des pôles concurrents, particulièrement ceux 
de Louvain-la-Neuve, Marche-en-Famenne et Libramont. 
•  Concurrence intra-bassin : l’offre semi-courante légère est de  plus en plus fragmentée au 
sein du bassin de consommation et les polarités secondaires ont renforcé leur offre pour ce 
type d’achats. Celles-ci constituent aujourd’hui une concurrence locale pour le centre de 
Namur car les habitants résidant à proximité de ces pôles secondaires ne sont plus 
nécessairement disposés à effectuer le déplacement jusque Namur. Récemment, ce sont 
notamment Fosses-la-Ville et Andenne qui ont vu leur offre s’accroitre sensiblement avec les 
projets Shop in Stock et de l’avenue Belle Mine respectivement. 
•  Concurrence intra-communale : les nodules périphériques de Namur ont également connu 
un développement, parfois important, de leur offre en matière d’équipement semi-courant 
léger (cf. 3.6). Bouge et l’axe Erpent-Naninne constituent maintenant des alternatives 
crédibles au centre-ville en faisant valoir leurs grandes enseignes, leur excellente accessibilité 
et leurs espaces de stationnement gratuits. 
 
Figure 34. Destinations d’achat (semi-courant léger) intra et inter bassins des habitants du bassin de 
consommation de Namur 
 
Sur 
Internet 
8% 
En dehors 
du Bassin 
Centre- 
18% 
vil e 
42% 
Ail eurs 
dans le 
bassin 
Ail eurs à 
20% 
Namur 
12% 
 
54 

 
 
 
5  Orientations et recommandations 
 
5.1  Enjeux commerciaux 
 
L’analyse de l’offre commerciale de Namur et de son bassin de consommation a permis de dégager 
les enjeux suivants pour le développement commercial de Namur : 
−  Comment stopper l’effritement commercial constaté dans le centre-ville ? 
−  Comment améliorer l’accessibilité du centre-vil e (voiture et TEC) ? 
−  Comment maintenir un niveau qualitatif élevé de l’offre commerciale, notamment dans le 
centre-ville ? 
−  Comment rééquilibrer les échanges entre le centre et la périphérie ? 
−  Comment proposer une offre structurée limitant la concurrence interne à la commune ? 
−  Comment renforcer l’attractivité du pôle commercial namurois vis-à-vis de la concurrence 
(Louvain-la-Neuve, Charleroi, Libramont, Marche-en-Famenne et Liège) ? 
−  Comment redynamiser des espaces commerçants traditionnels au sein des principaux 
quartiers de la ville (Jambes, Saint-Servais, Salzinnes, etc.) ? 
−  Comment répondre aux besoins d’une population namuroise en croissance ? 
−  Comment favoriser l’entreprenariat et accompagner les candidats investisseurs ? 
 
Les réponses à ces enjeux conditionnent la vision du développement commercial à Namur qui sera 
développée ci-dessous. L’objectif des options et recommandations, ainsi que leur mise en œuvre, est 
de répondre à ces enjeux et de proposer une stratégie cohérente du développement commercial à 
Namur. 
 
5.2  Enjeux spatiaux 
 
Le développement commercial de Namur au cours des dix dernières années s’est principalement fait 
ressentir en périphérie de la vil e. En effet, entre 2012 et 2015, approximativement 15 000 m² de 
surface commerciale nette ont été développés au sein des principaux nodules périphériques, alors 
que les surfaces au sein des nodules centraux et péricentraux traditionnels sont restées plutôt 
constantes, voire se sont réduites. Les zones de pression à Namur se situent le long des principaux 
axes routiers entrant dans la ville où la disponibilité foncière est importante (Figure 35), en lien avec 
la dynamique commerciale des différents nodules (cf. 3.7). 
 
Les raisons de l’attrait des périphéries pour les investisseurs sont multiples : prix des terrains moins 
élevés, superficies disponibles plus importantes, complexité moindre des projets, contexte 
d’urbanisation plutôt que de rénovation, contraintes urbanistiques et réglementaires moindres, 
moins de pressions liées aux riverains. Ceci, conjugué à l’évolution de la demande (explosion de la 
mobilité individuelle et l’évolution des modes de consommation), a engendré cet attrait pour ces 
espaces hyper-accessibles. En corollaire, attirer des investissements privés est devenu un véritable 
défi pour les centres urbains traditionnels vis-à-vis des périphéries. 
 
55 


 
 
 
Figure 35. Zones de pression de l’agglomération commerciale de Namur 
 
 
L’axe de la N4 à Erpent et Naninne, où les projets commerciaux ont été particulièrement nombreux, 
est évidemment une des principales zones de pression. La chaussée de Louvain à Champion a 
également fait l’objet d’intérêts commerciaux, notamment de par sa position sur un nœud 
autoroutier et sa disponibilité foncière importante en direction d’Éghezée. Ces deux zones 
principales pourraient continuer d’assister au développement de leur offre commerciale, et doivent 
faire l’objet d’un positionnement stratégique clair. 
 
L’avenue Prince de Liège à Jambes est également sujette à pression. La disponibilité foncière y est 
plus limitée, mais s’y développe de plus en plus des projets de démolition/reconstruction. Son 
attractivité commerciale importante, notamment assurée par plusieurs locomotives alimentaires, 
constitue un critère de choix en matière de localisation commerciale. Ce nodule, de par sa position 
stratégie péricentrale et son caractère urbain et dense, joue donc un rôle structurant à l’échelle de 
l’agglomération namuroise. 
 
La route de Louvain-la-Neuve en sortie de vil e à Belgrade constitue une zone encore peu exploitée. 
L’offre commerciale y est dispersée, mais la zone présente une disponibilité foncière importante. 
Celle-ci pourrait donc prochainement faire l’objet d’intérêts privés. Les activités présentes s’y sont 
d’ailleurs progressivement renforcées. Remarquons de plus le déséquilibre spatial entre l’ouest et 
l’est de la ville où l’offre commerciale est bien plus conséquente. 
 
56 

 
 
 
5.3  Vision du développement commercial à Namur 
 
5.3.1  Ambition 
L’évolution tendanciel e à Namur, basée sur les changements constatés au cours des 10 dernières 
années et détail és précédemment, suggère un déclin progressif, plus ou moins marqué, des espaces 
commerçants traditionnels et, en un renforcement progressif de l’offre périphérique. Cette tendance 
ne constitue pas un futur souhaité pour le développement commercial à Namur, notamment vis-à-vis 
des critères d’attractivité commerciale et de développement durable des territoires. 
 
Face à cette évolution tendancielle, la Ville de Namur souhaite se doter d’une ambition forte 
d’augmentation de son attractivité commerciale avec l’objectif de renforcer son bassin de 
consommation et d’attirer une nouvelle clientèle. Cette ambition inclut la volonté de renforcer le 
rôle de Namur comme pôle d’attractivité régional à travers la réalisation de plusieurs projets 
commerciaux, notamment d’un centre commercial dans le centre-ville de Namur, afin de récupérer 
des clients aux polarités commerciales concurrentes. 
 
5.3.2  Objectifs 
L’ambition pour le développement commercial de Namur suppose un renforcement de l’attractivité 
de l’agglomération namuroise. Ce gain d’attractivité ne peut s’effectuer que par un renforcement, 
quantitatif et qualitatif, de l’offre commerciale de Namur, notamment de son centre-ville qui 
constitue pour rappel la première destination d’achat au sein du bassin, et le captage d’une clientèle 
supplémentaire, permettant de supporter cette offre commerciale. 
 
Afin de répondre à cette ambition, Namur peut s’appuyer sur plusieurs socles qui confèrent son 
attrait commercial à la ville. Ceux-ci expliquent notamment l’intérêt des promoteurs pour la vil e et 
permettent d’envisager la réalisation de projets commerciaux afin de répondre à l’ambition fixée : 
−  Un bassin semi-courant  léger composé de 23 communes, 330 000 habitants et 141 000 
ménages ; 
−  Un pouvoir d’achat supérieur à la moyenne wal onne grâce à un revenu moyen par habitant 
de 17 756 € (moyenne Wal onie : 16 733 €/hab.) ; 
−  Une croissance démographique particulièrement soutenue au sein du bassin de 
consommation (+9,9 % depuis 2010 contre 3,3 % au niveau wal on) ; 
−  Une offre commerciale conséquente (320 000 m² relevés sur le territoire communal) et 
attractive ; 
−  Un des principaux pôles d’emplois en Wal onie ; 
 
En outre, conformément aux ambitions pour le développement commercial de Namur, on peut  
viser : 
−  Une augmentation de l'attractivité interne au bassin de consommation de Namur : 
augmentation du taux de pénétration jusqu'à 40 % au sein des communes du bassin de 
consommation au taux inférieur à 40 %, pour une moyenne globale de 50 % ; 
 
57 

 
 
 
−  Une augmentation de l'attractivité externe au sein du bassin de consommation de Namur : 
augmentation des apports extérieurs  au bassin à 30 % du total de clients (par rapport  à   
19,4 % actuellement)14. 
 
Compte tenu de ses ambitions, ainsi que des caractéristiques et du potentiel du bassin de 
consommation namurois, la Vil e de Namur se fixe comme potentialité de développement de 
renforcer son offre commerciale de 27 500 m² à l’horizon 2025 répartis en trois nodules 
commerciaux à développer. 
 
Cet objectif intègre en outre les évolutions tendancielles et les hypothèses suivantes : 
−  Croissance démographique soutenue comme mise en évidence dans les perspectives 
démographiques de l’IWEPS (117 000 habitants à Namur en 2026) ; 
−  Dépenses estimées selon l'enquête sur le budget des dépenses des ménages wal ons 
constantes ; 
−  Part des dépenses consacrées à l'équipement semi-courant léger inchangée (8%) ; 
−  Revenus ventilés par commune et croissance des revenus en fonction de l'évolution observée 
entre 2010 et 2015 ; 
−  Croissance annuelle de 10 % de l’évasion vers l'e-commerce (achats non localisables) ; 
−  Apport étranger (en dehors de la Wal onie) : 10% des résultats de MOVE et inchangé par 
rapport à la situation actuelle. 
 
Ce renforcement commercial s’effectuera en mobilisant des zones de développement prioritaires, et 
identifiées comme particulièrement structurantes au sein de l’agglomération commerciale 
namuroise : 
−  En vue de renforcer le nodule central : le centre-ville avec la réalisation du centre- 
commercial ; 
−  En vue de rééquilibrer l’offre entre l’ouest et l’est du territoire : Belgrade avec la 
reconversion du site de la Direction Immatriculation des Véhicules (DIV) actuellement en 
friche et Suarlée avec la mobilisation de la ZACC située entre la route de Louvain-la-Neuve et 
la chaussée de Nivelles ; 
 
Outre ces zones prioritaires pour le développement commercial de Namur, rappelons que la Ville de 
Namur constitue dans son ensemble une localisation faisant l’objet d’un intérêt commercial 
important. L’identification de ces nodules prioritaires souligne la volonté de la Ville d’un 
développement de ces derniers, mais ne proscrit pour autant le développement des autres nodules 
commerciaux de la commune. La volonté pour ces derniers est davantage d’accompagner leur 
développement par des actions spécifiques et/ou de stabiliser, voire de compléter, leur offre en 
accord avec les objectifs communaux. Ainsi, les potentialités de développement de chacun des 
nodules, et le type d’équipement recherché pour ceux-ci dans une optique de précision au niveau 
communal des recommandations du SRDC, seront détaillés par la suite. 
 
 
14 Nous supposons dans un premier temps une augmentation des apports extérieurs depuis les communes 
limitrophes plutôt qu’une augmentation directe de l’extension du bassin. 
 
58 

 
 
 
En outre, conformément aux objectifs et recommandations développés dans cette phase du schéma 
d’attractivité, plusieurs indicateurs de monitoring seront  proposés lors de la troisième phase afin 
d’assurer le suivi de la mise en œuvre du schéma. 
 
5.4  Schéma Régional de Développement Commercial (SRDC) 
 
Depuis 2014, le Gouvernement Wallon a adopté un Schéma Régional de Développement Commercial 
(SRDC). Celui-ci définit les grandes lignes du développement commercial en Wallonie et propose des 
recommandations générales par type de nodule, ainsi que des recommandations spécifiques pour les 
10 agglomérations commerciales wallonnes (dont Namur fait évidemment partie). 
 
La Direction des Implantations Commerciales (DIC) conseille aux schémas locaux de préciser les 
recommandations et objectifs du schéma régional et de se coordonner avec ce dernier dans sa mise 
en œuvre. Le schéma local ne peut aller à l’encontre des prescriptions du SRDC, et doit s’inscrire dans 
une perspective de précision des recommandations régionales au niveau communal. Nous 
détaillerons donc ci-dessous (Tableau 18) les recommandations du SRDC concernant Namur afin de 
vérifier l’adéquation entre la stratégie proposée et les recommandations régionales. 
 
Tableau 18. Recommandations du SRDC pour le développement commercial à Namur 
 
Type de nodule 
Nodules concernés à Namur 
Recommandations du SRDC 
 
 
Conserver voire relancer leur rôle de moteur 
 
 
commercial en Wal onie en favorisant leur 
 
 
attractivité régionale voire supra régionale. 
 
 
 
 
 
Favoriser voire activer les actions immobilières 
 
 
permettant à ce type de nodule de rester 
 
 
concurrentiel à l’échel e suprarégionale. 
 
 
 
 
 
Favoriser les implantations d’équipement semi- 
 
 
courant léger tout en conservant leur caractère 
 
 
mixte. 
 
 
 
Centre principal 
Travail er de manière spécifique sur les 
d’agglomération 
Namur – Centre 
espaces marginalisés. 
  Recommandations spécifiques pour Namur : 
Le centre-vil e pourrait accueil ir un projet de 
renforcement si celui-ci est directement connecté 
avec le nodule central existant et calibré en 
fonction de la tail e actuel e du centre principal 
(Namur-centre). 
  Concentrer le développement futur de l’offre 
périphérique sur un unique point fort et stopper le 
développement déstructuré le long de la nationale 
4. 
 
59 

 
 
 
 
Type de nodule 
Nodules concernés à Namur 
Recommandations du SRDC 
 
 
Pour conserver leur fonction structurante et 
 
 
assurer une mixité des fonctions au sein des 
 
 
centres urbains, une intervention publique ciblée 
 
 
est nécessaire : 
Centre secondaire 
 
À l’externe – éviter la concurrence suite au 
d'agglomération 
Jambes – Centre 
développement d’un « nodule de soutien 
d’agglomération » ou d’un « nodule spécialisé 
équipement léger ». 
À l’interne – Réaliser une investigation détail ée 
afin de dégager des pistes d’actions de relance de 
l’activité commerciale. 
 
 
Garantir le rôle de soutien de ce type de nodule 
 
 
soit le développer de manière équilibrée avec le 
 
centre principal d’agglomération. 
Nodule de soutien 
Jambes – Chaussée de Liège  Conserver un équilibre spatial de ce type de nodule 
d'agglomération 
Erpent 
Bouge – Champion 
au sein des agglomérations. 
Limiter le développement de l’équipement léger si 
le nodule n’est pas doté d’une bonne accessibilité 
en transport en commun. 
 
 
Limiter le développement de ce type de nodule sur 
 
 
les nœuds forts du territoire soit les lieux dotés à la 
 
 
fois d’une bonne accessibilité voiture et d’une 
Nodule spécialisé en   
bonne accessibilité en transport en commun. 
équipement courant 
Wépion 
Possibilité d’une évolution vers un nodule de 
soutien d’agglomération si un manque est détecté 
au sein de celle-ci. 
Assurer une répartition spatiale équilibrée de ce 
type de nodule au sein des agglomérations. 
 
 
Conserver la spécialisation en « équipement semi- 
Nodule spécialisé en   
courant lourd » de ce type de nodule c’est-à-dire 
équipement semi- 
Naninne 
éviter d’y développer de « l’équipement semi- 
courant lourd 
Malonne 
courant léger » Favoriser une restructuration de ce 
type de nodule le plus souvent développé de 
manière anarchique en ruban le long des axes. 
 
 
Pour conserver leur fonction fondamentale de 
 
 
proximité une intervention publique ciblée s’avère 
Nodule de proximité 
Salzinnes 
parfois nécessaire notamment en réalisant une 
Saint-Servais 
investigation détail ée afin de dégager des pistes 
d’actions de maintien voire de relance de l’activité 
commerciale. 
 
5.5  Schéma de Développement Communal (SDC) 
 
La Ville de Namur dispose d’un Schéma de Développement Communal (SDC) dont le contenu a été 
synthétisé précédemment, pour rappel (cf. 2.7). Les orientations proposées dans le schéma 
d’attractivité commerciale doivent donc être en accord avec les recommandations de ce document 
stratégique de référence. Les recommandations par type d’achats du SDC peuvent être résumées de 
la manière suivante : 
 
60 

link to page 61  
 
 
−  Achats courants, services et horeca : localisation de préférence dans le centre urbain, dans 
les parties centrales des quartiers urbains (Corbeille et centre de Jambes), dans le noyau de 
vie de La Plante, dans les bourgades et dans les villages. 
−  Achats semi-courants légers : localisation de préférence dans le centre urbain. 
−  Achats semi-courants lourds : localisation de préférence, le long des voies structurantes, des 
voies principales et des voies de liaisons interquartiers. 
 
Ces lignes directrices devront donc guider les recommandations proposées afin d’atteindre les 
objectifs de développement, notamment vis-à-vis des nodules à  développer ou, au contraire, des 
nodules où l’activité commerciale ne devrait plus être renforcée. Rappelons par exemple que le SDC 
recommande de limiter les surfaces admissibles au sein du nodule d’Erpent, et supposait la 
réalisation du centre commercial  dans le centre urbain afin d’en renforcer l’attractivité. Sur ce 
dernier point, les ambitions pour le développement commercial à Namur sont donc bien en accord 
avec le SDC. 
 
5.6  Orientations des nodules commerciaux namurois 
 
Cette section vise à définir les orientations du développement commercial à Namur en identifiant les 
nodules à privilégier en matière de développement commercial à Namur, et inversement, ceux 
devant être consolidés et où le renforcement de l’activité n’est pas spécifiquement recherché, afin 
d’assurer une cohérence commerciale à l’échelle communale. Ces orientations visent à répondre à 
l’ambition affirmée et aux objectifs développés ci-dessus (cf. 5.3). Trois types d’orientations ont été 
définis pour les nodules commerciaux et conditionnent  le développement commercial de Namur 
dans une optique de renforcement de son attractivité commerciale. 
 
5.6.1  Nodules commerciaux à développer 
Les nodules à développer correspondent aux zones d’investissements privilégiées devant accueil ir 
les principaux projets commerciaux dans les années à venir. Ceux-ci doivent permettre à la ville 
d’atteindre ses objectifs en matière de potentialité, de renforcement de son attractivité commerciale 
et de développement équilibré du territoire communal. 
 
•  Centre-vil e de Namur 
En vue de renforcer l’attractivité de Namur comme pôle commercial de rayonnement régional, le 
renforcement du centre-ville est à privilégier, notamment en matière d’achats semi-courants légers. 
En effet, celui-ci constitue le nodule commercial central du bassin de consommation namurois. Son 
attractivité et son dynamisme constituent donc des enjeux cruciaux pour la ville. 
 
L’option privilégiée est la réalisation d’un nouveau centre commercial. La taille proposée pour le 
centre commercial est de 18 000 m² de surface commerciale nette de ventedont l’objectif est de 
renforcer l’offre en équipement semi-courant léger du centre-ville, la concurrence s’étant 
développée progressivement en périphérie de la vil e, ainsi que dans les pôles concurrents des 
bassins voisins (voir précédemment, 4.4). 
                                                           
1 Surface commerciale nette de vente au sens du Décret du 05 février 2015 relatif aux implantations commerciales (Soit hors 
service à caractère commercial et HORECA). A noter que l’alimentation n’a pas été pris en compte pour le calcul du potentiel. 
 
61 

 
 
Le centre-ville fait en outre l’objet d’un schéma d’orientation spécifique (cf. 5.9) et d’un plan 
d’actions (cf. 5.6.2) visant à renforcer son attractivité commerciale, réduire la vacance, et 
accompagner la réalisation du centre commercial. 
 
•  Belgrade 
L’offre commerciale sur l’ouest de la vil e est globalement peu structurée et moins développée que le 
long des principaux axes routiers de l’est et du sud de la ville. La fin de l’avenue Joseph Abras à 
Belgrade  a  été  sélectionnée  comme  zone  prioritaire  pour  la  formation  d’un  nouveau  nodule   
(5 000 m² de nouvelles surfaces commerciales estimées, les possibilités de transferts de commerces 
existants ne sont pas comptabilisés) grâce à son accessibilité (principale pénétrante urbaine du nord- 
ouest de la ville) et la présence de deux locomotives alimentaires (AD Delhaize et Carrefour Market). 
Le site de la Direction Immatriculation des Véhicules (DIV), actuellement en friche, présente un 
potentiel de développement élevé au sein de cette zone. Il pourrait donc accueil ir un projet 
commercial en vue d’assurer sa reconversion (zone d’activité mixte au plan de secteur compatible 
avec l’activité commerciale). L’objectif de formation d’un nodule sur cette zone est de développer 
une offre complémentaire aux nodules traditionnels de la ville (nodule de type soutien 
d’agglomération) en un point fort afin de proposer une offre plus structurée aux chalands. 
 
•  Suarlée 
Le début de la chaussée de Louvain-la-Neuve à Suarlée  constitue une autre localisation à haut 
potentiel commercial en raison de son accessibilité (principale pénétrante urbaine du nord-ouest de 
la ville) et de sa disponibilité foncière. Le début de la chaussée de Louvain-la-Neuve, située en zone 
d’habitat et ZACC, s’impose donc comme la seconde zone de développement pour structurer l’offre 
commerciale de l’ouest de la ville et pourrait accueillir un projet commercial venant compléter le 
nodule de Belgrade. 
 
En concordance avec le futur nodule de Belgrade, la surface commerciale supplémentaire allouée à 
Suarlée est de 4 500 m² (pour rappel, les possibilités de transferts ne sont pas comptabilisés) et un 
projet allant vers la formation d’un nodule spécialisé dans l’équipement semi-courant lourd est 
souhaité. Les structures commerciales susceptibles de concurrencer directement le centre-ville,  et 
les autres nodules traditionnels de la ville, sont à exclure. 
 
Le reste de la chaussée, inscrite en zone agricole et zone d’activité mixte, doit rester conforme à ces 
affectations (agricole et parc d’activités) afin de ne pas ouvrir la porte à des développements 
commerciaux le long de l’axe, similaires à ceux observés le long de la N4. 
 
5.6.2  Nodules commerciaux à soutenir 
Les nodules commerciaux traditionnels de Namur souffrent face au développement de l’offre en 
périphérie et l’évolution des habitudes de consommation. L’activité commerciale doit donc être 
soutenue dans les quartiers et nodules commerciaux secondaires de l’agglomération. Ceux-ci feront 
l’objet d’actions spécifiques détaillées dans la mise en œuvre (6). 
 
62 

 
 
 
Les nodules commerciaux à soutenir qui feront l’objet d’un plan d’actions spécifiques lors de la phase 
d’opérationnalisation du schéma d’attractivité sont les suivants : 
−  Centre-ville de Namur 
−  Jambes (Avenue Jean Materne) 
−  Bouge 
−  Salzinnes 
−  Saint-Servais 
 
Rappelons que l’avenue Jean Materne à Jambes constitue un nodule commercial relativement 
important qui bénéficie de la présence de plusieurs locomotives (Point Carré, Delhaize, Di, etc.) et 
conserve une part relativement importante d’équipement semi-courant léger au sein de son profil 
commercial. Ce centre secondaire de l’agglomération fait face à des problématiques relativement 
similaires au centre-ville de Namur. 
 
 
5.6.3  Nodules commerciaux à stabiliser 
Les nodules à stabiliser correspondent à des nodules commerciaux où le renforcement de l’activité 
commerciale n’est pas spécifiquement recherché. 
 
Comme mis en évidence lors du diagnostic, l’offre existante au sein de ces nodules s’est 
progressivement renforcée au cours des dix dernières années et est considérée comme étant 
aujourd’hui relativement complète. La volonté pour ces nodules est donc davantage de consolider 
(voire dans certains cas de compléter) leur offre. Une attention particulière devra notamment être 
portée aux nodules desservant les zones de développement résidentiel afin d’offrir une offre 
équilibrée à l’ensemble de la population namuroise. Les demandes potentielles d’implantations au 
sein de ces nodules seront évaluées individuel ement en fonction de la taille des projets (afin de ne 
pas créer de déséquilibre commerciaux) et à l’aide des recommandations par nodules qui sont 
présentées ci-dessous (cf. 5.7). 
 
Les nodules commerciaux à stabiliser sont les suivants : 
−  Erpent 
−  Naninne 
−  Avenue Prince de Liège (Jambes-Est) 
−  Champion 
−  Wépion 
−  Malonne 
−  Grands Malades 
−  Route de Hannut (Bouge) 
−  Boninne 
−  Temploux 
 
63 


 
 
 
5.7  Recommandations par nodule commercial 
 
Cette section présente les recommandations et intentions pour les différents nodules de la commune 
et définit les types d’offre et de structure commerciale recherchés. La Figure 36 présente les 
intentions pour les nodules de la vil e et leur type (en respectant la typologie proposée par le SRDC). 
Pour chaque nodule, les recommandations suivantes sont proposées : 
−  Des recommandations générales par type de nodule dans une optique de précision au 
niveau de la Vil e de Namur des recommandations du SRDC ; 
−  Des  recommandations  spécifiques  propres  à  chaque  nodule,  complétant  les 
recommandations générales, et traduisant précisément l’évolution souhaitée pour ceux-ci ; 
 
Les recommandations émises doivent trouver à s’appliquer à travers la gestion des autorisations 
administratives. Une délimitation précise de différents nodules est proposée dans la partie suivante 
du schéma. 
 
Une synthèse des recommandations, mises en perspective avec les orientations développées 
précédemment, est en outre proposée au point 5.8 afin d’offrir une vision synthétique à l’échelle 
communale. 
 
Figure 36. Carte d’intention des nodules commerciaux de la Vil e de Namur 
 
 
64 

 
 
 
5.7.1  Centres d’agglomération 
Nodules concernés : centre-vil e et avenue Jean-Materne à Jambes 

En concordance avec l’ambition affichée de renforcer l’attractivité commerciale de Namur (5.3), le 
renforcement des centres traditionnels de l’agglomération namuroise, et particulièrement du centre- 
ville, est à privilégier, notamment en matière d’achats semi-courants légers. En effet, rappelons que 
le centre de Namur constitue la première destination d’achat du bassin de consommation pour ce 
type de bien, qui répond à une logique de polarisation. Ceci rejoint les prescriptions du SRDC 
recommandant de conserver le rôle de moteur commercial des centres d’agglomérations en 
favorisant leur attractivité régionale, de conserver leur fonction structurante, et d’y favoriser les 
implantations d’équipement semi-courant léger, d’y assurer une mixité des fonctions. 
 
Outre la réalisation du centre commercial détaillée lors des orientations (cf. 5.6), l’objectif de 
développement principal pour le centre-vil e est de renforcer, quantitativement et qualitativement 
(niveau de gamme élevé qui constitue l’une des spécificités commerciales du centre), son offre en 
équipement semi-courant léger. Dans une volonté de précision du SRDC, le centre-ville a ainsi été 
sélectionné comme localisation exclusive pour plusieurs secteurs d’activités clefs, détaillés à l’annexe 
X. Ces secteurs spécifiques apparaissent comme des spécificités et des éléments attractifs du centre 
de Namur, et il convient de veil er à ce que les points de vente spécialisés dans ces domaines restent 
concentrés dans le centre-ville. Cette disposition rejoint en outre les recommandations du SDC qui 
privilégie les localisations dans le centre urbain (classe A+) pour les biens semi-courants non 
encombrants. 
 
L’avenue Jean Materne à Jambes constitue un nodule commercial relativement important qui 
bénéficie de la présence de plusieurs locomotives (Point Carré, Delhaize, Di, etc.) et conserve une 
part relativement importante d’équipement semi-courant léger au sein de son profil commercial. 
Comme pour le centre-vil e, le renforcement des locomotives existantes, et de l’offre en équipement 
semi-courant léger de manière générale, constituent des enjeux primordiaux pour l’avenue  Jean 
Materne, et plus particulièrement dans la partie centrale plus dense du nodule commercial, entre le 
Pont de Jambes et la place de la Wallonie. Il conviendrait ainsi d’éviter l’implantation d’équipement 
semi-courant léger au-delà de cette place vers la gare et de concentrer spatialement l’offre dans la 
partie la plus attractive du nodule. 
 
5.7.2  Nodules de proximité 
Nodules concernés : Salzinnes, Saint-Servais, Temploux, Boninne et Wépion 

En parallèle au renforcement des principaux centres de l’agglomération, l’activité commerciale doit 
également être soutenue dans les quartiers et nodules de proximité de l’agglomération namuroise. 
Comme détaillé précédemment, ces espaces traditionnels souffrent face au développement de 
l’offre en périphérie et l’évolution des habitudes de consommation. Or ceux-ci jouent un rôle crucial 
en matière d’animation des quartiers et de desserte de la population namuroise. 
 
Les recommandations pour ces nodules consistent donc à maintenir et favoriser leur offre de 
proximité, soit principalement les domaines d’achats courants (alimentaire) et services à caractère 
commerciaux (banques, salons de coiffure, horeca, etc.). Pour rappel, plusieurs d’entre eux feront 
 
65 

link to page 67  
 
 
l’objet d’un plan d’actions spécifiques, qui sera détaillé dans la mise en œuvre (6), afin d’y dynamiser 
l’activité commerciale. 
 
5.7.3  Nodules de soutien d’agglomération 
Nodules concernés : Avenue Prince de Liège (Jambes-Est), Erpent, Bouge et Belgrade 

Les nodules de soutien d’agglomération constituent des nodules dont la planification doit être 
particulièrement méthodique, car ceux-ci sont des localisations prisées des investisseurs et car un 
développement trop important de ces derniers, notamment en matière d’équipement semi-courant 
léger, peut conduire à un affaiblissement des centres traditionnels. Les recommandations générales 
pour ces nodules rejoignent et précisent celles du SRDC : 
−  Permettre l’implantation d’équipement courant (alimentaire) et semi-courant lourd dans une 
optique de complémentarité avec l’offre  des centres de l’agglomération (nécessité de 
surfaces moyennes importantes et accessibilité voiture) ; 
−  Limiter l’implantation d’équipement semi-courant léger et particulièrement les implantations 
spécialisées15 dans les secteurs exclusifs pour le(s) centre(s) de l’agglomération (cf. annexe 
X) ; 
−  Garantir un équilibre avec le(s) centre(s) de l’agglomération, et éviter un déséquilibre en 
termes de surfaces commerciales ; 
−  Rechercher un équilibre spatial de ce type de nodule autour de l’agglomération. 
 
Le nodule de l’avenue Prince de Liège (Jambes-Est), hors partie Grands Malades (cf. 5.7.4), constitue 
le principal nodule de soutien d’agglomération à Namur. Il joue donc un rôle complémentaire à 
l’avenue Jean Materne et au centre-ville, et accueille notamment les principaux super et 
hypermarchés de la ville. L’axe arrive progressivement à saturation et le soutien au nodule doit donc 
maintenant s’articuler autour de la densification commerciale et la rénovation des cellules vides 
existantes, particulièrement dans la partie centrale du nodule commercial. 
 
À Erpent, le développement de nouvel es surfaces commerciales importantes le long de la Nationale 
4 est à éviter. L’implantation de nouvelles surfaces commerciales d’achat semi-courant léger est à 
proscrire. Cette disposition concernant Erpent rejoint les objectifs du SDC qui propose de limiter les 
surfaces admissibles au sein du nodule. Ainsi, les projets commerciaux prévoyant des surfaces de 
vente nette de plus de 2 000 m² sont à éviter le long de l’axe. Le SRDC recommande en outre de 
concentrer le développement futur de l’offre périphérique sur un unique point fort et stopper les  
développements multiples le long de la N4, ce qui apparait particulièrement cohérents au regard des 
orientations proposées précédemment (cf. 5.6). L’implantation de surfaces d’achats courants, de 
proximité et de services peut par contre être envisagée, dans les limites de superficies proposées, 
afin de répondre à la croissance démographique : la zone constitue une réserve foncière importante, 
dans le périmètre de l’agglomération, où la population continuera de croitre avec les 
développements résidentiels au cours des prochaines années. 
 
Rappelons en outre que les orientations détail ées précédemment (cf. 5.6) préconisent la création 
d’un nouveau nodule de soutien à Belgrade, en mobilisant notamment l’ancien site de la DIV, dans 
 
15 Par opposition à une offre généraliste. 
 
66 

 
 
 
un objectif de structuration de l’offre commerciale sur l’ouest de la ville. Les recommandations 
générales pour les nodules de soutien d’agglomération sont donc d’application pour ce (futur) 
nodule et notamment la limitation de points de vente spécialisés (par opposition à une offre 
généraliste pour rappel) en équipement semi-courant léger. 
 
5.7.4  Nodules spécialisés en équipement semi-courant lourd 
Nodules concernés : Naninne, Champion, Malonne, Suarlée, Grands Malades et route de Hannut 
(Bouge) 

Les nodules spécialisés sont caractérisés par la prédominance d’un type d’équipement au sein de leur 
offre. Les recommandations générales visent donc globalement au maintien, voire au renforcement, 
de cette spécialisation. 
 
Le nodule commercial de Naninne, situé dans le prolongement de celui d’Erpent le long de la N4, 
présente une spécialisation marquée en équipement semi-courant lourd, contrairement à ce dernier. 
Les projets commerciaux venant renforcer la spécialisation initiale du nodule en équipement semi- 
courant lourd peuvent être envisagés, notamment si ceux-ci renforcent la densité commerciale de 
l’axe plutôt que de contribuer à son urbanisation en ruban. En corollaire, l’offre en équipement semi- 
courant léger est encore relativement restreinte au sein du nodule. Il convient dès lors d’exclure le 
développement de l’équipement semi-courant léger de manière générale et de proscrire 
l’implantation de nouvelles surfaces dans les secteurs d’activités identifiés comme exclusifs pour les 
nodules centraux de l’agglomération. 
 
Dans la même optique, une attention particulière devra être prêtée au nodule commercial de 
Malonne, dont l’essentiel de l’offre se situe sur la commune de Floreffe, qui doit conserver un rôle de 
desserte autour des achats courants (supermarchés) et semi-courants lourds, et dont le 
développement en équipement semi-courant léger doit être limité, alors que la tendance est à son 
renforcement (Maxi Toys, chaussures Groux, etc.), notamment sur le territoire de la commune de 
Floreffe. 
 
Dans cette logique de coordination avec les communes voisines, une attention particulière devra être 
portée aux zones d’intérêt supracommunales qui ne doivent pas constituer une  nouvel e 
concurrence intra-bassin pour Namur : le prolongement de la N4 à Assesse, la N951 à Bois-de-Villers 
et le parc commercial aux portes de Spy. Ces zones bénéficient de leur proximité avec Namur et 
pourraient faire l’objet d’un intérêt commercial. 
 
Le nodule de Suarlée, dont le développement a été identifié comme prioritaire lors des orientations 
pour rappel (5.6), devrait s’orienter vers un profil spécialisé dans l’équipement semi-courant lourd. 
 
Le nodule de Champion présente un profil commercial plus équilibré que les autres nodules de cette 
catégorie. L’inscription de Champion au sein des nodules spécialisés en équipement semi-courant 
lourd traduit donc la volonté d’accroitre la spécialisation de ce dernier, et d’orienter les éventuels 
développements futurs (et remplacements de commerces existants) vers l’équipement semi-courant 
lourd. De plus, les projets commerciaux sont proscrits au-delà de la sortie autoroutière afin de 
 
67 

 
 
 
mettre un véto à une situation potentielle de développement commercial en ruban le long de la 
chaussée de Louvain, en cohérence avec l’affectation en zone agricole au plan de secteur. 
 
Le nodule Grands Malades est constitué par la chaussée de Liège entre le pont des Grands Malades 
(zone Colryut et Brico) et le viaduc de Beez. Celui-ci est distingué dans cette phase de 
recommandations car il s’individualise du reste de l’axe16 par sa spécialisation en équipement semi- 
courant lourd. Il est donc recommandé pour ce nodule de maintenir cette spécialisation et d’orienter 
les futurs développements vers l’équipement semi-courant lourd. 
 
Le nodule de la route de Hannut à Bouge (spécialisé en équipement semi-courant lourd) et  d’une 
taille plus limitée et sa spécialisation s’explique par la présence de grandes surfaces qui dominent 
son mix commercial. Les recommandations pour ce nodule sont donc de maintenir cette 
spécialisation et d’orienter les éventuels développements futurs vers l’équipement semi-courant 
lourd. 
 
5.8  Synthèse 
 
L’ensemble des orientations et recommandations pour les différents nodules commerciaux de la ville 
ont été synthétisées ci-dessous (Tableau 19) afin d’offrir une vision la plus globale possible du 
développement commercial à Namur. Le tableau reprend la priorisation du développement des 
nodules, ainsi que les recommandations au niveau de l’offre commerciale qui y est souhaitée, dans 
un objectif général de renforcement de l’attractivité commerciale de Namur. 
 
Tableau 19. Synthèse des orientations et recommandations pour les nodules commerciaux de Namur 
 
Nodule 
commercial 
Orientation 
Type 
Recommandations 
 
 
 
Recommandations générales : 
 
 
 
Renforcer le rôle de moteur commercial et de première 
 
 
 
destination d’achat au sein du bassin de consommation 
 
 
 
 
 
 
 
Renforcer l’offre en équipement semi-courant léger et dans 
Centre-vil e 
Nodule à 
Centre principal  les secteurs d’activités identifiés comme exclusifs (voir 
développer 
d’agglomération  annexe) 
  Recommandations spécifiques : 
Réaliser le projet de centre commercial 
  Mise en place d’un plan d’actions spécifique au nodule 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
16 Pour rappel, celui-ci était intégré au nodule de l’avenue Prince de Liège lors du diagnostic. 
 
68 

 
 
 
 
 
Nodule 
commercial 
Orientation 
Type 
Recommandations 
 
 
 
Recommandations générales : 
 
 
 
Maintenir le rôle structurant du nodule à l’échel e de 
 
 
 
l’agglomération et renforcer sa spécificité commerciale 
 
 
 
 
 
 
 
Favoriser l’implantation de l’équipement semi-courant léger 
 
 
 
et des secteurs d’activités identifiés comme exclusifs (voir 
 
 
 
Jambes 
Centre 
annexe) 
(Avenue Jean 
Nodule à 
secondaire 
 
Materne) 
soutenir 
d’agglomération  Recommandations spécifiques : 
Concentrer les implantations dans la partie centrale du 
nodule entre le pont de Jambes et la place de la Wal onie 
 
Maintenir les principales locomotives commerciales du 
nodule (Point Carré, Delhaize, Di, etc.) 
  Mise en place d’un plan d’actions spécifique au nodule 
 
 
 
Recommandations générales : 
 
 
 
Maintenir l’offre en équipement courant et services de 
Salzinnes 
Nodule à 
Nodule de 
proximité pour la population des quartiers 
soutenir 
proximité 
 
Recommandations spécifiques : 
Mise en place d’un plan d’actions spécifique au nodule 
 
 
 
Recommandations générales : 
 
 
 
Maintenir l’offre en équipement courant et services de 
Saint-Servais 
Nodule à 
Nodule de 
proximité pour la population des quartiers 
soutenir 
proximité 
 
Recommandations spécifiques : 
Mise en place d’un plan d’actions spécifique au nodule 
 
Recommandations générales : 
Temploux 
Nodule à 
Nodule de 
stabiliser 
proximité 
Maintenir l’offre en équipement courant et services de 
proximité pour la population des quartiers 
 
Recommandations générales : 
Boninne 
Nodule à 
Nodule de 
stabiliser 
proximité 
Maintenir l’offre en équipement courant et services de 
proximité pour la population des quartiers 
 
 
 
Recommandations générales : 
 
 
 
Maintenir l’offre en équipement courant (dont la principale 
 
 
 
locomotive alimentaire – Carrefour Hyper) et services de 
 
 
 
proximité pour la population des quartiers 
 
 
 
 
 
Wépion 
Nodule à 
Nodule de 
Recommandations spécifiques : 
stabiliser 
proximité 
Encourager le développement de l’offre et services de 
proximité pour les quartiers résidentiels du sud-ouest de 
l’agglomération 
 
Encourager le développement de l’offre horeca en lien avec 
l’activité touristique 
 
69 

 
 
 
 
 
Nodule 
commercial 
Orientation 
Type 
Recommandations 
 
 
 
Recommandations générales : 
 
 
 
Garantir la complémentarité de l’offre avec les centres 
 
 
 
traditionnels de la commune : 
 
 
 
−  Favoriser l’implantation d’équipement courant 
 
 
 
(alimentaire) et semi-courant lourd 
 
 
 
−  Exclure une nouvelle offre en équipement semi- 
 
 
 
courant léger et particulièrement les implantations 
 
 
 
spécialisées dans les secteurs exclusifs pour le(s) 
 
 
 
centre(s) de l’agglomération (voir annexe) 
 
 
 

 
 
 
 
Garantir un équilibre avec les centres de 
Avenue Prince 
Nodule de 
l’agglomération, et éviter un déséquilibre en termes 
de Liège 
Nodule à 
soutien 
de surfaces commerciales 
(Jambes-Est) 
stabiliser 
d’agglomération 
−  Rechercher un équilibre spatial de ce type de nodule 
autour de l’agglomération 
 
Recommandations spécifiques : 
Favoriser la densification (parcel es libres) du nodule et la 
reconversion des cel ules commerciales vides 
 
La partie du nodule entre le pont des Grands Malades et le 
viaduc de Beez doit maintenir sa spécialisation en 
équipement semi-courant lourd, en favorisant l’implantation 
de ce type d’équipement, et le développement d’une 
nouvelle offre en l’équipement semi-courant léger y est exclu 
 
 
 
Recommandations générales : 
 
 
 
Garantir la complémentarité de l’offre avec les centres 
 
 
 
traditionnels de la commune : 
 
 
 
−  Favoriser l’implantation d’équipement courant 
 
 
 
(alimentaire) et semi-courant lourd 
 
 
 
−  Exclure une nouvelle offre en équipement semi- 
 
 
 
courant léger et particulièrement les implantations 
 
 
 
spécialisées dans les secteurs exclusifs pour le(s) 
 
 
 
centre(s) de l’agglomération (voir annexe) 
 
 
 
 
 
 
−  Garantir un équilibre avec les centres de 
 
 
l’agglomération, et éviter un déséquilibre en termes 
 
 
 
Nodule de 
de surfaces commerciales 
Erpent 
Nodule à 
−  Rechercher un équilibre spatial de ce type de nodule 
stabiliser 
soutien 
d’agglomération 
autour de l’agglomération 
 
Recommandations spécifiques : 
Éviter l’implantation de nouvel es surfaces dans les secteurs 
d’activités identifiés comme exclusifs pour les nodules 
centraux de l’agglomération 
 
Limiter les surfaces admissibles en concordance avec le SDC 
(< 2 000 m²) 
 
Possibilité de renforcement de l’offre en équipement courant 
(alimentaire) et services, en lien avec les développements 
résidentiels à proximité 
 
70 

 
 
 
 
 
Nodule 
commercial 
Orientation 
Type 
Recommandations 
 
 
 
Recommandations générales : 
 
 
 
Garantir la complémentarité de l’offre avec les centres 
 
 
 
traditionnels de la commune : 
 
 
 
−  Favoriser l’implantation d’équipement courant 
 
 
 
(alimentaire) et semi-courant lourd 
 
 
 
−  Exclure une nouvelle offre en équipement semi- 
 
 
 
courant léger et particulièrement les implantations 
 
 
Nodule de 
spécialisées dans les secteurs exclusifs pour le(s) 
Bouge 
Nodule à 
soutenir 
soutien 
centre(s) de l’agglomération (voir annexe) 
d’agglomération 
−  Garantir un équilibre avec les centres de 
l’agglomération, et éviter un déséquilibre en termes 
de surfaces commerciales 
−  Rechercher un équilibre spatial de ce type de nodule 
autour de l’agglomération 
 
Recommandations spécifiques : 
Mise en place d’un plan d’actions spécifique au nodule 
 
 
 
Recommandations générales : 
 
 
 
Garantir la complémentarité de l’offre avec les centres 
 
 
 
traditionnels de la commune : 
 
 
 
−  Favoriser l’implantation d’équipement courant 
 
 
 
(alimentaire) et semi-courant lourd 
 
 
 
−  Exclure une nouvelle offre en équipement semi- 
 
 
 
courant léger et particulièrement les implantations 
 
 
 
spécialisées dans les secteurs exclusifs pour le(s) 
 
 
 
centre(s) de l’agglomération (voir annexe) 
 
 
 

 
Nodule de 
 
Garantir un équilibre avec les centres de 
Belgrade 
Nodule à 
l’agglomération, et éviter un déséquilibre en termes 
développer 
soutien 
d’agglomération 
de surfaces commerciales 
−  Rechercher un équilibre spatial de ce type de nodule 
autour de l’agglomération 
 
Recommandations spécifiques : 
Favoriser la reconversion de la zone de la DIV dans une 
logique de densification commerciale sur un point fort 
 
Exclure l’implantation d’équipement semi-courant léger et 
des secteurs d’activités identifiés comme exclusifs pour les 
nodules centraux de l’agglomération 
 
71 

 
 
 
Nodule 
commercial 
Orientation 
Type 
Recommandations 
 
 
 
Recommandations générales : 
 
 
 
Maintenir la spécialisation du nodule en favorisant 
 
 
 
l’implantation d’équipement semi-courant lourd 
 
 
 
 
 
 
 
Recommandations spécifiques : 
 
 
 
L’implantation de nouvel es surfaces dans les secteurs 
 
 
 
d’activités identifiés comme exclusifs pour les nodules 
 
 
 
centraux de l’agglomération est proscrite 
 
 
Nodule 
 
 
spécialisé en 
Naninne 
Nodule à 
Exclure une nouvelle offre en équipement semi-courant léger 
stabiliser 
équipement 
semi-courant 
de manière générale 
lourd 
 
Favoriser les projets renforçant la densité commerciale de 
l’axe plutôt que son urbanisation en ruban 
 
Possibilité de renforcement de l’offre en équipement courant 
(alimentaire) et services, en lien avec les développements 
résidentiels à proximité, en limitant les surfaces admissibles 
pour ce type d’équipement en concordance avec le SDC 
(< 2 000 m²) 
 
 
 
Recommandations générales : 
 
 
 
Garantir la complémentarité de l’offre avec les centres 
 
 
 
traditionnels de la commune : 
 
 
 
−  Favoriser l’implantation d’équipement courant 
 
 
 
(alimentaire) et semi-courant lourd 
 
 
 
−  Exclure une nouvelle offre en équipement semi- 
 
 
 
courant léger et particulièrement les implantations 
 
 
 
spécialisées dans les secteurs exclusifs pour le(s) 
 
 
Nodule 
centre(s) de l’agglomération (voir annexe) 
 
 
spécialisé en 
−  Garantir un équilibre avec les centres de 
Champion 
Nodule à 
stabiliser 
équipement 
l’agglomération, et éviter un déséquilibre en termes 
semi-courant 
de surfaces commerciales 
lourd 
−  Rechercher un équilibre spatial de ce type de nodule 
autour de l’agglomération 
 
Recommandations spécifiques : 
Accroitre la spécialisation du nodule dans l’équipement semi- 
courant lourd 
 
Projets commerciaux proscrits au-delà de la sortie 
autoroutière 
 
 
 
Recommandations générales : 
 
 
 
Maintenir la spécialisation du nodule en favorisant 
 
 
 
l’implantation d’équipement semi-courant lourd 
 
 
 
 
 
Nodule 
Recommandations spécifiques : 
 
spécialisé en 
Malonne 
Nodule à 
Maintenir un rôle de desserte (achats courants et semi- 
stabiliser 
équipement 
semi-courant 
courants lourds) du nodule, en coordination avec la 
lourd 
commune de Floreffe 
 
Exclure une nouvelle offre en équipement semi-courant léger 
(tendance au renforcement sur le territoire communal de 
Floreffe) 
 
72 

 
 
 
 
 
Nodule 
commercial 
Orientation 
Type 
Recommandations 
 
 
Nodule 
Recommandations générales : 
Grands 
Nodule à 
spécialisé en 
Maintenir la spécialisation du nodule en favorisant 
Malades 
stabiliser 
équipement 
l’implantation d’équipement semi-courant lourd 
semi-courant 
lourd 
 
 
 
Recommandations générales : 
 
 
 
Développer la spécialisation du nodule en favorisant 
 
 
 
l’implantation d’équipement semi-courant lourd 
 
 
 
 
Nodule 
 
Recommandations spécifiques : 
 
spécialisé en 
Suarlée 
Nodule à 
Développement commercial à favoriser au début de la 
développer 
équipement 
semi-courant 
chaussée de Louvain-la-Neuve en concordance avec le plan 
lourd 
de secteur (zone d’habitat et ZACC) 
 
Développement commercial proscrit en zone agricole et au 
sein de la zone d’activités du BEP – Ecolys (zone d’activités 
mixtes) 
 
 
Nodule 
Recommandations générales : 
 
 
Maintenir la spécialisation du nodule en favorisant 
Route de 
Nodule à 
spécialisé en 
l’implantation d’équipement semi-courant lourd 
Hannut (Bouge) 
stabiliser 
équipement 
semi-courant   
lourd 
Limiter le développement de l’équipement semi-courant 
léger 
 
73 


 
 
 
5.9  Schéma d’orientation du centre-ville 
 
La Figure 37 propose une vision du centre-ville de Namur à l’horizon 2025. La stratégie d’expansion 
du centre-ville s’articule autour des six piliers suivants : 
 
1.  Le renforcement de l’hypercentre ; 
2.  La création d’un nouveau cheminement Carmes – Emile Cuvelier ; 
3.  Le maintien d’un piétonnier spécialisé ; 
4.  Le renforcement de l’horeca et des fonctions complémentaires ; 
5.  L’amélioration de la capacité de stationnement ; 
6.  Le développement d’une offre alimentaire alternative en centre-ville. 
 
Figure 37. Schéma d’orientation du centre-vil e de Namur 
 
 
1.  Le renforcement de l’hypercentre 
Comme mis en évidence lors de l’analyse de l’offre commerciale, l’hypercentre de Namur  constitue 
le moteur commercial de la Corbeille (ainsi que de la commune et du bassin de consommation). Il 
confère au nodule sa capacité d’attraction et rassemble les principales locomotives permettant 
d’amener un volume de clientèle importante dans le centre-vil e. Le maintien d’un hypercentre 
dynamique et attractif constitue donc un des gages de succès du renouveau commercial du centre- 
vil e. Or, comme constaté précédemment (cf. 3.4.5), l’hypercentre présente les premiers signes d’un 
effritement de son tissu commercial dans la partie nord. 
 
74 

 
 
 
L’objectif est dès lors de régénérer une véritable bipolarité Square Léopold/Gare – Place d’Armes qui 
constituent les deux extrémités de l’hypercentre. L’axe rue de Fer– rue de l’Ange maintiendra ainsi 
son rôle d’artère commerciale faisant la liaison entre les deux polarités. L’ambition de renforcer 
l’attractivité de Namur (cf. 5.3) suppose la réalisation du projet de centre commercial sur le Square 
Léopold. Ce projet, combiné à l’arrivée de nouvelles locomotives (Primark) dans la partie nord de 
l’hypercentre, correspond de fait à la création d’une seconde polarité forte dans l’hypercentre. 
L’arrivée de Primark dans la partie nord du centre-ville apparait en effet positive. Cette enseigne 
constitue une locomotive relativement forte qui permettra de renforcer l’attractivité du centre de 
Namur. De plus, son niveau de gamme apparait d’une part cohérent avec la logique de 
consommation de masse de la future polarité nord de l’hypercentre, et d’autre part complémentaire 
aux enseignes relativement ubiquistes attendues dans le centre commercial. Cette spécialisation de 
la partie nord de l’hypercentre permet à terme d’espérer une complémentarité avec la partie sud 
davantage orientée autour d’un standing de niveau moyen à haut. 
 
Il conviendra par ailleurs d’attirer de nouvelles enseignes au sein du projet de centre commercial afin 
de compléter l’offre existante. Le potentiel disponible semble suffisant pour éviter un transfert17 
massif de magasins déjà présents dans la rue de Fer et place de l’Ange vers le nouveau centre 
commercial, et ainsi amoindrir la création d’un déséquilibre commercial en faveur de la polarité 
nord. Le maintien de l’Inno, Zara, Bershka, H&M et Esprit, qui constituent cinq locomotives 
importantes sur l’axe Fer-Ange, apparait à ce regard particulièrement crucial. La rénovation de 
l’ancien Eldorado (1 500 m² d’équipement de la personne et 800 m² dédiés aux loisirs) s’inscrit 
également parfaitement dans cette optique de renforcement de l’artère commerçante principale. 
Les transferts potentiels devront en outre laisser place à des enseignes choisies avec soin. En effet, le 
centre commercial rassemblera vraisemblablement des enseignes relativement ubiquistes en 
Wallonie, tandis que le reste du centre-ville devra jouer sur une offre  spécifique peu représentée 
dans le reste de la région, notamment sur le segment « luxe »18 ou nouvelles enseignes/concepts en 
développement à l’échelle nationale (avec une communication autour de la première implantation 
en Wallonie). Comme mis en évidence lors de l’analyse des grandes enseignes (cf. 3.4.2.2), l’arrivée 
de Media Markt constituerait une force pour le centre-vil e et pour l’attractivité de Namur. Cette 
enseigne nécessite une surface importante et pourrait notamment occuper le dernier étage du futur 
centre commercial : elle constitue une des rares locomotives suffisamment fortes pour supporter 
une localisation de ce type. Si aucun local adapté aux besoins de l’enseigne ne pouvait être trouvé 
dans le centre-ville, une localisation en périphérie pourrait alors être envisagée dans cette optique 
de renforcement de l’attractivité de Namur. 
 
Enfin, une attention particulière devra être portée au déplacement du terminus des TEC au-dessus de 
la gare. En effet, celui-ci constitue un générateur de trafic particulièrement crucial  pour 
l’hypercentre : chaque utilisateur des TEC constitue un client potentiel pour les commerces situés à 
proximité immédiate. Or ceux-ci disposent généralement d’un temps limité pour effectuer un achat 
avant de prendre leur bus. Le déplacement prochain du terminus TEC à la marge du nodule peut 
donc être désavantageux à l’activité commerciale en réduisant la zone de déplacement potentiel de 
 
17 Comme cela s’est observé dans le centre de Charleroi suite à la réalisation du projet Rive Gauche. 
18 Constitue déjà une des spécificités de Namur avec certaines enseignes uniquement présentes à Namur en 
Wal onie pour rappel. 
 
75 

 
 
 
ces usagers au sein du centre. Le maintien de connexions piétonnes aisées et directes vers le nodule 
constitue un objectif en matière d’aménagement urbain du nouveau site. 
 
2.  La création d’un nouveau cheminement Carmes – Emile Cuvelier 
Les rues des Carmes et des Croisiers constituent des localisations disposant d’un fort potentiel 
commercial. Néanmoins, ces rues peinent à trouver une offre commerciale stable. Un plan d’actions 
spécifique de redynamisation de cet espace pourrait être mis en place. En effet, cette zone présente 
plusieurs caractéristiques permettant d’envisager une action spécifique. Premièrement, un nombre 
relativement élevé de cellules commerciales disponibles dans ces rues, dont certaines depuis plus de 
deux ans (cellules vides structurelles). Deuxièmement, les niveaux de loyers relevés (0) sont 
relativement faibles, malgré la proximité de la rue de Fer, ce qui peut permettre à des niches 
commerciales et nouveaux concepts de s’y implanter et d’y pérenniser leur activité. Troisièmement, 
les aménagements urbains sont adaptés (Rue Saint-Joseph en piétonnier et stationnement en rue 
possible dans Carmes-Croisiers) et le cadre urbain est de qualité. 
 
La redynamisation de l’espace Carmes-Croisiers apparaitrait particulièrement complémentaire à la 
reprise commerciale constatée dans la rue Emile Cuvelier. En effet, ceci permet d’envisager la 
formation d’un cheminement parallèle à l’axe Ange-Fer. Le cheminement des clients au sein du 
centre-ville évoluerait donc vers une forme de « 8 », plutôt qu’un simple aller-retour le long de la rue 
de Fer. 
 
Cette orientation doit être complétée par l’aménagement des connections piétonnes. Le 
réaménagement des galeries Werenne et Jardin d’Harscamp constitue des projets potentiellement 
significatifs en raison de leur nature et localisation stratégique. En effet, l’ouverture de ces galeries 
via un projet urbain améliorerait la connexion entre la place de Station et la rue des Carmes, et entre 
la place de l’Ange et du Théâtre (jouant ainsi sur la complémentarité entre l’horeca de la place du 
Théâtre et l’équipement semi-courant léger de la place de l’Ange). 
 
3.  Le maintien d’un piétonnier spécialisé 
La spécialisation du piétonnier sur un segment davantage luxueux de l’équipement semi-courant 
léger, et dans l’horeca dans sa partie sud, constitue un des atouts commerciaux du centre-ville, 
particulièrement face à la concurrence qui s’est développée en périphérie et dans les centres des 
bassins concurrents. En effet, de par sa position avancée dans la hiérarchie urbaine, Namur bénéficie 
du développement de cette offre de standing plus élevé qui ne se retrouve généralement pas dans 
les développements périphériques et les vil es de plus petite tail e. Le piétonnier permet donc au 
centre-ville de Namur d’attirer une clientèle spécifique pouvant être disposée à parcourir une 
distance importante pour accéder à cette offre concentrée et diversifiée. 
 
Le maintien de la spécialisation du piétonnier constitue donc un enjeu important en matière 
d’attractivité commerciale pour l’ensemble du centre-vil e. Le renforcement de son réseau 
d’indépendants constitue certainement un paramètre crucial, ainsi que d’éviter le transfert des 
grandes enseignes y étant présentes. Le maintien d’un niveau qualitativement élevé des 
aménagements urbains et architecturaux (façades et vitrines notamment) constituent également des 
atouts particuliers pour ce type de commerces. 
 
76 

 
 
 
 
4.  Le renforcement de l’horeca et des fonctions complémentaires 
Comme expliqué précédemment, l’équipement semi-courant léger, et particulièrement les secteurs 
de l’habil ement et de l’équipement de personne, confèrent sa capacité de polarisation de la 
clientèle au nodule commercial (commerce de destination). L’horeca joue un rôle particulièrement 
complémentaire à cette offre en renforçant l’effet de flânerie pour la clientèle dans les centres 
urbains. Deux localisations, déjà en partie spécialisées dans ce domaine, sont à privilégier au sein de 
l’hypercentre pour ce type d’activité : la partie sud du piétonnier et la place du Théâtre. Les 
recommandations présentées aux points précédents devraient pouvoir permettre d’assurer la 
dynamique de ces polarités. 
 
La rue de Bruxelles accueil e également plusieurs établissements de ce type à cause de la proximité 
de l’université. El e devrait donc maintenir cette spécialisation de manière endogène. Deux nouvelles 
petites  polarités pourraient émerger avec le réaménagement de la place Saint-Aubain et la 
réalisation du plan casernes (place Rogier). Les aménagements de ces zones doivent donc être prévus 
pour favoriser ce type d’activité (trottoirs suffisamment larges pour déployer une terrasse, maintien 
de cellules commerciales, zones de stationnement adaptées, etc.). 
 
Le centre de Namur bénéficie de la présence de nombreux générateurs de trafic (administrations, 
université, écoles, gares, cinéma, théâtre, etc.) qui engendrent des flux piétons quotidiens dans le 
centre-vil e. Ces générateurs de trafic constituent évidemment une force pour l’activité commerciale 
des centres traditionnels, ceux-ci drainant un volume important de clients potentiels. Le maintien de 
ces générateurs constitue donc un enjeu pour la vitalité du centre-ville. La mise en œuvre du plan 
casernes va dans ce sens et devrait permettre de renforcer l’activité commerciale dans le centre. Les 
espaces d’implantation recommandés pour ce type d’activités tertiaires se situent aux marges du 
nodule commercial car ceux-ci ne bénéficient pas autant que le commerce d’une localisation en plein 
hypercentre, et ne doivent pas générer une concurrence additionnel e sur les locaux avec la fonction 
commerciale. 
 
5.  L’amélioration de la capacité de stationnement 
La capacité de stationnement dans le centre-ville de Namur devra être renforcée suite à la réalisation 
de plusieurs parkings en ouvrage. Les parkings du centre-ville, notamment celui de la place d’Armes, 
sont régulièrement saturés ce qui constitue un véritable frein pour la clientèle. L’accessibilité et la 
difficulté de stationnement constituent des paramètres jouant en défaveur des centres urbains 
traditionnels par rapport à l’offre périphérique, qui dispose généralement de vastes espaces de 
stationnement gratuits. La ville de Namur pourrait voir son offre de stationnement améliorée par la 
réalisation de trois projets de parkings en ouvrage : un parking intégré au nouveau centre 
commercial, le parking de la confluence et le parking de la place du Palais de Justice. Ces trois 
aménagements permettront de renforcer significativement la capacité de stationnement du centre- 
ville, malgré la suppression du stationnement place Saint-Aubain. 
 
Le parking du nouveau centre commercial se situera en plein cœur de l’hypercentre ce qui constitue 
un atout du projet. La distance entre le début de la rue Saint-Jacques et la place du Palais de Justice 
est de 2 à 3 minutes à pieds, ce qui est satisfaisant pour que le futur parking constitue une des 
 
77 

 
 
 
alternatives crédibles pour se stationner dans le centre. Le parking de la confluence se situe par 
contre à une distance légèrement plus importante du nodule commercial proprement dit. Rappelons 
en outre que le franchissement d’un fleuve constitue généralement une rupture, parfois simplement 
psychologique, en matière de déplacements, ce qui ne facilitera pas le recours spontané à ce parking. 
La tarification prévue sera à adapter en fonction de ces paramètres. La partie sud du centre-ville 
nécessitait un renforcement du parking et cet ouvrage pourra combler ce besoin, même s’il 
n’accueil era que peu de flâneurs qui remontrons jusqu’au nord de la rue de Fer. 
 
Notons enfin que le temps de stationnement gratuit est passé de dix minutes à trente  minutes  
depuis le 1er janvier 2018. Cette mesure était nécessaire et permet des achats de desserte tout en 
évitant les voitures ventouses. 
 
6.  Le développement d’une offre alimentaire alternative en centre-ville 
La capacité d’un centre-vil e à permettre tout type d’achat pour les flâneurs mais aussi les travailleurs 
quotidiens et les habitants doit être garantie par l’accueil de nouveaux concepts. En matière 
alimentaire, les espaces dédiés à la vente de produits locaux, souvent biologiques, en circuit court est 
une tendance qu’il est nécessaire d’accompagner. Une hal e ou un espace dédié est à rechercher, 
d’autant plus que la faiblesse des surfaces alimentaires dans le centre-ville avait été identifiée 
précédemment (cf. 3.4.2.1). 
 
78 

Document Outline