Ceci est une version HTML d'une pièce jointe à la demande d'accès à l'information 'Composition des cabinets de la province du Brabant Wallon'.

 Règlement du 4 septembre 1997 portant le statut pécuniaire des 
agents provinciaux 
 
Texte coordonné : BP n°9- 16 décembre 2015 
 
 
Article  1er -
 Le présent statut pécuniaire s’applique aux membres du personnel non enseignant de 
l’administration provinciale du Brabant wallon.  
 
 
PREMIERE PARTIE - REGIME ORGANIQUE 
 
 
CHAPITRE 1ER - DES ECHELLES DE TRAITEMENT 
 
 
Article 2 -
 Les traitements sont fixés par des échelles comportant : 
     - un traitement annuel minimum; 
     - des traitements  dénommés  "échelons  intercalaires"  résultant  des  augmentations périodiques; 
     - un traitement annuel maximum. 
 
 
Article 3 - §1er - Chaque échelle de traitement est désignée comme suit : 
     - une lettre A, B, C, D ou E correspondant au niveau de l’agent suivie d’un nombre et      
éventuellement de la mention "sp." qui correspond à l’abréviation du terme "spécifique"; 
     - le traitement minimum et maximum; 
     - le nombre et le montant des augmentations périodiques. 
 
§2 – 1° La lettre visée au §1er indique le niveau des emplois auquel le grade de l’agent appartient, 
selon la nomenclature suivante : 
 
     A : emplois qui requièrent, lors du recrutement, un diplôme de l’enseignement universitaire ou un  
           diplôme équivalent; 
     B : emplois spécifiques qui requièrent, lors du recrutement, un diplôme déterminé de  
           l’enseignement supérieur de type court (graduat); 
     C : emplois qui comportent des responsabilités d’ordre hiérarchique; 
     D : emplois qui requièrent, lors du recrutement, certaines conditions ou une spécificité propre; 
     E : emplois qui, lors du recrutement, ne requièrent pas de conditions particulières. 
 
 Le nombre et l’éventuelle mention "sp." distinguent les emplois dans leur groupe respectif. 
 
 
Article 4 - Toutes les échelles s’étalent sur 25 ans. Les échelons intermédiaires se répartissent tous en 
annales. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


CHAPITRE 2 - DE LA FIXATION DES TRAITEMENTS 
 
 
Section 1 - Dispositions générales 
 
Article 5 - Pour l’application du présent statut : 
1)  l’expression "service de l’Union européenne ou de l’Espace économique européen" désigne  
       tout service de droit international dont est membre l’Etat fédéral, une Communauté ou une  
       Région; 
 
2)  l’expression "service de l’Etat" désigne tout service relevant du pouvoir législatif, du pouvoir 
exécutif ou du pouvoir judiciaire et non constitué en personne juridique distincte; 
 
3)  l’expression "service des Communautés ou des Régions" désigne tout service relevant des 
conseils ou des gouvernements des communautés ou des régions, non constitué en personne 
juridique distincte; 
 
4)  l’expression "service de la commission communautaire commune" désigne tout service 
relevant de l’Assemblée réunie ou du Collège réuni, non constitué en personne juridique 
distincte; 
 
5)  l’expression "service d’Afrique" désigne tout service qui relevait du Gouvernement du Congo 
belge ou du Gouvernement du Ruanda-Urundi et n’était pas constitué en personnalité juridique; 
 
6)  l’expression "services publics autres que les services de l’état, des communautés ou des régions 
ou de la commission Communautaire commune et les services d’Afrique" désigne :  
- tout service relevant de l’état fédéral ou des Gouvernements des communautés ou des  
  régions et constitué en personne juridique distincte; 
                  - tout service relevant du Collège réuni de la commission communautaire commune et  
                    constitué en personne juridique distincte; 
- tout service qui relevait du Gouvernement du Congo belge ou du Gouvernement du  
                    Ruanda-Urundi et était constitué en personne juridique distincte; 
                  - tout service relevant d’une des commissions communautaires de la Région de Bruxelles- 
                    Capitale; 
                  - tout service relevant d’une province, d’une commune, d’une association de communes,  
                    d’une agglomération ou ayant relevé d’une fédération de communes, ainsi que tout  
                    service relevant d’un établissement subordonné à une province ou à une commune;  
                  - toute autre institution de droit belge, qui répond à des besoins collectifs d’intérêt général  
                     ou local et dans la création ou la direction particulière de laquelle se constate la  
                     prépondérance de l’autorité publique; 
 
7)  sont réputés "militaires de carrière" : 
                  - les officiers de carrière, les officiers de complément et les officiers auxiliaires; 
                  - les officiers de réserve accomplissant des prestations volontaires à l’exclusion des  
                     prestations d’entraînement; 
                  - les sous-officiers de carrière, les sous-officiers temporaires et les sous-officiers de  
                     complément; 
                  - les militaires au-dessous du rang d’officier qui servent à la faveur d’un engagement ou  
                     d’un réengagement; 
                  - les aumôniers des cadres actifs et les aumôniers de réserve maintenus en service en temps  
                    de paix pour constituer le cadre temporaire du service de l’aumônerie; 
                  - les conseillers moraux auprès des forces armées, relevant de la communauté non  
                    confessionnelle de Belgique; 
 
 


8)  l’expression "secteur privé subventionnable" désigne les hôpitaux, maisons d’éducation, de 
repos, d’accueil et de soins;  
 
9)  l’expression "service effectif" désigne le service accompli par l’agent tant qu’il se trouve dans 
une position administrative qui lui vaut, par son statut, son traitement d’activité ou à défaut, la 
conservation de ses titres à l’avancement de traitement; 
 
10) l’expression "prestations complètes" désigne les prestations dont l’horaire est tel qu’elles 
absorbent totalement une activité professionnelle normale; 
 
11) l’expression "ancienneté d’échelle à retenir pour l’évolution de carrière" désigne, en 
distinguant chaque stade de l’évolution, la durée couverte par les services effectifs accomplis 
dans la fonction considérée ou dans une fonction analogue dans le secteur public ou le secteur 
privé subventionnable. Sont également valorisés, dans les mêmes conditions, les services 
accomplis antérieurement dans le secteur public ou privé subventionnable d’un autre Etat 
membre de l’Union européenne ou de l’Espace économique européen; 
 
12) l’ancienneté d’échelle exigée pour postuler à un emploi de promotion est limitée aux seuls 
services accomplis en qualité d’agent statutaire définitif à la Province de Brabant ou à la 
Province du Brabant wallon. 
 
 
 
Section 2 - De la détermination de l’échelle de traitement 
 
 
Article 6 - Le traitement de l’agent est fixé dans l’échelle ou dans l’une des échelles liées à son grade. 
Les règles relatives au recrutement, à la promotion et à l’évolution de carrière font l’objet d’un 
règlement distinct. 
 
 
Article 7 - Pour les grades auxquels est liée une évolution de carrière, l’attribution d’un barème 
supérieur est subordonnée aux conditions suivantes :  
     - avoir une évaluation au moins satisfaisante ; 
     - compter l’ancienneté d’échelle telle qu’elle est prévue par le règlement relatif au recrutement, à la  
        promotion et à l’évolution de carrière; 
     - avoir acquis, le cas échéant, une formation préalablement agréée par le Gouvernement wallon. 
 
 
Article 8 - Le traitement de l’agent est également fixé en tenant compte des services admissibles selon 
les dispositions des articles 9 à 16. 
 
 
Article 9 - §1er - Sont seuls admissibles pour l’octroi d’augmentations intercalaires, les services 
effectifs que l’agent a accomplis en qualité : 
     - d’agent des services de l’Union européenne, de l’Etat, des Communautés et des Régions, de la  
        Commission communautaire commune, des services d’Afrique ou encore d’autres services  
        publics, comme militaire de carrière, comme titulaire civil ou ecclésiastique d’une fonction  
        rémunérée comportant des prestations complètes soit des prestations incomplètes; 
     - d’agent des établissements d’enseignement de l’état ou des communautés, comme titulaire civil  
        ou ecclésiastique d’une fonction rémunérée comportant soit des prestations complètes, soit des  
        prestations incomplètes; 
     - d’agent des établissements d’enseignement subventionné, comme titulaire civil ou ecclésiastique  
        d’une fonction à prestations complètes ou incomplètes rémunérée par une subvention ;  
 
 


 
     - d’agent des offices d’orientation scolaire et professionnelle et des centres psycho-médico-sociaux  
        libres subventionnés, comme titulaire civil ou ecclésiastique d’une fonction à prestations  
        complètes ou incomplètes rémunérée par une subvention-traitement 
     - d’agent d’un autre Etat membre de l’Union européenne ou de l’Espace économique européen. 
 
§2 – (modif bull 2/2007) Les services accomplis dans le secteur privé à prestations complètes ou 
incomplètes sont admissibles à concurrence de 6 ans maximum. 
 
Pour ce qui excède les 6 ans admissibles visés à l’alinéa précédent, les services accomplis dans le 
secteur privé ou en tant qu’indépendant à titre principal peuvent également être reconnus dans le calcul 
de l’ancienneté pécuniaire si ces services constituent une expérience professionnelle particulièrement 
utile pour la fonction dans laquelle le membre du personnel est recruté ou engagé dans les liens d’un 
contrat de travail. 
 
L’expérience professionnelle particulièrement utile à la fonction est celle qui confère un avantage 
manifeste en termes de compétences techniques, administratives et/ou managériales pour la fonction à 
conférer. Cette expérience doit être démontrée notamment par le biais d’attestations détaillées du ou 
des employeur(s) précédent(s), par un document fourni par une caisse d’allocations sociales pour 
travailleurs indépendants ou par tout autre document probant attestant de cette expérience. 
 
La Commission constituée pour l’entretien de sélection donne toutes les informations utiles au Comité 
de direction qui rend un avis au Collège provincial qui statue. 
 
Sont également valorisés, dans les mêmes conditions, les services accomplis antérieurement dans le 
secteur privé d’un état membre de l’Union européenne ou de l’Espace économique européen. 
 
 Toutefois, les services accomplis dans le secteur privé ou public comme chômeur mis au travail ou 
comme stagiaire ONEM sont valorisés sans restriction de durée. 
 
Les agents en fonction au moment de l’entrée en vigueur de cette disposition disposent d’un délai de 
six mois pour introduire une demande de reconnaissance de leur expérience acquise dans le secteur 
privé ou en tant qu’indépendant à titre principal. 
 
La proposition de reconnaissance est soumise au Collège provincial. En cas d’admissibilité de ces 
services, le recalcul de l’ancienneté pécuniaire prend effet le 1er jour du mois qui suit la publication 
des nouvelles dispositions au Bulletin provincial. Les demandes de reconnaissance introduites au-delà 
du délai des six mois ne sont plus recevables. 
 
§3 - Pour l’application du présent article, les attestations de services antérieurs doivent être déposées 
dans les 6 mois de l’entrée en fonction. Passé ce délai, la prise en compte des services antérieurs est 
applicable le premier jour du mois qui suit. 
 
 
Article 10 - Pour les grades auxquels est liée une évolution de carrière, l’ancienneté d’échelle à 
prendre en considération est limitée à la durée des services accomplis dans une fonction analogue dans 
le secteur public ou dans le secteur privé subventionnable.   
 
 
Article 11 - Les services admissibles se comptent par mois du calendrier; ceux qui couvrent 15 jours 
calendrier ou plus sur le même mois sont pris en considération à concurrence d’un mois. 
 
 
 


Article 12 – La durée des services admissibles que l’agent a prestés dans l’enseignement, comme 
temporaire et rémunérés par journée de travail, est fixée conformément aux dispositions reprises ci-
dessus. 
Toutefois, si les modalités de calcul visées à l’article précédent s’avèrent préjudiciables pour l’agent, 
la durée des services admissibles est fixée conformément au statut pécuniaire applicable au personnel 
provincial enseignant. 
 
Article 12bis – Pour les agents exerçant la fonction de médecin spécialisé en psychiatrie, les cinq 
années d’assistanat préalables à l’agréation en qualité de médecin psychiatre sont reprises comme 
services admissibles dans le calcul de l’ancienneté pécuniaire. 
 
 
Article 13 - La durée des services admissibles que compte l’agent ne peut jamais dépasser la durée 
réelle des périodes que couvrent ces services. 
 
 
Article 14 - La durée des services admissibles accomplis par l’agent est déterminée, mois par mois, 
par le grade dont il était titulaire. 
 
En la matière, il ne peut cependant être tenu compte du grade dont l’agent était provisoirement revêtu 
du chef de l’exercice d’une fonction supérieure, sans préjudice de l’article 7 de l’arrêté royal du 19 
avril 1962 relatif à l’octroi d’une allocation pour l’exercice de fonctions supérieures aux agents 
provinciaux et communaux. 
 
 
Article 15 - Pour la détermination de l’importance des services admissibles, tout changement de grade 
qui se produit à une date autre que le premier du mois, est reporté au premier du mois suivant. 
 
 
Article 16 - L’agent bénéficie à tout moment du traitement correspondant à son ancienneté d’échelle, 
celle-ci étant formée de la totalité des services admissibles qu’il peut faire valoir. 
 
 
Article 17 - La rétribution horaire est égale à 1/1976ème du traitement annuel. 
 
 
Article 18 - Le traitement s’adapte aux fluctuations de l’indice des prix à la consommation 
conformément aux modalités fixées par la loi du 1er mars 1977 organisant un régime de liaison à 
l’indice des prix à la consommation du Royaume de certaines dépenses dans le secteur public. 
 
Ce traitement est rattaché à l’indice- pivot 138.01. 
 
Les barèmes des agents bénéficiant d’une échelle annuelle brute inférieure ou égale à 23.802,82 € à 
l’indice 138,01 sont augmentés de 1% à partir du mois d’octobre 2004 ; les agents bénéficiant d’une 
échelle supérieure à ce montant voient leurs barèmes revalorisés dans les mêmes conditions à partir du 
mois d’octobre 2005. (modif MA 6/2004)
 
 
Article 18 bis - Lorsque la date d'entrée en vigueur des dispositions relatives au statut pécuniaire des 
agents provinciaux ne coïncide pas avec le 1er jour d'un mois, la date d'application des mesures qui en 
résultent est fixée, par défaut, au 1er jour du mois qui suit l'entrée en vigueur desdites dispositions. 
 
 
 
CHAPITRE 3 - DU PAIEMENT DU TRAITEMENT  
 


 
 
Article 19 - §1er  (modifié par le bull 1/2010)
 - Le traitement de l’agent définitif, stagiaire, temporaire 
ou contractuel, est payé à terme échu, à savoir le dernier jour ouvrable du mois. Ceci vaut également 
pour les allocations ainsi que pour tous les autres éléments de la rémunération qui sont liquidés en 
même temps que le traitement. 
 
Ceci vaut également pour les allocations ainsi que pour tous les autres éléments de la rémunération qui 
sont liquidés en même temps que le traitement. 
 
§2 - Lorsque le traitement du mois n’est pas dû entièrement, il est fractionné en trentièmes. 
 
Le nombre de trentièmes dus est égal : 
     - au nombre réel de jours payables, si ce nombre est égal ou inférieur à quinze; 
     - à la différence entre trente et le nombre réel de jours non payables, si le nombre de journées  
        payables est supérieur à quinze. 
 
§3 - Lorsque le mois comprend deux périodes que différencie le montant ou l’imputation budgétaire 
du traitement, le nombre total de trentièmes dus pour le mois est fixé suivant le §2. Il est toujours égal 
à trente si le mois est entièrement payable. 
 
Le nombre de trentièmes dus pour la première période est fixé suivant le §2. Le nombre de trentièmes 
dus pour la seconde période est égal à la différence entre le nombre total des trentièmes dus pour le 
mois et le nombre des trentièmes dus pour la première période. 
 
 
 
 
 
CHAPITRE 4 - DES RETRIBUTIONS COMPLEMENTAIRES AU TRAITEMENT  
 
 
Section 1 - Pécule de vacances 
 
 
Article 20 -
 Les agents régis par le présent statut pécuniaire perçoivent un pécule de vacances, selon 
les règles prévues par le présent statut. 
Pour l’application de l’alinéa premier, il faut entendre par : 

"année de référence" l’année civile précédant celle au cours de laquelle les vacances doivent 
être accordées; 

"traitement annuel" le traitement y compris l’allocation de foyer ou de résidence éventuelle, 
l’allocation pour fonctions supérieures, l’allocation pour diplôme, l’indemnité mensuelle 
complémentaire attribuée aux membres des secrétariats des autorités provinciales, l’allocation 
forfaitaire permanente pour travaux dangereux et insalubres, l’allocation spécifique pour 
l’exercice de la fonction de directeur administratif des services provinciaux de santé mentale 
et l’indemnité octroyée aux agents provinciaux (salariés) collaborant aux séances du Conseil 
provincial (modif MA 6/2004 et bull 04/2011)
 
 
Article 21 - §1er - Pour des prestations complètes accomplies durant toute l’année de référence, le 
pécule de vacances est fixé comme suit : 

une partie forfaitaire fixée à 874,40 euro ; 

une partie variable égale à 1,1% du ou des traitement(s) annuels(s), lié(s) à l’indice des prix à 
la consommation, qui détermine(nt) le ou les traitement(s) dû (dus) pour le mois de mars de 
l’année en cours ; 
 


jusqu’au 31 décembre 2003. (modif MA 3/2004) 
 
§ 2 – Pour l’année 2004, pour des prestations complètes accomplies durant toute l’année de référence, 
le pécule de vacances est calculé à concurrence de 65% du traitement mensuel de référence pour le 
Directeur général et le Directeur financier ainsi que pour les agents de niveaux A et B et de 85% pour 
les agents de niveaux C et D et E. 
 
§3 – Pour l’année 2005, pour des prestations complètes accomplies durant toute l’année de référence, 
le pécule de vacances est calculé à concurrence de 80% du traitement mensuel de référence pour le 
Directeur général et le Directeur financier ainsi que pour les agents de niveaux A et B et de 89% pour 
les agents de niveaux C et D et de 92% pour les agents du niveau E 
 
§4 – A partir de l’année 2006, pour des prestations complètes accomplies durant toute l’année de 
référence, le pécule de vacances est calculé à concurrence de 92% du traitement mensuel de référence 
pour tous les agents provinciaux. 
 
§5 – En tout état de cause, le montant du pécule de vacances ne peut être inférieur à celui qui 
résulterait de l’application des modalités de calcul définies au §1er. 
 
§6 – Le traitement mensuel de référence pour le calcul du pécule de vacances est défini comme le 
douzième du traitement annuel, lié à l’indice des prix à la consommation, qui détermine le traitement 
dû pour le mois de mars de l’année en cours. (modif MA 3/2004) 
 
 
Article 22 - §1er - Sont prises en considération pour le calcul du montant du pécule de vacances, les 
périodes pendant lesquelles, au cours de l’année de référence, l’agent : 
1°  a bénéficié totalement ou partiellement du traitement annuel; 
2°  a bénéficié d’un congé parental; 
3°  a bénéficié d’un congé de maternité ou de paternité. 
 
§2 -
 Est également prise en considération pour le calcul du pécule de vacances, la période allant du 1er 
janvier de l’année de référence jusqu’au jour précédant celui auquel l’agent a acquis cette qualité, à 
condition : 
     1° d’être âgé de moins de 25 ans à la fin de l’année de référence; 
     2° d’être entré en fonction au plus tard le dernier jour ouvrable de la période de 4 mois qui suit : 
          - soit la date à laquelle l’agent a quitté l’établissement où il a effectué ses études dans les  
            conditions prévues à l’article 62 des lois coordonnées relatives aux allocations familiales pour  
            travailleurs salariés; 
         - soit à la date à laquelle le contrat d’apprentissage a pris fin. 
 
L’agent doit faire la preuve qu’il réunit les conditions requises. 
 
§3 - En cas d’application du paragraphe 2, les sommes que l’agent aurait perçues à titre de pécule de 
vacances, du fait d’autres prestations accomplies pendant l’année de référence, sont déduites du 
montant du pécule de vacances. 
 
 
Article 23 - §1er - 
A l’exception des cas prévus par l’article précédent, lorsque des prestations 
complètes n’ont pas été accomplies durant toute l’année de référence, le pécule de vacances est fixé 
comme suit : 
     - un douzième du montant annuel pour chaque période de prestations s’étendant sur la totalité d’un  
       mois; 
     - un trentième du montant mensuel par jour civil lorsque les prestations ne s’étendent pas sur la  
        totalité d’un mois. 
 
 


§2 - L’octroi d’un traitement partiel afférent à l’exercice de prestations réduites entraîne une réduction 
proportionnelle du pécule de vacances. 
 
 
Article 24 - En cas de prestations incomplètes, le pécule de vacances est accordé au prorata des 
prestations fournies. 
 
 
Article 25 - §1er - Le pécule de vacances est liquidé avec le traitement du mois de mai de l’année 
pendant laquelle les vacances doivent être accordées. 
 
§2 - Néanmoins il est payé dans le courant du mois qui suit la date de démission, de mise à la retraite, 
du décès, du licenciement ou de la révocation de l’agent. 
 
Pour l’application de l’alinéa précédent, le pécule de vacances est calculé compte tenu du montant 
forfaitaire, du pourcentage et de la retenue éventuelle en vigueur à la date considérée; le pourcentage 
est appliqué au traitement annuel qui sert de base au calcul du traitement dont bénéficie l’agent à la 
même date. 
 
Lorsqu’à ce moment, il ne bénéficie d’aucun traitement ou d’un traitement réduit, le pourcentage se 
calcule sur le ou les traitements(s) qui aurai(en)t été dû (dus). 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Section 2 - Allocation de fin d’année 
 
 
Article 26 - Les agents bénéficient d’une allocation de fin d’année selon les règles prévues par le 
présent statut. 
 
 
Article 27 - 
Pour l’application de l’article 26, il y a lieu d’entendre : 
1°  par "rémunération", tout traitement, salaire ou indemnité tenant lieu de traitement ou de salaire en 
ce compris l’allocation de foyer ou de résidence éventuelle, l’allocation pour fonctions 
supérieures, l’allocation pour diplôme, l’indemnité mensuelle complémentaire attribuée aux 
membres des secrétariats des autorités provinciales, l’allocation forfaitaire permanente pour 
travaux dangereux et insalubres, l’allocation spécifique pour l’exercice de la fonction de directeur 
administratif des services provinciaux de santé mentale et l’indemnité octroyée aux agents 
provinciaux (salariés) collaborant aux séances du Conseil provincial (modif MA 6/2004 et bull 
04/2011) 

2°  par "rétribution", la rémunération augmentée éventuellement de l’allocation de foyer ou de 
résidence;  
3°  par "période de référence", la période qui s’étend du 1er janvier au 30 septembre de l’année 
considérée. 
 
 
Article 28 - §1er -
 Bénéficie de la totalité du montant de l’allocation, l’intéressé qui, en tant que 
titulaire d’une fonction comportant des prestations complètes, a bénéficié de la totalité de sa 
rémunération pendant toute la durée de la période de référence. 
 


 
§2 - Lorsque l’intéressé n’a pas bénéficié de la totalité de sa rémunération, en tant que titulaire d’une 
fonction comportant des prestations complètes ou des prestations incomplètes, le montant de 
l’allocation est réduit au prorata de la rémunération qu’il a effectivement perçue. 
 
 
Article 29 (modif bull 11/2010)
 - §1er - Le montant de l’allocation de fin d’année est composé d’une 
partie forfaitaire, d’une partie variant avec la rétribution annuelle et d’une partie variant avec la 
rétribution mensuelle.  
 
§2. Le montant de l’allocation de fin d’année est calculé comme suit : 
 
1° pour la partie forfaitaire : 

pour l’année 2008 : 650 EUR ; 

pour l’année 2009 et les années suivantes, le montant de la partie forfaitaire octroyé l’année 
précédente, multiplié d’une fraction dont le dénominateur est l’indice-santé du mois d’octobre 
de l’année précédente et le numérateur l’indice-santé du mois d’octobre de l’année considérée; 
le  résultat  obtenu  est  établi  jusqu’à  la  quatrième  décimale  inclusivement.  Le  montant  de 
l’allocation de fin d’année est composé d’une partie forfaitaire et d’une partie variable.  
 
2° Pour la partie variant avec la rétribution annuelle : 
 
Cette  partie  s’élève  à  2,5  p.c.  de  la  rétribution  annuelle  brute  qui  a  servi  de  base  au  calcul  de  la 
rétribution due au bénéficiaire pour le mois d’octobre de l’année considérée. 
 
Si  le  membre  du  personnel  n’a  pas  bénéficié  de  sa  rétribution  pour  le  mois  d’octobre  de  l’année 
considérée, la rétribution annuelle à prendre en considération pour cette partie, est celle qui aurait servi 
de base pour calculer sa rétribution pour ce mois, si celle avait été due; 
 
3° Pour la partie variant avec la rétribution mensuelle : 
 
Cette partie s’élève à 7% de la rétribution mensuelle brute due au bénéficiaire pour le mois d’octobre 
de l’année considérée, avec les deux corrections suivantes : 
 

elle est portée à 100,95 EUR si le résultat du calcul est  inférieur à ce montant; 
 

elle est limitée à 201,90 EUR si le résultat du calcul est supérieur à ce montant. 
 
Le régime de mobilité applicable aux traitements du personnel provincial et s’applique aux montants 
de 100, 95 EUR et de 201, 90 EUR. Ils sont liés à l’indice pivot 138,01. 
 
Si  le  membre  du  personnel  n’a  pas  bénéficié  de sa rétribution  mensuelle  pour le  mois  d’octobre  de 
l’année considérée, la rétribution mensuelle à prendre à considération pour le calcul de cette partie, est 
celle qui aurait servi de base pour calculer sa rétribution pour ce mois, si celle-ci avait été due. 
 
 
Article 30 - L’allocation est liquidée avec le traitement du mois de novembre de l’année considérée. 
 
 
Article  30  bis  (nouvelle  insertion  –  voir  bull  2/2007)  -  §1er  Lorsque  les  membres  du  personnel 
cumulent dans le secteur public deux ou plusieurs fonctions comportant des prestations complètes ou 
incomplètes,  le  montant  des  allocations  de  fin  d’année  qui  leur  est  octroyé  de  ce  chef  ne  peut  être 
supérieur au montant correspondant à l’allocation la plus élevée, qui est obtenu lorsque les allocations 
de toutes les fonctions sont calculées sur base de prestations complètes. 
 
 


§2.  Si  le  montant  visé  au  §1er  est  dépassé,  la  partie  excédentaire  est  soustraite  de  l’allocation  de  fin 
d’année ou des allocations de fin d’année qui, calculées sur la base de prestations complètes, sont les 
moins élevées en commençant par la plus basse. 
 
§3. Le membre du personnel qui cumule des allocations de fin d’année est tenu de communiquer par 
une déclaration sur l’honneur, aux services du personnel dont il dépend les fonctions qu’il exerce en 
cumul. 
 
Toute infraction à cette disposition peut entraîner des sanctions disciplinaires. » 
 
 
 
Section 3 - Autres allocations et indemnités 
 
 
Article 31 - Les agents bénéficient d’une allocation de foyer ou de résidence dans les conditions fixées 
par l’arrêté royal du 30 janvier 1967 attribuant une allocation de foyer ou une allocation de résidence 
au personnel des ministères. Les conditions d’octroi de ces indemnités font l’objet d’un règlement 
séparé. 
 
 
Article 32 - Les agents entrés en fonction avant l’entrée en vigueur du présent statut pourront encore 
bénéficier d’une allocation pour diplôme. Ils bénéficieront de l’allocation pour diplôme complète dans 
leur échelle d’intégration. Lors du passage dans une échelle d’évolution de carrière ou de promotion, 
ils pourront prétendre à la différence entre cette nouvelle échelle et éventuellement l’échelle 
d’intégration antérieure augmentée de l’allocation pour diplôme. 
 
 
Article 33 - Les agents entrés en fonction après l’entrée en vigueur du présent statut pourront 
bénéficier d’une allocation pour diplôme dans leur échelle de recrutement et ce, jusqu’au moment où 
ils bénéficient d’une échelle supérieure. Leur traitement augmenté de l’allocation pour diplôme est 
toutefois limité au traitement dont ils bénéficieraient, s’ils avaient obtenu une évolution de carrière. 
 
 
Article 34 - Le montant de l’allocation est fixé selon le diplôme, le brevet ou le certificat par 
règlement particulier. 
 
 
Article 35 - Les agents bénéficient d’une allocation pour exercice de fonctions supérieures dans les 
conditions fixées par l’arrêté royal du 19 avril 1962 relatif à l’octroi d’une allocation pour exercice de 
fonctions supérieures aux agents provinciaux et conformément au statut administratif des agents 
provinciaux. 
 
 
Article 36 - Le bénéfice de l’allocation est accordé à l’agent qui a exercé les fonctions supérieures dès 
le jour où la charge de la fonction supérieure a été assurée effectivement. 
 
Elle est payée mensuellement et à terme échu. 
 
Elle est égale au montant de la différence entre la rétribution dont l’intéressé bénéficierait dans le 
grade de la fonction assurée provisoirement et sa rétribution actuelle. 
 
 
La rétribution visée à l’alinéa précédent comprend : 

le traitement; 
 
10 


éventuellement l’allocation de foyer ou de résidence. 
 
L’allocation est calculée sur la base du nombre de jours que comporte l’exercice de la fonction 
supérieure, l’année étant réputée de 360 jours. 
 
 
Article 37 - §1er - A la demande des intéressés, une allocation prénatale et postnatale, chacune d’un 
montant de 75 euros est allouée aux membres féminins ou aux épouses ou aux personnes vivant 
maritalement avec les membres du personnel de l’administration provinciale. 
 
 
§2 - L’allocation prénatale peut être octroyée à partir du sixième mois de la grossesse sur présentation 
d’un certificat médical tandis que l’allocation postnatale est proposée à la liquidation dès la réception 
de l’extrait de l’acte de naissance de l’enfant. Ces allocations sont dues et versées suivant les règles et 
conduites prescrites par les lois coordonnées relatives aux allocations familiales pour travailleurs 
salariés. 
 
 
Article 38 - Les agents bénéficient d’indemnités pour frais de parcours, dans les conditions fixées par 
l’arrêté royal du 29 décembre 1965 portant réglementation générale en matière d’indemnités pour frais 
de parcours résultant de déplacement de service effectués par le personnel des provinces et des 
communes. Les conditions d’octroi de ces indemnités font l’objet d’un règlement séparé. 
 
 
Article 39 - Il est accordé au bénéfice de leurs ayant droits une indemnité pour frais funéraires aux 
conditions fixées par l’arrêté royal du 21 décembre 1965 arrêtant les dispositions générales relatives à 
l’octroi d’une indemnité pour frais funéraires lors du décès de certains agents des provinces et des 
communes. Les conditions d’octroi de ces indemnités font l’objet d’un règlement séparé. 
 
 
Article 40 - Les agents bénéficient de l’intervention dans les frais de transport, dans les conditions 
fixées par l’arrêté royal du 18 novembre 1991 réglant l’intervention de l’état et de certains organismes 
d’intérêt public dans les frais de transport des membres du personnel. Les conditions d’octroi de ces 
indemnités font l’objet d’un règlement séparé. 
 
 
Article 41 - Les agents bénéficient d’indemnités destinées à couvrir les frais de séjour occasionnés par 
des déplacements dans l’exercice de leurs fonctions aux conditions fixées par l’arrêté royal du 21 juin 
1965. Les conditions d’octroi de ces indemnités font l’objet d’un règlement séparé. 
 
 
Article 42 - Les agents bénéficient d’une allocation pour travaux dangereux, insalubres ou 
incommodes aux conditions fixées par l’arrêté royal du 17 novembre 1976. Les conditions d’octroi de 
cette allocation sont fixées par règlement séparé. 
 
 
Article 43 - Les agents bénéficient d’une allocation pour prestations exceptionnelles aux conditions 
fixées par l’arrêté royal du 12 février 1963. Les conditions d’octroi de cette allocation sont fixées par 
règlement séparé. 
 
 
Article 44 - Les agents bénéficient d’une allocation pour prestations de travail nocturnes aux 
conditions fixées par l’arrêté royal du 15 janvier 1975. Les conditions d’octroi de cette allocation sont 
fixées par règlement séparé. 
 
 
11 

 
Article 44 bis (article ajouté par résolution parue au bull 4/2011) – 
Une allocation d’un montant 
brut annuel de 4.032 € tel que fixé par le décret du 3 avril 2009 relatif à l’agrément des services de 
santé mentale et à la reconnaissance des centres de référence en santé mentale en vue de l’octroi de 
subvention est allouée à l’agent qui a assumé l’exercice de la direction administrative des services 
provinciaux de santé mentale dès le jour où la charge de la direction a été assurée effectivement. 
 
Cette allocation est rattachée à l’indice – pivot 138.01. 
 
Elle est payée mensuellement et à terme échu. 
 
Article 44ter – Il est octroyé aux agents qui exercent la fonction de médecin spécialisé en psychiatrie 
une allocation d’un montant brut mensuel de 3.000 €. 
 
Cette allocation est rattachée à l’indice – pivot 138.01 et est calculée au prorata des prestations 
effectives. 
 
Elle est payée mensuellement et à terme échu. 
 
 
CHAPITRE 5 - INFLUENCE DE CERTAINES POSITIONS ET DE CERTAINS CONGES SUR LE STATUT 
PECUNIAIRE 
 
 
Article 45 - Dans le respect des dispositions légales et réglementaires relatives aux contrats de travail, 
le licenciement à la fin du stage donne lieu à la prestation d’un préavis de trois mois ou à une 
indemnité compensatoire de préavis correspondant à trois mois de traitement. 
 
 
Article 46 – Il peut être mis fin aux fonctions de l’agent contractuel dont l’acte de désignation 
n’indique pas de terme, pour un motif légitime et moyennant préavis calculé de la manière suivante : 
 

pour le calcul de l’ancienneté acquise au 31 décembre 2013, une durée de préavis de trois mois et 
augmentée de trois mois dès le commencement de chaque nouvelle période de cinq ans 
d’ancienneté de service. 

Pour le calcul de l’ancienneté acquise à partir du 1er janvier 2014, les délais de préavis prévus par 
la loi du 3 juillet 1978 relative aux contrats de travail sont d’application. 
 
A défaut de préavis, l’agent a droit au paiement d’une  indemnité égale au traitement correspondant à 
la durée de ce préavis. 
 
 
Article 47 - L’agent en activité de service a droit au traitement établi selon les règles fixées par le 
présent statut. 
 
 
Article 48 - Sauf dispositions contraires, l’agent en position de non-activité n’a pas droit au 
traitement. 
 
 
Article 49 - §1er - En cas d’absence sans autorisation, la période de non-activité n’est prise en 
considération que pour l’avancement de traitement. 
 
§2 - En cas de suspension disciplinaire, la période de non-activité n’est jamais prise en considération 
pour le calcul de l’ancienneté pécuniaire. 
 
12 

 
§3 - En cas d’accomplissement de prestations militaires en temps de paix, l’agent maintient ses droits 
à l’avancement de traitement. 
 
 
Article 50 - Sauf dispositions contraires, sont assimilés à une période d’activité de service et donnent 
lieu à un traitement : 

le congé annuel de vacances; 

les jours fériés légaux; 

les congés de circonstance avec un maximum de huit jours par an; 

le congé de force majeure avec un maximum de 4 jours par an; 

le congé pour suivre les cours de l’école de protection civile; 

pour remplir en temps de paix des prestations au corps de protection civile; 

le congé pour accompagnement et assistance des handicapés avec un maximum de 5 jours par an; 

le congé pour don de moelle osseuse de 4 jours ouvrables au plus; 

le congé pour don de sang ou de plasma dans les limites prévues par le statut administratif; 

le congé pour examens prénataux; 

le congé de maternité et de paternité; 

le congé d’accueil en vue de l’adoption ou de la tutelle officieuse; 

le congé pour maladie ou infirmité dans les limites prévues par le statut administratif; 

le congé de prophylaxie; 

les absences résultant d’un accident du travail, d’un accident sur le chemin du travail ou d’une 
maladie professionnelle; 

les dispenses de service accordées par le statut administratif; 

le congé compensatoire; 

le congé syndical; 

le congé pour préparer et présenter des examens, dans les limites prévues par le statut 
administratif. 
 
 
Article 51 - Sont assimilés à des périodes d’activité de service, mais non rémunérés : 

le congé pour motifs impérieux d’ordre familial; 

le congé pour permettre d’accomplir un stage ou une période d’essai dans un autre emploi d’un 
service public, de l’enseignement subventionné, de l’enseignement universitaire, d’un centre 
psycho-médico-social subventionné ou d’un institut médico-pédagogique subventionné; 

le congé pour permettre de présenter une candidature aux élections européennes, législatives, 
régionales, provinciales ou communales; 

le congé parental; 

le congé pour prestations réduites, justifiées par des raisons sociales ou familiales; 

l’interruption de carrière complète et la réduction des prestations de travail pour la période où 
l’agent ne travaille pas; 

la participation de l’agent à une cessation concertée de travail. 
 
 
Article 52 - L’agent est en position de non-activité ne donnant pas droit au traitement s’il se trouve 
dans un des cas ci-après : 

s’il s’absente sans autorisation. Cette période de non-activité n’est prise en considération que pour 
l’avancement de traitement; 

lorsqu’il accomplit en temps de paix certaines prestations militaires. L’agent maintient ses droits à 
l’avancement de traitement; 

en cas de suspension disciplinaire. Cette période de non-activité n’est jamais prise en 
considération pour le calcul de l’ancienneté pécuniaire; 

lorsque, pour raisons familiales, il est autorisé à s’absenter pour une période de longue durée; 
 
13 


durant les absences justifiées par une autorisation d’exercer ses fonctions par prestations réduites 
pour convenance personnelle. Cette période de non-activité n’est prise en considération que pour 
l’avancement de traitement; 

en cas d’absence pour convenance personnelle 

lorsqu’il a pris des congés au cours de l’année auxquels  il n’a plus droit en raison de la réduction 
proportionnelle du congé régulier annuel conformément à l’article 178§4 du statut administratif 
des agents provinciaux. 
 
 
Article 53 – Les agents définitifs ont le droit de travailler à mi-temps à partir de 50 ans ou 55 ans 
conformément à la loi du 19 juillet 2012 relative à la semaine de quatre jours et au travail à mi-temps à 
partir de 50 ou 55 ans dans le secteur public et au règlement particulier fixant les conditions relatives à 
cette loi. 
 
 
Article 54 – Les agents peuvent bénéficier de la semaine de quatre jours conformément à la loi du 19 
juillet 2012 relative à la semaine de quatre jours et au travail à mi-temps à partir de 50 ou 55 ans dans 
le secteur public et au règlement particulier fixant les conditions relatives à cette loi. 
 
 
 
DEUXIEME PARTIE - DISPOSITIONS TRANSITOIRES 
 
 
Article 55 - Conformément à l’article 8 de l’accord de coopération du 30 mai 1994 entre l’autorité 
fédérale, la Communauté française, la Communauté flamande, la Région flamande, la Région 
wallonne et la Région de Bruxelles-Capitale pour le transfert obligatoire, sans indemnisation, du  
personnel et des biens, droits et obligations de la Province de Brabant vers la Province du Brabant 
wallon, la Province du Brabant flamand, la Région de Bruxelles-Capitale, les commissions 
communautaires visées à l’article 60 de la loi spéciale du 12 janvier 1989 relative aux institutions 
bruxelloises, et vers l’autorité fédérale, les membres du personnel transférés conservent leur qualité, 
leur grade, leur ancienneté administrative et leur ancienneté pécuniaire. Ils conservent également les 
allocations et autres avantages dont ils bénéficiaient à la Province de Brabant conformément à la 
réglementation qui leur était applicable. 
 
Ils ne conservent les avantages liés à une fonction que pour autant que les conditions de leur octroi 
subsistent dans l'institution dans laquelle ils ont été transférés. 
 
Sans préjudice de l'application de l'alinéa 2, les agents transférés qui bénéficiaient au moment du 
transfert d'une prime linguistique, se voient garantir à titre personnel la somme du montant du 
traitement individuel et du montant de la prime linguistique dont ils bénéficiaient au 31 décembre 
1994, tous deux fixés selon l'indice de base 138.01. 
 
Les agents définitifs conservent dans leur nouveau service les titres à la promotion qu'ils ont acquis par 
la réussite d'un examen d'avancement de grade organisé par la Province de Brabant. 
 
 
Article 56 - Conformément aux dispositions prévues par la Révision générale des barèmes, un tableau 
d’intégration des grades figure dans le règlement fixant les conditions particulières de recrutement, de 
promotion et d’évolution de carrière.  
 
 
Article 57 - Par dérogation à l’article 10, l’ancienneté pécuniaire acquise lors de la mise en place du 
présent statut entre en ligne de compte pour l’évolution de carrière des agents en fonction au 31 
décembre 1996. 
 
14 

 
 
Article 58 - Dans le respect des dispositions prévues à l’article 4 du règlement fixant les conditions 
particulières de recrutement, de promotion et d’évolution de carrière du personnel non enseignant, les 
agents bénéficient dans leur échelle d’intégration de l’échelle barémique liée à l’évolution de carrière 
maximale, c’est-à-dire le niveau de l’échelle le plus élevé rendu accessible par l’ancienneté de l’agent. 
 
 
Article 59 - Les agents qui, à l’entrée en vigueur du présent statut, n’obtiennent pas encore le 
traitement auquel ils peuvent prétendre dans leur échelle d’intégration percevront au 1er janvier 1997, 
60% de la différence entre le traitement établi conformément au statut pécuniaire en application 
jusqu’à la veille de l’entrée en vigueur du présent statut et le traitement qui résulterait de l’application 
intégrale des nouvelles dispositions. Au 1er janvier 1998, ces agents obtiennent la totalité de leur 
traitement tel qu’il résulte des dispositions du statut pécuniaire des agents provinciaux. 
 
 
Article 60 - Les rattrapages sont liquidés le 1er janvier de l’année concernée. 
 
 
Article 61 - Il est garanti aux agents en fonction avant l’entrée en vigueur du présent statut et qui se 
verraient attribuer une échelle moins avantageuse, le bénéfice de leur échelle de traitement aussi 
longtemps qu’elle leur procure un traitement supérieur. 
 
 
Article 61 bis – 
: Des pensions provinciales 
 
La péréquation ou la révision des pensions de retraite et de survie des anciens agents transférés de la 
Province de Brabant nommés à titre définitif avant le 1er janvier 1995, s'effectue comme suit :  
 
 
Echelles en vigueur à la  
Intégration RGB 
Province de Brabant 
 
124 (préparateur) 
D1 (technicien)  
150 (préparateur technique) 
D7 (agent technique)  
155 A (contrôleur de travaux – 2ème échelle) 
D9 (agent technique en chef)  
147 (sous chef de bureau - ancienne échelle) 
C3 (chef de service administratif)  
142 (économe d'internat) 
C3 (chef de service administratif)  
162 (économe d'internat de première classe) 
C4 (chef de service administratif)  
164 (administrateur d'internat) 
C4 (chef de service administratif)  
180 bis (psychologue 2ème échelle) 
A3sp (attaché spécifique - psychologue)  
184 (chef programmeur) 
A1sp (attaché spécifique)  
 
 
Article 61 ter - Dans le respect des dispositions prévues à l'article 4 du règlement fixant les conditions 
particulières de recrutement, de promotion et d'évolution de carrière du personnel non enseignant, les 
agents issus des centres d'inspection médicale scolaire de l'I.O.S.B.W. bénéficient, à la date de leur 
engagement par la Province du Brabant wallon, de l'échelle barémique liée à l'évolution de carrière 
maximale, c'est-à-dire le niveau d'échelle le plus élevé rendu accessible par l'ancienneté de l'agent, et 
 
15 

le cas échéant, par dérogation, de la garantie du maintien du dernier traitement qu'ils recevaient de 
l'I.O.S.B.W. aussi longtemps qu'il leur procure un traitement supérieur. 
 
 
 
TROISIEME PARTIE - DISPOSITION ABROGATOIRE  
 
Article 62 –
 À partir 28 novembre 1997, toutes les résolutions votées par le conseil provincial de la 
Province de Brabant et par le conseil provincial du Brabant wallon relatives directement ou 
indirectement au statut pécuniaire des agents provinciaux sont abrogées. 
 
 
16 

 
RÈGLEMENT RELATIF AUX SECRÉTARIATS DES DÉPUTÉS PROVINCIAUX,  DU PRÉSIDENT DU CONSEIL 
PROVINCIAL ET DU DIRECTEUR GÉNÉRAL  
 
 
 
Texte coordonné : version officieuse  
 
CHAPITRE 1ER - DES SECRETARIATS DES DÉPUTÉS PROVINCIAUX 
 
Article 1er -
 Chaque député provincial dispose d’un secrétariat dont les attributions concernent :  

les affaires susceptibles d’influencer la politique générale du Collège provincial du conseil 
provincial ou les travaux du conseil provincial;  

les recherches et les études propres à faciliter le travail personnel du député provincial, 
l’examen des dossiers de l’administration;  

la réception et l’ouverture de son courrier personnel;  

sa correspondance et les demandes de rendez-vous. 
 
Article 2 - §1er - Le secrétariat d’un député provincial ne peut comprendre plus de cinq membres de 
niveau A, B, C, D ou E dont maximum 2 de niveau A. 
 
§2 Le secrétariat du Président du Collège provincial peut comprendre trois membres supplémentaires 
de niveau A, B, C,D ou E dont au maximum un de niveau A ou B. 
 
§3- 
Les membres des secrétariats de niveau A et B sont revêtus du titre de conseiller ou chargé de 
mission. 
 
§4 – Outre les dispositions prévues au §1 et §2, deux auxiliaires d’administration (niveau E), agents 
provinciaux, sont mis à la disposition de l’ensemble des secrétariats des députés provinciaux. 
 
§5- Les fonctions à temps plein peuvent être réparties en fonctions à temps partiel. 
 
Article 3 - §1er - L’exercice des fonctions de membre du secrétariat d’un député provincial peut 
résulter :  
1°  de l’affectation d’agents de l’administration provinciale ; 
2°  du détachement d’agents définitifs d’une administration fédérale, régionale, communautaire, 
provinciale, communale ou d’une association de droit public qui en dépend ou d’un centre 
public d’aide sociale ou du détachement d’une institution visée à l’article 1er, 1 de la loi du 4 
juillet 1989 relative à la limitation et au contrôle des dépenses électorales engagées pour les 
élections des chambres fédérales ainsi qu’au financement et à la comptabilité ouverte des 
partis politiques ; 
3°  d’un contrat de travail dont l’échéance ne peut excéder de deux semaines la date de l’élection 
du Collège provincial issu des plus prochaines élections provinciales. 
 
§2 - Le traitement des agents visés au §1er, 2° est remboursé à leur administration d’origine sur 
présentation d’une demande de remboursement introduite au début de chaque trimestre pour le 
trimestre précédent. 
 
 
CHAPITRE 2 - DU SECRÉTARIAT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL PROVINCIAL  
 
Article 4 - Le président du conseil provincial dispose d’un secrétariat dont les attributions concernent : 

les affaires susceptibles d’influencer la politique générale du conseil provincial ou les 
travaux du conseil provincial ; 


les recherches et les études propres à faciliter le travail personnel du président du conseil 
provincial ;  

l’examen des dossiers du conseil provincial ; 

la réception et l’ouverture de son courrier personnel ; 

sa correspondance et les demandes de rendez-vous. 
 
Article 5 - Le secrétariat du président du conseil provincial peut comprendre deux personnes de 
niveau B, C, D ou E. 
 
Les fonctions à temps plein peuvent être réparties en fonctions à temps partiel. 
 
Article 6 - L’exercice des fonctions de membre du secrétariat du président du conseil provincial 
résulte de l’affectation d’agents de l’administration provinciale. 
 
CHAPITRE 3 - DU SECRÉTARIAT DU DIRECTEUR GENERAL 
 
 
Article 7 Le Directeur général dispose d’un secrétariat dont les attributions concernent :  

les recherches et les études propres à faciliter le travail personnel du Directeur général;  

l’examen préparatoire des dossiers qui lui sont soumis ; 

la réception et l’ouverture de son courrier personnel ;  

sa correspondance et les demandes de rendez-vous. 
 
Article  8  -  §1er  -
  Le  secrétariat  du  Directeur  général  ne  peut  comprendre  plus  de  trois  membres,  à 
savoir une personne du niveau A et deux des niveaux B, C, D ou E, parmi lesquelles un chauffeur et 
étant entendu qu’il ne peut y avoir qu’une personne du niveau B. 
 
Les fonctions à temps plein peuvent être réparties en fonctions à temps partiel. 
 
§2 - La personne du niveau A peut être revêtue du titre de conseiller. 
 
Article 9 - L’exercice des fonctions de membre du secrétariat du Directeur général peut résulter:  
1.  de l’affectation d’agents de l’administration provinciale; 
2.  d’un  contrat  de  travail  dont  l’échéance  ne  peut  excéder  la  date  du  prochain  renouvellement  du 
conseil provincial. 
 
CHAPITRE 4 - DISPOSITIONS COMMUNES 
 
Article 10 -
 Les membres des secrétariats sont désignés par le collège provincial, à l’exception de 
ceux visés aux articles 3, §1er, 3° et 8, 2° qui le sont par le conseil provincial sauf le cas où le Collège 
provincial dispose d’une délégation de pouvoir du conseil provincial. 
 
 
Article 11 - Les agents de l’administration provinciale qui sont affectés dans un secrétariat visé dans 
le présent règlement ne peuvent rester en fonction dans leur emploi, ni continuer à en exercer les 
attributions. 
 
Toutefois, ils participent à l’avancement dans l’administration provinciale et y reprennent leur emploi 
à la fin de leur mission.  Leur régime d’ancienneté n’est pas modifié. 
 
 
Article 12 - §1er  - Il peut être accordé aux membres des secrétariats visés à l’article 2 §§1er  et 2 une 
indemnité mensuelle complémentaire fixée comme suit :  

pour les membres revêtus du titre de conseiller ou chargé de mission, en exécution du §3 du 
même article 518,57 euros ; 


pour les membres des niveaux A, B, C, D et E à  l’exception de ceux revêtus du titre de 
conseiller ou de chargé de mission : 259,28 euros ; 

pour les membres des niveaux E, D1 à D3 exerçant la fonction de chauffeur : 363 euros. 
 
§2 - Il peut être accordé aux agents visés à l’article 2 §4 une indemnité mensuelle complémentaire de 
165,94  euros. 
 
§3 - Il peut être accordé aux membres des secrétariats visés aux articles 5 et 8 une indemnité mensuelle 
complémentaire fixée comme suit : 

pour le membre de niveau A : 363 euros ; 

pour les membres des niveaux B, C, D4 à D6 : 207,43 euros ; 

pour les membres des niveaux D1 à D3 et E : 165,94 euros ; 

pour les membres des niveaux E, D1 à D3 exerçant la fonction de chauffeur : 311,15 euros. 
 
§4 - Les membres des secrétariats exerçant la fonction de chauffeur bénéficient, outre les dispositions 
prévues aux §§1er et 3, du remboursement des frais exposés pour tenue soignée à concurrence d’un 
maximum de 497,82  euros par an. 
 
§5 - Sur proposition du député provincial  du secrétariat auquel appartient le membre concerné ou du 
Directeur général, le Collège provincial accorde le remboursement visé au paragraphe 4. 
 
Article 13 - §1er - Les indemnités visées par le présent règlement sont payées mensuellement à terme 
échu. 
 
Si elles ne sont pas dues entièrement, elles sont payées en trentièmes.  En cas de prestation à horaire 
réduit, elles sont réduites à due concurrence. 
 
§2 Les indemnités visées à l’article 12 sont liées  à l’indice- pivot 138,01 € et sont indexées.