Ceci est une version HTML d'une pièce jointe à la demande d'accès à l'information 'Demande PV conseils communaux début de législature jusque mars 2022'.

 
SÉANCE DU 20 OCTOBRE 2020 
 
Présents : 
Monsieur Dimitri LEGASSE, Conseiller - Président; 
Madame Patricia VENTURELLI, Bourgmestre; 
Monsieur Jean-Paul DENIMAL, Monsieur Jean-Lou WOUTERS, Madame Marie-Thérèse 
DEHANTSCHUTTER, Monsieur Grégory HEMERIJCKX, Monsieur André DESCHAMPS, 
Échevins; 
Monsieur Manu REGIBO, Monsieur Patrick OPHALS, Madame Sylviane MASY, Monsieur 
Christian MAHY, Monsieur Paul JESPERS, Monsieur Philippe HAUTERS, Madame Justine 
FULCO, Monsieur Michel TONDEUR, Monsieur Léon JADIN, Madame Angélique DIPAOLA, 
Monsieur Alain ZEGERS, Madame Nathalie BAEYENS, Madame Dominique THIELS-
CLEMENT, Monsieur Fabien GODART, Conseillers; 
Monsieur Marino MARCHETTI, Président du CPAS; 
Madame Carine SCOURNAUX, Directrice Générale f.f.; 
Excusé : 
Monsieur Michaël CIVILIO, Directeur Général; 
 
Le président ouvre la séance : 20:00. 
 
SEANCE PUBLIQUE : 
 
Le Président signale qu'une question d'actualité a été déclarée recevable et qu'une question d'actualité 
a été déclarée irrecevable. Il en profite pour réexpliquer la procédure.
 
1. Approbation du procès-verbal de la séance antérieure 
 
Le procès-verbal de la séance du 29 septembre 2020 est approuvé par 18 oui (Patricia Venturelli, 
Jean-Paul Denimal, Jean-Lou Wouters, Marie-Thérèse Dehantschutter, Grégory Hemerijckx, André 
Deschamps, Patrick Ophals, Alain Zegers, Nathalie Baeyens, Philippe Hauters, Paul Jespers, Michel 
Tondeur, Dominique Thiels-Clément, Léon Jadin, Angélique Dipaola, Sylviane Masy, Christian 
Mahy Dimitri Legasse). 
 
 
2. Démission d'un membre du conseil communal - Mme Sophie Keymolen - acceptation 
 
Le Conseil,
 
Attendu que Madame Sophie Keymolen a remis sa démission de son mandat de conseillère 
communale par courrier du 12 octobre 2020 en raison du fait de son entrée en fonction en qualité de 
membre du collège provincial en date du 15 octobre 2020, cette fonction étant incompatible avec 
celle de membre du conseil communal en application de l'article L1125-1, §1er, 2° du Code de la 
Démocratie Locale et de la Décentralisation; 
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation qui prévoit, en son article L1122-9 que 
« La démission des fonctions de conseiller est notifiée par écrit au conseil, lequel l’accepte lors de la 
première séance suivant cette notification.
 
La démission prend effet à la date où le conseil l’accepte et est notifiée par le directeur général à 
l’intéressé. 
[…] ». 
Vu l’article L1121-2, alinéa 1er, qui dispose que « Les conseillers communaux sortants lors d’un 
renouvellement intégral et les démissionnaires restent en fonction jusqu’à ce que l’installation de 
leurs successeurs ait eu lieu.
 » ; 
 
accepte 
la démission de Madame Sophie Keymolen de son mandat de conseiller communal. 
 





  de supprimer l'article 2 du règlement susvisé adopté lors de la séance du 1er septembre 
2020, qui était ainsi libellé: "Article 2: Ces primes communales ne sont pas cumulatives. 
Lorsqu'une entreprise peut faire valoir plusieurs primes régionales, seule la prime 
communale la plus avantageuse est octroyée.

  d'accorder le cumul y compris pour les entreprises qui auraient déjà rentré leur dossier de 
demande de la prime complémentaire communale. 
 
Madame Justine Fulco entre en séance. 
 
5. Fabrique d'église Protestante de Clabecq - Budget 2021 - Information 
 
Le Conseil, 
 
Vu les articles L3162-1 à 3 du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation; 
Vu l'article L3113-2 du CDLD tel que modifié par le décret du 4 octobre 2018 pour la suspension de 
la computation du délai entre le 15 juillet et le 15 août; 
Vu la circulaire du 12 décembre 2014 intitulée « Tutelle sur les actes des établissements chargés de 
la gestion du temporel des cultes reconnus – Circulaire relative aux pièces justificatives » ; 
Vu le décret impérial du 30 décembre 1809 concernant les fabriques des églises ; 
Vu la loi du 4 mars 1870 sur le temporel des cultes ; 
Considérant le budget 2021 de la fabrique d’église Protestante de Clabecq tel que remis le 15 
juillet 2020; 
Considérant la décision d'approbation du Conseil communal de la Ville de Tubize, commune de 
tutelle, ayant statué le 14 septembre 2020 sur le budget 2021 de la Fabrique d'Eglise Protestante;  
 
prend connaissance de la décision de la Ville de Tubize d'approuver le budget 2021 remis par la 
fabrique d'église protestante de Clabecq. 
 
6.  Fabrique  d'Eglise  St  Fiacre  de  Wisbecq  -  Budget  2021  -  Approbation  moyennant 
modifications.
 
 
Le Conseil, 
 
Vu les articles L3162-1 à 3 du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation; 
Vu l'article L3113-2 du CDLD tel que modifié par le décret du 4 octobre 2018 pour la suspension de 
la computation du délai entre le 15 juillet et le 15 août; 
Vu la circulaire du 12 décembre 2014 intitulée « Tutelle sur les actes des établissements chargés de 
la gestion du temporel des cultes reconnus – Circulaire relative aux pièces justificatives » ; 
Vu le décret impérial du 30 décembre 1809 concernant les fabriques des églises ; 
Vu la loi du 4 mars 1870 sur le temporel des cultes ; 
Vu le budget 2021 de la fabrique d’église St Fiacre de Wisbecq déposé à l'administration le 
27/08/2020 ; 
Attendu la décision du Conseil communal du 1er septembre 2020 et proroger sa décision de tutelle 
de20 jours supplémentaires; 
Attendu le courrier de l'Archevêché daté du 1er octobre, informant de sa décision d'approbation sans 
remarques quant au Budget 2021 de la Fabrique d'Eglise St Fiacre de Wisbecq;  
Considérant qu'en date du 30 septembre la FE informait la Commune et l'Archevêché de la réception 
de devis chiffrés pour les grosses réparations de l'église d'un montant supérieur à celui initialement 
proposé dans le budget 2021, et qu'il y a donc lieu, de commun accord, de réformer le budget 2021 
sur base de ces éléments en modifiant les articles suivants: 
R21 - indiquer 18.000€ au lieu de 12.000€ 
D56 - indiquer 18.000€ au lieu de 12.000€ 
D50Lc - indiquer 180€ au lieu de 150€ 
D50Ld - indiquer 3.300€ au lieu de 2.350€ 
qu'en conséquence, il y a lieu d'indiquer pour la contribution communale (R17) un montant de 
19.945€ au lieu de 18.965,74€ 

et que les différents totaux doivent être recalculés pour que les Recettes Totales soient de 43.300€ au 
lieu de 36.320€ et les Dépenses Totales soient de 43.300€ au lieu de 36.320€. 
 
décide, par 20 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P.Denimal, J-L.Wouters, M-T.Dehantschutter, 
G.Hemerijckx, A.Deschamps, M.Regibo, P.Ophals, J.Fulco, A.Zegers, N.Baeyens, P.Hauters, 
P.Jespers, M.Tondeur, D.Thiels-Clément, F.Godart, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy) et 1 non (C.Mahy), 
d'approuver le budget 2021 de la fabrique d'église St Fiacre de Wisbecq moyennant les modifications 
suivantes: 
R21 - indiquer 18.000€ au lieu de 12.000€ 
D56 - indiquer 18.000€ au lieu de 12.000€ 
D50Lc - indiquer 180€ au lieu de 150€ 
D50Ld - indiquer 3.300€ au lieu de 2.350€ 
R17 - indiquer 19.945€ au lieu de 18.965,74€ 
Recettes Totales - indiquer 43.300€ au lieu de 36.320€ 
Dépenses Totales - indiquer 43.300€ au lieu de 36.320€ 
 
7. Fabrique d'Eglise Saint Martin de Quenast - Budget 2021 - Prorogation du délai de tutelle 
 
Le Conseil, 
 
Vu les articles L3162-1 à 3 du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation; 
Vu l'article L3113-2 du CDLD tel que modifié par le décret du 4 octobre 2018 pour la suspension de 
la computation du délai entre le 15 juillet et le 15 août; 
Vu la circulaire du 12 décembre 2014 intitulée « Tutelle sur les actes des établissements chargés de 
la gestion du temporel des cultes reconnus – Circulaire relative aux pièces justificatives » ; 
Vu le décret impérial du 30 décembre 1809 concernant les fabriques des églises ; 
Vu la loi du 4 mars 1870 sur le temporel des cultes ; 
Vu le budget 2021 de la fabrique d’église St Martin de Quenast; 
Attendu que les services communaux n'ont pas encore procédé à l'examen complet dudit budget;  
 
décide, par 20 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P.Denimal, J-L.Wouters, M-T.Dehantschutter, 
G.Hemerijckx, A.Deschamps, M.Regibo, P.Ophals, J.Fulco, A.Zegers, N.Baeyens, P.Hauters, 
P.Jespers, M.Tondeur, D.Thiels-Clément, F.Godart, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy) et 1 non (C.Mahy) 
de proroger de 20 jours supplémentaires son délai de tutelle quant au budget 2021 de la fabrique 
d'église St Martin de Quenast. 
 
Monsieur Michel Tondeur quitte la séance. 
 
8. Fabrique d'Eglise Saints Pierre et Martin de Bierghes - Budget 2021 - Approbation 
 
Le Conseil, 
 
Vu les articles L3162-1 à 3 du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation; 
Vu l'article L3113-2 du CDLD tel que modifié par le décret du 4 octobre 2018 pour la suspension de 
la computation du délai entre le 15 juillet et le 15 août; 
Vu la circulaire du 12 décembre 2014 intitulée « Tutelle sur les actes des établissements chargés de 
la gestion du temporel des cultes reconnus – Circulaire relative aux pièces justificatives » ; 
Vu le décret impérial du 30 décembre 1809 concernant les fabriques des églises ; 
Vu la loi du 4 mars 1870 sur le temporel des cultes ; 
Vu le budget 2021 de la fabrique d’église Sts Pierre et Martin de Bierghes 
 
décide, par 19 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P.Denimal, J-L.Wouters, M-T.Dehantschutter, 
G.Hemerijckx, A.Deschamps, M.Regibo, P.Ophals, J.Fulco, A.Zegers, N.Baeyens, P.Hauters, 
P.Jespers, D.Thiels-Clément, F.Godart, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy) et 1 non (C.Mahy) 
d'approuver le budget 2021 de la fabrique d'église Saints Pierre et Martin de Bierghes. 
 







cet effet qui vous sera communiqué lors du mail de confirmation. Aucun remboursement ne sera 
effectué sauf sur présentation d’un certificat médical. Le prix de la garderie est de 0,50€ par demi-
heure, payable sur place. Elle est assurée par les accueillantes qui sont employées par la commune 
dans le cadre de l’accueil extrascolaire au sein des écoles. 
6. ENGAGEMENTS DES PARTICIPANTS 
Les enfants s’engagent à respecter : 
  le personnel et les monitrices(teurs) ainsi que les autres enfants ; 
  la propreté des lieux et le matériel mis à leur disposition ; 
  les consignes de sécurité qui leurs sont données. 
Les enfants ne peuvent pas apporter de jouets personnels, d’objets précieux, d’objets dangereux et de 
GSM aux plaines de vacances. En cas de comportement inacceptable de l’enfant, il recevra un 
avertissement. Les parents en seront informés par l’équipe d’animation soit directement à la fin de la 
journée soit par l’intermédiaire de l’accueillante extrascolaire. Dans la mesure du possible, une 
rencontre aura lieu entre l’enfant, les parents et la coordinatrice afin de discuter des difficultés 
rencontrées et chercher des solutions. Si le comportement perdure, l’enfant sera exclu de la plaine 
dès le lendemain. Toute autre difficulté concernant le non respect du règlement sera également gérée 
par le dialogue entre les parents, les enfants et l’équipe d’animation. 
7. ENCADREMENT ET ACTIVITES 
L’équipe d’animation se compose d’un(e) coordinateur (trice), d’animateurs brevetés et d’aide-
animateurs (animateurs non brevetés). Le (la) coordinateur (trice) et les animateurs se montrent à 
l’écoute des enfants et des parents. L’équipe d’animation propose un programme varié et équilibré 
adapté aux enfants : activités créatrices (chants, musique, activités manuelles, activités théâtrale, 
….), activités sportives, ateliers récréatifs, jeux de plein air,… Chaque semaine est basé sur un thème 
et celui-ci sert de fil de conducteur à travers les activités. Les enfants participeront au moins une fois 
par semaine à une excursion ou à une visite et, en fonction des conditions climatiques, effectueront 
diverses sorties dans la commune. 
Exemple d’une journée : 
de 6h30 à 8h30  Accueil du matin par les accueillantes extrascolaires 
de 8h30 à 9h00  Accueil et prise des présences 
de 9h00 à 10h00  Ateliers créatifs (visite ou excursion) 
de 10h00 à 10h30 Collation + jus de fruit ou produit lacté 
de 10h30 à 12h00 Ateliers créatifs (ou visite ou activité plein air) 
de 12h00 à 12h30 Repas + soupe 
de 12h30 à 13h30 Activités libres, lecture, chants, danses, jeux 
de 13h30 à 15h30 Grand jeu (visite ou excursion) 
de 15h30 à 16h00 Goûter équilibré + jus de fruits ou eau ou boisson lactée 
de 16h00 à 16h30 Jeux - chant 
de 16h30 à 18h30 Accueil du soir par les accueillantes extrascolaires 
8. RECOMMANDATIONS PRATIQUES 
Les parents veilleront à ce que l’enfant soit muni chaque jour : 
  de son pique-nique pour midi ; 
  d’une collation ; 
  d’une casquette ou d’un chapeau ; 
  d’un K-way ou d’un vêtement de pluie ; 
  de chaussures de marche fermées (type baskets) et de chaussettes 
  d’un sac à dos 
Le planning des activités et certaines instructions plus particulières quant à ce qu’il faut apporter ou 
prévoir seront communiqués aux enfants et seront affichés à l’entrée du local. N’oubliez pas de les 
lire ! 
Si les parents le désirent, ils peuvent rencontrer les moniteurs à la fin de la journée. 
9.SUIVIS MEDICAUX 

Pour tout enfant devant prendre des médicaments durant son séjour en plaine de vacances, il est 
impératif de fournir un certificat médical comprenant la posologie à suivre. Sans quoi le personnel 
d’encadrement ne pourra administrer quelque médicament que ce soit. 
10. PEDICULOSE 
A l’instar des milieux scolaires, tout enfant atteint de pédiculose (poux) fera l’objet d’une procédure 
d’éviction et cela afin de ne pas contaminer les autres enfants. Un courrier sera adressé aux parents 
les avertissant de la présence de poux. Il sera demandé de traiter l’enfant dans les plus brefs délais 
sous peine de se voir refuser l’accès aux plaines. 
11. EVENEMENTS PARTICULIERS 
Lors des sorties et en cas de retard important, les parents seront avertis au préalable par G.S.M. 
Cependant, une information écrite sera apposée sur la porte du local de garderie estimant le retard 
prévu avec les coordonnées de la coordinatrice en charge de la plaine. Les parents sont donc invités à 
aller consulter l’affiche sur place à la rue du Montgras/Ruelle Al’Tache. 
12. ASSURANCES 
L’Administration communale de Rebecq a souscrit une assurance auprès de la compagnie AXA avec 
le numéro de police 010730484122 pour tous les accidents scolaires. Une déclaration vierge est 
donnée aux parents en cas d’accident. Les parents sont tenus de compléter le document le plus 
rapidement possible et de le retourner au responsable des plaines de vacances ou auprès de 
l’Administration communale de Rebecq." 
 
13. Adhésion au marché portant sur l'accord-cadre de fournitures de livres et autres ressources 
du Ministère de la Communauté française.
 
 
Le Conseil communal,
 
Vu la loi du 15 juin 2006 relative aux marchés publics et à certains marchés de travaux, de 
fournitures et de services, et plus spécifiquement l'article 26, § 1er, 1°, e) ; 
Vu la loi du 15 juin 2013 relative à la motivation, à l'information et aux voies de recours en matière 
de marchés publics et de certains marchés de travaux, de fournitures et de services ; 
Vu l'arrêté royal du 15 juillet 2011 relatif à la passation des marchés publics dans les secteurs 
classiques ; 
Vu l'arrêté du 14 janvier 2013 établissant les règles générales d'exécution des marchés publics et des 
concessions de travaux publics ; 
Vu les articles L1122-30, L1222-3 et L1224-4 du Code de la Démocratie Locale et de la 
Décentralisation ; 
Vu le courrier daté du 21 septembre 2020 émanant de la Fédération Wallonie-Bruxelles et informant 
de l'existence d'un marché public, sous forme de centrale d'achat, portant sur la fourniture de livres et 
d'autres ressources, pour les services de l'administration, les bibliothèques publiques et les écoles 
communales, et attribué à l'association momentanée des libraires indépendants (AMLI) et valide 
jusqu'au mois d'avril 2025 ; 
Considérant qu'il est possible de recourir à cette centrale d'achat pour l'acquisition de livres et autres 
ressources ;  
Considérant que le recours à ce marché est positif et n'entraîne aucune charge financière ni obligation 
d'y recourir ; 
Considérant que le recours à ce marché permet de répondre plus rapidement aux demandes 
spécifiques propres à chaque service ; 
Attendu l'avis favorable du Directeur financier rendu en date du 30/09/2020 ; 
 
décide, par 21 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P.Denimal, J-L.Wouters, M-T.Dehantschutter, 
G.Hemerijckx, A.Deschamps, M.Regibo, P.Ophals, J.Fulco, A.Zegers, N.Baeyens, P.Hauters, 
P.Jespers, M.Tondeur, D.Thiels-Clément, F.Godart, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy, C.Mahy) 
d'adhérer au marché portant sur l'Accord cadre de fournitures de livres et autres ressources du 
Ministère de la Communauté française. 
 

14. Marché de fournitures - acquisition d'un véhicule électrique - approbation des conditions et 
du mode de passation
 
 
Le Conseil,
 
Vu le Code de la démocratie locale et de la décentralisation et ses modifications ultérieures, 
notamment l'article L1222-3 §1 relatif aux compétences du Conseil communal et les articles L3111-1 
et suivants relatifs à la tutelle ; 
Vu la loi du 17 juin 2013 relative à la motivation, à l'information et aux voies de recours en matière 
de marchés publics, de certains marchés de travaux, de fournitures et de services et de concessions et 
ses modifications ultérieures ; 
Vu la loi du 17 juin 2016 relative aux marchés publics, notamment l’article 42, § 1, 1° a) (la dépense 
à approuver HTVA n'atteint pas le seuil de 139.000,00 €) ; 
Vu l'arrêté royal du 14 janvier 2013 établissant les règles générales d'exécution des marchés publics 
et ses modifications ultérieures ; 
Vu l'arrêté royal du 18 avril 2017 relatif à la passation des marchés publics dans les secteurs 
classiques et ses modifications ultérieures, notamment l'article 90, 1° ; 
Considérant le cahier des charges N° ST-AB-32/20 relatif au marché “Marché de fournitures- 
acquisition d'un véhicule électrique” établi par le Service Travaux ; 
Considérant que le montant estimé de ce marché s'élève à 28.512,40 € hors TVA ou 34.500,00 €, 
21% TVA comprise ; 
Considérant qu'il est proposé de passer le marché par procédure négociée sans publication préalable ;  
Considérant que le crédit permettant cette dépense est inscrit au budget extraordinaire de l’exercice 
2020, article 421/743-98 (n° de projet 20200019) et sera financé par fonds propres/emprunt 
"23.538,45€" et par subsides SPW " 11.461.55€ ; 
Considérant qu'une demande afin d’obtenir l'avis de légalité obligatoire a été soumise le 23-09-2020, 
le directeur financier a rendu un avis de légalité favorable; 
 
décide, par 21 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P.Denimal, J-L.Wouters, M-T.Dehantschutter, 
G.Hemerijckx, A.Deschamps, M.Regibo, P.Ophals, J.Fulco, A.Zegers, N.Baeyens, P.Hauters, 
P.Jespers, M.Tondeur, D.Thiels-Clément, F.Godart, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy, C.Mahy) 
Article 1er : D'approuver le cahier des charges N° ST -AB-32/20 et le montant estimé du marché 
“Marché de fournitures- acquisition d'un véhicule électrique”, établis par le Service Travaux. Les 
conditions sont fixées comme prévu au cahier des charges et par les règles générales d'exécution des 
marchés publics. Le montant estimé s'élève à 28.512,40 € hors TVA ou 34.500,00 €, 21% TVA 
comprise. 
Article 2 : De passer le marché par la procédure négociée sans publication préalable. 
Article 3 : De financer cette dépense par le crédit inscrit au budget extraordinaire de l’exercice 2020, 
article 421/743-98 (n° de projet 20200019). 
 
15.  Marché  de  travaux  -  verdurisation  du  cimetière  de  Rebecq  -  approbation  du  cahier  des 
charges révisé
 
 
Le Conseil,
 
Vu le Code de la démocratie locale et de la décentralisation et ses modifications ultérieures, 
notamment l'article L1222-3 §1 relatif aux compétences du Conseil communal et les articles L3111-1 
et suivants relatifs à la tutelle ; 
Vu la loi du 17 juin 2013 relative à la motivation, à l'information et aux voies de recours en matière 
de marchés publics, de certains marchés de travaux, de fournitures et de services et de concessions et 
ses modifications ultérieures ; 
Vu la loi du 17 juin 2016 relative aux marchés publics, notamment l’article 42, § 1, 1° a) (la dépense 
à approuver HTVA n'atteint pas le seuil de 139.000,00 €) ; 
Vu l'arrêté royal du 14 janvier 2013 établissant les règles générales d'exécution des marchés publics 
et ses modifications ultérieures ; 

Vu l'arrêté royal du 18 avril 2017 relatif à la passation des marchés publics dans les secteurs 
classiques et ses modifications ultérieures, notamment l'article 90, 1° ; 
Considérant le cahier des charges révisé N° ST-AB-18/20 Version 2 relatif au marché “Marché de 
travaux- verdurisation du cimetière de Rebecq” établi par le Service Travaux ; 
Considérant que le montant estimé de ce marché s'élève à 90.000,00 € hors TVA ou 108.900,00 €, 
21% TVA comprise ; 
Considérant qu'il est proposé de passer le marché par procédure négociée sans publication préalable ;  
Considérant que le crédit permettant cette dépense est inscrit au budget extraordinaire de l’exercice 
2020, article 878/725-60 (n° de projet 20200016)  ; 
Considérant qu'une demande afin d’obtenir l'avis de légalité obligatoire a été soumise le 01/04/2020, 
le directeur financier a pas rendu un avis de légalité favorable ; 
 
décide, par 21 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P.Denimal, J-L.Wouters, M-T.Dehantschutter, 
G.Hemerijckx, A.Deschamps, M.Regibo, P.Ophals, J.Fulco, A.Zegers, N.Baeyens, P.Hauters, 
P.Jespers, M.Tondeur, D.Thiels-Clément, F.Godart, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy, C.Mahy) 
Article 1er : D'approuver le cahier des charges N° ST-AB-18/20 version 2 et le montant estimé du 
marché “Marché de travaux- verdurisation du cimetière de Rebecq”, établis par le Service Travaux. 
Les conditions sont fixées comme prévu au cahier des charges et par les règles générales d'exécution 
des marchés publics. Le montant estimé s'élève à 90.000,00 € hors TVA ou 108.900,00 €, 21% TVA 
comprise. 
Article 2 : De passer le marché par la procédure négociée sans publication préalable et de soumettre 
le cahier des charges ST-AB-18/20 version 2 aux soumissionnaires en cours d'appel d'offres. 
Article 3 : De financer cette dépense par le crédit inscrit au budget extraordinaire de l’exercice 2020, 
article 878/725-60 (n° de projet 20200016). 
 
16. Taxe sur les immeubles inoccupés - modification du règlement 
 
Le Conseil,
 
Vu les articles 41, 162 et 170, par. 4, de la Constitution, en ce qu'ils consacrent l'autonomie fiscale 
des communes; 
Vu la première partie du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation et notamment 
l’article L 1122-30 ; 
Vu le décret du 14 décembre 2000 (M.B. 18.1.2001) et la loi du 24 juin 2000 (M.B. 23.9.2004, éd.2) 
portant assentiment de la Charte européenne de l’autonomie locale, notamment l’article 9 de la 
Charte ; 
Vu les dispositions légales et réglementaires en vigueur en matière d'établissement et de 
recouvrement de taxes et redevances communales ; 
Vu la circulaire budgétaire relative à l'élaboration des budgets des communes et des CPAS de la 
Région wallonne à l'exception des communes et des CPAS relevant des communes de la 
Communauté germanophone pour l'année 2021; 
Attendu que la commune se doit d’obtenir des recettes afin de se procurer les ressources nécessaires 
en vue du financement des dépenses de sa politique générale et de ses missions de service public ; 
Vu l'arrêt de la Cour de Cassation n°F.17.0132.F du 27 juin 2019; 
Considérant que les personnes de droit public se distinguent des personnes morales de droit privé 
en ce qu'elles n'ont que des missions de service public et ne doivent servir que l'intérêt général et 
qu'elles ne peuvent donc pas servir des intérêts égoïstes en exerçant de la spéculation foncière ; 
Considérant que les personnes de droit public se distinguent également des personnes morales de 
droit privé en ce sens qu'elles sont soumises à des procédures lourdes (marchés publics, processus 
budgétaires, procédures de demandes de subsides, autorisation des organes compétents avec respect 
de certains délais, ...) pour les biens mis en location dans le cadre de leurs missions ;   Vu le 
règlement taxe du 19 novembre 2007 modifié le 29 octobre 2013; 
Vu la situation financière de la Commune; 
Vu la communication du dossier au directeur financier faite en date du 9 octobre 2020 conformément 
à l’article L1124-40 §1,3 et 4 du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation ; 

Vu l’avis de légalité du 9 octobre 2020 établi par le Directeur financier ; 
Sur proposition du Collège communal, 
Après en avoir délibéré; 
 
décide, par 21 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P.Denimal, J-L.Wouters, M-T.Dehantschutter, 
G.Hemerijckx, A.Deschamps, M.Regibo, P.Ophals, J.Fulco, A.Zegers, N.Baeyens, P.Hauters, 
P.Jespers, M.Tondeur, D.Thiels-Clément, F.Godart, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy, C.Mahy) 
de modifier les articles 2 et 4 du règlement de la manière suivante: 
Article 2.- La taxe s’applique à tout immeuble inoccupé. 
Sont visés les immeubles bâtis, structurellement destinés au logement ou à l’exercice d’activités 
économiques de nature industrielle, artisanale, agricole, horticole, commerciale, sociale, culturelle ou 
de services, qui sont restés inoccupés pendant une période comprise entre deux constats consécutifs 
distants d’une période minimale de 6 mois. 
Ne sont pas visés les sites d’activités économiques désaffectés de plus de 1.000 m2.visés par le 
décret du 27 mai 2004. 
Est considéré comme immeuble bâti tout bâtiment, ouvrage ou installation, même en matériaux non 
durables, qui est incorporé au sol, ancré à celui-ci ou dont l’appui assure la stabilité, destiné à rester 
en place alors même qu’il peut être démonté ou déplacé. Est assimilé à un immeuble bâti tout 
immeuble dont la construction a été entamée jusqu’à la mise sous toiture et pour lequel le délai de 
mise en oeuvre d’un permis d’urbanisme octroyé est expiré. 
Est considéré comme inoccupé : sauf si le redevable prouve qu'au cours de la période visée au §1er, 
alinéa 2, l'immeuble ou la partie d'immeuble bâti a effectivement servi de logement ou de lieu 
d'exercice d'activités de nature industrielle, artisanale, agricole, horticole, commerciale, sociale, 
culturelle ou de services : 
1. 
soit l'immeuble bâti ou la partie d'immeuble bâti pour lequel ou laquelle aucune personne 
n'est inscrite dans les registres de la population ou d'attente, ou pour lequel ou laquelle il n'y 
a pas d'inscription à la Banque-Carrefour des Entreprises ; 
2. 
soit, indépendamment de toute inscription dans les registres de la population ou d'attente ou 
à la Banque-Carrefour des Entreprises, l'immeuble bâti ou partie d'immeuble bâti : 
1. 
dont l'exploitation relève du décret du 11 mars 1999 relatif au permis d'environnement, dès 
lors que soit, le permis d'exploiter, d'environnement, unique ou la déclaration requise n'a 
pas été mis en œuvre et est périmé soit que ledit établissement fait l'objet d'un ordre 
d'arrêter l'exploitation, d'un retrait ou d'une suspension d'autorisation prononcé en vertu du 
décret susmentionné ; 
2. 
dont l'occupation relève d'une activité soumise à autorisation d'implantation commerciale 
en vertu de la loi du 29 juin 1975 relative aux implantations commerciales ou de la loi du 
13 août 2004 relative à l'autorisation d'implantations commerciales, lorsque ladite 
implantation fait l'objet d'un ordre de fermeture, d'un retrait ou d'une suspension 
d'autorisation prononcé en vertu des dispositions de la loi du 13 août 2004 susmentionnée ; 
3. 
dont l'état du clos (c’est-à-dire des murs, huisseries, fermetures) ou du couvert (c’est-à-dire 
de la couverture, charpente) n'est pas compatible avec l’occupation à laquelle il est 
structurellement destiné et dont, le cas échéant, le permis d’urbanisme ou le permis unique 
en tenant lieu, est périmé ; 
4. 
faisant l'objet d'un arrêté d'inhabitabilité en application du code wallon du logement ; 
5. 
faisant l'objet d'un arrêté ordonnant la démolition ou en interdisant l'occupation, pris en 
application de l'article 135 de la nouvelle loi communale. 
En tout état de cause, l'occupation sans droit ni titre ou une occupation proscrite par un arrêté pris sur 
base de l’article 135 de la Nouvelle Loi Communale ne peut être considérée comme une occupation 
au sens du présent règlement. 
Article 4.- Est redevable de la taxe tout titulaire d’un droit réel (propriétaire, usufruitier,…) sur tout 
ou partie d’un immeuble inoccupé à la date du second constat ou, le cas échéant, de chaque constat 
postérieur à celui-ci. 
En cas de pluralité de titulaires de droits réels, chacun d’entre eux est solidairement redevable. 
Exonérations : 







décide  par  21  oui (D.Legasse,  P.Venturelli,  J-P.Denimal,  J-L.Wouters,  M-T.Dehantschutter, 
G.Hemerijckx,  A.Deschamps,  M.Regibo,  P.Ophals,  J.Fulco,  A.Zegers,  N.Baeyens,  P.Hauters, 
P.Jespers, M.Tondeur, D.Thiels-Clément, F.Godart, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy, C.Mahy)  
Art. 1 : Le stationnement est réservé aux personnes handicapées devant l'habitation n°50 rue du Petit 
Bruxelles. 
La mesure est matérialisée par un signal « E9a » avec le sigle handicapé. 
Art.2 : Les dispositions reprises à l’article 1 sont portées à la connaissance des usagers au moyen de 
la signalisation prévue à cet effet au règlement général sur la police de la circulation routière. 
Art.  3 : Le  présent  règlement  est  soumis  à  l’approbation  du  Ministre  compétent  de  la  Région 
Wallonne. 
 
23.  Bail  emphytéotique  du  Tennisland  -  révision  -  autorisation  de  création  d'un  droit  de 
superficie en faveur de l'asbl Tennisland
 
 
Le Conseil,
 
Vu la loi du 10 janvier 1824 sur le droit d'emphytéose; 
Vu l'article L1222-1 du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation qui dispose que "Le 
conseil arrête les conditions de location ou de fermage et de tous autres usages des produits et 
revenus des propriétés et droits de la commune.
"; 
Vu le bail emphytéotique conclu entre la commune de Rebecq et la SPRL SDG ("Sport, 
Développement et Gestion") par acte notarié (étude de Maître Dandois, notaire à Tubize) du 5 
octobre 1981; 
Vu la circulaire du 23 février 2016 relative aux opérations immobilières des pouvoirs locaux; 
Attendu que ce bail a été révisé par un acte notarié du 21 mars 2002 (étude de Maître Derycke, 
notaire à Tubize) et par acte notarié du 21 avril 2016 (étude de Maître Poncelet, notaire à Rebecq);  
Vu sa décision du 17 décembre 2017 de prolonger la durée du bail jusqu'à la date du 31 décembre 
2060, toutes autres dispositions du bail en cours restant inchangées; 
Attendu que l'acte authentique de modification du contrat de bail doit encore être passé; 
Que dans l'intervalle, d'autres modifications doivent être apportées, comme l'ajustement des sports et 
services disponibles sur le site (abandon du squash mais création d'un terrain de Padel, abandon de la 
boutique sport, ...); 
Attendu que la sprl SDG, titulaire du droit d'emphytéose, demande l'autorisation de créer un droit de 
superficie au profit de l'ASBL Tennisland afin que celle-ci puisse introduite un dossier de demande 
de subvention afin de réaliser d'importants investissements pour rénover le bien (rénovation des 
tennis couverts, couverture des terrains extérieurs); 
Vu les projets d'actes établis par l'étude du notaire Poncelet de Rebecq; 
Attendu que la convention entre la sprl SDG et l'ASBL prévoir expressément que l'ASBL reprend à 
son compte les engagements vis-à-vis de la commune, tels que visés dans le bail emphytéotique entre 
celle-ci et la SPRL SDG; 
Qu'il convient d'autoriser, comme le permet la convention de bail, la cession de ce droit de manière à 
permettre la rénovation des installations; 
 
décidepar 20 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P.Denimal, J-L.Wouters, M-T.Dehantschutter, 
G.Hemerijckx, A.Deschamps, M.Regibo, P.Ophals, J.Fulco, A.Zegers, N.Baeyens, P.Hauters, 
P.Jespers, M.Tondeur, D.Thiels-Clément, F.Godart, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy) et 1 
abstention
 (C.Mahy) 
  de marquer son accord sur la révision du bail emphytéotique liant la commune à la SPRL 
SDG, 
  d'autoriser la création, par la sprl SD, d'un droit de superficie sur l'ensemble du site au 
profit de l'ASBL Tennisland, 
  d'approuver les projets d'actes transmis par la notaire Poncelet de Rebecq et annexés à la 
présente. 
 
24. Rue du Petit Bruxelles - vente d'une bande de terrain communal - décision