Ceci est une version HTML d'une pièce jointe à la demande d'accès à l'information 'Demande PV conseils communaux début de législature jusque mars 2022'.

 
SÉANCE DU 12 SEPTEMBRE 2019 
 
Présents   D.Legasse, Président ; 
P.Venturelli, Bourgmestre ; 
J-P Denimal, J-L.Wouters, M-T.Dehantschutter, A.Demol et G.Hemerijckx, Echevins ; 
A.Deschamps, H.Meersschaut, E.Regibo, P.Ophals, S.Masy, Ch.Mahy, P.Jespers, 
Ph.Hauters, S.Keymolen, J.Fulco, M.Tondeur, L.Jadin, A.Dipaola et A.Zegers, 
Conseillers ; 
M.Marchetti, Président de C.P.A.S. ; 
M.Civilio, Directeur général. 
Excusés: Mrs H.Meersschaut, M.Tondeur et A.Demol. 
 
Le président ouvre la séance : 20:17. 
 
SEANCE PUBLIQUE : 
  
Information: 
  Monsieur Hemerijckx annonce la journée portes ouvertes de l'EPN. 
  La Bourgmestre rappelle aux membres du conseil l'invitation à participer à l'inauguration 
d'un mémorial pour les partisans russes tués lors de la seconde guerre mondiale. 
  
Questions d'actualité: le Président annonce que 8 questions ont été déclarées recevables. Elles 
seront posées par Mme Masy, Mr Hauters, Mr Jespers et Mme Keymolen.
 
1. Approbation du procès-verbal de la séance du 13 juin 2019 
 
Le procès-verbal de la séance du 13 juin 2019 est approuvé par 16 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P 
Denimal, A.Deschamps, E.Regibo, J-L.Wouters, P.Ophals, G.Hemerijckx, M-T.Dehantschutter, 
J.Fulco, A.Zegers, P.Jespers, Ph.Hauters, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy) et 2 
abstentions
 (S.Keymolen, Ch.Mahy). 
 
2. Approbation du procès-verbal de la séance du 20 juin 2019 
 
Le procès-verbal de la séance du 20 juin 2019 est approuvé par 16 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P 
Denimal, A.Deschamps, E.Regibo, P.Ophals, G.Hemerijckx, M-T.Dehantschutter, J.Fulco, A.Zegers, 
S.Keymolen, P.Jespers, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy, Ch.Mahy) et 2 abstentions (J-L.Wouters, 
Ph.Hauters). 
 
Suspension de séance. 
 
3.  SA  Sagrex  -  demande  d'accord  pour  l'ouverture  d'une  voirie  communale  -  décision  à 
prendre
 
 
Le  conseil,  sur  proposition  du  groupe  Union  qui  justifie  cette  dernière  par  le  fait  qu'il  convient  de 
demander  à  la  société  Sagrex d'intégrer  dans  le  dossier  le  plan  d'action  complémentaire  tel  que 
proposé par cette dernière,  décide par 14 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, A.Deschamps, 
E.Regibo,  J-L.Wouters,  P.Ophals,  G.Hemerijckx,  M-T.Dehantschutter,  J.Fulco,  A.Zegers, 
S.Keymolen,  P.Jespers,  Ph.Hauters),  2  non  (S.Masy,  Ch.Mahy)  et  2  abstentions  (L.Jadin, 
A.Dipaola), de reporter le point. 
 
4. Conseil Consultatif Citoyen - Modalités en cas de désistement. 
 
Le Conseil,
 

Vu la décision du Conseil communal du 09/05/2019 de créer une Assemblée citoyenne ;  
Vu le tirage au sort qui s'est déroulé le 20/06/2019 ; 
Attendu que les personnes tirées au sort ont la possibilité d'accepter ou de refuser cette désignation ; 
Attendu qu'il y a lieu de revoir les modalités de leur remplacement en cas de refus ; 
 
décide, par 11 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, A.Deschamps, E.Regibo, J-L.Wouters, 
P.Ophals, G.Hemerijckx, M-T.Dehantschutter, J.Fulco, A.Zegers) et 7 non (S.Keymolen, P.Jespers, 
Ph.Hauters, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy, Ch.Mahy), 
d'adopter l'amendement suivant au processus de désignation des membres de l'Assemblée citoyenne 
: "en cas de refus ou de désistement d'une personne désignée par le tirage au sort, celle-ci sera 
remplacée par la personne portant le numéro suivant dans la liste
." au lieu de "sinon un nouveau 
tirage sera effectué, jusqu'à la complétude du C.C.C."
 
 
5. Fabrique d'église St Fiacre de Wisbecq - Budget 2020 - Information 
 
Le Conseil, 
 
Vu les articles L3162-1 à 3 du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation; 
Vu l'article L3113-2 du CDLD tel que modifié par le décret du 4 octobre 2018 pour la suspension de 
la computation du délai entre le 15 juillet et le 15 août; 
Vu la circulaire du 12 décembre 2014 intitulée « Tutelle sur les actes des établissements chargés de 
la gestion du temporel des cultes reconnus – Circulaire relative aux pièces justificatives » ; 
Vu le décret impérial du 30 décembre 1809 concernant les fabriques des églises ; 
Vu la loi du 4 mars 1870 sur le temporel des cultes ; 
Vu le budget 2020 de la fabrique d’église St Fiacre de Wisbecq arrêté en séance du conseil de 
fabrique du 2 juillet 2019; 
Vu l'approbation dudit budget par l'Archevêché dans son courrier daté du 9 juillet 219; 
Attendu que le prochain Conseil communal se tiendra le 12 septembre 2019, soit au-delà du délai de 
tutelle; 
 
prend connaissance du fait que, au vu du dépassement des délais de tutelle, sa décision quant 
au Budget 2020 de la fabrique d'église St Fiacre de Wisbecq est réputée favorable. 
 
6. Fabrique d'église St Géry de Rebecq- Budget 2020 - Information 
 
Le Conseil,
 
Vu les articles L3162-1 à 3 du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation; 
Vu l'article L3113-2 du CDLD tel que modifié par le décret du 4 octobre 2018 pour la suspension de 
la computation du délai entre le 15 juillet et le 15 août; 
Vu la circulaire du 12 décembre 2014 intitulée « Tutelle sur les actes des établissements chargés de 
la gestion du temporel des cultes reconnus – Circulaire relative aux pièces justificatives » ; 
Vu le décret impérial du 30 décembre 1809 concernant les fabriques des églises ; 
Vu la loi du 4 mars 1870 sur le temporel des cultes ; 
Vu le budget 2020 de la fabrique d’église St Géry de Rebecq arrêté en séance du conseil de fabrique 
du 7 juillet 2019; 
Vu l'approbation dudit budget par l'Archevêché dans son courrier daté du 31 juillet 2019; 
Vu le dépassement du délai de tutelle; 
Vu l'avis de légalité n°31-2019 émis par le Directeur financier en date du 1er août 2019; 
Attendu que celui-ci est favorable; 
 
prend connaissance du fait que sa décision quant au Budget 2020 de la fabrique d'église St Géry de 
Rebecq est réputée favorable. 
 
7. Fabrique d'Eglise St Géry de Rebecq - composition du Conseil de Fabrique - information. 
 



 
décide, par 18 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, A.Deschamps, E.Regibo, J-L.Wouters, 
P.Ophals, G.Hemerijckx, M-T.Dehantschutter, J.Fulco, A.Zegers, S.Keymolen, P.Jespers, 
Ph.Hauters, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy, Ch.Mahy), 
  
d'approuver le contrat-programme 2019-2023 de l'asbl Centre culturel de Rebecq. 
 
10.  CIVADIS  -  modifications  à  l'avenant  relatif  au  Règlement  Général  de  Protection  des 
Données - approbation
 
 
Le Conseil,
 
Vu le règlement (UE) 2016/679 du Parlement européen et du Conseil du 27 avril 2016 relatif à la protection 
des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de 
ces données, et abrogeant la directive 95/46/CE (règlement général sur la protection des données – RGPD) ; 
Vu l’article 29 du RGPD, lequel prévoit que : « Le sous-traitant et toute personne agissant sous l'autorité du 
responsable du traitement ou sous celle du sous-traitant, qui a accès à des données à caractère personnel, ne 
peut pas traiter ces données, excepté sur instruction du responsable du traitement, à moins d'y être obligé par 
le droit de l'Union ou le droit d'un État membre. » ; 
Vu la décision du Conseil communal du 19 septembre 2019 approuvant un avenant au contrat qui le lie avec la 
Commune intégrant les aspects liées au RGPD; 
Considérant la lettre datée du 12 août 2019 de CIVADIS, nous soumettant une version modifiée de cet 
avenant suite à des discussions avec certains clients; 
 
décide, par 18 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, A.Deschamps, E.Regibo, J-L.Wouters, 
P.Ophals, G.Hemerijckx, M-T.Dehantschutter, J.Fulco, A.Zegers, S.Keymolen, P.Jespers, 
Ph.Hauters, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy, Ch.Mahy), 
d'approuver l'avenant modifié proposé par CIVADIS, suite aux nouvelles obligations contractuelles imposées 
par le Règlement Général de Protection des Données. 
 
11. Convention entre la bibliothèque et le Centre d'Action Laïque pour l'organisation d'ateliers 
philo - ratification
 
 
Le Conseil,
 
Vu l'article L1122-30 du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation; 
Vu les ateliers philo qui ont été mis en oeuvre à titre d'essai; 
Vu la convention précédente approuvée par le Conseil communal en date du 14 mars 2019 entre 
l'administration communale et le Centre d'Action Laïque (CAL) pour l'organisation d'ateliers philo; 
Attendu que ceux-ci se sont déroulés dans de bonnes conditions et ont rencontré les attentes du 
public; 
Vu le nouveau projet de convention transmis par le CAL pour une convention similaire couvrant la 
période allant du 1er septembre 2019 au 30 juin 2020; 
Attendu que ce projet de convention est identique à celui approuvé par le Conseil communal du 14 
mars 2019; 
Attendu l'approbation de cette convention par le Collège communal du 25 juin 2019;  
Considérant que la décision du Collège communal du 25 juin 2019 doit être ratifiée par le Conseil 
communal;  
 
décide, par 18 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, A.Deschamps, E.Regibo, J-L.Wouters, 
P.Ophals, G.Hemerijckx, M-T.Dehantschutter, J.Fulco, A.Zegers, S.Keymolen, P.Jespers, 
Ph.Hauters, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy, Ch.Mahy), 
de ratifier la convention de partenariat entre le Centre d'Action Laïque et l'Administration 
communale (service bibliothèque) relative à l'organisation d'un "atelier philo" couvrant la période 
allant du 1er septembre 2019 au 30 juin 2020. 
 
12.  Contribution  Reprobel  -  choix  d'une  nouvelle  convention  (pour  l'année  2018)  pour 
l'administration communale
 

 
Le Conseil,
 
Attendu le courriel envoyé par l'Union des Villes et Communes de Wallonie reçu le 17 juin 2019 et 
présentant le résultat de ses négociations avec Reprobel; 
Attendu qu'il est demandé aux communes de faire un choix quant à la possibilité d'effectuer le calcul 
du montant à payer à Reprobel pour l'exercice 2018; 
Considérant qu'un choix doit être effectué pour le 30 juin 2019 au plus tard; 
Considérant que pour des raisons pratiques (en terme de rapidité, de simplicité et de neutralisation 
des risques de pénalité financière), l'option du tarif forfaitaire par employé équivalent temps plein 
retient la préférence des autorités communales; 
 
décide, par 18 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, A.Deschamps, E.Regibo, J-L.Wouters, 
P.Ophals, G.Hemerijckx, M-T.Dehantschutter, J.Fulco, A.Zegers, S.Keymolen, P.Jespers, 
Ph.Hauters, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy, Ch.Mahy), 
de ratifier le choix d'un tarif forfaitaire pour l'exercice 2018 de l'administration communale (de 
13.30€ par employé équivalent temps plein) pour la convention entre cette dernière et Reprobel. 
 
13.  Contribution  Reprobel  -  indexation  et  avenant  à  la  convention  avec  la  bibliothèque  pour 
l'année de référence 2018 - ratification.
 
 
Le Conseil,
 
Vu le courrier de Reprobel et l'avenant proposé au contrat existant relatif à sa nouvelle tarification 
pour l'année 2018; 
Vu que la demande de retour de convention signée l'est pour une date antérieure à celle du Conseil 
communal du 12 septembre 2019;  
Vu la décision du Collège communal du 13/08/2019 de valider cet avenant ; 
 
décide, par 18 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, A.Deschamps, E.Regibo, J-L.Wouters, 
P.Ophals, G.Hemerijckx, M-T.Dehantschutter, J.Fulco, A.Zegers, S.Keymolen, P.Jespers, 
Ph.Hauters, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy, Ch.Mahy), 
de ratifier la décision du Collège communal du 13/08/2019 portant sur l'avenant à la convention 
existante entre Reprobel et la bibliothèque communale de Rebecq. 
 
14. Subsides aux associations 2019 - Nouvelle modification de la répartition. 
 
Le Conseil,
 
Vu le Code wallon de la démocratie locale et de la décentralisation, notamment en ses articles L333-
1 à 9 et L3122-2,5°. 
Vu la circulaire du 30 mai 2013 relative au contrôle de l’octroi et de l’emploi de certaines 
subventions ; 
Vu la délibération du Conseil communal du 29 août 2019 déterminant la nature, l’étendue, les 
critères d’attribution, les conditions d’utilisation et les justifications exigées ; 
Vu la délibération du Conseil du 19 février 2019 arrêtant la liste des subventions aux sociétés et 
associations pour l’exercice 2019 ayant rentré un dossier complet ou sous réserve de complétude ; 
Vu la délibération du Conseil du 11 avril 2019 approuvant la modification de la répartition des 
subventions aux sociétés et associations pour l’exercice 2019; 
Vu la délibération du Collège du 25 juin 2019 prenant connaissance de deux nouveaux dossiers de 
demande subsides aux associations "Le Gibet" et "Le Quenastois" et décidant de leur attribuer à 
chacune un montant de 50€; 
Attendu qu'il y a lieu d’effectuer une modification dans la répartition suite à la réception de ces deux 
nouveaux dossiers; 
Attendu que les crédits nécessaires seront inscrits au budget 2019 par voie de 
modification budgétaire; 
 

décide, par 16 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, A.Deschamps, E.Regibo, J-L.Wouters, 
P.Ophals, G.Hemerijckx, M-T.Dehantschutter, J.Fulco, A.Zegers, S.Keymolen, P.Jespers, 
Ph.Hauters, S.Masy, Ch.Mahy) et 2 abstentions (L.Jadin, A.Dipaola), 
d'arrêter comme suit la liste des subventions aux sociétés et associations pour l'exercice 2019: 
POUR COMPTA 
N° d'article 
Association 
Montant pour 2019 
622/332-02 
Cercle Horticole 
245,00 € 
734/332-02 
Harmonie école 
800,00 € 
761/332-02 
Unité Scoute 
1.000,00 € 
  
MJ-Asbl Point de rencontre 
1.800,00 € 
762/332-02 
Asbl Repair Café 
50,00 € 
  
Comité des Fêtes Wisbecq 
0,00 € 
  
Jeune Comité Wisbecquois 
200,00 € 
  
Festi-Val  
50,00 € 
  
Rewisbique 
0,00 € 
  
Photo club 
100,00 € 
  
Comité des Croix de Feu 
125,00 € 
  
FNC Rebecq 
50,00 € 
  
UGP 
50,00 € 
  
FNAPG 
50,00 € 
  
FNC Bierghes 
50,00 € 
  
Union des Apiculteurs 
225,00 € 
  
Asbl Le Coq Hardi 
175,00 € 
  
Rognon vit 
200,00 € 
  
TVCom 
5.483,00 € 
  
Gilles et Clap Chabots 
450,00 € 
  
Rail Rebecq Rognon 
0,00 € 
  
Association du Mémorial de Rebecq 
0,00 € 
  
Harmonie Communale 
450,00 € 
  
Nautilus 
150,00 € 
  
Les Copains d'abord 
50,00 € 
  
ass. Parents Ecole St Géry 
415,00 € 
  
Cercle philatélique rebecquois 
125,00 € 
  
Ligue Nationale pour la protection du Furet 
50,00 € 
  
Féd. Directeurs généraux 
219,58 € 
  
Ducarme Jeson 
50,00 € 
  
Aude musique 
0,00 € 
Comité de la Grand Place de Quenast 
0,00 € 
  
Le Pavé 
  
Association de parents Bierghes 
275,00 € 
  
Rideau Biergheois 
175,00 € 
  
Amicale des Pompiers 
250,00 € 
  
ASBL Carnaval 
1.300,00 € 
  
Groupe carnavalesque "Le vieux Rebecq" 
50,00 € 
  
Rebecq en transition 
50,00 € 
  
Un dimanche à la campagne 
125,00 € 
  
Association de parents Ecole communale de Rebecq 
275,00 € 
  
Ayitimoun 
50,00 € 
  
Association des commerçants (Arcal) 
125,00 € 
  
Fer de lance 
375,00 € 
  
Les Piliers du Moulin 
50,00 € 
CCBW 
1.097,90 € 
  
Centre Culturel du Brabant Wallon 
  
Centre Culturel 
57.730,00 € 
  
MJ Concerto à 5€ 
25.000,00 € 
  
Gros Cailloux Asbl 
0,00 € 
  
New Kiskeya Association Decoste  
50,00 € 
  
Bierghes en fête 
275,00 € 
  
The Michs and Friends 
50,00 € 
  
Couture de Bustons Asbl 
125,00 € 
  
L'Atelier d'Omer 
125,00 € 
  
Rebecq Evenement 
125,00 € 
  
Le Quenastois 
50,00 € 

  
Le Gibet 
50,00 € 
764/1332-02  
Tennisland 
4.175,00 € 
764/332-02 
Gym Vie Féminine 
0,00 € 
  
MFC Fultech Quenast 
175,00 € 
  
Pétanque club caramboul 
575,00 € 
  
Karaté Club Rebecq 
1.125,00 € 
  
La Godasse 
600,00 € 
  
Ju jutsu 
525,00 € 
  
Ampli'Tude 
400,00 € 
  
P&V Spartak 
575,00 € 
  
Cercle colombophile Tourterelle 
200,00 € 
 
1.500,00 € 
  
MFC Rebecq 
  
Hikari Aikikaï 
450,00 € 
  
RUS Rebecq 
22.650,00 € 
  
Judo club  
450,00 € 
  
Rebecq United 
1.325,00 € 
  
Omnisport Bierghes 
200,00 € 
  
Centre de formation Ajax Rebecq 
500,00 € 
  
Ajax mini foot 
400,00 € 
  
Tennisland squash 
525,00 € 
  
Sportissimo 
78.990,00 € 
  
Blue Dragons 
150,00 € 
  
Badminton Rebecq 
200,00 € 
834/332-02 
Jeunes Aînés 
375,00 € 
  
Foyer du 3ème âge 
225,00 € 
844/332-02 
Amitiés du mercredi 
125,00 € 
  
Crèche Sœurs Lucrèce Louisa 
500,00 € 
  
Asbl Mobilité en BW 
50,00 € 
  
Anorexie, Boulimie Ensemble 
125,00 € 
  
Service Entraide Asbl 
250,00 € 
  
ONE 
325,00 € 
844/332-03 
CRIBW 
548,95 € 
871/332-02 
Domus 
250,00 € 
  
  
218.854,43 € 
 
15. Règlement relatif aux subventions aux sociétés et aux associations pour 2020 - adoption. 
 
Le Conseil,
 
Vu le Code wallon de la démocratie locale et de la décentralisation, notamment en ses articles 
L3331-1 à 9; 
Attendu qu’il convient de soutenir les actions des sociétés et associations poursuivant une action 
d’intérêt général sur le territoire de la commune ; 
Vu la circulaire du 30 mai 2013 relative à l’octroi de subventions par les pouvoirs locaux ; 
Vu la nécessité de fixer des critères objectifs de répartition pour chaque catégorie d’associations ; 
Vu la nécessité d’assurer également l’égalité de traitement des associations et sociétés demandeuses 
par la fixation d’un formulaire unique de demande de subside et la détermination d’une date limite 
commune pour l’introduction de ce formulaire auprès des services communaux ; 
Vu la nécessité d’exiger des associations et sociétés qui sollicitent un subside toute une série 
d’informations permettant le contrôle des critères de subventionnement et le contrôle de l’usage qui a 
été fait de ce subside par l’association, étant entendu que celui-ci est octroyé pour promouvoir des 
activités utiles à l’intérêt général ; 
Attendu que ces données seront traitées dans les conditions de confidentialité compatibles avec la 
nécessité des contrôles visés ci-dessus et ne seront en aucun cas utilisées à un autre usage ; 
Attendu qu’il entre par ailleurs dans les intentions du conseil d’exclure du bénéfice de la 
reconnaissance et des subventions au sens de la présente décision, les organismes d’éducation 
permanente reconnus par la Communauté française en raison du fait que ceux-ci travaillent en lien 
avec un opérateur privilégié qui est par ailleurs financé par la commune, à savoir le Centre Culturel 
de Rebecq ; 

Attendu que chaque association reconnue se verra octroyer la possibilité de louer dix fois sur l’année 
la salle de l’Ancienne Gare pour des organisations sans but lucratif (réunions, assemblées…), sous 
réserve de disponibilité de la salle ; 
Attendu que chaque association rebecquoise reconnue se verra allouer, outre son subside, le choix 
suivant : un subside complémentaire de 75€ ou la location d’une salle communale (Quenast, 
Wisbecq, Espace du Petit Moulin, Vélodrome, Ancienne Gare) soit 1 jour en semaine, soit 2 jours 
consécutifs le week-end sous réserve de disponibilité de celle-ci ; 
Après en avoir délibéré ; 
 
décide, par 16 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, A.Deschamps, E.Regibo, J-L.Wouters, 
P.Ophals, G.Hemerijckx, M-T.Dehantschutter, J.Fulco, A.Zegers, S.Keymolen, P.Jespers, 
Ph.Hauters, S.Masy, Ch.Mahy) et 2 abstentions (L.Jadin, A.Dipaola), 
de limiter l’octroi de subsides aux sociétés et associations qui en font la demande dans les formes et 
délais tels que fixés par le collège communal, en application de la présente décision ; 
- d’arrêter comme suit les conditions de subventionnement : 
  développer une activité effective en tout ou en partie sur le territoire de la commune de 
Rebecq ET 
  avoir son siège social sur la commune de Rebecq OU avoir au moins un représentant 
domicilié sur la commune ET 
  avoir au moins 10% de membres ayant leur domicile sur le territoire de la commune ; 
- d’arrêter comme suit les critères de subventionnement pour les clubs sportifs : 
  
critère 
  
subside octroyé 
o  nombre de participants rebecquois 
de 1 à 15  100€ 
  
de 16 à 50  150€ 
  
de 51 à 150 250€ 
  
 + de 150  1.250€ 
o  section destinée aux jeunes (moins de 13 ans) 
  
250€ 
o  section destinée aux seniors (60 ans et +) 
  
50€ 
o  section destinée aux PMR 
  
50€ 
o  évolution en division nationale 
  
1.100€ 
o  projet spécial (jubilaire, échange international, 
…)
  
à l’appréciation du collège communal 
 
  
  d’accorder un tarif préférentiel (50% du tarif applicable) pour le Hall Omnisports aux clubs 
sportifs comptant parmi ses membres au moins 50% de personnes domiciliées sur le 
territoire de la Commune ou au moins 25 membres domiciliés sur le territoire de la 
Commune ; 
-     d’arrêter comme suit les critères de subventionnement des autres associations et sociétés, le 
montant du subside étant fixé sur cette base par le conseil communal, sur proposition du collège 
communal : 
  le nombre de membres et le nombre de membres ayant leur domicile sur le territoire de la 
commune de Rebecq ; 
  le nombre de participants aux activités proposées par l’association ou la société ; 
  l’intérêt, pour les habitants de la commune de Rebecq, des événements ou des activités 
proposées par l’association ou la société ; 
  l’impact des événements ou des activités proposées par l’association ou la société sur 
l’image de marque de la commune ; 
  l’organisation d’activités à destination des jeunes de moins de 18 ans, des seniors et des 
personnes à mobilité réduite ; 
-  d’exclure du bénéfice de la présente délibération les organismes d’éducation permanente reconnus 
par la Communauté française ; 

-    de prévoir pour chaque association reconnue la possibilité d’obtenir, à son choix, soit un subside 
complémentaire de 75€, soit la location d’une salle communale (Quenast, Wisbecq, Espace du Petit 
Moulin, Vélodrome, Ancienne Gare) soit 1 jour en semaine, soit 2 jours consécutifs le week-end 
sous réserve de disponibilité de celle-ci ; 
-   de prévoir pour chaque association reconnue la possibilité de louer dix fois sur l’année la salle de 
l’Ancienne Gare pour des organisations sans but lucratif (réunions, assemblées…), sous réserve de 
disponibilité de la salle ; 
-   d’arrêter comme suit les conditions d’utilisation des subsides accordés par la commune, par code 
fonctionnel : 
  
code fonctionnel utilisations autorisées pour les sommes versées 
-       achat de matériel 
622 
-       organisation de conférences 
-       frais d’occupation de locaux 
734 
-       achat de matériel 
-       organisation de camps 
761 
-       frais d’occupation de locaux 
-       frais de transport 
-       achat de matériel 
-       location de locaux 
762 
-       organisation de manifestations 
-     frais de transport 
-       achat de matériel et d’équipements 
-       location de locaux 
764 
-       organisation de manifestations 
-     frais de transport 
767 
-       achat de matériel 
834 
-       organisation de manifestations 
844 
-       achat de matériel et d’équipements 
-       frais de fonctionnement 
851 
-       achat de matériel et d’équipements 
-       actions promotionnelles 
871 
-       acquisition de matériel et d’équipements 
-       frais de formation 
879 
-       actions de sensibilisation 
  
-   d’imposer la présentation de copies de factures comme mode de justification de l’emploi de la 
subvention ; 
-   de ne pas imposer le dépôt des bilans et comptes et des rapports de gestion pour toute subvention 
d’un montant inférieur à 20.000,00€. 
 
16. Redevance sur le traitement et la délivrance de permis d'urbanisme  
 
Le Conseil,
 
Vu les articles 41, 162 et 173 de la Constitution, en ce qu'ils consacrent l'autonomie fiscale des 
communes; 
Vu la première partie du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation et notamment 
l’article L 1122-30 ; 
Vu les dispositions légales et réglementaires en vigueur en matière d'établissement et de 
recouvrement de redevances communales ; 
Vu la circulaire budgétaire du 5 juillet 2018 relative à l'élaboration des budgets des communes et des 
CPAS de la Région wallonne à l'exception des communes et des CPAS relevant des communes de la 
Communauté germanophone pour l'année 2019; 

Vu la circulaire budgétaire du 17 mai 2019 relative à l'élaboration des budgets des communes et des 
CPAS de la Région wallonne à l'exception des communes et des CPAS relevant des communes de la 
Communauté germanophone pour l'année 2020; 
Attendu que la commune se doit d’obtenir des recettes afin de se procurer les ressources nécessaires 
en vue du financement des dépenses de sa politique générale et de ses missions de service public ; 
Attendu que le traitement et la délivrance de permis d’urbanisme occasionnent des frais 
administratifs pour la Commune, qu’il paraît équitable que ces frais soient pris en charge par les 
demandeurs ; 
Vu le règlement redevance voté au Conseil communal du 29 octobre 2013 et modifié le 16 novembre 
2016 ; 
Vu la situation financière de la Commune; 
Sur proposition du Collège communal ; 
Vu la communication du projet de délibération au Directeur financier en date du 07 août 2019, et ce 
conformément à l'article L1124-40 §ler , 3° du Code de la démocratie locale et de la décentralisation 

Vu l’avis de légalité du 08 août 2019 établi par le Directeur financier ; 
Après en avoir délibéré en séance publique ; 
 
décide, par 13 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, A.Deschamps, E.Regibo, J-L.Wouters, 
P.Ophals, G.Hemerijckx, M-T.Dehantschutter, J.Fulco, A.Zegers, L.Jadin, A.Dipaola) et 5 
non 
(S.Keymolen, P.Jespers, Ph.Hauters, S.Masy, Ch.Mahy), 
Article 1 - Il est établi pour les exercices budgétaires 2019 et suivants une redevance communale pour le 
traitement des dossiers de permis d'urbanisme, d’urbanisation, de modification de permis de lotir ou 
d’urbanisation, de dérogation, de certificat d'urbanisme et autres travaux urbanistiques. 
Article 2 - La redevance est due par la personne physique ou morale qui introduit la demande.  
Article 3 - La redevance est fixée à : 
  150€ pour un dossier de permis d’urbanisme, de permis d’urbanisation et de certificat d’urbanisme 
n°2, 
  100 € pour un certificat d’urbanisme de 5 parcelles contiguës, 
  100€ pour un dossier de notification de division. 
Article 4 - Dans le cas où le dossier nécessite une enquête publique, le montant de la redevance est majoré des 
frais réels d’organisation de l’enquête publique calculés comme suit : 
  Coûts des envois recommandés 
  Prestations effectués par le personnel communal lorsque le projet prévoit un affichage excédant le 
maximum de 4 affiches prévues par le CODT. Ce montant sera fixé en application du taux horaire 
en vigueur lors de la mission. 
Article 5 - En cas de délivrance d’un refus de permis et de réintroduction d’une demande modificative, la 
redevance est fixée à 150€. 
Article 6 - La redevance est payable lors du dépôt de la demande. 
Pour les dossiers nécessitant une enquête publique, les frais réels seront facturés en fin de dossier et seront 
payables dans les 60 jours. 
Article 7 - A défaut de paiement amiable, le recouvrement de la redevance sera poursuivi suivant l’article 
L1124-40, § 1, 1° du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation. Les frais de rappel du 
recommandé prévu à cette disposition seront à charge du redevable. Dans les cas non visés par cet article, le 
recouvrement de la redevance sera poursuivi devant les juridictions civiles compétentes. 
Article 8 - Les enquêtes de principe (en vertu de l'article D.VIII.13 du CODT) organisées sur base d'une 
décision motivée du Collège des Bourgmestre et Echevins sont exonérées de la redevance ainsi que les 
enquêtes demandées par les personnes morales de droit public. 
Article 9 – Le présent règlement entre en vigueur le jour de sa publication, conformément à l’article L1133-1 
et -2 du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation. 
Article 10 - La présente délibération sera transmise, pour approbation, au Gouvernement wallon, 
conformément aux articles L3131-1 et suivants du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation. 
 
17. PCDR - création d'une Maison de l'entité - approbation de la convention - faisabilité 
 
Le Conseil, 
 

Vu le décret du 11 avril 2014 relatif au développement rural; 
Vu l'arrêté du Gouvernement wallon du 12 juin 2014 portant exécution du décret du 11 avril 2014 
relatif au développement rural; 
Vu l'arrêté du Gouvernement wallon du 08/11/2018 approuvant programme communal de 
développement rural de la commune de Rebecq; 
Vu la circulaire ministérielle 2019/01 du 1/02/2019 relative au programme communal de 
développement rural; 
Vu la fiche projet 1.2 du lot 1 : Création d’une Maison de l’entité (ci-annexée). 
Vu l'accord de principe du Conseil communal du 21/02/2018 sur la première demande de convention 
pour le projet 1.2; 
Vu l'approbation du Collège du 29/01/2019 du dossier de demande de convention développement 
rural relatif à la fiche-projet 1.2; 
Vu le procès-verbal de la réunion de coordination relative à la demande de convention-faisabilité du 
15/02/2019 (ci-annexé); 
Considérant l'avis de la CLDR en sa séance plénière du 09/01/2018 concernant le choix de la 
première convention; 
Considérant que le coût global des travaux est estimé à 711.344,48 €;  
Considérant que le montant global estimé de la subvention est de 392.672,24 €; 
Considérant que la provision est fixée à 5 % du montant de la subvention portant sur le coût total 
estimé de réalisation du projet, soit au montant de 19.633,61 €; 
Attendu que pour être approuvée par le Ministre Collin, la convention doit être approuvée par le 
Conseil communal;  
 
décide, par 18 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, A.Deschamps, E.Regibo, J-L.Wouters, 
P.Ophals, G.Hemerijckx, M-T.Dehantschutter, J.Fulco, A.Zegers, S.Keymolen, P.Jespers, 
Ph.Hauters, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy, Ch.Mahy), 
d'approuver la convention-faisabilité 2019 relative à la fiche projet (1.2) du PCDR "Création d’une 
Maison de l’entité" à l’ancienne grange d’Arenberg. 
 
18.  Marché  de  services  -  PIC  2019-2021  -  désignation  d'un  bureau  d'études  -  réfection  rue 
Docteur  Colson,  chemin  du  Stoquois  et  rue  des  Cendres  -  approbation  des  conditions  et  du 
mode de passation
 
 
Le Conseil,
 
Vu le Code de la démocratie locale et de la décentralisation et ses modifications ultérieures, 
notamment l'article L1222-3 §1 relatif aux compétences du Conseil communal et les articles L3111-1 
et suivants relatifs à la tutelle ; 
Vu la loi du 17 juin 2013 relative à la motivation, à l'information et aux voies de recours en matière 
de marchés publics, de certains marchés de travaux, de fournitures et de services et de concessions et 
ses modifications ultérieures ; 
Vu la loi du 17 juin 2016 relative aux marchés publics, notamment l’article 42, § 1, 1° a) (la dépense 
à approuver HTVA n'atteint pas le seuil de 144.000,00 €) ; 
Vu l'arrêté royal du 14 janvier 2013 établissant les règles générales d'exécution des marchés publics 
et ses modifications ultérieures ; 
Vu l'arrêté royal du 18 avril 2017 relatif à la passation des marchés publics dans les secteurs 
classiques et ses modifications ultérieures, notamment l'article 90, 1° ; 
Considérant le cahier des charges N° ST-AB-19/19 relatif au marché “Marché de services-PIC 2019-
2021- désignation d'un bureau d'études - réfection rue Docteur Colson, chemin du stoquois et rue des 
cendres” établi par le Service Travaux ; 
Considérant que le montant estimé de ce marché s'élève à 41.322,31 € hors TVA ou 50.000,00 €, 
21% TVA comprise ; 
Considérant qu'il est proposé de passer le marché par procédure négociée sans publication préalable ;  
Considérant que le crédit permettant cette dépense est inscrit au budget extraordinaire de l’exercice 
2019, article 421/731-60 (n° de projet 20190040)  ; 

Considérant qu'une demande afin d’obtenir l'avis de légalité obligatoire a été soumise le 29 -08-2019, 
le directeur financier a rendu un avis de légalité favorable; 
 
décide, par 18 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, A.Deschamps, E.Regibo, J-L.Wouters, 
P.Ophals, G.Hemerijckx, M-T.Dehantschutter, J.Fulco, A.Zegers, S.Keymolen, P.Jespers, 
Ph.Hauters, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy, Ch.Mahy), 
Article 1er : D'approuver le cahier des charges N° ST-AB-19/19 et le montant estimé du marché 
“Marché de services-PIC 2019-2021- désignation d'un bureau d'études - réfection rue Docteur 
Colson, chemin du stoquois et rue des cendres”, établis par le Service Travaux. Les conditions sont 
fixées comme prévu au cahier des charges et par les règles générales d'exécution des marchés 
publics. Le montant estimé s'élève à 41.322,31 € hors TVA ou 50.000,00 €, 21% TVA comprise. 
Article 2 : De passer le marché par la procédure négociée sans publication préalable. 
Article 3 : De financer cette dépense par le crédit inscrit au budget extraordinaire de l’exercice 2019, 
article 421/731-60 (n° de projet 20190040). 
 
19. Marché de travaux  -  dispositifs ralentisseurs  de vitesse  - approbation des conditions et du 
mode de passation
 
 
Le Conseil,
 
Vu le Code de la démocratie locale et de la décentralisation et ses modifications ultérieures, 
notamment l'article L1222-3 §1 relatif aux compétences du Conseil communal et les articles L3111-1 
et suivants relatifs à la tutelle ; 
Vu la loi du 17 juin 2013 relative à la motivation, à l'information et aux voies de recours en matière 
de marchés publics, de certains marchés de travaux, de fournitures et de services et de concessions et 
ses modifications ultérieures ; 
Vu la loi du 17 juin 2016 relative aux marchés publics, notamment l’article 42, § 1, 1° a) (la dépense 
à approuver HTVA n'atteint pas le seuil de 144.000,00 €) ; 
Vu l'arrêté royal du 14 janvier 2013 établissant les règles générales d'exécution des marchés publics 
et ses modifications ultérieures ; 
Vu l'arrêté royal du 18 avril 2017 relatif à la passation des marchés publics dans les secteurs 
classiques et ses modifications ultérieures, notamment l'article 90, 1° ; 
Considérant le cahier des charges N° ST-AB-18/19 relatif au marché “Marché de travaux-dispositifs 
ralentisseur de la vitesse” établi par le Service Travaux ; 
Considérant que le montant estimé de ce marché s'élève à 35.253,75 € hors TVA ou 42.657,04 €, 
21% TVA comprise ; 
Considérant qu'il est proposé de passer le marché par procédure négociée sans publication préalable ;  
Considérant que le crédit permettant cette dépense est inscrit au budget extraordinaire de l’exercice 
2019, article 421/741-52 (n° de projet 20190013); 
Considérant qu'une demande afin d’obtenir l'avis de légalité obligatoire a été soumise le 21 -08-2019, 
le directeur financier a rendu un avis de légalité favorable ; 
 
décide, par 18 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, A.Deschamps, E.Regibo, J-L.Wouters, 
P.Ophals, G.Hemerijckx, M-T.Dehantschutter, J.Fulco, A.Zegers, S.Keymolen, P.Jespers, 
Ph.Hauters, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy, Ch.Mahy), 
Article 1er : D'approuver le cahier des charges N° ST-AB-18/19 et le montant estimé du marché 
“Marché de travaux-dispositifs ralentisseur de la vitesse”, établis par le Service Travaux. Les 
conditions sont fixées comme prévu au cahier des charges et par les règles générales d'exécution des 
marchés publics. Le montant estimé s'élève à 35.253,75 € hors TVA ou 42.657,04 €, 21% TVA 
comprise. 
Article 2 : De passer le marché par la procédure négociée sans publication préalable. 
Article 3 : De financer cette dépense par le crédit inscrit au budget extraordinaire de l’exercice 2019, 
article 421/741-52 (n° de projet 20190013). 
 

20. Marché de services - désignation d'un bureau d'avocats - approbation des conditions et du 
mode de passation 
 
 
Le Conseil,
 
Vu le Code de la démocratie locale et de la décentralisation et ses modifications ultérieures, 
notamment l'article L1222-3 §1 relatif aux compétences du Conseil communal et les articles L3111-1 
et suivants relatifs à la tutelle ; 
Vu la loi du 17 juin 2013 relative à la motivation, à l'information et aux voies de recours en matière 
de marchés publics, de certains marchés de travaux, de fournitures et de services et de concessions et 
ses modifications ultérieures ; 
Vu la loi du 17 juin 2016 relative aux marchés publics, notamment l’article 42, § 1, 1° a) (la dépense 
à approuver HTVA n'atteint pas le seuil de 144.000,00 €), et notamment articles 2, 36° et 48 
permettant une réalisation conjointe du marché pour le compte de plusieurs adjudicateurs ; 
Vu l'arrêté royal du 14 janvier 2013 établissant les règles générales d'exécution des marchés publics 
et ses modifications ultérieures ; 
Vu l'arrêté royal du 18 avril 2017 relatif à la passation des marchés publics dans les secteurs 
classiques et ses modifications ultérieures, notamment l'article 90, 1° ; 
Considérant le cahier des charges N° CCH MC 2019 - 1 relatif au marché “Désignation d'un bureau 
d'avocats” établi par la Commune de Rebecq ; 
Considérant que le montant estimé de ce marché s'élève à 49.586,78 € hors TVA ou 60.000,00 €, 
21% TVA comprise ; 
Considérant que le marché sera conclu pour une durée de 36 mois ; 
Considérant qu'il est proposé de passer le marché par procédure négociée sans publication préalable ; 
Considérant qu'il s'agit d'un marché conjoint pour lequel la Commune de Rebecq exécutera la 
procédure et interviendra également au profit du CPAS de Rebecq à l'attribution du marché ; 
Considérant que les achats collectifs peuvent permettre une économie considérable et une 
simplification administrative ; 
Considérant que le crédit permettant cette dépense est inscrit à l’exercice ordinaire de chaque 
exercice budgétaire concerné; 
Vu l’avis de légalité n°34-2019 émis par le Directeur financier en date du 29 août 2019 ; 
Considérant que cet avis est favorable; 
 
décide, par 18 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, A.Deschamps, E.Regibo, J-L.Wouters, 
P.Ophals, G.Hemerijckx, M-T.Dehantschutter, J.Fulco, A.Zegers, S.Keymolen, P.Jespers, 
Ph.Hauters, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy, Ch.Mahy), 
Article 1er : D'approuver le cahier des charges N° CCH MC 2019 - 1 et le montant estimé du marché 
“Désignation d'un bureau d'avocats”, établis par la Commune de Rebecq. Les conditions sont fixées 
comme prévu au cahier des charges et par les règles générales d'exécution des marchés publics. Le 
montant estimé s'élève à 49.586,78 € hors TVA ou 60.000,00 €, 21% TVA comprise. 
Article 2 : De passer le marché par la procédure négociée sans publication préalable. 
Article 3 : En cas de litige concernant ce marché public, chaque pouvoir adjudicateur est responsable 
pour les coûts éventuels occasionnés par celui-ci, à concurrence de sa participation au marché. 
Article 4 : Copie de cette décision est transmise au CPAS de Rebecq. 
Article 5 : De financer cette dépense par le crédit inscrit à l’exercice ordinaire de chaque exercice 
budgétaire concerné. 
 
21.  Motion  relative  au  projet  d’arrêté  wallon  interdisant  les  véhicules  lents  sur  la  N25  - 
Adoption.
 
 
Le Conseil communal,
 
Vu l’article L1122-30 alinéa 1 du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation ; 
Considérant que la décision du ministre Di Antonio d’interdire l’utilisation de la N25 par les véhicules lents a 
été prise de manière unilatérale ; 
Considérant que la N25 est la seule voie rapide traversant le Brabant wallon ;  
Considérant que toutes les options n’ont pas été envisagées ; 

Considérant que le projet interdisant les véhicules lents sur la N25 porte préjudice notamment aux agriculteurs 
de notre Province ; 
Considérant que l’utilisation de la N25 par les véhicules lents fait partie de l’accord conclu au moment de 
l’expropriation de terres agricoles pour sa construction ; 
Considérant que le projet en question nécessiterait le réaménagement de nombreux tronçons des voiries 
communales ; 
Considérant que le projet d’arrêté aurait des répercussions sur la mobilité sur l’ensemble du territoire 
provincial ; 
 
décide, par 18 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, A.Deschamps, E.Regibo, J-L.Wouters, 
P.Ophals, G.Hemerijckx, M-T.Dehantschutter, J.Fulco, A.Zegers, S.Keymolen, P.Jespers, 
Ph.Hauters, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy, Ch.Mahy), 
- D’inviter le Ministre à revoir sa position ; 
- D’inviter le Ministre à reprendre les discussions avec toutes les parties prenantes ; 
- D’inviter le Ministre à respecter les engagements pris en leur temps par les acteurs concernés ; 
et charge le Collège communal de transmettre cette motion à M. le Président du Parlement wallon, à M. le 
Ministre-Président wallon, à M. le Ministre (en affaires courantes) de la Mobilité, aux chefs de groupes de 
tous les partis politiques représentés au Parlement wallon et à tous les acteurs concernés par cette 
problématique en Brabant wallon. 
 
22.  Modification  au  règlement  de  circulation  routière  -  interdiction  de  la  circulation  pour  les 
quads sur le parcours du RRR
 
 
Le Conseil, 
 
Vu les articles 2, 3 et 123 de la loi coordonnée du 16 mars 1968 relative à la police de la circulation 
routière et ses arrêtés d’application ; 
Vu l’article 119 de la Nouvelle loi communale ; 
Vu le décret du 19 décembre 2007 relatif à la tutelle d’approbation de la Région wallonne sur les 
règlements complémentaires relatifs aux voies publiques et à la circulation des transports en 
commun ; 
Vu l’arrêté royal du 1er décembre 1975 portant règlement général sur la police de la circulation 
routière et de l’usage de la voie publique ; 
Vu l’arrêté ministériel du 11 octobre 1976 fixant les dimensions minimales et les conditions 
particulières de placement de la signalisation routière ; 
Vu la circulaire ministérielle du 14 novembre 1977 relative aux règlements complémentaires et au 
placement de la signalisation routière ; 
Considérant la demande du RRR d'interdire la circulation des quads sur la voie ferrée afin de la 
garder en bon état; 
Considérant que le Collège communal a marqué son accord en sa séance du 02/07/2019; 
 
décide, par 18 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, A.Deschamps, E.Regibo, J-L.Wouters, 
P.Ophals, G.Hemerijckx, M-T.Dehantschutter, J.Fulco, A.Zegers, S.Keymolen, P.Jespers, 
Ph.Hauters, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy, Ch.Mahy), 
Art. 1 : La circulation sera interdite aux quads le long de la voie ferrée exploitée par l'ASBL RRR.  
Art.2 : Les dispositions reprises à l’article 1 sont portées à la connaissance des usagers au moyen de 
la signalisation prévue à cet effet au règlement général sur la police de la circulation routière. 
Art. 3 : Le présent règlement est soumis à l’approbation du Ministre compétent de la Région 
Wallonne. 
 
23.  Modification  de  la  circulation  routière  -  création  d'un  emplacement  pour  personne 
handicapée - Cité Germinal, 34 
 
 
Le Conseil, 
 
Vu les articles 2, 3 et 123 de la loi coordonnée du 16 mars 1968 relative à la police de la circulation 
routière et ses arrêtés d’application ; 
Vu l’article 119 de la Nouvelle loi communale ; 

Vu  le  décret  du  19  décembre  2007  relatif  à  la  tutelle  d’approbation  de  la  Région  wallonne  sur  les 
règlements  complémentaires  relatifs  aux  voies  publiques  et  à  la  circulation  des  transports  en 
commun ; 
Vu  l’arrêté  royal  du  1er  décembre  1975  portant  règlement  général  sur  la  police  de  la  circulation 
routière et de l’usage de la voie publique ; 
Vu  l’arrêté  ministériel  du  11  octobre  1976  fixant  les  dimensions  minimales  et  les  conditions 
particulières de placement de la signalisation routière ; 
Vu  la  circulaire  ministérielle  du  14  novembre  1977  relative  aux  règlements  complémentaires et  au 
placement de la signalisation routière ; 
Considérant  la  demande  de  création  d'un  emplacement  de  stationnement  pour  personne  handicapée 
au 34 Cité Germinal; 
Considérant le rapport de Police favorable en date du 20/05/2019; 
Considérant que le Collège communal a marqué son accord en sa séance du 02/07/2019; 
 
décide, par 18 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, A.Deschamps, E.Regibo, J-L.Wouters, 
P.Ophals, G.Hemerijckx, M-T.Dehantschutter, J.Fulco, A.Zegers, S.Keymolen, P.Jespers, 
Ph.Hauters, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy, Ch.Mahy), 
Art.  1 : Le  stationnement  est  réservé  aux  personnes  handicapées  devant  l’habitation  n°34  Cité 
Germinal. 
La mesure est matérialisée par un signal « E9a » avec le sigle handicapé. 
Art.2 : Les dispositions reprises à l’article 1 sont portées à la connaissance des usagers au moyen de 
la signalisation prévue à cet effet au règlement général sur la police de la circulation routière. 
Art. 3 : Le présent règlement est soumis à l’approbation du Ministre compétent de la Région 
Wallonne. 
 
24. Modification de la circulation routière - demande d'installation d'un dispositif ralentisseur 
- Croix du Feu, 10
 
 
Le Conseil, 
 
Vu les articles 2, 3 et 123 de la loi coordonnée du 16 mars 1968 relative à la police de la circulation 
routière et ses arrêtés d’application ; 
Vu l’article 119 de la Nouvelle loi communale ; 
Vu  le  décret  du  19  décembre  2007  relatif  à  la  tutelle  d’approbation  de  la  Région  wallonne  sur  les 
règlements  complémentaires  relatifs  aux  voies  publiques  et  à  la  circulation  des  transports  en 
commun ; 
Vu  l’arrêté  royal  du  1er  décembre  1975  portant  règlement  général  sur  la  police  de  la  circulation 
routière et de l’usage de la voie publique ; 
Vu  l’arrêté  ministériel  du  11  octobre  1976  fixant  les  dimensions  minimales  et  les  conditions 
particulières de placement de la signalisation routière ; 
Vu  la  circulaire  ministérielle  du  14  novembre  1977  relative  aux  règlements  complémentaires et  au 
placement de la signalisation routière ; 
Considérant la demande de ralentir la circulation des automobilistes à leur entrée dans l'Avenue des 
Croix du Feu, à hauteur de l'entrée dans le rond-point (premier virage); 
Considérant  l'accord  du  Collège  communal  en  séance  du  02/07/2019  sur  la  création  d'un  effet  de 
porte avec une zone striée et un (ou des) potelet(s) après le premier virage en entrant à l'Avenue des 
Croix du Feu; 
Entendu  le  Président  du  conseil  en  la  lecture  d'une  pétition  des  habitants  de  la  cité  concernée, 
parvenue à l'administration ce 11 septembre 2019; 
 
décide, par 15 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, A.Deschamps, E.Regibo, J-L.Wouters, 
P.Ophals, G.Hemerijckx, M-T.Dehantschutter, J.Fulco, A.Zegers, S.Keymolen, P.Jespers, 
Ph.Hauters, Ch.Mahy) et 3 abstentions (L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy), 
Art. 1 : Une zone d'évitement est tracée Avenue des Croix du Feu, à hauteur de l'habitation n°10 afin 
de créer un effet de porte. 

Art.2 : Les dispositions reprises à l’article 1 sont portées à la connaissance des usagers au moyen de 
la signalisation prévue à cet effet au règlement général sur la police de la circulation routière. 
Art.  3 : Le  présent  règlement  est  soumis  à  l’approbation  du  Ministre  compétent  de  la  Région 
Wallonne. 
 
25. Demande de replacement d'un coussin berlinois chemin du Blocu 
 
Le Conseil,
 
Vu les articles 2, 3 et 123 de la loi coordonnée du 16 mars 1968 relative à la police de la circulation 
routière et ses arrêtés d’application ; 
Vu l’article 119 de la Nouvelle loi communale ; 
Vu  le  décret  du  19  décembre  2007  relatif  à  la  tutelle  d’approbation  de  la  Région  wallonne  sur  les 
règlements  complémentaires  relatifs  aux  voies  publiques  et  à  la  circulation  des  transports  en 
commun ; 
Vu  l’arrêté  royal  du  1er  décembre  1975  portant  règlement  général  sur  la  police  de  la  circulation 
routière et de l’usage de la voie publique ; 
Vu  l’arrêté  ministériel  du  11  octobre  1976  fixant  les  dimensions  minimales  et  les  conditions 
particulières de placement de la signalisation routière ; 
Vu  la  circulaire  ministérielle  du  14  novembre  1977  relative  aux  règlements  complémentaires et  au 
placement de la signalisation routière ; 
Considérant la demande de réduire la vitesse dans une portion du chemin du Blocu; 
Considérant l'avis des riverains rendus via le formulaire envoyé; 
Considérant  l'accord  du  Collège  communal  en  sa  séance  du  30/09/2019  validant  le  placement  d'un 
coussin berlinois accompagné d'un rétrécissement (zone striée) de voirie et de 2 poteaux) chemin du 
Blocu devant l'habitation n°41; 
 
décide, par 18 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, A.Deschamps, E.Regibo, J-L.Wouters, 
P.Ophals, G.Hemerijckx, M-T.Dehantschutter, J.Fulco, A.Zegers, S.Keymolen, P.Jespers, 
Ph.Hauters, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy, Ch.Mahy), 
Art. 1 : Une zone d'évitement striée triangulaire est tracée chemin du Blocu, à hauteur de l'habitation 
n°41 afin de créer un effet de porte, et d'installer un coussin berlinois. 
Art.2 : Les dispositions reprises à l’article 1 sont portées à la connaissance des usagers au moyen de 
la signalisation prévue à cet effet au règlement général sur la police de la circulation routière. 
Art.  3 : Le  présent  règlement  est  soumis  à  l’approbation  du  Ministre  compétent  de  la  Région 
Wallonne. 
 
26.  Modification  du  règlement  de  circulation  routière  -  passage  pour  piétons  rue  Sainte 
Renelde, 26 
 
 
Le Conseil, 
 
Vu les articles 2, 3 et 123 de la loi coordonnée du 16 mars 1968 relative à la police de la circulation 
routière et ses arrêtés d’application ; 
Vu l’article 119 de la Nouvelle loi communale ; 
Vu  le  décret  du  19  décembre  2007  relatif  à  la  tutelle  d’approbation  de  la  Région  wallonne  sur  les 
règlements  complémentaires  relatifs  aux  voies  publiques  et  à  la  circulation  des  transports  en 
commun ; 
Vu  l’arrêté  royal  du  1er  décembre  1975  portant  règlement  général  sur  la  police  de  la  circulation 
routière et de l’usage de la voie publique ; 
Vu  l’arrêté  ministériel  du  11  octobre  1976  fixant  les  dimensions  minimales  et  les  conditions 
particulières de placement de la signalisation routière ; 
Vu  la  circulaire  ministérielle  du  14  novembre  1977  relative  aux  règlements  complémentaires et  au 
placement de la signalisation routière ; 

Considérant  l'interpellation  citoyenne  lors  du  Conseil  communal  du  20/03/2019  concernant  la 
création d'un  passage  pour  piéton et  d'un dispositif ralentisseur rue  Sainte  Renelde,  dans la  portion 
comprise entre le rond-point Breda et le chemin Bosquet;  
Considérant  l'accord  du  Collège  communal  sur  la  création  des  2  dispositifs  en  sa  séance  du 
13/08/2019; 
 
décide, par 16 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, A.Deschamps, E.Regibo, J-L.Wouters, 
P.Ophals, G.Hemerijckx, M-T.Dehantschutter, J.Fulco, A.Zegers, S.Keymolen, P.Jespers, 
Ph.Hauters, S.Masy, Ch.Mahy) et 2 abstentions (L.Jadin, A.Dipaola), 
Art.  1 : Deux zones  d'évitement  seront  tracées  rue  Sainte  Renelde,  à  hauteur  de  l'habitation 
n°30 créant un effet de porte et donnant la priorité aux conducteurs qui se dirigent vers le rond-point 
Breda. 
Art. 2 : Un passage pour piéton sera délimité rue Sainte Renelde à hauteur de l'habitation n°26. 
Art. 3 : Les dispositions reprises aux articles 1 et 2 seront portées à la connaissance des usagers au 
moyen  de  la  signalisation  prévue  à  cet  effet  au  règlement  général  sur  la  police  de  la  circulation 
routière. 
Art. 4 : Le présent règlement est soumis à l’approbation du Ministre compétent de la Région 
Wallonne. 
 
27.  Modification  au  règlement  de  circulation  routière  -  création  d'un  emplacement  pour 
personne handicapée - Rue des Aubépines, 23 
 
 
Le Conseil, 
 
Vu les articles 2, 3 et 123 de la loi coordonnée du 16 mars 1968 relative à la police de la circulati on 
routière et ses arrêtés d’application ; 
Vu l’article 119 de la Nouvelle loi communale ; 
Vu  le  décret  du  19  décembre  2007  relatif  à  la  tutelle  d’approbation  de  la  Région  wallonne  sur  les 
règlements  complémentaires  relatifs  aux  voies  publiques  et  à  la  circulation  des  transports  en 
commun ; 
Vu  l’arrêté  royal  du  1er  décembre  1975  portant  règlement  général  sur  la  police  de  la  circulation 
routière et de l’usage de la voie publique ; 
Vu  l’arrêté  ministériel  du  11  octobre  1976  fixant  les  dimensions  minimales  et  les  conditions 
particulières de placement de la signalisation routière ; 
Vu  la  circulaire  ministérielle  du  14  novembre  1977  relative  aux  règlements  complémentaires et  au 
placement de la signalisation routière ; 
Considérant l'accord  du Collège communal  en  sa  séance  du 20/08/2019 concernant la  création  d'un 
emplacement de stationnement pour personne handicapée; 
 
décide, par 18 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, A.Deschamps, E.Regibo, J-L.Wouters, 
P.Ophals, G.Hemerijckx, M-T.Dehantschutter, J.Fulco, A.Zegers, S.Keymolen, P.Jespers, 
Ph.Hauters, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy, Ch.Mahy), 
Art.  1 : Le  stationnement  est  réservé  aux  personnes  handicapées  devant  l'habitation  n°23  rue  des 
Aubépines. 
La mesure est matérialisée par un signal « E9a » avec le sigle handicapé. 
Art.2 : Les dispositions reprises à l’article 1 sont portées à la connaissance des usagers au moyen de 
la signalisation prévue à cet effet au règlement général sur la police de la circulation routière. 
Art.  3 : Le  présent  règlement  est  soumis  à  l’approbation  du  Ministre  compétent  de  la  Région 
Wallonne. 
 
28. Modification au règlement de la sécurité routière  - création d'un passage pour piéton - rue 
Docteur Colson, 6
 
 
Le Conseil, 
 

Vu les articles 2, 3 et 123 de la loi coordonnée du 16 mars 1968 relative à la police de la circulation 
routière et ses arrêtés d’application ; 
Vu l’article 119 de la Nouvelle loi communale ; 
Vu  le  décret  du  19  décembre  2007  relatif  à  la  tutelle  d’approbation  de  la  Région  wallonne  sur  les 
règlements  complémentaires  relatifs  aux  voies  publiques  et  à  la  circulation  des  transports  en 
commun ; 
Vu  l’arrêté  royal  du  1er  décembre  1975  portant  règlement  général  sur  la  police  de  la  circulation 
routière et de l’usage de la voie publique ; 
Vu  l’arrêté  ministériel  du  11  octobre  1976  fixant  les  dimensions  minimales  et  les  conditions 
particulières de placement de la signalisation routière ; 
Vu  la  circulaire  ministérielle  du  14  novembre  1977  relative  aux  règlements  complémentaires et  au 
placement de la signalisation routière ; 
Considérant le rapport du SPW  Mobilité et Infrastructures concernant la  création  d'un  passage pour 
piéton rue Docteur Colson, reliant les n°6 et 7; 
Considérant que les passages pour piétons existants se situent à plus de 30 mètres du nouveau; 
Considérant  l'accord  du  Collège  communal  en  sa  séance  du  13/08/2019  concernant  la  création  du 
passage pour piéton rue Docteur Colson, 6; 
 
décide, par 18 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, A.Deschamps, E.Regibo, J-L.Wouters, 
P.Ophals, G.Hemerijckx, M-T.Dehantschutter, J.Fulco, A.Zegers, S.Keymolen, P.Jespers, 
Ph.Hauters, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy, Ch.Mahy), 
Art. 1 : Un  passage  pour  piéton  sera délimité  rue  Docteur Colson,  entre les immeubles  n°6  et  n°7.  
La  mesure  sera matérialisée  par  des  bandes  de  couleur  blanche,  parallèles  à  l'axe  de  la  chaussée, 
conformément à l'article 76.3 du règlement général. 
Art.  2 : Le  présent  règlement  est  soumis  à  l’approbation  du  Ministre  compétent  de  la  Région 
Wallonne. 
 
29. SA SAGREX - cession de deux parcelles à la Commune - partie du Sentier Tout Blanc et de 
la venelle sise Cité Germinal - Projet d'acte.
 
 
Le Conseil,
 
Vu l'accord de la s.a. CBR pour la cession de la portion de parcelle, sise au "Champ du Gobard", près 
du sentier Tout Blanc,  cadastré 1ère division - section C - n° 165f/pie et la parcelle (venelle) sise 
Cité Germinal (à l'arrière de la rue des Frères Demaret), cadastrée 3e division - section C - n° 235D5 
pour un euro symbolique à la Commune ; 
Vu la décision du Conseil Communal, en sa séance du 22 novembre 2017, marquant son accord pour 
le rachat de deux venelles appartenant à s.a. CBR, à savoir : la parcelle, sise au "Champ du Gobard", 
près  du  sentier  Tout  Blanc,   cadastré 1ère  division  -  section  C  -  n°  165f/pie  et  la  parcelle  (venelle) 
sise  Cité  Germinal (à l'arrière de la rue  des  Frères Demaret),  cadastrée 3e  division  -  section  C  - n° 
235D5 ; 
Vu le plan de mesurage réalisé par le Bureau d'Etudes Myclène relatif à la division d'une une portion 
de parcelle sise au "Champ du Gobard", près du Sentier Tout Blanc,  cadastrée 1ère division - section 
C - n° 165F appartenant à s.a. CBR ; 
Considérant la division d'une parcelle en lot 1et lot 2 destinés à l'usage de voirie ; 
Considérant  que  le  Collège  communal,  en  sa  séance  du  08  janvier  2018,  a émis un  avis  favorable 
pour la  division  d'une parcelle, telle que  reprise sur  le  plan  réalisé  par  le  Bureau  d'Etudes  Myclène, 
sous réserve que la destination du lot 1 et du lot 2 ainsi créés soit à usage de voirie. 
Vu les conditions de cession, à savoir, l'acquisition des deux parcelles susmentionnées pour un euro 
symbolique; 
Vu le projet d'acte de cession à la Commune par la s.a. CBR reçu de Maître Poncelet de Rebecq en 
date du 26 août 2019 ; 
Pour tous ces motifs, 
 

décide, par 18 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, A.Deschamps, E.Regibo, J-L.Wouters, 
P.Ophals, G.Hemerijckx, M-T.Dehantschutter, J.Fulco, A.Zegers, S.Keymolen, P.Jespers, 
Ph.Hauters, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy, Ch.Mahy), 
- de reprendre, pour un euro symbolique, une portion de la parcelle, sise au "Champ du Gobard", près 
du  sentier  Tout  Blanc  (cadastré 1ère  division  -  section  C  -  n°  165f/pie)  et  la  venelle sise  Cité 
Germinal, à l'arrière de la rue des Frères Demaret (cadastrée 3e division - section C - n° 235D5);-  
- d'approuver le projet d'acte concernant cette opération. 
 
30. Projet d'extension du recyparc de Rebecq - accord à donner 
 
Le Conseil,
 
Considérant la demande de l'in BW pour l'extension du recyparc de Rebecq, situé Route industrielle;  
Considérant l'accord de principe donné par le Collège, en sa séance du 06/06/2017, pour le projet 
d'extension du recyparc de Rebecq; 
Considérant la confirmation de l'accord donné par le Collège, en sa séance du 11/06/2019, pour le 
projet d'extension du recyparc de Rebecq;  
 
décide, par 18 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, A.Deschamps, E.Regibo, J-L.Wouters, 
P.Ophals, G.Hemerijckx, M-T.Dehantschutter, J.Fulco, A.Zegers, S.Keymolen, P.Jespers, 
Ph.Hauters, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy, Ch.Mahy), 
de donner un accord définitif quant au projet d'extension du recyparc de Rebecq proposé par l'In BW. 
 
31.  Centre  Public  d'Action  Sociale  (C.p.a.s.)  -  approbation  du  compte  de  l'exercice  2018  - 
Information.
 
 
Le Conseil,
 
Vu l’article 88 de la loi du 8 juillet 1976 organique des CPAS ; 
Vu la délibération du Conseil de l’action sociale du 25 juin 2019 relative au compte 2018 du CPAS ;  
Attendu que le Conseil communal ne s'est pas réuni en juillet et en août; 
Attendu qu'à ce jour le délai de tutelle est échu et que la décision du Conseil est dès lors réputée 
favorable; 
Entendu le Président du CPAS en sa présentation; 
 
prend connaissance de l'approbation par dépassement de délai de tutelle du compte 2018 du CPAS. 
 
32. Centre Public d'Action Sociale (C.p.a.s.) - Modification budgétaire n°1 (exercice 2019). 
 
Le Conseil,
 
Vu l’article 88 de la loi du 8 juillet 1976 organique des CPAS ; 
Vu la délibération du Conseil de l’action sociale du 25 juin 2019 relative à la modification budgétaire 
n°1 (exercice 2019) du CPAS;  
Attendu que le Conseil communal ne s'est pas réuni en juillet et en août; 
Attendu qu'à ce jour le délai de tutelle est échu et que la décision du Conseil est dès lors réputée 
favorable; 
Entendu le Président du CPAS en sa présentation; 
 
prend connaissance de l'approbation par dépassement de délai de tutelle de la modification 
budgétaire n°1 (exercice 2019) du CPAS. 
 
33.  Recrutement  d'un  gestionnaire  de  dossiers  d'urbanisme  (emploi  contractuel  APE  temps 
plein de niveau D6) - lancement de la procédure
 
 
Le Conseil,
 
Vu le code de la démocratie locale et de la décentralisation, notamment l’article L1212-1; 

Vu le statut administratif modifié pour la dernière fois le 19 novembre 2014 et approuvé par arrêté ministériel 
du 15 janvier 2015, notamment en son article 17; 
Vu la décision du Collège communal du 18 juin 2019 décidant de mettre fin au contrat de Monsieur Gill 
Meuris et de proposer au Conseil communal de lancer un recrutement d'un gradué ou bachelier en 
architecture, urbanisme et aménagement du territoire, construction, géomètre-expert, sciences 
environnementales, sciences géographique ou qui justifie d'une expérience d'au moins 3 ans dans une 
fonction similaire de niveau D6; 
 
décide, par 18 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, A.Deschamps, E.Regibo, J-L.Wouters, 
P.Ophals, G.Hemerijckx, M-T.Dehantschutter, J.Fulco, A.Zegers, S.Keymolen, P.Jespers, 
Ph.Hauters, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy, Ch.Mahy), 
- de charger le collège de lancer l’appel aux candidats en vue du recrutement d’un gestionnaire de 
dossier d'urbanisme contractuel APE de niveau D6 à temps plein. 
- d'arrêter le profil de fonction et les conditions d'examen tels comme suit :  
  
"RECRUTEMENT D’UN GESTIONNAIRE DE DOSSIERS D’URBANISME DE NIVEAU D6 – 
CONTRACTUEL APE - CDI – TEMPS PLEIN – M/F
 
  
Emploi contractuel de niveau D6 
Salaire mensuel brut à 6 années d’ancienneté pour un D6 : 2.738,68 € 
Chèques repas d’une valeur faciale de 5€ + double pécule de vacances et prime de fin d’année 
  
Horaire : 38H/semaine – horaire flottant 
  
1. 
Titres requis : 
  
Pour postuler, il faut : 
-  disposer  d’un  diplôme  de  bachelier  (anciennement  graduat)  en  architecture,  urbanisme  et 
aménagement  du  territoire,  construction,  géomètre-expert,  sciences  environnementales,  sciences 
géographiques ou droit de l’urbanisme.
 
OU  
-  disposer  d’un  diplôme  de  bachelier  (anciennement graduat)  et pouvoir  justifier  d’une expérience 
d’au moins 3 ans dans une fonction similaire de niveau D6.
 
  
2. 
Profil recherché  
  
  Disposer d’un permis de conduire B. 
  Faire  preuve  de  dynamisme,  d'esprit  d'initiative,  d’impartialité,  de  sens  critique,  de 
rigueur, de précision, de méthode, de disponibilité, de flexibilité.  
  Sens des responsabilités et esprit d'équipe.  
  Résistance au stress.  
  Capacité d’adaptation à de nouvelles tâches du même type et mise en œuvre. 
  Très bonne capacité d'analyse. 
  Bonne connaissance de la langue française. 
  Compréhension de textes administratifs. 
  Pouvoir résumer, rédiger et commenter des textes administratifs. 
  Classement et archivage. 
  Capacité de dactylographier et reprographier y compris par les moyens bureautiques. 
  Capacité de tenir des fichiers y compris par les moyens informatiques. 
  Utilisation courante de logiciels informatiques. 
  Utilisation et maîtrise de logiciels informatiques spécialisés. 
  Disposer d'une expérience spécifique en gestion des marchés publics constitue un atout.  
  La connaissance du logiciel de gestion des assemblées d’IMIO constitue un atout. 

  La connaissance d’URBAN constitue un atout. 
  
3. 
Tâches spécifiques relatives à la fonction : 
  
Missions : 
Le  gestionnaire  de  dossiers  d'urbanisme  gère  les  dossiers  relatifs  aux  constructions  et 
transformations des biens et espaces environnants sur le territoire de l'administration.
 
Il codifie les observations urbanistiques en se référant aux plans et analyse les demandes de permis 
sur base des éléments des dossiers.
 
Il  informe  les  personnes  concernées  sur  la  conformité  et  l'état  d'avancement  de  leur  dossier  et 
contrôle le respect de la règlementation et des conditions.
 
Le gestionnaire de dossier devra, entre autres : 
  Faire  en  sorte  de  respecter  les  délais  dans  la  gestion  des  dossiers  d'urbanisme  par  une 
coordination et une supervision efficace de ceux-ci ; 
  Assurer  un  développement  et  une  requalification  urbaine  cohérente  en  accord  avec  la 
politique d'aménagement de l'administration ; 
  Garantir  une  application  de  la  règlementation  locale  (Schéma  de  développement 
communal,  Schéma  d'orientation  local,  Guide  communal  d'urbanisme,  ...)  et  régionale 
(CoDT,  Schéma  de  développement  du  territoire,  plans  de  secteur,  Guide  régional 
d'urbanisme, ...) dans l'intérêt des demandeurs et de la commune ;
 
  Assurer une information de qualité sur les matières liées à l'urbanisme et l'aménagement 
du territoire ; 
  Avoir la capacité et l’intérêt d’apprendre des logiciels spécifiques au service urbanisme. 
  
Activités : 
  Analyser  la  demande  des  personnes  qui  entreprennent  des  démarches  en  matière 
d'urbanisme. 
  Analyser la nécessité de contrôles urbanistiques sur le terrain, dans le cadre de plaintes ou 
de demande de nouveaux permis. 
  Analyser  le  contenu  des  dossiers  de demande de  permis  d'urbanisme et  d'environnement 
pour éclairer et informer les décideurs. 
  Examiner les demandes de permis. 
  Se référer à la réglementation urbanistique de la région concernée par les aménagements. 
  Se référer au guide régional d'urbanisme (GRU) déterminant les règles d'application pour 
les constructions et leurs abords sur le territoire régional. 
  Contrôler  le  respect  des décisions et  des  réglementations  (contrôle  de  la  réalisation  des 
permis,  contrôle  des  infractions,  impositions  de  sanctions  administratives)  et  prendre  les 
mesures adéquates pour assurer le respect des permis et règlements.
 
  S'assurer  du  respect  des  délais  de  traitement  des  dossiers  de  demande  de  permis 
d'urbanisme, des enquêtes publiques. 
  S'assurer du respect des prescriptions règlementaires sur la zone du bien concerné par les 
démarches administratives. 
  Vérifier  la  conformité  des  plans  procurés  dans  les  dossiers  de  demandes  de  permis 
d'urbanisme. 
  Vérifier que les documents relatifs aux demandes de permis soient complets, datés, signés 
et fournis au bon nombre d'exemplaires. 
  Assurer le suivi des demandes de permis d'urbanisme. 
   
  
4. 
Profil de fonction par niveaux 
  
L’engagement porte sur un poste de niveau D6. 
  

Auxiliaires administratifs (Niveau E) 
• accueil (y compris téléphonique); 
• transport des fardes de courrier et des signataires ; 
• classement et archivage ; 
• dactylographie et reprographie y compris par les moyens bureautiques ; 
• tenue de fichiers y compris par les moyens informatiques ; 
• Mise sous enveloppe et affranchissement du courrier ; 
• capacité d’adaptation à de nouvelles tâches du même type et mise en œuvre. 
  
Employés d’administration (Niveau D) 
Employé d’administration D1-D2-D3 
idem niveau E, mais en outre : 
• bonne connaissance de la langue française ; 
• compréhension de textes administratifs ; 
• application de ceux-ci conformément aux instructions ; 
• précision, rigueur, méthode, disponibilité ;  
• utilisation courante de logiciels informatiques. 
  
Employé d’administration D4, D5, D6 
idem employé d’administration D1, mais en outre : 
• résumé et commentaire de textes administratifs ; 
• rédaction des documents qui s’y rapportent ; 
• bonnes capacités rédactionnelles ; 
• Utilisation et maîtrise de logiciels informatiques spécialisés 
  
5. 
Condition de recrutement 
  
Les candidats à la fonction devront : 
  
1. 
Etre Belge ou ressortissant d’un Etat Membre de la Communauté Européenne. 
2. 
Jouir de ses droits civils et politiques. 
3. 
Etre de conduite irréprochable. 
4. 
Etre porteur du titre requis au point 1 du présent profil. 
5. 
Avoir satisfait à l’examen de recrutement dont le programme suit. 
Les candidats devront, pour satisfaire à l’examen, obtenir au moins 50 % des points dans chacune 
des 3 épreuves et 60 % pour l’ensemble des 3 épreuves. 
 
  
Première épreuve : Epreuve écrite portant sur la formation générale : 20 points : 
  Dictée 
  Dissertation, 
  
Deuxième épreuve : Epreuve écrite sur des matières déterminées : 40 points :  
  Connaissance générale sur le fonctionnement d’une commune 
  Épreuve de connaissance sur les questions d’aménagement du territoire 
  CoDT 
  Mises en situation 
  Test Excel 
  Test Word 
  
Troisième épreuve : Epreuve de conversation : 40 points : 
  Entretien  sur  des  questions  d’ordre  général  destiné  à  juger  de  l’aptitude  du  candidat  à 
l’exercice de la fonction. 
  Jeu de rôle. 



Considérant que le Collège souhaite acquérir la parcelle concernée (172f²), sise Rue de la Cure 16, 
afin d'élargir cet axe ; 
Attendu qu'après une pahse de négociation à l'amiable, une procédure d'expropriation aété entamée;  
Considérant que le début de la procédure date du 1er décembre 2010 ; qu'au terme de ces délais jugés 
peu raisonnables, le dossier n'a toujours pas abouti ; 
 
décide, par 18 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, A.Deschamps, E.Regibo, J-L.Wouters, 
P.Ophals, G.Hemerijckx, M-T.Dehantschutter, J.Fulco, A.Zegers, S.Keymolen, P.Jespers, 
Ph.Hauters, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy, Ch.Mahy), 
de mettre un terme à la procédure d'expropriation. 
 
Questions d'actualité: 
  Madame Masy, concernant l'horaire du Proxibus, signale qu'elle a été interpellée par des 
personnes qui déplorent la mauvaise accessibilité à l'administration communale. Le premier 
circuit part de Rebecq gare, passe par Rognon et revient à la gare par le centre du village; le 
deuxième circuit part de la gare par le centre, ensuite Wisbecq, Bierghes Quenast et revient 
à Rebecq gare sans passer par l 'administration au retour. Comme à l'origine de la création 
du Proxibus, un des arguments principaux était l'accessibilité à l'administration, elle 
suggère d'ajouter un arrêt supplémentaire au circuit numéro 2 et un passage par 
l'administration en fin de parcours. Il y a d'après ses informations le temps entre les 2 trajets 
(environ 20 minutes). La Bourgmestre répond que le Proxibus assure 6 boucles et passe une 
fois par heure sur le site des anciens hospices. Le Proxibus doit assurer une correspondance 
avec les trajets TEC. Les parcours doivent d'ailleurs être validés par ces derniers. Le timing 
est en fait très serré (il n'y a pas 20 minutes de battement). Le trajet a été testé et 
chronométré avant mise en oeuvre.  
  Monsieur Hauters pose la question suivante: "Le 21.09.19 sera inaugurée la nouvelle piste 
cyclable de la Rue Marais à Scailles. Cette belle réalisation, favorisant la mobilité douce au 
sein de notre village, malgré l’impossibilité de croisement de 2 cyclistes, présente un chaînon 
manquant d’environ 300 m entre la dernière maison et le Chemin du Gibet. Des utilisateurs, vu le 
caractère très peu roulant de ce dernier tronçon, même pour les voitures, souhaitent connaître la 
volonté du Collège de finaliser ce cheminement cyclable en prolongeant son asphaltage jusqu’au 
chemin du Gibet.
" Mme Venturelli se dit étonnée de la question puisque Mr Hauters faisait partie de 
l'ancien collège qui a initié ce dossier. Elle signale que le dossier a été validé tel quel à l'unanimité 
par le conseil communal le 21 février. Elle rappelle que l'emprise publique ne permettait pas, au 
delà de la ferme, de réaliser ce cheminement d'1,20 mètre de large au niveau de l'accotement. Deux 
pistes étaient dès lors envisageables: la réfection de la portion pavée de la voirie, pour un coût 
estimé à 60.000€ ou l'asphaltage de ce chemin pavé (un des derniers du village), pour un montant 
estimé à 18.000€. Vu les coûts, ces solutions n'ont pas été retenues. 
  Monsieur Jespers intervient concernant la Cité Floréal qui a subi une invasion de rats alors qu'en 
juin des dépôts sauvages de déchets verts avaient été constatés. Il demande ce qui a été mis en place 
pour résoudre le problème et si les effets ont été positifs. La Bourgmestre répond que fin juin, un 
courrier, dont elle donne la teneur, a été adressé aux riverains concernant la problématique du dépôt 
des déchets verts. Concernant la prolifération de rats, du poison a été immédiatement déposé par les 
services communaux et une dératisation complète a été commandée le 11 juillet auprès d'une firme 
spécialisée. 
  Monsieur Jespers demande quel suivi a été donné aux coulées de boue qui ont eu lieu au Chemin du 
Stoquois à la suite des orages du 05/06/19 ? Monsieur Denimal répond qu'il s'est rendu sur place 
avec le conseiller en environnement et qu'ils ont pris contact avec les agriculteurs concernés afin 
que ceux-ci prennent des mesures d'urgence (placement de ballots arrimés par des pieux) et 
envisagent l'aménagement de bandes enherbées. 
  Madame Keymolen pose une question sur les nuisances à la salle de Quenast (telles que 
mentionnées dans un procès-verbal du collège) et l'usage non autorisé de l'espace de jeux de la 
MCAE et du jardin. La Bourgmestre indique que le collège a décidé d'adresser un courrier de 
réponse au réclamant concernant les nuisances. Tant le contrat qu'un document spécifique remis 
lors de la location indiquent clairement les comportements à adopter en vue d'éviter les nuisances 

sonores. De même, il est expressément interdit d'utiliser le jardin de la MCAE, si ce n'est pour son 
usage en tant que sortie de secours. 
  Madame Keymolen demande quel est encore l'intérêt d'un bureau "Sportissimo" à la commune de 
Rebecq. La Bourgmestre répond que ce bureau a toujours existé si ce n'est en ce début de 
mandature et que le local a été réattribué suite au déménagement des archives présentes dans son 
bureau. Elle précise que l'ASBL existe toujours et que son siège social est fixé au centre 
administratif et indique que les membres du CA doivent pouvoir avoir un accès aux documents de 
l'ASBL. 
  Madame Keymolen ayant demandé pourquoi on ne trouve pas un point concernant la 
« Déclaration politique du Logement » à l'ordre du jour du conseil, le code du logement prévoyant 
son adoption dans un délai de 9 mois, la Bourgmestre et le Président du CPAS répondent que le 
travail est en voie de finalisation et sera présenté au conseil prochainement. 
  Madame Keymolen pose la même question concernant le PST. La Bourgmestre répond que le projet 
a été élaboré par le collège communal et soumis à l'administration début août. Tous les chefs de 
bureaux ont travaillé sur les objectifs opérationnels et le travail est à présent finalisé. Il sera soumis 
au comité de concertation commune/CPAS ce mardi 17 septembre. Le Programme Stratégique 
Transversal sera soumis au conseil en sa séance du 10 octobre. 
 
 
SEANCE A HUIS CLOS : 
 
 
Clôture de la séance : 23:04. 
 
Le Directeur général 
La Bourgmestre 
 
 
 
 
 
Michaël CIVILIO 
Patricia VENTURELLI