Ceci est une version HTML d'une pièce jointe à la demande d'accès à l'information 'Demande PV conseils communaux début de législature jusque mars 2022'.

 
SÉANCE DU 10 OCTOBRE 2019 
 
Présents   D.Legasse, Président ; 
P.Venturelli, Bourgmestre ; 
J-P Denimal, J-L.Wouters, M-T.Dehantschutter, G.Hemerijckx et A.Deschamps, 
Echevins ; 
A.Deschamps, H.Meersschaut, E.Regibo, P.Ophals, S.Masy, Ch.Mahy, P.Jespers, 
Ph.Hauters, S.Keymolen, J.Fulco, M.Tondeur, L.Jadin, A.Dipaola, A.Zegers et 
N.Baeyens, Conseillers ; 
M.Marchetti, Président de C.P.A.S. ; 
M.Civilio, Directeur général. 
Excusé: Mr. A.Deschamps. 
  
Le président ouvre la séance : 20:02. 
 
SEANCE PUBLIQUE : 
 
Le Président propose aux membres d'examiner sous bénéfice de l'urgence les points suivants:  
65. Marché de travaux - Hall des sports - renouvellement du sol PU (polyuréthane) de la grande 
salle - approbation des conditions, du mode de passation et du cahier des charges. 
66. Commission Locale de Développement Rural (CLDR) - démission et désignation d'un 
remplaçant de M. Arnaud Demol. 
67. Intercommunale Innovation en Brabant wallon (In BW) - désignation d'un nouveau 
représentant communal auprès de l’Assemblée Générale en remplacement de Monsieur Arnaud 
Demol. 
68. Ordonnance de police - Instauration d'un périmètre d'exclusion lors des matchs de football. 
Cette proposition est acceptée à l'unanimité. 
  
Questions d'actualité: le Président signale que des questions d'actualité ont été posées. Elles seront 
abordées en fin de séance publique. 
  
Information: La Bourgmestre signale que le quotidien "La Dernière Heure" organise une campagne 
"J'aime ma commune" et que Rebecq y figure dans la catégorie de "la commune la plus festive". Elle 
invite le public à voter pour la commune. 
  
Entendu Monsieur Philippe Hauters en son intervention faite au nom du groupe Objectif Citoyens, 
ci-après reproduite: "En préalable à mon intervention, je voudrais souligner que les 4 objectifs opérationnels de 
chacun des objectifs stratégiques n’en sont pas car, à notre lecture, ce sont des chapitres de vos objectifs stratégiques, 
les objectifs opérationnels étant au nombre de 120.
 
Ceci étant dit, votre Programme Stratégique Transversal (P.S.T.), qui décline sous ses 4 objectifs stratégiques, ces 120 
objectifs opérationnels, aurait dû être rédigé avec plus de sérieux.
 
En effet, aucun d’entre eux n’étant chiffré et 50 % des objectifs opérationnels n’ayant pas reçu d’indicateurs 
d’évaluation, comment allons-nous pouvoir évaluer objectivement la réalisation de ce P.S.T. ?
 
De plus, certains objectifs opérationnels nous interpellent : 
1. 
Une Commune bien gérée 
1.2.4 : « Renforcer le rôle des Conseils consultatifs thématiques par la création d’un Conseil des Jeunes 
en      collaboration avec la Maison des Jeunes et le Centre Culturel de 
Rebecq » :                                                         Pourquoi ne pas avoir pensé aux Mouvements de Jeunesse locaux 
qui mériteraient d’y être associés ?
 
          1.3.2 : « Mettre en place les outils de pilotage budgétaire et financier nécessaires à une planification    
          pluriannuelle ».  
          Le libellé de cet objectif est en fait une action dont l’objectif aurait dû être « Etablir une   
          planification budgétaire et financière ».  
          1.3.3 : « Renforcer les synergies entre la Commune et le CPAS »  
          Le fait qu’aucune action ne soit mentionnée à cet effet nous laisse perplexes quant à la réalisation de cet objectif  
          majeur, les synergies et économies d’échelles potentielles étant un point important d’un gestion optimale des  

          deniers publics ! 
1.4.3     : Mettre en place une politique Ressources Humaines dynamique en visant le développement 
des              compétences
 
Nous déplorons l’absence d’actions concernant la formation et l’évaluation des agents communaux et CPAS, 
paramètres indispensables, selon nous, pour pouvoir évaluer ce développement des compétences, indispensables à 
une Commune bien gérée
 
              Gratifier et reconnaître le travail réalisé par le personnel communal et du CPAS -> Là aussi, aucune 
action n’est mentionnée à cet effet 
 
L’action 3 de cet objectif « Gestion au quotidien de la qualité du service au Citoyen » devrait en fait être 
l’objectif opérationnel « Améliorer la qualité du service au citoyen » en mentionnant comme action, la création 
d’outils pour ce faire 
 
Quant à la mise en oeuvre d’un processus de contrôle interne, de quel contrôle parle-t-on et avec quel outil 
serait-il réalisé ? 
 
Permettez-nous, sur base de ces manquements, de douter que la Commune se donne les meilleurs moyens d’être 
bien gérée.
 
2. 
Une Commune à l’écoute de vos priorités    
2.1.9 : l’objectif « Accroître l’information du citoyen quant à la collecte des déchets afin d’en réduire le coût » 
est en réalité l’action dont l’objectif aurait dû être plus ambitieux, comme par exemple « Réduire le tonnage des 
déchets et leur coûts », nouveau libellé incorrect d’un objectif qui fait l’actualité depuis tant de mois   
 
3. 
Une Commune qui se développe pour tous 
3.2.2 « Soutenir le Commerce de proximité et l’artisanat local grâce à une concertation avec les commerçants sur 
les différentes actions pour améliorer le dynamisme commercial avec l’ARCAL, association des commerçants 
rebecquois » 
 
             Nous ne comprenons pas l’action qui y est liée qui ne semble pas de nature à soutenir le commerce local à  
             savoir « les charges d’urbanisme imposent au demandeur d’1 permis la réalisation de travaux en vue de  
             répondre aux besoins de la collectivité impactée par le projet immobilier, notamment la création de logements  
             qui justifierait le besoin de logements publics définis à l’échelle du territoire communal… »  
             Que dire des moyens financiers alloués de 500 et 600.000 €, (SPGE et SPW) qui ne sont manifestement pas à  
             leur place ? 
             Ce PST aurait-t-il été relu par les membres du Collège ? Permettez-nous d’en douter !   
             Rien par contre sur la Foire commerciale, au succès grandissant depuis sa création en 2015, ni sur la mise sur  
             pied d’une Journée du client, sans lequel le commerce ne serait rien. 
4. 
Une Commune qui vous accompagne au fil des jours  
              4.3.14 : « Mettre en place une politique à destination et avec les Jeunes et soutenir la Maison des 
Jeunes ».                
 
              Là aussi, les Mouvements de Jeunesse sont aux abonnés absents. 
En conclusion, ce P.S.T. aurait dû être rédigé avec plus de sérieux, vu l’absence d’objectifs chiffrés et 50 % de ses 
 objectifs opérationnels ne s’étant pas vu attribuer des indicateurs d’évaluation et compte tenu des manquements 

précités.", le conseil adopte la délibération suivante:
 
1. Programme Stratégique Transversal (PST) pour la mandature 2019-2024 - prise d'acte 
 
Le Conseil,
 
Vu l’article L1123-27 du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation qui dispose que 
«  [...] §2. Le conseil communal prend acte du programme stratégique transversal, que le collège 
communal lui présente, dans les six mois qui suivent la désignation des échevins ou suite à l'adoption 
d'une motion de méfiance concernant l'ensemble du collège communal conformément à l'article 
L1123-14, § 1er. Au cours de cette même séance du conseil communal, le programme stratégique 
transversal est débattu publiquement. 
  Le programme stratégique transversal est un outil de gouvernance pluriannuel qui reprend la 
stratégie développée par le collège communal pour atteindre les objectifs stratégiques qu'il s'est 
fixés. Cette stratégie se traduit par le choix d'objectifs opérationnels, de projets et d'actions, définis 
notamment au regard des moyens humains et financiers à disposition. 
  Le programme stratégique transversal repose sur une collaboration entre le collège commu nal et 
l'administration. 
  Le programme stratégique transversal est soumis à une évaluation par le collège communal au 
minimum à mi-législature et au terme de celle-ci. 
  Le comité de direction constitue un rapport d'exécution dont le collège communal se saisit pour 
réaliser la dernière évaluation de la législature. Ce rapport d'exécution et cette évaluation sont 
transmis au conseil communal pour prise d'acte, dans le courant du premier semestre de l'année du 


renouvellement intégral des conseils communaux, ainsi qu'au collège communal issu des élections 
suivantes. 
  Le programme stratégique transversal peut être actualisé en cours de législature. 
  Le programme stratégique transversal est publié conformément aux dispositions de l'article L1133-
1 et de la manière prescrite par le conseil communal. Il est mis en ligne sur le site internet de la 
commune. 
  Pour le premier programme stratégique transversal de la législature 2018-2024 le délai de six mois 
prévu à l'alinéa 1er est porté à neuf mois. 
  § 3. La délibération du conseil communal prenant acte du programme stratégique transversal 
est communiquée au Gouvernement. 
»; 
Vu la Déclaration de Politique Communale approuvée par le conseil communal par délibération du 
17 janvier 2019; 
Vu le Programme Stratégique Transversal établi par le collège communal après consultation de 
l'administration communale et communiqué aux membres du conseil; 
Entendu le collège communal en sa présentation; 
Après en avoir débattu; 
 
prend acte
du Programme Stratégique Transversal pour la mandature 2019-2024 et charge le collège communal 
de publier celui-ci conformément à l’article L1133-1 du Code de la Démocratie Locale et de la 
Décentralisation ainsi que via le site Internet communal. 
 
2.  Rapport  annuel  sur  les  synergies  entre  la  commune  et  le  Centre  Public  d'Action  Sociale 
(CPAS) - adoption
 
 
Le Conseil,
 
Vu l'article L1122-11 du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation (CDLD) qui 
dispose que "[...] Le directeur général de la commune et le directeur général du centre public 
d'action sociale ressortissant de son territoire établissent conjointement et annuellement un projet de 
rapport sur l'ensemble des synergies existantes et à développer entre la commune et le centre public 
d'action sociale. Lorsque le CPAS et la commune se sont dotés d'un directeur général adjoint 
commun chargé de la gestion des synergies, celui-ci participe à l'établissement du projet de rapport. 
Ce projet de rapport est également relatif aux économies d'échelle et aux suppressions des doubles 
emplois ou chevauchements d'activités du centre public d'action sociale et de la commune. 
  Le projet de rapport est soumis à l'avis des comités de direction de la commune et du centre réunis 
conjointement, visés à l'article L1211-3, § 3, alinéa 1er, puis présenté au comité de concertation visé 
par l'article 26, § 2, de la loi du 8 juillet 1976, qui dispose d'une faculté de modification. 
  Le projet de rapport visé à l'alinéa 1er est ensuite présenté et débattu lors d'une réunion annuelle 
commune et publique du conseil communal et du conseil de l'action sociale au cours de laquelle des 
modifications peuvent être apportées. Le rapport est ensuite adopté par chacun des conseils. Une 
projection de la politique sociale locale est également présentée en cette même séance. Cette réunion 
annuelle se tient avant l'adoption des budgets du centre public d'action sociale et de la commune par 
leurs conseils respectifs. 
  Le rapport est annexé au budget de la commune. 
  Le Gouvernement wallon fixe le canevas du rapport annuel sur les synergies. Celui-ci comprend au 
moins les éléments suivants : 
  1° un tableau de bord des synergies réalisées et en cours; 
  2° un tableau de programmation annuelle des synergies qui sont projetées et une grille qui évalue 
le niveau de rassemblement des services de support. Cette grille est appelée matrice de coopération; 
  3° une liste reprenant les marchés publics conjoints et les marchés publics séparés pouvant faire 
l'objet de marchés publics conjoints."

Vu les dispositions correspondantes de la loi organique des CPAS; 

Vu l'arrêté du Gouvernement wallon du 28 mars 2019 fixant le canevas du rapport annuel sur les 
synergies en exécution de l'article L1122-11, alinéa 7, du Code de la démocratie locale et de la 
décentralisation; 
Vu le rapport de synergies commune/CPAS qui a été soumis au comité de concertation 
commune/CPAS en date du 17 septembre 2019; 
Attendu que ce rapport a été établi conjointement par le Directeur général communal et le Directeur 
général du CPAS; qu'il a été soumis au Comité de direction commun en date du 9 septembre 2019; 
Attendu qu'il a été soumis en séance commune du conseil communal et du conseil de l'action sociale 
ce 10 octobre 2019; 
 
décide, par 13 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, J-L.Wouters, M-T.Dehantschutter, 
E.Regibo, P.Ophals, G.Hemerijckx, J.Fulco, A.Zegers, N.Baeyens, S.Masy, Ch.Mahy) et 7 
abstentions
 (S.Keymolen, H.Meersschaut, P.Jespers, Ph.Hauters, M.Tondeur, L.Jadin, A.Dipaola), 
d'adopter le rapport annuel sur l'ensemble des synergies existantes et à développer entre la commune 
et le centre public d'action sociale. 
 
3. Fabrique d'Eglise St Martin de Quenast- Budget 2020 - Prorogation du délai de tutelle. 
 
Le Conseil,
 
Vu les articles L3162-1 à 3 du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation 
Vu la circulaire du 12 décembre 2014 intitulée « Tutelle sur les actes des établissements chargés de 
la gestion du temporel des cultes reconnus – Circulaire relative aux pièces justificatives » ; 
Vu le décret impérial du 30 décembre 1809 concernant les fabriques des églises ; 
Vu la loi du 4 mars 1870 sur le temporel des cultes ; 
Vu le budget 2020 de la fabrique d’église St Martin de Quenast arrêté en séance du conseil de 
fabrique du 14 août 2019, et les pièces y annexées, et déposés à l'Administration communale en date 
du 20 septembre; 
Vu les délais de tutelle et l'absence de courrier de l’Archevêché de Malines-Bruxelles à ce jour; 
 
décide, par 19 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, J-L.Wouters, M-T.Dehantschutter, 
E.Regibo, P.Ophals, G.Hemerijckx, J.Fulco, A.Zegers, N.Baeyens, S.Keymolen, H.Meersschaut, 
P.Jespers, Ph.Hauters, M.Tondeur, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy) et 1 non (Ch.Mahy), 
de proroger le délai de décision quant au budget 2020 de la fabrique d'église St Martin de Quenast. 
 
4. Fabrique d'Eglise St Pierre et St Martin de Bierghes- Budget 2020 - Prorogation du délai de 
tutelle.
 
 
Le Conseil,
 
Vu les articles L3162-1 à 3 du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation 
Vu la circulaire du 12 décembre 2014 intitulée « Tutelle sur les actes des établissements chargés de 
la gestion du temporel des cultes reconnus – Circulaire relative aux pièces justificatives » ; 
Vu le décret impérial du 30 décembre 1809 concernant les fabriques des églises ; 
Vu la loi du 4 mars 1870 sur le temporel des cultes ; 
Vu le budget 2020 de la fabrique d’église St Martin de Bierghes, et les pièces y annexées, et 
déposés à l'Administration communale en date du 30 septembre; 
Vu les délais de tutelle et l'absence de courrier de l’Archevêché de Malines-Bruxelles à ce jour; 
 
décide, par 19 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, J-L.Wouters, M-T.Dehantschutter, 
E.Regibo, P.Ophals, G.Hemerijckx, J.Fulco, A.Zegers, N.Baeyens, S.Keymolen, H.Meersschaut, 
P.Jespers, Ph.Hauters, M.Tondeur, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy) et 1 non (Ch.Mahy), 
de proroger le délai de décision quant au budget 2020 de la fabrique d'église St Pierre et St Martin de 
Bierghes. 
 

5.  Habitations  sociales  du  Roman  Païs  (HSRP)  -  Approbation  des  points  portés  à  l'Ordre  du 
jour de l'Assemblée Générale Extraordinaire du mercredi 16 octobre 2019.
 
 
Le Conseil,
 
Attendu que l’Assemblée Générale Extraordinaire des Sociétaires de la S.C.R.L. Habitations Sociales 
du Roman Païs se tiendra le 16 octobre 2019; 
 
décide, par 11 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, J-L.Wouters, M-T.Dehantschutter, 
E.Regibo, P.Ophals, G.Hemerijckx, J.Fulco, A.Zegers, N.Baeyens), 1 non (Ch.Mahy) et 8 
abstentions
 (S.Keymolen, H.Meersschaut, P.Jespers, Ph.Hauters, M.Tondeur, L.Jadin, A.Dipaola, 
S.Masy), 
  
- d’approuver les points portés à l’Ordre du jour aux majorités suivantes : 
Points portés à l’OJ 
oui  non  abstentions 
Approbation du procès-verbal de l’Assemblée générale extraordinaire du 

26 juin 2019 
11 



Statuts - Modifications - Rapport du Conseil d'Administration: Présentation - 
Examen - Décision 
11 



Indexation des jetons de présence - Rapport du Conseil d'Administration: 
Proposition - Examen - Décision 
11 



Emoluments pour les Président et Vice-Président - Rapport du Conseil 
d'Administration: Proposition - Examen - Décision 
11 


  
- de charger Monsieur Grégory Hemerijckx en sa qualité de délégué à l’Assemblée de se conformer à 
la volonté exprimée par le Conseil communal en sa séance du 10.10.2019 ; 
- de charger le Collège communal de veiller à l’exécution de la présente décision; 
- de transmettre copie de la présente délibération aux Habitations Sociales du Roman Païs. 
 
6. Comité de suivi des Carrières Unies de Porphyre (Carrières de Bierghes)  - désignation d'un 
représentant du Conseil communal en remplacement de M. Arnaud Demol
 
 
Le Conseil,
 
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation (CDLD) ; 
Vu le permis unique octroyé le 12 octobre 2015, autorisant l'extension de la zone 
d'extraction des Carrières Unies de Porphyre jusqu'aux limites du plan de secteur au sud-ouest du 
site; 
Considérant que l'extension de la zone d'extraction de la carrière se fait principalement vers Enghien 

Vu la création par la Ville d'Enghien d'un Comité de suivi des Carrières Unies de Porphyre ; 
Vu le Règlement d'Ordre Intérieur (ROI) du Comité de suivi approuvé par le Collège communal 
d'Enghien en date du 14 juillet 2016, modifié suite à l'octroi du permis unique du 12 octobre 2015 ; 
Vu la décision du Conseil communal du 17 janvier 2019 de faire application de la clef d'Hondt pour 
la détermination des représentants communaux lorsque d'autres règles ne sont pas d'application; 
Vu la démission de Monsieur Arnaud Demol de son mandat de conseiller communal ; 
Attendu qu'il y a lieu de désigner un représentant communal au sein du 
Comité de suivi des Carrières Unies de Porphyre en remplacement de Monsieur Arnaud 
Demol démissionnaire ; 
Attendu que le groupe Union propose la candidature de Monsieur Alain Zegers, 
 
décide, à l'unanimité, 
Article 1. de désigner Monsieur Alain Zegers en remplacement de Monsieur Arnaud Demol au sein 
du Comité de suivi des Carrières Unies de Porphyre.  
Article 2. de transmettre la décision du Conseil Communal à la Ville d'Enghien. 
 

7.  Comité  de  suivi  des  Carrières  de  Quenast  -  désignation  d'un  représentant  du  Conseil 
communal en remplacement de M. Arnaud Demol
 
 
Le Conseil,
 
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation (CDLD) en son article L112234 §2 ; 
Vu la décision du Conseil communal du 17 janvier 2019 de faire application de la clef d'Hondt pour 
la détermination des représentants communaux lorsque d'autres règles ne sont pas d'application; 
Vu la démission de Monsieur Arnaud Demol de son mandat de conseiller communal ; 
Attendu qu'il y a lieu de désigner un représentant communal au sein du 
Comité de suivi des Carrières Unies de Porphyre en remplacement de Monsieur Arnaud 
Demol démissionnaire ; 
Attendu que le groupe Union propose la candidature de Monsieur Alain Zegers, 
 
décide, à l'unanimité, 
de désigner Monsieur Alain Zegers en remplacement de Monsieur Arnaud Demol au sein du 
Comité de suivi des Carrières de Quenast.  
 
8.  Comité  de  concertation  Commune/CPAS  -  désignation  d'un  nouveau  représentant  de 
l'autorité communale en remplacement de Monsieur Arnaud Demol.
 
 
Le Conseil,
 
Vu l’article L112234, §2 du CDLD qui dispose que « Le conseil communal nomme les membres de 
toutes les commissions qui concernent l’administration de la commune ainsi que les représentants du 
conseil communal dans les intercommunales et dans les autres personnes morales dont la commune 
est membre. Il peut retirer ces mandats. 
» ; 
Vu la loi du 8 juillet 1976 organique des centres publics d’action sociale, notamment en son article 
26 ; 
Attendu que, en vertu de cet article, le Bourgmestre ou l’échevin désigné par lui est membre de droit 
de ce comité ; 
Vu l’arrêté royal du 21 janvier 1993 fixant les conditions et modalités de la concertation visée à 
l’article 26, §2, de la loi du 8 juillet 1976 organique des centres publics d’aide sociale, modifiée par 
la loi du 5 août 1992 ; 
Vu la décision du Conseil communal du 17 janvier 2019 de faire application de la clef d'Hondt pour 
la détermination des représentants communaux lorsque d'autres règles ne sont pas d'application; 
Vu la démission de Monsieur Arnaud Demol de son mandat de conseiller communal ; 
Attendu qu’il y a lieu de désigner son remplaçant au sein du comité de concertation commune/CPAS 
et que celui-ci doit être proposé par le groupe Union; 
Vu que le groupe Union propose la candidature de Madame Nathalie Baeyens ; 
 
décide, à l'unanimité, 
de désigner Madame Nathalie Baeyens  pour représenter l’autorité communale au sein du comité de 
concertation commune/CPAS, en remplacement de M. Arnaud Demol, démissionnaire. 
 
9.  Intercommunale  pour  la  Gestion  et  la  Réalisation  d'Etudes  Techniques  et  Economiques 
(IGRETEC)  -  désignation  d'un  nouveau  représentant  de  l'autorité  communale  en 
remplacement de Monsieur Arnaud Demol.
 
 
Le Conseil,
 
Vu l’article L112234, §2 du CDLD qui dispose que « Le conseil communal nomme les membres de 
toutes les commissions qui concernent l’administration de la commune ainsi que les représentants du 
conseil communal dans les intercommunales et dans les autres personnes morales dont la commune 
est membre. Il peut retirer ces mandats. 
» ; 
Vu l’article L1523-11 du CDLD qui dispose que «Les délégués des communes associées à 
l'assemblée générale sont désignés par le conseil communal de chaque commune parmi les membres 


des conseils et collèges communaux, proportionnellement à la composition dudit conseil. Le nombre 
de délégués de chaque commune est fixé à cinq parmi lesquels au moins trois représentent la 
majorité du conseil communal
.» ; 
Vu la décision du Conseil communal du 17 janvier 2019 de faire application de la clef d'Hondt pour 
la détermination des représentants communaux lorsque d'autres règles ne sont pas d'application; 
Attendu la démission de Monsieur Arnaud Demol de son mandat de conseiller communal ; 
Attendu qu’il y a lieu de désigner son remplaçant au sein de l'Intercommunale pour la Gestion et la 
Réalisation d'Etudes Techniques et Economiques (IGRETEC) et que celui-ci doit être proposé par le 
groupe Union; 
Vu que le groupe Union propose la candidature de Madame Nathalie Baeyens ; 
 
décide, à l'unanimité, 
de désigner Madame Nathalie Baeyens pour représenter l’autorité communale au sein 
de l'Intercommunale pour la Gestion et la Réalisation d'Etudes Techniques et Economiques 
(IGRETEC), en remplacement de M. Arnaud Demol, démissionnaire. 
 
10.  Intercommunale  Pure  de  Financement  du  Brabant  Wallon  (IPFBW)  -  désignation  d'un 
nouveau  représentant  communal  auprès  de  l’Assemblée  Générale  en  remplacement  de 
Monsieur Arnaud Demol.
 
 
Le Conseil,
 
Vu l’article L112234, §2 du CDLD qui dispose que « Le conseil communal nomme les membres de 
toutes les commissions qui concernent l’administration de la commune ainsi que les représentants du 
conseil communal dans les intercommunales et dans les autres personnes morales dont la commune 
est membre. Il peut retirer ces mandats. » ; 
Vu l’article L1523-11 du CDLD qui dispose que «Les délégués des communes associées à 
l'assemblée générale sont désignés par le conseil communal de chaque commune parmi les membres 
des conseils et collèges communaux, proportionnellement à la composition dudit conseil. Le nombre 
de délégués de chaque commune est fixé à cinq parmi lesquels au moins trois représentent la 
majorité du conseil communal
.» ; 
Vu la décision du Conseil communal du 17 janvier 2019 de faire application de la clef d'Hondt pour 
la détermination des représentants communaux lorsque d'autres règles ne sont pas d'application; 
Vu la démission de Monsieur Arnaud Demol de son mandat de conseiller communal ; 
Attendu qu’il y a lieu de désigner son remplaçant au sein de l'AG de l'IPFBW  et que celui-ci doit 
être proposé par le groupe Union; 
Vu la candidature de Madame Nathalie Baeyens; 
 
décide, à l'unanimité, 
de désigner Madame Nathalie Baeyens pour représenter la commune de Rebecq au sein de 
l'Assemblée Générale de l'Intercommunale Pure de Financement en Brabant Wallon (IPFBW) en 
remplacement de M. Arnaud Demol, démissionnaire. 
 
11. Intercommunale  de Mutualisation en matière Informatique et Organisationnelle (IMIO)  - 
désignation  d'un  nouveau  représentant  communal  auprès  de  l’Assemblée  Générale  en 
remplacement de Monsieur Arnaud Demol.
 
 
Le Conseil,
 
Vu l’article L112234, §2 du CDLD qui dispose que « Le conseil communal nomme les membres de 
toutes les commissions qui concernent l’administration de la commune ainsi que les représentants du 
conseil communal dans les intercommunales et dans les autres personnes morales dont la commune 
est membre. Il peut retirer ces mandats. » ; 
Vu l’article L1523-11 du CDLD qui dispose que «Les délégués des communes associées à 
l'assemblée générale sont désignés par le conseil communal de chaque commune parmi les membres 
des conseils et collèges communaux, proportionnellement à la composition dudit conseil. Le nombre 


de délégués de chaque commune est fixé à cinq parmi lesquels au moins trois représentent la 
majorité du conseil communal
.» ; 
Vu la décision du Conseil communal du 17 janvier 2019 de faire application de la clef d'Hondt pour 
la détermination des représentants communaux lorsque d'autres règles ne sont pas d'application; 
Vu la démission de Monsieur Arnaud Demol de son mandat de conseiller communal ; 
Attendu qu’il y a lieu de désigner son remplaçant au sein de l'AG de IMIO et que celui-ci doit être 
proposé par le groupe Union; 
Vu la candidature de Madame Nathalie Baeyens; 
 
décide, à l'unanimité, 
de désigner Madame Nathalie Baeyens pour représenter la commune de Rebecq au sein de 
l'Assemblée Générale de l'Intercommunale de Mutualisation en matière Informatique et 
Organisationnelle (IMIO), en remplacement de M. Arnaud Demol, démissionnaire. 
 
12.  Conseil  consultatif  agricole  -  désignation  d'un  représentant  du  Conseil  communal  en 
remplacement de M. Arnaud Demol.
 
 
Le Conseil,
 
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation (CDLD) ; 
Vu sa décision du 21 septembre 2016 de créer un Conseil consultatif agricole et d'en fixer la composition ;  
Vu la décision du Conseil communal du 17 janvier 2019 de faire application de la clef d'Hondt pour 
la détermination des représentants communaux lorsque d'autres règles ne sont pas d'application; 
Vu la démission de Monsieur Arnaud Demol de son mandat de conseiller communal ; 
Attendu qu’il y a lieu de désigner son remplaçant au sein du Conseil consultatif agricole, que celui-ci 
doit être proposé par le groupe Union; 
Vu la candidature de Madame Nathalie Baeyens; 
 
décide, à l'unanimité, 
de désigner Madame Nathalie Baeyens pour représenter la commune de Rebecq au sein du Conseil 
consultatif agricole, en remplacement de M. Arnaud Demol, démissionnaire. 
 
13. Commission Communale de l'Accueil (CCA) - démission et désignation d'un remplaçant de 
M. Arnaud Demol.
 
 
Le Conseil,
 
Vu le décret du 3 juillet 2003 relatif à la coordination de l'accueil des enfants durant leur temps libre et au 
soutien de l'accueil extrascolaire notamment en son article 6 § 1er et en son article 2 § 1er ; 
Vu l’article L112234, §2 du CDLD qui dispose que « Le conseil communal nomme les membres de toutes les 
commissions qui concernent l’administration de la commune ainsi que les représentants du conseil communal 
dans les intercommunales et dans les autrs personnes morales dont la commune est membre. Il peut retirer 
ces mandats.
 » ; 
Vu la décision du Conseil communal du 17 janvier 2019 de faire application de la clef d'Hondt pour 
la détermination des représentants communaux lorsque d'autres règles ne sont pas d'application; 
Vu la démission de Monsieur Arnaud Demol de son mandat de conseiller communal ; 
Attendu qu’il y a lieu de désigner son remplaçant en qualité de suppléant au sein de la Commission 
Communale de l'Accueil (CCA) que celui-ci doit être proposé par le groupe Union; 
Vu la candidature de Madame Nathalie Baeyens; 
 
décide, à l'unanimité, 
de désigner Madame Nathalie Baeyens pour remplacer M. Arnaud Demol, démissionnaire, en tant 
que suppléant de Mme Patricia Venturelli au sein de la Commission Communale de l'Accueil. 
 
14.  SportissimO  -  désignation  d'un  représentant  communal  en  remplacement  de  M.  Arnaud 
Demol.
 
 

Le Conseil, 
Vu l’article L112234, §2 du CDLD qui dispose que « Le conseil communal nomme les membres de 
toutes les commissions qui concernent l’administration de la commune ainsi que les représentants du 
conseil communal dans les intercommunales et dans les autres personnes morales dont la commune 
est membre. Il peut retirer ces mandats. 
» ; 
Vu l’article L1234-2 du CDLD qui dispose que «§1er. Le conseil communal nomme les 
représentants de la commune dans les ASBL dont une commune ou plusieurs communes sont 
membres. Il peut retirer ces mandats.
 [...] 
Les délégués à l'assemblée générale sont désignés à la proportionnelle du conseil communal 
conformément aux articles 167 et 168 du Code électoral. 
[...]» ; 
Vu la démission de M. Arnaud Demol de son mandat de conseiller communal ; 
Attendu qu'il y a lieu de procéder à son remplacement  
Attendu que la candidature de Monsieur Manu Regibo est parvenue à l'administration; 
 
décide, à l'unanimité, 
de désigner Monsieur Manu Regibo pour représenter la commune de Rebecq au sein de l'Assemblée 
Générale de SportissimO, en remplacement de M. Arnaud Demol, démissionnaire. 
 
15. Déclaration de politique du logement pour la mandature 2018-2024 - Adoption 
 
Le Conseil,
 
Vu l'article 187, § 1er du Code wallon du Logement et de l'Habitat durable; 
Considérant que la commune doit déterminer son programme politique en matière de logement pour 
la mandature 2018-2024; 
Considérant l'analyse de la situation existante réalisée dans le cadre de la préparation de la 
Déclaration de politique du logement; 
 
décide par 11 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, J-L.Wouters, M-T.Dehantschutter, 
E.Regibo, P.Ophals, G.Hemerijckx, J.Fulco, A.Zegers, N.Baeyens), 5 non (S.Keymolen, 
H.Meersschaut, P.Jespers, Ph.Hauters, M.Tondeur) et 4 abstentions (L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy, 
Ch.Mahy), 
d'adopter la Déclaration de Politique du Logement suivante pour la mandature 2018-2024: 
  D'un  point  de  vue  général,  le  Schéma  de  Développement  Communal  (SDC)  favorise  un 
développement équilibré et raisonné des villages et hameaux sans proposer de véritables ruptures de 
développement. Il s'agit avant tout de conserver et de favoriser un cadre de vie agréable à tous en 
limitant les conséquences d'une pression démographique importante.  
  Le Schéma de Développement Communal comporte notamment un volet relatif au logement. Plus 
précisément, les objectifs repris dans le projet du SDC se déclinent en différentes mesures : 
▪  favoriser le développement de logements intergénérationnels sur le territoire communal dans le but 
d’offrir  une  alternative  de  logements  aux  personnes  âgées  qui  ne  souhaiteraient  pas  entrer  en 
maison  de  repos  et  ce  dans  un  souci  de  cohabitation directe  ou  indirecte  avec des  personnes  plus 
jeunes ; 
▪  favoriser la création de logements accessibles aux personnes à mobilité réduite ; 
▪  favoriser la création de logements accessibles aux jeunes ménages ; 
▪  favoriser la création de logements accessibles aux personnes âgées.  
  La  commune  veillera  à  atteindre  le  seuil  de  10  %  de  logements  publics  sur  son  territoire. 
Aujourd’hui,  la  commune  de  Rebecq  dispose  de  9,16  %  de  logements  publics  (398  logements 
publics pour 4343 ménages). 
  La possibilité de céder les logements sociaux appartenant à la commune et au CPAS aux HSRP sera 
étudiée afin de continuer à proposer en location ces logements sur Rebecq tout en laissant la gestion 
de  ceux-ci  à  des  professionnels.  Cela  présente  notamment  l'avantage  d'une  affectation  des 
logements  sociaux selon des critères plus précis et des loyers continuellement ajustés aux revenus 
des locataires. 
  La commune soutiendra la création de logements sociaux par les HSRP à Quenast, à proximité de la 
cité  des  « Agaces ».  En  effet,  les  HSRP  sont  propriétaires  de  terrains  situés  pour  partie  en  zone 

d’habitat et pour partie dans la ZACC Chenois (5,87 ha), classée pour  sa partie centrale en zone 
urbanisable à court terme (2014 – 2020) dans le projet du Schéma de Développement Communal. 
  Un  projet  de  logements  acquisitifs,  pour  de  l’habitat  semi-résidentiel  ou  mixte,  pourra  être 
développé  sur  un  terrain communal  de 1,6  h  sis  Chemin Planche  Quévit. Cette  parcelle  est  située 
partiellement  en  zone  d’habitat,  partiellement  en  zone  de  services  publics  et  d’équipements 
communautaires et partiellement en zone agricole au plan de secteur. 
  La commune mettra en œuvre une ou plusieurs opérations de revitalisation, en vue de rénover le 
bâti existant et d’améliorer la  mixité  sociale en  permettant la  réalisation de logements  (maisons, 
appartements …) sur le site de l’ancienne maison communale. 
  La commune veillera à maintenir un service communal du logement dans le but d'aider les citoyens 
dans  leurs  recherches  d'informations  relatives  à  la  thématique  du  logement  (salubrité,  permis  de 
location, habitat groupé, primes accordées par la Région ou la Province, etc.) et de les orienter vers 
les services communaux et régionaux compétents. 
  La commune informera la population sur le rôle de l’Agence Immobilière Sociale notamment via le 
site Internet communal en vue de faire connaître leurs services au secteur privé. 
 
16. Plan de Cohésion Sociale (PCS) - PCS 3 - action "Article 20" rectifiée - approbation. 
 
Le Conseil,
 
Vu la lettre du 29 novembre 2018, par laquelle Mme Valérie DE BUE, Ministre des Pouvoirs 
Locaux, invite le Collège communal à communiquer son acte de candidature dans le cadre de la mise 
en oeuvre d'un Plan de cohésion sociale pour la programmation 2020-2025; 
Vu l'adoption du décret du 22 novembre 2018 relatif au Plan de cohésion sociale pour ce qui 
concerne les matières dont l'exercice a été transféré de la Communauté française; 
Vu la décision du Conseil communal du 9 mai 2019 de manifester auprès de la Région wallonne son acte de 
candidature dans le cadre de la mise en oeuvre d'un Plan de cohésion sociale pour la programmation 
2020-2025; 
Vu le courrier du 27 août 2019 de la Ministre des Pouvoirs Locaux, Mme Valérie De Bue, adressé au 
Collège communal afin de signifier l'approbation du Plan de cohésion sociale 2020-2025; 
Vu le courrier du 28 août 2019 par lequel la Ministre de l'Action sociale, Mme Alda Gréoli, signifie 
au Collège communal la non approbation de l'action "Article 20" 4.1.03 intitulée "Alimentation saine 
et équilibrée" pour non respect des conditions suivantes: 
- il convient d'inscrire dans le PCS une action confiée à un partenaire défini, ce qui constitue un 
prérequis obligatoire pour prétendre au subside complémentaire;
 
- L'action (article 20) est injustifiée car la collaboration avec l'épicerie sociale se limite à l'achat de 
denrées alimentaires. En outre, l'action devrait cibler les bénéficiaires de l'épicerie sociale et non le 
public fréquentant une maison de jeunes;
 
Vu l'article 16 du décret du 22 novembre 2018 qui stipule que les actions "article 20" rectifiées 
peuvent être transmises au Gouvernement pour le 4 novembre 2019 au plus tard; 
Attendu que conformément aux conditions de non approbation et aux remarques formulées, le 
service de cohésion sociale a: 
- intégré au sein du Plan une action confiée à un partenaire intitulée "Chutes" action 3.1.03 , 
prérequis indispensable pour prétendre au subside complémentaire "article 20"; 
- corrigé l'action "article 20" 4.1.03 "Alimentation saine et équilibrée" en incluant les bénéficiaires de 
l'épicerie sociale dans la participation aux ateliers culinaires; 
 
décide, par 20 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, J-L.Wouters, M-T.Dehantschutter, 
E.Regibo, P.Ophals, G.Hemerijckx, J.Fulco, A.Zegers, N.Baeyens, S.Keymolen, H.Meersschaut, 
P.Jespers, Ph.Hauters, M.Tondeur, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy, Ch.Mahy), 
- d'approuver les modifications apportées au PCS3, à savoir: 
- d'approuver l'action 3.1.03 "Chutes" confiée au partenaire CPAS et de l'inclure dans le Plan de 
cohésion sociale 2020-2025; 
- d'approuver la modification de l'action "article 20" 4.1.03 "Alimentation saine et équilibrée" en 
incluant les bénéficiaires de l'épicerie sociale dans la participation aux ateliers culinaires. 
 

17.  Commission  Consultative  communale  d'Aménagement  du  Territoire  et  de  la  Mobilité 
(CCATM)  -  modification  du  Règlement  d'Ordre  Intérieur  -  art.  16  -  rémunération  des 
membres
 
 
Le Collège,
 
- Vu le Code du Développement territorial (ci-après, le Code); 
- Vu les articles D.I.12 6° et R.I.12 6°, du Code qui prévoient l'octroi d'une subvention de 4500 euros 
pour une commission composée, outre le président de 12 membres ; 
- Vu l'arrêté du Gouvernement wallon du 09 mai 2019 modifiant une la partie réglementaire du Code 
;  -qu'une  modification de  l'article R.I.10-5  §5,  alinéa  3  a  été  apporté  en  vue  de  permettre  aux 
membres suppléants de participer à la CCATM même en présence de leur effectif ; 
- Considérant le Règlement d'ordre intérieur (ROI) de la CCATM adopté par le Conseil, en sa séance 
du 13 juin 2019 ; 
- Considérant qu'il y a lieu de préciser l'article 16 de ce ROI ; 
 
décide  par  20  oui  (D.Legasse,  P.Venturelli,  J-P  Denimal,  J-L.Wouters,  M-T.Dehantschutter, 
E.Regibo,  P.Ophals,  G.Hemerijckx,  J.Fulco,  A.Zegers,  N.Baeyens,  S.Keymolen,  H.Meersschaut, 
P.Jespers, Ph.Hauters, M.Tondeur, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy, Ch.Mahy), 
de  modifier l'article 16 du règlement  d'ordre intérieur de la commission  consultative communale de 
l'aménagement  du  territoire  et  de  la  mobilité  (CCATM)  approuvé  par  le  Conseil  communal  du  13 
juin 2019 comme suit : 
"  Rémunération  des  membres  de  la  CCATM  –  le  montant  des  jetons de  présence  à  savoir 25€  par 
réunion pour le président de la commission et, le cas échéant, le président faisant fonction et 12.5 € 
par  réunion  pour  les  autres  membres  de  la  commission,  effectifs  et  suppléants,  privés  et  publics 
(montants non indexés fixés au Conseil communal du 29 avril 2009.) ".
 
 
18.  Nouveau  règlement  communal  en  matière  d'affichage  sur  la  voie  publique  communale  - 
Approbation
 
 
Le Conseil, 
 
Vu les nombreuses demandes en matière d'affichage; 
Attendu que le Règlement Général de Police n'impose pas aux organisateurs d'événement de faire 
une demande préalable au Collège; 
Attendu qu'il y a lieu d'adopter une ligne de conduite au niveau communal pour éviter un affichage 
sauvage ou anarchique; 
Vu le règlement communal d'affichage tel qu'approuvé par le Conseil communal du 23 mars 2016 et 
modifié le 20 avril 2016; 
Vu la nécessité de clarifier et compléter le règlement existant après 3 années de mise en oeuvre; 
 
décide par 20 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, J-L.Wouters, M-T.Dehantschutter, 
E.Regibo, P.Ophals, G.Hemerijckx, J.Fulco, A.Zegers, N.Baeyens, S.Keymolen, H.Meersschaut, 
P.Jespers, Ph.Hauters, M.Tondeur, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy, Ch.Mahy), 
d'approuver le nouveau règlement communal en matière d'affichage sur la voie publique comme suit: 
  
Règlement relatif à l’affichage sur la voie publique communale. 
  
Le présent règlement s’adresse aux catégories d’affichage suivantes : 
1 – Affiches 
2 – Bâches 
3 – Fléchage directionnel ponctuel 
  
L’apposition de panneaux de fléchage directionnels afin de renseigner la localisation de commerces ou 
d’industrie ne fait pas l’objet du présent règlement, mais est néanmoins soumise à demande auprès des 
autorités communales, plus particulièrement lorsqu’il s’agit de les placer sur la voirie. 
  

Le présent règlement ne concerne pas les tracts, prospectus, flyers, affichage sur l’immeuble concerné pour 
une vente, une location ou une vente publique, ni l’affichage électoral, soumis respectivement au Règlement 
Général de Police et aux prescriptions légales en la matière. 
  
Le présent règlement s’applique sans préjudice du respect :  
- de la loi du 16 mars 1968 relative à la police de la circulation routière,  
- du décret du 19 mars 2009 relatif à la conservation du domaine public régional routier et des voies 
hydrauliques et  
- du Règlement Général de Police, plus spécifiquement en son Chapitre 2, article 15 ci-après intégralement 
reproduit:
 
Article 15: Nul ne peut apposer des inscriptions, des affiches, des reproductions picturales ou photographiques, des 
tracts ou des papillons sur la voirie communale à des endroits autres que ceux autorisés par l’autorité communale. 
En outre : 
- les affiches seront soigneusement enlevées quand elles ne seront plus d’actualité. 
- les affiches à caractère électoral ne peuvent être posées qu’aux endroits déterminés par le Collège communal, selon les 
conditions que celui-ci détermine.
 
- sans préjudice de l’application d’une amende administrative, les affiches ou les autocollants apposés en contravention 
au présent règlement seront enlevés d’office, aux frais, risques et périls du contrevenant.
 
- il est interdit à toute personne de salir, recouvrir, abîmer, dégrader ou altérer les inscriptions, affiches, reproductions 
picturales ou photographiques, tracts ou papillons, que ceux-ci aient ou non été posés avec l’autorisation de l’autorité.
 
Le non-respect de cet article est mentionné dans l’article 90 du RGP paragraphe 3. 
  
Section 1 – Affiches 
Recevabilité des demandes : 
Les demandes d’affichages ne pourront être introduites que pour des activités : 
  organisées par des acteurs locaux, et 
  de type événementiel et ouvert au tout-public, et 
  à caractère non-commercial 
  
Article 1 : Contenu de l’affiche  
- aucune publicité pour des boissons spiritueuses ou le tabac ne pourra figurer sur les affiches 
- l’affiche devra comporter le nom, prénom et adresse de l’éditeur responsable (de l’organisateur ou de 
l’imprimeur)
 
- la surface utilisée pour des mentions, noms ou logos de nature commerciale ne pourra pas dépasser 1/7e de 
la surface visible
 
- l'affiche devra être configurée dans le respect de l’ordre public et des bonnes mœurs 
- le demandeur devra utiliser l’affiche telle qu’autorisée par le Collège communal 
  
Article 2 : Dimensions de l’affiche 
- les affiches ne pourront avoir un format supérieur à de l’A3.  
  
Article 3: Placement de l’affiche 
- l'affiche pourra être placée uniquement sur les emplacements et dans les lieux prévus (et spécifiquement 
désignés) à cet effet, à savoir sur les panneaux d’affichage communaux
 
- le nombre d’emplacements pour apposer les affiches sera limité sur base du calendrier des affichages afin 
de permettre au mieux la promotion des différents événements 
 
- l’autorisation se limite à une (1) affiche par emplacement (panneau d’affichage) autorisé/désigné 
  
Article 4 : Durée de l’affichage 
L'affiche ne sera pas placée plus de 15 jours avant la manifestation et sera enlevée au plus tard le 2ème jour 
qui suit celle-ci. 
 
  
Article 5 : Modalités d’introduction de la demande 
- toute demande d’affichage devra être formulée par écrit sur le formulaire ad hoc, au Collège communal, rue 
Docteur Colson, 1, 1430 Rebecq, au moins 30 jours ouvrables avant la date souhaitée de l’événement.
 
- chaque demande sera accompagnée d’un exemplaire (ou d’un modèle)  de l’affiche définitive, afin de 
permettre le contrôle par le Collège communal. Il ne pourra être apporté ensuite de modifications à l’affiche 
à l’exception des modifications qui pourraient être demandées par les autorités communales.
 

- une réponse écrite faisant état de la décision du Collège et spécifiant les modalités d’affichage sera adressée 
dans les plus brefs délais au demandeur.
 
  
Critères d’attribution : 
  Les demandes seront traitées par ordre chronologique de réception 
  Evénements ayant lieu sur le territoire de la Commune 
  Evénements organisés par ou avec le soutien organisationnel de la Commune 
  Grands événements (rassemblant plus de 2.000 participants) 
  
Section 2 – Bâches 
  
Recevabilité des demandes : 
(Comme pour les affiches), les demandes d’apposition de bâches ne pourront être introduites que pour des 
activités : 
  organisées par des acteurs locaux et 
  de type événementiel et ouvert au tout-public et 
  à caractère non-commercial et 
  ayant lieu sur le territoire de la Commune 
  
Article 6 : Contenu de la bâche 
- aucune publicité pour des boissons spiritueuses ou le tabac ne pourra figurer sur les affiches 
- la bâche devra comporter le nom, prénom et adresse de l’éditeur responsable (de l’organisateur ou de 
l’imprimeur)
 
- la surface utilisée pour des mentions, noms ou logos de nature commerciale ne pourra pas dépasser 1/7e de 
la surface visible
 
- la bâche devra être configurée dans le respect de l’ordre public et des bonnes mœurs 
- le demandeur devra utiliser le modèle de bâche tel qu’autorisé par le Collège communal 
  
Article 7 : Dimensions de la bâche  
- les bâches ne pourront occuper plus de la moitié d’une structure, dans le sens horizontal (càd 1m de haut * 
3m de large.  Des exceptions pourront être accordées  (càd des bâches de 2m de haut * 3m de large, 
remplissant la surface entière d’une structure) pour des événements de très grande ampleur ou à caractère 
communal.  
 
  
Article 8: Placement de la bâche 
- la bâche pourra être placée uniquement sur les structures et dans les lieux prévus (et spécifiquement 
désignés) à cet effet, à savoir sur une structure pour bâche existante (ou en cas de spécification du Collège, 
sur une structure construite par l’organisateur de la manifestation, à côté de la structure pour bâche existante 
mais déjà occupée par une ou deux autres bâches)
 
- le nombre d’emplacements pour apposer les bâches sera limité sur base du calendrier des affichages afin de 
permettre au mieux la promotion des différents événements 
 
- l’autorisation se limite à une (1) bâche par emplacement autorisé/désigné 
  
Article 9 : Durée de l’affichage 
- la bâche ne sera pas placée plus de 15 jours avant la manifestation et sera enlevée au plus tard le 2ème jour 
qui suit celle-ci
 
- pour les événements communaux, avec le soutien organisationnel de la commune ou de grande ampleur, et 
si le calendrier des affichages le permet, une durée plus étendue pourra être autorisée
 
  
Article 10 : Modalités d’introduction de la demande 
- toute demande d’apposition de bâche devra être formulée par écrit sur le formulaire ad hoc, au Collège 
communal, rue Docteur Colson, 1, 1430 Rebecq, au moins 30 jours ouvrables avant la date souhaitée de 
l’événement.
 
- chaque demande sera accompagnée d’un exemplaire (ou d’un modèle) de la bâche définitive, afin de 
permettre le contrôle par le Collège communal. Il ne pourra être apporté ensuite de modifications à l’affiche 
à l’exception des modifications qui pourraient être demandées par les autorités communales.
 

- une réponse écrite faisant état de la décision du Collège et spécifiant les modalités d’affichage sera adressée 
dans les plus brefs délais au demandeur.
 
- les demandes seront traitées par ordre chronologique de réception 
  
Critères d’attribution : 
  Les demandes seront traitées par ordre chronologique de réception  
  Evénements organisés par ou avec le soutien organisationnel de la Commune 
  Grands événements (rassemblant plus de 2.000 participants) 
  
  
Section 3 – Fléchage directionnel ponctuel 
  
Pour rappel : L’apposition de panneaux de fléchage directionnels afin de renseigner la localisation de commerces ou 
d’industrie ne fait pas l’objet du présent règlement, mais est néanmoins soumise à demande auprès des autorités 
communales, plus particulièrement lorsqu’il s’agit de les placer sur la voirie.
 
  
L’apposition de panneaux de fléchage directionnels afin de renseigner la localisation d’un évènement ponctuel 
(exemple : manifestation, vente publique) ou afin de renseigner un itinéraire à l’occasion de l’organisation ou 
du passage d’un circuit sur le territoire communal (exemple : marche, course à pied, course cycliste, balade 
d’ancêtres…) se doit de respecter les règles suivantes : 
  
Article 11 : Contenu du panneau directionnel 
- aucune publicité pour des boissons spiritueuses ou le tabac ne pourra figurer sur les affiches 
- le panneau directionnel devra comporter le nom, prénom et adresse de l’éditeur responsable (de 
l’organisateur ou de l’imprimeur)
 
- le panneau directionnel devra être configuré dans le respect de l’ordre public et des bonnes mœurs 
  
Article 12 : Dimensions du panneau directionnel  
-les panneaux directionnels ne pourront avoir un format supérieur à une feuille A4. 
  
Article 13: Placement du panneau directionnel 
  
Le panneau directionnel ne sera en aucun cas cloué aux arbres. 
  
Article 14 : Durée de l’affichage 
- l'affiche ne sera pas placée plus de 2 jours avant la manifestation et sera enlevée au plus tard le 1er jour qui 
suit celle-ci
 
  
Article 15 : Obligation d’information 
Si l’apposition de panneaux de fléchage directionnels afin de renseigner un itinéraire à l’occasion de 
l’organisation ou du passage d’un circuit sur le territoire communal n’est pas nécessaire, il est cependant de la 
responsabilité de l’organisateur d’informer l’administration communale de cette manifestation ou ce passage 
afin de se voir garantir la faisabilité du circuit envisagé. Toute infraction au règlement de la route, tout 
accident pouvant survenir suite au passage du circuit dans des travaux ou dans l’itinéraire d’une autre 
manifestation, sera aux frais et de la responsabilité entière de l’organisateur n’ayant pas rempli son devoir 
d’information. 
  
Article 16 : Non-respect des conditions – Responsabilité de l’afficheur 
Le fléchage ponctuel qui ne respectera pas les conditions ci-avant énumérées sera enlevée par les soins de 
l’administration communale et les frais seront réclamés à l’afficheur sur base d’un état de recouvrement 
dressé par le service technique (sortie du véhicule, travail presté, dégradations éventuelles aux biens 
communaux).
 
  
Le présent règlement annule les règlements et textes en la matière édités précédemment. 
Le présent règlement rentrera en vigueur au 1er janvier 2020. 
  
  

Le Directeur général,                                             La Bourgmestre, 
  
  
  
Michaël CIVILIO                                                   Patricia VENTURELLI 
 
19.  Arrêté  du  Gouvernement  Wallon  relatif  à  l'Eclairage  Public  2020  -  renouvellement  de 
l'éclairage public - convention - accord de principe.
 
 
Le Conseil,
 
Vu le Code de la démocratie locale et de la décentralisation et plus particulièrement les articles L 
1122-30 ; 
Vu le décret du 12/04/2001 relatif à l’organisation du marché régional de l’électricité et plus 
spécialement son article 11 ; 
Vu l’arrêté du Gouvernement wallon du 6 novembre 2008 relatif à l’obligation de service public 
imposée aux gestionnaires de réseau de distribution en termes d’entretien et d’amélioration de 
l’efficacité énergétique des installations d’éclairage public, notamment son article 4, 6° ; 
Considérant que l’ensemble du parc doit être remplacé pour le 31/12/2029 ; 
Considérant la communication du dossier au Directeur financier faite en date du 25/09/2019, 
conformément à l’article L1124-40 §1er, 3° et 4° du Code de la Démocratie locale et de la 
Décentralisation ; 
Considérant le plan de remplacement estimé à 162.808,79€ TVAC pour l'année 2020; 
Concernant l’avis positif du directeur financier du 01/10/2019; 
 
décide par 17 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, J-L.Wouters, M-T.Dehantschutter, 
E.Regibo, P.Ophals, G.Hemerijckx, J.Fulco, A.Zegers, N.Baeyens, S.Keymolen, H.Meersschaut, 
P.Jespers, Ph.Hauters, M.Tondeur, S.Masy), 1 non (Ch.Mahy) et 2 abstentions (L.Jadin, 
A.Dipaola), 
Article 1 : de marquer son accord sur la convention cadre entre l’Intercommunale ORES et la 
commune de REBECQ concernant le plan de remplacement / suppression des sources lumineuses 
conformément à l’AGW du 06 novembre 2008. 
Article 2 : de valider le plan d'investissement pour l'année 2020 estimé à 162.808,79€ TVAC. 
 
20. Modification Budgétaire n°2/2019 - Approbation 
 
Le Conseil,
 
Réuni en séance publique; 
Vu la constitution, les articles 41 et 162 ; 
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation, les articles L1122-23, L1122-26, L1122-30 et 
Première partie, livre III ; 
Vu le projet de modification budgétaire établi par le collège communal ; 
Vu l’arrêté du Gouvernement wallon du 5 juillet 2007 portant le règlement général de la comptabilité 
communale, en exécution de l’article L1315-1 du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation ; 
Vu la circulaire du 23 juillet 2013 intitulée "Mesures prises par l’Union européenne dans le cadre du contrôle 
et de la publicité des données budgétaires et comptables. Traduction des données comptables et budgétaires 
des pouvoirs locaux en SEC95" ; 
Vu la circulaire budgétaire du 5 juillet 2018 relative à l’élaboration des budgets des communes et des C.P.A.S 
de la Région wallonne à l’exception des communes et des C.P.A.S relevant des communes de la Communauté 
germanophone pour l’année 2019 ; 
Vu la transmission du dossier au directeur financier en date du 01 octobre 2019 ; 
Vu l’avis de légalité émis par le Directeur Financier en date du 01 octobre 2019 – avis n°39/2019 ; 
Vu l’avis favorable émis par la commission budgétaire en date du 1er octobre 2019 ; 
Vu l’avis favorable émis par la Commission des finances en séance de ce jour ; 
Vu la circulaire 1er avril 2014 relative à l’amélioration du dialogue social dans l’optique du maintien à 
l’emploi au sein des pouvoirs locaux et provinciaux ; 
Après en avoir délibéré ; 

Attendu qu'il est demandé de procéder à un vote distinct pour le service ordinaire et le service extraordinaire; 
 
décide, par 14 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, J-L.Wouters, M-T.Dehantschutter, 
E.Regibo, P.Ophals, G.Hemerijckx, J.Fulco, A.Zegers, N.Baeyens, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy), 
non,
 (S.Keymolen, H.Meersschaut, P.Jespers, Ph.Hauters, M.Tondeur) et 1 abstention (Ch.Mahy), 
en ce qui concerne le service ordinaire et 
par 19 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, J-L.Wouters, M-T.Dehantschutter, E.Regibo, 
P.Ophals, G.Hemerijckx, J.Fulco, A.Zegers, N.Baeyens, S.Keymolen, H.Meersschaut, P.Jespers, 
Ph.Hauters, M.Tondeur, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy) et 1 abstention (Ch.Mahy), en ce qui 
concerne le service extraordinaire,
 
  
  D’approuver la modification budgétaire n°2/2019 qui se récapitule comme suit : 
  1. Tableau récapitulatif 
  
Service ordinaire  Service extraordinaire 
Recettes exercice proprement dit 
12.882.858,79 
1.963.425,02 
Dépenses exercice proprement dit  12.479.927,74 
1.550.046,38 
Boni/mali exercice proprement dit  402.931,05 
413.378,64 
Recettes exercices antérieurs 
1.674.409,28 
215.909,81 
Dépenses exercices antérieurs 
110.295,11 
0,00 
Prélèvements en recettes 

381.379,38 
Prélèvements en dépenses 
131.333,78 
1.010.667,83 
Recettes globales 
14.557.268,07 
2.560.714,21 
Dépenses globales 
12.721.556,63 
2.560.714,21 
Boni/mali global 
1.835.711,44 

  
Service Ordinaire : 
  
 Selon la présente délibération 
 Selon la décision de la tutelle 
  
 Recettes 
 Dépenses 
 Solde 
 Recettes  Dépenses   Solde 
  
 1 
 2 
 3 
 4 
 5 
 6 
 D'après le budget initial ou la précédente modification  14.564.296,00  12.806.751,86  1.757.544,14 
  
  
  
 Augmentation de crédit (+) 
93.582,96 131.636,98 -38.054,02 
  
  
  
 Diminution de crédit (+) 
 -100.610,89   -216.832,21 
116.221,32 
  
  
  
 Nouveau résultat 
 14.557.268,07  12.721.556,63  1.835.711,44 
  
  
  
  
Service Extraordinaire : 
  
 Selon la présente délibération   Selon la décision de la tutelle 
  
 Recettes   Dépenses   Solde   Recettes  Dépenses   Solde 
  
 1 
 2 
 3 
 4 
 5 
 6 
 D'après le budget initial ou la précédente modification  2.766.692,10  2.766.692,10 
 0,00 
  
  
  
 Augmentation de crédit (+) 
118.022,11   118.022,11 
0,00 
  
  
  
 Diminution de crédit (+) 
 -324.000,00   -324.000,00 
0,00 
  
  
  
 Nouveau résultat 
 2.560.714,21  2.560.714,21 
 0,00 
  
  
  
  
  De marquer un accord de principe sur la réalisation des projets inscrits au budget extraordinaires 
ainsi que sur leur mode de financement; 
  De communiquer par voie électronique le présent budget aux organisations syndicales ; 
   De transmettre la présente délibération à l’autorité de tutelle pour approbation. 
 

21.  Marché  de  services  -  Plan  d'Investissements  Communaux  (PIC)  2019-2021  -  désignation 
d'un  bureau  d'études  -  réfection  rue  de  la  Cure-  approbation  des  conditions  et  du  mode  de 
passation
 
 
Le Conseil,
 
Vu le Code de la démocratie locale et de la décentralisation et ses modifications ultérieures, 
notamment l'article L1222-3 §1 relatif aux compétences du Conseil communal et les articles L3111-1 
et suivants relatifs à la tutelle ; 
Vu la loi du 17 juin 2013 relative à la motivation, à l'information et aux voies de recours en matière 
de marchés publics, de certains marchés de travaux, de fournitures et de services et de concessions et 
ses modifications ultérieures ; 
Vu la loi du 17 juin 2016 relative aux marchés publics, notamment l’article 42, § 1, 1° a) (la dépense 
à approuver HTVA n'atteint pas le seuil de 144.000,00 €) ; 
Vu l'arrêté royal du 14 janvier 2013 établissant les règles générales d'exécution des marchés publics 
et ses modifications ultérieures ; 
Vu l'arrêté royal du 18 avril 2017 relatif à la passation des marchés publics dans les secteurs 
classiques et ses modifications ultérieures, notamment l'article 90, 1° ; 
Considérant le cahier des charges N° ST-AB-21/19 relatif au marché “Marché de services-PIC 2019-
2021- désignation d'un bureau d'études - réfection rue de la cure” établi par le Service Travaux ; 
Considérant que le montant estimé de ce marché s'élève à 23.140,00 € hors TVA ou 27.999,40 €, 
21% TVA comprise ; 
Considérant qu'il est proposé de passer le marché par procédure négociée sans publication préalable ;  
Considérant que le crédit permettant cette dépense est inscrit au budget extraordinaire de l’exercice 
2019, article 421/731-60 (n° de projet 20190041)  ; 
Considérant qu'une demande afin d’obtenir l'avis de légalité obligatoire a été soumise le 25 -09-2019, 
le directeur financier a rendu un avis de légalité favorable ; 
 
décide, par 20 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, J-L.Wouters, M-T.Dehantschutter, 
E.Regibo, P.Ophals, G.Hemerijckx, J.Fulco, A.Zegers, N.Baeyens, S.Keymolen, H.Meersschaut, 
P.Jespers, Ph.Hauters, M.Tondeur, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy, Ch.Mahy), 
Article 1er : D'approuver le cahier des charges N° ST-AB-21/19 et le montant estimé du marché 
“Marché de services-PIC 2019-2021- désignation d'un bureau d'études - réfection rue de la cure”, 
établis par le Service Travaux. Les conditions sont fixées comme prévu au cahier des charges et par 
les règles générales d'exécution des marchés publics. Le montant estimé s'élève à 23.140,00 € hors 
TVA ou 27.999,40 €, 21% TVA comprise. 
Article 2 : De passer le marché par la procédure négociée sans publication préalable. 
Article 3 : De financer cette dépense par le crédit inscrit au budget extraordinaire de l’exercice 2019, 
article 421/731-60 (n° de projet 20190041). 
 
22.  Marché  de  services  -  Plan  d'Investissements  Communaux  (PIC)  2019-2021  -  désignation 
d'un  bureau  d'études  -  réfection  rue  Zaman-  approbation  des  conditions  et  du  mode  de 
passation
 
 
Le Conseil,
 
Vu le Code de la démocratie locale et de la décentralisation et ses modifications ultérieures, 
notamment l'article L1222-3 §1 relatif aux compétences du Conseil communal et les articles L3111-1 
et suivants relatifs à la tutelle ; 
Vu la loi du 17 juin 2013 relative à la motivation, à l'information et aux voies de recours en matière 
de marchés publics, de certains marchés de travaux, de fournitures et de services et de concessions et 
ses modifications ultérieures ; 
Vu la loi du 17 juin 2016 relative aux marchés publics, notamment l’article 42, § 1, 1° a) (la dépense 
à approuver HTVA n'atteint pas le seuil de 144.000,00 €) ; 
Vu l'arrêté royal du 14 janvier 2013 établissant les règles générales d'exécution des marchés publics 
et ses modifications ultérieures ; 

Vu l'arrêté royal du 18 avril 2017 relatif à la passation des marchés publics dans les secteurs 
classiques et ses modifications ultérieures, notamment l'article 90, 1° ; 
Considérant le cahier des charges N° ST-AB-22/19 relatif au marché “Marché de services-PIC 2019-
2021- désignation d'un bureau d'études - réfection rue Zaman” établi par le Service Travaux ; 
Considérant que le montant estimé de ce marché s'élève à 18.181,81 € hors TVA ou 22.000,00 €, 
21% TVA comprise ; 
Considérant qu'il est proposé de passer le marché par procédure négociée sans publication préalable ;  
Considérant que le crédit permettant cette dépense est inscrit au budget extraordinaire de l’exercice 
2019, article 421/731-60 (n° de projet 20190042)  ; 
Considérant que l'avis de légalité du directeur financier n’est pas obligatoire, qu’il n’y a pas eu de 
demande spontanée et qu’aucun avis n’a été donné d’initiative par le directeur financier ; 
 
décide, par 19 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, J-L.Wouters, M-T.Dehantschutter, 
E.Regibo, P.Ophals, G.Hemerijckx, J.Fulco, A.Zegers, N.Baeyens, S.Keymolen, H.Meersschaut, 
P.Jespers, Ph.Hauters, M.Tondeur, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy) et 1 non (Ch.Mahy), 
Article 1er : D'approuver le cahier des charges N° ST-AB-22/19 et le montant estimé du marché 
“Marché de services-PIC 2019-2021- désignation d'un bureau d'études - réfection rue Zaman”, 
établis par le Service Travaux. Les conditions sont fixées comme prévu au cahier des charges et par 
les règles générales d'exécution des marchés publics. Le montant estimé s'élève à 18.181,81 € hors 
TVA ou 22.000,00 €, 21% TVA comprise. 
Article 2 : De passer le marché par la procédure négociée sans publication préalable. 
Article 3 : De financer cette dépense par le crédit inscrit au budget extraordinaire de l’exercice 2019, 
article 421/731-60 (n° de projet 20190042). 
 
23. Ratification  - enseignement  - ouverture  d'une classe  maternelle  mi-temps à  l'implantation 
de Rebecq.
 
 
Le Conseil,
 
Vu la décision du Collège du 17/09/2019 qu'à dater du 16/09/2019 et ce jusqu'au 30/06/2020, il y 
aura 3,5 classes à l'implantation de Rebecq au lieu des 3 prévues le 19/11/2018 
 
décide, par 20 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, J-L.Wouters, M-T.Dehantschutter, 
E.Regibo, P.Ophals, G.Hemerijckx, J.Fulco, A.Zegers, N.Baeyens, S.Keymolen, H.Meersschaut, 
P.Jespers, Ph.Hauters, M.Tondeur, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy, Ch.Mahy), 
de ratifier la délibération susvisée. 
 
24.  Enseignement  -  année  scolaire  2019-2020  -  prise  en  charge  de  périodes  du  salaire  d'un(e) 
maître spécial de néerlandais temporaire sur fonds communaux - ratification et modification.
 
 
Le Conseil,
 
Vu la décision du Collège du 01/10/2019 de proposer au conseil de prendre en charge, sur fonds 
communaux, du 01/10/2019 au 30/06/2020, 28 périodes/semaine du salaire d'un(e) instituteur (trice) 
ou maître de néerlandais temporaire; 
Attendu qu'il convient de rectifier le nombre de périodes à prendre sur fonds propres qui s'élève à 30 
en lieu et place de 28; 
 
décide, par 20 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, J-L.Wouters, M-T.Dehantschutter, 
E.Regibo, P.Ophals, G.Hemerijckx, J.Fulco, A.Zegers, N.Baeyens, S.Keymolen, H.Meersschaut, 
P.Jespers, Ph.Hauters, M.Tondeur, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy, Ch.Mahy), 
de prendre en charge, sur fonds communaux, du 01/10/2019 au 30/06/2020, 30 périodes/semaine du 
salaire d'un(e) instituteur (trice) ou maître de néerlandais temporaire. 
 
25. Ratification - enseignement - Prise en charge de 13 périodes d'un instituteur primaire. 
 



décide, par 19 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, J-L.Wouters, M-T.Dehantschutter, 
E.Regibo, P.Ophals, G.Hemerijckx, J.Fulco, A.Zegers, N.Baeyens, S.Keymolen, H.Meersschaut, 
Ph.Hauters, M.Tondeur, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy, Ch.Mahy), 
Art.  1 : Une  zone d'évitement  striée  triangulaire  d'une  longueur  de  7  mètres  réduisant 
progressivement la largeur de la chaussée à 4 m en vue d'y établir un coussin berlinois du côté pair à 
hauteur du poteau électrique  sera tracée chemin du Gibet (entre l'habitation n°33 et le carrefour avec 
le chemin de Braine). 
Art. 2 : Les dispositions reprises à l'article 1 seront portées à la connaissance des usagers au moyen 
de la signalisation prévue à cet effet au règlement général sur la police de la circulation routière. 
Art.  3 : Le  présent  règlement  est  soumis  à  l’approbation  du  Ministre  compétent  de  la  Région 
Wallonne. 
 
Monsieur Jespers réintègre la séance. 
 
 
65.  Marché  de  travaux  -  Hall  des  sports  -  renouvellement  du  sol  PU  (polyuréthane)  de  la 
grande salle - approbation des conditions, du mode de passation et du cahier des charges 
 
 
Le Conseil,
 
Vu le Code de la démocratie locale et de la décentralisation et ses modifications ultérieures, 
notamment l'article L1222-3 §1 relatif aux compétences du Conseil communal et les articles L3111-1 
et suivants relatifs à la tutelle ; 
Vu la loi du 17 juin 2013 relative à la motivation, à l'information et aux voies de recours en matière 
de marchés publics, de certains marchés de travaux, de fournitures et de services et de concessions et 
ses modifications ultérieures ; 
Vu la loi du 17 juin 2016 relative aux marchés publics, notamment l’article 42, § 1, 1° a) (la dépense 
à approuver HTVA n'atteint pas le seuil de 144.000,00 €) ; 
Vu l'arrêté royal du 14 janvier 2013 établissant les règles générales d'exécution des marchés publics 
et ses modifications ultérieures ; 
Vu l'arrêté royal du 18 avril 2017 relatif à la passation des marchés publics dans les secteurs 
classiques et ses modifications ultérieures, notamment l'article 90, 1° ; 
Considérant que malgré un aspect général relativement bon, le recouvrement de sol du hall des sports 
présente des déformations gênantes pour la pratique de nombreux sports, et même certains dangers 
aux endroits où des déchirures apparaissent ; 
Considérant que des décollements de la couche superficielle en PU se marquent par la formation de 
cloques ; 
Considérant que le Collège a décidé de la constitution d’un dossier en vue de faire procéder au 
renouvellement du recouvrement de sol existant ; 
Considérant que différentes analyses ont été effectuées afin de tenter de comprendre les phénomènes 
apparus et que compte tenu d’une relative incompréhension de la part de différents intervenants, 
aussi vu les complications rencontrées, au niveau du sol de la salle, lors de la construction du hall, 
qu’il a été décidé de procéder à la pose d’un nouveau sol selon la technique de « pose flottante » ; 
Considérant qu’l ne sera donc pas procédé à l’enlèvement de l’ancien recouvrement de sol et qu’un 
nouveau sol sera superposé sans adhérence. 
Considérant que le dossier est donc constitué sur base d’un descriptif technique. Que ce descriptif 
n’est en aucun cas exclusif ou contraignant. L’Administration communale demeure à l’écoute de 
toute autre proposition comparable et de qualité équivalente sans pour autant admettre les variantes 
libres. 
Considérant que chaque soumissionnaire est donc libre de proposer, tout en demeurant sur le principe 
de la « pose flottante », une composition différente tant au niveau des couches et de leur épaisseur 
qu’à celui des matériaux.  
Considérant que quoiqu’il en soit, le résultat final devra répondre aux normes européennes EN 14904 
INTRON et ISA Sport, concernant les revêtements de sols sportifs pour l’intérieur. 
Considérant le cahier des charges N° 2019/TP/T/1000 relatif au marché “RENOUVELLEMENT 
SOL SPORTIF - HALL DES SPORTS” établi par le Service Travaux ; 

Considérant que le montant estimé de ce marché s'élève à 103.000,00 € hors TVA ou 124.630,00 €, 
21% TVA comprise ; 
Considérant qu'il est proposé de passer le marché par procédure négociée sans publication préalable ; 
Considérant qu'une partie des coûts est subsidiée par SPW MOBILITE ET INFRASTRUCTURES - 
DGO1, Boulevard du Nord 8 à 5000 NAMUR ; 
Considérant que le crédit permettant cette dépense est inscrit au service extraordinaire – projet 
2019/34 ; 
Considérant qu'une demande afin d’obtenir l'avis de légalité obligatoire a été soumise le 
12 septembre 2019, un avis de légalité N°38 - 2019 favorable a été accordé par le directeur financier 
le 12 septembre 2019 ; 
Considérant que le directeur financier avait un délai de 10 jours ouvrables pour remettre son avis de 
légalité et que cet avis devait être remis en conséquence pour le 25 septembre 2019 ; 
 
décide, par 19 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, J-L.Wouters, M-T.Dehantschutter, 
E.Regibo, P.Ophals, G.Hemerijckx, J.Fulco, A.Zegers, N.Baeyens, S.Keymolen, H.Meersschaut, 
P.Jespers, Ph.Hauters, M.Tondeur, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy) et 1 non (Ch.Mahy), 
Article 1er : D'approuver le cahier des charges N° 2019/TP/T/1000 et le montant estimé du marché 
“RENOUVELLEMENT SOL SPORTIF - HALL DES SPORTS”, établis par le Service Travaux. 
Les conditions sont fixées comme prévu au cahier des charges et par les règles générales d'exécution 
des marchés publics. Le montant estimé s'élève à 103.000,00 € hors TVA ou 124.630,00 €, 21% 
TVA comprise. 
Article 2 : De passer le marché par la procédure négociée sans publication préalable. 
Article 3 : De solliciter une subvention pour ce marché auprès de l'autorité subsidiante SPW 
MOBILITE ET INFRASTRUCTURES - DGO1, Boulevard du Nord 8 à 5000 NAMUR. 
Article 4 : De financer cette dépense par le crédit inscrit au service extraordinaire – projet 2019/34. 
 
66.  Commission  Locale  de  Développement  Rural  (CLDR)  -  démission  et  désignation  d'un 
remplaçant de M. Arnaud Demol.
 
 
Le Conseil,
 
Vu le décret du 11 avril 2014 relatif au développement rural; 
Vu l'arrêté du Gouvernement wallon du 12 juin 2014 portant exécution du décret du 11 avril 2014 relatif au 
développement rural et abrogeant l'arrêté de l'Exécutif régional wallon du 20 novembre 1991 portant 
exécution du décret du 6 juin 1991 relatif au développement rural; 
Vu sa décision du 21 janvier 2015 de mener une opération de développement rural sur l’ensemble du territoire 
de la commune et de solliciter l’aide de la Fondation Rurale de Wallonie, organisme d'accompagnement, pour 
la réalisation des différentes phases de l’opération; 
Vu le ROI de la CLDR en vigueur; 
Attendu que le 08 novembre 2018, le Gouvernement wallon a approuvé notre PCDR pour une durée de 10 
ans. 
Vu la décision du Conseil communal du 17 janvier 2019 de faire application de la clef d'Hondt pour 
la détermination des représentants communaux lorsque d'autres règles ne sont pas d'application; 
Vu la démission de Monsieur Arnaud Demol de son mandat de conseiller communal ; 
Attendu qu’il y a lieu de désigner son remplaçant en qualité de membre effectif (du quart communal) 
au sein de la Commission Locale de Développement Rural (CLDR) que celui-ci doit être proposé par 
le groupe Union; 
Vu la candidature de Monsieur Alain Zegers; 
 
décide, à l'unanimité, 
de désigner Monsieur Alain Zegers pour remplacer M. Arnaud Demol, démissionnaire, en tant que 
membre effectif de la Commission Locale de Développement Rural (CLDR). 
 
67.  Intercommunale  Innovation  en  Brabant  wallon  (In  BW)  -  désignation  d'un  nouveau 
représentant  communal  auprès  de  l’Assemblée  Générale  en  remplacement  de  Monsieur 
Arnaud Demol.
 

 
Le Conseil,
 
Vu l’article L112234, §2 du CDLD qui dispose que « Le conseil communal nomme les membres de 
toutes les commissions qui concernent l’administration de la commune ainsi que les représentants du 
conseil communal dans les intercommunales et dans les autres personnes morales dont la commune 
est membre. Il peut retirer ces mandats. » ; 
Vu l’article L1523-11 du CDLD qui dispose que «Les délégués des communes associées à 
l'assemblée générale sont désignés par le conseil communal de chaque commune parmi les membres 
des conseils et collèges communaux, proportionnellement à la composition dudit conseil. Le nombre 
de délégués de chaque commune est fixé à cinq parmi lesquels au moins trois représentent la 
majorité du conseil communal
.» ; 
Vu la décision du Conseil communal du 17 janvier 2019 de faire application de la clef d'Hondt pour 
la détermination des représentants communaux lorsque d'autres règles ne sont pas d'application; 
Vu la démission de Monsieur Arnaud Demol de son mandat de conseiller communal ; 
Attendu qu’il y a lieu de désigner son remplaçant au sein de l'AG de l'In BW et que celui-ci doit être 
proposé par le groupe Union; 
Vu la candidature de Madame Nathalie Baeyens; 
 
décide, à l'unanimité, 
de désigner Madame Nathalie Baeyens pour représenter la commune de Rebecq au sein de 
l'Assemblée Générale de l'Intercommunale Innovation en Brabant wallon (In BW), en remplacement 
de M. Arnaud Demol, démissionnaire. 
 
68. Ordonnance de police - Instauration d'un périmètre d'exclusion lors des matchs de football. 
 
Le Conseil,
 
Vu la nouvelle loi communale et plus particulièrement les articles 119, 119 bis et 135§2; 
Vu la loi du 21 décembre 1998 relative à la sécurité lors des matchs de football; 
Considérant l'organisation de compétitions de football au Stade André Cheron de Rebecq; que ces 
compétitions entraîneront la présence d'un grand nombre de supporters dans les rues de la 
Commune;  
Considérant l'éventualité que lors de ces matchs, des personnes faisant l'objet d'une interdiction 
administrative de pénétrer dans le stade conformément à la loi du 21 décembre 198 relative à la 
sécurité lors des matchs de football, ou d'une autre interdiction ordonnée par l'autorité judiciaire ou 
par le club lui-même soient présentes dans les environs immédiats du stade et prennent part à des 
rixes avant ou après la rencontre; 
Considérant qu'à ces occasions, les troubles de la sécurité et de la tranquillité sont réels; qu'il est 
indispensable de prévenir et de remédier à ces troubles; 
Considérant qu'établir un périmètre d'exclusion vis-à-vis de ces interdits de stade est une mesure de 
prévention à la fois justifiée par des antécédents et proportionnée à l'objectif de faire jouir les 
habitants des avantages d'une bonne police, notamment de la propreté, de la salubrité, de la sûreté et 
de la tranquillité publiques; 
 
décide, par 20 oui (D.Legasse, P.Venturelli, J-P Denimal, J-L.Wouters, M-T.Dehantschutter, 
E.Regibo, P.Ophals, G.Hemerijckx, J.Fulco, A.Zegers, N.Baeyens, S.Keymolen, H.Meersschaut, 
P.Jespers, Ph.Hauters, M.Tondeur, L.Jadin, A.Dipaola, S.Masy, Ch.Mahy), 
d'adopter l'ordonnance de police suivante: 
Article 1 : Sans préjudice de l'article 24 de la loi du 21 décembre 1998 relative à la sécurité lors des 
matchs de football, la présence de personnes faisant l'objet d'une interdiction de stade, qu'elle soit de 
nature administrative, judiciaire ou civile est strictement interdite dans le périmètre dénommé 
"périmètre d'exclusion" défini à l'article 2, cinq heures avant, pendant et cinq heures après chaque 
match de football pour la saison 2019-2020 et les suivantes. 
Article 2 : Le périmètre d'exclusion est compris entre inclus rue Trieu du Bois - rue Zaman - Drève 
Léeon Jacques - rue Urban - rue de Rebecq - Sentier de Rebecq - rue du Pont - Sentier des Chevaux - 

Cité des Carrières - Avenue Floréal - Chaussée de la Genette - Sentier de la Genette - Chemin Marais 
à la Bouloire - Chemin Marais Bourleau - Sentier de la Houillère - Sentier Tout Blanc Sentier 
Delaunoy - Venelle du Père Damien - rue Robifosse - Sentier Cliquet - Avenue Emile Geerts - Ruelle 
du Gobard - Avenue Behault - rue de la Cure - Grand Place - et ce, conformément au plan repris en 
annexe de la présente ordonnance. 
Article 3 : Les infractions à la présente ordonnance seront punies de sanctions administratives 
conformément aux articles 119 bis de la nouvelle loi communale. 
Article 4 : Le Chef de Corps de la Zone de police Ouest Brabant Wallon est chargé de veiller  à la 
bonne exécution de la présente ordonnance. 
Article 5 : La présente ordonnance entre en vigueur le jour de sa publication. 
 
Questions d'actualité: 
  Monsieur Jadin a fait parvenir la question suivante: "A l'heure actuelle, le ruisseau de la 
rue Basse reçoit toutes les eaux usées non épurées de la place de Wisbecq, de la route de 
Bierghes et du quartier du château d'eau rue Sainte Renelde (voir extrait du plan 
d'assainissement de la SPGE en annexe). De par cette situation, la commune de Rebecq est 
en infraction depuis plusieurs années. Pourquoi alors dans les dernières propositions de la 
CLDR faire passer en premières priorités la réhabilitation des moulins d'Arenberg et de sa 
roue (projets 1.08 et 1.09) par rapport à la valorisation du cœur de Wisbecq (projet 1.03) 
qui devrait comprendre également l'épuration des eaux? A t’on connaissance de l’état des 
égouts de cette agglomération ?
". La Bourgmestre répond qu'une partie des maisons citées 
sont égouttées et une partie sont en épuration individuelle. Ce n'est pas la commune qui est 
en infraction en cas de non raccordement mais bien le riverain qui a l'obligation soit de se 
raccorder, soit de placer une unité d'épuration individuelle. Concernant la priorisation des 
travaux, ceux-ci sont repris dans la plan PIC mais le projet n'étant pas encore prêt pour sa 
partie égouttage, le dossier a été reporté afin de conserver le lien entre les deux projets 
(égouttage et réfection de la place). 
  Monsieur Jadin a également fait parvenir la question suivante: "Des travaux sont entrepris 
sur ce ruisseau dans la rue Basse. Il s’agit de travaux relativement lourds de terrassement 
et de stabilisation de la berge au moyen de blocs de pierre. En quoi ces travaux se 
justifient-ils, sur ce cours d’eau relevant de S.P.G.E. Quelles peuvent en être les 
conséquences néfastes pour la riche biodiversité reconnue de cette zone ? Qui en est le 
maitre d’œuvre et tous les permis nécessaires à sa réalisation, ont-ils étés obtenus ?
". La 
Bourgmestre répond que le gestionnaire de ce cours d'eau est la Province. C'est elle qui a 
programmé les travaux afin d'éviter des effondrements de voirie. Le travail consiste en 
placement de gabions qui seront ensuite recouverts de terre, ce qui permettra à la végétation 
de reprendre ses droits. Les gabions constituent également des biotopes permettant à la 
faune de s'abriter. 
  Monsieur Hauters a fait parvenir la question suivante: "Le dernier « Rebecq à la Une » 
consacre un article au nouveau système de collecte des déchets, avec notamment l’arrivée 
du sac vert, réservé aux déchets organiques, à partir de janvier 2020. Aucune info quant à 
son coût éventuel ne figurant dans l’information, pouvons-nous en conclure la gratuité de 
ce sac  vert ? De plus, quand et où sera-t-il disponible ?Plus globalement, ce nouveau 
système de collecte de déchets génèrera-t-il un nouveau tarif de taxation du traitement des 
déchets ? Merci de vos précisions.
". La bourgmestre répond que le tri et la collecte de ce 
type de déchets seront obligatoires en 2024. InBW a proposé que le sac soit facturé 0,50€. 
La commune a accepté cette proposition afin d'assurer une harmonisation entre communes 
voisines. Le reste des coûts rentrera quant à lui dans le mécanisme du coût-vérité. 
  Madame Keymolen a fait parvenir la question suivante: "La commune va se doter de 
nouveaux outils de communication (twitter, facebook, revue de presse digitale,...) pouvez-
vous nous savoir quand et comment ceux-ci seront mis en oeuvre et avec quelle 
méthodologie de travail (fréquence, type d'infos, partages,...).
". La Bourgmestre répond 
qu'à ce stade, le collège a donné une simple orientation et que le dossier est, sur cette base, 

à l'instruction auprès des services communaux; les détails et les modalités pratiques seront 
donc fixés plus tard. 
 
SEANCE A HUIS CLOS : 
 
 
Clôture de la séance : 22:34. 
 
Le Directeur général 
La Bourgmestre 
 
 
 
 
 
Michaël CIVILIO 
Patricia VENTURELLI