Ceci est une version HTML d'une pièce jointe à la demande d'accès à l'information 'Publications des prochains conseils communaux et notes explicatives'.

CONSEIL COMMUNAL DU 25 OCTOBRE
2021
Ordre du jour
La séance est prévue à 18 h30.
ORDRE DU JOUR
SÉANCE PUBLIQUE
1.
Administration générale - Approuve le procès-verbal de la séance antérieure
2.
Action sociale - Plan de Cohésion Sociale - Modification des représentants à la Commission du 
PCS
3.
Enseignement fondamental - Engagement ferme et définitif de coopération avec un Pôle 
territorial
4.
Enseignement primaire - Règlement numérique des écoles communales
5.
Enseignement primaire - Désignations d'intérimaires - Communication
6.
Enseignement primaire - Religion orthodoxe - Réaffectation temporaire - Communication
7.
Enseignement maternel - Mise en disponibilité pour cause de maladie d'une institutrice 
maternel e - Communication
8.
Enseignement maternel - Mise en disponibilité pour cause de maladie d'une institutrice 
maternel e - Communication
9.
Enseignement primaire - Mise en disponibilité par défaut d'emploi d'un maître de religion 
protestante - Communication
10.
Enseignement maternel - Désignations d'intérimaires - Communication
11.
Environnement - Subside prévention des déchets - AGW concernant la démarche « Zéro Déchet
» - Adhésion 2022
12.
Environnement - Gestion des déchets issus de l’activité usuel e des ménages et couverture des 
frais y afférents - Taux de couverture, distribution de sacs payants et délégation à 
l’intercommunale TIBI pour 2022
13.
Finances - Fixation de la dotation 2021 à la Zone de Police de Mariemont
14.
Finances - Convention spécifique de mise à disposition de locaux de la cafétéria de l'Hôtel de 
Vil e à l’A.S.B.L. Sport et Délassement le vendredi 22 octobre 2021
15.
Finances - Budget 2022 de la Fabrique d’église Saint Godard
16.
Finances - Budget 2022 de la Fabrique d’église Saint Germain
17.
Directeur Financier - Procès-verbal de vérification de l'encaisse du Directeur financier pour le 
deuxième trimestre 2021 - Communication
18.
Directeur Financier - Modification budgétaire n°2 de l'exercice 2021 - Service ordinaire et 
extraordinaire
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
1

19.
Marchés Publics - Marché de travaux - Travaux techniques aux Églises Saint-Germain et Saint-
Jean-Baptiste – Approbation des conditions, du mode de passation et du mode de financement 
20.
Marchés Publics - Marché de travaux - Entretien de voiries 2021 – Approbation des conditions, 
du mode de passation et du mode de financement 
21.
Marchés Publics - Marché de travaux - Rénovation des sanitaires à l’école du Centre – 
Approbation des conditions, du mode de passation et du mode de financement 
22.
Marchés Publics - Marché de travaux - Rénovation des murs de l'enceinte du vieux cimetière de 
Chapel e – Approbation des conditions, du mode de passation et du mode de financement 
23.
Marchés Publics - Marché de services - Financement des dépenses extraordinaires par 
emprunts – Exercice 2021 - Approbation des conditions, du mode de passation et du mode de 
financement
24.
Marchés Publics - Marché de fournitures - Acquisition d'une camionnette pour le service travaux 
– Approbation des conditions, du mode de passation et du mode de financement 
25.
Marchés Publics - Marchés Publics - Biens communaux – Construction d’une école QZEN au 
sein du futur écoquartier de la rue des Ateliers à Chapel e-lez-Herlaimont – Achat d’un terrain sis
à Chapel e-lez-Herlaimont, rue des Ateliers, cadastré Lot 2 Pie du n°3R3, d'une contenance de 
1ha 6a 43 ca, appartenant à La Ruche Chapel oise S.C.R.L., pour des raisons d’intérêt général 
26.
Personnel Communal - Autorisation d’exercer une activité professionnel e à titre complémentaire
27.
Personnel Communal - Autorisation d’exercer une activité professionnel e à titre complémentaire
28.
Personnel Communal - Octroi de l'al ocation de fin d'année pour l'année 2021
29.
Personnel Communal - Cadre du personnel communal - Modification
30.
Personnel Communal - Directeur général adjoint - Déclaration de vacance du poste
31.
Personnel Communal - Cession de points APE entre l'Administration communale et le Centre 
Public d'Action Sociale
32.
Taxes - Règlement-taxe sur l'enlèvement et le traitement des déchets ménagers
33.
Taxes - Règlement-taxe sur les prestations d'hygiène publique
Points en séance publique
 
ADMINISTRATION GÉNÉRALE
1.    A
  pprouve le procès-verbal de la séance antérieure  
Le Conseil communal approuve le procès-verbal de la séance antérieure.
Projet de décision :
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation, notamment ses articles L1122-16, 
L1122-30 et L1124-4 ;
Vu le procès-verbal de la séance du Conseil communal du 20 septembre 2021 ;
Considérant qu’il y a lieu d’approuver ledit procès-verbal ;
Par ... voix pour, ... voix contre et ... abstention, DECIDE :
Article unique : d’approuver le procès-verbal de la séance du Conseil communal du 20 septembre 
2021.
 
ACTION SOCIALE
2.    P
  lan de Cohésion Sociale - Modification des représentants à la Commission du PCS  
Vu le décret du 6 novembre 2008 relatif au Plan de Cohésion Sociale (P.C.S.) dans les villes et 
communes de Wal onie ;
Vu le décret du 22 novembre 2018 relatif au P.C.S. pour ce qui concerne les matières dont l'exercice a
été transféré de la Communauté française ;
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
2

Vu la délibération du Conseil communal du 29 avril 2019 relative à la désignation des représentants 
de la Commission P.C.S ;
Vu la délibération du Conseil communal du 25 janvier 2021 relative à la désignation de Mademoisel e 
Zoë STREBELLE comme représentant de chaque groupe politique, respectant les principes 
démocratiques énoncés notamment par la Convention de sauvegarde des droits de l'homme et des 
libertés fondamentales, par la loi du 30 juil et 1981 tendant à réprimer certains actes inspirés par le 
racisme et la xénophobie et par la loi du 23 mars 1995 tendant à réprimer la négation, la minimisation,
la justification ou l'approbation du génocide commis par le régime national-socialiste pendant la 
seconde guerre mondiale ou toute autre forme de génocide, ainsi que les droits et libertés garantis par
la Constitution, non représenté dans le pacte de majorité, qui est invité à titre d'observateur ;
Vu la délibération du Conseil communal du 29 mars 2021 relative à l'instal ation 
de Monsieur Albert STREBELLE en qualité de Conseil er communal, suite à la démission de 
Mademoisel e Zoë STREBELLE ;
Vu la délibération du Conseil de l'Action Sociale du C.P.A.S du 28 avril 2021 relative au remplacement
de Monsieur Rodolfo CHERCHI par Madame Isabel a GALLI ;
Projet de décision :
Vu le décret du 6 novembre 2008 relatif au Plan de Cohésion Sociale (P.C.S.) dans les vil es et 
communes de Wal onie  ;
Vu le décret du 22 novembre 2018 relatif au P.C.S. pour ce qui concerne les matières dont l'exercice a
été transféré de la Communauté française ;
Vu la délibération du Conseil communal du 29 avril 2019 relative à la désignation des représentants 
de la Commission P.C.S ;
Vu la délibération du Conseil communal du 25 janvier 2021 relative à la désignation de 
Mademoisel e Zoë STREBELLE comme  représentant de chaque groupe politique, respectant les 
principes démocratiques énoncés notamment par la Convention de sauvegarde des droits de l'homme
et des libertés fondamentales, par la loi du 30 juil et 1981 tendant à réprimer certains actes inspirés 
par le racisme et la xénophobie et par la loi du 23 mars 1995 tendant à réprimer la négation, la 
minimisation, la justification ou l'approbation du génocide commis par le régime national-socialiste 
pendant la seconde guerre mondiale ou toute autre forme de génocide, ainsi que les droits et libertés 
garantis par la Constitution, non représenté dans le pacte de majorité, qui est invité à titre 
d'observateur ;
Vu la délibération du Conseil communal du 29 mars 2021 relative à l'instal ation 
de Monsieur Albert STREBELLE en qualité de Conseil er communal, suite à la démission de 
Mademoisel e Zoë STREBELLE ;
Vu la délibération du Conseil de l'Action Sociale du C.P.A.S du 28 avril 2021 relative au remplacement
de Monsieur Rodolfo CHERCHI par Madame Isabel a GALLI ;
Sur proposition du Col ège communal du 12 octobre 2021 ;
Par ... voix pour, ... voix conte et ... abstention, DECIDE :
Article unique : de valider la désignation de Monsieur Albert STREBELLE comme observateur et 
Madame Isabel e GALLI comme représentant de la Commission du P.C.S.
 
ENSEIGNEMENT
3.    E
  nseignement fondamental - Engagement ferme et définitif de coopération avec un Pôle territorial  
Dès  septembre   2022,   toutes  les  écoles  d'enseignement   ordinaire   devront   coopérer   avec  un  Pôle
territorial   dont   la   mission   prioritaire   sera   d'apporter   un   appui   aux   équipes   des   écoles   de
l'enseignement ordinaire :

en proposant des personnes-ressources pour les équipes éducatives en matière de prise
en charge des besoins spécifiques et de la mise en place d'aménagements raisonnables ;

en   assurant   des   périodes   d'accompagnement   des   élèves   à   besoins   spécifiques,   en   ce
compris dans le cadre des intégrations ;

en proposant du matériel pédagogique spécifique et en aidant à leur mise en place ;

en aidant à l'apprentissage d'outils informatiques, à la maîtrise de logiciels spécifiques.
 
Pour une commune l'adhésion à un pôle territorial officiel, c'est la garantie :

d'un Pôle territorial fort pour l'enseignement officiel ; 

du respect des valeurs fondatrices de l'enseignement officiel ;
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
3


d'une   expertise   en   matière   de   prise   en   charge   d'élèves   à   besoins   spécifiques   dans
l'enseignement ordinaire fondamental et secondaire (intégration + projets pilotes) ;

de mises à disposition d'outils et de formations relatifs aux aménagements raisonnables
(déjà testés dans le projet pilote actuel ement en cours) ;

du respect de l'obligation de neutralité et du partage de valeurs communes ;

 du respect des valeurs fondatrices de l’enseignement officiel ;

une articulation plus naturel e et harmonieuse avec les CPMS, nécessairement de l’officiel, 
avec lesquels votre pouvoir organisateur est déjà en convention ;

une philosophie de service public, en symbiose avec le fonctionnement d’une Administration
communale, basée sur des principes démocratiques ;

une meil eure connaissance des partenaires, déjà habitués à travail er ensemble dans 
d’autres instances.
Le décret n'est pas encore voté mais il est important de confirmer l'intention de partenariat de la
Commune de Chapel e-lez-Herlaimont.
Explications de L'Échevin de l'Enseignement en séance.
Projet de décision :
Vu l'article 67 du décret du 24 juil et 1997 définissant les missions prioritaires de l'enseignement 
fondamental et de l'enseignement secondaire et organisant les structures propres à les atteindre tel 
que modifié par le décret adopté par le Parlement de la Communauté française le 12 septembre 
2018 ;
Vu les articles L1122-17, L1122-19, L1122-21, L1122-26, L1122-27 et L1122-30 du Code de la 
Démocratie Locale et de la Décentralisation ;
Vu le décret du 17-06-2021 en application de l'article 6.2.2-1, alinéa 2 portant sur la création des Pôles
territoriaux chargés de soutenir les écoles de l'enseignement ordinaire dans la mise en oeuvre des 
aménagements raisonnables et de l'intégration permanente totale demandant à chaque pouvoir 
organisateur d'une école d'enseignement ordinaire de conclure une convention de coopération avec le
pouvoir organisateur d'un pôle territorial créé ou en cours de création situé dans la même zone ;
Vu la circulaire 7609 - Phase transitoire relative à la mise en œuvre des pôles territoriaux – Appel à 
projets attribuant des périodes complémentaires durant l’année scolaire 2020-2021 Appel à projets 
attribuant des périodes complémentaires pour soutenir les pédagogies adaptées organisées dans 
l’enseignement spécialisé durant l’année scolaire 2020-2021 ;
Vu la circulaire 7873 du 11 décembre 2020 ;
Vu la circulaire 8111 Information sur les principes des « pôles territoriaux » et modalités d’introduction 
des dossiers de candidature pour l’obtention d’un poste de coordonnateur ;
Vu la circulaire 8229 d'organisation générale relative aux pôles territoriaux et au dispositif de 
l'intégration ;
Considérant   qu'à   la   mise   en   place   des   pôles   territoriaux   qui   interviendra   à   partir   de   la   rentrée
2022 toutes les écoles  d'enseignement   ordinaire  devront   coopérer avec  un  Pôle   territorial  dont   la
mission prioritaire sera d'apporter un appui aux équipes des écoles de l'enseignement ordinaire :

en proposant des personnes-ressources pour les équipes éducatives en matière de prise
en charge des besoins spécifiques et de la mise en place d'aménagements raisonnables ;

en   assurant   des   périodes   d'accompagnement   des   élèves   à   besoins   spécifiques,   en   ce
compris dans le cadre des intégrations ;

en proposant du matériel pédagogique spécifique et en aidant à leur mise en place ;

en aidant à l'apprentissage d'outils informatiques, à la maîtrise de logiciels spécifiques ;
Considérant que coopérer avec un pôle territorial officiel, c'est la garantie :

d'un Pôle territorial fort pour l'enseignement officiel ;

du respect des valeurs fondatrices de l'enseignement officiel ;

d'une   expertise   en   matière   de   prise   en   charge   d'élèves   à   besoins   spécifiques   dans
l'enseignement ordinaire fondamental et secondaire (intégration + projets pilotes) ;

de mises à disposition d'outils et de formations relatifs aux aménagements raisonnables
(déjà testés dans le projet pilote actuel ement en cours) ;

du respect de l'obligation de neutralité et du partage de valeurs communes ;

du respect des valeurs fondatrices de l’enseignement officiel ;

une articulation plus naturel e et harmonieuse avec les CPMS, nécessairement de l’officiel, 
avec lesquels votre pouvoir organisateur est déjà en convention ;

une philosophie de service public, en symbiose avec le fonctionnement d’une Administration
communale, basée sur des principes démocratiques ;
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
4


une meil eure connaissance des partenaires, déjà habitués à travail er ensemble dans 
d’autres instances.
Considérant que les dossiers de candidature des écoles sièges doivent être introduits pour le vendredi
15 octobre 2021 au plus tard et que ce dossier reprendra entre autre l'élément suivant : l’engagement 
ferme des pouvoirs organisateurs des écoles d’enseignement ordinaire à conclure la convention de 
coopération ;
Considérant l'accord de principe à établir une convention de coopération avec la Province en 
s'appuyant sur l'IMP R. Thône, situé à La Louvière pour qu'il devienne l'établissement d'enseignement
spécialisé de référence avec lequel une col aboration devrait être établie dans le cadre de la mise en 
œuvre du Pôle territorial de la zone 9 décidé par le Col ège communal du 18 mai 2021 ;
Sur proposition du Col ège communal du 12 octobre 2021 ;
Par ... voix pour, ... voix contre et ... abstention, DECIDE :
Article unique  : de valider l'engagement ferme et définitif à établir une convention de coopération
avec   la   Province   en   s'appuyant   sur   l'IMP   R.   Thône,   situé   à   La   Louvière   pour   qu'il   devienne
l'établissement   d'enseignement   spécialisé   de   référence   avec   lequel   une   col aboration   devrait   être
établie dans le cadre de la mise en œuvre du Pôle territorial de la zone 9.
4.    E
  nseignement primaire - Règlement numérique des écoles communales  
Règlement numérique des écoles communales concernant les usages autorisés, imposés et interdits 
dans le cadre de l’utilisation du matériel informatique mis à disposition des enfants par nos écoles 
communales.
Celui-ci vient en complément du règlement d’ordre intérieur.
Projet de décision :
Vu le règlement numérique des écoles communales concernant les usages autorisés, imposés et 
interdits dans le cadre de l’utilisation du matériel informatique mis à disposition des enfants par nos 
écoles communales ;
Considérant que le règlement numérique présenté à la COPALOC et au Conseil de Participation le 18 
octobre 2021 :
Considérant que le règlement numérique vient en complément du règlement d'ordre intérieur des 
écoles communales ;
Sur proposition du Col ège communal du 12 octobre 2021 ;
Par ... voix pour, ... voix contre et ...abstention, DECIDE :
Article unique : de valider le règlement numérique.
5.    E
  nseignement primaire - Désignations d'intérimaires - Communication  
Vu les désignations opérées par le Col ège communal suite à des vacances d'emplois, il y a lieu de 
communiquer ces délibérations.
Projet de décision :
Vu la législation sur l'enseignement primaire et maternel ;
Vu les articles L1122-17, L1122-19, L1122-21, L1122-26, L1122-27 et L1122-30 du Code de la 
Démocratie Locale et de la Décentralisation ;
Vu les délibérations du Col ège communal et portant désignations de membres du personnel 
enseignant ;
Le Conseil communal, PREND CONNAISSANCE :
A
  rticle  1
  er  : des délibérations du Col ège communal suivantes :
 
Date
Intérimaire
Titulaire remplacé
20/09/2021
LEPAPE Eglantine
POSTIAUX Françoise
01/10/2021
DE NEUNHEUSER Nathalie (18P)
BASILE Jean-Pol
DECAMPS Stéphanie (interruption de
01/10/2021
DUPRY Jordan (4P)
carrière à 1/5ème temps)
11 périodes de religion islamique 
01/10/2021
NAJJAR Fouzia
vacantes
01/10/2021
* DECLERCQ Isabel e (24P définitives)
42 périodes d'EPC vacantes
* DELLEAUX Mélissa (12P définitives 
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
5

rempl.par Camille COLLET)
* COLLET Camil e (6P)
* SCHETTER Gil es (10P dont 8P rempl. 
par RUIZ-RUIZ Laura et 2P rempl.par 
DUPRY Jordan)
01/10/2021
15 périodes SEE vacantes
* CAMERIERE Amélie (15P dont 4P 
rempl.par RUIZ-RUIZ Laura + 1P rempl.par 
CARRIERO Alessandra)
* HONOREZ Mélissa (18P)
01/10/2021
31 périodes COVID vacantes
* CARRIERO Alessandra (13P)
2 périodes vacantes en primaire (1P 
01/10/2021
DUPRY Jordan
d'encadrement différencié + 1P 
reliquat)
* KOZIOL Mathilde (20 périodes dont 6P en
rempl. de BASILE Jean-Pol)
* CARRIERO Alessandra (1P)
01/10/2021
41P FLA vacantes
* DUMONT Camil e (11 périodes dont 6P 
rempl.par DUPRY Jordan)
* DAUNE Dorothée (9P)
05/10/2021
FRAGAPANE Vanessa
CWIKLINSKI Tatiana
 
A
  rt  2
   : que les intéressés sont rémunérés à charge complète de la Fédération Wal onie-Bruxel es.
6.    E
  nseignement primaire - Religion orthodoxe - Réaffectation temporaire - Communication  
Réaffectation temporaire de Madame Niki GOULIOS en tant que maîtresse de religion orthodoxe à 
raison d'une période par semaine.
Projet de décision :
Vu le décret du 6 juin 1994 fixant le statut des membres du personnel subsidié de l’enseignement 
officiel subventionné tel que modifié à ce jour ;
Vu la législation sur l’enseignement primaire et maternel et les articles L1122-17, L1122-19, L1122-21, 
L1122-26, L1122-27 et L1122-30 du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation ;
Vu le décret du 10 mars 2006 fixant le statut applicable aux maîtres de religion subsidiés de 
l'enseignement officiel subventionné ;
Vu l’arrêté du Gouvernement de la Fédération Wal onie-Bruxel es du 28 août 1995, tel que modifié à 
ce jour, réglementant la mise en disponibilité par défaut d’emploi, la réaffectation et l’octroi d’une 
subvention-traitement d’attente dans l’enseignement préscolaire et primaire subventionné, ordinaire et
spécial ;
Vu la circulaire n°5822 du 20 juillet 2016 relative à l'encadrement des cours de religion ;
Considérant que Madame Niki GOULIOS est nommée définitivement en qualité de maîtresse de 
religion orthodoxe, à raison d'une période/semaine depuis le 1er avril 2018 ;
Considérant la mise en disponibilité par défaut d'emploi de Madame GOULIOS pour une période par 
semaine à partir du 1er octobre 2018 ;
Considérant la création d'un cours de religion orthodoxe à l'école de Godarvil e à partir du 1er 
septembre 2021 ;
Considérant que Madame Irène SAMPSAKOS qui est nommée et qui a la plus grande ancienneté 
n'accepte pas cette période car el e preste déjà dans plusieurs écoles et qu'il est impossible d'établir 
un horaire ;
Considérant qu'il convient de réaffecter Madame Niki GOULIOS à raison d'une période par semaine ;
Sur proposition du Col ège communal du 14 septembre 2021 ;
Le Conseil communal, PREND CONNAISSANCE :
Article 1er : de la réaffectation, pour une période de religion orthodoxe à partir du 15 septembre 
2021, Madame N
  iki  G
  OULIOS ,  maîtresse de religion orthodoxe, E/C, nommée à titre définitif à raison 
d'une période par semaine.
Art 2 : qu'une copie de la présente est adressée à l'Administration générale des personnels de 
l'enseignement - direction provinciale du Hainaut de l'enseignement fondamental subventionné.
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
6

7.     Enseignement maternel - Mise en disponibilité pour cause de maladie d'une institutrice maternelle -
C

  ommunication   
Mise en disponibilité d'une institutrice maternel e pour cause de maladie du 17 juin 2021 au 20 juin 
2021.
Projet de décision :
Vu le décret du 6 juin 1994, et plus particulièrement l’article 57 dans ce cas d’espèce, fixant le statut 
des membres du personnel subsidié de l’enseignement officiel subventionné, tel que modifié à ce 
jour ;
Vu le décret du 5 juil et 2000 fixant le régime des congés et de disponibilité pour maladie et infirmité 
de certains membres du personnel de l’enseignement ;
Vu l'arrêté du Gouvernement wal on de pouvoirs spéciaux n°5 relatif à l'exercice des compétences 
attribuées au Conseil communal par l'article L1122-30 du Code de la Démocratie Locale et de la 
Décentralisation par le Col ège communal ;
Vu les articles L1122-17, L1122-19, L1122-21, L1122-26, L1122-27 et L1122-30 du Code de la 
Démocratie Locale et de la Décentralisation ;
Vu les dispositions de l’article 12 de ce même décret indiquant que Mme Carine CORBISIER se 
trouve de plein droit, en disponibilité pour cause de maladie du 17 juin au 20 juin 2021 ;
Considérant la note du bureau des traitements (réf. : DGPES/Gestion Maladie/PL) reçue le 8 
septembre 2021 précisant que Madame Carine CORBISIER, institutrice maternel e à 7160 Chapel e-
lez-Herlaimont, a atteint le 16 juin 2021, la durée maximale des jours ouvrables de congé pour cause 
de maladie auxquels el e peut prétendre en vertu des dispositions des articles 7 à 9 du décret du 05 
juil et 2000 fixant le régime des congés et de disponibilité pour maladie et infirmité de certains 
membres du personnel ;
Considérant que l'agent doit être placé par le pouvoir organisateur en disponibilité suivant la 
législation en vigueur ;
Sur proposition du Col ège communal du 20 septembre 2021 ;
Le Conseil communal, PREND CONNAISSANCE :
Article 1er : de la mise en disponibilité, de plein droit, de Madame C
  arine  C
  ORBISIER , institutrice 
maternel e, E/C, pour cause de maladie du 17 juin 2021 jusqu'au 20 juin 2021.
Art 2 : qu'une copie de la présente sera adressée à l'Administration générale des personnels de 
l'enseignement - direction provinciale du Hainaut de l'enseignement fondamental subventionné.
8.     Enseignement maternel - Mise en disponibilité pour cause de maladie d'une institutrice maternelle -
C

  ommunication   
Mise en disponibilité d'une institutrice maternel e pour cause de maladie le 14 juin 2021.
Projet de décision :
Vu le décret du 6 juin 1994, et plus particulièrement l’article 57 dans ce cas d’espèce, fixant le statut 
des membres du personnel subsidié de l’enseignement officiel subventionné, tel que modifié à ce 
jour ;
Vu le décret du 5 juil et 2000 fixant le régime des congés et de disponibilité pour maladie et infirmité 
de certains membres du personnel de l’enseignement ;
Vu l'arrêté du Gouvernement wal on de pouvoirs spéciaux n°5 relatif à l'exercice des compétences 
attribuées au Conseil communal par l'article L1122-30 du Code de la Démocratie Locale et de la 
Décentralisation par le Col ège communal ;
Vu les articles L1122-17, L1122-19, L1122-21, L1122-26, L1122-27 et L1122-30 du Code de la 
Démocratie Locale et de la Décentralisation ;
Vu les dispositions de l’article 12 de ce même décret indiquant que Ml e Catherine JACOBEUS se 
trouve de plein droit, en disponibilité pour cause de maladie le 14 juin 2021 ;
Considérant la note du bureau des traitements (réf. : DGPES/Gestion Maladie/PL) reçue le 8 
septembre 2021 précisant que Mademoisel e Catherine JACOBEUS, institutrice maternel e à 7160 
Chapel e-lez-Herlaimont, a atteint le 2 février 2021, la durée maximale des jours ouvrables de congé 
pour cause de maladie auxquels el e peut prétendre en vertu des dispositions des articles 7 à 9 du 
décret du 05 juil et 2000 fixant le régime des congés et de disponibilité pour maladie et infirmité de 
certains membres du personnel. L'intéressée se trouve donc de plein droit sur base des dispositions 
de l'article 12 de ce même décret en disponibilité pour cause de maladie, le 14 juin 2021 ;
Considérant que l'agent doit être placé par le pouvoir organisateur en disponibilité suivant la 
législation en vigueur ;
Sur proposition du Col ège communal du 20 septembre 2021 ;
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
7

Le Conseil communal, PREND CONNAISSANCE :
Article 1er : de la mise en disponibilité, de plein droit, de Madame C
  atherine  J
  ACOBEUS , institutrice 
maternel e, E/C, pour cause de maladie le 14 juin 2021.
Art 2 : qu'une copie de la présente est adressée à l'Administration générale des personnels de 
l'enseignement - direction provinciale du Hainaut de l'enseignement fondamental subventionné.
9.    Enseignement primaire - Mise en disponibilité par défaut d'emploi d'un maître de religion protestante -
C

  ommunication   
Suite aux départs d'enfants en religion protestante à l'école du Centre, il y a lieu de placer Monsieur 
Marc D'HAEYER en disponibilité par défaut partiel d'emploi à raison de deux périodes 
supplémentaires par semaine.
Projet de décision :
Vu le décret du 6 juin 1994 fixant le statut des membres du personnel subsidié de l’enseignement 
officiel subventionné tel que modifié à ce jour ;
Vu le décret du 10 mars 2006 fixant le statut applicable aux maîtres de religion subsidiés de 
l'enseignement officiel subventionné ;
Vu les articles L 1122-17, L 1122-19, L 1122-21, L 1122-26, L 1122-27 et L 1122-30 du Code de la 
Démocratie Locale et de la Décentralisation ;
Vu l’arrêté du Gouvernement de la Fédération Wal onie-Bruxel es du 28 août 1995, tel que modifié à 
ce jour, réglementant la mise en disponibilité par défaut d’emploi, la réaffectation et l’octroi d’une 
subvention-traitement d’attente dans l’enseignement préscolaire et primaire subventionné, ordinaire et
spécial ;
Vu la délégation du Conseil communal au Col ège communal, lors de la délibération prise le 3 
décembre 2018, de la compétence de désigner, sanctionner et licencier le personnel temporaire, 
contractuel, A.P.E ou autres statuts précaires ;
Considérant que Monsieur Marc D'HAEYER est nommé définitivement en qualité de maître de religion
protestante à raison de 11 périodes par semaine au sein de notre PO ;
Considérant que Monsieur D'HAEYER était déjà mis en disponibilité par défaut d'emploi à raison de 
quatre périodes par semaine ;
Considérant que le départ de plusieurs élèves à l'école du Centre entraîne la perte de deux périodes 
de religion protestante ;
Considérant qu'il y a lieu de mettre en disponibilité par défaut partiel d'emploi Monsieur Marc 
D'HAEYER à raison de deux périodes supplémentaires par semaine ;
Sur proposition du Col ège communal du 1er octobre 2021 ;
Le Conseil communal, PREND CONNAISSANCE :
Article 1er : de la mise en disponibilité par défaut partiel d'emploi à raison de deux périodes 
supplémentaires par semaine à partir du 1er octobre 2021, M
  onsieur  M
  arc  D
  'HAEYER , maître de 
religion protestante, E/C, nommé à titre définitif à raison de 11 périodes par semaine. Mr D'HAEYER 
preste donc, au 1er octobre 2021, cinq périodes de religion protestante pour les écoles communales 
de Chapel e-lez-Herlaimont. Monsieur D'HAEYER est donc mis en disponibilté par défaut d'emploi à 
raison de 6 périodes par semaine. L'intéressé bénéficie d'un traitement d'attente conformément aux 
dispositions réglementaires en la matière et est soumis à la réaffectation par la commission de gestion
des emplois pour les maîtres de religion de l'enseignement officiel subventionné.
Art 2 : qu'une copie de la présente est adressée à l'Administration générale des personnels de 
l'enseignement - direction provinciale du Hainaut de l'enseignement fondamental subventionné.
10.    E
  nseignement maternel - Désignations d'intérimaires - Communication  
Vu les désignations opérées par le Col ège communal suite à des vacances d'emplois, il y a lieu de 
communiquer ces délibérations.
Projet de décision :
Vu la législation sur l'enseignement primaire et maternel ;
Vu les articles L1122-17, L1122-19, L1122-21, L1122-26, L1122-27 et L1122-30 du Code de la 
Démocratie Locale et de la Décentralisation ;
Vu les délibérations du Col ège communal portant désignations de membres du personnel 
enseignant ;
Le Conseil communal, PREND CONNAISSANCE :
A
  rticle  1
  er  : des délibérations du Col ège communal suivantes :
 
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
8

Date
Intérimaire
Titulaire remplacé
03/09/2021
VAN SAN Déborah
DENIS Mariline
01/10/2021
HASSAINI Anissa
PEETERS Céline
01/10/2021
PIERQUIN Marie
DUBY Barbara
JACOBEUS Catherine (congé pr interr.carrière
01/10/2021
PILATE Alicia (6P)
à 1/4 temps)
01/10/2021
PARFONDRY Elodie
DECORTE Maryline
* PILATE Alicia (13P)
DELANNOY Isabel e (congé pour 
01/10/2021
* REUMONT Mélanie (13P)
convenances personnel es à temps plein)
* BAIOCCO Monique (26P)
53 périodes vacantes dont 1 d'encadrement 
01/10/2021
* GOSSELAIN Julie (26P)
différencié
* REUMONT Mélanie (1P ED)
* DUWELZ Amandine (4P)
01/10/2021
6 périodes de psychomotricité vacantes
* REUMONT Mélanie (2P)
01/10/2021
KOZIOL Mathilde
4 périodes FLA vacantes
05/10/2021
CAVALERI Maria-Luisa
CANTELLA Giuseppe
 
A
  rt  2
   : que les intéressées sont rémunérées à charge complète de la Fédération Wal onie-Bruxel es.
 
ENVIRONNEMENT
11.    S
  ubside prévention des déchets - AGW concernant la démarche « Zéro Déchet » - Adhésion 2022  
L'arrêté du Gouvernement wal on du 17 juil et 2008 relatif à l'octroi de subventions aux pouvoirs 
subordonnés en matière de prévention et de gestion des déchets prévoit un montant maximum de 
0,60 €/hab/an pour les campagnes de prévention des déchets ménagers, sans dépasser 60% des 
coûts des campagnes. Cet arrêté a été modifié par l'arrêté du Gouvernement wal on du 18 juil et 2019 
qui prévoit la possibilité d’octroi d’une subvention supplémentaire pour les communes en matière de 
prévention des déchets de 0,5 €/hab/an lorsque la commune applique la démarche « Zéro Déchet » et
notifie son intention à l'Administration.
Projet de décision :
Vu les articles L1122-17, L1122-26, L1122-27 et L1122-30 du Code de la Démocratie Locale et de la
Décentralisation ;
Considérant l'arrêté du Gouvernement wal on du 17 juil et 2008 relatif à l'octroi de subventions aux
pouvoirs subordonnés en matière de prévention et de gestion des déchets qui prévoit un montant
maximum de 0,60 €/hab/an pour les campagnes de prévention des déchets ménagers, sans dépasser
60% des coûts des campagnes ;
Considérant que la moitié de cette subvention a trait à des opérations mises en œuvre à l’échelon 
communal (0,30 €/hab/an) et l’autre moitié porte sur les coûts des campagnes organisées par les 
intercommunales en concertation avec la Wal onie (0,30 €/hab/an) ;
Considérant que cet arrêté a été modifié par l'arrêté du Gouvernement wal on du 18 juil et 2019 qui 
prévoit la possibilité d’octroi d’une subvention supplémentaire pour les communes en matière de 
prévention des déchets de 0,5 €/hab/an lorsque la commune applique la démarche « Zéro Déchet » et
notifie son intention à l'Administration au plus tard le 30 octobre de l'année précédant la réalisation 
des actions, sans dépasser 60% des coûts des campagnes ;
Considérant que le montant total de la subvention serait dès lors de 0,80 €/hab/an et que la délégation
à l'intercommunale reste possible ;
Considérant que les engagements à tenir pour bénéficier de cette subvention supplémentaire sont :
• Mettre en place un Comité d’accompagnement, composé des forces vives concernées de la 
Commune, chargé de remettre des avis sur les actions envisagées et leur évaluation ;
• Mettre en place un groupe de travail interne de type Eco-team au sein de la Commune ;
• Etablir un plan d’actions structuré assorti d’indicateurs ;
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
9

• Diffuser les actions de prévention définies au niveau régional ;
• Mettre à disposition de manière gratuite les bonnes pratiques développées au niveau de la 
Commune ;
Considérant que le dispositif prévoit 2 étapes :
1. Pour le 30 octobre 2021 : Envoi de la décision du Conseil communal adhérant à la démarche « 
Zéro Déchet » en 2022 ;
2. Pour le 31 mars 2022 : Envoi de la gril e de décision qui permet de préciser les mesures et actions 
que la Commune compte entreprendre en 2022 ;
3. Pour le 30 septembre 2023 :

Envoi du plan d'actions 2022 validé par le Conseil communal ;

Envoi du dossier de demande de subside pour les actions réalisées en 2022, assorti de 
tous les justificatifs utiles ;
Considérant que le formulaire de notification permet, également, de déléguer ou non ces actions à 
l'intercommunale ;
Considérant que la gril e de décision permet de préciser les actions à mettre en oeuvre sur le territoire 
(choix de trois mesures sur quatre) :
1. Réalisation minimum de deux actions relevant d’une démarche d’exemplarité des institutions 
communales : diminution du gaspil age alimentaire + autres fractions de déchets ;
2. Convention avec les commerces du territoire pour réduire les déchets ;
3. Convention de col aboration avec un acteur de l’économie sociale pour la col ecte d’objets 
réutilisables (ex : La Ressourcerie) ;
4. Mise en place d’actions d’information, d’animation, de formations touchant différents publics cibles 
et au moins 2 fractions de déchets ;
Considérant que se lancer dans le Zéro Déchet n'est pas une démarche anodine et que cela implique 
d'établir un diagnostic de la situation et de mener une réflexion globale au sein de la Commune avec 
les différents acteurs ;
Considérant qu'il est demandé de mettre en place un Comité de pilotage (COPIL : Echevin de 
l'environnement, éco-conseil er et un représentant Tibi) et un Comité de suivi (COPIL + acteurs 
externes) ;
Considérant que le COPIL pourra se faire aider par des groupes de travail (interne (Eco-team), 
thématiques, public cible, autres, ...) et rapportera au Conseil, au Col ège et au Comité de Direction 
(CODIR) ;
Considérant que le COPIL doit tout d’abord réaliser un diagnostic de territoire idéalement sous la 
forme d’une analyse AFOM (Atouts/Faiblesses/Opportunités/Menaces) ;
Considérant que les conclusions de cette analyse permettront de décider vers quel es mesures la 
commune doit s’orienter prioritairement et ainsi d'établir un plan d'actions qui pourra être pluriannuel ;
Considérant que chaque action du plan devra reprendre un descriptif, les objectifs poursuivis, l’horizon
temporel, les groupes cibles visés, les acteurs impliqués, les moyens à mettre en oeuvre pour y 
parvenir et un set d’indicateurs (activités et impact) ;
Considérant que le plan sera soumis à délibération du Conseil communal et révisé en fonction des 
avis des groupes de travail et du comité de suivi ;
Considérant que le service environnement préconise de poursuivre la démarche « Zéro Déchet » 
2022 ;
Considérant que le service environnement propose de déléguer la réalisation des actions communales
à Tibi ;
Sur proposition du Col ège communal du 20 septembre 2021 ;
Par ... voix pour, ... contre et ... abstention, DECIDE :
Article   1er  :   de   poursuivre   la démarche   Zéro   Déchet   en 2022 conformément   à   l'arrêté   du
Gouvernement   wal on   du   18   juil et   2019   via   la   signature   et   l’envoi   du   document   « Notification
démarche Zéro Déchet » accompagné de la gril e de décision.
Art 2 : de donner délégation à l'intercommunale Tibi pour la réalisation des actions communales.
12.    Gestion des déchets issus de l’activité usuelle des ménages et couverture des frais y afférents - Taux
d

  e couverture, distribution de sacs payants et délégation à l’intercommunale TIBI pour 2022  
L’application du coût-vérité des déchets ménagers nécessite de procéder à une distribution de sacs 
payants dont le nombre varie en fonction de la composition du ménage et est établi de manière à 
sensibiliser les ménages à leur production des déchets. L’intercommunale se propose de répondre à 
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
10

cette obligation via la délivrance de titres-sacs. La législation demande, également, que le Conseil 
communal atteste chaque année du taux de couverture du coût-vérité.
Projet de décision :
Vu les articles L1113-1, L1122-17, L1122-19, L1122-20, L1122-26, L1122-27, L1122-30 du Code de la
Démocratie Locale et de la Décentralisation ;
Vu le décret du Gouvernement wal on du 22 mars 2007 modifiant le décret du 27 juin 1996 relatif aux
déchets ;
Vu le décret du 23 juin 2016 modifiant le code de l'environnement, le code de l'eau et divers décrets
en matière de déchets et de permis d'environnement ;
Vu l’arrêté du Gouvernement wal on du 5 mars 2008 relatif à la gestion des déchets issus de l’activité
usuel e des ménages et à la couverture des coûts y afférents ;
Vu la circulaire ministérielle du 20 décembre 2007 sur la mise en œuvre de l’arrêté coût-vérité pour les
communes ;
Vu la circulaire ministériel e du 30 septembre 2008 relative à la mise en œuvre de l’arrêté du mois de
mars 2008 ;
Considérant que l’objectif de la nouvel e législation est de concilier la prévention des déchets et la lutte
contre les incivilités ;
Considérant que la commune doit organiser un service minimum de gestion de déchets comprenant la
distribution de sacs payants dont le nombre varie en fonction de la composition du ménage et établi
de manière à sensibiliser les ménages à leur production des déchets ;
Considérant   la   réunion   du   17   octobre   2008   organisée   par   l’intercommunale  Tibi afin   d’étudier   les
modalités pratiques de mise en œuvre de l’arrêté ;
Considérant que la législation relative au coût-vérité des déchets ménagers impose que le Conseil 
communal atteste du taux de couverture de ce dernier ;
Sur proposition du Col ège communal du 12 octobre 2021 ;
Par ... voix pour, ... voix contre et ... abstention, DECIDE :
Pour l’année 2022 :
Article 1er : de délivrer :

par ménage d’une seule personne : 10 sacs de 60 litres

par ménage de deux personnes : 20 sacs de 60 litres

par ménage de plus de deux personnes : 20 sacs de 60 litres
Art 2 : de déléguer, en faveur de l'intercommunale Tibi, rue du Déversoir, 1 à 6010 Couillet, la gestion
et les modalités de distribution des sacs prévus dans le service minimum de gestion des déchets via
l’utilisation de « titres- sacs ».
Art 3 : d’attester que le taux de couverture du coût des déchets ménagers joint au règlement-taxe
atteint 100 %.
 
FINANCES
13.    F
  ixation de la dotation 2021 à la Zone de Police de Mariemont  
Le Conseil communal décide la fixation de la dotation à la Zone de Police de Mariemont à 
1.600.307,52 euros pour l’exercice 2021.
Projet de décision :
Vu la loi du 7 décembre 1998 organisant un service de police intégré, structuré à deux niveaux, 
duquel il ressort que le budget de chaque zone de police pluricommunale est à charge des différentes 
communes composant la zone et de l’Etat Fédéral ;
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation, notamment les articles L1122-17, 
L1122-19, L1122-20, L1122-22, L1122-26, L1122-30, L1312-2 et L1321-1 ;
Vu l'arrêté royal du 7 avril 2005 fixant les règles particulières de calcul et de répartition des dotations 
communales au sein d'une Zone de Police pluricommunale tel que modifié par l'arrêté royal du 8 mars
2009 ;
Vu la circulaire budgétaire relative à l’élaboration des budgets des communes de la Région Wal onne 
pour l’exercice 2020 ;
Considérant que la commune de Chapel e-lez-Herlaimont se situe dans la zone pluricommunale de « 
Mariemont » ;
Considérant le budget de la zone de police, exercice 2021, reçu ce 7 septembre ;
Considérant que le montant à prendre en considération pour l'année 2021 est 1.600.307,52 euros ;
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
11

Considérant qu'une demande afin d’obtenir l'avis de légalité exigé a été soumise le 7 septembre 2021.
Un avis de légalité N° 2021/61 favorable a été reçu du Directeur financier le 7 septembre 2021 ;
Sur proposition du Col ège communal du 14 septembre 2021 ;
Par ... voix pour, ... voix contre et ... abstention, DECIDE :
Article 1er : de fixer à 1.600.307,52 euros, la dotation que la commune accordera à la Zone de Police
de Mariemont, chaussée de Nivel es, 91 à 7170 Manage pour l’exercice 2021.
Art 2 : l’inscription de cette dotation est prévue au budget ordinaire à hauteur de 1.568.775,14 euros 
et le solde en modification budgétaire n°2 sous l’article budgétaire 330/435-01 intitulé " Dotation à la 
Zone de Police".
Art 3 : la présente délibération sera envoyée aux Services Fédéraux du Gouverneur du Hainaut.
14.    Convention spécifique de mise à disposition de locaux de la cafétéria de l'Hôtel de Ville à l’A.S.B.L.
S

  port et Délassement le vendredi 22 octobre 2021  
Le Conseil communal décide de ratifier la convention spécifique de mise à disposition de locaux à 
l'A.S.B.L. Sport et Délassement le vendredi 22 octobre 2021 de 9h à 13h afin d'organiser une 
conférence ainsi qu'un déjeuner santé dans le cadre de la "Semaine Sport Seniors".
Projet de décision :
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation et plus particulièrement les articles 
L1122-17, L1122-19, L1122-20, L1122-26, L1122-27 et L1122-30 ;
Vu la délibération du Col ège communal du 30 juillet 2019 relative au rappel des règles de 
compétences en matière d'occupation, location et mise à disposition des instal ations communales ;
Considérant la demande du 22 septembre dernier, de Monsieur Pierre SANTORO, Coordinateur de 
l'A.S.B.L. Sport et Délassement souhaitant occuper la cafétéria de l'Hôtel de Ville le vendredi 22 
octobre prochain de 9h à 13h afin d'y organiser une conférence ainsi qu'un déjeuner santé dans le 
cadre de la "Semaine Sport Seniors" ;
Considérant la convention spécifique de mise à disposition de locaux ;
Considérant que la mise à disposition est accordée à titre gratuit au vu du caractère social de la 
nature de l’activité ;
Considérant l'accord oral du gestionnaire de la sal e communale quant à la disponibilité de cel e-ci ;
Sur proposition du Col ège communal du 12 octobre 2021 ;
Par ... voix pour, ... voix contre et ... abstention, RATIFIE :
Article 1er : la convention spécifique de mise à disposition de locaux à l'A.S.B.L. Sport et 
Délassement le vendredi 22 octobre 2021 de 9h à 13h afin d'organiser une conférence ainsi qu'un 
déjeuner santé dans le cadre de la "Semaine Sport Seniors".
Art 2 : de charger le Col ège communal de l'exécution de cette décision.
15.    B
  udget 2022 de la Fabrique d’église Saint Godard  
Le Col ège communal propose d'approuver le budget 2022 de la Fabrique d'église Saint Godard.
Le montant demandé par la Fabrique est de 16.984,67 euros pour l'exercice 2022.
Projet de décision :
Vu la Constitution, les articles 41 et 162 ;
Vu la loi spéciale de réformes institutionnel es du 08 août 1980, l’article 6, §1er, VIII, 6° ;
Vu le décret impérial du 30 décembre 1809 concernant les Fabriques d’église ;
Vu la loi du 4 mars 1870 sur le temporel des cultes, tel e que modifiée par le décret du 13 mars 
2014, les articles 6 et 7 ;
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation, les articles L1122-20, L1321-1, 9° et 
L3111-1 à L3162-3 ;
Vu le décret du 13 mars 2014 stipulant que les communes exercent dorénavant la tutel e spéciale 
d’approbation des comptes et budgets des Fabriques d’église ;
Vu la décision du Conseil communal du 20 octobre 2008, d’actualiser le plan de gestion, contenant le 
détail de nouvel es mesures ;
Vu la décision du Conseil communal du 28 juin 2010 se référant à la circulaire du 16 novembre 2009, 
par laquel e le Gouvernement Wal on a défini les obligations des communes ayant bénéficié d’aides 
Tonus Axe 2 et d’une aide exceptionnel e ;
Vu la décision du Conseil communal du 30 mai 2016, d'actualiser le tableau de bord pluriannuel 
susceptible d’améliorer la situation budgétaire ;
Vu la circulaire ministériel e du 12 décembre 2014 relative aux pièces justificatives se rattachant aux 
actes adoptés par les établissements chargés de la gestion du temporel des cultes reconnus ;
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
12

Vu la circulaire relative à l’élaboration et à l’actualisation des plans de gestion du 13 juil et 2021, les 
mesures appliquées par les communes dans leur plan de gestion doivent l’être mutatis mutandis, par 
leurs entités consolidées. Ces entités consolidées doivent adopter un plan de gestion prévoyant des 
interventions communales considérées comme des montants maxima, accompagnés de mesures de 
gestion qui doivent être mutatis mutandis identiques à cel e prise par le pouvoir local et permettre ainsi
de limiter l’évolution des dotations pour aider le pouvoir local à respecter sa trajectoire budgétaire ;
Vu la délibération du 26 août 2021, parvenue à l’autorité de tutel e accompagnée de toutes ses pièces
justificatives le 27 août 2021, par laquel e le Conseil de Fabrique de l’établissement cultuel de la 
Fabrique d’église Saint Godard arrête le budget 2022 dudit établissement cultuel ;
Vu l’envoi simultané du dossier susvisé à l’organe représentatif du culte ;
Vu la décision du 16 septembre 2021, réceptionnée en date du 20 septembre 2021, par laquel e 
l’organe représentatif du culte arrête et approuve ce budget pour l’année 2022 ;
Considérant qu’après analyse des documents, le dossier est apparu complet ;
Considérant que le Conseil communal a 40 jours pour approuver lesdits documents et ce après 
réception de la décision de l'organe représentatif sur ces mêmes documents ;
Considérant que le délai de tutel e de 40 jours commence à courir le lendemain de la réception de la 
décision de l’organe représentatif du culte, à savoir le 21 septembre 2021 ; 
Considérant que le budget est conforme à la loi et à l’intérêt général ;
Considérant que l'avis de légalité du Directeur financier n'est pas obligatoire, qu'il n'y a pas eu de 
demande spontanée et qu'aucun avis n'a été donné d'initiative par le Directeur financier ; 
Sur proposition du Col ège communal du 5 octobre 2021 ;
Par … voix pour, … voix contre et … abstention, DECIDE :
A
  rticle  1
  er  : la délibération du 26 août 2021, par laquel e le Conseil de Fabrique de l’établissement 
cultuel Saint Godard arrête le budget pour l’exercice 2022 dudit établissement cultuel, est approuvée 
aux résultats suivants :
    
 
Montant initial
Recettes ordinaires totales
19.899,76 €
Recettes extraordinaires totales
5.674,59 €
Dépenses ordinaires du chapitre I totales
2.449,00 €
Dépenses ordinaires du chapitre II totales
23.125,35 €
Dépenses extraordinaires du chapitre II totales
0,00 €
Recettes totales
25.574,35 €
Dépenses totales
25.574,35 €
Résultat comptable
0,00 €
 
Art 2 : en application de l’article L3162-3 du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation, 
un recours est ouvert à la Fabrique d’église Saint Godard et à l’Evêché de Tournai contre la présente 
décision devant le Gouverneur de la province de Hainaut. Ce recours doit être introduit dans les 30 
jours de la réception de la présente décision.
Art 3 : un recours en annulation est ouvert aux autres intéressés contre cette décision devant la 
section du contentieux administratif du Conseil d’Etat.
A cet effet, une requête en annulation datée et signée doit être adressée, par lettre recommandée à la 
poste, au Conseil d’Etat (rue de la Science, 33, 1040 Bruxel es) dans les 60 jours à dater du 
lendemain de la notification qui vous est faite par la présente.
La requête peut également être introduite par voie électronique sur le site internet du Conseil d’Etat : 
http://eproadmin.raadvst-consetat.be.
Art 4 : conformément à l’article L3115-2 du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation, la 
présente décision est publiée par la voie d’une affiche.
Art 5 : conformément à l’article L3115-1 du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation, la 
présente décision est notifiée :

à l’établissement cultuel concerné 

à l’organe représentatif du culte concerné
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
13

16.    B
  udget 2022 de la Fabrique d’église Saint Germain  
Approbation du budget 2022 de la Fabrique d'église Saint Germain.
Le montant demandé par la Fabrique est de 26.722,70 euros pour l'exercice 2022.
Projet de décision :
Vu la Constitution, les articles 41 et 162 ;
Vu la loi spéciale de réformes institutionnel es du 8 août 1980, l’article 6, §1er, VIII, 6° ;
Vu le décret impérial du 30 décembre 1809 concernant les Fabriques d’églises ;
Vu la loi du 4 mars 1870 sur le temporel des cultes, tel e que modifiée par le décret du 13 mars 2014, 
les articles 6 et 7 ;
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation, les articles L1122-20, L1321-1, 9° et 
L3111-1 à L3162-3 ;
 Vu le décret du 13 mars 2014 stipulant que les communes exercent dorénavant la tutel e spéciale 
d’approbation des comptes et budgets des Fabriques d’église ;
Vu la décision du Conseil communal du 20 octobre 2008, d’actualiser le plan de gestion, contenant le 
détail de nouvel es mesures ;
Vu la décision du Conseil communal du 28 juin 2010 se référant à la circulaire du 16 novembre 2009, 
par laquel e le Gouvernement Wal on a défini les obligations des communes ayant bénéficié d’aides 
Tonus Axe 2 et d’une aide exceptionnel e ;
Vu la décision du Conseil communal du 30 mai 2016, d'actualiser le tableau de bord pluriannuel 
susceptible d’améliorer la situation budgétaire ;
Vu la circulaire ministériel e du 12 décembre 2014 relative aux pièces justificatives se rattachant aux 
actes adoptés par les établissements chargés de la gestion du temporel des cultes reconnus ;
Vu la circulaire relative à l’élaboration et à l’actualisation des plans de gestion du 13 juil et 2021, les 
mesures appliquées par les communes dans leur plan de gestion doivent l’être mutatis mutandis, par 
leurs entités consolidées. Ces entités consolidées doivent adopter un plan de gestion prévoyant des 
interventions communales considérées comme des montants maxima, accompagnés de mesures de 
gestion qui doivent être mutatis mutandis identiques à cel e prise par le pouvoir local et permettre ainsi
de limiter l’évolution des dotations pour aider le pouvoir local à respecter sa trajectoire budgétaire ;
Vu la délibération du 25 août 2021, parvenue à l’autorité de tutel e accompagnée de toutes ses pièces
justificatives le 27 août 2021, par laquel e le Conseil de Fabrique de l’établissement cultuel de la 
Fabrique d’église Saint Germain, arrête le budget 2022, dudit établissement cultuel ;
Vu l’envoi simultané du dossier susvisé à l’organe représentatif du culte ;
Vu la décision du 16 septembre 2021, réceptionnée en date du 20 septembre 2021, par laquel e 
l’organe représentatif du culte arrête et approuve ce budget pour l’année 2022 ;
Considérant qu’après analyse des documents, le dossier est apparu complet ;
Considérant que le Conseil communal a 40 jours pour approuver lesdits documents et ce après 
réception de la décision de l'organe représentatif sur ces mêmes documents ;
Considérant que le délai de tutel e de 40 jours commence à courir le lendemain de la réception de la 
décision de l’organe représentatif du culte, à savoir le 21 septembre 2021 ;
Considérant que le budget est conforme à la loi et à l’intérêt général ;
Considérant que le supplément communal pour le budget 2022 de la Fabrique d'église Saint Germain 
est de 26.722,70 euros ;
Considérant qu'une demande afin d'obtenir l'avis de légalité exigé a été soumise le 28 septembre 
2021. Un avis de légalité n° 2021/66 favorable a été accordé par le Directeur financier le 29 
septembre 2021 ;
Sur proposition du Col ège communal du 5 octobre 2021 ;
Par … voix pour, … voix contre et … abstention, DECIDE :
A
  rticle  1
  er  : la délibération du 25 août 2021, par laquel e le Conseil de Fabrique de l’établissement 
cultuel Saint Germain arrête le budget pour l’exercice 2022 dudit établissement cultuel, est approuvée 
aux résultats suivants :
 
 
Montant initial
Recettes ordinaires totales
36.027,70 €
Recettes extraordinaires totales
5.472,69 €
Dépenses ordinaires du chapitre I totales
7.725,00 €
Dépenses ordinaires du chapitre II totales
33.775,39 €
Dépenses extraordinaires du chapitre II totales
0,00 €
Recettes totales
41.500,39 €
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
14

Dépenses totales
41.500,39 €
Résultat comptable
0,00 €
 
Art 2 : en application de l’article L3162-3 du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation, 
un recours est ouvert à la Fabrique d’église Saint Germain et à l’Evêché de Tournai contre la présente 
décision devant le Gouverneur de la province de Hainaut. Ce recours doit être introduit dans les 30 
jours de la réception de la présente décision.
Art 3 : un recours en annulation est ouvert aux autres intéressés contre cette décision devant la 
section du contentieux administratif du Conseil d’Etat.
A cet effet, une requête en annulation datée et signée doit être adressée, par lettre recommandée à la 
poste, au Conseil d’Etat (rue de la Science, 33, 1040 Bruxel es) dans les 60 jours à dater du 
lendemain de la notification qui vous est faite par la présente.
La requête peut également être introduite par voie électronique sur le site internet du Conseil d’Etat : 
http://eproadmin.raadvst-consetat.be.
Art 4 : conformément à l’article L3115-2 du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation, la 
présente décision est publiée par la voie d’une affiche.
Art 5 : conformément à l’article L3115-1 du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation, la 
présente décision est notifiée :

à l’établissement cultuel concerné

à l’organe représentatif du culte concerné
 
DIRECTEUR FINANCIER
17.    Procès-verbal de vérification de l'encaisse du Directeur financier pour le deuxième trimestre 2021 -
C

  ommunication   
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation et ses modifications ultérieures, relatifs 
aux attributions du Col ège communal ;
Vu l'article L1124-42 du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation relatif à la vérification 
de l'encaisse du Directeur financier ;
Considérant la situation de caisse arrêtée à la date du 30 juin 2021, par laquel e Monsieur David 
RENOY, Directeur financier, certifie que les montants portés dans les comptes sont appuyés des 
pièces comptables justificatives et que les soldes des comptes particuliers de la classe 5 sont égaux 
aux soldes de comptes financiers dont la commune est titulaire ou de ses avoirs en espèces ;
Considérant que ce procès-verbal de vérification de la caisse du Directeur financier porte sur la 
période du 01 janvier 2021 au 30 juin 2021 ;
Projet de décision :
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation et ses modifications ultérieures, relatifs 
aux attributions du Col ège communal ;
Vu l'article L1124-42 du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation relatif à la vérification 
de l'encaisse du Directeur financier ;
Considérant la situation de caisse arrêtée à la date du 30 juin 2021, par laquel e Monsieur David 
RENOY, Directeur financier, certifie que les montants portés dans les comptes sont appuyés des 
pièces comptables justificatives et que les soldes des comptes particuliers de la classe 5 sont égaux 
aux soldes de comptes financiers dont la commune est titulaire ou de ses avoirs en espèces ;
Considérant que ce procès-verbal de vérification de la caisse du Directeur financier porte sur la 
période du 01 janvier 2021 au 30 juin 2021 ;
Considérant que le solde des comptes financiers s’élève à 12.710.470,42 euros (douze mil ions sept 
cent dix mil e quatre cent septante euros et quarante-deux cents) ;
Sur proposition du Col ège communal du 12 octobre 2021 ;
Le Conseil communal, PREND CONNAISSANCE :
Article unique : du procès-verbal de vérification de la caisse communale pour le deuxième trimestre 
2021 et constate qu'à la date du 30 juin 2021, el e présente un solde positif de 12.710.470,42 
euros
 (douze mil ions sept cent dix mil e quatre cent septante euros et quarante-deux cents), selon le 
détail ci-après :
 
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
15

Soldes
Soldes
 
Libel é
Débits
Crédits
débiteurs
créditeurs
Institutions 
13.654.393,49
12.941.923,5 712.469,96
Compte courant Belfius
 
financières
3
 
Banque de la Poste
37,30
,00
37,30
 
 
AXA compte courant
1.064,75
48,00
1.016,75
 
Compte courant 
46.790,13
46.200,00
590,13
 
 
bibliothèque
Comptes d’ouverture 
1.746.196,71
1.011.385,53 734.811,18  
 
de crédits Belfius
Compte Belfius 
2.900.000,00
1.900.000,00 1.000.000,00
Placements
 
Treasury +
Compte Belfius 
2.910.136,56
1.080.018,07 1.830.118,49
 
 
Treasury + Spécial
Compte CPH – Carnet 
8.075.510,61
506.716,59 7.568.794,02
 
 
de dépôt
AXA – Compte 
267,37
,00
267,37
 
 
Epargne – I plus Bizz
Caisse centrale du 
52.037,21
45.311,12
6.726,09
 
Caisses
receveur
 
Caisse Piscine
100,00
,00
100,00
 
 
Caisse "Service Taxi"
25,00
,00
25,00
 
Caisse Population -
100,00
,00
100,00
 
 
Calamera Véronique
Caisse Population -
200,00
,00
200,00
 
 
Dorpel Nadine
Caisse Population - 
200,00
,00
200,00
 
 
Miot Nathalie
Caisse Population -
200,00
200,00
0,00
 
 
Verbeke Daniel e
Caisse Urb/Secrét -
100,00
,00
100,00
 
 
DiLeonardo Vincenza
Caisse Population -
200,00
,00
200,00
 
 
Gabreaux Isabel e
Caisse Bibliothèque -
150,00
,00
150,00
 
 
Sedek Isabel e
Fonds de caisse - 
100,00
,00
100,00
 
 
Schoeps Véronique
Fonds de caisse - 
50,00
,00
50,00
 
 
Scattolini Guiliana - 
Animatrice AES
Fonds de caisse- 
50,00
50,00
0,00
 
 
Monmart Nathalie - 
Animatrice AES
Fonds de caisse - 
50,00
,00
50,00
 
 
Mathys Valérie - 
Animatrice AES
Fonds de caisse- 
50,00
,00
50,00
 
 
Létizia Barone - 
Animatrice AES
caisse travaux- 
500,00
,00
500,00
 
 
ARRIGO Fabrizzio
Fonds de caisse - 
50,00
,00
50,00
 
 
Ciccone Anne Marie - 
animatrice AES
Fonds de caisse - 
50,00
,00
50,00
 
 
D'Ortenzio Maria Stel a 
- Animatrice AES
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
16

Fonds de caisse - 
50,00
50,00
 
 
 
Vanaise Kathleen - 
Animatrice AES
Fonds de caisse - 
50,00
,00
50,00
 
 
Fostier Pascale - 
Animatrice AES
Fonds de caisse - 
50,00
,00
50,00
 
 
Quintyn Isabel e - 
Animatrice AES
Fonds de caisse - 
50,00
,00
50,00
 
 
Cariglia Lugrezia - 
Animatrice AES
Fonds de caisse - 
50,00
,00
50,00
 
Hienny Marie 
 
Véronique - Animatrice 
AES
Fonds de caisse - 
50,00
,00
50,00
 
 
Richter Virginie - 
Animatrice AES
Fonds de caisse - 
50,00
,00
50,00
 
 
Scanneli Alizée - 
Animatrice AES
Fonds de caisse - 
50,00
,00
50,00
 
 
Madrassi Manuela - 
Animatrice AES
Fonds de caisse - 
500,00
,00
500,00
 
 
D'Alessandro Alberto
Fonds de caisse - 
500,00
,00
500,00
 
 
Leriche Elodie
Fonds de caisse - 
100,00
,00
100,00
 
 
Vanbel Frédéric
Caisse Population - 
200,00
0,00
200,00
 
 
Bruers Jeremy
Fonds de caisse - Di 
50,00
,00
50,00
 
 
Clemente Isabel e - 
Animatrice AES
Fonds de caisse - 
100,00
50,00
50,00
 
 
Piscine - 
Scattolini Giuliana
Fonds de caisse - 
50,00
,00
50,00
 
 
Piscine - 
Leclercq Flavian
Fonds de caisse - 
50,00
,00
50,00
 
 
Piscine - Dessy 
Esteban
Fonds de caisse - 
50,00
,00
50,00
 
 
Piscine - 
Maufroy Margaux
Fonds de caisse - 
50,00
,00
50,00
 
 
Piscine - Delhel e Clara
Fonds de caisse - 
50,00
,00
50,00
 
 
Piscine - Di Meo Ivana
Compte tampon 
39.202,08
39.202,08
 
 
 
salaires
Compte tampon 
2.550,73
2.550,73
 
 
 
salaires bis
Compte financier de 
2.139.312,66
1.287.598,53 851.714,13
 
 
transferts
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
17

Compte financier des 
190.103,66
190.103,66
 
 
 
transferts
18.    M
  odification budgétaire n°2 de l'exercice 2021 - Service ordinaire et extraordinaire  
Dans le courant de l’exercice, le Col ège communal peut proposer au Conseil communal de revoir 
certains crédits à la hausse ou à la baisse suite à l’influence de l’un ou l’autre événement. Ces 
modifications budgétaires sont soumises aux mêmes procédures que cel es applicables au budget et 
sont dûment justifiées pour chaque crédit budgétaire.
Cette décision adoptée par le Conseil communal, après l’arrêt du budget, aura pour effet de créer, 
modifier ou supprimer, un ou plusieurs articles budgétaires.
Toutes les règles applicables au budget sont applicables aux modifications budgétaires.
Vu les projets d’amendements budgétaires destinés aux besoins de l’Administration en réponse aux 
paramètres actualisés ;
Considérant que les projets précités ont été soumis au Centre Régional d’Aides aux communes et au 
Service Public de Wal onie – pouvoirs locaux action sociale;
Projet de décision :
Vu la Constitution, les articles 41 et 162 ;
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation, les articles L1122-23, L1122-26, L1122-
30, et Première partie, livre III ;
Vu l’arrêté du Gouvernement wal on du 5 juillet 2007 portant le règlement général de la comptabilité 
communale, en exécution de l’article L1315-1 du Code de la Démocratie Locale et de la 
Décentralisation ;
Vu le projet de modifications budgétaires établi par le Col ège communal ;
Vu la transmission du dossier au Directeur financier en date du 11 octobre 2021 ;
Vu le rapport favorable de la Commission visée à l’article 12 du Règlement général de la Comptabilité 
communale ;
Vu l’avis favorable du Directeur financier en vertu de l’article L1124-40 du C.D.L.D.;
Considérant les projets de modifications budgétaires n°2 établis par le Col ège communal en réponse 
aux paramètres actualisés ;
Considérant que les projets précités ont été soumis au Centre Régional d’Aides aux communes et au 
Service Public de Wal onie – pouvoirs locaux action sociale, lors de la réunion de présentation ;
Considérant que le Col ège veil era au respect des formalités de publication prescrites par l’article 
L1313-1 du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation ;
Considérant que le Col ège veil era également, en application de l’article L1122-23, § 2, du Code de la
Démocratie Locale et de la Décentralisation, à la communication du présent budget, dans les cinq 
jours de son adoption, aux organisations syndicales représentatives ainsi qu’à l’organisation, sur 
demande desdites organisations syndicales et avant la transmission du présent budget aux autorités 
de tutel e, d’une séance d’information présentant et expliquant le présent budget ;
Considérant la génération et l’envoi par l’outil eComptes du tableau des prévisions budgétaires 
pluriannuel es ;
Sur proposition du Col ège communal du 12 octobre 2021 ;
Par … voix pour, … voix contre et … abstention DECIDE :
Article 1er : d’arrêter, comme suit, la proposition de modifications budgétaires n°2 de l’exercice 2021 :
 
 
Service ordinaire
Service extraordinaire
Recettes totales exercice proprement dit
 19.954.684.66
  9.426.528,81
Dépenses totales exercice proprement dit
 19.840.987,40
  7.248.048,93
Boni / Mali exercice proprement dit
   113.697,26
 2.178.479,88
Recettes exercices antérieurs
  2.240.134,51
    286.722,02
Dépenses exercices antérieurs
    282.044,82
    298.863,29
Prélèvements en recettes
          0,00
  2.086.056,12
Prélèvements en dépenses
  1.129.997,63
    4.079.615,67
Recettes globales
 22.194.819,17
  11.799.306,95
Dépenses globales
 21.253.029,85
  11.626.527,89
Boni / Mali global
  941.789,32
    172.779,06
 
 
 
 
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
18

A
  rt  2
   : de transmettre la présente délibération au service des finances ainsi qu’au Directeur financier.
 
MARCHÉS PUBLICS
19.        Marché   de   travaux   -   Travaux   techniques   aux   Églises   Saint-Germain   et   Saint-Jean-Baptiste   –
A

  pprobation des conditions, du mode de passation et du mode de financement  
1.
O
  bjet du marché 
Le présent marché consiste en la création de deux espaces sanitaires dans les églises Saint-Germain 
et Saint-Jean-Baptiste et au déplacement de la chaufferie de l’église Saint-Jean-Baptiste.
2.
M
  otivation 
Considérant que les églises Saint-Germain et Saint-Jean-Baptiste ne possèdent pas de sanitaires à 
disposition des visiteurs ;
Considérant par ail eurs que l’accès au balcon où se trouve l’orgue, se fait par la chaufferie ;
Considérant que la cel ule prévention de la caserne des pompiers a demandé la création d’un escalier 
de secours, solution difficilement réalisable ;
Considérant que le plus simple est de déplacer la chaufferie dans une autre pièce ;
3.
D
  escription du marché 
Création de deux espaces sanitaires dans les églises Saint-Germain et Saint-Jean-Baptiste.
Déplacement de la chaufferie de l’église Saint-Jean-Baptiste.
4.
A
  spects financiers 
Estimation : 37.980,00 euros hors TVA ou 45.955,80 euros, TVA comprise.
Article budgétaire : 2021 - BE - 790/723-60 (n° de projet 20210027) - Aménagements en cours 
d'exécution des bâtiments.
5.
T
  ype de marché 
Marché de travaux.
6.
M
  ode de passation 
Procédure négociée sans publication préalable – Conformément à l’article 42, § 1, 1° a) de la loi du 17
juin 2016 la dépense à approuver hors TVA n'atteint pas le seuil de 139.000,00 euros.
Projet de décision :
Vu la loi du 17 juin 2013 relative à la motivation, à l'information et aux voies de recours en matière de 
marchés publics, de certains marchés de travaux, de fournitures et de services et de concessions et 
ses modifications ultérieures ;
Vu la loi du 17 juin 2016 relative aux marchés publics, notamment l’article 42, § 1, 1° a) (la dépense à 
approuver hors TVA n'atteint pas le seuil de 139.000,00 euros) ;
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation et plus particulièrement les articles 
L1122-17, L1122-19, L1122-20, L1122-26, L1122-27 et L1122-30 ;
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation et ses modifications ultérieures, 
notamment l'article L1222-3 §1 relatif aux compétences du Conseil communal et les articles L3111-1 
et suivants relatifs à la tutel e ;
Vu l'arrêté royal du 14 janvier 2013 établissant les règles générales d'exécution des marchés publics 
et ses modifications ultérieures ;
Vu l'arrêté royal du 18 avril 2017 relatif à la passation des marchés publics dans les secteurs 
classiques et ses modifications ultérieures, notamment l'article 90, 1° ;
Considérant que les églises Saint-Germain et Saint-Jean-Baptiste ne possèdent pas de sanitaires à 
disposition des visiteurs ;
Considérant par ail eurs que l’accès au balcon où se trouve l’orgue, se fait par la chaufferie ;
Considérant que la cel ule prévention de la caserne des pompiers a demandé la création d’un escalier 
de secours, solution difficilement réalisable ;
Considérant que le plus simple est de déplacer la chaufferie dans une autre pièce ;
Considérant le cahier des charges N° 2021\204 relatif au marché “Travaux techniques aux Églises 
Saint-Germain et Saint-Jean-Baptiste” dont les clauses administratives ont été rédigées par le service 
marchés publics et les exigences techniques par le service technique ;
Considérant que le montant estimé de ce marché s'élève à 37.980,00 euros hors TVA ou 45.955,80 
euros, 21% TVA comprise ;
Considérant qu'il est proposé de passer le marché par procédure négociée sans publication 
préalable ;
Considérant que le crédit permettant cette dépense est inscrit au budget extraordinaire de l’exercice 2021, 
article 790/723-60 (n° de projet 20210027) et sera financé par voie d’emprunt ;
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
19

Considérant qu'une demande afin d’obtenir l'avis de légalité obligatoire du Directeur financier a été soumise
le 04 octobre 2021 ;
Considérant que le Directeur financier a rendu un avis de légalité favorable portant le N°2021\69 en date du
04 octobre 2021 ;
Sur proposition du Col ège communal du 12 octobre 2021 ;
Par … voix pour, ... voix contre et ... abstention, DECIDE :
A
  rticle  1
  er  : d'approuver le cahier des charges N° 2021\204 et le montant estimé du marché “Travaux 
techniques aux Églises Saint-Germain et Saint-Jean-Baptiste” dont les clauses administratives ont été
rédigées par le service marchés publics et les exigences techniques par le service technique. Les 
conditions sont fixées comme prévu au cahier des charges et par les règles générales d'exécution des
marchés publics. Le montant estimé s'élève à 37.980,00 euros hors TVA ou 45.955,80 euros, 21% 
TVA comprise.
Art 2 : de passer le marché par la procédure négociée sans publication préalable.
Art 3 : de financer cette dépense par le crédit inscrit au budget extraordinaire de l’exercice 2021, 
article 790/723-60 (n° de projet 20210027) par voie d’emprunt.
20.    Marché de travaux - Entretien de voiries 2021 – Approbation des conditions, du mode de passation et
d

  u mode de financement  
1.
O
  bjet du marché 
Le présent marché a pour objet la rénovation des rues Al ende, Jeanine Haudin, Duhoux, de la 
Réserve et Laurent.
2.
M
  otivation 
Considérant l’état actuel des rues Al ende, Jeanine Haudin, Duhoux, de la Réserve et Laurent ;
Considérant que pour ce qui est de rues Al ende et Jeanine Haudin, il n’y a pas de revêtement ni de 
moyen d’évacuer les eaux de ruissel ement, qu’il il est nécessaire de procéder à l’instal ation d’un filet 
d’eau avec des avaloirs dans ces 2 rues pour récupérer les eaux ainsi que la pose d’un revêtement 
hydrocarboné afin de maintenir un accès carrossable aux habitations ;
Considérant que pour ce qui est des rues Laurent, Duhoux et Réserve, il s’agit de faire un rabotage et 
pose d’un nouveau revêtement localisé sur des zones fortement détériorées ;
3.
A
  spects financiers 
Estimation : 107.410,90 euros hors TVA ou 129.967,19 euros, TVA comprise.
Article : 2021 - BE - 421/735-60 (n° de projet 20210009) - Entretien extraordinaire de la voirie.
4.
T
  ype de marché 
Marché de travaux.
5.
M
  ode de passation 
Procédure négociée sans publication préalable – conformément à l’article 42, § 1, 1° a) de la loi du 17 
juin 2016, la dépense à approuver hors TVA n'atteint pas le seuil de 139.000,00 euros.
Projet de décision :
Vu la loi du 17 juin 2013 relative à la motivation, à l'information et aux voies de recours en matière de 
marchés publics, de certains marchés de travaux, de fournitures et de services et de concessions et 
ses modifications ultérieures ;
Vu la loi du 17 juin 2016 relative aux marchés publics, notamment l’article 41, §1, 1° a) (la dépense à 
approuver hors TVA n'atteint pas le seuil de 139.000,00 euros) ;
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation et plus particulièrement les articles 
L1122-17, L1122-19, L1122-20, L1122-26, L1122-27 et L1122-30 ;
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation et ses modifications ultérieures, 
notamment l'article L1222-3 §1 relatif aux compétences du Conseil communal et les articles L3111-1 
et suivants relatifs à la tutel e ;
Vu l'arrêté royal du 14 janvier 2013 établissant les règles générales d'exécution des marchés publics 
et ses modifications ultérieures ;
Vu l'arrêté royal du 18 avril 2017 relatif à la passation des marchés publics dans les secteurs 
classiques et ses modifications ultérieures ;
Considérant l’état actuel des rues Al ende, Jeanine Haudin, Duhoux, de la Réserve et Laurent ;
Considérant que pour ce qui est de rues Al ende et Jeanine Haudin, il n’y a pas de revêtement ni de 
moyen d’évacuer les eaux de ruissel ement, qu’il il est nécessaire de procéder à l’instal ation d’un filet 
d’eau avec des avaloirs dans ces 2 rues pour récupérer les eaux ainsi que la pose d’un revêtement 
hydrocarboné afin de maintenir un accès carrossable aux habitations ;
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
20

Considérant que pour ce qui est des rues Laurent, Duhoux et Réserve, il s’agit de faire un rabotage et 
pose d’un nouveau revêtement localisé sur des zones fortement détériorées ;
Considérant le cahier des charges N°2021\219 relatif au marché “Entretien de voiries 2021” dont les 
clauses administratives ont été rédigées par le service marchés publics et les exigences techniques 
par le service technique ;
Considérant qu'il est proposé de passer le marché par la procédure négociée sans publication 
préalable ;
Considérant que le crédit permettant cette dépense est inscrit au budget extraordinaire de l’exercice 2021, 
article 421/735-60 (n° de projet 20210009) et sera financé par voie d’emprunt ;
Considérant que le montant estimé s'élève à 107.410,90 euros hors TVA ou 129.967,19 euros, TVA 
comprise ;
Considérant qu'une demande afin d’obtenir l'avis de légalité obligatoire du Directeur financier a été 
soumise ;
Considérant que le Directeur financier a rendu un avis de légalité favorable portant le N°2021/74 en date du
12 octobre 2021 ;
Sur proposition du Col ège communal du 12 octobre 2021 ;
Par ... voix pour, ... voix contre et ... abstention, DECIDE :
A
  rticle  1
  er  : d'approuver le cahier des charges N°2021\219 et le montant estimé du marché “Entretien
de voiries 2021” dont les clauses administratives ont été rédigées par le service marchés publics et les
exigences techniques par le service technique. Les conditions sont fixées comme prévu au cahier des 
charges et par les règles générales d'exécution des marchés publics. Le montant estimé s'élève à 
107.410,90 euros hors TVA ou 129.967,19 euros, TVA comprise
Art 2 : de passer le marché par la procédure négociée sans publication préalable.
Art 3 : de financer cette dépense par le crédit inscrit au budget extraordinaire de l’exercice 2021, 
article 421/735-60 (n° de projet 20210009) par voie d’emprunt.
21.    Marché de travaux - Rénovation des sanitaires à l’école du Centre – Approbation des conditions, du
m

  ode de passation et du mode de financement  
1.
O
  bjet du marché 
Le présent marché consiste en la rénovation des sanitaires du bâtiment des classes primaires de 
l’école du Centre.
2.
M
  otivation 
Considérant que les sanitaires de l’école du Centre sont vétustes et nécessitent d’être rénovés ;
3.
A
  spects financiers 
Estimation : 16.900,00 euros hors TVA ou 17.914,00 euros, 6% TVA.
Crédit : BE – Article 722/723-60 - Projet extraordinaire : 2010022
4.
T
  ype de marché 
Marché de travaux.
5.
M
  ode de passation 
Procédure négociée sans publication préalable – conformément à l’article 42, § 1, 1° a) de la loi du 17 
juin 2016, la dépense à approuver hors TVA n'atteint pas le seuil de 139.000,00 euros.
Projet de décision :
Vu la loi du 17 juin 2013 relative à la motivation, à l'information et aux voies de recours en matière de 
marchés publics, de certains marchés de travaux, de fournitures et de services et de concessions et 
ses modifications ultérieures ;
Vu la loi du 17 juin 2016 relative aux marchés publics, notamment l’article 42, § 1, 1° a) (la dépense à 
approuver hors TVA n'atteint pas le seuil de 139.000,00 euros) ;
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation et plus particulièrement les articles 
L1122-17, L1122-19, L1122-20, L1122-26, L1122-27 et L1122-30 ;
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation et ses modifications ultérieures, 
notamment l'article L1222-3 §1 relatif aux compétences du Conseil communal et les articles L3111-1 
et suivants relatifs à la tutel e ;
Vu l'arrêté royal du 14 janvier 2013 établissant les règles générales d'exécution des marchés publics 
et ses modifications ultérieures ;
Vu l'arrêté royal du 18 avril 2017 relatif à la passation des marchés publics dans les secteurs 
classiques et ses modifications ultérieures, notamment l'article 90, 1° ;
Considérant que les sanitaires de l’école du centre sont vétustes et nécessitent d’être rénovés ;
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
21

Considérant le cahier des charges N°2021/216 relatif au marché “Rénovation des sanitaires à l’école 
du Centre” dont les clauses administratives ont été rédigées par le service marchés publics et les 
exigences techniques par le service technique ;
Considérant qu'il est proposé de passer le marché par la procédure négociée sans publication 
préalable ;
Considérant que le crédit permettant cette dépense est inscrit au budget extraordinaire de l’exercice 
2021, article 722/723-60 (n° de projet 20210022) et sera financé par prélèvement sur le fonds de 
réserve ;
Considérant que le montant estimé s'élève à 16.900,00 euros hors TVA ou 17.914,00 euros, 6% TVA 
comprise ;
Considérant que l'avis de légalité du Directeur financier n’est pas obligatoire, qu’il n’y a pas eu de 
demande spontanée et qu’aucun avis n’a été donné d’initiative par le Directeur financier ;
Sur proposition du Col ège communal du 12 octobre 2021 ;
Par … voix pour, … voix contre et … abstention, DECIDE :
A
  rticle  1
  er  : d'approuver le cahier des charges N°2021/216 et le montant estimé du marché “Rénovation 
des sanitaires à l’école du Centre” dont les clauses administratives ont été rédigées par le service marchés 
publics et les exigences techniques par le service technique. Les conditions sont fixées comme prévu au 
cahier des charges et par les règles générales d'exécution des marchés publics. Le montant estimé s'élève
à 16.900,00 euros hors TVA ou 17.914,00 euros, 6% TVA comprise
Art 2 : de passer le marché par la procédure négociée sans publication préalable.
Art 3 : de financer cette dépense par le crédit inscrit au budget extraordinaire de l’exercice 2021, article 
722/723-60 (n° de projet 20210022) par prélèvement sur le fonds de réserve.
22.          Marché   de   travaux   -   Rénovation   des   murs   de   l'enceinte   du   vieux   cimetière   de   Chapelle   –
A

  pprobation des conditions, du mode de passation et du mode de financement  
1.
O
  bjet du marché  
Marché de travaux ayant pour objet la rénovation de certains murs d’enceinte du vieux cimetière de 
Chapel e.
2.
M
  otivation  
Considérant l’état catastrophique de certains murs donnant sur les propriétés voisines du vieux 
cimetière de Chapel e ;
Considérant la nécessité de les réfectionner ;
3.
A
  spects financiers 
Estimation : 74.150,00 euros hors TVA ou 89.721,50 euros, TVA comprise.
Crédit : 2021 - BE - 878/723-60 (n° de projet 20210016) - Aménagement des cimetières.
4.
T
  ype de marché  
Marché de travaux.
5.
M
  ode de passation  
Procédure négociée sans publication préalable. - Conformément à l’article 42, § 1, 1° a) de la loi du 17
juin 2016, la dépense à approuver hors TVA n'atteint pas le seuil de 139.000,00 euros.
Projet de décision :
Vu la loi du 17 juin 2013 relative à la motivation, à l'information et aux voies de recours en matière de 
marchés publics, de certains marchés de travaux, de fournitures et de services et de concessions et 
ses modifications ultérieures ;
Vu la loi du 17 juin 2016 relative aux marchés publics, notamment l’article 42, § 1, 1° a) (la dépense à 
approuver hors TVA n'atteint pas le seuil de 139.000,00 euros) ;
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation et plus particulièrement les articles 
L1122-17, L1122-19, L1122-20, L1122-26, L1122-27 et L1122-30 ;
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation et ses modifications ultérieures, 
notamment l'article L1222-3 §1 relatif aux compétences du Conseil communal et les articles L3111-1 
et suivants relatifs à la tutel e ;
Vu l'arrêté royal du 14 janvier 2013 établissant les règles générales d'exécution des marchés publics 
et ses modifications ultérieures ;
Vu l'arrêté royal du 18 avril 2017 relatif à la passation des marchés publics dans les secteurs 
classiques et ses modifications ultérieures, notamment l'article 90, 1° ;
Considérant l’état catastrophique de certains murs donnant sur les propriétés voisines du vieux 
cimetière de Chapel e ;
Considérant la nécessité de les réfectionner ;
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
22

Considérant le cahier des charges N°2021/220 relatif au marché “Rénovation des murs de l'enceinte 
du vieux cimetière de Chapel e” dont les clauses administratives ont été rédigées par le service 
marchés publics et les exigences techniques par le service technique ;
Considérant qu'il est proposé de passer le marché par la procédure négociée sans publication 
préalable ;
Considérant que le crédit permettant cette dépense est inscrit au budget extraordinaire de l’exercice 2021,
article 878/723-60 (n° de projet 20210016) et sera financé voie d’emprunt ;
Considérant que le montant estimé s'élève à 74.150,00 euros hors TVA ou 89.721,50 euros, TVA 
comprise ;
Considérant qu'une demande afin d’obtenir l'avis de légalité obligatoire du Directeur financier a été 
soumise ;
Considérant que le Directeur financier a rendu un avis de légalité favorable portant le N°2021/75 en date 
du 12 octobre 2021 ;
Sur proposition du Col ège communal du 12 octobre 2021 ;
Par … voix pour, … voix contre et … abstention, DECIDE :
A
  rticle  1
  er  : d'approuver le cahier des charges N°2021/220 et le montant estimé du marché “Rénovation 
des murs de l'enceinte du vieux cimetière de Chapel e” dont les clauses administratives ont été rédigées 
par le service marchés publics et les exigences techniques par le service technique. Les conditions sont 
fixées comme prévu au cahier des charges et par les règles générales d'exécution des marchés publics. Le
montant estimé s'élève à 74.150,00 euros hors TVA ou 89.721,50 euros, TVA comprise.
Art 2 : de passer le marché par la procédure négociée sans publication préalable.
Art 3 : de financer cette dépense par le crédit inscrit au budget extraordinaire de l’exercice 2021, article 
878/723-60 (n° de projet 20210016) par voie d’emprunt.
23.       Marché de services - Financement des dépenses extraordinaires par emprunts – Exercice 2021 -
A

  pprobation des conditions, du mode de passation et du mode de financement  
1.
O
  bjet du marché 
Financement des investissements inscrits au service extraordinaire par voie d'emprunts – Exercice 
2021.
2.
M
  otivation 
Considérant que pour l'année 2021, certains investissements inscrits au service extraordinaire seront 
financés par voie d'emprunt ;
Considérant la nécessité de désigner un établissement de crédit chargé d’octroyer un financement par
crédit dans le respect des principes d’égalité, de non-discrimination, de transparence et de 
proportionnalité.
3.
E
  stimation 
325.149,10 euros.
4.
P
  rocédure 
Procédure sui generis « comme en procédure négociée sans publication préalable ». Les marchés 
publics de services ayant pour objet les prêts, qu'ils soient ou non liés à l'émission, à la vente, à 
l'achat ou au transfert de titres ou d'autres instruments financiers, ne sont pas soumis à l’application 
de la loi du 17 juin 2016 et ses arrêtés royaux.
5.
C
  ritères d’attribution 
Prix : 75 points
Modalités relatives au coût de financement : 10 points
Assistance financière et support informatique : 15 points
Projet de décision :
Vu la directive 2014/24/UE du Parlement européen et du Conseil du 26 février 2014 sur la passation 
des marchés publics et abrogeant la directive 2004/14/CE ;
Vu les articles 10 et 11 de la Constitution Belge ;
Vu la loi du 29 juil et 1991 relative à la motivation formel e des actes administratifs ;
Vu la loi du 12 novembre 1997 relative à la publicité de l'administration ;
Vu la loi du 17 juin 2016 relative aux marchés publics et plus particulièrement l’article 28 §1er 6° ;
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation et plus particulièrement les articles 
L1122-17, L1122-19, L1122-20, L1122-26, L1122-27 et L1122-30 ;
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation et ses modifications ultérieures, 
notamment l'article L1222-3 §1 relatif aux compétences du Conseil communal et les articles L3111-1 
et suivants relatifs à la tutel e ;
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
23

Considérant que suite à l’entrée en vigueur de la loi du 17 juin 2016 relative aux marchés publics, les 
marchés d’emprunts sortent du champ application de la réglementation des marches publics ;
Considérant qu’il apparaît toutefois opportun que cette procédure fasse l’objet d’une mise en 
concurrence en raison des principes issus du droit primaire européen (les traités): égalité, non-
discrimination, transparence, proportionnalité et reconnaissance mutuel e ;
Considérant la nécessité de prévoir un degré de publicité adéquat permettant une ouverture du contrat
à la concurrence ;
Considérant qu’il est nécessaire de respecter le principe de bonne administration ;
Considérant que pour l'année 2021, certains investissements inscrits au service extraordinaire seront 
financés par voie d'emprunt ;
Considérant que l'ensemble des emprunts à contracter lors de l'exercice 2021 s'élèverait à 
3.274.043,51 euros éclaté comme suit :
* Catégorie 1 (5 ans) : 328.102,00 euros
* Catégorie 2 (10 ans ) : 880.000,00 euros
* Catégorie 3 ( 20 ans ) : 2.065.941,51 euros
Considérant le cahier des charges N° 2021/EMP1 relatif au marché «Financement des dépenses 
extraordinaires par emprunts - Exercice 2021 » dont les clauses administratives ont été rédigées par 
le service marchés publics et les exigences techniques par le Directeur financier ;
Considérant que le montant estimé (total des charges sur la durée totale des prêts) de ce marché 
s’élève à 325.149,10 euros ;
Considérant qu'une demande afin d’obtenir l'avis de légalité obligatoire du Directeur financier a été 
soumise ;
Considérant que le Directeur financier a rendu un avis de légalité favorable portant le numéro 2021/68 en 
date du 06 octobre 2021 ;
Sur proposition du Col ège communal du 12 octobre 2021 ;
Par … voix pour, … voix contre et … abstention, DECIDE :
A
  rticle  1
  er  : d'approuver le cahier des charges N° 2021/EMP1 et le montant estimé du marché 
“Financement des dépenses extraordinaires par emprunts – Exercice 2021" dont les clauses 
administratives ont été rédigées par le service marchés publics et les exigences techniques par le 
Directeur financier. Les conditions sont fixées comme prévu au cahier des charges et par les règles 
générales d'exécution des marchés publics. Le montant estimé s'élève à 325.149,10 
euros.585.508,95 euros.
Art 2 : de passer le marché par la procédure sui generis « comme en procédure négociée sans 
publication préalable ».
A
  rt  3
   : de charger le Col ège de l’exécution de cette procédure.
24.      Marché de fournitures - Acquisition d'une camionnette pour le service travaux – Approbation des
c

  onditions, du mode de passation et du mode de financement  
1.
O
  bjet du marché 
Le marché consiste à acquérir une camionnette avec benne basculante pour le service travaux.
2.
M
  otivation 
Considérant qu’une camionnette type Peugeot Boxer a été déclassée dernièrement ;
Considérant qu’il est indispensable de remplacer cette camionnette par une nouvel e afin de permettre
aux ouvriers de réaliser leur travail correctement.
3.
A
  spects financiers 
E
  stimation  :  38.850,00 euros hors TVA ou 47.008,50 euros TVA comprise.
A
  rticle budgétaire  :  2021 - BE - 421/743-52 (n° de projet 20210032) – 47.500€ euros inscrits en MB2 
du budget 2021.
4.
T
  ype de marché 
Marché de fournitures (achat).
5.
M
  ode de passation 
Procédure négociée sans publication préalable – conformément à l’article 42, § 1, 1° a) de la loi du 17 
juin 2016, la dépense à approuver hors TVA n'atteint pas le seuil de 139.000,00 euros.
Projet de décision :
Vu la loi du 17 juin 2013 relative à la motivation, à l'information et aux voies de recours en matière de 
marchés publics, de certains marchés de travaux, de fournitures et de services et de concessions et 
ses modifications ultérieures ;
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
24

Vu la loi du 17 juin 2016 relative aux marchés publics, notamment l’article 42, § 1, 1° a) (la dépense à 
approuver hors TVA n'atteint pas le seuil de 139.000,00 euros) ;
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation et plus particulièrement les articles 
L1122-17, L1122-19, L1122-20, L1122-26, L1122-27 et L1122-30 ;
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation et ses modifications ultérieures, 
notamment l'article L1222-3 §1 relatif aux compétences du Conseil communal et les articles L3111-1 
et suivants relatifs à la tutel e ;
Vu l'arrêté royal du 14 janvier 2013 établissant les règles générales d'exécution des marchés publics 
et ses modifications ultérieures ;
Vu l'arrêté royal du 18 avril 2017 relatif à la passation des marchés publics dans les secteurs 
classiques et ses modifications ultérieures, notamment l'article 90, 1° ;
Considérant qu’une camionnette type Peugeot Boxer a été déclassée dernièrement ;
Considérant qu’il est indispensable de remplacer cette camionnette par une nouvel e afin de permettre
aux ouvriers de réaliser leur travail correctement ;
Considérant le cahier des charges N° 2021\214 relatif au marché “Acquisition d'une camionnette pour 
le service travaux” dont les clauses administratives ont été rédigées par le service marchés publics et 
les exigences techniques par le service technique ;
Considérant que le montant estimé de ce marché s'élève à 38.850,00 euros hors TVA ou 47.008,50 
euros, 21% TVA comprise ;
Considérant qu'il est proposé de passer le marché par procédure négociée sans publication 
préalable ;
Considérant que le crédit permettant cette dépense a été inscrit en modification budgétaire n°2 du budget 
extraordinaire de l’exercice 2021, article 421/743-52 (n° de projet 20210032) ;
Considérant que le Directeur financier a rendu un avis de légalité portant le N°2021/73 en date du 7 
octobre 2021, qu'il ressort de cet avis que les crédits budgétaires sont votés, approuvés par les autorités de
tutel e et sont, actuel ement, insuffisants pour pouvoir attribuer ce marché ;
Considérant qu'après approbation de la modification budgétaire n°2 (reprenant l’augmentation du crédit 
421/743-52 – projet 20210032 de 47.500,00 euros) par les autorités de tutel e, les crédits seront alors 
suffisants et le marché pourra être attribué ;
Sur proposition du Col ège communal du 12 octobre 2021 ;
Par … voix pour, … voix contre et … abstention, DECIDE :
A
  rticle  1
  er  : d'approuver le cahier des charges N° 2021\214 et le montant estimé du marché 
“Acquisition d'une camionnette pour le service travaux” dont les clauses administratives ont été 
rédigées par le service marchés publics et les exigences techniques par le service technique. Les 
conditions sont fixées comme prévu au cahier des charges et par les règles générales d'exécution des
marchés publics. Le montant estimé s'élève à 38.850,00 euros hors TVA ou 47.008,50 euros, 21% 
TVA comprise.
Art 2 : de passer le marché par la procédure négociée sans publication préalable.
Art 3 : de financer cette dépense par le crédit inscrit en modification budgétaire n°2 du budget 
extraordinaire de l’exercice 2021, article 421/743-52 (n° de projet 20210032).
25.    Marchés Publics - Biens communaux – Construction d’une école QZEN au sein du futur écoquartier
de la rue des Ateliers à Chapelle-lez-Herlaimont – Achat d’un terrain sis à Chapelle-lez-Herlaimont, rue des
Ateliers,   cadastré   Lot   2   Pie   du   n°3R3,   d'une   contenance   de   1ha   6a   43   ca,   appartenant   à   La   Ruche
C

  hapelloise S.C.R.L., pour des raisons d’intérêt général  
Le Conseil communal décide d'approuver l’achat d’un terrain sis à Chapel e-lez-Herlaimont, rue des 
Ateliers, cadastré Lot 2 Pie du n°3R3, d'une contenance de 1ha 6a 43 ca appartenant à La Ruche 
Chapel oise S.C.R.L., pour des raisons d’intérêt général, au prix de 426.974,00 euros sans 
majoration et hors frais d'acquisition,
 fixé par l'offre d'achat du 19 janvier 2021 réalisée par le 
Col ège communal et validé par le courrier de La Ruche Chapel oise S.C.R.L. entré à l'Administration 
communale le 04 octobre 2021.
Projet de décision :
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation et ses modifications ultérieures 
(C.D.L.D.), notamment l’article L1222-1 relatif aux contrats ;
Vu les articles L1122-17, L1122-19, L1122-20, L1122-24, L1122-27, L1122-28, L1122-30 et L1123-22
du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation (C.D.L.D.) ;
Vu le plan de secteur de La Louvière/Soignies adopté par AERW du 09 juil et 1987 ;
Vu la circulaire du 23 février 2016 portant sur les opérations immobilières des pouvoirs locaux ;
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
25

Vu la délibération du Conseil communal du 23 février 2015 relative à la cession de biens divers à la 
Ruche Chapel oise – modalités de ventes et par laquel e cet organe décide du principe de la vente de 
gré à gré sans publicité à la S.C.R.L. La Ruche Chapel oise de divers biens dont le terrain sis rue des 
Ateliers (lotissement communal), repris au cadastre dans la section C 3f3, pour un montant minimum 
de 620.000,00 euros ;
Vu la délibération du Col ège communal du 11 février 2020 de mandater Madame Meersman, 
Echevine et Madame Iskender, Directrice générale pour la rencontre au cabinet du Ministre en charge 
des bâtiments scolaires en vue d'y présenter le projet de construction d’une école QZEN au sein du 
futur écoquartier de la rue des Ateliers à Chapel e-lez-Herlaimont ;
Vu la délibération du Conseil communal du 22 juin 2020 par laquel e cet organe décide :

d’adopter le principe de la construction d’une école passive à la rue des Ateliers à Chapel e-
lez-Herlaimont ;

d’estimer le montant des travaux pour la construction de l’école à 5.559.580,00 euros hors 
TVA soit 5.893.154,80 euros TVA comprise hors études ;

de sol iciter des subventions auprès du Fonds des Bâtiments Scolaires de l’Enseignement 
Officiel Subventionné et du Fonds de Garantie des Bâtiments Scolaires ;

de désaffecter entièrement les bâtiments scolaires de la rue des Écoles et de la rue Sainte-
Catherine dès l’occupation de la nouvel e école ;
Vu la délibération du Conseil communal du 21 septembre 2020 par laquel e cet organe décide :

de revoir la décision du Conseil communal du 22 juin 2020 d’adopter le principe de la 
construction d’une école passive à la rue des Ateliers à Chapel e-lez-Herlaimont ;

d’adopter le principe de la construction d’une école QZEN au sein du futur écoquartier de la 
rue des Ateliers à Chapel e-lez-Herlaimont ;

d’estimer le montant des travaux pour la construction de l’école à 5.031.480,00 euros hors 
TVA soit 5.333.368,00 euros TVA comprise hors frais généraux ;

de sol iciter une subvention limitée à 2.000.000,00 euros auprès du Fonds des Bâtiments 
Scolaires de l’Enseignement Officiel Subventionné et que le Fonds de Garantie des 
Bâtiments Scolaires sera sol icité pour l’emprunt du solde du montant des travaux ;

de désaffecter entièrement les bâtiments scolaires de la rue des Écoles et de la rue Sainte-
Catherine dès l’occupation de la nouvel e école ;
Vu la délibération du Col ège communal du 23 novembre 2020 par laquel e cet organe prend 
connaissance du courrier du Ministre des Bâtiments scolaires du Gouvernement de la Communauté 
française du 05 novembre 2020 nous informant de sa décision de nous accorder, pour la réalisation 
des travaux de désaffectation des bâtiments scolaires de la rue des Écoles et de la rue Sainte-
Catherine et la construction de nouvel es infrastructures à la rue des Ateliers, une promesse de 
subvention de 2.000.000,00 euros tel e que sol icitée dans la décision du Conseil communal du 21 
septembre 2020 ;
Vu la délibération du Col ège communal du 19 janvier 2021 par laquel e cet organe décide :

de marquer son accord de principe sur l’achat de la superficie de terrain sis rue des Ateliers 
à Chapel e-lez-Herlaimont strictement nécessaire à la réalisation du projet d’école, à savoir 
la parcel e cadastrée Division 1, section C n°3R3 partie, pour une valeur de 426.974,00 
euros.

d’envoyer un courrier à la Ruche Chapel oise S.C.R.L. afin d’obtenir son accord quant au 
prix d’achat susmentionné et l’abandon de la majoration mentionnée dans la décision 11b. 
du Conseil d'administration du 30 juin 2020, avant que le Conseil communal du 25 janvier 
2021 soit amené à se prononcer sur le principe de l’achat.
Vu la délibération du Col ège communal du 02 février 2021 relative à la construction d’une école 
QZEN au sein du futur écoquartier de la rue des Ateliers à Chapel e-lez-Herlaimont - Accord de 
principe : achat de la superficie de terrain nécessaire à la réalisation du projet d’école (Parcel e 
cadastrée Division 1, section C n°3R3 partie) - Point complémentaire (Avis DF + précisions 
financières) ;
Vu la délibération du Col ège communal du 16 février 2021 par laquel e cet organe décide :

de sol iciter un accord de principe de La Ruche Chapel oise S.C.R.L. quant à la désignation 
par les services de l'Administration communale d'un géomètre pour la réalisation des 
missions suivantes avant l'acquisition définitive de la parcel e de terrain sise rue des Ateliers
afin de pouvoir avancer sur le projet d'école : plan de bornage, levé topographique du 
terrain et levé des gabarits des maisons avoisinantes.
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
26


de mandater, après avoir obtenu l'accord de La Ruche Chapel oise S.C.R.L., Monsieur G. 
Cal ari, géomètre, adjudicataire (premier classé) du marché public intitulé "Désignation de 
géomètres-experts immobiliers pour la réalisation de missions de mesurage, bornage, 
division de terrains ainsi que l'expertise de biens en vue de leur estimation" - CSC 
N°2020/084, pour réaliser les missions précitées relativement à la parcel e de terrain sise 
rue des Ateliers qui sera rachetée par l'Administration communale pour la réalisation du 
projet d'école.
Vu la délibération du Col ège communal du 20 septembre 2021 par laquel e cet organe :

prend connaissance de la décision de la Société Wal onne du Logement d'autoriser la 
concrétisation de l'intention de vendre un terrain sis à Chapel e-lez-Herlaimont, rue des 
Ateliers, cadastré Lot 2 Pie du n°3R3, d'une contenance de 1ha 6a 43 ca, à l'Administration 
communale, Programme 2021 (formulaire V1 n°2 ) de la société « La Ruche Chapel oise » 
à Chapel e-lez-Herlaimont.

décide de charger les services marchés publics et urbanisme d'instruire le dossier pour le 
prochain Conseil communal.
Vu le rapport du 12 mars 2015 de Me Valérie Depouhon, Notaire, mandatée par la Ruche Chapel oise 
S.C.R.L. pour expertiser divers biens dont la parcel e rue des Ateliers, Section C, numéro 3F3 pour 3 
ha 63 a 90 ca, estimée à 620.000,00 euros, transmis à l’Administration communale le 06 juil et 2015 ;
Vu le projet global transmis par La Ruche Chapel oise ;
Vu le courrier du Comité d’Acquisition entré à l’Administration communale le 09 mars 2020 
communiquant la valeur vénale du terrain situé rue des Ateliers à Chapel e-lez-Herlaimont cadastré 
Section C numéro 3 R 3 P 0000 pour une contenance d’un hectare septante ares soixante-trois 
centiares (1 ha 70a 63ca) ;
Vu le courrier du Comité d’Acquisition entré à l’Administration communale le 12 juin 2020 
communiquant la valeur vénale de la partie de parcel e de terrain sise rue des Ateliers, Section C 
numéro 3 R 3 P 0000 d’une superficie d'un hectare six ares quarante-trois centiares (1 ha 06a 43ca) ;
Vu le courrier du 25 juin 2020 adressé par l'Administration communale à la Ruche Chapel oise 
S.C.R.L. relatif à la proposition de vente d'un bien communal sis rue Solvay n°19 à Chapel e-lez-
Herlaimont ;
Vu le courrier du Ministre des Bâtiments scolaires du Gouvernement de la Communauté française du 
05 novembre 2020 nous informant de sa décision de nous accorder, pour la réalisation des travaux de
désaffectation des bâtiments scolaires de la rue des Écoles et de la rue Sainte-Catherine et la 
construction de nouvel es infrastructures à la rue des Ateliers, une promesse de subvention de 
2.000.000,00 euros tel e que sol icitée dans la décision du Conseil communal du 21 septembre 2020 ;
Vu le courriel du Comité d’Acquisition du 05 octobre 2020 de réponse à la demande d’explication des 
deux estimations communiquées précédemment ;
Vu l’estimation actualisée du terrain rue des Ateliers établie par Maître Valérie Depouhon, Notaire, 
transmise par courrier daté du 29 décembre 2020 ;
Vu les analyses de Maître A.-L. Durviaux, avocate ;
Vu le courrier recommandé du 19 janvier 2021 par lequel l’Administration communale propose à La 
Ruche Chapel oise S.C.R.L. d’acquérir la parcel e de terrain située à la rue des Ateliers nécessaire à 
la réalisation du projet d’école (Parcel e cadastrée Division 1, section C n°3R3 partie) pour une valeur 
de 426.974,00 euros sans majoration (en échange, l’Administration communale s’engage à renoncer à
la majoration réclamée pour la vente du bâtiment de la rue Solvay n°19) ;
Vu le courrier du 17 février 2021 par lequel l’Administration communale sol icite un accord de principe 
de La Ruche Chapel oise S.C.R.L. pour faire réaliser par un géomètre le levé topographique ainsi que 
le bornage de la parcel e de terrain qui sera reprise par l'Administration communale avant l'acquisition 
définitive ;
Vu le bon de commande envoyé à Monsieur G. Cal ari, géomètre, adjudicataire (premier classé) du 
marché public intitulé "Désignation de géomètres-experts immobiliers pour la réalisation de missions 
de mesurage, bornage, division de terrains ainsi que l'expertise de biens en vue de leur estimation" - 
CSC N°2020/084, par l’administration communale pour qu’il réalise le relevé topographique du terrain 
et des gabarits des voisins existants ainsi que le plan de bornage relativement à la parcel e de terrain 
sise rue des Ateliers qui sera rachetée par l'Administration communale pour la réalisation du projet 
d'école (Parcel e cadastrée Division 1, section C n°3R3 partie) ;
Vu l’avis de légalité favorable N°2021/3 du Directeur financier du 26 janvier 2021 ;
Vu la décision du rapport IG n°2021/340/25/61 de la Société Wal onne du Logement du 07 septembre 
2021 d'autoriser la concrétisation de l'intention de vendre un terrain sis à Chapel e-lez-Herlaimont, rue 
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
27

des Ateliers, cadastré Lot 2 Pie du n°3R3, d'une contenance de 1ha 6a 43 ca, à l'Administration 
communale, Programme 2021 (formulaire V1 n°2 ) de la société « La Ruche Chapel oise » à 
Chapel e-lez-Herlaimont ;
Vu le courriel de La Ruche Chapel oise S.C.R.L. du 07 septembre 2021 informant l'Administration 
communale de la décision précitée ;
Vu le courrier de La Ruche Chapel oise S.C.R.L. du 04 octobre 2021 confirmant l'autorisation de 
vendre le terrain sis à Chapel e-lez-Herlaimont, rue des Ateliers, cadastré Lot 2 Pie du n°3R3, d'une 
contenance de 1ha 6a 43 ca, pour un montant de 426.974,00 euros ;
Considérant le projet de construction d’une école QZEN à la rue des Ateliers à Chapel e-lez-
Herlaimont regroupant les implantations actuel es de la rue des Écoles et de la rue Sainte-Catherine ;
Considérant que ce projet s’intègre dans une stratégie territoriale ainsi que dans une démarche 
globale de développement durable ;
Considérant que pour ce qui est du lieu qui accueillera le projet d’écoquartier dans sa globalité (pôle 
enseignement, sportif et zone résidentiel e), le choix s’est porté sur le terrain sis rue des Ateliers à 
Chapel e-lez-Herlaimont compte tenu de son implantation ;
Considérant que ce terrain est cadastré dans la Division 1, section C n°3R3 ;
Considérant qu’à l’heure actuel e ce bien appartient à la Ruche Chapel oise S.C.R.L. ;
Considérant qu’il lui a été vendu par l’Administration communale pour un montant de 620.000,00 
euros par acte de vente du 29 octobre 2015 ;
Considérant qu’une des étapes pour pouvoir concrétiser le projet de construction de l’école consiste 
au rachat par l’Administration communale du terrain ou du moins de la parcel e de terrain nécessaire à
la réalisation dudit projet ;
Considérant que l’Administration communale a sol icité une estimation du bien auprès du Comité 
d’Acquisition, que celui-ci a estimé la valeur vénale de la totalité du bien à 684.530,00,00 euros pour 
une contenance d’un hectare septante ares soixante-trois centiares (1ha 70a 63ca) et a attiré 
l’attention sur l’existence d’un droit de réméré ;
Considérant que le Col ège communal du 10 mars 2020 a pris connaissance de cette estimation et de 
la possibilité d’appliquer le droit de réméré expressément prévu dans l’acte de vente ;
Considérant que le Col ège communal du 21 avril 2020 a ensuite décidé du principe du rachat 
uniquement de la parcel e strictement nécessaire au projet d’école ;
Considérant que l’Administration communale a sol icité une seconde estimation auprès du Comité 
d’Acquisition uniquement pour la partie de terrain nécessaire au pôle enseignement à savoir une 
superficie moyenne d’1 hectare 6 ares (± 10.643 m²)), que ledit Comité a estimé la partie du terrain à 
385.000,00 euros ;
Considérant que plusieurs possibilités s’offraient à l’Administration communale pour l’achat du terrain :
- soit acheter le terrain complet au prix maximal de l’estimation globale ;
- soit acheter le terrain complet en proposant une offre inférieure à l’estimation globale ;
- soit faire appliquer son droit de réméré sur l’ensemble du terrain dans les 5 ans à dater de la date de
l’acte de vente ;
- soit n’acheter qu’une partie du terrain au prix maximal de l’estimation revue par le CA ;
- soit n’acheter qu’une partie du terrain en faisant une offre inférieure à l’estimation du CA ;
Considérant que le Col ège communal du 16 juin 2020 a décidé de prendre connaissance du montant 
de l’actualisation de l’estimation du bien réalisée par le Comité d’Acquisition et de choisir d’acheter 
uniquement la partie du terrain faisant l’objet de l’actualisation de l’estimation en faisant une offre au 
prix proposé par le Comité d’Acquisition et de proposer cette solution au Conseil ;
Considérant qu’une offre en ce sens a été faite par l’Administration communale à La Ruche 
Chapel oise par courrier recommandé daté du 24 juin 2020 pour un montant de 385.000,00 euros ;
Considérant que la Ruche Chapel oise a transmis en date du 1er septembre 2020 deux décisions (11 
et 11 b) de son Conseil d'Administration du 30 juin 2020, que celui-ci a notamment décidé (Cf. 
Décision 11b. Addendum) :

de valoriser le terrain sis rue des Ateliers, d'une surface approximative d'1 ha 06 a 43ca 
(parcel e cadastrée Division 1, section C n°3R3), sur base de l'estimation du Comité 
d'acquisition du 9 mars 2020, soit un montant de 426.974,00 euros ;

de majorer le montant du même pourcentage appliqué par l’Administration communale dans
la vente de ses bâtiments ;
Considérant que cette décision du Conseil d'administration de La Ruche Chapel oise doit être 
considérée comme un rejet de la proposition de l'Administration communale du 24 juin 2020 d'acheter 
la parcel e de terrain pour un montant de 385.000,00 euros ;
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
28

Considérant que le Comité d'Acquisition d'immeubles a été sol icité quant à la question de la 
« double » estimation fournie ; qu'il a rappelé par courriel daté du 05 octobre 2020 que les estimations
qu’il réalise ne tiennent compte que des éléments objectifs et intrinsèques et nous a confirmé que la 
seconde estimation n’est pas un prorata de la première estimation et que lors de chaque estimation, 
les facteurs (urbanistiques, techniques, géographiques,...) ont été analysés afin d'établir une valeur 
vénale ;
Considérant que le Conseil communal du 21 septembre 2020 a décidé :

de revoir la décision du Conseil communal du 22 juin 2020 d’adopter le principe de la 
construction d’une école passive à la rue des Ateliers à Chapel e-lez-Herlaimont

d’adopter le principe de la construction d’une école QZEN au sein du futur écoquartier de la 
rue des Ateliers à Chapel e-lez-Herlaimont

d’estimer le montant des travaux pour la construction de l’école à 5.031.480,00 euros hors 
TVA soit 5.333.368,00 euros TVA comprise hors frais généraux

de sol iciter une subvention limitée à 2.000.000,00 euros auprès du Fonds des Bâtiments 
Scolaires de l’Enseignement Officiel Subventionné et que le Fonds de Garantie des 
Bâtiments Scolaires sera sol icité pour l’emprunt du solde du montant des travaux

de désaffecter entièrement les bâtiments scolaires de la rue des Écoles et de la rue Sainte-
Catherine dès l’occupation de la nouvel e école
Considérant que l'avis de la Tutel e a également été sol icité par courrier recommandé daté du 06 
octobre 2020 quant à la question du prix d'acquisition du terrain et le problème de « double » 
estimation mais vu la complexité du dossier el e n’a pas pu nous donner une position claire voulant 
sol iciter tant l’avis de la SWL que de Monsieur le Ministre ;
Considérant que le Ministre des Bâtiments scolaires du Gouvernement de la Communauté française 
nous a informé par courrier daté du 05 novembre 2020 de sa décision de nous accorder, pour la 
réalisation des travaux de désaffectation des bâtiments scolaires de la rue des Écoles et de la rue 
Sainte-Catherine et la construction de nouvel es infrastructures à la rue des Ateliers, une promesse de
subvention de 2.000.000,00 euros tel e que sol icitée dans la décision du Conseil communal du 21 
septembre 2020 ;
Considérant le risque de perte du subside de 2.000.000,00 euros si le rachat ne se fait pas ;
Considérant qu’une nouvel e estimation du terrain a été sol icitée par l’Administration communale 
auprès du notaire Valérie Depouhon, que selon cel e-ci « compte tenu du marché actuel et de la 
situation de ce terrain, sa valeur vénale peut s’établir aux alentours de 40€/m2 au minimum »
 (Cf. 
Courrier daté du 29 décembre 2020) ;
Considérant qu’en principe, moyennant le respect des contraintes liées à la compétence des organes 
pour décider du principe, de l’objet et du prix de la vente ou de l’acquisition d’un bien immobilier 
(terrain ou bâtiments), le droit civil s’applique à l’opération d’acquisition d’un terrain ;
Considérant que le droit civil implique qu’un vendeur et un acheteur trouvent un accord sur l’objet 
précis de la vente (ici, la superficie exacte du terrain), sur les modalités (clause de réméré ou acte 
d’achat) et sur un prix ;
Considérant que l’Administration communale souhaite acheter seulement la superficie nécessaire au 
projet pour un prix estimé par le Comité d’Acquisition à 385.000,00 euros ;
Considérant que le vendeur, souhaite un prix de 426.974,00 euros pour la parcel e de terrain 
cadastrée dans la division 1, section C n°3R3 partie, « majoré du même pourcentage appliqué par 
l’administration communale dans la vente de ses bâtiments »
 ;
Considérant les missions d’intérêt général menées en étroite col aboration par l’Administration 
communale et la Ruche Chapel oise S.C.R.L., que compte tenu de ces missions, l’Administration 
communale n’a auparavant jamais proposé la majoration de l’estimation établie par le Comité 
d’Acquisition dans le cadre de la vente de bien à la Ruche Chapel oise S.C.R.L. bien que cette 
estimation soit un prix minimal, que dès lors l’Administration communale renonce à la majoration 
énoncée dans son courrier du 25 juin 2020 en ce qui concerne la vente du bâtiment de la rue Solvay 
n°19, qu’en contrepartie el e attend de La Ruche Chapel oise qu’el e en fasse de même en renonçant 
à la majoration précitée ;
Considérant que le bien a été estimé en date du 29 décembre 2020 par le notaire Valérie Depouhon à 
un prix légèrement supérieur à l’estimation du Comité d’acquisition, soit à 40€/m2 au minimum ;
Considérant qu’en outre, la promesse de principe d’un subside de 2.000.000,00 euros émanant de la 
Fédération Wal onie-Bruxel es en date du 5 novembre 2020, implique que le dossier projet soit 
introduit au plus tard le 1er décembre 2021, qu’il importe donc d’avancer dans la préparation du 
dossier ;
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
29

Considérant que la différence entre le prix proposé par l’Administration communale et le prix souhaité 
par la Ruche Chapel oise S.C.R.L. n’est pas disproportionnée au regard du prix du marché et est 
minime face au risque de perdre un subside de 2.000.000,00 euros ;
Considérant en outre que l’argument précité selon lequel la différence de prix réclamée par La Ruche 
Chapel oise pourrait viser une rémunération déguisée d’une prestation soit l’assistance à la maîtrise 
d’ouvrage n'est plus d'actualité dans la mesure où la col aboration avec La Ruche Chapel oise n’aura 
finalement pas lieu ;
Considérant dès lors que le prix demandé pour le terrain par le vendeur est juste et peut être accepté ;
Considérant que le Col ège communal du 19 janvier 2021 a décidé de marquer son accord de principe
sur l’achat de la superficie de terrain sis rue des Ateliers à Chapel e-lez-Herlaimont strictement 
nécessaire à la réalisation du projet d’école, à savoir la parcel e cadastrée Division 1, section C n°3R3
partie, pour une valeur de 426.974,00 euros sans majoration ;
Considérant le courrier recommandé envoyé à la Ruche Chapel oise S.C.R.L. en date du 19 janvier 
2021 afin d'obtenir son accord de principe quant au prix d’achat précité et l’abandon de la majoration 
mentionnée dans la décision 11b. du Conseil d'administration du 30 juin 2020 (en échange de quoi 
l’Administration communale s’engage à renoncer à la majoration réclamée pour la vente du bâtiment 
de la rue Solvay n°19) ;
Considérant que le Col ège communal du 16 février 2021 a décidé de sol iciter un accord de principe 
de La Ruche Chapel oise S.C.R.L. quant à la désignation par les services de l'Administration 
communale d'un géomètre pour la réalisation des missions suivantes avant l'acquisition définitive de la
parcel e de terrain sise rue des Ateliers afin de pouvoir avancer sur le projet d'école : plan de bornage,
levé topographique du terrain et levé des gabarits des maisons avoisinantes ;
Considérant le courrier daté du 17 février 2021 par lequel l’Administration communale sol icite cet 
accord de principe ;
Considérant que Monsieur G. Cal ari, géomètre, adjudicataire (premier classé) du marché public 
intitulé "Désignation de géomètres-experts immobiliers pour la réalisation de missions de mesurage, 
bornage, division de terrains ainsi que l'expertise de biens en vue de leur estimation" - CSC 
N°2020/084, a été mandaté par l’Administration communale pour réaliser les missions précitées ;
Considérant le courrier de La Ruche Chapel oise S.C.R.L. du 12 avril 2021 (entré à l’Administration 
communale le 14 avril 2021) faisant part de l'accord de principe donné par son Conseil 
d’administration, en sa séance du 30 mars 2021, sur la vente de la parcel e de terrain située à la rue 
des Ateliers, d'une surface approximative de 1 ha 06a 43ca (Parcel e cadastrée Division 1, section C 
n°3R3) à l’Administration communale de Chapel e-lez-Herlaimont pour des raisons d’intérêt général ;
Considérant que cette décision restait toutefois en attente de validation par la Société Wal onne du 
Logement ;
Considérant que la Ruche Chapel oise S.C.R.L. nous a informé par courriel daté du 07 septembre 
2021 de la décision de la Société Wal onne du Logement d'autoriser la concrétisation de l'intention de 
vendre un terrain sis à Chapel e-lez-Herlaimont, rue des Ateliers, cadastré Lot 2 Pie du n°3R3, d'une 
contenance de 1ha 6a 43 ca, à l'Administration communale, Programme 2021 (formulaire V1 n°2 ) de 
la société « La Ruche Chapel oise » à Chapel e-lez-Herlaimont ;
Considérant que La Ruche Chapel oise S.C.R.L. a confirmé par courrier daté du 04 octobre 2021 
l'autorisation de vendre le terrain sis à Chapel e-lez-Herlaimont, rue des Ateliers, cadastré Lot 2 Pie du
n°3R3 pour le montant de 426.974,00 euros ;
Considérant que les crédits budgétaires relatifs à cette dépense extraordinaire sont repris sous l’article
: 722/711-57– projet 20210050 pour un montant de 450.000,00 euros ;
Considérant qu’une demande afin d’obtenir l’avis de légalité du Directeur financier a été soumise le 05
octobre 2021 ;
Considérant que le Directeur financier a rendu un avis de légalité favorable portant le N°2021/72 en 
date du 7 octobre 2021 ;
Considérant que seul le Conseil communal est compétent pour décider de l’acquisition d’un bien et 
d’en fixer les conditions d’achat ;
Considérant que se pose la question de l’instance à qui confier la procédure d’achat (notaire vs 
Comité d’acquisition) ;
Considérant qu’en son temps la vente de la parcel e de terrain sise rue des Ateliers, Section C, 
numéro 3F3 pour 3 ha 63 a 90 ca à La Ruche Chapel oise S.C.R.L. avait été confiée à Maître Valérie 
Depouhon ;
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
30

Considérant qu’en ce qui concerne l’achat de la section de terrain faisant l’objet de la présente 
délibération, l’Administration communale a, dans un premier temps, sol icité une estimation auprès du 
Comité d’Acquisition ;
Que l’Administration communale a ensuite - sur recommandation de Maître A.-L. Durviaux, Avocate - 
également sol icité une estimation auprès de Maître Valérie Depouhon, Notaire, estimant que cel e-ci 
était plus en phase avec la réalité de terrain ;
Considérant que La Ruche Chapel oise S.C.R.L. nous a informé par courrier daté du 04 octobre 2021 
qu'el e al ait prendre contact avec l'étude du notaire Depouhon à Trazegnies afin d'entamer les 
démarches administratives pour la passation de l'acte de vente ;
Considérant qu’il est proposé de continuer la procédure avec le notaire Maître Valérie Depouhon ;
Sur proposition du Col ège communal du 12 octobre 2021 ;
Par … voix pour, … voix contre et … abstention, DECIDE :
Article 1er : d'approuver l’achat d’un terrain sis à Chapel e-lez-Herlaimont, rue des Ateliers, cadastré 
Lot 2 Pie du n°3R3, d'une contenance de 1ha 6a 43 ca appartenant à La Ruche Chapel oise S.C.R.L.,
pour des raisons d’intérêt général, au prix de 426.974,00 euros sans majoration et hors frais 
d'acquisition, 
fixé par l'offre d'achat du 19 janvier 2021 réalisée par le Col ège communal et validé 
par le courrier de La Ruche Chapel oise S.C.R.L. entré à l'Administration communale le 04 octobre 
2021.
Art 2 : de financer la dépense par le crédit inscrit au budget extraordinaire de l’exercice 2021, article 
722/711-57 (projet n°20210050).
Art 3 : de charger le Col ège communal de procéder à l’achat du terrain en continuant la procédure 
avec Maître Valérie Depouhon, notaire.
 
PERSONNEL COMMUNAL
26.    A
  utorisation d’exercer une activité professionnelle à titre complémentaire  
Demande de Madame Nancy Orinx, steward, de pouvoir exercer une activité professionnel e à titre 
complémentaire dans le domaine du nettoyage.
Extrait du statut administratif du personnel communal
Chapitre II – Droits et devoirs
R
  emarque  :  ce chapitre est rendu applicable aux agents contractuels 
Art. 4 : Chaque agent a le droit :
1.
d’être traité avec dignité et courtoisie tant par ses supérieurs hiérarchiques, par ses 
col ègues que par ses subordonnés. Tout acte quelconque de violence au travail, de 
harcèlement moral ou sexuel sur les lieux de travail est strictement interdit.
2.
de consulter son dossier personnel. Aucune pièce ne peut être ajoutée au dossier 
personnel sans que l’agent en ait eu connaissance préalable.
3.
à la formation utile à son travail, de même qu’à la formation continue en vue du 
développement de sa carrière professionnel e.
4.
à l’information pour tous les aspects utiles à l’exercice de ses tâches.
5.
d’exercer sa liberté d’expression à l’égard des faits dont il a connaissance dans l’exercice 
de ses fonctions sous les réserves suivantes : il lui est interdit de révéler des faits qui ont 
trait à la sécurité nationale, à la protection de l’ordre public, aux intérêts financiers de 
l’administration, à la prévention et à la répression des faits délictueux, au secret médical, 
aux droits et libertés du citoyen et notamment le droit au respect de la vie privée. Il lui est 
interdit de révéler des faits qui ont trait à la préparation de toutes les décisions aussi 
longtemps qu’une décision finale n’a pas encore été prise, ainsi que des faits qui, lorsqu’ils 
sont divulgués, peuvent porter préjudice aux intérêts de l’administration.
6.
d’exercer en cumul une autre activité professionnel e rémunérée pour autant que cette 
activité soit :

autorisée par le Conseil communal ;

exercée en dehors des heures de travail ;

exercée à titre accessoire par rapport aux fonctions communales ;

de nature à n’engendrer aucun conflit d’intérêt présent et à venir ni aucune nuisance dans 
l’accomplissement des devoirs de la fonction.
Projet de décision :
Vu les articles L1122-19, L1123-23 et L1213-1 du Code de la Démocratie Locale et de la 
Décentralisation ;
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
31

Considérant que Madame Nancy ORINX travaille actuel ement au sein du service des "Stewards" ;
Considérant la demande écrite du 2 septembre 2021 de l'intéressée de pouvoir exercer une activité 
complémentaire dans le domaine du nettoyage ;
Considérant que l'intéressée répond favorablement au §6 de l’article 4 du Chapitre II du statut 
administratif applicable au personnel communal, réglant les droits et devoirs des agents ;
Sur proposition du Col ège communal du 14 septembre 2021 ;
Par ... voix pour, ... voix contre et ... abstention, DECIDE :                    
Article unique : d’autoriser Madame Nancy ORINX à exercer une activité complémentaire dans le 
domaine du nettoyage tant qu'el e répond favorablement au §6 de l'article 4 du Chapitre II du statut 
administratif applicable au personnel communal.
27.    A
  utorisation d’exercer une activité professionnelle à titre complémentaire  
Demande de Monsieur Frédéric LAURENT, animateur culturel, de pouvoir exercer une activité 
professionnel e à titre complémentaire dans le domaine animalier.
Extrait du statut administratif du personnel communal
Chapitre II – Droits et devoirs
R
  emarque  :  ce chapitre est rendu applicable aux agents contractuels 
Art. 4 : Chaque agent a le droit :
1.
d’être traité avec dignité et courtoisie tant par ses supérieurs hiérarchiques, par ses 
col ègues que par ses subordonnés. Tout acte quelconque de violence au travail, de 
harcèlement moral ou sexuel sur les lieux de travail est strictement interdit.
2.
de consulter son dossier personnel. Aucune pièce ne peut être ajoutée au dossier 
personnel sans que l’agent en ait eu connaissance préalable.
3.
à la formation utile à son travail, de même qu’à la formation continue en vue du 
développement de sa carrière professionnel e.
4.
à l’information pour tous les aspects utiles à l’exercice de ses tâches.
5.
d’exercer sa liberté d’expression à l’égard des faits dont il a connaissance dans l’exercice 
de ses fonctions sous les réserves suivantes : il lui est interdit de révéler des faits qui ont 
trait à la sécurité nationale, à la protection de l’ordre public, aux intérêts financiers de 
l’administration, à la prévention et à la répression des faits délictueux, au secret médical, 
aux droits et libertés du citoyen et notamment le droit au respect de la vie privée. Il lui est 
interdit de révéler des faits qui ont trait à la préparation de toutes les décisions aussi 
longtemps qu’une décision finale n’a pas encore été prise, ainsi que des faits qui, lorsqu’ils 
sont divulgués, peuvent porter préjudice aux intérêts de l’administration.
6.
d’exercer en cumul une autre activité professionnel e rémunérée pour autant que cette 
activité soit :

autorisée par le Conseil communal ;

exercée en dehors des heures de travail ;

exercée à titre accessoire par rapport aux fonctions communales ;

de nature à n’engendrer aucun conflit d’intérêt présent et à venir ni aucune nuisance dans 
l’accomplissement des devoirs de la fonction.
Projet de décision :
Vu les articles L1122-19, L1123-23 et L1213-1 du Code de la Démocratie Locale et de la 
Décentralisation ;
Considérant la demande de Monsieur Frédéric LAURENT, animateur culturel, de pouvoir exercer une 
activité complémentaire dans le domaine animalier, par l'ouverture d'un "bar à chats" ;
Considérant que l'intéressé répond favorablement au §6 de l’article 4 du Chapitre II du statut 
administratif, applicable au personnel communal, réglant les droits et devoirs des agents ;
Sur proposition du Col ège communal du 12 octobre 2021 ;
Par ... voix pour, ... voix contre et ... abstention, DECIDE :                    
Article unique : d’autoriser Monsieur Frédéric LAURENT à exercer une activité à titre 
complémentaire dans le domaine animalier.
28.    O
  ctroi de l'allocation de fin d'année pour l'année 2021  
Chaque année, le Conseil communal doit se prononcer sur l'al ocation de fin d'année la plus 
importante tel e que précisée dans l'article 54 quinquies du statut pécuniaire.
Projet de décision :
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
32

Vu les articles L 1122-17, L 1122-19, L 1122-26, L 1122-27, L 1122-30, L 1222-1 du Code de la 
Démocratie locale et de la Décentralisation ;
Vu le statut pécuniaire adopté le 13 décembre 2010 et ses modifications ultérieures ;
Vu la décision du Conseil communal du 18 novembre 2019 relative à la modification de l'article 54 
quinquies du statut pécuniaire applicable au personnel communal;
Vu l'arrêté du 23 décembre 2019 du Gouvernement wal on relatif à l'approbation de la modification du 
statut pécuniaire du 18 novembre 2019;
Considérant que l'article 54 quinquies du statut pécuniaire prévoit que : " Chaque année, le Conseil 
communal se prononcera sur l'octroi de l'al ocation de fin d'année aux membres du personnel 
communal non enseignant octroyée dès 2017 (à savoir - pour la partie forfaitaire: le montant de la 
partie forfaitaire octroyée l’année précédente (367,7683 euros en 2016), augmenté d’une fraction dont
le dénominateur est l’indice santé du mois d’octobre de l’année précédente et le numérateur l’indice 
santé du mois d’octobre de l’année considérée; le résultat est établi jusqu’à la quatrième décimale 
inclusivement, et pour la partie variable: la partie variable s’élève à 2,5 % de la rétribution annuel e 
brute qui a servi de base au calcul de la rétribution due au bénéficiaire pour le mois d’octobre de 
l’année considérée), ou de l'al ocation de fin d'année dont les montants sont indiqués en paragraphe 2
après que ce point aura été présenté en réunion de comité de concertation Commune/C.P.A.S. et en 
comité de négociation
." ;
Considérant que le Conseil communal doit se prononcer chaque année sur l'octroi de l'al ocation de fin
d'année la plus élevée, tel e que prévue à l'article 54 quinquies du statut pécuniaire ;
Considérant la volonté d'octroyer la prime la plus élevée aux agents communaux non enseignants 
pour l'année 2021 ;
Considérant l'ordre du jour du Comité de concertation Commune/C.P.A.S. du 19 octobre 2021 ;
Considérant l'ordre du jour du Comité de négociation syndicale du 22 octobre 2021 ;
Sur proposition du Col ège communal du 12 octobre 2021 ;
Par ... voix pour, ... voix contre et ... abstention, DECIDE :
Article unique : d’octroyer à l'ensemble du personnel communal non enseignant l'al ocation de fin 
d'année la plus élevée en 2021, calculée selon les modalités de l'article 54 quiquies du statut 
pécuniaire applicable au personnel communal non enseignant.
29.    C
  adre du personnel communal - Modification  
Adaptation du cadre du personnel suite à une modification au sein du personnel :
Grades légaux
- Augmentation d'un Directeur général adjoint et diminution d'un Chef de bureau (A1) ou Chef de 
service (C3) du personnel administratif.
Projet de décision :
Vu les articles L1122-19, L1122-21, L1122-27, L1122-30 et L1213-1 du Code de la Démocratie Locale 
et de la Décentralisation ;
Vu l’adhésion au « Pacte pour une fonction publique Locale et Provinciale solide et solidaire » en date 
du 25 mai 2009 ;
Considérant la nécessité de réviser ce cadre eu égard aux dernières modifications ;
Considérant les besoins de personnel estimés pour le bon fonctionnement des services, y compris le 
personnel non statutaire ;
Considérant la nécessité de fixer des balises en matière de désignation de personnel pour répondre 
entre autres au plan de gestion ;
Considérant la volonté de faire figurer au cadre « les emplois qui répondent à des activités 
permanentes » conformément à la circulaire RW du 27/05/1994 ;
Considérant que tous les emplois, y compris les emplois occupés par des agents contractuels sont 
des emplois qui répondent à des activités permanentes pour la bonne gestion de l’Administration et de
l’intérêt général ;
Considérant l'accord du Comité de direction du 12 octobre 2021 ;
Considérant l'ordre du jour du Comité de concertation Commune-CPAS du 19 octobre 2021 ;
Considérant l'ordre du jour du Comité de négociation syndicale du 22 octobre 2021 relatif notamment 
à la modification du cadre du personnel communal ;
Sur proposition du Col ège communal du 12 octobre 2021 ;
Par ... voix pour, ... voix contre et ... abstention, DECIDE :
Article 1er : le nouveau cadre du personnel est fixé comme suit :
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
33

Statutaire 
Contractuel 
Grade équivalent 
Situation 
Nouvea
Total 
Différ
situation 
Situation 
temps plein          
actuelle
u cadre
projeté ence
projetée
projetée
Grades légaux
 
 
 
 
 
 
Directeur général
1
1
1
0
1
 
Directeur financier
1
1
1
0
1
 
Directeur général 
0
1
1
0
1
+ 1
adjoint
Personnel 
 
 
 
 
 
 
administratif
Attaché spécifique 
0
0
0
0
0
 
(A4)
Chef de bureau (A1) 
ou Chef de service 
7
6
4
2
6
- 1
(C3)
Attaché spécifique 
1
1
1
0
1
 
éco-conseil er (A1sp)
Attaché spécifique 
1
1
0
1
1
 
juriste (A1sp)
Attaché spécifique 
2
2
0
2
2
 
architecte (A1sp)
Educateur spécialisé 
0.5
0.5
0
0.5
0.5
 
(B1)
Employé 
d'administration (D1-
22
22
10
12
22
 
D4-D6)
Auxiliaire administratif  1
1
0
1
1
 
(E1)
Personnel technique   
 
 
 
 
 
et ouvrier
Chef de bureau 
1
1
1
0
1
 
technique (A1)
Agent technique en 
0
2
0
2
2
 
chef (D9)
Agent technique (D7)
3
1
1
2
1
 
Brigadier (C1)
3
3
3
0
3
 
Ouvrier qualifié (D1-
20
20
5
15
20
 
D4)
Manoeuvres travaux 
16
16
1
15
16
 
lourds (E1)
Auxiliaires 
18
18
2
16
18
 
professionnels (E1)
Personnel de 
l'organisation du 

 
 
 
 
 
 
temps libre
Culture
 
 
 
 
 
 
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
34

Chef de bureau 
1
1
1
0
1
 
bibliothécaire (A1)
Employé de 
bibliothèque (D1-D4-
3
3
2
1
3
 
D6)
Animateur culturel 
1
1
0
1
1
 
(D1-D4-D6)
Jeunesse
 
 
 
 
 
 
Coordinatrice (B1)
1
1
0
1
1
 
Animateur (D1-D4-D6) 4.5
4.5
0
4.5
4.5
 
Sports
 
 
 
 
 
 
Chef de service (C3)
0
0
0
0
0
 
Employé 
1
0
1
0
1
 
d'administration (D6)
Surveil ant de bassin 
1
5
0
5
5
 
(D1-D4-D6)
Responsable de 
0
2
0
2
2
 
caisse (E1)
Auxiliaire 
1
5
0
5
5
 
professionnel (E1)
Personnel de 
 
 
 
 
 
 
cohésion
Stewards
 
 
 
 
 
 
Animateurs (E1)
6
6
0
6
6
 
P.C.S.
 
 
 
 
 
 
Assistant social (B1)
2
2
2
0
2
 
Employé 
d'administration (D1-
1
1
0
1
1
 
D4-D6)
Art 2 : de soumettre cette décision à l'autorité de tutel e dans le cadre de la tutel e spéciale 
d'approbation.
30.    D
  irecteur général adjoint - Déclaration de vacance du poste  
Déclaration de vacance du poste de Directeur général adjoint prévu au cadre du personnel.
Projet de décision :
Vu le code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation, notamment ses articles L1124-2, L1124-
15, L1124-16, L1124-17 et L1124-18;
Vu le décret du 18 avril 2013 modifiant le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation en 
instituant un nouveau statut des grades légaux de la commune ;
Vu le décret du 18 avril 2013 modifiant la loi du 8 juil et 1976 organique des Centres Publics d'Action 
Sociale en instituant un nouveau statut des grades légaux du CPAS ;
Vu l'arrêté du Gouvernement wal on du 11 juillet 2013 fixant les règles d’évaluation des emplois de 
Directeur général, Directeur général adjoint et Directeur financier de la commune ;
Vu l'arrêté du Gouvernement wal on du 11 juillet 2013 fixant les conditions de nomination aux emplois 
de directeur général, directeur général adjoint et directeur financier du CPAS ;
Vu la circulaire du 16 décembre 2013 relative au statut des titulaires des grades légaux ;
Vu la décision du Conseil communal du 25 janvier 2016 relative à la modification du statut pécuniaire 
des grades légaux ;
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
35

Vu la délibération du Conseil communal du 30 septembre 2013 portant modification au cadre du 
personnel communal non enseignant par l'insertion d'un emploi de Directeur général adjoint ;
Vu la délibération du Conseil communal du 24 mars 2014 adoptant le règlement portant sur les 
conditions et modalités de nomination au grade de Directeur général adjoint tel qu'approuvé par 
l'autorité de tutel e en date du 16 mai 2014 et tel que repris ci-après :
CHAPITRE 1 - Du recrutement
1.
Conditions générales d’admissibilité
1° Etre ressortissant d'un Etat membre de l'Union européenne
2° jouir des droits civils et politiques;
3°être d'une conduite répondant aux exigences de la fonction;
4° Être porteur d'un diplôme donnant accès à un emploi de niveau A;
5° Être lauréat d'un examen;
6° Avoir satisfait au stage.

2.
Conditions de participation à l'examen
Les conditions générales 1 à 4 doivent être remplies au plus tard à la date ultime d'introduction des 
candidatures.
Titres requis :

1.
Un des titres pris en considération pour le recrutement aux emplois de niveau 1 
(universitaire) dans les services de l’Etat fédéral

2.
Un titre reconnu délivré à l’issue d’une session complète de cours de sciences 
administratives.

Sont dispensés d’un tel titre, les candidats porteurs d’un des diplômes suivants ou assimilés :

Doctorat ou licence en droit ;

Licence en sciences administratives, notariat, sciences politiques, sciences économiques 
ou commerciales ;


Un des titres pris en considération pour le recrutement aux emplois de niveau 1 
(universitaire) dans les services de l’Etat fédéral pour autant que ce titre ait été délivré au 
terme d’études comportant au moins 60 heures dans le groupe de droit public, droit 
administratif et droit civil, ainsi que 40 heures dans le groupe d’économie, de finances et de
comptabilité.

3.
Un certificat de management public ou tout autre titre équivalent délivré par un organisme 
agréé par le Gouvernement sur avis du Conseil régional de la formation.

Tant que ledit certificat de management public n’est pas organisé au moment où le Conseil fixe les 
conditions de participation à l’examen, il ne peut être exigé par la suite.
La durée du stage est d'un an lorsque, à leur entrée en fonction, les directeurs sont en possession 
d'un certificat de management public.
La durée du stage est de deux ans maximum lorsque, à leur entrée en fonction, les directeurs ne 
possèdent pas le certificat de management public. Durant cette période, le stagiaire devra suivre la 
formation adéquate avec fruit.

3.
Modalités d'organisation de l'examen
Les candidatures sont adressées au Col ège communal par lettre recommandée à la poste.
El es sont accompagnées des pièces suivantes :


Un extrait récent (moins de 6 mois) du casier judiciaire ;

Une copie lisible des titres requis. En cas de doute sérieux sur la conformité à l’original de 
la copie, la demande d’apport de la preuve de la conformité à l’original de la copie pourra 
être demandée à l’autorité qui a délivré l’original ou au candidat dans le respect de la 
procédure tracée par le décret du 1er avril 2004 portant suppression de l’obligation de 
produire des copies certifiées conformes de documents.

4.
Composition du jury
Le jury est désigné par le Col ège communal qui choisit la personne qui présidera le jury.
Ce jury sera composé de :
1° Deux experts (hors Col ège et hors conseil de la commune);
2° Un enseignant (universitaire ou école supérieure);
3° Deux représentants de la fédération concernée par l'examen;
Un membre du personnel sera mis à la disposition du jury susmentionné pour rédiger le procès-
verbal.
Il est dressé un procès-verbal mentionnant notamment la composition du jury et les résultats obtenus 
par les candidats aux différentes épreuves.

Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
36

5.
L'ordre et le contenu ainsi que le mode de cotation des épreuves
6.
Directeur général et Directeur général adjoint
7.
Epreuve écrite portant sur la formation générale et la maturité d’esprit : cotation sur 100 
points

Epreuve écrite permettant d’apprécier la formation et la maturité d’esprit du candidat à savoir :
Synthèse et commentaire d’une conférence de niveau universitaire portant sur un sujet d’intérêt 
général ou communal. Cette épreuve a pour objet de déceler l’esprit de synthèse et de critique des 
candidats.
Le travail à fournir doit comporter deux parties distinctes :

1.
Un résumé en texte continu des idées maitresses développées ;
2.
Un exposé comprenant les remarques, les réflexions personnel es et, éventuel ement les 
objections ainsi que les critiques jugées opportunes par le candidat.

Les candidats doivent obtenir 50 % des points pour être admis à la deuxième épreuve.
b.
Epreuve écrite d’aptitude professionnel e : cotation sur 200 points
Epreuve écrite portant sur les matières professionnel es suivantes et permettant d’apprécier si le 
candidat possède les connaissances et capacités voulues pour exercer la fonction :


Droit constitutionnel : 10 points

Droit administratif : 10 points

Droit des marchés publics : 40 points

Droit civil : 10 points

Finances et fiscalités locales : 30

Droit communal et loi organique des C.P.A.S. : 100 points
Pour réussir la deuxième épreuve, les candidats doivent obtenir 50 % des points pour être admis à la 
troisième épreuve.

c.
Epreuve orale : cotation sur 100 points
Epreuve orale d’aptitude à la fonction et à la capacité de management permettant d’évaluer le 
candidat notamment sur sa vision stratégique de la fonction et sur la maitrise des compétences 
nécessaires à l’exercice de cette dernière en matière de gestion des ressources humaines, de 
management et d’organisation du contrôle interne.
Les candidats doivent obtenir minimum 50% dans chaque épreuve et 60% au total des épreuves.
CHAPITRE 2 – De la promotion
Lorsqu'il y a plus de deux agents de niveau A au sein de l'administration locale, l'accès aux fonctions 
de directeur n'est ouvert qu'aux agents de niveau A.
Lorsqu'il y a deux ou moins de deux agents de niveau A au sein de l'administration locale, l'accès peut
être ouvert aux agents de niveau D6, B, C3 et C4 disposant de dix années d'ancienneté dans ces 
niveaux.
Sont néanmoins dispensés de l'épreuve d’aptitude professionnel e, les agents ayant réussi un 
examen ou un concours d’accession à un grade au moins égal à celui de chef de bureau et qui 
disposent de cinq années d’ancienneté dans ce niveau. Les années d’ancienneté susvisées (10 ans, 
5 ans) s’entendent des années prestées, quel que soit le statut de l’agent durant ces années.
Ces agents ne sont pas dispensés du stage, de l'épreuve orale ni de l'obtention d'un certificat de 
management public ou tout autre titre équivalent délivré par un organisme agréé par le Gouvernement
sur avis du Conseil régional de la formation. En ce qui concerne le certificat de management public, il 
ne peut être exigé par la suite s’il n’est pas organisé au moment de fixer les conditions de participation
à l’examen.
CHAPITRE 4 – Du stage
A leur entrée en fonction, les directeurs sont soumis à une période de stage.
La durée du stage est d'un an lorsque, à leur entrée en fonction, les directeurs sont en possession 
d'un certificat de management public.
La durée du stage est de deux ans maximum lorsque, à leur entrée en fonction, les directeurs ne 
possèdent pas le certificat de management public. Durant cette période, le stagiaire devra suivre la 
formation adéquate avec fruit.
Lorsqu'il ressort que le certificat n'est pas acquis à l'issue des périodes définies, le Conseil communal 
peut notifier au stagiaire son licenciement.
Pendant la durée du stage, les directeurs sont accompagnés dans les aspects pratiques de leur 
fonction par une commission de stage composée de directeurs généraux ou de directeurs financiers 
selon le cas.

Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
37

Les membres de cette commission sont au nombre de trois et sont désignés par la fédération 
concernée sur base d'une liste de directeurs disposant d'un minimum de dix années d'ancienneté 
dans la fonction.
A l'issue de la période de stage, la commission procède à l'évaluation du directeur et établit un rapport
motivé dans lequel el e conclut à l'aptitude ou non du directeur concerné à exercer la fonction. Un 
membre du Col ège est associé à l'élaboration du rapport.
En cas de rapport négatif, le Conseil communal peut procéder au licenciement du directeur concerné.
Par dérogation, lorsque l'agent est issu de la promotion à cette fonction, il conserve le droit de 
récupérer son poste antérieur à la promotion et ce, dans l'hypothèse où le stage se conclut par une 
décision de licenciement.
Les directeurs généraux, adjoints et financiers en fonction en date du 1er septembre 2013, sont 
dispensés de la condition d'obtention du certificat de management public.
Tant que ledit certificat de management public n’est pas organisé au moment de fixer les conditions 
de participation à l’examen, il ne peut être exigé par la suite. De plus, la durée du stage est d’un an 
dans ce cas de figure.
Considérant la volonté politique de désigner un Directeur général adjoint commun à la Commune et 
au CPAS pour faciliter les synergies entre la commune et le CPAS et gérer les services synergisés 
des deux institutions de la Commune de Chapel e-lez-Herlaimont ;
Considérant qu'au vu de l'énoncé de l'article L1124-15 du Code de la Démocratie Locale et de la 
Décentralisation, il convient de désigner au préalable un Directeur général adjoint à la Commune 
avant toute désignation au CPAS :
Art. L1124-15. §1er. Dans les communes de plus de dix mil e habitants, le conseil communal peut 
adjoindre au directeur général un fonctionnaire auquel il est donné le titre de directeur général adjoint.
§2. Le directeur général adjoint d'une commune peut être nommé directeur général adjoint du centre 
public d'action sociale du même ressort. Il ne peut toutefois pas être nommé directeur général adjoint 
d'une autre commune, ni directeur général adjoint du centre public d'action sociale d'une autre 
commune.
Les prestations totales ne peuvent en aucun cas porter le volume global de toutes les activités 
cumulées à plus d'un temps plein.
Le conseil communal et le conseil de l'action sociale déterminent, de commun accord, la répartition du
temps de travail du directeur général adjoint commun au profit des deux institutions. La charge 
salariale incombant respectivement à la commune et au centre public d'action sociale est 
proportionnel e au temps de travail presté au profit de chacune des deux institutions.
Considérant qu'il est opportun de désigner un Directeur général adjoint à l'administration communale 
de Chapel e-lez-Herlaimont ;
Considérant que plusieurs membres du personnel sont dans les conditions pour accéder à cette 
fonction par promotion ;
Considérant qu'il convient par conséquent de procéder à la promotion d'un Directeur général adjoint 
par appel public restreint ;
Considérant le procès-verbal du Comité de concertation Commune-C.P.A.S. du 3 mars 2014 relatif à 
l'adoption du règlement fixant les conditions de nomination au grade de Directeur général adjoint pour 
la commune et le C.P.A.S. et aux modifications du statut pécuniaire des grades légaux des deux 
institutions ;
Considérant le procès-verbal du Comité de négociation syndicale du 13 mars 2014 et les protocoles 
d'accord relatifs à la création d'un poste de Directeur général adjoint, au règlement de nomination des 
grades légaux de la Commune et du C.P.A.S. et à la fixation de l'échel e de traitement des grades 
légaux des deux institutions ;
Considérant l'accord du Comité de direction du 12 octobre 2021 ;
Sur proposition du Col ège communal du 5 octobre 2021 ;
Par ... voix pour, ... voix contre et ... abstention, DECIDE :
Article 1er : de déclarer la vacance de l'emploi de Directeur général adjoint au cadre du personnel 
des grades légaux et d’y pourvoir par promotion par la voie d'un appel public restreint.
Art 2 : de confier au Col ège communal le soin d'organiser l'examen de promotion conformément au 
règlement portant sur les conditions et modalités de nomination au grade de Directeur général adjoint 
approuvé par le Conseil communal en date du 24 mars 2014.
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
38

31.    C
  ession de points APE entre l'Administration communale et le Centre Public d'Action Sociale  
Jusqu'au 31 décembre 2021 l'Administration communale cède, annuel ement, 25 points A.P.E. de son 
quota au C.P.A.S.
Valeur du point 2021 : 3.174,17 euros
A partir du 1er janvier 2022, un nouveau dispositif A.P.E. entre en vigueur et convertit le concept de 
points au profit d'une subvention forfaitaire.
Actuel ement, nous ne connaissons pas le montant qui nous sera octroyé.
Projet de décision :
Vu le décret du 25 avril 2002 relatif aux aides visant à favoriser l’engagement de demandeurs d’emploi
par les pouvoirs locaux, régionaux et communautaires, et l’arrêté du Gouvernement wal on du 19 
décembre 2002 portant exécution du décret précité ;
Vu les articles L1122-17, L1122-19, L1122-26, L1122-27 et L1122-30 du Code de la Démocratie 
Locale et de la Décentralisation ;
Vu les délibérations du Conseil communal du 1er février 2010, 12 décembre 2011, 3 septembre 2012 
et 16 septembre 2013 et 14 décembre 2015, 19 décembre 2016 et 18 décembre 2017, 24 septembre 
2018, 18 novembre 2019 et 9 novembre 2020 cédant à son Centre Public d’Action Sociale 25 points 
APE jusqu’au 31 décembre 2021 ;
Considérant que l’Administration communale a bénéficié, en date du 1er janvier 2010, d’un nombre de
points calculés conformément à l’article 15, § 1er du décret du Parlement wal on du 25 avril 2002, à 
savoir sur base de critères objectifs ;
Considérant que l’article 15, § 3, 1° prévoit que le nombre de points attribués aux communes, 
conformément aux critères visés à l’article 15, § 1er est révisé par le Gouvernement Wal on tous les 
deux ans à dater du 31 décembre 2003. La dernière révision des points aurait dû se faire au 1er 
janvier 2012 ;
Considérant les courriers du SPW département de l’emploi et de la formation professionnel e des 16 
novembre 2011 et 18 juil et 2012 reconduisant automatiquement les points dont la commune 
a bénéficié au 1er janvier 2010 pour les années 2012 et 2013 ;
Considérant le courrier du SPW département de l’emploi et de la formation professionnel e du 25 juil et
2013 reconduisant automatiquement les points de la décision "critères objectifs" dont la commune a 
bénéficié au 1er janvier 2010 pour les années 2014 et 2015 ;
Considérant le courrier du SPW département de l'emploi et de la formation professionnel e du 5 
novembre 2015 reconduisant automatiquement, pour l'année 2016, les points dont la commune a 
bénéficié pour les années 2014 et 2015, c'est-à-dire 223 points ;
Considérant l'arrêté ministériel du Ministre de l'Emploi et de la Formation reconduisant 
automatiquement, pour l'année 2018 et pour une durée indéterminée, les points dont la commune a 
bénéficié pour l'année 2017, c'est-à-dire 223 points ;
Considérant le nouveau dispositif APE qui entrera en vigueur au 1er janvier 2022 convertissant le 
concept de points au profit d'une subvention forfaitaire ;
Considérant le Comité de concertation commune - C.P.A.S. du 29 octobre 2020 ;
Sur proposition du Col ège communal du 5 octobre 2021 ; 
Par ... voix pour, ... voix contre et ... abstention, DECIDE :
A
  rticle  uni
 
que  : de confirmer la cession, de l'équivalent, de 25 points APE à son Centre Public 
d'Action Sociale pour l'année 2022.
 
TAXES
32.     Règlement-taxe sur l'enlèvement et le traitement des déchets ménagers  
Le règlement-taxe du Conseil communal du 09 novembre 2020 arrive à expiration le 31 décembre 
2021. Il est donc impératif de voter un nouveau règlement pour l'exercice 2022 sur l'enlèvement et le 
traitement des déchets ménagers.
Le décret du 22 mars 2007 modifiant le décret du 27 juin 1996 relatif aux déchets et son arrêté 
d'exécution du 5 mars 2008 ont un impact sur la fiscalité communale. Le décret impose aux 
communes l'application du coût-vérité. Cela veut dire qu'el es doivent répercuter directement les coûts
de gestion des déchets résultant de l'activité usuel e des ménages sur les bénéficiaires (principe du 
pol ueur payeur).
Le décret du 23 juin 2016 prévoit que les communes doivent couvrir entre 95% et 110% du coût-vérité.
Le taux est fixé à :
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
39


110 euros pour les ménages d'une personne

169 euros pour les ménages de 2 personnes

184 euros pour les ménages de 3 personnes et plus
Le Conseil communal décide, dés lors, d'adopter le règlement-taxe sur l'enlèvement et le traitement 
des déchets ménagers.
Projet de décision :
Vu les articles 41, 162 et 170 de la Constitution ;
Vu la loi du 13 avril 2019 introduisant le Code du recouvrement amiable et forcé des créances fiscales
et non fiscales ;
Vu les articles du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation (C.D.L.D.) et notamment les
articles L1122-30, L1133-1, L1133-2, L3131-1 §1 3°, L3132-1 et L3321-1 à L3321-12 ;
Vu le décret du Conseil régional wal on du 27 juin 1996 relatif aux déchets tel que modifié par le
décret du 22 mars 2007, notamment l’article 21 ;
Vu le décret du 22 mars 2007 (Moniteur belge 24 avril 2007) modifiant le décret du 27 juin 1996 relatif
aux déchets et son arrêté d’exécution du 5 mars 2008 qui ont un impact sur la fiscalité communale ;
Vu le décret du 23 juin 2016 modifiant le Code de l'environnement, le Code de l'eau et divers décrets
en matière de déchets et de permis d'environnement ;
Vu l'arrêté royal du 12 avril 1999 déterminant la procédure devant le Gouverneur ou devant le Col ège
des   Bourgmestre   et   échevins   en   matière   de   réclamation   contre   une   imposition   provinciale   ou
communale ;
Vu   l’arrêté   du   Gouvernement   Wal on   du   05   mars   2008   relatif   à   la   gestion   des   déchets  issus  de
l’activité usuel e des ménages et à la couverture des coûts y afférents ;
Vu l'arrêté du Gouvernement Wal on du 15 octobre 2009 portant exécution du décret du 30 avril 2009
relatif à l'hébergement et à l'accueil des personnes âgées ;
Vu la circulaire budgétaire du 08 juil et 2021 relative à l'élaboration des budgets des communes de la
Région wal onne pour l'année 2022 ;
Vu la circulaire relative aux entités sous suivi du Centre Régional d'Aide aux Communes pour l'année
2022 ;
Vu la communication du projet de délibération au Directeur financier en date du 12 octobre 2021 ;
Vu l'avis favorable remis par le Directeur financier en date du 12 octobre 2021 et joint en annexe ;
Considérant que selon le décret précité, le taux de couverture doit être compris entre 95 et 110% ;
Considérant cependant que selon l'exigence du CRAC les communes sous plan de gestion doivent
atteindre un taux de couverture de minimum 100% ;
Considérant que le produit de la vente des sacs destinés à accueil ir les ordures ménagères ne couvre
que partiel ement ce type de déchets ;
Considérant que le calcul du coût-vérité 2022 est basé sur les chiffres du coût-vérité réel 2020 en
tenant compte des prévisions de l’évolution des coûts pour l’année 2022 fournis par TIBI ;
Considérant qu’en fixant la taxe aux montants repris ci-dessous, notre taux de couverture atteindra
100% et répondra ainsi aux exigences du décret ;
Considérant   la   réunion   organisée   par  l’intercommunale  TIBI   le  17  octobre   2008   afin   d’étudier  les
modalités pratiques de mise en œuvre de l’arrêté ;
Considérant que les homes sont concernés par l'arrêté du Gouvernement wal on du 15 octobre 2009 ;
Considérant   que   les   redevables   défunts   ne   produiront plus   de   déchets   sur   le   territoire   chapel ois
durant l'exercice à partir de la date du décès ;
Considérant que le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation a été modifié par le décret
du 19 décembre 2019 et par celui du 17 décembre 2020 ;
Considérant que ce décret précise l'article L3321-8 bis rédigé comme suit : "Art. L3321-8bis. En cas
de non paiement à l'échéance, un rappel est envoyé au contribuable. Ce rappel se fait par courrier
recommandé. Les frais postaux de cet envoi peuvent être mis à charge du redevable. Dans ce cas,
ceux-ci sont recouvrés en même temps que le principal. Ce rappel de paiement adressé au redevable
ne peut être envoyé qu'à l'expiration d'un délai de 10 jours calendrier à compter du 1er jour suivant
l'échéance   de   paiement   mentionnée   sur   l'avertissement   extrait   de   rôle.   La   première   mesure
d'exécution ne peut être mise en œuvre qu'à l'expiration d'un délai d'un mois à compter du troisième
jour ouvrable qui suit la date d'envoi du rappel au redevable. Constitue une voie d'exécution au sens
de l'alinéa 2 les voies d'exécution visées à la cinquième partie, titre III du Code judiciaire." ;
Considérant   cependant   que   le   mot   rappel   est   inapproprié   dans   la   mesure   où   le   CRAF   parle
maintenant  de  sommation de payer ;  qu'il convient  donc  de  préférer ce  dernier  terme  à celui de
rappel ;
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
40

Considérant la situation financière de la commune ;
Considérant que la commune doit se doter des moyens nécessaires afin d'assurer l'exercice de sa
mission de service public ;
Sur proposition du Col ège communal du 12 octobre 2021 ;
Par ... voix pour, voix ... contre et ... abstention, DECIDE :
Article 1er : il est établi au profit de la commune, pour l’exercice 2022, une taxe communale sur
l’enlèvement et le traitement des déchets ménagers se percevant au moyen :

d’un   forfait   annuel  couvrant   le  service   minimum  tel  que  visé   à  l’article   3  de  l’arrêté   du
Gouvernement Wal on du 05 mars 2008 relatif à la gestion des déchets issus de l’activité
usuel e des ménages et à la couverture des coûts y afférents ;

de la délivrance de sacs poubel es réglementaires couvrant les services complémentaires
tels que visés à l’article 4 de l’arrêté du Gouvernement Wal on du 05 mars 2008 relatif à la
gestion des déchets issus de l’activité usuel e des ménages et à la couverture des coûts y
afférents ;
Art 2 : la taxe est due par tout ménage occupant tout ou partie d’un immeuble situé sur le territoire de
la commune.
Par ménage, on entend soit une personne vivant seule, soit la réunion de plusieurs personnes ayant
une   vie   commune   et   dans   ce   cas,   la   taxe   est   due   solidairement   par   tous   les   membres   qui   le
composent.
Art 3 : le taux est fixé à :

110 euros pour les ménages d’une personne

169 euros pour les ménages de 2 personnes

184 euros pour les ménages de 3 personnes et plus
La taxe est calculée par année. Seule l’occupation au 1er janvier de l’exercice d’imposition est prise
en considération. Par conséquent, le redevable s’instal ant dans la commune après le 1er janvier ne
sera pas taxé. Le paiement se fera en une seule fois.
Art 4 : pour les ménages, le rôle de la taxe sera dressé sur base des registres de la population ou tout
autre élément susceptible d’entraîner l’application de l’article 2. 
A
  rt  5
   :          a) la taxe n’est pas applicable aux redevables suivants :

aux personnes rayées d’office ;

aux héritiers de redevables défunts et qui ont refusé la succession (sur production d’une
attestation du tribunal qui a acté le refus de succession) ;

aux personnes détenues dans un établissement pénitentiaire au 1er janvier de l’exercice
(sur production d’une attestation de la direction d’établissement) ;

aux   personnes   résidant   au   1er   janvier   de   l’exercice   en   milieu   psychiatrique   fermé   (sur
production d’une attestation de la direction d’établissement) ;

aux redevables ayant un contrat de travail à l'étranger, au 1er janvier de l'exercice, qui ne
permet pas le retour quotidien au domicile (sur production du contrat de travail) ;

aux   personnes   résidant   à   l'étranger   au   1er   janvier   de   l'exercice   (sur   production   d'une
attestation de résidence) ;

aux redevables qui ont demandé leur changement d'adresse dans une nouvel e commune
durant l'exercice précédent l'exercice d'imposition et dont la modification n'a pas encore été
enregistrée au registre national au 1er janvier de l'exercice d'imposition ;     
 
         b) pour les redevables défunts ou aux redevables dont un ou plusieurs membres de son
ménage   sont   décédés   durant   l'exercice,   la   taxe   sera   diminuée   de   X   douzièmes   de   la
différence entre le montant enrôlé et le barème auquel le redevable aurait été enrôlé si la
situation actuel e de son ménage avait été prise en compte au 1er janvier de l'exercice (sur
production d'un acte de décès), X étant le nombre de mois restant de l'exercice à partir du 1er
mois qui suit celui du décès ;
 
         c) pour les redevables résidant dans une maison de repos ou aux redevables dont un ou
plusieurs membres de son ménage résident dans une maison de repos durant l'exercice, la
taxe sera diminuée de X douzièmes de la différence entre le montant enrôlé et le barème
auquel le redevable aurait été enrôlé si la situation actuel e de son ménage avait été prise en
compte   au   1er   janvier   de   l'exercice   (sur   production   d'une   attestation   de   la   direction
d'établissement), X étant le nombre de mois restant de l'exercice à partir du 1er mois qui suit
celui de l'entrée à la maison de repos ;
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
41

Art   6  : la   délivrance   des   sacs   poubel e   se   fera   selon   les   modalités   déterminées   par   le   Col ège
communal.
Il sera octroyé des sacs pré-payés à raison de:
- par ménage d'une seule personne: 10 sacs de 60 litres
- par ménage de deux personnes: 20 sacs de 60 litres
- par ménage de plus de deux personnes: 20 sacs de 60 litres
Art 7 : dans le cadre de la législation RGPD, le traitement des données personnel es via les 
opérations de traitement visées, les données, leurs modes de col ecte, leur durée de conservation et 
le(s) responsable(s) de traitement sont réalisées via le canevas suivant :
- responsable de traitement : la commune de Chapel e-lez-Herlaimont ;
- finalité(s) du (des) traitement(s) : établissement et recouvrement de la taxe sur l'enlèvement et le 
traitement des déchets ménagers ;
- catégorie(s) de données : données d'identification, données financières, et toutes autres données 
nécessaires aux exonérations,... ;
- durée de conservation : la commune s'engage à conserver les données pour un délai de maximum 
30 ans et ce conformément aux instructions reprises au tableau de tri des archives de l'Etat 
(http://arch.arch.be/ViewerJS/?startpage=0#../pdf/fs_web_pub/P6015/EP6015.pdf) et à les supprimer 
par la suite ou à les transférer aux archives de l'état ;
- méthode de col ecte: pour la taxe sur l'enlèvement et le traitement des déchets ménagers, sur base 
des chefs de ménage inscrits au 1er janvier de l'exercice d'imposition dans les registres de la 
population et du registre national et diverses déclarations ;
- communications des données : les données ne seront communiquées qu'à des tiers autorisés par ou
en vertu de la loi, notamment an application de l'article 327 du code des impôts sur les revenus, ou à 
des sous-traitants responsable de traitement.
Art 8  : en cas de non paiement de la taxe à l'échéance, conformément à l'article L3321-8bis du
C.D.L.D., une sommation de payer est envoyée au contribuable. Cette sommation se fait par courrier
recommandé. Les frais postaux de cet envoi sont à charge du redevable. Dans ce cas, ceux-ci sont
recouvrés en même temps que le principal.
Art  9  :  les  clauses concernant  l’établissement,   le   recouvrement  et  le  contentieux sont  cel es des
articles L3321-1 à L3321-12 du C.D.L.D. et de l’arrêté royal du 12 avril 1999, déterminant notamment
la procédure devant le Col ège des Bourgmestre et échevins en matière de réclamation contre une
imposition communale et de la loi-programme du 20 juillet 2006. 
Art 10 : le présent règlement sera publié comme précisé aux articles L1133-1 et L1133-2 du C.D.L.D.
et entrera en vigueur le 1er jour de sa publication.
Art 11 : la présente délibération sera transmise au Gouvernement wal on dans le cadre de la tutel e
spéciale d'approbation.
33.     Règlement-taxe sur les prestations d'hygiène publique  
Afin d'assurer le devoir de salubrité publique, il est impératif d'établir un règlement-taxe sur les 
prestations d'hygiène publique pour l'exercice 2022 sachant que le règlement-taxe du 09 novembre 
2020 arrive à expiration le 31 décembre 2021.
Le Conseil communal décide, dés lors, d'adopter le règlement-taxe sur les prestations d'hygiène 
publique.
Projet de décision :
Vu les articles 41, 162 et 170 de la Constitution ;
Vu la loi du 13 avril 2019 introduisant le Code du recouvrement amiable et forcé des créances fiscales
et non fiscales ;
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation (C.D.L.D.) et plus particulièrement, les
articles L1122-30, L1133-1, L1133-2, L3131-1 §1 3°, L3132-1, et L3321-1 à L3321-12 ;
Vu l'arrêté royal du 12 avril 1999 déterminant la procédure devant le gouverneur ou devant le Col ège
des   Bourgmestre   et   échevins   en   matière   de   réclamation   contre   une   imposition   provinciale   ou
communale ;
Vu l'arrêt du Conseil d'Etat n° 250.321 du 13 avril 2021 relatif au règlement-taxe avec déclaration du
contribuable - Nécessité de prévoir dans le règlement-taxe un délai pour retourner la déclaration à
l'autorité taxatrice ;
Vu   sa   décision   de   ce   jour   adoptant   un   règlement-taxe   sur   l’enlèvement   et   le   traitement   des
immondices au sens du décret du 22 mars 2007 (Moniteur belge du 24 avril 2007) modifiant le décret
du 27 juin 1996 relatif aux déchets et son arrêté d’exécution du 05 mars 2008 ;
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
42

Vu la circulaire budgétaire du 08 juil et 2021 relative à l'élaboration des budgets des communes de la
Région wal onne pour l'année 2022 ;
Vu la communication du projet de délibération au Directeur financier en date du 12 octobre 2021 ;
Vu l'avis favorable remis par le Directeur financier en date du 12 octobre 2021 et joint en annexe ;
Considérant que la commune doit se doter des moyens nécessaires afin d'assurer l'exercice de sa
mission de service public ;
Considérant le devoir de salubrité publique ;
Considérant que pour les personnes résidant en maison de repos, le prix mensuel de l'hébergement
comprend une intervention sur ces mêmes taxes payées par la maison de repos ;
Considérant que les redevables défunts n'influencent plus l'état de salubrité publique ;
Considérant que, afin d'assurer le respect de l'article L3321-6, al. 1er du Code de la Démocratie
Locale et de la Décentralisation, le Conseil communal doit fixer lui-même un délai et, à tout le moins,
un délai minimal permettant aux contribuables de répondre au courrier de l'Administration communale
lui notifiant le formulaire de déclaration ;
Considérant   que,   au   vu   de   cet   arrêt   n°250.321,   il   y   a   nécessité   absolue   de   prévoir   dans   tout
règlement-taxe   qui  prévoit   la   formalité   de  la   déclaration,   un   délai  pour  retourner   le   formulaire   de
déclaration à l'autorité locale ;
Considérant que le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation a été modifié par le décret
du 19 décembre 2019 et par celui du 17 décembre 2020 ;
Considérant que ce décret précise l'article L3321-8 bis rédigé comme suit : "Art. L3321-8bis. En cas
de non paiement à l'échéance, un rappel est envoyé au contribuable. Ce rappel se fait par courrier
recommandé. Les frais postaux de cet envoi peuvent être mis à charge du redevable. Dans ce cas,
ceux-ci sont recouvrés en même temps que le principal. Ce rappel de paiement adressé au redevable
ne peut être envoyé qu'à l'expiration d'un délai de 10 jours calendrier à compter du 1er jour suivant
l'échéance   de   paiement   mentionnée   sur   l'avertissement   extrait   de   rôle.   La   première   mesure
d'exécution ne peut être mise en œuvre qu'à l'expiration d'un délai d'un mois à compter du troisième
jour ouvrable qui suit la date d'envoi du rappel au redevable. Constitue une voie d'exécution au sens
de l'alinéa 2 les voies d'exécution visées à la cinquième partie, titre III du Code judiciaire." ;
Considérant   cependant   que   le   mot   rappel   est   inapproprié   dans   la   mesure   où   le   CRAF   parle
maintenant   de   sommation  de  payer ;   qu’il  convient   donc  de  préférer  ce   dernier  terme  à   celui  de
rappel ;
Considérant la situation financière de la commune ;
Considérant que la commune doit se doter des moyens nécessaires afin d'assurer l'exercice de sa
mission de service public ;
Sur proposition du Col ège communal du 12 octobre 2021 ;
Par ... voix pour, ... voix contre et ... abstention, DECIDE :
Article 1er : il est établi au profit de la commune, pour l’exercice 2022, une taxe communale annuel e
sur les prestations d’hygiène publique.
Art 2 : la taxe est due par tout ménage occupant tout ou partie d’un immeuble situé sur le territoire de
la commune, ainsi que par toute exploitation industriel e, commerciale ou autre, occupant à quel e que
fin que ce soit, tout ou partie d’un immeuble situé sur le territoire de la commune.
Par ménage, on entend soit une personne vivant seule, soit la réunion de plusieurs personnes ayant
une   vie   commune   et   dans   ce   cas,  la   taxe   est   due   solidairement   par   tous   les   membres   qui   le
composent.
Art 3 : le taux est fixé à :
        
-
5,00 euros
pour les ménages d’une personne
pour   les   ménages   de   2   personnes   et   plus,   et   les
-
10,00 euros
exploitations
 
Art 4 : la taxe est calculée par année. Seule l’occupation au 1er janvier de l’exercice d’imposition est
prise en considération. Par conséquent, le redevable s’instal ant dans la commune après le 1er janvier
ne sera pas taxé. Le paiement se fera en une seule fois.
Art 5 : pour les ménages, le rôle de la taxe sera dressé sur base des registres de la population ou tout
autre élément susceptible d’entraîner l’application de l’article 2. Pour les exploitations, l’exploitation
existante au 1er janvier de l’exercice d’imposition sera prise en considération.
Art 6 :
                        a) la taxe n’est pas applicable aux redevables suivants :
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
43


aux personnes rayées d’office ;

aux héritiers de redevables défunts et qui ont refusé la succession (sur production d’une
attestation du tribunal qui a acté le refus de succession) ;

aux personnes détenues dans un établissement pénitentiaire au 1er janvier de l’exercice
(sur production d’une attestation de la direction d’établissement) ;

aux   personnes   résidant   au   1er   janvier   de   l’exercice   en   milieu   psychiatrique   fermé   (sur
production d’une attestation de la direction d’établissement) ;

aux redevables ayant un contrat de travail à l'étranger, au 1er janvier de l'exercice, qui ne
permet pas le retour quotidien au domicile (sur production du contrat de travail) ;

aux   personnes   résidant   à   l'étranger   au   1er   janvier   de   l'exercice   (sur   production   d'une
attestation de résidence) ;

aux redevables qui ont demandé leur changement d'adresse dans une nouvel e commune
durant l'exercice précédent l'exercice d'imposition et dont la modification n'a pas encore été
enregistrée au registre national au 1er janvier de l'exercice d'imposition ;
           
          b)  pour les redevables défunts ou aux redevables dont un ou plusieurs membres de son
ménage sont décédés durant l'exercice, la taxe sera diminuée de X douzièmes de la différence
entre le montant enrôlé et le barème auquel le redevable aurait été enrôlé si la situation actuel e de
son ménage avait été prise en compte au 1er janvier de l'exercice (sur production d'un acte de
décès), X étant le nombre de mois restant de l'exercice à partir du 1er mois qui suit celui du décès ;
 
          c)  pour les redevables résidant dans une maison de repos ou aux redevables dont un ou
plusieurs membres de son ménage résident dans une maison de repos durant l'exercice, la taxe
sera diminuée de X douzièmes de la différence entre le montant enrôlé et le barème auquel le
redevable aurait été enrôlé si la situation actuel e de son ménage avait été prise en compte au 1er
janvier de l'exercice (sur production d'une attestation de la direction d'établissement), X étant le
nombre de mois restant de l'exercice à partir du 1er mois qui suit celui de l'entrée à la maison de
repos ;
Art 7  : pour les exploitations dont l’adresse  est différente de cel e  de l’exploitant,  l’Administration
communale adresse au contribuable une formule de déclaration que celui-ci est tenu de renvoyer,
dûment remplie et signée, avant l’échéance mentionnée sur ladite formule.
A défaut d’avoir reçu cette déclaration, le contribuable est tenu de donner à l’Administration tous les 
éléments nécessaires à la taxation, et ce, au plus tard le 31 décembre de l’exercice d’imposition.
Le délai fixé pour la réception à l'Administration communale de la formule de déclaration dûment
complétée et signée par le contribuable est de 3 semaines à compter du troisième jour ouvrable qui
suit la date d'envoi indiquée sur le formulaire de déclaration reçu par le contribuable.
Conformément   à   l’article   L3321-6   du   C.D.L.D.,   la   non-déclaration   dans   les   délais   prévus,   la
déclaration incorrecte, incomplète ou imprécise entraîne l’enrôlement d’office de la taxe. Dans ce cas,
le montant de la majoration sera de:

100% la première année;

150% la deuxième année;

200% à partir de la troisième année.
Art 8 : dans le cadre de la législation RGPD, le traitement des données personnel es via les 
opérations de traitement visées, les données, leurs modes de col ecte, leur durée de conservation et 
le(s) responsable(s) de traitement sont réalisées via le canevas suivant :
- responsable de traitement : la commune de Chapel e-lez-Herlaimont ;
- finalité(s) du (des) traitement(s) : établissement et recouvrement de la taxe sur les prestations 
d'hygiène publique ;
- catégorie(s) de données : données d'identification, données financières, déclarations diverses, et 
toutes autres données nécessaires aux exonérations, ... ;
- durée de conservation : la commune s'engage à conserver les données pour un délai de maximum 
30 ans et ce conformément aux instructions reprises au tableau de tri des archives de l'Etat 
(http://arch.arch.be/ViewerJS/?startpage=0#../pdf/fs_web_pub/P6015/EP6015.pdf) et à les supprimer 
par la suite ou à les transférer aux archives de l'état ;
- méthode de col ecte: sur base des chefs de ménage inscrits au 1er janvier de l'exercice d'imposition 
dans les registres de la population et du registre national ou déclarations et contrôles ponctuels ou 
recensement par l'administration ou au cas par cas en fonction de la taxe ;
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
44

- communications des données : les données ne seront communiquées qu'à des tiers autorisés par ou
en vertu de la loi, notamment an application de l'article 327 du code des impôts sur les revenus, ou à 
des sous-traitants responsable de traitement.
Art 9  : en cas de non paiement de la taxe à l'échéance, conformément à l'article L3321-8bis du
C.D.L.D., une sommation de payer est envoyée au contribuable. Cette sommation se fait par courrier
recommandé. Les frais postaux de cet envoi sont à charge du redevable. Dans ce cas, ceux-ci sont
recouvrés en même temps que le principal.
Art 10  : les clauses concernant l’établissement, le recouvrement et le contentieux sont cel es des
articles L3321-1 à L3321-12 du C.D.L.D., des articles du code judiciaire relatifs au contentieux en
matière fiscale et de l’arrêté royal du 12 avril 1999, déterminant notamment la procédure devant le
Col ège des Bourgmestre et échevins en matière de réclamation contre une imposition communale et
de la loi-programme du 20 juil et 2006.
Art 11 : le présent règlement sera publié comme il est dit aux articles L1133-1 et L1133-2 du C.D.L.D.
et entrera en vigueur le 1er jour de sa publication.
Art 12 : la présente délibération sera transmise au Gouvernement wal on dans le cadre de la tutel e
spéciale d'approbation.
Ordre du jour du Conseil communal du 25 octobre 2021
45

Document Outline