Ceci est une version HTML d'une pièce jointe à la demande d'accès à l'information 'Projets de délibération des points publics du conseil communal de juin 2021 + notes explicatives'.



 
 
COMMUNE D'HENSIES 
PROJET du Procès-verbal du Conseil communal 
11 juillet 2022 
 
 
Présents:   
Eric Thiébaut, Bourgmestre 
Norma Di Leone, 1ère Echevine 
Eric THOMAS, Cindy BERIOT, Yvane BOUCART, Échevins, 
Fabrice FRANCOIS, Président de CPAS 
Myriam BOUTIQUE, Caroline HORGNIES, Yüksel ELMAS, Gaétan BLAREAU, 
Carine LAROCHE, Michaël DEMOUSTIER, André ROUCOU, Jean-Luc PREVOT, 
Bernadette DEWULF, Lindsay PISCOPO, Ingrid LEROISSE Conseillers 
communaux 
 
Michaël FLASSE, Directeur général. 
 
Conformément à l’article L1122-15 du Code de la démocratie locale et de 
la décentralisation, la séance est ouverte et présidée par M. Eric 
THIEBAUT, Bourgmestre. 
M. Michaël FLASSE, assiste à la séance en tant que Secrétaire. 
 
 
 
 
SÉANCE PUBLIQUE 
 
1. 
Approbation du procès-verbal de la séance du lundi 30 mai 2022 
Vu la Loi du 29 juillet 1991 relative à la motivation formelle des actes administratifs ; 
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation ; 
  
DECIDE à l'unanimité : 
Article unique : D'approuver le procès-verbal de la séance du 30 mai 2022. 
 
2. 
DIRECTION GENERALE - Rapport de rémunération 2021 - Application de l'article 71 du Décret du 29 
mars 2018 et de l'article L 6421-1 du CDLD - Approbation
 
Vu la Loi du 29 juillet 1991 relative à la motivation formelle des actes administratifs ; 
Vu le Code de la Démocratie locale et de la Décentralisation ; 
Vu le Décret du 29 mars 2018 modifiant le Code de la Démocratie locale et de la Décentralisation en vue 
de  renforcer  la  gouvernance  et  la  transparence  dans  l'exécution  des  mandats  publics  au  sein  des 
structures locales et supra-locales et de leurs filiales, notamment son article 71 ; 
Vu le rapport de rémunération repris en annexe de la présente et pour lequel cette Assemblée arrête les 
rémunérations des membres du Conseil communal reprenant le relevé individuel et nominatif des jetons, 
rémunérations  ainsi  que  des  avantages  en  nature  perçus  dans  le  courant  de  l'exercice  comptable 
précédent, soit l'exercice 2021 ; 
  
DECIDE à l'unanimité :  
Article 1er : D'approuver le rapport de rémunération repris en annexe de la présente et pour lequel le 
Conseil communal doit arrêter les rémunérations des membres du Conseil communal prenant le relevé 
individuel  et  nominatif  des  jetons,  rémunérations  ainsi  que  des  avantages  en  nature  perçus  dans  le 
courant de l'exercice comptable précédent, soit l'exercice 2021 ; 
Art. 2 : De transmettre le rapport de rémunérations susvisé au Gouvernement wallon C/O SPW - DG05. 
 
3. 
DIRECTION  GENERALE  -  Secrétariat  -  Société  Terrienne  du  Crédit  Social  du  Hainaut  -  Assemblée 
générale ordinaire du mardi 31 mai 2022 - ODJ
 
Vu la Loi du 29 juillet 1991 relative à la motivation formelle des actes administratifs ; 
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation ; 
 
             Conseil communal 11 juillet 2022 
 
 



Considérant  que  la  Société  Terrienne  du  Crédit  Social  du  Hainaut  nous  informe  de  la  tenue  de  son 
Assemblée générale en date du mardi 31 mai 2022 ; 
Considérant que l'ordre du jour est le suivant : 
1* Approbation du PV de l'Assemblée générale ordinaire du 29 juin 2021 ; 
2* Rapport de gestion 2021 ; 
3* Comptes annuels 2021 et rapport du Commissaire-réviseur - Présentation et approbation des 
comptes annuels 2021 ; 
4* Affectation du résultat ; 
5* Décharge aux Administrateurs et au Commissaire-Réviseur ; 
6* Renouvellement du mandat de réviseur pour la période 2022, 2023, 2024. 
  
DECIDE à l'unanimité : 
Article  unique :  De  prendre  connaissance  de  l'ordre du  jour  de  l'Assemblée  générale  ordinaire  de  la 
Société Terrienne du Crédit Social du Hainaut. 
 
4. 
DIRECTION GENERALE - Secrétariat - BHP-Logements - Assemblée générale ordinaire du jeudi 16 juin 
2022 - ODJ
 
Vu la Loi du 29 juillet 1991 relative à la motivation formelle des actes administratifs ; 
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation ; 
Considérant que la SLSP BHP-Logements nous informe de la tenue de son Assemblée générale du jeudi 16 
juin 2022 ; 
Considérant que l'ordre du jour est le suivant : 
1.  Désignation d'un administrateur représentant les pouvoirs locaux - Ratification ; 
1.  Lecture et examen du rapport de gestion du Conseil d'administration sur les opérations de 
l'exercice 2021 ; 
2.  Lecture et examen du rapport de rémunération 2021 ; 
3.  Lecture et examen du rapport du Commissaire-Réviseur  ; 
4.  Examen et approbation des comptes annuels 2021 ; 
5.  Décharge des administrateurs et du Commissaire-Réviseur ; 
6.  Lecture du rapport d'activités 2021 ; 
7.  Nomination du Commissaire-Réviseur pour le contrôle des comptes 2022-2024 ; 
8.  Approbation du procès-verbal de l'Assemblée générale ordinaire du 16 juin 2022 ; 
  
DECIDE à l'unanimité : 
Article 1 unique : De prendre connaissance de l'ordre du jour de l'Assemblée générale ordinaire de la 
SLSP BHP-Logements. 
 
5. 
DIRECTION GENERALE - Secrétariat - HYGEA - Assemblée générale ordinaire du mardi 21 juin 2022 - 
ODJ
 
Vu la Loi du 29 juillet 1991 relative à la motivation formelle des actes administratifs ; 
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation ; 
Considérant que l'Intercommunale HYGEA nous informe de la tenue de son Assemblée générale en date 
du mardi 21 juin 2022 ; 
Considérant que l'ordre du jour est le suivant : 
1* Présentation et approbation du rapport d'activités du Conseil d'Administration pour l'exercice 2021 ; 
2* Présentation du bilan et comptes de résultats 2021 et du rapport de gestion 2021 ; 
3* Rapport du Commissaire ; 
4* Approbation du rapport d'évaluation annuel 2021 du Comité de rémunération ; 
5* Approbation du rapport de rémunération 2021 du Conseil d'Administration ; 
6* approbation du bilan et comptes de résultats 2021 et du rapport de gestion 2021 qui comprennent les 
2 rapports repris ci-dessus ; 
7* Affectation des résultats ; 
8* Décharges à donner aux Administrateurs ; 
9* Décharges à donner au Commissaire ; 
10* Collège  des  contrôleurs  aux  comptes  Désignation  du  réviseur  d'entreprises  pour  les  années 
comptables 2022, 2023 et 2024 ; 
  
DECIDE à l'unanimité : 
Article  unique :  De  prendre  connaissance  de  l'ordre  du  jour  de  l'Assemblée  générale  ordinaire  de 
l'Intercommunale HYGEA. 
 
 
 


                        Conseil communal   
 


6. 
DIRECTION GENERALE - Secrétariat - IDEA - Assemblée générale ordinaire du mercredi 22 juin 2022 
- ODJ
 
Vu la Loi du 29 juillet 1991 relative à la motivation formelle des actes administratifs ; 
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation ; 
Considérant que l'Intercommunale IDEA nous informe de la tenue de son Assemblée générale en date du 
mercredi 22 juin 2022 ; 
Considérant que l'ordre du jour est le suivant : 
1* Présentation et approbation du rapport d'activités du Conseil d'Administration pour l'exercice 2021 ; 
2* Présentation du bilan et comptes de résultats 2021 et du rapport de gestion 2021 ; 
3* Rapport du Commissaire ; 
4* Approbation du rapport d'évaluation annuel 2021 du Comité de rémunération ; 
5* Approbation du rapport de rémunération 2021 du Conseil d'Administration ; 
6* approbation du bilan et comptes de résultats 2021 et du rapport de gestion 2021 qui comprennent 
les 2 rapports repris ci-dessus ; 
7* Affectation des résultats ; 
8* Décharges à donner aux Administrateurs ; 
9* Décharges à donner au Commissaire ; 
10* Collège des contrôleurs aux comptes Désignation du réviseur d'entreprises pour les années 
comptables 2022, 2023 et 2024 ; 
  
DECIDE à l'unanimité : 
Article  unique :  De  prendre  connaissance  de  l'ordre  du  jour  de  l'Assemblée  générale  ordinaire  de 
l'Intercommunale IDEA. 
 
7. 
DIRECTION GENERALE - Secrétariat - FEES - Assemblée générale ordinaire du mercredi 22 juin - ODJ 
Vu la Loi du 29 juillet 1991 relative à la motivation formelle des actes administratifs ; 
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation ; 
Considérant  que l'asbl FEES nous informe de la tenue de son Assemblée générale du mercredi 22 juin 
2022 ; 
Considérant que l'ordre du jour est le suivant : 
1.  Présentation du rapport administratif de l'exercice 2021 ; 
1.  Présentation du rapport de gestion de l'exercice 2021 ; 
2.  Présentation du rapport de vérification des comptes annuels de l'expert-comptable ; 
3.  Approbation des comptes annuels 2021 ; 
4.  Présentation du budget prévisionnel 2022 ; 
5.  Décharge aux Administrateurs, à l'Administrateur-délégué et à l'expert-comptable en sa 
qualité de vérificateur aux comptes pour les comptes de l'année 2021 ; 
  
DECIDE à l'unanimité : 
Article unique : De prendre connaissance de l'ordre du jour de l'Assemblée générale de l'asbl FEES. 
 
8. 
DIRECTION GENERALE - Secrétariat - CENEO - Assemblée générale ordinaire du jeudi 23 juin 2022 - 
ODJ
 
Vu la Loi du 29 juillet 1991 relative à la motivation formelle des actes administratifs ; 
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation ; 
Considérant que l'Intercommunale CENEO nous informe de la tenue de son Assemblée générale du jeudi 
23 juin 2022 - ODJ ; 
Considérant que l'ordre du jour est le suivant : 
1.  Rapport de gestion du Conseil d'administration et du Collège des contrôleurs aux comptes ; 
1.  Comptes annuels consolidés arrêtés au 31 décembre - Approbation ; 
2.  Décharge à donner aux membres du Conseil d'administration pour l'exercice de leur mandat 
au cours de l'année 2021 ; 
3.  Décharge à donner aux membres du Collège des Contrôleurs aux comptes pour l'exercice de 
leur mandat au cours de l'année 2021 ; 
4.  Rapport annuel de rémunérations du Conseil d'administration ; 
5.  Nominations statutaires. 
  
DECIDE à l'unanimité : 
Article  unique :  De  prendre  connaissance  de  l'ordre du  jour  de  l'Assemblée  générale  ordinaire  de 
l'Intercommunale CENEO. 
 
 
 

 
             Conseil communal 11 juillet 2022 
 
 



9. 
DIRECTION GENERALE - Secrétariat - IGRETEC - Assemblée générale ordinaire du mardi 28 juin 2022 
- ODJ
 
Vu la Loi du 29 juillet 1991 relative à la motivation formelle des actes administratifs ; 
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation ; 
Considérant que l'Intercommunale IGRETEC nous informe de la tenue de son Assemblée générale du mardi 
28 juin 2022 ; 
Considérant que l'ordre du jour est le suivant : 
1.  Affiliations/Administrateurs ; 
1.  Comptes annuels statutaires arrêtés au 31/12/2021 - Comptes annuels consolidés arrêtés au 
31/12/2021 - Rapport de gestion du Conseil d'administration - Rapport du Collège des 
Contrôleurs aux Comptes - Rapport spécifique du Conseil d'administration sur les prises de 
participation ; 
2.  Approbation des comptes annuels statutaires arrêtés au 31/12/2021 ; 
3.  Approbation du rapport du Conseil d'administration au sens de l'article L6421-1 du CDLD ; 
4.  Décharge à donner aux membres du Conseil d'administration pour l'exercice de leur mandat 
au cours de l'exercice 2021 ; 
5.  Décharge à donner aux membres du Collège des Contrôleurs aux Comptes pour l'exercice de 
leur mandat au cours de l'exercice 2021 ; 
6.  Désignation d'un réviseur pour 3 ans ; 
  
DECIDE à l'unanimité : 
Article unique : De prendre connaissance de l'ordre du jour de l'Assemblée générale ordinaire de 
l'Intercommunale IGRETEC. 
 
10. 
DIRECTION GENERALE - Secrétariat - Holding communal SA - Assemblée générale du mercredi 29 juin 
2022 - ODJ
 
Vu la Loi du 29 juillet 1991 relative à la motivation formelle des actes administratifs ; 
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation ; 
Considérant que le Holding Communal nous informe de la tenue de son Assemblée générale en date du 
mercredi 29 juin 2022 ; 
Considérant que l'ordre du jour est le suivant : 
1* Les comptes annuels pour l'exercice comptable 2021 ; 
2* Le rapport annuel des liquidateurs pour l'exercice comptable 2021, incluant la description de l'état 
d'avancement  de  la  liquidation  et  les  raisons  pour  lesquelles  cette  dernière  n'a  pas  encore  pu  être 
clôturée ; 
3*  Le rapport  de  contrôle  du  commissaire  du  Holding  Communal  SA  -  en  liquidation  pour  l'exercice 
comptable 2021 ; 
4* Le formulaire de procuration. 
  
DECIDE à l'unanimité : 
Article unique : De prendre connaissance de l'ordre du jour de l'Assemblée générale du Holding 
Communal. 
 
11. 
DIRECTION GENERALE - Cellule Marchés Publics - Contrat cadre certification PEB - Approbation de la 
procédure IN HOUSE et du contrat cadre avec IGRETEC
 
Vu la loi du 29 juillet 1991 relative à la motivation formelle des actes administratifs ; 
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation et ses modifications ultérieures, notamment 
les articles L1222-3 §3 et L1222-4 relatifs aux compétences du Collège communal et les articles L3111-1 
et suivants relatifs à la tutelle ; 
Vu l’article 30 de la loi du 17 juin 2016 relative aux marchés publics qui dispose qu’un marché public passé 
entre un pouvoir adjudicateur et une personne morale régie par le droit privé ou le droit public n'est pas 
soumis à l'application de la présente loi, lorsque toutes les conditions suivantes sont réunies : 
1.  le pouvoir adjudicateur exerce sur la personne morale concernée un contrôle analogue à celui 
qu'il  exerce  sur  ses  propres  services  ;  un  pouvoir  adjudicateur  est  réputé  exercer  sur  une 
personne morale un contrôle analogue à celui qu'il exerce sur ses propres services, s'il exerce 
une influence décisive à la fois sur les objectifs stratégiques et sur les décisions importantes 
de la personne morale contrôlée ; 
2.  plus de 80 % pour cent des activités de cette personne morale contrôlée sont exercées dans le 
cadre de l'exécution des tâches qui lui sont confiées par le pouvoir adjudicateur qui la contrôle 
ou par d'autres personnes morales qu'il contrôle ; et 
3.  la personne morale contrôlée ne comporte pas de participation directe de capitaux privés, à 
l'exception  des  formes  de  participation  de  capitaux  privés  sans  capacité  de  contrôle  ou  de 
blocage requises par les dispositions législatives nationales, conformément aux traités, qui ne 

                        Conseil communal   
 


permettent pas d'exercer une influence décisive sur la personne morale contrôlée ; 
Vu la délibération du 29 mars 2021 par laquelle le Conseil Communal délègue ses compétences de choix 
du mode de passation et fixation des conditions des marchés publics et des concessions de travaux et de 
services,  visées  à  l’article  L.1222-3,  par.  1  CDLD,  au  Collège  Communal  pour  les  marchés  publics  et 
concessions relevant du budget ordinaire ; 
Vu  l’affiliation  de  la  Commune  de  Hensies  à  I.G.R.E.T.E.C.,  Association  de  Communes,  Société 
Coopérative à Responsabilité Limitée ; 
Considérant que l'avis de légalité a été demandé en date du 20 juin 2022 ; 
Considérant que l'avis de légalité n'a pu être remis ; 
Considérant que la relation entre la Commune de Hensies et IGRETEC remplit les conditions prévues à 
l’article 30 de la loi du 17 juin 2016 : 
• 
la  Commune  exerçant  son  contrôle,  collectivement  avec  les  autres  associés  à  l’Assemblée 
Générale d’IGRETEC ; 
• 
IGRETEC ne comportant pas de formes de participation de capitaux privés avec une capacité 
de contrôle ou de blocage leur permettant d’exercer une influence décisive sur la personne 
morale contrôlée ; 
• 
et 95 % du chiffres d’affaires 2020 d’IGRETEC ayant été réalisé dans le cadre de l’exécution 
de tâches pour ses associés ; 
Considérant qu’il est nécessaire de confier à un Bureau d’Etudes, la mission relative à la certification PEB 
pour : 
• 
Écoles ; 
• 
Bâtiments administratifs ; 
• 
Autres (au gré des besoins) ; 
Considérant que la mission de base comprend des études en expertise énergétique ; 
Considérant que les délais et les budgets seront à définir et à préciser mission par mission ; 
Considérant  qu’une  demande  de  contrat  intitulé  :  «  CONTRAT  CADRE  –  Certification  des  bâtiments  » 
reprenant pour la mission : l’objet de la mission, la description de la mission, les délais entre la commande 
de la Commune et le début de la mission et les taux d’honoraires sera soumise à I.G.R.E.T.E.C. ; 
Considérant que, conformément à la Circulaire du 15 juillet 2008 relative aux relations contractuelles entre 
communes et intercommunales de Monsieur le Ministre Courard, l’Assemblée Générale d’I.G.R.E.T.E.C. a 
approuvé les tarifs applicables aux missions : 
• 
d’expertises  énergétiques  le  24/01/2011,  modifiés  par  délibérations  des  27/06/2013, 
16/12/2013, 16/12/2014 et 16/12/2015 ;                                
• 
de PEB (Région Wallonne) : missions de déclarant et responsable le 27/06/2013, modifiés par 
délibérations des 16/12/2013, 16/12/2015, 17/12/2020 et 16/12/2021 ; 
Considérant  que  la  Commune  de  Hensies  peut  donc,  en  toute  légalité,  recourir  aux  services  de  son 
intercommunale I.G.R.E.T.E.C., et ce, sans mise en concurrence préalable ; 
Considérant qu’il appartiendra au Collège communal de signer le contrat spécifique au projet à mettre en 
œuvre, d’exécuter la présente délibération, de suivre et délivrer les ordres de mission ainsi que de budgéter 
les dépenses afférentes à la mission d’études relative à la certification PEB de plusieurs bâtiments publics 

  
DECIDE à l'unanimité : 
Article  1er  : D’approuver  le  principe  de  l’engagement  d’une  procédure  in  house,  pour  la  mission  de 
certification PEB de plusieurs bâtiments publics. 
Art. 2 : D'approuver le contrat dans le cadre d’une procédure In House, intitulé : « CONTRAT CADRE  – 
Certification des bâtiments » et reprenant pour la mission : l’objet de la mission, la description de la 
mission, les délais entre la commande de la Commune et le début de la mission et les taux d’honoraires. 
Art. 3 : De transmettre la présente délibération : 
• 
pour information, à Madame la Directrice financière ; 
• 
pour dispositions à prendre, au Service des Finances ; 
• 
à  l’Intercommunale  IGRETEC,  association  de  communes,  Société  coopérative,  Boulevard 
Mayence, 1 à 6000 CHARLEROI. 
 
12. 
DIRECTION GENERALE - Cellule Marchés publics - P2022 0005 - Marché Public de Travaux - Procédure 
négociée sans publication préalable - Travaux d'inflexion avec une tacite reconduction - Approbation 
des conditions et du mode de passation
 
Vu la Loi du 29 juillet 1991 relative à la motivation formelle des actes administratifs ; 
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation et ses modifications ultérieures, notamment 
les articles L1222-3 §3 et L1222-4 relatifs aux compétences du Collège communal et les articles L3111-1 
et suivants relatifs à la tutelle ; 
Vu la Loi du 17 juin 2013 relative à la motivation, à l'information et aux voies de recours en matière de 
 
             Conseil communal 11 juillet 2022 
 
 



marchés publics, de certains marchés de travaux, de fournitures et de services et de concessions et ses 
modifications ultérieures ; 
Vu la Loi du 17 juin 2016 relative aux marchés publics, notamment l’article 42, § 1, 1° a) (la dépense à 
approuver HTVA n'atteint pas le seuil de 140.000,00 €) et l'article 57 ; 
Vu l'Arrêté royal du 14 janvier 2013 établissant les règles générales d'exécution des marchés publics et 
ses modifications ultérieures ; 
Vu l'Arrêté royal du 18 avril 2017 relatif à la passation des marchés publics dans les secteurs classiques 
et ses modifications ultérieures, notamment l'article 90, 1° ; 
Vu la délibération du 29 mars 2021 par laquelle le Conseil communal délègue ses compétences de choix 
du mode de passation et fixation des conditions des marchés publics et des concessions de travaux et de 
services,  visées  à  l’article  L.1222-3,  par.  1  CDLD,  au  Collège  communal  pour  les  marchés  publics  et 
concessions relevant du budget extraordinaire pour un montant inférieur à 15.000,00 € ; 
Considérant  le  cahier  des  charges  N°  20220005  relatif  au  marché  “Travaux  d'inflexion”  établi  par  la 
Direction générale - Cellule Marchés Publics ; 
Considérant que ce marché consiste en : 
• 
Un marché de base (Travaux d'inflexion), estimé à 40.865,00 € hors TVA ou 49.446,65 €, 21% 
TVA comprise ; 
• 
Une reconduction 1 (Travaux d'inflexion), estimé à 40.865,00 € hors TVA ou 49.446,65 €, 21% 
TVA comprise ; 
Considérant que le montant global estimé de ce marché s'élève à 81.730,00 € hors TVA ou 98.893,30 €, 
21% TVA comprise ; 
Considérant  qu'il  est  proposé  de  passer  le  marché  par  procédure  négociée  sans  publication  préalable 
conformément à l’article 42, § 1, 1° a) (la dépense à approuver HTVA n'atteint pas le seuil de 140.000,00 
€) ; 
Considérant que le crédit permettant cette dépense est inscrit au budget extraordinaire de l’exercice 
2022 et suivant à l’article n° 421/73160 : 20220005 et sera financé par un emprunt communal dont  la 
recette sera enregistrée à l’article n° 421/96151 : 20220005 ; 
Considérant l'avis de légalité remis par la Directrice financière en date du 25 mai 2022 (AV025-2022) ; 
  
DECIDE à l'unanimité: 
Article 1er : D'approuver le cahier des charges N° 20220005 “Travaux d'inflexion”, établi par la Direction 
générale – Cellule Marchés Publics  et le formulaire d’offre régissant le présent cahier des  charges et 
faisant partie intégrante de la présente délibération. 
Art.  2 :  D’approuver  la  dépense  relative  à  ce  marché  de  travaux  estimée  à  81.730,00 €  hors  TVA  ou 
98.893,30 €, 21% TVA comprise, soit 40.865,00 € hors TVA ou 49.446,65 €, 21% TVA comprise par année. 
Art.  3  :  De passer  le  marché  par  la  procédure  négociée  sans  publication  préalable  conformément  à 
l’article 42, § 1, 1° a) (la dépense à approuver HTVA n'atteint pas le seuil de 140.000,00 €). 
Art. 4 : De recourir à un emprunt communal sont la recette sera enregistrée à l’article n° 421/96151 : 
20220005. 
 
13. 
DIRECTION GENERALE – Cellule Marchés Publics – P20220010 - Marché Public de Travaux - Procédure 
négociée  sans  publication  préalable  -  Remplacement  des  chaudières  de  l'école  de  Hainin  - 
Approbation des conditions et du mode de passation
 
Vu la loi du 29 juillet 1991 relative à la motivation formelle des actes administratifs ; 
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation et ses modifications ultérieures, notamment 
les articles L1222-3 §3 et L1222-4 relatifs aux compétences du Collège communal et les articles L3111-1 
et suivants relatifs à la tutelle ; 
Vu la loi du 17 juin 2013 relative à la motivation, à l'information et aux voies de recours en matière de 
marchés publics, de certains marchés de travaux, de fournitures et de services et de concessions et ses 
modifications ultérieures ; 
Vu la loi du 17 juin 2016 relative aux marchés publics, notamment l’article 42, § 1, 1° a) (la dépense à 
approuver HTVA n'atteint pas le seuil de 140.000,00 €) ; 
Vu l'arrêté royal du 14 janvier 2013 établissant les règles générales d'exécution des marchés publics et 
ses modifications ultérieures ; 
Vu l'arrêté royal du 18 avril 2017 relatif à la passation des marchés publics dans les secteurs classiques 
et ses modifications ultérieures, notamment l'article 90, 1° ; 
Vu la délibération du 29 mars 2021 par laquelle le Conseil Communal délègue ses compétences de choix 
du mode de passation et fixation des conditions des marchés publics et des concessions de travaux et de 
services,  visées  à  l’article  L.1222-3,  par.  1  CDLD,  au  Collège  Communal  pour  les  marchés  publics  et 
concessions relevant du budget extraordinaire pour un montant inférieur à 15 000 € ; 
Considérant  le  cahier  des  charges  N°  20220010  relatif  au  marché  “Remplacement  des  chaudières  de 
l'école de Hainin” établi par la Direction générale - Cellule Marchés Publics ; 
Considérant que le montant estimé de ce marché s'élève à 23.700,00 € hors TVA ou 25.122,00 €, 6% TVA 

                        Conseil communal   
 


comprise ; 
Considérant  qu'il  est  proposé  de  passer  le  marché  par  procédure  négociée  sans  publication  préalable 
conformément à l’article 42, § 1, 1° a) (la dépense à approuver HTVA n'atteint pas le seuil de 140.000,00 
€) ; 
Considérant que le crédit permettant cette dépense est inscrit au budget extraordinaire de l’exercice 
2022, à l’article 720/724-52 :20220010 et sera financé par un emprunt communal dont la recette sera 
enregistrée à l’article n° 720/96151 :20220010 ; 
Considérant qu'une demande afin d’obtenir l'avis de légalité obligatoire a été soumise le 16 juin 2022 ;  
Considérant que l'avis de légalité n'a pu être remis ; 
  
DECIDE à l'unanimité : 
Article 1er : D'approuver le cahier des charges N° 20220010 et le formulaire d’offre régissant le présent 
marché public et faisant partie intégrante de la présente décision. 
Art  2 :  D’approuver  la  dépense  relative  à  ce  marché  de  travaux  estimée  à  23.700,00 €  hors  TVA  ou 
25.122,00 €, 6% TVA comprise. 
Art 3  :  De passer  le  marché  par  la  procédure  négociée  sans  publication  préalable  conformément  à 
l’article 42, § 1, 1° a) de la loi du 17 juin 2016 (la dépense à approuver HTVA n'atteint pas le seuil de 
140.000,00 €). 
Art 4  :  De  recourir  à  un  emprunt  communal  dont  la  recette  sera  enregistrée  à  l’article 
720/96151 :20220010 du budget extraordinaire de l’exercice 2022. 
 
14. 
DIRECTION GENERALE – Cellule Marchés Publics – P20220013 - Marché Public de Travaux - Procédure 
négociée sans publication préalable - Remplacement des spots des terrains de football de Thulin et 
Hainin + sécurisation des sites - Approbation des conditions et du mode de passation
 
Vu la loi du 29 juillet 1991 relative à la motivation formelle des actes administratifs ; 
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation et ses modifications ultérieures, notamment 
les articles L1222-3 §3 et L1222-4 relatifs aux compétences du Collège communal et les articles L3111-1 
et suivants relatifs à la tutelle ; 
Vu la loi du 17 juin 2013 relative à la motivation, à l'information et aux voies de recours en matière de 
marchés publics, de certains marchés de travaux, de fournitures et de services et de concessions et ses 
modifications ultérieures ; 
Vu la loi du 17 juin 2016 relative aux marchés publics, notamment l’article 42, § 1, 1° a) (la dépense à 
approuver HTVA n'atteint pas le seuil de 140.000,00 €) ; 
Vu l'arrêté royal du 14 janvier 2013 établissant les règles générales d'exécution des marchés publics et 
ses modifications ultérieures ; 
Vu l'arrêté royal du 18 avril 2017 relatif à la passation des marchés publics dans les secteurs classiques 
et ses modifications ultérieures, notamment l'article 90, 1° ; 
Vu la délibération du 29 mars 2021 par laquelle le Conseil Communal délègue ses compétences de choix 
du mode de passation et fixation des conditions des marchés publics et des concessions de travaux et de 
services,  visées  à  l’article  L.1222-3,  par.  1  CDLD,  au  Collège  Communal  pour  les  marchés  publics  et 
concessions relevant du budget extraordinaire pour un montant inférieur à 15.000 € ; 
Considérant le cahier des charges N° 20220013 relatif au marché “Remplacement des spots des terrains 
de football de Thulin et Hainin + sécurisation des sites ” établi par l’auteur de projet ; 
Considérant que ce marché est divisé en lots : 
• 
Lot 1 (Fourniture de spot pour terrain de football de Hainin), estimé à 18.000,00 € hors TVA ou 
21.780,00 €, 21% TVA comprise ; 
• 
Lot  2  (Remplacement  complet  de  l'éclairage  du  terrain  de  football  de  Thulin),  estimé  à 
82.790,00 € hors TVA ou 100.175,90 €, 21% TVA comprise ; 
• 
Lot 3 (Fourniture et pose de filet pare-ballon au football de Hainin), estimé à 15.550,00 € hors 
TVA ou 18.815,50 €, 21% TVA comprise ; 
• 
Lot 4 (Sécurisation du terrain de football de Hainin - pose de clôture), estimé à 12.375,00 € 
hors TVA ou 14.973,75 €, 21% TVA comprise ; 
Considérant que le montant global estimé de ce marché s'élève à 128.715,00 € hors TVA ou 155.745,15 €, 
21% TVA comprise ; 
Considérant  qu'il  est  proposé  de  passer  le  marché  par  procédure  négociée  sans  publication  préalable 
conformément à l’article 42, § 1, 1° a) (la dépense à approuver HTVA n'atteint pas le seuil de 140.000,00 
€) ; 
Considérant que le crédit permettant cette dépense est inscrit au budget extraordinaire de l’exercice 
2022, à l’article 764/721-54 :20220013 et sera financé par un emprunt communal dont la recette sera 
enregistrée à l’article n° 764/96151 :20220013 ; 
Considérant l'avis de légalité avec remarques remis par la Directrice Financière en date du 27 juin 
2022 ;  
Considérant qu'il était prévu au budget initial 2022 un mode de financement comme suit : 
 
             Conseil communal 11 juillet 2022 
 
 



• 
Emprunt communal : 764/96151:20220013.2022 : 63 404 € ; 
• 
Subside : 764/66552:20220013.2022 : 95 106 € ; 
Considérant que, dans la mesure où, il s'agit d'un investissement économiseur d'énergie, le Collège 
Communal a décidé de ne pas attendre l'octroi du subside ; 
  
DECIDE à l'unanimité : 
Article 1er : D'approuver le cahier des charges N° 20220013 et le formulaire d’offre régissant le présent 
marché public et faisant partie intégrante de la présente décision. 
Art 2 :  D’approuver  la  dépense  relative  à  ce  marché  de  travaux  estimée  à  128.715,00 €  hors  TVA  ou 
155.745,15 €, 21% TVA comprise. 
Art.  3  :  De  passer  le  marché  par  la  procédure  négociée  sans  publication  préalable  conformément  à 
l’article 42, § 1, 1° a) de la loi du 17 juin 2016 (la dépense à approuver HTVA n'atteint pas le seuil de 
140.000,00 €). 
Art.  4  :  De  recourir  à  un  emprunt  communal  dont  la  recette  sera  enregistrée  à  l’article 
764/96151 :20220013 du budget extraordinaire de l’exercice 2022. 
 
15. 
DIRECTION GENERALE - Cellule Marchés Publics – P20220021 - Marché Public de Travaux - Procédure 
ouverte  -  Rénovation  du  Centre  sportif  de  Thulin  -  Approbation  des  conditions  et  du  mode  de 
passation
 
Vu la loi du 29 juillet 1991 relative à la motivation formelle des actes administratifs ; 
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation et ses modifications ultérieures, notamment 
les articles L1222-3 §3 et L1222-4 relatifs aux compétences du Collège communal et les articles L3111-1 
et suivants relatifs à la tutelle ; 
Vu la loi du 17 juin 2013 relative à la motivation, à l'information et aux voies de recours en matière de 
marchés publics, de certains marchés de travaux, de fournitures et de services et de concessions et ses 
modifications ultérieures ; 
Vu la loi du 17 juin 2016 relative aux marchés publics, notamment l'article 36 ; 
Vu l'arrêté royal du 14 janvier 2013 établissant les règles générales d'exécution des marchés publics et 
ses modifications ultérieures ; 
Vu l'arrêté royal du 18 avril 2017 relatif à la passation des marchés publics dans les secteurs classiques 
et ses modifications ultérieures ; 
Vu la délibération du 29 mars 2021 par laquelle le Conseil Communal délègue ses compétences de choix 
du mode de passation et fixation des conditions des marchés publics et des concessions de travaux et de 
services,  visées  à  l’article  L.1222-3,  par.  1  CDLD,  au  Collège  Communal  pour  les  marchés  publics  et 
concessions relevant du budget extraordinaire pour un montant inférieur à 15 000 € ; 
Considérant  le  cahier  des  charges  N°  20220021  relatif  au  marché  “Rénovation  du  Centre  sportif  de 
Thulin” établi par la Direction Générale - Cellule Marchés Publics ; 
Considérant que ce marché est divisé en lots : 
• 
Lot 1 (ARCHITECTURE), estimé à 485.688,40 € hors TVA ou 587.682,96 €, 21% TVA comprise ; 
• 
Lot 2 (PARTIE HVAC SA), estimé à 144.426,00 € hors TVA ou 174.755,46 €, 21% TVA comprise ; 
• 
Lot 3 (PARTIE ELECTRIQUE), estimé à 122.200,00 € hors TVA ou 147.862,00 €, 21% TVA comprise 

Considérant que le montant global estimé de ce marché s'élève à 752.314,40 € hors TVA ou 910.300,42 €, 
21% TVA comprise ; 
Considérant qu’une demande de subside a été introduite dans le cadre de l’appel à projet ‘Rénovation 
énergétique des infrastructures sportives  - Appel à projets 2021’
 ainsi que dans le portefeuille FEDER 
introduit par IDEA ; 
Considérant que le projet est scindé en 3 lots avec des options pour les lots 2 et 3 ; 
Considérant que dans le cadre d’un octroi de subside, l’entièreté des postes sera commandée ; 
Considérant que dans le cas où notre dossier ne serait pas retenu, les options ne seraient pas commandées 
et le budget total s’élèverait donc à : 
• 
Lot 1 (ARCHITECTURE), estimé à 485.688,40 € hors TVA ou 587.682,96 €, 21% TVA comprise ; 
• 
Lot 2 (PARTIE HVAC SA), estimé à 75.426,00 € hors TVA ou 91.265,46 €, 21% TVA comprise ; 
• 
Lot 3 (PARTIE ELECTRIQUE), estimé à 45.845,00 € hors TVA ou 55.472,45 €, 21% TVA comprise ; 
Soit un total pour les 3 lots de 606.959,40 € HTVA ou 734.420,87 € TVAC ; 
Considérant qu'il est proposé de passer le marché par procédure ouverte conformément à l’article 36 de 
la loi du 17 juin 2016 ; 
Considérant que le crédit permettant cette dépense est inscrit au budget extraordinaire de l’exercice 
2022, à l’article 764/723-60 :20220021 et sera financé par un emprunt communal dont la recette sera 
enregistrée à l’article n° 764/96151 :20220021 ; 
Considérant qu'une demande afin d’obtenir l'avis de légalité obligatoire a été soumise le 16 juin 2022 ;  
Considérant que l'avis de légalité n'a pu être remis ; 

                        Conseil communal   
 


  
DECIDE à l'unanimité : 
Article 1er : D'approuver le cahier des charges N° 20220021 et le formulaire d’offre régissant le présent 
marché public et faisant partie intégrante de la présente décision. 
Art. 2 : D’approuver la dépense relative à ce marché de travaux estimée à 752.314,40 € hors TVA ou 
910.300,42 €, 21% TVA comprise. 
Art. 3 : De passer le marché par la procédure ouverte conformément à l’article 36 de la loi du 17 juin 
2016. 
Art. 4 : De compléter et d'envoyer l'avis de marché au niveau national. 
Art.  5  :  De  recourir  à  un  emprunt  communal  dont  la  recette  sera  enregistrée  à  l’article 
764/96151 :20220021du budget extraordinaire de l’exercice 2022. 
 
16. 
DIRECTION GENERALE – Cellule projets - Modification du PST – Intégration des points supplémentaires 
74, 75, 76, 77. - Approbation
 
Vu la loi du 29 juillet 1991 relative à la motivation formelle des actes administratifs ; 
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation ; 
Considérant que le SPW a lancé son plan d'investissements  Mobilité active communal et intermodalité 
PIMACI 2022-2024 : Enveloppe (subside) communale : 78.212,41 € TVAC ; 
Considérant que le Collège communal, en sa séance du 27 juin 2022, a décidé d’inscrire au PIMACI 2022-
2024 la sécurisation de la piste cyclable avenue des Droits de l’homme, la réfection de la piste cyclable 
rue de Chièvres et la création d’un réseau mobipôle à la gare de Thulin ; 
Considérant que ces investissements ne sont pas inscrits dans le Programme Stratégique Transversal ; 
Considérant que  pour  être  éligible  au  PIMACI  2022-2024  une  justification  de  l’inscription  de  chaque 
investissement dans le Programme Stratégique Transversal (PST) doit être fournie ; 
Considérant l'Appel à projets "Coeur de village 2022-2026" lancé par le SPW dans le cadre du Plan de 
relance pour la Wallonie ; 
Considérant que la candidature à l'Appel à projets "Coeur de village 2022-2026" peut être renforcée par la 
modification du PST et l'intégration dans celui -ci du point intitulé " Redynamisation du cœur de village 
de Hensies" (point 75) ; 
Considérant le subvention d'un montant de 22 400 euros octroyée pour l'engagement d'un coordinateur 
POLLEC 2/5ème temps dans le cadre de l'Appel POLLEC 2021 ; 
Considérant l'adhésion à la Convention des Maires effective depuis le 24 août 2021 ; 
Considérant la reconnaissance ATL ( Accueil Temps Libre) accordée par l'ONE en date du 18 juin 202 1; 
Vu la décision du Collège communal du 27 juin 2022 approuvant la modification du PST ; 
  
DECIDE à l'unanimité : 
Article 1er : D’approuver  la modification du PST  et  d’y introduire les travaux  inscrits dans  le  PIMACI 
2022-24 ( point 74 du PST en annexe ) , à savoir : 
• 
 la sécurisation de la piste cyclable avenue des Droits de l’homme ; 
• 
la réfection de la piste cyclable rue de Chièvres ; 
• 
la création d’un réseau mobipôle à la gare de Thulin. 
Art. 2 : D'approuver la modification du PST et d'y intégrer le point intitulé "Redynamisation du Coeur de 
village de Hensies" ( point 75 du PST ) . Celui-ci se déclinant de la façon suivante :  
1.  La rénovation de la place communale de Hensies ; 
2.  La  rénovation  de  l’ancienne  Maison  du  peuple,  comprenant  l’aménagement  d’une  surface 
commerciale et la rénovation de la salle des fêtes ; 
3.  La rénovation de la rue des écoles et du parking ; 
4.  La rénovation de la Maison communale ; 
5.  La création d’un centre sportif de plein air rue de Chièvres. 
Art. 3 : D'approuver la modification du PST et d'y intégrer le point intitulé " Engagement d'un coordinateur 
POLLEC et adhésion à la Convention des Maires " (point 75). 
Art. 4 : D'approuver la modification du PST et d'y intégrer le point intitulé " Reconnaissance ATL (Accueil 
Temps libre). 
 
17. 
DIRECTION GENERALE - Cellule Projets - Procédure de reconnaissance du Centre Sportif de Thulin 
en Centre Sportif Local Intégré (CSLI) – Octroi d’un droit de jouissance - Approbation
 
Vu la loi du 29 juillet 1991 relative à la motivation formelle des actes administratifs ; 
Vu le Code de la Démocratie locale et de la Décentralisation ; 
Vu le décret du 27 février 2003 organisant la reconnaissance et le subventionnement des Centres Sportifs 
Locaux (CSL) et des Centres Sportifs Locaux Intégrés (CSLI) ; 
Vu l'Arrêté du Gouvernement de la Communauté française du 15 septembre 2003 visant l'application du 
Décret du  27  février  2003  organisant  la  reconnaissance  et  le  subventionnement  des  Centres  Sportifs 
Locaux (CSL) et des Centres Sportifs Locaux Intégrés (CSLI) ; 
 
             Conseil communal 11 juillet 2022 
 
 



Vu  les  conditions  fixées  par  le  décret  du  27  février  2003  et  les  missions  que  le  CSL(I)  doit remplir,  à 
savoir : 
- promouvoir la pratique sportive sous toutes ses formes sans discrimination ; 
- promouvoir des pratiques d'éducation à la santé par le sport ; 
- établir un plan annuel d'occupation et d'animation sportives des infrastructures concernées garantissant 
l'accès  à  des  activités  de  sport  pour  tous  et  prévoyant  l'organisation  d'activités  sportives  librement 
réservées à l'ensemble de la population ; 
détenir le droit de propriété ou de jouissance des infrastructures qui composent le centre sportif 
local intégré pour au moins la durée de la reconnaissance ;
 
- compter au moins une année d'existence au moment de l'introduction de la demande de reconnaissance 

- veiller à ce que sa responsabilité civile et la réparation des dommages corporels des utilisateurs soient 
couvertes à suffisance par une assurance ; 
- communiquer son Règlement d'Ordre Intérieur aux utilisateurs et à l'administration ; 
- accepter l'inspection de ses activités et le contrôle des documents comptables et administratifs par les 
fonctionnaires désignés par le Gouvernement ; 
-  constituer  un  Conseil  des  utilisateurs  locaux,  ayant  pouvoir  consultatif  en  matière  d'animation  et 
d'élaboration de programmes d'activités du CSL ou du CSL intégré ; 
-  informer  préalablement  à  la  création  d'un  CSL  ou  d'un  CSL  intégré l'ensemble  des  gestionnaires  des 
infrastructures ; 
- présenter un plan budgétaire portant sur cinq années et identifiant les contributions financières prévues 
de la ou des communes concernées ainsi que de la Communauté française; 
- gérer une infrastructure sportive couverte d'au moins 286 m² de surface sportive attenante, aménagée 
et équipée réglementairement pour permettre, en toute sécurité, l'entraînement et la compétition dans 
au moins cinq disciplines sportives différentes dont un des principaux sports de ballons (qui sont le volley, 
le basket-ball, le hand-ball et le football en salle) ; 
- et gérer également  des infrastructures de plein air permettant la  pratique réglementaire, en toute 
sécurité, d'au moins trois disciplines sportives ; 
Considérant qu'une distinction est établie entre Centre Sportif Local (CSL) et Centre Sportif Local Intégré 
(CSLI) ; 
Considérant  qu'outre  la  gestion  d’infrastructures  sportives  permettant  la  pratique  sportive, le  CSLI 
regroupe des infrastructures sportives à usage scolaire dépendant de la commune 

Considérant que la reconnaissance est accordée pour une durée de dix ans ; 
Considérant que la reconnaissance entraîne la possibilité d'octroi à une subvention pour le traitement 
des agents chargés de l'animation et de la gestion du Centre Sportif Local Intégré, également appelés 
"agents du sport" ; 
Considérant que le nombre maximum d'agents pouvant être pris en considération pour le calcul de la 
subvention sera de maximum 2 unités ; 
Attendu que le montant de la subvention correspond à 90 % du traitement du premier agent et à 75 % 
du traitement des autres agents ;
 
Attendu que  la  procédure  de  reconnaissance  en  CSLI  implique  d’opérer  un  choix  en  termes 
d’infrastructures  sportives  à  regrouper  mais  aussi une  délégation  de  gestion  des  infrastructures 
sélectionnées vers l’agent sportif en charge du futur CSLI (le droit de jouissance ou de propriété est 
détenu par le futur CSLI pendant au moins 10 ans) ;
 
Considérant qu'outre l’infrastructure sportive couverte dans laquelle au minimum 5 disciplines sportives 
différentes sont organisées, une ou plusieurs infrastructures sportives de plein air permettant la pratique 
sportive d’au moins 3 disciplines sportives doivent être sélectionnées ; 
Attendu qu'en optant pour la reconnaissance en CSLI, les salles de gymnastique des écoles de Hensies-
Centre et de Thulin seront intégrées au futur CSLI pour la gestion des activités sportives en dehors des 
horaires scolaires ; 
Attendu que dans cette situation, c'est le CSLI qui aura un droit de jouissance ou de propriété de ces 
infrastructures scolaires pour les activités sportives proposées en dehors des horaires scolaires ; 
Attendu qu’un  nombre  minimum  de  disciplines  sportives  doivent  être  organisées  afin  d’obtenir  la 
reconnaissance en CSLI (permettre l'entraînement et la compétition d’au moins 5 sports différents en 
salle et 3 en extérieur) ; 
Attendu que des activités sportives libres doivent être organisées au bénéfice de tous ; 
Considérant la visite de l’Inspecteur de l’ADEPS « Centre de Conseil du Sport  – Hainaut Ouest » qui a 
approuvé la sélection des infrastructures sportives composant le futur CSLI, à savoir :  
• 
Complexe sportif de Thulin, rue Auguste Lecomte 9, 7350 Hensies (Thulin) ; 
• 
Terrains de tennis de Thulin, rue Fulgence Masson 1, 7350 Hensies (Thulin) ; 
• 
Terrains de football de Thulin , rue du Couvent 7350 Hensies (Thulin); 
• 
Terrains de pétanque de Thulin, rue Auguste Lecomte 9, 7350 Hensies (Thulin) ; 
• 
Terrain de football de Hainin, rue d’Hainin, 7350 Hensies (Hainin) ; 
10 
                        Conseil communal   
 


• 
Vestiaire, buvette et terrain de balle pelote de Montroeul-sur-Haine, place de Montroeul 7350 
Hensies (Montroeul-sur-Haine) ; 
• 
Salle de gymnastique de l’école de Thulin, rue Ferrer 20, 7350 Hensies (Thulin) ; 
• 
Salle de gymnastique de l’école de Hensies-Centre, avenue de l’Europe 5, 7350 Hensies 
Vu la décision du Collège du 13 décembre 2021 marquant son accord pour l’introduction d’une procédure 
de reconnaissance en CSLI ; 
  
DECIDE à l'unanimité : 
Article  1er  :  D'approuver  la  liste  définitive  suivante  des  infrastructures  sportives intégrées  au  sein 
du Centre Sportif Local Intégré (CSLI)  : 
• 
Complexe sportif de Thulin, rue Auguste Lecomte 9, 7350 Hensies (Thulin) ; 
• 
Terrains de tennis de Thulin, rue Fulgence Masson 1, 7350 Hensies (Thulin) ; 
• 
Terrains de football de Thulin, rue du Couvent 7350 Hensies (Thulin) ; 
• 
Terrains de pétanque de Thulin, rue Auguste Lecomte 9, 7350 Hensies (Thulin) ; 
• 
Terrain de football de Hainin, rue d’Hainin, 7350 Hensies (Hainin) ; 
• 
Vestiaire, buvette et terrain de balle pelote de Montroeul-sur-Haine, place de Montroeul 7350 
Hensies (Montroeul-sur-Haine) ; 
• 
Salle de gymnastique de l’école de Thulin, rue Ferrer 20, 7350 Hensies (Thulin) ; 
• 
Salle de gymnastique de l’école de Hensies-centre, avenue de l’Europe 5, 7350 Hensies. 
Art. 2 : D’octroyer au CSLI le droit de jouissance pour une durée de 15 ans sur les infrastructures sportives 
intégrées en son sein. 
Art. 3 : D’octroyer au CSLI le droit de jouissance pour une durée de 15 ans sur les salles de gymnastique 
de  l’école  communale  de  Hensies-Centre  et  de  l’école  communale  de  Thulin  uniquement  pour  les 
activités sportives proposées en dehors des horaires scolaires. 
 
18. 
DIRECTION GENERALE – Cellule projets – Rénovation de la place Communale de Hensies - Candidature 
à l’Appel à projets « Cœur de village » 2022 - 2026 - Approbation
 
Vu la loi du 29 juillet 1991 relative à la motivation formelle des actes administratifs ; 
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation ; 
Considérant que le Gouvernement wallon dédie une enveloppe de 35 millions d’euros aux communes de 
moins de 12.000 habitants, dans le cadre du plan de relance de la Wallonie ; 
Considérant l’Appel à Projets « Cœur de village » 2022-2026 lancé par le SPW permettant aux communes 
lauréates d'obtenir une subvention régionale comprise entre 200 000 et 500 000 euros ; 
Considérant  que  les  dépenses  d'investissements  sont  admissibles  si  leur  montant  total  est  égal  ou 
supérieur à 250.000 euros TVAC et inférieur ou égal à 625.000 euros TVAC ; 
Considérant que des investissements plus importants peuvent être soumis mais ne seront éligibles qu' à 
concurrence de maximum 500.000 euros ; 
Considérant que le taux d’intervention de la Région wallonne s’élève à 80% des travaux subsidiables ; 
Considérant que les projets envisagés dans le cadre de l’Appel à projets « Cœur de village » sont les 
suivants : 
• 
Des espaces publics cohérents (en adéquation avec le cadre bâti existant dans la commune et 
en lien direct avec les autres projets du territoire) ; 
• 
Des  bâtiments  ou  espaces  publics  polyvalents (pouvant  accueillir  des  fonctions  multiples  et 
variables : festivités locales, zone de commerce, zone de rencontre, ou encore espace de jeux 
pour les plus jeunes) ; 
• 
Des bâtiments ou espaces publics qualitatifs et durables pouvant être entretenus à moindre 
coût ; 
• 
Des espaces publics perméables, végétalisés et pensés pour permettre une infiltration aisée 
des eaux pluviales (tenant compte du ruissellement pluvial, d’un égouttage adapté à l’habitat 
présent, la limitation de l’imperméabilisation et la végétalisation) ; 
• 
Sécurité et accessibilité renforcées (offrant un cadre propice aux rencontres, à la détente de 
toutes les générations ainsi qu’à la cohésion sociale) ; 
• 
Une  communication  aux  citoyens  renforcée (information  au  sujet  des  événements,  des 
activités  de  loisirs,  des  services  disponibles,  par  divers  canaux,  dont  signalétique  ou 
déploiement de panneaux intelligents). 
Considérant que les critères de sélection des projets retenus sont les suivants : 
• 
Cohérence avec le cadre bâti, en lien direct avec les autres projets du territoire et, le cas 
échéant, avec les orientations prises par le PST ; 
• 
Polyvalence et adaptabilité du projet ; 
• 
Amélioration de la propreté des lieux envisagés et facilité de leur entretien ; 
• 
Sécurité de tous les usagers (exemple : accès aux personnes à mobilité réduite) ; 
• 
Facilité d’infiltration des eaux pluviales sur l’espace public envisagé ; 
 
             Conseil communal 11 juillet 2022 
 
 
11 


• 
Facilité des échanges d’informations au sein de la population mais aussi des gens de passage ; 
• 
Garantie de réalisation du projet endéans les 5 ans. 
Considérant que le projet de rénovation de la place communale de Hensies peut faire l’objet d’un dépôt 
de candidature à l’Appel à projet « Cœur de village » 2022 – 2026 ; 
Considérant que les travaux de rénovation envisagés sont les suivants :  
 -réaménagement complet de la place communale de façon à avoir un espace multifonctionnel ; 
- réalisation de zone drainante pour la percolation des eaux pluviales ; 
- aménagement de mobilier urbain amovible pour améliorer la convivialité ; 
- installation d'un nouveau revêtement ; 
- aménagement de plusieurs places de parking accessibles pour tous ; 
- aménagement d' espaces verts ; 
- amélioration de l'éclairage ; 
Considérant que l’estimation des travaux prévus (frais d’étude inclus)  s'élève à : 690.596,79 € TVAC ; 
Considérant que les travaux de rénovation envisagés remplissent les critères de sélection de l'Appel à 
projets "Coeur de village" ; 
Considérant que le projet de rénovation de la place communale de Hensies rencontre plusieurs objectifs 
inscrits dans le  PST, à savoir : 
- améliorer le cadre de vie ; 
- accroître l'attractivité de la commune ; 
- être une commune conviviale ; 
- être une commune plus sûre. 
Considérant que le dossier de candidature doit être introduit au plus tard le 15 septembre ; 
Vu la décision du Collège communal du 27 juin 2022 approuvant le dépôt d'une candidature à l’Appel à 
projet « Cœur de village » 2022 – 2026 pour la rénovation de la Place communale de Hensies ; 
  
DECIDE à l'unanimité : 
Article unique : D’approuver l’introduction d’une candidature à  l’Appel à projet « Cœur de village » 
2022 – 2026 pour la rénovation de la Place communale de Hensies. 
 
19. 
DIRECTION GENERALE - GRH - Expérience pilote réduction du temps de travail pour les agents de 60 
ans des niveaux D et E exerçant un métier pénible - Approbation
 
Vu la Loi du 29 juillet 1991 relative à la motivation formelle des actes administratifs ; 
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation ; 
Vu la circulaire du 22 mars 2022 encadrant l’expérience pilote de la réduction du temps de travail pour 
les agents de plus de 60 ans des niveaux D et E exerçant un métier pénible ; 
Considérant  que  plusieurs  études  ont  mis  en  évidence  l'impact  de  différents  facteurs  sur  les  fins  de 
carrières et le peu d'outils mis à disposition des employeurs pour aménager celles-ci en conséquence, 
tout en maintenant le même niveau de productivité du personnel et, pour ce dernier, tenant compte de 
sa situation familiale, de sa santé ; 
Considérant  que  les  mesures  fédérales  relatives  à  l'allongement  de  la  carrière  risquent  d'accroître  le 
phénomène et les problèmes de santé mentale et/ou physique connus par les travailleurs plus âgés ; 
Considérant  que  ces  mesures  impactent  indubitablement  le  personnel  et  la  gestion  des  ressources 
humaines  au  sein  des  administrations  locales  et  provinciales.  Ainsi,  certains  travailleurs  souhaitent 
réduire leur temps de travail en fin de carrière. D'autres rencontreront davantage de difficultés à exercer 
leur fonction suite à une absence de longue durée pour maladie ou suite à une décision d'incapacité de 
travail.  Ces  difficultés  impliqueront  une  réorientation  du  membre  du  personnel  et/ou  un 
accompagnement ; 
Considérant que des maladies de longues durées, des troubles musculaires et articulaires (l'usure accrue 
des muscles et des articulations liées à l'allongement continu des carrières), mais également des troubles 
psychologiques, (dépressions, burn-out ... ) voient leur taux augmenter parmi cette portion de personnel 
et de manière exponentielle s'agissant de métiers dits« lourds » ou « pénibles » et constituent les raisons 
principales à l'origine des absences de longue durée et de leur augmentation ; 
Considérant que des carrières plus longues ne sont toutefois possibles que si se voient maintenues et 
améliorées les conditions d'employabilité des travailleurs tout au long et, in casu, en fin de leur parcours 
professionnel ; 
Considérant  que  l'agent  reste  enregistré  dans  son  régime  de  travail  initial  qu'il  soit  contractuel  ou 
statutaire ; 
Considérant  que  l'adoption  d'un  tel  régime  est  destinée  aux  agents  (statutaires  et  contractuels)  qui 
réunissent les conditions suivantes : 
• des niveaux E et D, 
• âgés de 60 ans et plus, 
• et exerçant un métier pénible. 
Considérant que le sens à donner à la notion de « métier pénible » relève de l'autonomie locale, à définir 
12 
                        Conseil communal   
 


en concertation avec les organisations syndicales ; 
Considérant que l'autorité locale a la possibilité de déterminer quel métier ou quel ensemble de métiers 
des niveaux concernés est considéré comme « pénible». Cette sélection doit se faire au regard de la 
notion de pénibilité de la tâche et doit bien entendu être motivée ; 
Considérant que l'autorité locale peut s'inspirer des critères discutés en 2018 au fédéral dans le cadre de 
l'avant-projet  de  loi  relatif  à  la  reconnaissance  de  la  pénibilité  de  certaines  fonctions  pour  la 
détermination des droits de pension. Les critères pour définir un métier pénible étaient les suivants : 
• 
la  pénibilité  des  circonstances  de  travail  en  raison  des  contraintes  physiques  liées  à 
l'environnement de travail ou en raison de charges physiques ; 
• 
la pénibilité de l'organisation du travail (p.e. travail de nuit et en pause) ; 
• 
la pénibilité en raison de risque de sécurité élevé ; 
• 
la pénibilité de nature mentale ou émotionnelle. 
Considérant  que  les  agents  qui  perçoivent  une  allocation  pour  travaux  dangereux,  insalubres  et 
incommodes  telle  que  visée  dans  la  circulaire  du  31  août  2006  relative  à  l'octroi  d'allocations  et 
d'indemnités sont considérés comme exerçant un métier pénible ; 
Considérant que  le nouveau régime  proposé aux pouvoirs locaux et provinciaux est de permettre aux 
membres du personnel réunissant les conditions susvisées de réduire le temps de travail  de1/5 temps 
sans réduction de salaire ; 
Considérant que ce régime de travail peut être implémenté avec ou sans embauche compensatoire. Cela 
ne doit pas générer une croissance du volume des heures supplémentaires ni mettre en cause l'équilibre 
financier de l'entité ; 
Considérant que cet aménagement de fin de carrière ne peut pas se cumuler avec d'autres régimes de 
réduction de temps de travail ; 
Considérant que ce régime implique une réduction au prorata du quota de jours de congés annuels, de 
jours de congés de maladie pour les statutaires ; 
Considérant  que  ce  régime  n’impacte  pas  le  pécule  de  vacances  ni  la  programmation  sociale  et  n’a 
aucune incidence sur le calcul de l’ancienneté ; 
Considérant que pour l’agent, le régime n’a aucune incidence sur l’ouverture du droit à la pension ni sur 
le calcul de celle-ci ; 
Considérant que l'agent maintien son régime de travail (en règle générale 38h/38h par semaine), mais il 
bénéficie d'une absence ou d'un congé de quelques heures par semaine ; 
Considérant qu’a contrario, lorsque la mesure est obligatoire pour l'agent, le régime de travail de l'agent 
change, bien qu'il soit toujours considéré comme un agent à temps plein. Son horaire sera par exemple 
30h24/30h24 au lieu de 38h/38h par semaine. La réduction du temps de travail ne sera pas considérée 
comme une absence ou un congé de sorte qu'elle n'est pas visée par l'article 3, §1er, 6° , de l'arrêté royal 
du 14 août 1986 ; 
Considérant  qu’il  appartient  au  pouvoir  local  de  faire  le  choix  de  rendre  le  bénéfice  de  la  mesure 
obligatoire ou non à tous les travailleurs qui se trouvent dans les conditions ; 
Considérant que si le pouvoir local décide de laisser le choix aux agents de renoncer au bénéfice de cette 
mesure  et  donc  ne  pas  la  rendre  obligatoire,  il  est  toutefois  recommandé  que,  pour  les  agents  qui 
décideront d'opter pour ce régime de travail, ce choix soit irréversible jusqu'à sa pension ; 
Considérant  que  l'aménagement  du  temps  de  travail  en  fin  de  carrière  consiste  en  une  réduction  du 
temps de travail de 1/5 temps ; 
Considérant que l'agent à temps plein est toujours considéré comme travaillant à temps plein (donc s'il 
devait prester 38h00, il ne doit plus qu'en prester 30h24 et est toujours payé comme pour un 38 h) ; 
Considérant que l'agent à temps partiel conserve son temps partiel, mais passe à 4/5 de celui-ci (donc 
s'il devait prester 19h00, il ne doit plus qu'en prester 15h12 et est toujours payé comme pour un 19h) ; 
Considérant que si l'autorité locale met en place un tel régime, la charge de travail des agents bénéficiant 
de la mesure doit être adaptée ; 
Considérant que la mesure peut être adoptée avec ou sans embauche compensatoire, mais un travailleur 
qui  quitte  le  pouvoir  local  ou  provincial  à  l'âge  de  la  retraite  représente  un  niveau  de  compétence 
importante qui disparaît ; 
Considérant que les travailleurs qui vont bénéficier de la mesure de réduction du temps de travail sont 
des personnes de + de 60 ans qui ont acquis des compétences métier et un savoir-faire qu'il est important 
de transmettre ; 
Considérant que pérenniser les connaissances d'une organisation est essentiel et cela peut passer par un 
transfert/partage de connaissances/compétences d'un travailleur en fin de carrière vers un jeune qui 
débute sa carrière professionnelle ; 
Considérant que dans le contexte de la crise sanitaire et pour contribuer à la relance, le transfert de 
compétences des travailleurs expérimentés devient stratégique ; 
Considérant  qu'actuellement  quatre  auxiliaires  d'entretien  à  temps  partiel  et  un  ouvrier  ETP sont 
concernés par cette mesure ; 
Considérant que deux auxiliaires sont en congés de maladie longue durée ; 
 
             Conseil communal 11 juillet 2022 
 
 
13 


Considérant que la réduction de travail d'1/5 a peu d'impact sur les prestations à temps partiel ; 
Considérant qu'il est proposé d'appliquer cette mesure pour les emplois ETP ; 
Considérant qu'il est proposé de contacter l'IFAPME pour obtenir la liste des candidats en formation en 
vue de compenser la réduction de temps de travail des agents concernés ; 
Vu le protocole d'accord de la négociation syndicale du 23 mai 2022 ; 
  
DECIDE à l'unanimité : 
Article 1er : De participer à l’expérience pilote visant à la réduction du temps de travail pour les agents 
de plus de 60 ans des niveaux D et E exerçant un métier pénible. 
Art. 2 : D'intégrer dans le statut administratif  la réduction temps de travail 1/5ème à l'emploi d'ouvrier 
qualifié ou de manoeuvre pour travaux lourds à l'agent âgé de 60 ans et plus effectuant de prestations 
temps plein. 
  
20. 
DIRECTION FINANCIERE - Vérification caisse - Situation 1er trimestre 2022 - Approbation 
Vu la Loi du 29 juillet 1991 relative à la motivation formelle des actes administratifs ; 
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation ; 
Vu l'article L1124-42 du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation ; 
art. L1124-42 : Le collège communal, ou celui de ses membres qu’il désigne à cette fin, vérifie l’encaisse 
du directeur financier au moins une fois par trimestre, et établit un procès-verbal de la vérification, 
qui mentionne ses observations et celles formulées par le directeur financier; il est signé par le directeur 
financier et les membres du collège qui y ont procédé.
 
Considérant  la  désignation  de  l’Échevine  des  Finances,  Madame  Di  Leone  Norma  en  qualité  de 
vérificatrice ; 
Considérant que cette vérification pour le 1er trimestre 2022 ne fait état d'aucune remarque particulière 

Considérant le procès-verbal de vérification de caisse annexé à la présente ; 
  
DECIDE à l’unanimité : 
Article unique : De prendre acte de la vérification de caisse du 1er trimestre 2022. 
 
21. 
DIRECTION  FINANCIERE  -  Service  Finances  -  Octroi  de  subventions  en  numéraire  -  Contrôle  de  la 
subvention 2021 et octroi du subside 2022 - Magic Thulin - Approbation
 
Vu la Loi du 29 juillet 1991 relative à la motivation formelle des actes administratifs ; 
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation ; 
Vu la circulaire ministérielle du 30 mai 2013 relative à l’octroi des subventions par les pouvoirs locaux ; 
Vu la délibération du 27 novembre 2013 arrêtant le Règlement communal d'octroi des subventions ; 
Considérant que le présent règlement est entré en vigueur le 1er janvier 2014 ; 
Vu la convention conclue pour l'exercice 2021 avec le club Magic Thulin ;  
Vu les justificatifs introduits et le contrôle exercé pour l'année 2021 ; 
Considérant  que  de  l'analyse  de  ces  justificatifs,  il  ressort  que  les  subsides  communaux 2021 ont été 
utilisés conformément aux buts poursuivis par l'association mentionnée ci-dessous; 
  
DÉCIDE à l'unanimité : 
Article unique : D'octroyer la subvention suivante pour 2022 : 
Bénéficiaire 
Montant 
Destination 
Article 
Subventions  aux  associations 
  
  
764/33202.2022 
sportives 
Achat  de  matériels,  frais 
Magic Thulin 
1.500€ 
  
fédérations et championnats.  
 
 

22. 
DIRECTION  FINANCIERE  -  Service  Finances  -  Octroi  de  subventions  en  numéraire  -  Contrôle  de  la 
subvention 2021 et octroi du subside 2022 - Thulin Academy Futsal - Approbation
 
Vu la Loi du 29 juillet 1991 relative à la motivation formelle des actes administratifs ; 
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation ; 
Vu la circulaire ministérielle du 30 mai 2013 relative à l’octroi des subventions par les pouvoirs locaux ; 
Vu la délibération du 27 novembre 2013 arrêtant le Règlement communal d'octroi des subventions ; 
Considérant que le présent règlement est entré en vigueur le 1er janvier 2014 ; 
Vu la convention conclue pour l'exercice 2021 avec le Thulin Academy Futsal ;  
Vu les justificatifs introduits et le contrôle exercé pour l'année 2021 ; 
Considérant  que  de  l'analyse  de  ces  justificatifs,  il  ressort  que  les  subsides  communaux 2021 ont été 
14 
                        Conseil communal   
 


utilisés conformément aux buts poursuivis pour l'association mentionnée ci-dessous ; 
  
 DÉCIDE à l'unanimité : 
Article unique : D'octroyer la subvention suivante pour 2022 : 
1.1. 
Bénéficiaire  1.2. 
Montant 
1.3. 
Destination 
1.4. 
Article 
Subventions aux associations 
  
  
764/33202.2022 
sportives 
Thulin Academy Futsal 
2.000 € 
Équipements, location salle,... 
  
 
23. 
DIRECTION FINANCIERE - Service Finances - Fabrique d'Eglise Saint-Lambert de Montroeul-sur-Haine 
- Présentation des comptes annuels 2021 - Approbation
 
Vu la Loi du 29 juillet 1991 relative à la motivation formelle des actes administratifs ; 
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation ; 
Vu  le  décret  du  13  mars  2014,  publié  au  moniteur  belge  du  04  avril  2014,  modifiant  le  code  de  la 
démocratie locale et de la décentralisation ainsi que diverses dispositions relatives à la tutelle sur les 
actes des établissements chargés de la gestion du temporel des cultes reconnus ; 
Vu l'article L1122-11 du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation ; 
Considérant le vote des comptes annuels 2021 par la fabrique d’Église Saint-Lambert de Montroeul-sur-
Haine en date du 09/05/2022 ; 
Considérant les comptes annuels 2021 déposés par la Fabrique d’Église Saint-Lambert de Montroeul-sur-
Haine et l'arrêté de l'évêché du 25/05/2022 présentant le résultat ci-dessous : 
  
  
Budget et mb 2021 
Comptes annuels 2021 
Dépenses arrêtées par l'évêque 
2.880 
620,23 
Dépenses ordinaires 
14.039 
14.231,10 
Dépenses extraordinaires 
4.000 

Total général des dépenses 
20.919 
14.851,33 
Total général des recettes 
20.919 
27.784,10 
Excédent ou déficit 

12.932,77 
  
Considérant  que  les  comptes  annuels  2021 de  la  Fabrique  d’Église  Saint-Lambert  de  Montroeul-sur-
Haine dégage un excédent de 12.932,77 € ; 
  
DÉCIDE à l'unanimité : 
Article 1er : D’approuver les comptes annuels 2021 de la Fabrique d’Église Saint-Lambert de Montroeul-
sur-Haine présentant un excédent de 12.932,77 €. 
Art. 2 : De transmettre la présente délibération à qui de droit. 
 
24. 
SERVICE TRAVAUX - Plan d'investissement (PIC 2022 - 2024) et Plan d'investissement "Mobilité active 
et intermodalité" (PIMACI) - Introduction - Approbation
 
Vu la Loi du 29 juillet 1991 relative à la motivation formelle des actes administratifs ; 
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation et ses modifications ultérieures ; 
Vu le courrier du SPW - Mobilité infrastructures daté du 31 janvier 2022, nous informant que le montant 
de l'enveloppe pour la mise en œuvre du plan d'investissement communal pour les années 2022 à 2024 
s'élève à 386.028,24 € TVAC ; 
Vu le courrier du Gouvernement Wallon daté du 18 février 2022 relatif au plan d'investissement "Mobilité 
active et intermodalité" (PIMACI) nous informant que le montant de la première tranche de l'enveloppe 
pour la mise en œuvre du plan d'investissement "Mobilité active et intermodalité" 2022 - 2024 s'élève à 
78.212,41 € TVAC ; 
Considérant qu'au niveau du plan d'investissement (PIC) le subside passe à 60% au lieu de 50% pour les 
autres exercices, ce qui signifie que pour 1€ de subside octroyé, il y a une part communale de 0,67 € 
TVAC ; 
Considérant  qu'au  niveau  du  plan d'investissement (PIMACI) le subside  est de  80%, ce  qui signifie que 
pour 1€ de subside octroyé, il y a une part communale de 0,25 € TVAC ; 
Considérant  que  dans  le  cadre  de  l'introduction  du  PIC,  il  faut  impérativement  prévoir un  montant 
subsidié qui atteint au minimum 150% du montant octroyé soit (150%) : 579.042,36 € TVAC ; 
Considérant que le montant total des travaux doit donc s'élever au minimum à 965.070,60 € TVAC ; 
 
             Conseil communal 11 juillet 2022 
 
 
15 


Considérant que dans le cadre de l'introduction du PIMACI, il faut impérativement prévoir un montant 
subsidié qui atteint au minimum 400% du montant octroyé soit (400%) : 312.849,64 € TVAC ; 
Considérant que le montant total des travaux doit donc s'élever au minimum à 391.062,05 € TVAC ; 
Considérant que le plan d'investissement PIMACI se concentre sur 3 axes: 
         - Vélos ; 
         - Piétons ; 
         - Intermodalité ; 
Considérant que le subside PIMACI octroyé doit être réparti de la façon suivante : 
         - Vélos (50%) ; 
         - Piétons (20%) ; 
         - Intermodalité (30%) ; 
Considérant qu'un même dossier peut aussi bien rentrer dans le plan investissement PIC et PIMACI ; 
Considérant que le service travaux propose les dossiers suivants : 
- DOSSIER PIC : 
1° Réfection de la voirie et trottoirs rue des Écoles + création d'un parking avec revêtement drainant 
(estimation travaux : 752.381,21 € TVAC - estimation travaux égouttage SPGE : 103.556,00 €) ; 
2°  Création  d'une  voirie  à  la  ruelle  des  Clercs  à  Thulin (estimation  travaux  :  116.731,00  €  TVAC  - 
estimation travaux égouttage SPGE : 82.646,77 €) ; 
3°  Réfection  du  revêtement  des  voiries  Gai  Séjour  et  rue  du  Levant  à  Hainin (estimation  travaux  : 
64.287,30 € TVAC) ; 
- DOSSIER PIMACI : 
1° Sécurisation de la piste cyclable avenue des Droits de l'Homme (estimation travaux : 124.509,00 € 
TVAC) ; 
2° Réfection de la piste cyclable rue de Chièvres (estimation travaux : 385.152,08 € TVAC) ; 
- DOSSIER CONJOINT PIC - PIMACI 
1° Création d'un réseau mobipôles : gare Thulin (estimation travaux : 230.883,53 € TVAC) ; 
Considérant que le montant total des travaux  est estimé à 1.673.944,12 € TVAC (frais d'étude inclus, 
SPGE non inclus) ; 
Considérant que l'avis de la SPGE doit être demandé pour ces projets ; 
Considérant que les projets exclusifs SPGE doivent également être listé dans le plan d'investissement ; 
Considérant qu'une intervention par tronçon peut être réalisée par la SPGE à la rue de Villers ; 
Considérant que les plans d’investissement PIC et PIMACI doivent être introduits auprès du SPW ; 
  
DECIDE à l'unanimité 
Article 1er : De marquer son accord de principe pour l'introduction des plans d'investissement PIC  et 
PIMACI. 
Art. 2 : De transmettre les documents via le Guichet des pouvoirs locaux au SPW. 
 
25. 
SERVICE  TRAVAUX  -  Règlement  Complémentaire  de  Police  -  PMR  -  Rue  Joseph  Wauters  n°  19  - 
Approbation
 
Vu la Loi du 29 juillet 1991 relative à la motivation formelle des actes administratifs ; 
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation ; 
Vu la Loi relative à la police de la circulation routière ; 
Vu le Règlement général sur la police de la circulation routière ; 
Vu l'Arrêté ministériel fixant les dimensions minimales et les conditions particulières de placement de la 
signalisation routière ; 
Vu la loi communale ; 
Considérant que la mesure suivante doit être prise : 
 - La réservation d'un emplacement de stationnement pour personnes handicapées face au numéro 19 de 
la rue Joseph Wauters via le placement d'un signal E9a avec pictogramme des handicapés ; 
  
DECIDE à l'unanimité : 
Article 1er : D'arrêter la mesure suivante :  
"La réservation d'un emplacement de stationnement pour personnes handicapées face au numéro 19 de 
la rue Joseph Wauters via le placement d'un signal E9a avec pictogramme des handicapés. 
Art. 2 :  De  soumettre  le  Règlement Complémentaire  de  Police  à  l'approbation  du SPW  Mobilité  et 
Infrastructures. 
 
26. 
SERVICE TRAVAUX - Règlement Complémentaire de Police - PMR - Rue du Quéniau n° 23 - Approbation 
Vu la Loi du 29 juillet 1991 relative à la motivation formelle des actes administratifs ; 
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation ; 
Vu la Loi relative à la police de la circulation routière ; 
Vu le Règlement général sur la police de la circulation routière ; 
16 
                        Conseil communal   
 


Vu l'Arrêté ministériel fixant les dimensions minimales et les conditions particulières de placement de 
la signalisation routière ; 
Vu la Loi communale ; 
Considérant que la mesure suivante doit être prise : 
- La réservation d'un emplacement de stationnement pour personnes handicapées face au numéro 23 de 
la rue du Quéniau via le placement d'un signal E9a avec pictogramme des handicapés ; 
  
DECIDE à l'unanimité : 
Article 1er : D'arrêter la mesure complémentaire suivante : 
"La réservation d'un emplacement de stationnement pour personnes handicapées face au numéro 23 de 
la rue du Quéniau via le placement d'un signal E9a avec pictogramme des handicapés". 
Art. 2 : De soumettre le Règlement Complémentaire de Police à l'approbation du SPW Mobilité et 
Infrastructures. 
 
27. 
SERVICE  TRAVAUX  -  Règlement  Complémentaire  de  Police  -  Avenue  des  Droits  de  l'Homme  - 
Réservation de la circulation aux piétons et cyclistes - Approbation
 
Vu la Loi du 29 juillet 1991 relative à la motivation formelle des actes administratifs ; 
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation ; 
Vu la Loi relative à la police de la circulation routière ; 
Vu le Règlement général sur la police de la circulation routière ; 
Vu l'Arrêté ministériel fixant les dimensions minimales et les conditions particulières de placement de la 
signalisation routière ; 
Vu la Loi communale ; 
Vu le projet du Règlement complémentaire ; 
Considérant que la mesure s'applique à la voirie communale ; 
Vu le Règlement Complémentaire de  Police proposé: " La réservation  de la  circulation aux  piétons  et 
cyclistes dans la partie de la voie publique séparée de la chaussée par un terre-plein et située du côté 
gauche de celle-ci dans le sens Hensies -> Thulin via le placement de signaux F99a, F101a et B1 avec 
panneau additionnel M1 en conformité avec les plans ci-joints à nous transmettre lors de la procédure 
d'approbation " ; 
  
DECIDE à l'unanimité : 
Article 1er : D'arrêter la mesure complémentaire suivante : 
"La réservation de la circulation aux piétons et cyclistes dans la partie de la voie publique séparée de la 
chaussée par un terre-plein et située du côté gauche de celle-ci dans le sens Hensies -> Thulin via le 
placement de signaux F99a, F101a et B1 avec panneau additionnel M1 en conformité avec les plans ci-
joints". 
Art. 2 :  De  soumettre  le  Règlement  Complémentaire  de  Police  à  l'approbation  du SPW  Mobilité  et 
Infrastructures. 
 
28. 
SERVICE TRAVAUX - Règlement Complémentaire de Police - Stationnement interdit - Rue de l'Eglise - 
Approbation
 
Vu la Loi du 29 juillet 1991 relative à la motivation formelle des actes administratifs ; 
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation ; 
Vu la loi relative à la police de la circulation routière ; 
Vu le règlement général sur la police de la circulation routière ; 
Vu l'arrêté ministériel fixant les dimensions minimales et les conditions particulières de placement de la 
signalisation routière ; 
Vu la loi communale ; 
Considérant que la mesure suivante doit être prise : 
 - Rue de l'église : Les interdictions de stationner de part et d'autre de l' accès à l'ancien charbonnage, 
sur une distance de 2x5 mètres, via le tracé de deux lignes jaunes discontinues ; 
  
DECIDE à l'unanimité : 
Article 1er : D'arrêter la mesure suivante :  
- Rue de l'église : Les interdictions de stationner de part et d'autre de l' accès à l'ancien charbonnage, 
sur une distance de 2x5 mètres, via le tracé de deux lignes jaunes discontinues. 
Art. 2 : De soumettre le règlement à l'approbation du SPW Mobilité et Infrastructures. 
 
 
 
 
29. 
SERVICE CADRE DE VIE - Environnement  - Entrée en vigueur du décret du 6 mai 2019 relatif à la 
 
             Conseil communal 11 juillet 2022 
 
 
17 


délinquance  environnementale  et  Désignation  des  Fonctionnaires  sanctionnateurs  provinciaux  - 
Approbation
 
Vu la Loi du 29 juillet 1991 relative à la motivation formelle des actes administratifs ; 
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation ; 
Vu le décret du 6 mai 2019 relatif à la délinquance environnementale, tel que modifié et notamment : 
-  les  articles  D.146  et  D.149  qui  prévoient  non  seulement  la  compétence  d’agents  constatateurs 
communaux et régionaux en ces matières mais également leurs missions concurrentes ; 
- l’article D.142 qui prévoit que le Gouvernement adopte la stratégie wallonne de politique répressive 
environnementale  dans  laquelle  il  doit  être  proposé  une  coordination  entre  tous  les  acteurs  publics 
concernés, en ce compris la répartition des missions dévolues aux différents services de l'Administration 
assurant des missions de contrôle, de recherche et de constatation des infractions ; 
-  l’article  D.143  qui  prévoit  que  le  Gouvernement  élabore,  avec  l'Union  des  Villes  et  Communes  de 
Wallonie, un protocole de collaboration visant à coordonner la politique répressive visée à l'article D.142, 
et puis le soumet à l’adoption des communes ; 
Vu la stratégie de politique répressive environnementale adoptée par le Gouvernement wallon en date 
du 16 décembre 2021 ; 
Considérant  que  les  infractions  environnementales  susceptibles  d’être  reprises  dans  le  Règlement 
Général de Police sont énumérées à l’article D.197 §3 du décret du 6 mai 2019 relatif à la délinquance 
environnementale, à savoir : 
Art. D.197. § 1er. Sans préjudice du paragraphe 2, la sanction administrative est infligée par le fonctionnaire 
sanctionnateur régional ; 
§ 2. Si l'infraction a été constatée, par un agent désigné en vertu de l'article D.149, ou par un membre du 
cadre opérationnel de la Police fédérale et de la Police locale, et qu'elle est prescrite dans le règlement 
communal  conformément  au  paragraphe  3,  la  sanction  est  infligée  par  le  fonctionnaire  sanctionnateur 
communal ou provincial désigné par le conseil communal en vertu de l'article D.157, §1er, alinéa 3 ; 
§ 3. Le conseil communal peut incriminer, en tout ou en partie, par voie de règlement communal, des faits 
constitutifs des infractions suivantes : 
1° l'incinération de déchets ménagers en plein air ou dans des installations non conformes aux dispositions 
de la législation en matière de déchets, à l'exception de l'incinération des déchets secs naturels provenant 
des forêts, des champs et des jardins, visée par le Code rural et le Code forestier ; 
2° l'abandon de déchets, tel qu'interdit en vertu de la législation en matière de déchets, en ce compris les 
dépôts qui affectent les cours d'eau ; 
3° les infractions de troisième et quatrième catégorie aux dispositions visées à l'article D.138, à l'exception 
de celles visées à l'article D.138, alinéa 1er, 1° et 10° ; 
4° les infractions au décret du 17 janvier 2019 relatif à la lutte contre la pollution atmosphérique liée 
à la circulation des véhicules ;
 
Les  infractions  visées  dans  le  règlement  communal  sont  passibles  d'une  sanction  administrative  ou  de 
mesures de restitutions visées à l'article D.201 ; 
Lorsque le conseil communal recourt à l’application de ce paragraphe, il en informe en lui transmettant, 
conformément aux modalités déterminées par le Gouvernement, une copie du règlement communal visé ; 
Considérant que par sécurité juridique, il est conseillé aux villes et communes d’adopter un Règlement 
Général de Police distinct des autres matières relatives aux amendes administratives communales ; 
Considérant que le décret du 6 mai 2019 relatif à la délinquance environnementale entrera en vigueur 
le 1er juillet 2022 ; 
Considérant  la  délibération  du  Conseil  communal  prise  en  cette  même  séance  adoptant  le protocole 
visant à assurer la bonne  collaboration et une répartition claire des missions  entre  les services de la 
Région et des communes en ce qui concerne la répression des infractions environnementales et liées au 
bien-être  animal établit  en concertation  entre  l’Union  des  Villes  et  Communes  de  Wallonie  et  le 
Département de la police et des contrôles du service public de Wallonie ; 
Considérant  qu'en  vertu  de l’article  D.157  du  décret  du  6  mai  2019  relatif  à  la  délinquance 
environnementale, le conseil communal peut désigner comme fonctionnaire sanctionnateur communal 
un fonctionnaire provincial proposé par le conseil provincial ; 
Considérant que le Bureau Provincial des Amendes Administratives Communales de la Province du Hainaut 
nous  informe  par  un  courrier reçu  le  24  mai  dernier, qu'il  convient  de  procéder  aux  désignations  des 
actuels fonctionnaires sanctionnateurs provinciaux, à savoir ; 
• 
Monsieur Philippe de SURAY 
• 
Monsieur Frank NICAISE  
• 
Madame Ludivine BAUDART 
Considérant  que  la  décision  du  Conseil  communal  portant  sur  la  désignation  des  fonctionnaires 
sanctionnateurs  provinciaux  doit  être transmise  pour  information  à  l’Administration  régionale  et 
faire l’objet d’une publication. 
  
DECIDE à l'unanimité : 
18 
                        Conseil communal   
 


  
Article 1er : De prendre acte de l'entrée en vigueur du décret du 6 mai 2019 relatif à la délinquance 
environnementale dès le 1er juillet 2022. 
Art.  2  : de  prendre  acte  que  les  infractions  environnementales  susceptibles  d’être  reprises  dans  le 
Règlement Général de Police sont énumérées à l’article D.197 §3 du décret du 6 mai 2019 relatif à la 
délinquance environnementale, à savoir : 
Art. D.197. § 1er. Sans préjudice du paragraphe 2, la sanction administrative est infligée par le fonctionnaire 
sanctionnateur régional. 
§ 2. Si l'infraction a été constatée, par un agent désigné en vertu de l'article D.149, ou par un membre du 
cadre opérationnel de la Police fédérale et de la Police locale, et qu'elle est prescrite dans le règlement 
communal  conformément  au  paragraphe  3,  la  sanction  est  infligée  par  le  fonctionnaire  sanctionnateur 
communal ou provincial désigné par le conseil communal en vertu de l'article D.157, §1er, alinéa 3. 
§ 3. Le conseil communal peut incriminer, en tout ou en partie, par voie de règlement communal, des faits 
constitutifs des infractions suivantes : 
1° l'incinération de déchets ménagers en plein air ou dans des installations non conformes aux dispositions 
de la législation en matière de déchets, à l'exception de l'incinération des déchets secs naturels provenant 
des forêts, des champs et des jardins, visée par le Code rural et le Code forestier ; 
2° l'abandon de déchets, tel qu'interdit en vertu de la législation en matière de déchets, en ce compris les 
dépôts qui affectent les cours d'eau ; 
3° les infractions de troisième et quatrième catégorie aux dispositions visées à l'article D.138, à l'exception 
de celles visées à l'article D.138, alinéa 1er, 1° et 10° ; 
4° les infractions au décret du 17 janvier 2019 relatif à la lutte contre la pollution atmosphérique liée 
à la circulation des véhicules.
 
Les  infractions  visées  dans  le  règlement  communal  sont  passibles  d'une  sanction  administrative  ou  de 
mesures de restitutions visées à l'article D.201. 
Lorsque le conseil communal recourt à l’application de ce paragraphe, il en informe en lui transmettant, 
conformément aux modalités déterminées par le Gouvernement, une copie du règlement communal visé. 
Art. 3 : De désigner les actuels fonctionnaires sanctionnateurs provinciaux, à savoir : 
• 
Monsieur Philippe de SURAY ; 
• 
Monsieur Frank NICAISE ; 
• 
Madame Ludivine BAUDART. 
Art. 4 : De prendre acte qu'une concertation avec les communes de Quiévrain, Honnelles et Dour ainsi 
qu'avec la Zone de Police des Hauts-Pays a été initiée en vue d'établir un Règlement Général de Police 
pour  les  infractions  environnementales  distinct  des  autres  matières  relatives  aux  amendes 
administratives communales. 
Art. 5 : De transmettre la présente décision portant sur la désignation des fonctionnaires sanctionnateurs 
provinciaux à l’Administration régionale. 
 
30. 
SERVICE  CADRE  DE  VIE  -  Environnement  -  Protocole  de  collaboration  entre  les  communes  et  le 
Département  de  la  police  et  des  contrôles  du  service  public  de  Wallonie  Agriculture,  Ressources 
naturelles et Environnement
 
Vu la Loi du 29 juillet 1991 relative à la motivation formelle des actes administratifs ; 
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation ; 
Étant donné que la commune est une autorité publique de proximité et qu'à ce titre, elle cumule deux 
avantages,  à  savoir  qu'elle  connaît  son  territoire  et  dispose,  sur  celui-ci,  d’un  pouvoir  de  police 
contraignant (police générale - ordonnances de police, arrêtés du bourgmestre et exécutions d’office -, 
polices  spéciales  -  autorisations  d’exploiter,  police  des  déchets,  du  bien-être  animal,  police  de 
l’aménagement du territoire -, ...) ; 
Qu'en outre la partie VIII du Livre Ier du Code de l'Environnement permet aux pouvoirs locaux d’exercer 
des compétences en matière de répression environnementale et de répression en matière de bien-être 
des animaux ; 
Et d'autre part, que le Département de la Police et des Contrôles (DPC) est une police spécialisée qui a 
développé une expertise en matière de surveillance de l’environnement et de bien-être animal et dispose 
de moyens d’investigation et de répression ; 
Et qu'afin de faire face aux infractions en matière d’environnement et de bien-être animal, le constat 
de proximité et l’expertise d’investigation doivent se conjuguer. 
Considérant  qu'une  bonne  gestion  de  ces  problématiques,  évitant  le  double  emploi  et  cherchant 
l’allocation  optimale  des  ressources  disponibles  doit,  dès  lors,  trouver  ses  fondements  dans  une 
collaboration accrue entre la commune et le Département de la Police et des Contrôles du Service Public 
de Wallonie Agriculture, des Ressources naturelles et de l’Environnement (ci-après le DPC) ; 
Considérant que le Département de la police et des contrôles du service public de Wallonie propose aux 
communes un protocole visant à assurer la  bonne collaboration et  une  répartition claire des missions 
entre  les  services  de  la  Région  et  des  communes  en  ce  qui  concerne  la  répression  des  infractions 
 
             Conseil communal 11 juillet 2022 
 
 
19 


environnementales et liées au bien-être animal ; 
Considérant  que  ce protocole  est  le  fruit  d’une  concertation  menée  avec  l’Union  des  Villes  et  des 
Communes Wallonnes et dont les termes sont : 
Vu le décret du 6 mai 2019 relatif à la délinquance environnementale, tel que modifié et notamment : 
- les articles D.146 et D.149 qui prévoient non seulement la compétence d’agents constatateurs communaux 
et régionaux en ces matières mais également leurs missions concurrentes ;
 
-  l’article  D.142  qui  prévoit  que  le  Gouvernement  adopte  la  stratégie  wallonne  de  politique  répressive 
environnementale  dans  laquelle  il  doit  être  proposé  une  coordination  entre  tous  les  acteurs  publics 
concernés, en ce compris la répartition des missions dévolues aux différents services de l'Administration 
assurant des missions de contrôle, de recherche et de constatation des infractions ;
 
- l’article D.143 qui prévoit que le Gouvernement élabore, avec l'Union des Villes et Communes de Wallonie, 
un protocole de collaboration visant à coordonner la politique répressive visée à l'article D.142, et puis le 
soumet à l’adoption des communes ;
 
Vu la stratégie de politique répressive environnementale adoptée par le Gouvernement wallon en date 
du 16 décembre 2021 ; Vu la concertation entre l’Union des Villes et Communes de Wallonie et le DPC ;
 
Il est convenu ce qui suit : 
De la répartition des tâches/ missions 
Sans préjudice de la nécessité pour les communes d’adopter et de mettre en œuvre les plans d’action 
individualisés  au  niveau  de  la  zone  de  police  de  laquelle  dépend  la  commune  ;  Sans  préjudice  des 
missions qui leur appartiennent en exclusivité, du fait que la commune peut toujours demander au DPC 
de prendre le relais du dossier lorsqu’elle n’a pas la capacité d’agir efficacement, la collaboration visée 
par le présent protocole s’applique aux différents domaines de l’environnement et du bien-être animal 
de la manière suivante :
 
  
a) Air 
La commune intervient en première ligne pour : 
- la gestion des pollutions atmosphériques liées aux installations domestiques (chaudières) ne nécessitant 
pas de mesures spécifiques ;
 
- l’incinération de déchets (sur les biens de particulier et incinération sauvage, incinération dans systèmes 
de  combustion  internes  -  dont  poêle  à  bois  ou  brûle-tout  -  au  sein  des  domiciles  particuliers  et  des 
installations de classe 3) ;
 
- le contrôle et la répression des infractions liées aux moteurs thermiques tournant à l’arrêt (cfr. Infractions 
à l’article 15 du Décret du 17 janvier 2019 relatif à la lutte contre la pollution atmosphérique liée à la 
circulation des véhicules) ;
 
- Le DPC intervient en première ligne pour la gestion des pollutions atmosphériques liées aux installations 
de classe 1 et 2.
 
  
b) Eau 
La commune intervient en première ligne pour : 
- les infractions en matière de gestion des eaux usées domestiques ; 
- les infractions (dégradation ou modification des berges, entrave à la circulation ou à l’écoulement....) en 
matière de cours d’eau non classés et/ou cours d’eau de classe 3 ;
 
- les infractions et les nuisances (olfactives, visuelles, etc...) provoquées par les dispositifs d’égouttage et 
d’épuration individuelle, ainsi que les dispositifs de gestion des eaux usées domestiques (à l'exception des 
stations d'épuration d’eaux urbaines résiduaires) ;
 
-  les  incidents  de  pollution  (dont  mazout  et  hydrocarbures  dans  le  réseau  d’égouttage).  Les  services 
régionaux d’incendie et le service ‘travaux’ communal (y compris lors des gardes SOS) seront mis activement 
à contribution par le bourgmestre pour la recherche de la source des pollutions ;
 
- les incidents de pollution des cours d’eau sur le territoire de la commune où les communes assureront la 
mise  en  place,  dans  la  limite  des  moyens  disponibles,  des  mesures  de  limitation  ou  de  lutte  contre  la 
pollution 

constatée 

Les services régionaux d’incendie et le service ‘travaux’ communal (y compris lors des gardes SOS) seront 
mis activement à contribution pour ces mises en œuvre.
 
  
Le DPC intervient en première ligne pour : 
- les infractions et les nuisances (olfactives, visuelles, etc...) provoquées par les dispositifs d’égouttage et 
d’épuration industriels, ainsi que les dispositifs de gestion publique des eaux usées (stations d’épurations 
gérées par les intercommunales) ;
 
- les infractions liées à la pollution des eaux souterraines ; 
- les infractions liées à la protection et la pollution de l’eau destinée à la consommation humaine ; 
- les infractions liées aux eaux de surface ne relevant pas de la responsabilité communale. 
  
c) Sol 
20 
                        Conseil communal   
 


La commune intervient en première ligne pour : 
-  les  ‘petits’  chantiers  relatifs  aux  «terres  excavées  »  (volumes  entre  10  et  400  m3  concernés  par 
l’obligation de traçabilité mais pas de contrôle qualité) .
 
  
Le DPC intervient en première ligne pour : 
-  tous  les  cas  de  pollutions  des  sols  qui  nécessitent  des  moyens  techniques  de  mesures  et  de  suivi 
importants, (voir point g) relatif aux incidents et accidents environnementaux) ;
 
- les cas de « terres excavées » non couverts par le champ d’intervention de la commune tel que défini ci-
dessus.
 
  
d) Déchets 
Privilégiant  la  proximité  de  l’autorité  intervenante  et  estimant  que  les  constats,  verbalisations, 
injonctions d’un agent local et, le cas échéant, le suivi par ledit agent de la remise en état des lieux 
suffisent pour faire cesser la nuisance, seule la commune intervient en première ligne dans les situations 
suivantes :
 
-  l’incinération  de  déchets  par  des  particuliers  :  par  ces  termes,  on  entend  l’incinération  de  déchets 
ménagers en plein air ou dans des installations non conformes aux dispositions du décret du 27 juin 1996 
relatif  aux  déchets,  à  l'exception  de  l'incinération  des  déchets  secs  naturels  provenant  des  forêts,  des 
champs et des jardins telle que réglementée par le Code rural et le Code forestier (annexe XVI de la partie 
réglementaire du Livre Ier du Code de l’Environnement) ;
 
-  la  distribution  au  niveau  local  d’écrits  publicitaires  non  adressés  (publicités  et  presse  gratuite)  ne 
respectant pas l’autocollant « stop pub » apposé sur une boîte aux lettres. L’autocollant a été mis en place 
d’une part pour prévenir la production de déchets de papier publicitaire non sollicités, et d’autre part 
pour éviter que des publicités non souhaitées portent atteinte à la salubrité publique ;
 
- l’usage  de  films  plastiques  autour  des  écrits  publicitaires  non  adressés,  et  la  distribution  de  cartes 
publicitaires sur les pare-brises et vitres de véhicules, lorsque les dispositions réglementaires entreront en 
vigueur ;
 
- l’usage de sacs en plastique interdits par la réglementation régionale lors d’achats dans les commerces 
de détail, en ce compris sur les marchés communaux ; l’abandon de déchets, tel qu'interdit en vertu du 
décret du 27 juin 1996 relatif aux déchets, en ce compris les dépôts qui affectent les cours d'eau :
 
• 
Abandon d’une déjection canine ; 
• 
Abandon de mégot, de canette, de chewing-gum, de masque buccal ou de gant ; 
• 
Abandon d’un emballage, d'un sac poubelle, d'un bidon d'huile usagée, d'un récipient ou un 
fut de 2001 même vide, de déchets inertes seuls ou en mélange générés par les travaux de 
transformation réalisés par des non professionnels, de déchets amiantifères.
 
  
-  dépôts  de  déchets  chez  particulier  (hors  entreprises)  quel  que  soit  le  volume  (notion  de  salubrité 
publique) ;
 
- dépôts de déchets dans les installations de classe 3 quel que soit le volume ; 
- dépôts sauvages de déchets ménagers et autres d’un poids total inférieur à 30 tonnes et notamment les 
dépôts /abandons de déchets inertes, seuls ou en mélange, générés par les travaux de transformation ou 
de construction (par des professionnels ou non).
 
 
Lorsque  les  dépôts  /abandons  de  déchets  concernent  des  déchets  comportant  de  l’asbeste  ciment 
(amiante) provenant de chantier de minimes importances le seuil de 30 tonnes est remplacé par une 
surface totale au sol occupée de 120 m2 ;
 
- Constat des manipulations non conformes dans le cadre des chantiers de minime importance contenant 
de  l'amiante  (chantier  nécessitant  un  permis  de  classe  3).  Par  chantier  de  minime  importance  il  faut 
entendre :
 
• 
imprégnation, encapsulation ou enlèvement de plus de 10 m et moins de 20 m de  joints de 
portes, de plaques foyères, de mastics et de caoutchoucs contenant de l'amiante dans une 
même unité technique et géographique d'exploitation ;
 
• 
imprégnation, encapsulation ou enlèvement de plus de 5 m et de moins de 10 m de calorifuge 
recouvrant les tuyauteries ;
 
• 
imprégnation, encapsulation ou enlèvement de plus de 120 m2 et de moins de 5 000 m2 de 
matériaux en amiante-ciment.
 
  
- les dépôts/abandons de déchets dangereux, tels les véhicules hors d’usage (VHU), lorsque leur nombre 
n’excède pas les 10 unités ;
 
- le contrôle des collecteurs ambulants de métaux et vêtements ; 
- la pollution par hydrocarbures (huile et autres) sur l’espace publique émanant de véhicules y stationnés 
;
 
- le contrôle, la répression et le suivi des plaintes en matière d’utilisation de cartes plastifiées sur les 
 
             Conseil communal 11 juillet 2022 
 
 
21 


véhicules en stationnement (cf. Arrêté du Gouvernement wallon du 23 avril 2020 remplaçant l'arrêté du 
Gouvernement  wallon  du  28  février  2019  favorisant  la  prévention  de  certains  déchets  et  la  propreté 
publique) ;
 
- le contrôle, la répression et le suivi des plaintes en matière d’utilisation de sacs plastique à usage unique 
dans les commerces locaux et sur les marchés/foires organisés sur le territoire de la commune (cf Arrêté 
du Gouvernement wallon du 6 juillet 2017 relatif aux sacs en plastique) ainsi qu’en matière d’interdiction 
de certains ustensiles en plastique à usage unique (établissements HoReCa  - restaurants, snacks, hôtels, 
brasseries,  cafés,  friteries,  sandwicheries,  etc.  ;  cafétarias/cantines  d'entreprises,  cantines  scolaires, 
cafétarias club sportif, etc.; marchands ambulants marchés, évènements, etc. ; biens et services fournis 
dans le cadre d'évènements, y compris les concerts et les animations culturelles ; dégustations culinaires 
offertes aux clients dans certains magasins) (cf AGW du 18 juillet 2019 portant interdiction de l'usage de 
certains ustensiles en plastique à usage unique dans les établissements ouverts au public).
 
La commune prend en outre en charge, pour ce qui la concerne, le respect des obligations de l’Arrêté 
du Gouvernement Wallon du 15 mars 2015 relatif à l’obligation de tri de certains déchets, au sein des 
commerces et entreprises (dont les activités relèvent de permis d’environnement de classe 3) qui y sont 
soumises et qui sont situées sur le territoire communal.
 
  
Le DPC intervient en première ligne pour : 
-  tous  les  contrôles,  constatations  et  poursuites  en  matière  de  déchets  non  couverts  par  les  situations 
décrites ci-dessus ;
 
En outre, le DPC constitue pour la Commune, le partenaire vers lequel elle peut se tourner pour obtenir 
une aide technique et de conseil lorsqu’une situation particulière se présente.
 
  
e) Permis d’environnement 
La commune intervient en première ligne pour : 
-  La  commune  intervient  en  première  ligne  dans  la  répression  des  infractions  commises  par  les 
établissements de classe 3 ;
 
- le contrôle et la gestion des plaintes que la commune reçoit concernant des activités (de toute nature) 
lorsque celles-ci sont réalisées ‘au noir’ ou ne sont pas couvertes par un permis.
 
  
Le DPC intervient en première ligne dans : 
- le contrôle et la gestion des plaintes que le DPC reçoit concernant des activités (de toute nature) lorsque 
celles-ci sont réalisées ‘au noir’ ou ne sont pas couvertes par un permis ;
 
- la répression des infractions commises par les établissements de classe 1 et 2. 
  
f) Bruit 
La commune intervient en première ligne pour : 
- les infractions provoquées par la musique amplifiée dans les établissements non classés et de classe 3, 
publics et privés, en application de la législation relative aux normes acoustiques pour la musique dans ces 
établissements. Sont également visées la musique amplifiée et les activités bruyantes (activités ponctuelles 
ou récurrentes), liées au divertissement, à la culture, à des activités sportives ou de détente quelle que 
soit leur classification...
 
  
Le DPC intervient en première ligne pour les infractions provoquées par les établissements de classe 1 
et 2.
 
  
g) Incidents et accidents environnementaux 
Lorsque  survient  un  incident  ou  un  accident  en  matière  environnementale,  le  DPC  fait  appel  au 
Bourgmestre de la commune où a lieu l’incident/accident. Le Bourgmestre sollicite ses services (service 
régional  d’incendies,  service  ‘travaux’  et  tout  autre  service  communal  utile)  afin  d’apporter  son 
assistance  aux  agents  du  DPC  pour  permettre  à  ceux-ci  d’établir  les  constatations  d’infractions  et 
identifier l’auteur de la pollution induite par l’incident/accident.
 
Le DPC assure le suivi administratif lié aux infractions relevées lors de l’incident ou de l’accident dans 
les limites de ses compétences et, le cas échéant, la définition ou l’identification des mesures liées à 
la remise en état. L’identification de ces mesures peut notamment se faire en faisant appel à d’autres 
experts  de  l’administration  du  Service  publique  de  Wallonie  Agriculture,  Ressources  naturelles  et 
Environnement,  à  l’Institut  Scientifique  de  Service  Public  (ISSEP),  à  la  Société  Publique  d’Aide  à  la 
Qualité de l’Environnement (SPAQUE), à d’autres services du Service Public  de Wallonie voire à tout 
expert privé mandaté par le DPC dans l’exercice de ses missions.
 
Le DPC ne peut en aucun assurer un rôle de conseil en matière de santé publique, d’ordre public ni de 
gestion de crise dans le cadre de l’incident/accident. La Commune a toute liberté pour gérer la crise et 
les mesures à prendre en matière d’ordre public, de santé publique, de propreté publique, ou de toutes 
autres mesures s’inscrivant dans le cadre de ses compétences.
 
22 
                        Conseil communal   
 


En  cas  de  nécessaire  stockage  temporaire  de  déchets  liés  aux  interventions  réalisées  sur  une  voirie 
communale, la commune met à disposition, si besoin en est, un lieu de stockage provisoire adapté pour 
les  déchets  lorsqu’il  n’est  pas  possible  d’évacuer  directement  ces  déchets  vers  une  installation  de 
traitement autorisée.
 
En  aucun  cas  le  DPC  ne  peut  être  considéré  comme  un  gestionnaire  d’intervention  ou  un  opérateur 
chargé  de  mettre  en  place  des  mesures  d’atténuation,  suppression,  ...  de  la  pollution  causée  par 
l’incident/accident.
 
  
h) Bien-être animal 
Dans  le  cadre  de  plaintes  pour  maltraitance  ou  négligence  animale,  privilégiant  la  proximité  de 
l’autorité  intervenante  et  estimant  que  les  injonctions  d’un  agent  local  suffisent  pour  faire  cesser 
l’infraction, la commune intervient en première ligne sur base de plaintes reçues par les citoyens ou à 
la demande du DPC (et en particulier de l’Unité du Bien-être animal - UBEA) dans les situations suivantes 
:
 
-  les  plaintes  concernant  des  maltraitances  ou  négligences  animales  ne  nécessitant  pas  de  prime  abord 
d’expertise  particulière  (mauvaises  conditions  de  détention,  absence  d’abri,  pieds  très  longs  pour  les 
équidés,  ...).  Dans  ce  cas,  le  DPC  limite  son  intervention  à  un  rôle  de  support-conseil  à  distance  (sur 
demande de la Commune) et n’intervient que dans l’hypothèse où, suite à la visite, la commune demande 
l’expertise d’un agent du DPC ;
 
- le contrôle et la répression de l’obligation de stérilisation des chats ; 
- le contrôle et la répression des infractions en matière d’identification et d’enregistrement des chiens et 
des chats ;
 
- le contrôle et la répression en matière de détention d’animaux non autorisés ; 
- le contrôle et la répression des infractions en matière de bien-être animal constatées dans les foires, 
expositions, qui se tiennent sur le territoire de la commune (même de manière ponctuelle) ;
 
-  le  contrôle  et  la  répression  dans  les  cas  de  détention  sans  permis  d’animaux  dont  la  détention  y  est 
soumise ;
 
- la répression de la détention d’animaux perdus et non restitués dans les 20 jours ; 
- le contrôle et la répression des infractions suite au non-respect des prescriptions fixées à l’article D.39 
du Code wallon du Bien-être animal ;
 
- le contrôle et la répression des infractions suite au non-respect des prescriptions fixées aux articles D.47 
et D.49 du Code wallon du Bien-être animal.
 
Par ailleurs, conformément à l’article D. 170 du Livre Ier du Code de l’Environnement (tel que modifié 
par le décret du 6 mai 2019), lorsqu'une infraction est ou a été précédemment constatée et que cette 
infraction  concerne  un  ou  plusieurs  animaux  vivants,  la  saisie  administrative  des  animaux  peut  être 
décidée par un agent constatateur communal ou par le bourgmestre de la commune sur le territoire de 
laquelle se trouve généralement les animaux. Sauf si la mise à mort s'avère immédiatement nécessaire 
pour  des  motifs  de  bien-être  animal,  sanitaires  ou  de  sécurité  publique,  l'agent  constatateur  ou  le 
bourgmestre font alors héberger les animaux dans un lieu d'accueil approprié.
 
Lorsque  la  commune  constate  une  infraction  ou  est  saisie  d’une  plainte  nécessitant  une  expertise 
(animal malade non soigné, absence de soins, ...), sur demande de la commune, le DPC pourra intervenir, 
sans jugement d’opportunité préalable.
 
Si la commune a besoin d’un appui technique ou d’une intervention urgente du DPC, un service de garde 
spécifique au bien-être animal est disponible 7j sur 7 et 24h/24. Dans les cas d’extrême urgence, lorsque 
la vie d’un animal est en danger, les agents communaux peuvent le saisir administrativement. Dans ce 
cas,  sans  préjudice  des  compétences  dévolues  au  Bourgmestre,  l’agent  constatateur  peut  contacter 
préalablement, s’il le souhaite, le service de garde afin d’obtenir un avis sur l’opportunité d’une telle 
mesure.  En  cas  de  saisie,  la  copie  de  la  décision  de  saisie  effective  et  la  copie  du  procès-verbal  de 
constatation  lié  à  cette  intervention  doivent  être  transmises  à  l’Unité  du  bien-être  animal  du  DPC, 
conformément au Code Wallon du Bien-être Animal.
 
  
Le DPC (cellule UBEA) Intervient en première ligne dans : 
Le DPC (cellule UBEA) limite son intervention à un rôle de support-conseil à distance et n’intervient que 
dans l’hypothèse où, suite à la visite, la commune demande l’expertise d’un agent du DPC.
 
Le DPC (cellule UBEA) intervient directement pour le suivi des plaintes en matière de bien-être animal 
qu’il reçoit, lorsque ces plaintes révèlent que la vie de l’animal concerné est en danger. Dans les autres 
cas, les plaintes non urgentes sont transmises à la commune.
 
  
De la gestion des plaintes 
Lorsqu’une entité est désignée comme « premier intervenant » dans le cadre du présent protocole, cela 
implique qu’elle prend en charge la gestion de la plainte qu’elle reçoit.
 
Cela suppose également que l’autre entité (par l’intermédiaire du Bourgmestre et/ou du fonctionnaire 
chargé de la surveillance) transmette toute plainte qu’elle reçoit à l’entité « premier intervenant ».
 
 
             Conseil communal 11 juillet 2022 
 
 
23 


Cela est sans préjudice d’une demande de collaboration ponctuelle et accrue qui serait faite par une 
des entités au présent protocole. Ainsi, la commune peut toujours solliciter le DPC pour une intervention 
technique, sur la base d’une demande motivée, afin de prendre le relais du dossier lorsqu’elle n’a pas 
la capacité d’agir efficacement.
 
Il en va ainsi, notamment : 
- lorsque le cas nécessite des mesures et/ou des analyses et après concertation avec le DPC, ce dernier 
prend en charge les frais d’expertise qu’il engage (prélèvements, analyses, mesures, ...) ;
 
- lorsque le cas nécessite une appréciation technique que la commune n’est pas en mesure de réaliser seule 
;
 
- lorsque le cas nécessite la mise en œuvre des pouvoirs d’investigation du DPC ; 
-  lorsque  l’intervention  du  DPC  est  nécessaire  pour  la  prise  d’une  mesure  administrative.  La  saisie 
administrative des animaux réalisée dans le contexte d’infraction au Code wallon du Bien-être animal n’est 
pas visée ici dans la mesure où la compétence de saisie peut être exercée par le bourgmestre, les agents 
de police ou les agents constatateurs communaux.
 
  
De la communication, de l’échange d’information et de la collaboration 
Le DPC et les communes échangent les noms et coordonnées de leurs points de contacts « environnement 
»  (Bourgmestre,  Fonctionnaire(s)  sanctionnateur(s)  communal  et/ou  provincial,  Fonctionnaire(s) 
constatateur(s) communaux, Directeur de la Direction territoriale du DPC (Fonctionnaire chargé de la 
surveillance), Fonctionnaire(s) sanctionnateur(s) régional(aux)) et les mettent à jour au moins une fois 
l'an.
 
Un inventaire des agents constatateurs communaux est tenu et mis à jour par le DPC. Les Communes 
communiquent au DPC systématiquement la liste à jour des agents constatateurs de leur commune au 
moins une fois par trimestre. Cet inventaire contient, outre les noms et prénoms desdits agents, leurs 
coordonnées  téléphoniques  professionnelles  ainsi  que  leur  adresse  électronique  professionnelle 
(obligatoire !).
 
  
Quel que soit le contrevenant, établissement ou particulier : 
- Lorsqu’un avertissement est dressé par un agent d’une des entités en matière d’environnement (....), le 
Bourgmestre  ou  les  Fonctionnaires  chargés  de  la  surveillance  (Directeurs  des  directions  territoriales, 
coordinateurs d’unités du DPC (URP ou UBEA), selon le cas, s’envoient copie du courrier portant injonction 
au contrevenant de régulariser la situation et le délai y assorti ;
 
-  Lorsqu’un  Procès-verbal  est  dressé  par  les  agents  d’une  entité  en  matière  d’environnement  (....),  le 
Bourgmestre  ou  les  Fonctionnaires  chargés  de  la  surveillance  (Directeurs  des  directions  territoriales, 
coordinateurs d’unités du DPC (URP ou UBEA), communiquent à l’autre partie le numéro de référence du 
procès-verbal ainsi qu’éventuellement copie du courrier portant la mise en demeure ou les mesures exigées 
du contrevenant.
 
Une  réunion  est  organisée  annuellement  pour  tenter  de  rencontrer  les  désiratas  exprimés,  sans 
préjudice de contacts ponctuels et d’échanges d’informations pour des problèmes plus spécifiques entre 
la commune et le Fonctionnaire chargé de la surveillance compétent dans son ressort géographique.
 
  
Dans le cadre du déploiement de la stratégie wallonne de politique répressive environnementale : 
-  une  plateforme  d’échange  est  mise  en  place  par l’administration  afin  de  permettre  l’organisation  de 
réunions virtuelles (voire physiques ponctuelles) entre parties (communes/administration). Le but de cette 
plateforme est l’échange constructif entre partie pour améliorer le fonctionnement du présent protocole 
ainsi que sur les attentes des communes en matière de formation des agents constatateurs communaux ;
 
- une  plateforme  spécifique  est  également  mise  en  place  par  l’administration  à  destination  des 
fonctionnaires  sanctionnateurs  (régionaux,  communaux,  provinciaux)  afin  de  pouvoir  échanger  sur  les 
matières spécifiques qui les concerne et notamment en vue d’assurer la coordination et la cohérence des 
poursuites administratives. Les réunions seront organisées en présentiel ou à distance, au moins une fois 
par an, à la demande concertée des parties.
 
Une  base  (informatisée)  de  données  des  infractions  environnementales  appelée  ‘fichier  central’  (cf. 
article  D.144  du  Livre  1er  du  Code  de  l’Environnement)  sera  disponible  et  devra  notamment  être 
alimentée  par  les  agents  constatateurs  communaux  (cf  article  D.  150  du  Livre  1er  du  Code  de 
l’Environnement).
 
La  Commune  s’engage  à  alimenter,  par  le  biais  de  ses  agents  constatateurs  communaux  et  des 
fonctionnaires sanctionnateurs communaux, le fichier central dont question en utilisant la procédure 
qui sera mise en place dans le cadre du déploiement de l’applicatif ‘fichier central’ (pour les agents 
constatateurs  communaux  :  encodage  de  données  structurées  relatives  aux  infractions 
environnementales et transfert électronique des documents numérisés vers l’applicatif - procès-verbaux 
et  avertissements  ;  pour  les  fonctionnaire  sanctionnateurs  communaux  :  encodage  de  données 
structurées relatives aux décisions de sanctions administratives et transfert électronique des documents 
numérisés vers l’applicatif - décisions de sanction).
 
24 
                        Conseil communal   
 


  
De la formation des agents constatateurs communaux 
Conformément à l’article R. 124 du Livre 1er du Code de l’Environnement, le DPC organise, deux fois 
par an, une formation de  base destinées aux agents constatateurs communaux préalablement à leur 
prestation de serment devant le tribunal de première instance de leur résidence administrative. Elle 
porte sur un volume de trente-six heures et comprend :
 
1.  les principes généraux du droit pénal ; 
1.  l'organisation judiciaire ;  
2.  l’introduction à la procédure pénale ; 
3.  l’introduction au droit pénal environnemental ; 
4.  la réalisation de constat d’infractions et la rédaction de procès-verbaux ; 
5.  la sensibilisation aux acteurs économiques. 
  
Les dates de sessions seront communiquées aux communes par le DPC par le biais d’une annonce publiée 
sur le portail Environnement du site Internet de la Région wallonne au moins trente jours avant sa tenue 
effective  et  il  appartiendra  aux  communes  d’y  inscrire  de  leur  propre  chef  les  agents  constatateurs 
locaux endéans les 6 mois de leur entrée en fonction en tant qu’agent constatateur communal.
 
Par ailleurs, outre cette formation de base, le DPC organise (en présentiel ou à distance voire en mode 
virtuel  enregistré)  une  fois  par  an  une  formation  de  ‘recyclage’  permettant  l’approfondissement  et 
l’actualisation  des  connaissances  des  législations  reprises  à  l’article  D.138  du  Livre  Ier  du  Code  de 
l’Environnement ainsi qu’à leurs arrêtés d’exécution. Cette formation est destinée à tous les agents et 
fonctionnaires ayant déjà suivi la formation de base prévue ci-avant ou ayant été dispensé de suivre 
celles-ci. Cette session vise en partie les nouveautés développées dans les domaines concernés par les 
missions des agents et fonctionnaires, et propose des moments d’échanges d’expérience.
 
  
De la formation des fonctionnaires sanctionnateurs communaux 
Le DPC organise, deux fois par an, une formation de base destinées aux fonctionnaires sanctionnateurs 
communaux.  Cette  formation  est  la  même  que  celle-prévue  pour  les  agents  constatateurs  (cf  point 
précédent). Elle porte sur un volume de trente-six heures et comprend :
 
1.  les principes généraux du droit pénal ; 
1.  l'organisation judiciaire ; 
2.  l’introduction à la procédure pénale ; 
3.  l’introduction au droit pénal environnemental ; 
4.  la réalisation de constat d’infractions et la rédaction de procès-verbaux ; 
5.  la sensibilisation aux acteurs économiques. 
  
Les dates de session seront communiquées aux communes par le DPC par le biais d’une annonce publiée 
sur le portail Environnement du site Internet de la Région wallonne au moins trente jours avant sa tenue 
effective  et  il  appartiendra  aux  communes  d’y  inscrire  de  leur  propre  chef,  les  fonctionnaires 
sanctionnateurs communaux endéans les 3 ans de leur entrée en fonction.
 
Cette formation de base est complétée par une formation de base spécifique de 30 heures organisée 
une fois par an par le DPC. Elle doit être suivie dans la foulée de la formation de base. Les dates de 
session seront communiquées aux communes par le DPC par le biais d’une annonce publiée sur le portail 
Environnement du site Internet de la Région wallonne au moins trente jours avant sa tenue effective et 
il  appartiendra  aux  communes  d’y  inscrire  de  leur  propre  chef  les  fonctionnaires  sanctionnateurs 
communaux endéans la fin de l’année qui suit la formation de base. Cette formation spécifique porte 
sur :
 
1.  l’approfondissement de la répression ; 
1.  les méthodes d’audition ; 
2.  le droit pénal approfondi et le droit de la procédure pénale ; 
3.  la répression administrative, en ce compris la rédaction de décisions administratives ; 
4.  l’utilisation d’outils informatiques ; 
5.  la gestion de la procédure administrative. 
Par ailleurs, outre cette formation de base, le DPC organise (en présentiel ou à distance voire en mode 
virtuel  enregistré)  une  fois  par  an  une  formation  de  ‘recyclage’  permettant  l’approfondissement  et 
l’actualisation  des  connaissances  des  législations  reprises  à  l’article  D.138  du  Livre  1er  du  Code  de 
l’Environnement ainsi qu’à leurs arrêtés d’exécution. Cette formation est destinée à tous les agents et 
fonctionnaires ayant déjà suivi la formation de base prévue ci-avant ou ayant été dispensé de suivre 
celles-ci. Cette session vise en partie les nouveautés développées dans les domaines concernés par les 
missions des agents et fonctionnaires, et propose des moments d’échanges d’expérience.
 
  
Des outils mis à disposition des communes par l’Administration 
L’administration mettra en place, outre des formations techniques dédiées aux agents constatateurs 
 
             Conseil communal 11 juillet 2022 
 
 
25 


communaux, des outils pratiques de terrain telles : 
- Modèle de Procès-verbaux - types (et du bulletin d’analyse qui l’accompagne) ; 
- Grille d’éco-diagnostic simplifiée ; 
- Check-lists de contrôle (quand pertinentes) ; 
- Instructions éventuelles pour l’exercice de la constatation des infractions. 
Ces documents seront disponibles en version électronique et seront placés au fur et à mesure de leur 
production  par  l’administration  sur  le  portail  de  l’environnement.  Le  modèle  électronique  sera  soit 
téléchargeable  depuis  le  portail  de  l’environnement  soit  transmis  par  voie  électronique  aux  agents 
constatateurs communaux qui en font la demande explicite.
 
A  terme,  et  dans  les  limites  des  ressources  et  possibilités  de  l’administration,  certaines  formations 
techniques  relatives  à  la  constatation  d’infractions  environnementales  particulières  (déchets  ou 
pollution  eaux  p.  ex)  pourront  faire  l’objet  de  capsules  vidéo  accessibles  aux  agents  constatateurs 
communaux sur un portail électronique ou par transmission électronique.
 
  
De l’évaluation de la répression environnementale 
Les  Communes  s’engagent  à  élaborer  chaque  année  un  rapport  d’évaluation  de  la  répression 
environnementale sur leur territoire communal. Ce rapport comprendra au moins :
 
- Un tableau statistique reprenant le nombre d’avertissement, de PV et de remise en état réalisée au cours 
d’une année civile donnée, nombre de décisions administrative prise par les fonctionnaires sanctionnateurs 
communaux/provinciaux ;
 
- Un relevé des moyens mis en œuvre par la commune (nombre d’agents constatateurs, nombre de jours de 
prestations par agent) pour la répression environnementale ;
 
-  Un  relevé  et  descriptif  résumé  des  éventuelles  actions  de  sensibilisation  à  la  protection  de 
l’environnement menées par l’administration communale ;
 
- Une analyse critique des résultats des actions répressives menées en identifiant les points d’amélioration 
(de manière à mettre en place les formations adéquates pour répondre aux besoins).
 
  
Considérant 
que 
la 
commune de 
Hensies 
ne 
dispose, 
actuellement, 
pas 
d'agents 
constatateurs communaux dans ses effectifs ; 
Considérant  que l'élaboration  et  la  mise  en  œuvre  des  plans  d'actions  relèvent  des compétences  du 
pouvoir de police contraignant, à savoir, la Zone de Police des Hauts-Pays pour la commune de Hensies 
;  
Considérant  qu'en  l'absence  d'agents  constatateurs communaux, la  Zone  de  Police  des  Hauts-Pays 
devra assurer  le  constat  de  proximité  sur  le  territoire  de  Hensies  pour  tous  les  points  repris  dans  le 
protocole de collaboration faisant l'objet de la présente décision ;  
  
DECIDE à l'unanimité 
Article 1er : D’approuver le "  Protocole visant à assurer  la bonne collaboration et une répartition 
claire des missions entre les services de la Région et des communes en ce qui concerne la répression 
des infractions environnementales et liées au bien-être animal 
", élaboré en concertation avec l’Union 
des Villes et des Communes Wallonnes et proposé par le Département de la police et des contrôles du 
service public de Wallonie. 
Art. 2 : De demander à la Zone de Police des Hauts-Pays d'élaborer et de mettre en place un plan d'action 
en  matière  de  répression  environnementale  et  en  matière  de  bien-être  animal  en  vue  d'une 
collaboration accrue entre la commune et le Département de la Police et des Contrôles du Service Public 
de Wallonie, Agriculture, des Ressources naturelles et de l'Environnement. 
Art.3 : De demander à la Zone de Police des Hauts-Pays d'assurer le constat de proximité sur le territoire 
de Hensies pour tous les points repris dans le protocole de collaboration faisant l'objet de la présente 
décision en l'absence d'agents constatateurs communaux. 
Art.4  : De  souscrire  au  contenu  du  présent  protocole  de  collaboration entre  les  communes  et  le 
Département de la Police et des Contrôles du Service Public de Wallonie, Agriculture, des Ressources 
naturelles et de l'Environnement, visant à assurer la bonne collaboration et une répartition claire des 
missions entre les services de la Région et des communes en ce qui concerne la répression des infractions 
environnementales et liées au bien-être animal. 
Art.5  : De  transmettre  la  présente  décision au Département  de  la  Police  et  des  Contrôles  du  Service 
Public de Wallonie, Agriculture, des Ressources naturelles et de l'Environnement ainsi qu'à la Zone de 
Police des Hauts-Pays. 
 
31. 
SERVICE ENSEIGNEMENT - Modification des statuts du Centre Intercommunal de Santé du Cœur du 
Hainaut - Approbation
 
Vu la loi du 29 juillet 1991 relative à la motivation formelle des actes administratifs ; 
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation ; 
Vu le Décret du 20 décembre 2001 ; 
26 
                        Conseil communal   
 


Vu l'obligation pour chaque pouvoir organisateur d'être affilié à un service P.S.E. (promotion de la santé 
à l'école) ; 
Vu la décision du Collège Communal du 20 décembre 2021 de s'affilier au service de promotion à la santé 
du Centre Intercommunal de Santé du Coeur du Hainaut à partir du 1 septembre 2022 ; 
Considérant la convention-cadre entre la commune de Hensies et le Centre Arthur Nazé en application 
depuis le 1er septembre 2008 pour une période de 6 ans, c’est-à-dire qu’elle couvrait l’agrément P.S.E. 
de 2008 à 2014 ; 
Considérant  que  cette  convention-cadre  a  bénéficié  d’une  tacite  reconduction  de  6  ans  puisqu’elle 
n’avait pas été dénoncée par recommandé ; 
Considérant qu'en mars 2019, le nouveau Décret P.S.E. a encore prolongé automatiquement toutes les 
conventions existantes pour une période de 2 ans, à savoir du 1er septembre 2020 au 31 août 2022 ; 
Considérant que le partenariat actuel reste à titre gracieux jusqu’au 31 août 2022 ; 
Considérant qu'au terme du partenariat la commune de Hensies a la possibilité de s'affilier à un autre 
service  de  promotion  de  la  santé  à  l'école  ou de  conclure  un  nouveau  partenariat  avec  le Centre 
intercommunal de Santé du Coeur du Hainaut (ex Centre Arthur Nazé) ; 
Considérant  la  possibilité de  s'affilier  à  un  autre  service  de  promotion  de  la  santé  à  l'école  les  P.S.E. 
suivants ont été consultés : 
- L'Intercommunale de santé Harmegnies-Rolland ; 
- Centre de l'Intercommunale de Santé du Coeur du Hainaut ; 
- L'Instam (l'Intercommunale d’œuvres médico-sociales des arrondissements de Tournai-Ath-Mouscron et 
cantons limitrophes) ; 
Considérant que les missions des P.S.E. sont régies par la promotion de la santé à l'école sous la tutelle 
de l'ONE et offrent donc des missions quasi similaires, dès lors le prix sera déterminant pour le choix 
du P.S.E. ; 
Considérant que l'Intercommunale de santé Harmegnies-Rolland propose une offre de 3.10 € x nombre 
d'habitants  soit  environ  21.300  €. Le  coût  sera  ensuite  stabilisé  à  2,50  euros soit  un  coût  annuel 
d'environ 17.500 € ;  
Considérant que l'Intercommunale de Santé du Coeur du Hainaut propose une offre de 1.98 € x nombre 
d'habitants soit environ 13.553.10 € ; 
Considérant que l'Instam propose une offre 2.24€ x nombre d'habitants soit environ 15.332.80 € ; 
Considérant que le Centre Intercommunal de Santé du Coeur du Hainaut est le plus avantageux ; 
Considérant que suite à la décision du Collège communal de poursuivre le partenariat avec le service 
P.S.E.  en  s’associant  au  C.I.S.C.H.  (Centre  Intercommunal  de  Santé  du  Cœur  du  Hainaut),  les statuts 
du C.I.S.C.H. doivent être modifiés afin d’intégrer la commune de Hensies en tant que nouvel associé ; 
Considérant le projet de modification de statuts du Centre Intercommunal de Santé du Cœur du Hainaut 
annexé ; 
  
DECIDE à l'unanimité : 
Article unique : D'accepter le projet de modification de statuts du Centre Intercommunal de Santé du 
Cœur du Hainaut. 
 
32. 
SERVICE ENSEIGNEMENT - Service extrascolaire - Validation du programme de Coordination Locale 
pour l'Enfance - Approbation
 
Vu la Loi du 29 juillet 1991 relative à la motivation formelle des actes administratifs ; 
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation ; 
Vu le décret de la CF du 3/07/2003 relatif à la coordination de l'accueil des enfants durant leur temps 
libre et au soutien de l'accueil extrascolaire (modifié par le décret du 26/03/2009) ;  
Vu  l'Arrêté  du  Gouvernement  de  la  CF  du  3/12/2003  fixant  les  modalités  d'application  du  décret  du 
3/07/2003, modifié le 14/05/2009 ;  
Vu l'Arrêté du Gouvernement de la CF 17/12/2003 fixant le Code de qualité de l'accueil ;  
Vu le Décret du Gouvernement de la CF du 17/07/2002 portant réforme de l'ONE ;  
Considérant que l'état des lieux a été présenté en CCA en date du 30 mars 2022 et a été approuvé à 
l'unanimité ; 
Considérant  que  les  résultats  de  l'état  des  lieux  ainsi  que  les  objectifs  du  programme  CLE  ont  été 
présentés au collège en date du 30 mai 2022 ;  
Considérant que le programme de Coordination Locale pour l'Enfance a été approuvé à l'unanimité par 
la CCA en date du 14 juin 2022 ;  
Considérant qu'il y a lieu d'avoir l'approbation du Collège communal ainsi que du Conseil communal ; 
Considérant le programme ci-annexé et faisant partie intégrante de la présente délibération ; 
  
DECIDE à l'unanimité :  
Article 1er : De valider le programme de Coordination Locale pour l'Enfance.  
Art. 2 : Que la présente délibération sera adressée pour fins utiles aux Autorités responsables. 
 
             Conseil communal 11 juillet 2022 
 
 
27 


 
33. 
SERVICE  ENSEIGNEMENT  -  Service  Extrascolaire  –  Demande  d’agrément  "Opérateur  d'accueil 
extrascolaire" - Approbation
 
Vu la Loi du 29 juillet 1991 relative à la motivation formelle des actes administratifs ; 
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation ; 
Vu  l'Arrêté  du  Gouvernement  de  la  Communauté  française du  3/12/2003  fixant  les  modalités 
d'application du Décret du 3/07/2003, modifié le 14/05/2009 ;  
Vu l'Arrêté du Gouvernement de la Communauté française du 17/12/2003 fixant le Code de qualité de 
l'accueil ;  
Vu le Décret du Gouvernement de la Communauté française du 17/07/2002 portant réforme de l'ONE ;  
Vu le Décret de la Communauté française du 3/07/2003 relatif à la coordination de l'accueil des enfants 
durant leur temps libre et au soutien de l'accueil extrascolaire (modifié par le décret du 26/03/2009) ;  
Considérant que  l'Administration communale  est entrée dans une  reconnaissance Accueil Temps Libre 
(ATL) par l'ONE ;  
Considérant qu'il y a lieu d'établir un programme CLE ;  
Considérant que les accueils peuvent être agréés "opérateurs d'accueil extrascolaire" ;  
Considérant que nous avons 5 accueils extrascolaires dans 5 implantations différentes ;  
Considérant qu'un projet pédagogique et un Règlement d'Ordre Intérieur ont été établis et sont valables 
pour les 5 accueils ; 
Considérant le Règlement d'Ordre Intérieur suivant :  
  
Règlement d’Ordre Intérieur des accueils extrascolaires 
1.  Composition/ Personnes de contact 
  
• 
Échevine de l’Enseignement : Madame Boucart Yvane – 0479/75 97 06 
• 
Collaborateurs : 
Madame Wambecq Laurie – coordinatrice de l’Enseignement : 065/76 73 58 
Madame Bortoluzzi Moïra- coordinatrice ATL : 065/76 73 58 
Madame Berdysz Nathalie- assistante administrative : 065/76 73 58 ou 0478/10 25 50 
  
2.  Missions 
  
• 
Accueil des enfants avant et après l’école ; 
• 
Permettre à chaque enfant de s’initier à la vie de groupe dans le respect de l’autre ; 
• 
Développer  la  créativité  et  les  sens  des  enfants  par  des  activités  d’éveil  et  des  ateliers 
pratiques ; 
• 
Initier chaque enfant à une grande diversité d’activités sportives, artistiques et ludiques ; 
• 
Favoriser l’intégration sociale de l’enfant dans le respect des différences et dans un esprit de 
coopération ; 
• 
Socialiser l’enfant en lui permettant de s’initier à la vie de groupe dans le respect de l’autre 

• 
Développer le respect de l’environnement (gestion des déchets, protection de la faune et de 
la flore) ; 
3.  Horaires 
  
Deux périodes sont définies par jour ouvrable (excepté pour le mercredi après-midi) : 
• 
7h00 à 8h00 ; 
• 
15h00 à 17h30 ; 
• 
Pour le mercredi : 12h00 à 16h00 ; 
Il y a une possibilité de garderie le mercredi après-midi jusque 17h30, mais uniquement pour les parents 
retenus par leur activité professionnelle. 
Les parents doivent respecter les heures d’accueil. En cas de circonstance exceptionnelle, les parents 
sont priés de prévenir les responsables de l’accueil. 
Au  cas  où  les  parents  feraient  reprendre  leur(s)  enfant(s)  par  une  tierce  personne,  ils  doivent 
impérativement prévenir les accueillants de ce changement, par souci de sécurité. 
  
4.  Conditions financières 
  
L’accueil du matin est gratuit et l’après-midi, l’accueil est fixé à 1 euro de 15h00 à 17h30. Le paiement 
se fait auprès des animateurs quand les parents viennent reprendre l’enfant. 
  
5.  Documents à remplir 
28 
                        Conseil communal   
 


  
Une fiche d’inscription, de santé et une autorisation parentale doivent être remises en début d’année 
scolaire  aux  animateurs  afin  de  pouvoir  contacter  la  personne  responsable  de  l’enfant  au  moindre 
problème. Ces fiches comprennent les coordonnées de la personne qui use de l’autorité parentale, les 
informations générales qui concernent directement l’enfant et une partie consacrée à sa santé. 
 
6.  Collation 
  
Il est demandé aux parents de prévoir une collation suffisante pour les enfants qui restent à l’accueil : 
prévoir plus de boissons en cas de fortes chaleurs, des biscuits des fruits plutôt que des friandises sucrées 
ou des bonbons, … 
  
7.  Droit à l’image 
  
L’accueil  extrascolaire  prévoit  une  autorisation  parentale  pour  les  photos  et  les  publications  sur  les 
réseaux  sociaux.  Celle-ci  est  distribuée  en  même  temps  que  les  autres  documents  en  début  d’année 
scolaire. 
  
8.  Assurance 
  
Les  enfants  et  les  accueillants  sont  assurés  par  le  Pouvoir  Organisateur  de  l’école  en  cas  d’accident 
survenu durant l’accueil. 
Nos activités sont couvertes par une assurance ETHIAS numéro police 45.440.267. 
  
9.  Fonctionnement 
  
Les accueillants s’engagent à encadrer et à animer les enfants qui leur sont confiés en veillant au bien-
être et à la sécurité de ceux-ci. 
Ils suivent des formations proposées par l’ONE. Des réunions pédagogiques leur sont également proposées 
afin de permettre à chaque personne de se remettre en question, d’échanger diverses informations ou 
de parler des difficultés qu’ils peuvent rencontrer tout au long de l’année. Le but est d’optimiser au 
mieux la qualité de l’accueil et le professionnalisme de l’équipe. 
Les parents peuvent à tout moment interpeller les accueillants pour une question ou un problème. Si le 
problème est important, l’accueillant en réfère toujours au chef de service. 
  
10.  Respect et comportement 
  
Chaque enfant est tenu de respecter les règles élémentaires de politesse et les consignes de sécurité au 
sein de chaque garderie. 
Nous exigeons de tous : 
-      le respect envers chaque personne présente pendant de l’accueil extrascolaire ; 
-      le respect du matériel et des jeux mis à disposition ; 
-      le respect des infrastructures et du travail du personnel d’entretien ; 
-      le respect des règles de vie en groupe.  
Chaque enfant veillera également à reprendre ses vêtements, boîtes à tartines et sacs divers. 
Les accueillants sont invités à communiquer aux parents des enfants concernés les manques de respect 
des règles et à signaler à la direction de l’école les manquements éventuels des élèves. 
  
11.  Projet pédagogique 
  
Le milieu d’accueil conforme au code de  qualité  de l’accueil rédige  un projet pédagogique  créée en 
concertation avec le Pouvoir Organisateur. Le Projet Pédagogique est approuvé par l’ONE et délivré aux 
personnes qui lui confient l’enfant.  
  
Considérant le projet pédagogique suivant :  
 
Projet Pédagogique 
  
Accueil extrascolaire 
 
 
  
1.  Introduction 
 
             Conseil communal 11 juillet 2022 
 
 
29 


  
La commune de Hensies organise un accueil extrascolaire dans chaque école communale pour aider les 
parents à allier vie professionnelle et vie familiale. Le premier objectif de l’Accueil Extrascolaire est de 
permettre aux personnes qui confient leurs enfants de les accueillir dans une structure de qualité. Ces 
accueils sont ouverts à tous les enfants scolarisés au sein de l’école de 2,5 ans à 12 ans dès 07h00 et 
jusqu’à 17h30. 
Les  accueils  extrascolaires  visent  à  encadrer  les  enfants  dans  une  perspective  éducative,  mais  aussi 
ludique. La prise en charge des enfants en dehors des heures scolaires ne peut, en effet se résumer  à 
une simple « garderie ». Les accueillantes veillent à proposer des activités adaptées à l’âge, mais surtout 
du « temps libre » pour viser à l’épanouissement des enfants. Certains enfants sont déposés tôt le matin 
et repartent tard le soir. Il est donc primordial qu’ils se sentent en confiance et écoutés. 
  
2.  Objectifs 
  
I. 
Permettre aux enfants de se sentir en confiance, développer l’autonomie et la créativité 
Le  développement  « social »  (vie  en  groupe),  « cognitif »  (découvertes  et  nouvelles  expériences), 
« affectif »  (confiance  en  soi  et  autonomie,  sentiment  de  sécurité),  « psychomoteur »,  (« ça  doit 
bouger ! »)  de  l’enfant  sont  les  valeurs  qui  vont  se  retrouver  dans  les  activités  proposées  par  les 
animateurs. Nous visons une meilleure intégration sociale par la coopération envers les autres. 
• 
Social 
• 
Favoriser  la  socialisation,  apprendre  à  créer  des  liens  en  proposant  des  jeux  en  groupe. 
L’enfant apprend à vivre, à jouer ensemble, à prendre confiance en lui, à vaincre sa timidité 
et à oser s’exprimer. Ces activités favorisent la solidarité ; 
• 
Respecter chaque enfant dans sa différence et inciter les enfants à faire de même ; 
• 
Rendre  les  enfants  plus  autonomes  en  leur  donnant  des  responsabilités  (responsable  du 
matériel, aide à d’autres enfants,…). 
• 
Cognitif 
• 
Permettre aux enfants qui n’ont pas l’occasion de pratiquer un sport, de faire des activités 
extrascolaires, d’avoir accès à des lieux, des contextes et des activités qu’ils n’ont peut-être 
pas l’occasion de rencontrer habituellement… 
  
• 
Affectifs et psychologiques 
• 
Développer l’affectif de l’enfant, la confiance en lui ; 
• 
Développer l’autonomie et la construction d’une image positive de lui ; 
• 
Développer l’esprit d’équipe et la socialisation en lui apprenant le respect des autres et de 
l’environnement dans lequel il évolue ; 
• 
Régler les conflits. Les accueillants agissent très rapidement auprès des enfants pour régler 
les problèmes : ils veillent à la sécurité de chacun, écoutent les enfants pour comprendre le 
conflit et essaient de le régler par la discussion. Ils pourront prendre contact avec la direction 
et avec les parents en cas de problème important. 
  
• 
Psychomoteur 
• 
Des activités sportives et psychomotrices permettent aux enfants d’apprendre à se dépasser, 
à aller jusqu’au bout de leurs efforts tout en respectant leurs capacités individuelles. La vie 
en groupe est un apprentissage en soi, chacun ayant sa place, ses droits et ses devoirs. Les 
règles  de  vie  sont,  en  effet,  expliquées  en  début  de  stage,  dans  chaque  groupe.  Pour  les 
parents  et  les  enfants,  l’accueil  extrascolaire  est  aussi  un  lieu  d’intégration  sociale,  une 
manière de faire connaissance avec d’autres familles. 
  
3.  Public cible  
  
L’Accueil extrascolaire est ouvert aux enfants de 2,5 ans à 12 ans scolarisés dans nos écoles communales, 
sans distinction de sexe, culture, religion et nationalité. 
  
  
4.  L’encadrement 
  
L’encadrement est assuré par du personnel qualifié qui a les compétences nécessaires pour répondre aux 
besoins des enfants et aux spécificités du type d’accueil organisé. 
Le personnel est en nombre suffisant afin de respecter le taux d’encadrement fixé par l’ONE. Ainsi, pour 
plus de trois heures consécutives : 
• 
Un accueillant pour 8 enfants de moins de 6 ans ; 
30 
                        Conseil communal   
 


• 
Un accueillant pour 12 enfants de 6 à 12 ans ; 
Les  animateurs  reçoivent  les  moyens  nécessaires  pour  réaliser  leurs  activités.  Des  formations  sont 
prévues  durant  l’année  scolaire  afin  de  professionnaliser  nos  accueils.  Des  réunions  d’équipes  sont 
organisées afin de favoriser la cohésion de groupe, échanger sur les pratiques, faire le point sur ce qui 
va et ce qui est à améliorer, formuler des demandes, … 
Les compétences de chacun peuvent être mises en valeur. Libre aux accueillants de proposer des activités 
qu’ils  aiment,  maîtrisent,  veulent  faire  partager  toujours  en  respectant  les  besoins  et  les  envies  des 
enfants.  Le  service  Accueil  Extrascolaire  veille  à  rendre  cela  possible  en  fournissant  tout  ce  qui  est 
nécessaire à la réalisation d’une activité, d’un projet. 
Les accueillants veillent à : 
• 
Informer les parents sur le déroulement de la journée de leur enfant ; 
• 
Prendre  en  compte  les  attentes  et  demandes  des  parents  en  discutant  régulièrement  avec 
eux ; 
• 
Prendre en compte les caractéristiques sociales, culturelles, économiques du milieu de vie des 
enfants accueillis en faisant participer au mieux les parents, et en cherchant l’entraide et la 
coopération  lors  d’activités  où  ceux-ci  sont  mis  à  contribution  (véhicule,  matériel  de 
récupération, …) ; 
• 
La sécurité des enfants et au bien-être de ceux-ci ; 
• 
Développer l’autonomie de chacun ; 
• 
Créer  un  climat  harmonieux  et  chaleureux  durant  l’accueil  pour  que  les  enfants  puissent 
s’épanouir. 
Les parents peuvent à tout moment contacter le responsable du projet ou les accueillants pour soumettre 
leurs questions. Les animateurs peuvent aussi s’entretenir avec les parents concernant le comportement 
de l’enfant, son évolution, sa santé, … 
L’équipe reste à la disposition des parents tout au long de l’année. 
  
5.  Formation des encadrants 
  
Tous  les  décrets  relatifs  à  l’Accueil  Temps  Libre  (ATL,  EDD,  Centres  de  vacances)  insistent  sur  la 
professionnalisation du secteur et sur l’importance de la formation continue. 
Nos accueillants sont inscrits dans un plan de formation chaque année, nous mettons un point d’honneur 
à ce que ceux-ci aient une continuité dans leur formation. 
  
6.  Organisation de l’accueil 
  
1.  Responsabilité 
L’accueil  se  fait  sous  la  responsabilité  de  l’Administration  communale  de  Hensies  qui  est  le  Pouvoir 
Organisateur. 
Administration Communale 
Place communale, 1 – 7350 Hensies 
Téléphone : 065/ 76 73 67 
Mail : xxxx@xxxxxxx.xx 
1.  Horaire de l’accueil 
L’accueil extrascolaire proposé est le suivant : 
• 
Le matin : de 7h00 à 8h00 ; 
• 
L’après-midi : de 15h00 à 17h30, le mercredi de 12h00 à 16h00 ; 
• 
A la demande des parents qui travaillent, une garderie peut être assurée le mercredi de 16h à 
17h30 ; 
1.  Type d’accueil organisé 
• 
Les lundi, mardi, jeudi et vendredi 
Il s’agit d’un accueil extrascolaire. Il vise à concilier les notions d’accueil et de garde en proposant un service 
qui rencontre les besoins de l’enfant tout en répondant à la demande des personnes qui le confient. 
• 
Le mercredi 
Les enfants sont accueillis dès midi. Les parents reprennent leurs enfants dès qu’ils le désirent, mais au plus 
tard à 16h. Une demande peut être faite pour garder l’enfant jusque 17h30 mais cela doit être uniquement 
pour les parents qui travaillent et qui n’ont pas d’autre solution de garde. 
L’après-midi commence  par la prise en commun  du  repas de  midi.  Les accueillants attendent que tous  les 
enfants arrivent pour manger. 
Les enfants, après s’être lavé les mains, passent à table. Le mercredi, il n’y a pas de repas complet, donc les 
enfants doivent prendre leurs tartines ou autres repas préparés par les parents. Les accueillants aident les 
plus  jeunes  à  prendre  leur  repas.  Ils  veillent  à  ce  que  les  enfants  mangent  prioritairement  les  tartines  ou 
autre, et finissent par le dessert qui peut être des biscuits ou des bonbons. Ils veillent aussi à ce que l’enfant 
 
             Conseil communal 11 juillet 2022 
 
 
31 


boive suffisamment. 
Les enfants ont un temps libre après le repas où ils peuvent jouer ou colorier. 
Ensuite, des activités sont proposées et adaptées à l’âge des enfants. 
Durant ces différentes activités, les accueillants veilleront à : 
• 
Favoriser l’autonomie de l’enfant ; 
• 
Le laisser s’exprimer spontanément ; 
• 
Gérer le groupe sereinement pour éviter les tensions entre enfants ; 
• 
Respecter  le  rythme  propre  à  chaque  enfant,  en  proposant  des  activités  de  groupe  ou  en 
individuel,  des  activités  où  l’enfant  se  dépense  physiquement  ou  des  activités  calmes,  des 
activités dirigées ou des activités libres, … 
De  nombreuses  activités,  sont  possibles  le  mercredi.  En  effet,  comme  les  enfants  restent  beaucoup  plus 
longtemps et que le groupe est plus réduit, cela permet aux accueillants de prévoir des activités nécessitant 
plus de temps pour la réalisation et permet aussi de prévoir des activités plus adaptées à chacun. Ainsi, des 
intervenants extérieurs peuvent venir pour faire des activités avec les enfants. 
  
7.  Offres et activités proposées 
  
1.  Locaux et moyens 
Les enfants sont accueillis dans les locaux des écoles communales dès la fin des cours, ce qui permet 
d’éviter des interruptions dans la prise en charge des enfants. 
L’enfant est dans un environnement connu et adapté aux besoins. Cela favorise l’autonomie de l’enfant 
qui se sent en sécurité dans un milieu qu’il côtoie quotidiennement. Un local « accueil extrascolaire » 
est mis à disposition ainsi que la cour ou la salle de gymnastique. Des sanitaires sont à disposition des 
enfants. Les accueillants commandent également du matériel qui servira pour les bricolages et autres 
activités. 
Du matériel pour les premiers soins est aussi mis à la disposition du personnel encadrant. 
Les accueillants ont à leur disposition une pharmacie répondant aux normes. 
1.  Activités proposées 
Le bien-être et l’épanouissement se feront à travers l’accueil et à travers des activités organisées et 
adaptées à l’âge des enfants et aux capacités de chacun. Les accueillants veillent à préserver la notion 
de temps libre, moment important où l’enfant peut exprimer personnellement et spontanément. 
Dans la conception des activités proposées, le service met à disposition de l’enfant du matériel. Il peut 
ainsi choisir lui-même la façon de se divertir. S’il en ressent le besoin, il peut s’isoler (mais toujours sous 
la surveillance d’un membre du personnel) pour lire ou jouer seul. Quand le temps le permet, les jeux 
extérieurs sont privilégiés. 
Des  activités  bricolages  sont  également  proposées,  c’est  un  moyen  de  divertir  l’enfant,  de  le  faire 
évoluer en développant son imagination, sa créativité et son esprit logique. 
Les enfants ont aussi à leur disposition toute une série de jeux de société leur permettant de jouer seul 
ou en groupe.  
  
8.  Participation financière 
  
Le milieu d’accueil met tout en œuvre pour que son accès ne soit pas limité par le montant de la 
participation. 
L’accueil du matin est gratuit. Après l’école, une participation financière de 1 euro est demandée et 
ce, de 15h30 à 17h30. 
Les frais d’accueil seront repris annuellement dans l’attestation fiscale relative aux frais de garde 
d’enfants âgés de moins de 12 ans.  
  
9.  Assurance 
  
Les accueils sont sous la responsabilité communale, les assurances suivantes sont souscrites : 
• 
Couverture de la responsabilité Civile Générale ; 
• 
Incendie, Protection Juridique ; 
• 
Accident du travail (pour le personnel) ; 
• 
Accident (pour les enfants). 
Nos activités sont couvertes par une assurance ETHIAS numéro de police 45.440.267 ; 
  
DECIDE à l'unanimité : 
Art.1 : De valider le dossier d'agrément en vue d'être reconnu opérateur d'accueil extrascolaire. 
Art.2 : D'approuver le Règlement d'Ordre Intérieur et le Projet Pédagogique. 
Art.3 : Que la présente délibération sera adressée pour fins utiles aux Autorités responsables. 
32 
                        Conseil communal   
 


 
34. 
SERVICE ENSEIGNEMENT - Service Extrascolaire - Hensies Plage - Convention de mise à disposition de 
matériel - Vélos spinning - Approbation
 
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation ; 
Vu la Loi du 29 juillet 1991 relative à la motivation formelle des actes administratifs ;  
Considérant qu'Hensies Plage aura lieu du 08 juillet 2022 au 20 juillet 2022 ;  
Considérant qu'il y a lieu d’organiser des activités ;  
Considérant qu'une activité "spinning" est organisée ;  
Considérant que plusieurs opérateurs ont été contactés ; 
Considérant que la salle de sport "Haltères et Go" propose de mettre à disposition gratuitement les 
vélos en échange de publicité ;  
Considérant que l'ASBL "Symbiose" va floquer les t-shirts du staff avec leur logo et faire de la publicité 
sur les affiches ;  
Considérant qu'il s'agit de la seule proposition reçue ; 
Considérant qu'il y a lieu d’établir une convention de mise à disposition de matériel ;  
Considérant la convention de mise à disposition suivante : 
  
CONVENTION DE MISE A DISPOSITION DE MATÉRIEL : Vélos spinning 
  
Entre l’Administration Communale de Hensies dont le siège est établi à 7350 Hensies, Place Communale 
1, représentée par le directeur général Flasse Michaël 
ET 
Entre la salle de sport « Haltères et Go » dont le siège est établi Rue du Commerce 132/A, 7370 Dour 
représentée par M. Archetti Michel 
Il a été convenu ce qui suit : 
Article 1 : Objet de la convention 
La  présente  convention  a  pour  objet  de  définir  les  conditions  de  mise  à  disposition  des  dix  vélos  de 
spinning en vue de promouvoir la pratique du sport durant Hensies Plage 2022. 
Article 2 – Obligations des partenaires 
La salle de sport « Haltères et Go » accepte de mettre à disposition de l’Administration Communale de 
Hensies dix vélos spinning pour l’évènement Hensies Plage 2022. 
Celle-ci n’exige pas de location, ni de caution. 
En échange, l’Administration Communale en partenariat avec ASBL « Symbiose » feront la publicité de la 
salle de sport en floquant les t-shirts pour les personnes du staff « Hensies Plage ». 
Le  transport  des  vélos  aller-retour  sur  le  site  de  Hensies  Plage  se  fera  par  le  service  travaux  de 
l’Administration Communale de Hensies. 
Article 3 : Durée 
La présente convention est conclue pour la journée du jeudi 14 juillet 2022. 
Article 4 : Modification de la convention 
Toute modification sollicitée devra faire l’objet d’un avenant à la présente convention. 
Article 5 : Résiliation 
En cas de non-respect des termes de la convention, chacune des 2 parties se réserve le droit de mettre 
fin à la présente convention en prévenant l’autre entité par courrier. 
Article 6 : Assurance 
L’administration communale s’engage d’assurer le transport des vélos de la salle de sport jusqu’au site 
de Hensies Plage. Celle-ci s’engage également à assurer les vélos durant l’activité « spinning » qui a 
lieu sur le site Hensies Plage. 
  
DECIDE à l'unanimité :  
Article unique : De valider la convention de mise à disposition de matériel entre l'Administration 
communale et la Salle de sport "Haltères et Go". 
 
35. 
CPAS - Adhésion à l'intercommunale Imio - Approbation 
  
Vu  la  loi  du  8  juillet  1976  organique  des  Centres  Publics  d’Action  Sociale  et  notamment  l’article 
112quinquies ; 
Vu l’article 162, alinéa 4, de la Constitution ; 
Vu l’article 6, §1er, VIII, 8°, de la loi spéciale du 8 août 1980 de réformes institutionnelles ; 
Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation, notamment les articles L1512- 3 et L1523-
1 et suivants ; 
Considérant  la  création  de  l'intercommunale  de  mutualisation  en  matière  informatique  et 
organisationnelle iMio ; 
Vu les statuts de l'Intercommunale de mutualisation en matière informatique et organisationnelle, en 
 
             Conseil communal 11 juillet 2022 
 
 
33 


abrégé iMio scrl ; 
Considérant  le  P.S.T.  (Plan  Stratégique  Transversal)  2019-2024  du  Centre  public  d’action  sociale  de 
Hensies qui prévoit de diriger l’administration vers la modernité notamment par la gestion informatisée 
des  séances  du  Conseil  et  du  Bureau  permanent  en  poursuivant  et/ou  en  améliorant  une  gestion 
professionnelle des décisions ; 
Considérant l’opportunité pour Centre public d’action sociale de Hensies d’adhérer à l’Intercommunale 
de Mutualisation en matière Informatique et Organisationnelle (i.M.i.o.) et d’ainsi pouvoir notamment 
acquérir le logiciel iA-Délib pour une gestion professionnelle des décisions du Conseil de l’action sociale 
et du Bureau permanent ; 
Considérant  la  décision  du  Conseil  de  l'action  sociale  du  17/05/2022  de prendre  part  à 
l'Intercommunale  de  mutualisation  en  matière  informatique  et  organisationnelle,  en  abrégé  iMio 
scrl, d'en devenir membre et de souscrire une part de type B, d’une valeur de 3,71 €, au capital de 
l'intercommunale iMio par la réalisation d'un apport en numéraire de "capital souscrit" euros ; 
Attendu que cette décision doit être transmise au Conseil communal dans le cadre de la tutelle 
spéciale d'approbation ; 
 
DECIDE à l'unanimité : 
  
Article 1er : D'approuver  la  décision  du  Conseil  de  l'action  sociale  du  17/05/2022  de prendre  part  à 
l'Intercommunale  de  mutualisation  en  matière  informatique  et  organisationnelle,  en  abrégé  iMio 
scrl, d'en  devenir membre  et  de  souscrire une  part  de  type  B,  d’une  valeur  de  3,71  €,  au  capital  de 
l'intercommunale iMio par la réalisation d'un apport en numéraire de "capital souscrit" euros dans le cadre 
de la tutelle spéciale d'approbation dont dispose le Conseil communal sur les décisions du CPAS. 
Art.  2 :  Le CPAS a  la  possibilité  d’introduire  un  recours  auprès  du  Gouverneur  de  la  Province  de 
Hainaut contre la décision prise par le Conseil communal. Ce recours doit être motivé et introduit dans 
les 10 jours de la notification de la décision du Conseil communal. 
Art. 3 : De transmettre copie de la présente délibération : 
- au Centre public d’Action sociale de Hensies ; 
- au Directeur financier du CPAS. 
 
 
 
 
L'ordre du jour étant épuisé et personne ne demandant la parole, Monsieur le Président lève la séance à 
20h30. 
 
 
                   Le Secrétaire,                                                                         Le Président, 
 
 
 
 
 
 
34 
                        Conseil communal