Ceci est une version HTML d'une pièce jointe à la demande d'accès à l'information 'PV de la Task Force certificats verts'.

PV de la Task Force  CV 
Date : 09/01/2018 
Présents 

D. Ernst, ULg/ V. Deblocq, FEBEG/ E.  De Jaeger, UCL/ D. Eggermont, Febeliec/ S. Piret, G.Grosjean, 
DGO4-Energie/ Régis François; TPCV/  N. Laumont, EDORA 
 
Absents 
M. Van Bossuyt, Febeliec // M. Duflot, TPCV 
 
Approbation PV du 19/12/17 
Le PV est approuvé après révision en réunion. 
 
Etat des lieux des réflexions 
Damien Ernst résume ses propositions : 

Problème de bulle : si on ne fait rien on se retrouve avec une bulle de 2 milliards d’euros en 
2025. 

Si on arrête octroi en 2019 pour nouvelles installations : l’équilibre ne revient qu’en 2025 
(hors octroi sur 15 ans des CV Solwatt avant 2011, qui représente 800M€) 

Transitoire de 600M€  excédentaires à gérer en 2018-9-20-21 

Hypothèses de travail : 
o  Arrêt  du  système de CV en 2019 
o  Augmentation de la facture : il va falloir augmenter la facture d’électricité. Une clé 
qui ne convient à personne mais qui semble équilibrée est d’utiliser la clé de 
répartition forfaitaire discutée en réunion. Contribution fixe par point de 
prélèvement en fonction du niveau de tension (de l’ordre de +/-50€/an pour un 
particulier), en plus des surcharges existantes. 
o  Création d’un fonds énergie qui devient l’acheteur unique de CV. Dans ce système, il 
n’y aurait pas de moyen pour financer de nouveaux projets avant 2022. 
FEBEG :  

FEBEG indique qu’il faut rester réaliste au niveau timing et que l’introduction d’une future 
taxe doit suivre un processus légal. En aucun cas, l’introduction de cette taxe ne peut être 
réalisée de façon rétroactive. Un temps d’adaptation nécessaire des systèmes e facturation 
doit être fixé. 

FEBEG rappelle qu’elle ne peut en aucun marquer son accord sur la et les propositions, 
puisque la poursuite du développement et le respect des objectifs futurs ne sont pas 
garanties par les propositions. La FEBEG souhaite poursuivre l’analyse de ces pistes de 
réflexions. 
 
 

 

Edora : 

EDORA rappelle que bien que n’étant pas opposé au principe de ‘sortie’ du mécanisme de 
CV, les propositions sur la table aujourd’hui ne permettent pas de garantir le continuum de 
développement des énergies renouvelable et d’éviter un stop and go. EDORA s’inscrit 
totalement dans la dynamique de recherche d’un mécanisme de soutien le plus efficace 
possible, mais ne soutiendra aucune mesure qui ne permet pas d’avoir une vision claire sur 
l’avenir du secteur, en ce compris pendant la période 2019-2022. On ne peut pas risquer de 
stop and go.  

La  solution « nouvelle taxe » est une modalité de répartition des coûts, et pas une solution 
au problème. D. Ernst : l’introduction de la contribution financière nouvelle résout le 
problème de 600M€. 

EDORA prend note de la proposition de nouvelle taxe. Edora remarque néanmoins que 
l’augmentation de la facture (via une taxe ou autre) n’est pas ce qui était prévu dans le 
mandat initial de la Task Force. Le principe d’augmenter la facture semble acquis 
politiquement désormais mais ne répond pas à la demande  initiale du Ministre. Ce n’est  pas 
innovant. Il faut essayer de diminuer la bulle et tout ce qu’on peut faire doit être étudié.  
Edora viendra avec des pistes en ce sens lors de la réunion du 23/01.  
 

 D. Ernst doute que ces solutions alternatives puissent être opérationnelles à très court 
terme et ne voit que la possibilité d’augmenter la facture. Les autres solutions avancées ne 
semblent pas être des solutions acceptables. 

N. Laumont précise que d’autres pistes existent, sont valables mais nécessitent d’être 
analysées en profondeur. 

D. Ernst pense que la seule solution sera de diminuer un peu les revenus des gros 
producteurs pour effacer la bulle. 

V.Debloq, D. Eggermont rejoignent les points de N. Laumont : il manque des propositions 
innovantes pour réduire la bulle et trouver des solutions alternatives. 
 
L’enjeu pour la Task Force est d’évaluer combien d’argent arriverait dans ce fonds énergie, et 
d’estimer si les moyens suffisants seront disponibles pour garantir la pérennité du secteur 
renouvelable et la réalisation des objectifs, après liquidation de la bulle. Dans l’état actuel de la 
proposition, la réponse est négative. Des pistes de revenu supplémentaires pour alimenter ce fonds 
doivent donc impérativement être trouvées. 
  Damien demande à l’Administration : réaliser une simulation de combien cela rapporte dans 
le fonds énergie avec un apport constant de 50€ d’augmentation de la facture pour le 
consommateur final à partir de 2018. 
  Administration : réaliser une simulation supplémentaire avec les +800M€ en cas de 
repassage des Solwatt à 15 ans 
   
 
Proposition de TPCV 

 

Intro (pour info): 

TPCV a déposé un recours pour casser la méthodologie tarifaire – sur tarif de prélèvement 
brut – à la cour d’appel de Liège (selon eux, mauvaise interprétation du régulateur de la 
directive 2009/Elec) 

Recours au civil de différents membres de TPCV pour dommages (+/-19000 plaintes) 
Proposition : 
TPCV propose un nouveau mécanisme de portage pour les 800 M€ Solwatt via une émission 
d’obligation de la RW au taux de 1% à 10 ans (taux OLO -10 ans étant à 0.7% en janvier) (. La charge 
d’intérêts serait prise en charge par les prosumers qui  recevraient 15 ans de CV (au lieu de 10 ans- 
soit l’ensemble des puissances installées au 30/11/11 avant révision du système). Les membres TPCV 
paieraient 100€/5kWc par an pendant 10 ans et reçoivraient leurs 5 ans de  CV (soit 8M de charge de 
dette divisé par 402.900kWc solwatt). Les surcharges continuent à être perçues plus longtemps pour 
rembourser les 800M€. 
Si un accord est trouvé avec le ministre de l’énergie, les recours TPCV seraient retirés.  
Il y a une AG de TPCV le 25/3 et un vote prévu pour les 5 dernières années de CV.  
TPCV attire l’attention sur le fait que certains 1/3 invest pourraient réclamer le strict respect des 
clauses contractuelles et réclamer les 5 ans de CV aux ménages. (54M€ estimés par TPCV) 
 
Cette proposition de TPCV ne résout pas le problème, mais les droits acquis restent.  
N. Laumont relève que ce type de portage a été proposé par EDORA/FEBEG (« portage prosumers »)  
lors dela réunion du 13/12 et que cette piste avait été balayée pour problème de périmètre de dette 
wallonne. Ce problème de dette a-t-il évolué ? 
Les membres de la TF estiment que ce type de mécanisme mérite d’être étudié et pourrait être 
envisagé pour l’ensemble de la bulle, et pas uniquement pour les CV Solwatt supplémentaires. Ils 
notent aussi l’incertitude factuelle dans laquelle l’on se trouve quant à ces 800 mios 
supplémentaires, et demandent que cette piste soit étudiée comme une variante. 
 
 
  D. Ernst demande que la  proposition de TPCV soit explicitée dans un document 
  La task force présentera deux options au politique : une avec et une sans la problématique 
des  solwatt . TPCV n’est pas d’accord avec cette manière de voir les choses. 
  Febeliec précise que ces deux options (avec et sans solwatt) avaient été prises en compte 
dans sa proposition de tarif transition énergétique 
Fonds Energie 

 

Ce fonds serait alimenté par les montants équivalents aux quotas CV et à la surcharge Elia, ainsi que 
par la contribution additionnelle (nouvelle taxe).  
Selon les estimations (à affiner et valider), ce fonds pourrait dégager 40-45M€ en 2018 ? (si taxe 
faisable en 2018, +/-24M€ BT résidentiel + 16M€ BT professionnel + 2,2M MT >).  Cependant, le 
« budget » disponible pour soutenir de nouveaux projets ne serait que de [mettre les chiffres exacts, 
Sébastien ?] 2018 40M€, 2019 20M€, 2020 négatif moins 10M, 2021 zéro, ce qui est totalement 
insuffisant pour garantir le continuum de développement des renouvelables et éviter le stop-and-go. 
 
Sébastien rappelle que les enveloppes CV correspondent à un montant annuel additionnel de soutien 
de : 2018 : 39M€, 2019 : 34M€, 2020 : 30M€, 2021 : 85M€ (incl. centrale), 2022 : 18M€. Ces 
enveloppes sont des promesses de soutien additionnel, il faut donc comprendre pour 2018 par 
exemple qu’il est possible d’attribuer des CV supplémentaires pour un montant maximal de 39M€ 
par an sur 10 ans pour des projets réservés en 2018. Cela correspond donc à un soutien de l’ordre de 
390M€ répartis entre 2019 et 2030. 
Il est donc primordial de trouver d’autres sources qui pourraient alimenter ce fonds. Le président 
lance un brainstorming (l’issue ne fait pas l’objet d’un consensus au sein de la task force) pour 
proposer différentes possibilités de choix politiques sur ce point :  
Comment alimenter ? (augmenter les rentrées du fonds transition énergétique) 
1.  Financement pur 
Taxe carbone sur secteur non-ETS 
Taxe sur la distribution de gaz (€/MWh de gaz consommés) (donc pas pour le transport / grandes 
entreprises) 
Taxe également sur le mazout de chauffage (à proposer au fédéral) 
Recette des quotas ETS (dépendant du burden sharing ~30M€ pour la RW) 
Financement via les GRD (comme Qualiwatt) 
Taxe sur les personnes déconnectées du réseau de distribution 
Impôt général (sur le revenu) sur la transition énergétique 
Prélèvement lors de la revente des bâtiments (pour le vendeur) pour les bâtiments dont la PEB 
est plus élevée que x 
(120.000 ménages wallons déménagent chaque année, 50.000 maisons) 
Contribution de la taxe kilométrique (véhicules utilitaires) // 150M€/an ? 
Contribution/taxe liée aux voitures résidentielles via 

TMC 

Taxe de circulation 
Dons, legs, mécénat, fondations, contributions volontaires 
2.  Prêts/emprunts 
Mobiliser l’épargne citoyenne (Green bonds) 
Prêts européens BEI 
 
Commentaires :  

Febeliec préfère voir toute contribution potentielle hors facture d’énergie, pas en fonction 
des MWh. Il est important d’avoir des références d’efficacité pour de nouvelles éventuelles 
taxes énergie non-ETS si une telle logique venait à être suivie (afin à tout le moins de lier la 

 

taxe à l’efficacité énergétique, c’est-à-dire qu’elle porte uniquement sur « une 
consommation d’énergie évitable »).  
 

EDORA/FEBEG insistent sur l’absolue nécessité de chiffrer quel serait le montant 
nécessairedans ce fonds par an (au minimum) pour financer les projets de développement 
renouvelable et soutien à la transition, en fonction de ce que l’on souhaite en faire. 
 

FEBEG indique que les premiers montants disponibles estimés alimentant le fonds via la 
seule taxe ne sont pas suffisants pour éviter un stop du développement de projets. Des 
sources complémentaires doivent également alimenter le fonds. 
 

Propositions du président pour les dépenses du fonds : 
1.  suggérer comme premier principe que tous les soutiens promis (p.ex. 10M€ sur 10 ans) 
soient déjà dans le fonds (p.ex. donc les 100M€ présents au moment de la promesse de 
soutien). Sous une législature, un politicien ne peut engager des recettes supérieures aux 
recettes (alimentant le fonds) collectées sous cette législature (but : éviter qu’un politicien 
hypothèque toute politique énergétique de ses successeurs et n’endette, à nouveau, la 
politique énergétique wallonne) 
2.  dépenses du fonds validées par un comité scientifique 
3.  dépenses du fonds en priorité dans l’efficacité énergétique des bâtiments publics 
4.  pour le renouvelable, imposer des processus compétitifs technologiquement neutres 
Discussion : vues différentes entre les membres et le président sur l’opportunité de réaliser des 
emprunts et des financements à l’avance. 

Pour ce qui concerne l’utilisation de ce fonds,  propositions / brainstorming sur les priorités 
pour les dépenses du fonds transition : 
o  Proposition de gestion du fonds par un organisme mixte/indépendant du politique 
o  Intégrer les aspects transport et chaleur 
o  Financement de la stratégie de rénovation 
o  Prioriser l’efficacité énergétique au sens large (l’administration rappelle l’importance 
de mettre en place qqchose pour respecter l’art 7 de la dir EE) 
 
Conclusions 
D. Ernst demande à l’administration  de rédiger une structure de rapport de la TF (max 2 pages) sur 
base de ses propositions : 

Fin CV 

Fonds qui rachète 

Augm facture 50€ 

Réflexion comment générer plus d’argent 

Recommandations sur les dépenses du fonds 

 Recommandation additionnelle que la taxe transition de 50€ augmente pour reprendre la 
diminution de la surcharge elia et quotas 

 

D. Ernst propose de travailler sur l’hyp 600 mios €/ et en plus, une manière de gérer le cas spécifique 
TPCV dans un scénario complémentaire. TPCV n’est pas d’accord avec cette manière de travailler : 
tout le monde doit obtenir les 15 ans de CV. 
L’administration demande que les chiffres avancés dans le rapport soient validés par la CWaPE, avant 
diffusion du rapport, comme demandé à plusieurs reprises par EDORA/FEBEG.  D. Ernst n’est pas en 
phase avec cette demande. Après discussion, il est décidé de demander uniquement validation des 
chiffres utilisés dans les simulations, pas sur les autres éléments.  
L’administration rappelle que les propositions évoquées en séance n’ont pas fait l’objet de sa part 
d’une analyse de faisabilité (nouvelles contributions, taxes, recours aux impôts, etc.). 
L’administration se tient à disposition de la task force pour remettre un avis sur différentes mesures. 
Aucune demande n’a été faite à ce stade. 
D. Ernst demande que les PV et simulations chiffrées soient annexés au rapport. L’administration 
attire l’attention sur la confidentialité (doc qui a été signé). La version qui sera rendue publique ne 
doit pas contenir les PV ni les simulations chiffrées. Febeliec estime également qu’il est important de 
séparer ce qui est confidentiel et de clairement valider et clarifier ce qui ne le serait pas avant toute 
transmission externe à la Task Force. Un rapport public sera réalisé (3-4 pages). Les annexes de ce 
rapport (PV de réunions, notes apportées par les membres) seront confidentielles et pas destinées à 
être diffusées hors task force et hors cabinet Crucke). Le président imagine que la note sera publique 
(conclusions et recommandations avec disclaimers sur le fait que la note ne reflète pas le point de 
vue de tous les participants et ne constitue pas un consensus), pas le reste.  
Prochaine réunion (23/01) : 

TPCV vient avec une proposition écrite de son portage 

EDORA vient avec une proposition de diminution de la bulle 

DGO4 vient avec explication art 7-Dir EE-/ propositions de dépenses du fonds 

1er draft de Rapport de la TF 

Demande à la CWaPE de vérification des chiffres du doc 
Remarque : d’autres dates de réunion ne sont pas prévues, à ce stade,  après celle du 23/01.