Ceci est une version HTML d'une pièce jointe à la demande d'accès à l'information 'Délibérations du Conseil Communal de 2006 à ce jour, y compris celles prises à huis clos - Coordonnées du Fonctionnaire désigné par le Conseil Communal, chargé de la réalisation de l’information.'.

Ville 
N° 0019/1 
de 
EXTRAIT du procès-verbal de la séance du CONSEIL COMMUNAL du 
Verviers 
29 janvier 2018 
 
 
Présents:  Mme TARGNION, Bourgmestre; 
Mme RENIER, Présidente du C.P.A.S.; 
Mmes et MM. PITANCE, AYDIN, ORBAN, BEN ACHOUR, PIRON, ISTASSE, LAMBERT, Echevins et Echevine; 
M. NYSSEN, Président du Conseil; 
Mmes  et  MM.  LEGROS,  ELSEN,  BREUWER,  BOTTERMAN,  VAN  DE  WAUWER,  POLIS-PIRONNET,  DEGEY, 
CARTON, GILSON, MESTREZ, CELIK, OZER, DUMOULIN, VOISIN, BERRENDORF, DENIS, KRIESCHER, NAJI, 
SCHROUBEN,  LEONARD,  EL  HAJJAJI-DARRAJI,  DETHIER,  GREIMERS,  LUKOKI,  LOPEZ  RODRIGUEZ-
PIROTTE, PAULY-CLOSE, LEPAS, Conseillers et Conseillères; 
M. DEMOLIN, Directeur général. 
 
 
SEANCE  PUBLIQUE 
 
 
N° 19.-  RELATIONS INTERCULTURELLES - Motion "Verviers, Ville hospitalière" - Adoption. 
 
 
LE  CONSEIL, 
 
 
Vu  la  décision  du  Collège  communal  du  12 janvier  2018  d’inscrire le point à l’ordre du 
jour de la présente Assemblée; 
 
Vu  les  articles  L1122-24  et  L1122-30  du  Code  de  la  Démocratie  locale  et  de  la 
Décentralisation; 
 
Vu  l’interpellation  citoyenne  de  Mme BOUNIR  lors  de  sa séance du 25 septembre 2017 
introduisant une proposition de motion concernant la défense des migrants; 
 
Vu les réponses et propositions présentées par M. BEN ACHOUR, Echevin, suite à cette 
interpellation; 
 
Vu les divers échanges et rencontres entre les Services de la Ville, du C.P.A.S., de Police 
et des représentants de la société civile et du secteur associatif ayant abouti à la rédaction d’un texte 
de motion ayant l'accord de tous ces interlocuteurs; 
 
Vu  l’avis  favorable  émis  par  la  Section  "Affaires  économiques-Mobilité-Intégration 
sociale-Relations interculturelles-Animation" en sa séance du 23 janvier 2018; 
 
Entendu l’exposé de M. BEN ACHOUR, Echevin; 
 
Entendu l’intervention de M. DEGEY, Chef de Groupe M.R.; 
 
Entendu l’intervention de M. KRIESCHER, Conseiller communal; 
 
Entendu l’intervention de M. BERRENDORF, Conseiller communal; 
 
Entendu l’intervention de M. VOISIN, Conseiller communal; 
 
Entendu l’intervention de M. VAN DE WAUWER, Conseiller communal; 
 
Entendu les réponses de M. BEN ACHOUR; 

N° 0019/2 
 
 
 
 
 
 
Entendu l’intervention de M. ELSEN, Conseiller communal; 
 
Entendu l’intervention de M. DEGEY; 
 
Entendu l’intervention de M. BERRENDORF; 
 
Entendu la réponse de M. ELSEN; 
 
Entendu  l’intervention  de  M. BEN  ACHOUR  qui  propose  un  amendement  du  texte  afin 
de permettre d’adhérer le Groupe M.R.; 
 
Entendu la réponse de M. DEGEY; 
 
Vote par appel nominal; 
 
Par 26 voix contre 1 et 6 abstentions, 
 
 
ADOPTE 
 
 
la motion "Verviers, Ville hospitalière" (voir annexe). 
 
 
 
PAR  LE  CONSEIL : 
 
Le Directeur général, 
La Bourgmestre, 
P. DEMOLIN 
M. TARGNION 

N° 0019/3 
 
 
Motion 
Verviers Ville hospitalière 
Cette proposition de motion fait suite à la campagne « Rendons notre commune hospitalière », initiée par la 
coalition pour la justice migratoire (http://www.communehospitaliere.be) au niveau de la Fédération Wallonie 
Bruxelles, et portée, à Verviers, par un Collectif d'associations et de citoyens. 
Cette version du texte, datée du 10/01/2018, est le fruit de rencontres et mobilisations associatives et 
citoyennes et a fait l’objet de concertations et négociations entre ce Collectif pour une Commune Hospitalière 
et des représentants du Conseil communal 
 
Vu  les  engagements  européens  et  internationaux  pris  par  la  Belgique  pour  le  respect  des 
droits  fondamentaux  des  personnes  et  en  particulier  des  plus  vulnérables  (Déclaration 
universelle  des  droits  de  l'homme,  Convention  européenne  de  sauvegarde  des  droits  de 
l’homme,  Pacte  international  relatif  aux  droits  économiques,  sociaux  et  culturels, 
Convention de Genève de 1951 relative à la protection des réfugiés ...). 
 
Vu  l'article  23  de  la  Constitution  belge  garantissant  à  chacun  le  droit  de  mener  une  vie 
conforme à la dignité humaine et de jouir de droits économiques, sociaux et culturels. 
Considérant que l’Europe et le monde traversent une période où les migrants sont de plus en 
plus considérés comme une menace pour nos sociétés. 
 
Considérant  que  les  migrations  ont  forgé  le  monde  et  continueront  de  le  faire,  qu’elles 
soient  choisies  ou  forcées  -  ou  comme  c’est  souvent  le  cas  -  un  peu  des  deux,  que  les 
migrations peuvent constituer une chance et un potentiel pour nos sociétés pour peu qu’une 
politique active d’accueil soit mise en place. 
 
Considérant  que  l’essentiel  de  la  politique  migratoire  et  le  statut  des  étrangers  relèvent  de 
législations  et  réglementations  de  compétence  fédérale  mais  que  les  communes  peuvent 
néanmoins  mener  une  politique  migratoire  et  d’accueil  responsable  et  humaine  tout  en 
s’inscrivant  dans  le  respect  du  principe  de  la  légalité  lequel  impose  à  la  Ville  et  à  son 
administration d’agir en conformité avec la loi ; 
 
Considérant  l’adoption,  en  2014,  par  le  Conseil  et  le  Conseil  de  l’Action  Sociale,  de  la 
Charte  Associative  visant  notamment  à  renforcer  la  complémentarité  et  à  mettre  en  place 
des  outils  permettant  d’améliorer  les  relations  entre  le  secteur  associatif  et  les  pouvoirs 
publics ;  Cela, en vue de se renforcer mutuellement dans leurs missions d’intérêt général. 
 
Considérant  la  campagne  « Rendons  notre  commune  hospitalière »  initiée  par  la  coalition 
pour  la  justice  migratoire  (www.communehospitaliere.be)  au  niveau  de  la  Fédération 
Wallonie Bruxelles et dont les deux engagements fondamentaux sont de mieux sensibiliser 
la population sur les migrations et d’améliorer l’accueil et le séjour des personnes migrantes 
dans le respect des droits humains; 
 
Considérant  que,  comparativement  à  d’autres  grands  centres  urbains,  Verviers  areçu  et 
reçoit toujours un afflux important de personnes primo arrivantes. 
 
Considérant que certains objectifs sont d’ores et déjà rencontrés grâce à l’action de la Ville 
de Verviers et de son CPAS mais qu’il convient néanmoins de redynamiser certaines de ces 
actions, de mieux les faire connaître, de les approfondir ou d’en initier des nouvelles. 

N° 0019/4 
 
 
Vu  l’interpellation  citoyenne  portée  le  25  septembre  par  le  Collectif  verviétois  pour  une 
justice  migratoire  revendiquant  l’adoption  d’une  motion  qui  vise  à  améliorer  le  quotidien 
des migrants résidant à Verviers par des engagements concrets de la Ville de Verviers. 
 
Considérant qu’une politique de « Commune hospitalière » doit s’envisager à la fois comme 
politique générique de lutte pour l’emploi, la formation, le logement, l’éducation, la santé, 
la  culture,  la  cohésion  sociale,  l’émancipation  individuelle  des  femmes  et  des  hommes,  le 
sport,  etc.,  mais  qu’elle  doit  aussi  relever  d’approches  spécifiques  ciblant  les  migrants  en 
leur qualité d’étrangers, de demandeurs d’asile ou de personnes en séjour irrégulier ; 
 
Considérant  que  les  institutions  communales  sont  le  premier  échelon  vers  lequel  les 
citoyens se tournent, que la confiance tant dans la police que les services administratifs est 
fondamentale pour le bien vivre ensemble, et qu'il faut éviter une rupture de confiance qui 
empêcherait les services de fonctionner au mieux qu'il s'agisse de la police, des écoles, des 
services communaux de proximité; 
 
Considérant  que  le  conseil  et  le  collège  communal  ont  autorité  sur  ces  différentes 
institutions communales, 
 
Sur  proposition  du  Collège  communal,  LE  CONSEIL  COMMUNAL,  en  sa  séance  du 
29/01/2018,  ADOPTE  le  texte  de  la  motion  visant  à  déclarer  Verviers  Commune 
Hospitalière, PREND la résolution ferme de respecter les droits fondamentaux des migrants 
présents sur son territoire et S’ENGAGE à des actions concrètes visant à : 
 
SENSIBILISER  la  population  sur  les  migrations  et  l’accueil  de  l’autre,  en 
collaboration avec le secteur associatif local déjà actif dans ce domaine. Ces actions de 
sensibilisations comprennent notamment :
 
 
•  La  sensibilisation  de  l’ensemble  du  personnel  des  écoles  de  son  territoire,  des 
organisations  de  jeunesse  et  des  groupes  actifs  sur  la  commune,  ainsi  que 
l’accompagnement du vivre-ensemble au sein de ces institutions 
•  La  sensibilisation  des  fonctionnaires  du  service  population,  des  agents  de 
quartier aux droits des étrangers, à la diversité et au respect de l’autre. 
•  Le soutien aux initiatives citoyennes, aux bénévoles souhaitant venir en aide aux 
étrangers et primo-arrivants de la commune. 
•  L’organisation (ou le soutien à l’organisation) de rencontres interculturelles et de 
moments visant à la déconstruction des préjugés à l'attention de tous les résidents 
de la commune (Belges, Européens, étrangers avec ou sans papiers). 
•  L’information des entreprises locales sur les droits des migrants et leur accès au 
marché du travail. 
•  La  sensibilisation  des  propriétaires  des  biens  immobiliers  au  respect  de  la 
législation en matière de discrimination au logement. 
 
AMELIORER  l’accueil  et  le  séjour  des  migrants  et  ce,  dans  le  respect  des  droits 
humains par : 
 

•  Un accueil administratif et une information de qualité des étrangers résidant dans 
la commune et des nouveaux arrivants 
•  L’organisation de moments d'information sur les services/aides organisés dans la 
commune  à  l'attention  de  tous  les  résidents  (Belges,  Européens,  étrangers  avec 
ou sans papiers). 

N° 0019/5 
 
 
•  La communication d’une information correcte et spontanée sur les procédures de 
séjour,  de  mariage/cohabitation  légale,  d’accès  à  la  nationalité,  sur  les  services 
existant  au  sein  de  la  commune  et  s’assurer  que  les  étrangers  comprennent  les 
procédures. 
•  La  mise  en  œuvre  de  tous  les  moyens, existants ou à créer, permettant que les 
citoyens d’origine étrangère comprennent avec précision les procédures, droits et 
devoirs  les  concernant,  quel  que  soit  leur  niveau  de  maitrise  du  français 
(interprétariat social professionnel, traduction de documents, etc.)  
 
RESPECTER LES PROCÉDURES ET LES DROITS. Cela signifie, au minimum : 
 
•  Veiller au respect des délais légaux fixés (enquêtes de résidence, inscriptions au 
sein de la Commune, transmission des dossiers aux autres administrations entre 
autres l’Office des étrangers et aux régions, délivrance des accusés de réception 
et annexes, renouvellement des titres de séjour,…). 
•  Être  prudent  dans  les  procédures  de  radiation,  tenir  compte  de  leurs 
conséquences  et faciliter la procédure de réinscription par la commune. 
•  Respecter  le  droit  à  la  vie  privée  et  familiale  lors  de  l’enregistrement  des 
déclarations de mariage, cohabitation et de reconnaissance de paternité. 
 
•  Concernant plus spécifiquement l'intégration des migrants : 
 
  Donner une information complète et claire sur le parcours d'intégration et ce, 
dès l’inscription auprès des services communaux.  
  Veiller  à  une  bonne  collaboration  avec  les  acteurs  associatifs  locaux  du 
parcours d’intégration. 
  Susciter  et  soutenir  l’intégration  socio-professionnelle  des  migrants  via  les 
organismes  communaux  compétents  (missions  locales,  bureaux  d’aide  aux 
entrepreneurs)  et  orienter  vers  les  organismes  régionaux  compétents 
(FOREM et guichets d’entreprises). 
  Dans le cas où le secteur associatif, via les Plateformes locales existantes, en 
identifierait,  sur  base  d’un  diagnostic  étayé,    la  nécessité,  soutenir  les 
interpellations  du  secteur  vers  les  niveaux  de  pouvoirs  compétents  en  vue 
d’obtenir des moyens permettant de couvrir la demande en Alpha/FLE sur le 
territoire communal  
  Soutenir des initiatives d’accès au logement digne quelle que soit la situation 
de séjour. 
  Poursuivre les efforts entrepris pour mettre à disposition des logements de 
qualité et abordables pour les citoyens aux revenus précaires et modestes, et 
sans  discrimination  à  l’égard  des  personnes  migrantes.  Parmi  les  besoins  à 
rencontrer  figurent  la  mise  à  disposition  de  logements  de  grandes  tailles 
pouvant accueillir des familles, des logements  spécifiques à destination des 
Mineurs  étrangers  non  accompagnés  et  des  logements  d’urgence  en 
suffisance pour les personnes dans le besoin.   
  Continuer les politiques visant la réduction du nombre de logement vides. 
  La  Ville  de  Verviers  favorisera  également  l’accès  au  parc  locatif  privé, 
notamment : 
•  en  renforçant  l’accompagnement  des  propriétaires  souhaitant 
remettre leur logement en conformité en matière de sécurité et de 
salubrité. 

N° 0019/6 
 
 
•  en  continuant  à  travailler  en  synergie  avec  les  acteurs  associatifs 
actifs  dans  la  recherche  de  logements  pour  les  personnes 
migrantes. 
 
•  Concernant l'accueil spécifique des demandeurs d’asile et des réfugiés : 
 
  Soutenir les acteurs associatifs locaux qui organisent des rencontres entre les 
habitants  et  les  résidents  des  centres  (culturels,  sportifs…),  des  séances 
d’information  entre  habitants  et  résidents  des  centres,  et  des  initiatives  de 
solidarité  de  la  population  locale  vers  les  résidents  des  centres  (collecte  de 
meubles, …). 
  Dans  le  cadre  de  la  transition  de  l'aide  matérielle  vers  l'aide  financière, 
assurer un accompagnement personnalisé et l’aide à la réinstallation 
  Continuer à veiller au paiement régulier de l’aide sociale et à mettre tout en 
œuvre  pour  éviter  que  des  bénéficiaires  en  soient  privés  pour  des  raisons 
techniques ou des erreurs humaines 
  Dans  le  cas  où  une  présence  de  ce  public  est  identifiée  dans  la 
commune,avoir  une  attention spécifique pour les MENA (mineurs étrangers 
non  accompagnés)  en  matière  de  logement,  de  scolarité  et  d’information  de 
la population locale quant à la possibilité de devenir tuteur pour les MENA. 
 
•  Concernant le respect des droits fondamentaux des personnes sans papiers : 
 
  LOGEMENT 
 
  Soutenir  -  ou  du  moins  ne  pas  empêcher-  les  éventuelles occupations 
collectives (de personnes sans papiers) présentes sur le territoire communal;  
ou,  le  cas  échéant,  trouver  une  alternative  de  logement  de  moyen  à  long 
terme pour les occupants. 
  Veiller à l'accès aux hébergements d'urgence y compris aux personnes sans-
papiers. 
 
  INFORMATION 
 
  Délivrer  aux  personnes  sans-papiers  une  information  claire  et  précise 
concernant  leurs  droits (Aide Médicale Urgente, demande de régularisation, 
scolarité des enfants, aide juridique, mariage, …). 
 
  SANTE  
 
  Poursuivre les mesures visant à faciliter et renforcer l’accès à l’aide médicale 
urgente de qualité (entre autres le remboursement de soins dentaires. 
  Continuer  le  dialogue  avec  la  VSPV  (La  Voix  des  Sans  Papiers  de 
Verviers)et/ou  tout  autre  collectif  de  sans-papiers  ou  de  soutien  aux  sans 
papiers 
  Continuer  à  développer  la  carte  médicale  urgente  dans  le  CPAS  en  vue  de 
garantir ce droit à tous les sans papiers de manière efficace et rapide 
 
  SCOLARITE/ FORMATION 
 
  Permettre  l’inscription  des  sans-papiers  dans  les  bibliothèques,  les  centres 
sportifs de la commune et tout autre lieu culturel et/ou récréatif.  

N° 0019/7 
 
 
  Soutenir – pour les jeunes scolarisés sans papiers qui atteignent l’âge de 18 
ans  en  cours  de  scolarité  secondaire  –  le  fait  de  pouvoir  terminer  le  cycle 
entamé et de voir leurs diplômes homologués. 
  Respecter le droit de tout enfant y compris sans-papiers, à la scolarité. 
  Veiller  à  mettre  en  place  le  maximum  de  moyens  adéquats  favorisant 
l’intégration  des  enfants  primo  arrivants  dans  les  écoles  dont  la  ville  est 
pouvoir organisatrice  
  Continuer  à  favoriser  l’accès  de  tous,  y  compris  les personnes sans-papiers, 
aux  études  et  aux  formations  en  évitant  que  le  minerval,  le  droit 
d’inscription, le statut de séjour ou la nationalité soient un frein à l’accès et 
en faisant au besoin intervenir le service social de l’établissement. 
 
  RELATION AVEC LA POLICE 
 
  Poursuivre  la  pratique  de  terrain  consistant  à  ne  procéder  à  une  arrestation 
administrative ou judiciaire que dans les cas prévus par la loi.  
  Continuer  à  veiller  au  respect  de  la  circulaire  du  29/04/2003  relative  à 
l'éloignement de familles avec enfant(s) scolarisé(s) de moins de 18 ans, plus 
particulièrement en ce qui concerne l’interdiction d’aller chercher les enfants 
à  l’école  pendant  le  temps  scolaire  et  l’Intervention  des  services  de  police 
aux abords des écoles.   
  Pour la réalisation de l’enquête de résidence, la police s’engage à respecter la 
Circulaire  du  21/06/2005  art  II.C2.b.  Ces  enquêtes  doivent  être  réalisées, 
selon  la  Circulaire,  dans  les  10  jours  qui  suivent  l’introduction  d’une 
demande. Après des passages sans avis préalable et, en cas d’impossibilité de 
rencontrer  la  personne  à  l’adresse  sollicitée  par  le  demandeur,  des  passages 
supplémentaires  seront  réalisés  avec  un  avis  de  passage  déposé.    Le  cas 
échéant, un rendez-vous sera demandé par l’inspecteur de quartier. 
  Dans  le  but  d’améliorer  continuellement  la  qualité  du  travail  policier,  en 
partenariat  avec  le  milieu  associatif,  dispenser  une  formation  spécifique  sur 
la migration et l’interculturalité  aux policiers.   
  En  référence  à  l’article  15  de  la  Constitution  stipulant  l’inviolabilité  du 
domicile,  dans  l’état  actuel  de  la  législation  et/ou  en  l’absence  d’une 
évolution jurisprudentielle1 contraire, la police doit être en possession d’une 
autorisation  donnée  par  une  autorité  ou  obtenir  le  consentement2  afin  de 
pénétrer dans le lieu de résidence et de procéder à l’arrestation administrative 
d’un étranger faisant l’objet d’un OQT 
  Mentionner très clairement le statut de victime lors d’une plainte déposée par 
une personne sans papiers : en cas de dépôt de plainte ou de témoignage par 
une  personne  en  séjour  irrégulier,  mentionner  très  clairement  la  qualité 
potentielle de victime ou de témoin dans le rapport administratif de contrôle 
d’un étranger destiné à l’Office des Etrangers. 
  Veiller à préciser les motifs de convocation dans les courriers adressés par les 
communes  aux  sans  papiers,  comme  le  rappelle  l’arrêt  de  la  Cour 
Européenne des Droits de l’Homme prononcé dans son arrêt Conka contre la 
Belgique en 2002 
                                     
1CMA Bruxelles, chambre 10 bis, n° de rôle 2015/VE/190, n° de répertoire 2015/4044 du 22 décembre 2015 
2Art.1 de la loi du 07 juin 1969 fixant le temps pendant lequel il ne peut être procédé à des perquisitions ou 
visites domiciliaires (MB 28/06/1969). 

N° 0019/8 
 
 
  Veiller à ce que les contrôles d’identité soient réalisés conformément à l’art. 
34  de  la  loi  sur  la  fonction  de  police  et  dans  le  respect  des  différentes 
législations  interdisant  la  discrimination  sur  base,  notamment,  de  la 
prétendue race, de la nationalité, de la couleur de peau, de l’origine ethnique, 
de  l’origine  nationale,  des  convictions  politiques,  philosophiques  ou 
religieuses, de la langue. 
  Mettre  en  place  2  fois  par  an  une  réunion  de  concertation  entre  le  Chef  de 
Corps  de  la  police  locale,  le/la  Bourgmestre,  la  Voix  des  Sans  Papiers  de 
Verviers  et/ou  tout  autre  collectif  local  de  sans  papiers  ou  de  soutien  aux 
sans papiers afin de maintenir le dialogue entre ces parties 
 
REFUSE  tout  repli  sur  soi,  amalgames  et  propos  discriminatoires  qui  font  des 
migrants des ‘boucs émissaires’ et enferment des milliers de personnes dans des zones 
de non-droit. 

EXIGE  DE  SES  CONSEILLERS  un  comportement  exemplaire  en  la  matière, 
notamment dans leurs communications publiques (électorales ou autres). 

DEMANDE  aux  autorités  belges  compétentes  et  concernées  de  remplir  pleinement 
leurs  obligations  européennes  en  matière  de  relocalisation  et  de  réinstallation  des 
réfugiés  et  se  déclare  solidairedes  communes  en  Europe  ou  ailleurs  confrontées  à  un 
accueil important de réfugiés. 
MARQUE sa ferme opposition à toute forme de politiques migratoires qui entraînent 
des violences etdes violations des droits humains des personnes migrantes ; 
VEILLE, à la mise en œuvre transversale de cette motion par le/la Bourgmestre ; 
COORDONNE,  sous  l’impulsion  de  l’échevin  compétent,  l’implémentation  des 
mesures concrètes proposées ci-dessous ET MET EN PLACE un dispositif concerté de 
suivi  et  d’évaluation  de  l’implémentation  des  mesures  concrètes  reprises  dans  la 
motion, en organisant au moins 2 rencontres par an 
avec au minimum des représentants 
des  associations,  citoyens  et  organismes  œuvrant  pour  la  défense  des  droits  des  migrants 
ayant participé aux discussions ayant abouti à la présente motion. 
 

Pour cette raison, VERVIERS se déclare Commune Hospitalière.