Ceci est une version HTML d'une pièce jointe à la demande d'accès à l'information 'Statut du personnel de la Province de Namur'.

Statut organique des agents provinciaux 
 
- 1 - 
 
 
Statut organique 
des agents provinciaux 
 
Dernière mise à jour le 12/03/2014 
Service de Gestion des Ressources Humaines 

Statut organique des agents provinciaux 
 
- 2 - 
 
 
STATUT ORGANIQUE DES AGENTS PROVINCIAUX _________________________________________ 5 
Chapitre I. Dispositions générales _________________________________________________________________  5 
Article 1er . ______________________________________________________________________________  5 
Article 2. ________________________________________________________________________________  5 
Article 3. ________________________________________________________________________________  5 
Article 4. ________________________________________________________________________________  5 
Chapitre II. Du stage  ___________________________________________________________________________  6 
Article 5. ________________________________________________________________________________  6 
Article 6. ________________________________________________________________________________  6 
Article 7. ________________________________________________________________________________  7 
Chapitre III. Des droits et des devoirs  _____________________________________________________________  7 
Article 8. ________________________________________________________________________________  7 
Article 9. ________________________________________________________________________________  7 
Article 10. _______________________________________________________________________________  7 
Article 11. _______________________________________________________________________________  8 
Article 12. _______________________________________________________________________________  8 
Article 13. _______________________________________________________________________________  8 
Article 14. _______________________________________________________________________________  8 
Article 15. _______________________________________________________________________________  8 
Article 16. _______________________________________________________________________________  9 
Chapitre IV. Des incompatibilités _________________________________________________________________  9 
Article 17. _______________________________________________________________________________  9 
Article 18. _______________________________________________________________________________  9 
Article 19. _______________________________________________________________________________  9 
Chapitre V. Des droits d’auteur  __________________________________________________________________  9 
Article 20. _______________________________________________________________________________  9 
Article 21. ______________________________________________________________________________  10 
Article 22. ______________________________________________________________________________  10 
Article 23. ______________________________________________________________________________  10 
Chapitre VI. De la responsabilité personnelle ______________________________________________________  10 
Article 24. ______________________________________________________________________________  10 
Article 25. ______________________________________________________________________________  10 
Chapitre VII. Des peines disciplinaires ____________________________________________________________  10 
Article 26. ______________________________________________________________________________  10 
Article 27. ______________________________________________________________________________  10 
Article 28. ______________________________________________________________________________  11 
Article 29. ______________________________________________________________________________  11 
Article 30. ______________________________________________________________________________  11 
Chapitre VIII : De la suspension préventive. _______________________________________________________  12 
Chapitre IX. Des positions administratives  ________________________________________________________  13 
Règles générales _____________________________________________________________________________  13 
Article 37. ______________________________________________________________________________  13 
Article 38. ______________________________________________________________________________  13 
A. De l’activité de service ______________________________________________________________________  13 
Article 39. ______________________________________________________________________________  13 
Article 40. ______________________________________________________________________________  13 
Article 41. ______________________________________________________________________________  13 
B. De la non activité __________________________________________________________________________  14 
Dernière mise à jour le 12/03/2014 
Service de Gestion des Ressources Humaines 

Statut organique des agents provinciaux 
 
- 3 - 
 
Article 42. ______________________________________________________________________________  14 
Article 43. ______________________________________________________________________________  14 
Article 44. ______________________________________________________________________________  14 
C. De la disponibilité  _________________________________________________________________________  14 
Article 45. ______________________________________________________________________________  14 
Article 46. ______________________________________________________________________________  14 
Article 47. ______________________________________________________________________________  15 
Chapitre X. De la cessation définitive des fonctions  _________________________________________________  15 
Article 48. ______________________________________________________________________________  15 
Article 49. ______________________________________________________________________________  15 
Chapitre XI. Du régime de travail________________________________________________________________  16 
Article 50. ______________________________________________________________________________  16 
Chapitre XII. De l’évaluation  ___________________________________________________________________  16 
Article 51. ______________________________________________________________________________  16 
Article 52. ______________________________________________________________________________  16 
Article 53. ______________________________________________________________________________  16 
Article 54. ______________________________________________________________________________  17 
Chapitre XIII. De l’inaptitude professionnelle______________________________________________________  17 
Article 55. ______________________________________________________________________________  17 
Article 56. ______________________________________________________________________________  17 
Article 57. ______________________________________________________________________________  17 
Article 58. ______________________________________________________________________________  18 
Article 59. ______________________________________________________________________________  18 
Article 60. ______________________________________________________________________________  18 
Article 61. ______________________________________________________________________________  18 
Article 62. ______________________________________________________________________________  18 
Chapitre XIV. Des pensions _____________________________________________________________________  19 
Article 63. ______________________________________________________________________________  19 
Article 64. ______________________________________________________________________________  19 
Article 65. ______________________________________________________________________________  19 
Article 66. ______________________________________________________________________________  19 
Chapitre XV. Du service social provincial _________________________________________________________  19 
Article 67. ______________________________________________________________________________  19 
Chapitre XVI. Dispositions finales  _______________________________________________________________  19 
Article 68. ______________________________________________________________________________  19 
Article 69. ______________________________________________________________________________  20 
Article 70. ______________________________________________________________________________  20 
 
Dernière mise à jour le 12/03/2014 
Service de Gestion des Ressources Humaines 

Statut organique des agents provinciaux 
 
- 4 - 
 
Annexe 1 : Règlement particulier des congés et dispenses 
 
Annexe 1 bis : Règlement provincial en matière de contrôle médical 
 
Annexe 2 :  Règlement relatif à la position de disponibilité des agents provinciaux 
 
Annexe 3 : Règlement relatif au prononcé des peines disciplinaires 
 
Annexe 4 : Service social provincial 
 
Annexe  5 :  Règlement  relatif  à  la  protection  contre  la  violence  et le  harcèlement  moral 
ou sexuel au travail 
 
Annexe 6 : Règlement relatif à l’évaluation des agents provinciaux 
 
Annexe 7 : Formation des agents provinciaux 
 
Annexe 8 : De la formation : congés et dispenses 
 
Annexe 9 : Code de bonne conduite des usagers des systèmes informatiques, du courrier 
électronique et d’Internet au sein de la Province 
 
Annexe  10 :  Règlement  relatif  à  la  compensation  des  prestations  exceptionnelles  ou 
supplémentaires, dominicales et/ou nocturnes 
 
Annexe 11 : Règlement relatif au reclassement professionnel 
 
Annexe 12 : Règlement relatif aux examens provinciaux 
 
 
 
Dernière mise à jour le 12/03/2014 
Service de Gestion des Ressources Humaines 

Statut organique des agents provinciaux 
 
- 5 - 
 
Statut organique des agents provinciaux 
 
Chapitre I. Dispositions générales 
 
Article 1er . 
La  qualité  d'agent  provincial  est  reconnue  à  toute  personne  qui,  en  vertu  d'un  acte  de 
nomination, preste ses services à titre définitif ou stagiaire à l'un des différents secteurs de 
l'Administration de la Province. 
Article 2. 
Les agents provinciaux sont nommés, suspendus et révoqués par le Conseil provincial, à 
l'exception de ceux dont il attribue la nomination, la suspension et la révocation au Collège 
provincial, en application des dispositions de l'article L2212-32 du Code de la Démocratie 
Locale et de la Décentralisation ou par toutes autres dispositions qui  les remplaceraient. 
Les  agents  provinciaux  sont  soumis  à  l'autorité  du  Collège  provincial.  Ils  sont 
subordonnés au Greffier provincial. 
Article 3. 
Dès  leur  entrée  en  service,  les  agents  prêtent  serment  entre  les  mains  du  Président  du 
Collège provincial ou de son délégué.  
Ce serment s'énonce dans les termes fixés par l'article 2 du décret du 20.07.1831. 
Article 4. 
Nul  ne  peut  faire  l'objet  d'une  nomination  s'il  ne  répond  aux  conditions  générales 
d'admission ci-après : 
1.  être  belge,  sauf  en  ce qui  concerne  les  emplois  qui  ne  comportent  pas  l'exercice  de  la 
puissance  publique  et  la  responsabilité  de  la  sauvegarde  des  intérêts  généraux  de  la 
Province ; 
2.  être de conduite irréprochable ; 
3.  jouir de ses droits civils et politiques ; 
4.  satisfaire aux lois sur la milice ; 
5.  être  porteur  des  diplômes,  certificats  d'études,  titres  de  compétence  ou  de  formation 
exigés ; 
6.   avoir  satisfait  à  un  examen  de  recrutement  organisé  par  le  Collège  provincial 
conformément au règlement relatif aux examens provinciaux ; 
7.  pour les agents occupés à un poste de sécurité ou à risques définis, se soumettre à une 
évaluation de santé préalable conformément aux dispositions légales et réglementaires 
en matière de surveillance de la santé des travailleurs ; 
8.  remplir les conditions particulières éventuellement imposées ». 
 
Dernière mise à jour le 12/03/2014 
Service de Gestion des Ressources Humaines 

Statut organique des agents provinciaux 
 
- 6 - 
 
Chapitre II. Du stage 
 
Article 5. 
§  1.  Sauf  disposition  formelle  contraire,  nul  ne  peut  être  nommé  à  titre  définitif  s'il  n'a 
effectué un stage probatoire dont la durée est fixée à trois mois pour les emplois du niveau 
E, six mois pour les emplois des niveaux D,C,B et un an pour les emplois de niveau A. 
Le  Conseil  Provincial,  ou  le  Collège  provincial  en  cas  de  délégation,  peut,  par  décision 
motivée et sur rapport du Directeur ou du chef de service compétent, prolonger le stage 
d'un tiers de sa durée normale. 
Sur  proposition  du  Directeur  ou  du  responsable  de  service,  les  services  accomplis  en 
qualité d’agent contractuel, au même grade et dans la même fonction, peuvent être pris en 
considération pour constituer la durée du stage prescrit. 
§  2.  A  l'issue  du  stage  éventuellement  prolongé,  le  Directeur  ou  le  chef  de  service 
compétent  établit  un  rapport  de  fin  de  stage  qu'il  adresse  au  Conseil  Provincial,  ou  au 
Collège  provincial  en  cas  de  délégation,  après  en  avoir  informé  l'agent  concerné  qui  le 
vise, pour prise de connaissance, et le restitue dans le délai de 8 jours à dater du jour où il 
lui  est  soumis.  A  défaut  de  satisfaire  à  cette  obligation,  l’agent  est  censé  marquer  son 
accord sur le rapport de fin de stage tel qu’il lui a été communiqué. 
Le  rapport  de  fin  de  stage  conclut  à  une  proposition  motivée  d'admission  du  stagiaire  à 
titre définitif ou de licenciement. 
§  3.  Le  stagiaire  à  charge  duquel  est  proposé  le  licenciement  est,  à  sa  demande,  entendu 
par le Conseil provincial ou par le Collège provincial en cas de délégation. Cette demande 
d'audition  doit  être  introduite  dans  un  délai  de  3  jours  à  dater  de  celui  où  le  stagiaire 
prend connaissance de la proposition de licenciement. 
Il peut se faire assister par un défenseur de son choix. 
Il  est  dressé  procès-verbal  de  ses  explications,  éventuellement  sur  base  d’un 
enregistrement des débats. L'agent entendu doit viser ce procès-verbal et le restituer dans 
le délai de 10 jours à dater de sa notification par pli recommandé. A défaut de satisfaire à 
cette obligation, l’agent est censé marquer son accord sur le texte du procès-verbal qui lui 
a été communiqué. 
§  4.  Pour  le  calcul  de  la  durée  du  stage  probatoire,  sont  déduites,  hormis  les  jours  de 
congés de vacances, les absences qui, en une ou plusieurs fois, dépassent 15 jours même si 
durant ceux-ci, le stagiaire est resté dans la position d'activité de service. 
Article 6. 
§  1.  Le  stagiaire  ne  peut  être  licencié  pour  cause  d'inaptitude  professionnelle  dûment 
constatée que moyennant préavis. 
Le délai de préavis est de trois mois et prend cours le premier jour du mois qui suit celui 
pendant lequel il a été notifié. 
Pendant  la  période  de  préavis,  lui  sont  applicables  les  dispositions  relatives  aux  agents 
occupés sous régime contractuel. 
Dernière mise à jour le 12/03/2014 
Service de Gestion des Ressources Humaines 

Statut organique des agents provinciaux 
 
- 7 - 
 
§  2.  Pendant  la  période  de  préavis  ,  l'agent  peut  s'absenter  du  service  deux  fois  par 
semaine  à  condition,  toutefois,  que  la  durée  des  deux  absences  ne  dépasse  pas  au  total 
celle d'une journée de travail. 
Article 7. 
Toute  faute  grave  commise  dans  l'accomplissement  du  stage  ou  à  l'occasion  de  celui-ci, 
tout  manquement  aux  obligations  du  stage  et  tout  acte  qui  compromet  l'honneur  de  la 
fonction publique,  peuvent donner lieu au licenciement, sans préavis, du stagiaire qui s'en 
rend coupable. 
L'intéressé doit, au préalable, être entendu ou interpellé par le Conseil provincial ou par le 
Collège  provincial  en  cas  de  délégation,  et  peut  se  faire  accompagner  d'un  défenseur  de 
son choix. 
 
Chapitre III. Des droits et des devoirs  
 
Article 8. 
§1. Les agents provinciaux sont tenus d'accomplir personnellement et consciencieusement 
les  obligations  de  service  qui  leur  sont  imposées  par  les  règlements  et  directives  en 
vigueur  dans  le  service  dont  ils  font  partie. Ils  exécutent  ponctuellement  leurs  ordres  de 
service  et  accomplissent  leurs  tâches  avec  zèle  et  exactitude.  Ils  ne  peuvent  suspendre 
l'exercice de leurs fonctions sans autorisation préalable. 
§  2.  L'organisation  administrative  se  conçoit  en  fonction  des  besoins  des  administrés  et 
impose  que  les  agents  remplissent  leurs  fonctions  avec  réceptivité  à  l'égard  de  tous  les 
utilisateurs et correspondants de leurs services. 
§ 3. L'agent qui est dans l'impossibilité, pour un motif autre que la maladie, de se rendre 
au  travail,  en  avertira  immédiatement  son  supérieur  hiérarchique  immédiat  ou  son 
remplaçant. L'agent qui n'avertit pas de son absence pendant la première heure du début 
de ses prestations sera considéré comme absent irrégulièrement et se trouve de plein droit 
en non-activité sans traitement. 
Article 9. 
Les  agents  sont  tenus  à  la  plus  stricte  politesse  tant  dans  leurs  rapports  de  service  que 
dans leurs rapports avec le public. Ils doivent s'entraider dans la mesure où l'exige l'intérêt 
du service. 
Les  agents  ont  droit  à  l’information  pour  tous  les  aspects  utiles  à  l’accomplissement  de 
leurs tâches. 
Les agents se tiennent au courant d’une façon permanente de l’évolution des techniques, 
réglementations et recherches dans les matières dont ils sont professionnellement chargés. 
Article 10. 
Les  agents  ne  peuvent  se  livrer  à  aucune  activité  qui  serait  en  opposition  avec  la 
Constitution, les lois et les décrets. 
Dernière mise à jour le 12/03/2014 
Service de Gestion des Ressources Humaines 

Statut organique des agents provinciaux 
 
- 8 - 
 
Les  agents  jouissent  de  la  liberté  d'expression  à  l'égard  de  leurs  options  politiques  ou 
autres  ainsi  qu'à  l'égard  des  faits  dont  ils  ont  connaissance  dans  l'exercice  de  leurs 
fonctions. 
Ils ont le devoir d'accueillir avec égards toutes les demandes qui leur sont adressées. 
Il  leur  est  uniquement  interdit  de révéler  des  faits  qui  ont  trait  à  la  protection  de  l'ordre 
public, aux intérêts financiers de l'autorité, à la prévention des faits délictueux, au secret 
médical,  aux  droits  et  libertés  des  citoyens  et  notamment  le  droit  au  respect  de  la  vie 
privée. 
Cette interdiction s'applique également aux agents qui ont cessé leurs fonctions. 
Article 11. 
Ils ont, vis à vis des autorités, de leurs supérieurs hiérarchiques, de leurs collègues et de 
l’Institution provinciale, une obligation générale de loyauté qui leur interdit de se livrer à 
quelque agissement ou divulgation que ce soit qui pourrait nuire aux intérêts de ceux-ci.  
Article 12. 
Tout  agent  a  le  droit  de  consulter  son  dossier  personnel  et  d’en  obtenir,  via  le  Greffier 
provincial, copie de ses pièces à titre gratuit. 
Article 13. 
Il leur est interdit de solliciter, exiger ou recevoir, directement ou par personne interposée, 
même en dehors de leurs fonctions mais en raison de celles-ci, des dons, gratifications ou 
avantages quelconques. 
Article 14. 
Ils  répondent  vis-à-vis  de  leurs  supérieurs  hiérarchiques  du  bon  fonctionnement  du 
service  qui  leur  est  confié.  Ils  sont  de  ce  fait,  tenus  de  réprimer  ou  de  provoquer  la 
répression  des  abus,  négligences  ou  infractions  aux  lois  et  règlements  qu'ils  seraient 
amenés à constater dans l'exercice de leurs fonctions. 
Le supérieur est responsable des ordres qu'il donne. 
Il doit veiller à faire un usage adéquat de son pouvoir hiérarchique. Cet usage s’apprécie 
par  rapport  au  critère  du  bon  dirigeant,  soucieux  du  bien-être  de  ses  agents  et  du  bon 
fonctionnement de son service. 
Article 15. 
§ 1. Les travailleurs ainsi que les personnes assimilées visées à l’article 2, §1er, de la loi du 
4août  1996  relative  au  bien-être  des  travailleurs  lors  de  l’exécution  de  leur  travail  et  les 
personnes  autres  que  celles-ci  qui  entrent  en  contact  avec  les  travailleurs  lors  de 
l’exécution  de  leur  travail,  sont  tenus  de  s’abstenir  de  tout  acte  de  violence  ou  de 
harcèlement moral ou sexuel au travail tels qu’ils sont définis à l’article 32 ter du chapitre 
V de la loi précitée.   
§  2.  Les  mesures  visant  à  prévenir  tout  comportement  défini  au  §  1,  ainsi  que  celles 
destinées  à  entendre  les  victimes  de  tels  comportements  font  l’objet  de  l’annexe 5  du 
présent statut. 
 
 
Dernière mise à jour le 12/03/2014 
Service de Gestion des Ressources Humaines 

Statut organique des agents provinciaux 
 
- 9 - 
 
Article 16. 
L'agent frappé d'une incapacité de travail résultant d'un accident étranger au service et dû 
à la faute d'un tiers ne perçoit son traitement qu'à titre d'avances versées sur l'indemnité 
due par le tiers et récupérables à charge de ce dernier. L'agent ne perçoit ce traitement qu'à 
la  condition  de  consentir  après  l'accident,  une  cession  de  ses  droits  contre  l'auteur  de 
l'accident,  en  faveur  de  la  Province,  à  concurrence  des  traitements  payés  à  l'intéressé 
pendant la durée de son incapacité. 
 
Chapitre IV. Des incompatibilités  
 
Article 17. 
Les agents provinciaux ne peuvent, pendant leur période d'occupation pour le compte de 
la Province, exercer aucun autre emploi rétribué quelconque. 
Toutefois,  le  cumul  d’activités  professionnelles  inhérentes  à  l’exercice  de  la  fonction 
s’exerce de plein droit.  
Est inhérent à l’exercice de la fonction, toute charge : 
•  rattachée en vertu d’une disposition légale ou réglementaire à la fonction exercée par le 
membre du personnel ; 
•  à laquelle le membre du personnel est désigné d’office par l’autorité hiérarchique dont 
il relève. 
Article 18. 
Il  leur  est  interdit  d'exercer  aucune  profession  lucrative,  d'effectuer  aucun  travail 
rémunéré, de faire soit par eux-mêmes, soit par des personnes interposées, aucune espèce 
de commerce, de participer soit à la direction, soit à l'administration d'une société ou d'un 
établissement  industriel,  commercial  ou  agricole,  ni  de  participer  à  la  confection  de 
rapports,  études,  calculs,  etc.…  destinés  à  figurer  dans  des  dossiers  au  sujet  desquels  la 
Province ou une autorité provinciale serait appelée à se prononcer, soit comme maître de 
l'ouvrage, soit comme pouvoir de tutelle. 
Article 19. 
Dans  certains  cas,  le  Collège  provincial  pourra  toutefois  lever  ces  interdictions  par 
délibération motivée. 
Toute autorisation de cumul est révocable. 
 
Chapitre V. Des droits d’auteur 
 
Article 20.  
L’auteur, agent provincial, cède à la Province de Namur, définitivement et sans restriction, 
pour  le  monde  entier,  ses  droits  patrimoniaux  dans  toute  leur  étendue  légale  actuelle  et 
future, en ce compris tous les modes d’exploitation connus, pour les œuvres présentes et 
futures réalisées par lui dans l’exercice de sa fonction. 
Dernière mise à jour le 12/03/2014 
Service de Gestion des Ressources Humaines 

Statut organique des agents provinciaux 
 
- 10 - 
 
Article 21. 
 L’agent  renonce  à  décider  lui-même  si,  à  quel  moment  et  comment,  son  œuvre  sera 
divulguée. 
Article 22. 
Les reproductions de l’œuvre de l’agent sont distribuées et communiquées au public sous 
son nom, sauf décision contraire de la Province. 
Article 23. 
L’agent  autorise  la  Province  à  modifier  l’œuvre  créée  en  fonction  des  besoins 
d’exploitation propres à la Province. 
 
Chapitre VI. De la responsabilité personnelle 
 
Article 24. 
Les agents provinciaux sont soumis aux dispositions de la loi du 10 février 2003 relative à 
la  responsabilité  des  et  pour  les  membres  du  personnel  au  service  des  personnes 
publiques. 
Article 25. 
Le  précédent  article  n'est  pas  applicable  aux  comptables  publics  et  aux  ordonnateurs 
délégués lesquels, en cette matière, restent entièrement soumis aux dispositions spéciales 
qui les régissent. 
 
Chapitre VII. Des peines disciplinaires 
 
Article 26. 
Toute contravention aux dispositions du présent statut est punie, suivant la gravité du cas, 
de  l'une  des  peines  disciplinaires  édictées  par  le  présent  chapitre,  sans  préjudice  de 
l'application des lois pénales. 
Article 27. 
§ 1. Les peines disciplinaires à appliquer, suivant la gravité des cas, sont : 
1.  le rappel à l'ordre ; 
2.  le blâme ; 
3.  la retenue sur traitement ; 
4.  le déplacement disciplinaire ; 
5.  la rétrogradation ; 
6.  la démission d’office 
7.  la révocation. 
§ 2. La retenue sur traitement s'applique pendant six mois au plus et porte sur la moitié de 
la part de la rémunération en espèce visée à l’article 23, alinéa 2, de la loi du 12 avril 1965 
concernant la protection de la rémunération des travailleurs. 
Dernière mise à jour le 12/03/2014 
Service de Gestion des Ressources Humaines 

Statut organique des agents provinciaux 
 
- 11 - 
 
§ 3. L'agent déplacé par mesure disciplinaire, ne peut obtenir à sa demande une nouvelle 
affectation pendant le délai qui est fixé pour la radiation de sa peine disciplinaire. 
§  4.  La  rétrogradation  consiste  en  l'attribution  d'un  autre  grade  doté  d'une  échelle  de 
traitement inférieure ou au maintien de l'agent dans son grade avec un barème inférieur. 
Article 28. 
§  1.  Les  peines  prévues  à  l'article  27  sont  prononcées  suivant  les  modalités  fixées  par 
règlement distinct, annexé au présent statut. 
§  2.  Aucune  peine  ne  peut  être  prononcée  qu'après  avoir  donné  à  l'agent  concerné  la 
possibilité  d'être  entendu.  L'agent  a  le  droit  de  se  faire  assister  par  un  défenseur  de  son 
choix, de consulter le dossier disciplinaire établi à sa charge et d’en obtenir gratuitement 
une copie des pièces.  
L’audition peut être enregistrée. 
A  défaut  d’enregistrement  de  l’audition,  il  est  dressé  procès-verbal  de  ses  explications. 
L'agent entendu doit viser ce procès-verbal et le restituer dans le délai de 10 jours à dater 
de sa notification par pli recommandé. A défaut de satisfaire à cette obligation, l’agent est 
censé marquer son accord sur le texte du procès-verbal qui lui a été communiqué. 
Toute peine disciplinaire est notifiée à l'agent par pli recommandé et produit ses effets le 
troisième jour ouvrable suivant celui de son expédition, la date de la poste faisant foi. 
Article 29. 
§  1.  A  l'exception  de  la  révocation  et  de  la  démission  d’office,  la  radiation  des  peines 
disciplinaires se fait d'office après une période dont la durée est fixée à : 
•  6 mois pour le rappel à l'ordre ; 
•  1 an pour le blâme et la retenue sur traitement ; 
•  18 mois pour le déplacement disciplinaire ; 
•  3 ans pour la rétrogradation. 
§ 2. Le délai prévu au § 1er prend cours à la date à laquelle la peine a  été prononcée. 
§ 3. Cette radiation n'entraîne pas l'exclusion de la notion de récidive. 
Article 30. 
§ 1. L'action disciplinaire ne peut se rapporter qu'à des faits qui se sont produits ou qui ont 
été  constatés,  par  l’autorité  compétente,  dans  les  six  mois  précédant  la  date  à  laquelle 
l'action est entamée. 
§ 2. Lorsque plusieurs faits sont reprochés à l'agent, il n'est toutefois entamé qu'une seule 
procédure qui donne lieu au prononcé d'une seule peine disciplinaire. 
§  3.  Si  un  nouveau  fait  est  reproché  à  l'agent  pendant  le  déroulement  d'une  procédure 
disciplinaire, ce fait est inclus dans la procédure en cours ou une nouvelle procédure peut 
être entamée sans que la procédure en cours soit interrompue pour autant. 
§ 4. Si une action pénale relative aux faits litigieux est en cours, le Collège provincial peut 
suspendre la procédure disciplinaire dans l’attente du résultat de l’action pénale. 
Dernière mise à jour le 12/03/2014 
Service de Gestion des Ressources Humaines 

Statut organique des agents provinciaux 
 
- 12 - 
 
Quelque  soit  le  résultat  de  l’action  pénale,  l’autorité  administrative  reste  juge  de 
l’opportunité de prononcer une peine disciplinaire. 
Quel que soit le résultat de ces actions, l'autorité administrative reste juge de l'opportunité 
de prononcer une peine disciplinaire. 
§  5.  En  cas  de  suspension  de  la  procédure  disciplinaire  durant  l’action  pénale  et  si  le 
Ministère  public  a  communiqué  la  décision  judiciaire  définitive  au  Collège  provincial, 
l'action  disciplinaire  doit  être  entamée  dans  les  six  mois  qui  suivent  la  date  de  la 
communication. 
 
Chapitre VIII : De la suspension préventive. 
 
Article 31.-   Lorsqu’il fait l’objet de poursuites pénales ou disciplinaires ou d’une mesure 
de mise en disponibilité par retrait d’emploi dans l’intérêt du service, l’agent peut être 
suspendu préventivement de ses fonctions si l’intérêt du service le requiert. 
 
Article 32.-  En cas de faute grave pour laquelle il y a flagrant délit ou des indices 
probants, la mesure de suspension peut s’accompagner d’une retenue de traitement, dans 
les limites fixées par l’article 23 de la loi du 12 avril 1965 concernant la protection de la 
rémunération. 
 
Article 33.- La décision de suspendre préventivement un agent dans l’intérêt du service est 
prise par le Collège provincial après audition de celui-ci, assisté du défenseur de son 
choix. 
 
Elle est prononcée pour la durée, selon le cas, de la procédure pénale, de la procédure 
disciplinaire ou de la procédure de mise en disponibilité par retrait d’emploi dans l’intérêt 
du service sans pouvoir excéder 6 mois, renouvelables en cas de procédure pénale. 
 
Article 34.-  Par dérogation aux articles 31 et 33, lorsque le bon fonctionnement du service 
exige, de toute urgence, que l’agent soit écarté de celui-ci, le Greffier provincial peut 
suspendre l’agent sur-le-champ, avant l’intentement de toute procédure. L’agent devra 
toutefois être entendu immédiatement après cette décision.  
 
Cette suspension ne peut être prononcée que pour une durée maximum d’un mois et  peut 
être accompagnée d’une retenue de traitement.  
 
Article 35.- La décision prononçant la suspension préventive est notifiée sans tarder à 
l’agent, soit par lettre recommandée à la poste, soit par remise en mains propres contre 
accusé de réception. 
 
Article 36.- Lorsque la suspension préventive est suivie du prononcé de la peine 
disciplinaire de la suspension, le taux de cette dernière sera réduit à due concurrence de la 
durée de la première. 
 
Dernière mise à jour le 12/03/2014 
Service de Gestion des Ressources Humaines 

Statut organique des agents provinciaux 
 
- 13 - 
 
Lorsque la suspension préventive est suivie du prononcé de la peine disciplinaire de la 
retenue de traitement, le taux de cette dernière sera réduit à due concurrence du montant 
de l’éventuelle retenue de  traitement accompagnant la suspension préventive. 
 
Chapitre IX. Des positions administratives  
 
Règles générales 
 
Article 37. 
L'agent provincial est dans une des positions suivantes : 
•  en activité de service; 
•  en non-activité; 
•  en disponibilité. 
Article 38. 
Pour la détermination de sa position administrative, l'agent provincial est toujours censé 
être  en  activité  de  service,  sauf  disposition  formelle  le  plaçant  dans  une  autre  position 
administrative. 
 
A. De l’activité de service 
 
Article 39. 
Sauf  disposition  formelle  contraire,  l'agent  provincial  en  activité  de  service  a  droit  au 
traitement et à l'avancement de traitement. 
L'agent provincial définitif peut faire valoir ses titres à la promotion. 
Article 40. 
L'agent  provincial  en  activité  de  service  peut  obtenir  des  congés  et  des  dispenses  de 
service.  Les  conditions  d'obtention  de  ceux-ci  et  les  modalités  d'octroi  sont  fixées  par  le 
règlement particulier des congés et dispenses annexé au présent statut. 
Article 41. 
L'agent provincial en activité de service peut être suspendu de ses fonctions par le Collège 
provincial  lorsque  l'intérêt  du  service  l'exige.  Les  dispositions  applicables  en  la  matière 
aux  agents  de  l'Etat  fédéral  le  sont  également  aux  agents  provinciaux,  exception  faite  de 
toute procédure de recours. 
 
 
 
 
Dernière mise à jour le 12/03/2014 
Service de Gestion des Ressources Humaines 

Statut organique des agents provinciaux 
 
- 14 - 
 
B. De la non activité 
 
Article 42. 
Sauf  disposition  formelle  contraire,  l'agent  provincial  qui  est  dans  la  position  de  non-
activité n'a pas droit au traitement et il ne peut  faire valoir ses titres à la promotion et à 
l'avancement de traitement. 
Article 43. 
Nul  ne  peut  être  mis  ou  maintenu  en  non-activité  s'il  se  trouve  dans  les  conditions 
requises pour obtenir une pension de retraite. 
Article 44. 
Aux conditions prévues pour les agents de l'Etat fédéral, l'agent est en non activité : 
1° lorsqu'il accomplit, en temps de paix, certaines prestations militaires ou est affecté à la 
protection civile ou à des tâches d'utilité publique en application de la loi du 3 juin 1964 
portant le statut des objecteurs de conscience; 
2° lorsqu'il prolonge l'exercice d'une mission qui n'est pas reconnue d'intérêt général; 
3°  lorsque,  pour  des  raisons  de  convenances  personnelles,  il  obtient  l’autorisation  de 
s’absenter à temps plein pour une période de longue durée ; 
4°  lorsqu'il  s'absente  en  raison  d'une  mission  ayant  donné  lieu  à  l'exemption  du  service 
militaire en application de l'article 16 des lois sur la milice, coordonnées le 30 avril 1962; 
5°  durant  les  absences  justifiées  par  une  autorisation  d'exercer  ses  fonctions  par 
prestations réduites pour convenance personnelle. 
Les  modalités  d'octroi  des  autorisations  visées  aux  points  3°  et  5°  de  l'alinéa  précédent 
sont déterminées dans le règlement particulier des congés et dispenses annexé au présent 
statut. 
 
C. De la disponibilité 
 
Article 45. 
L'agent  définitif  jouit  de  la  stabilité  d'emploi.  Il  peut  être,  sans  préavis,  mis  en 
disponibilité : 
1°  par retrait d'emploi dans l'intérêt du service ; 
2°  pour  cause  d’incapacité  de  travail  résultant  d’une  maladie  ou  d'un  accident  
n'entraînant pas l'inaptitude définitive au service mais  provoquant des absences dont la 
durée  excède  celle  du  congé  pour  incapacité  de  travail  résultant  d’une  maladie  ou  d’un 
accident de la vie privée. 
Article 46. 
Nul  ne  peut  être  mis  ou  maintenu  en  disponibilité  s'il  se  trouve  dans  les  conditions 
requises pour obtenir une pension de retraite. 
Dernière mise à jour le 12/03/2014 
Service de Gestion des Ressources Humaines 

Statut organique des agents provinciaux 
 
- 15 - 
 
Article 47. 
L'agent  mis  en  disponibilité  par  retrait  d'emploi  dans  l'intérêt  du  service  ou  pour 
incapacité résultant d’une maladie ou d’un accident reçoit un traitement d'attente dont le 
taux est déterminé par les dispositions contenues dans le règlement particulier relatif à la 
position de disponibilité annexé au présent statut. 
 
Chapitre X. De la cessation définitive des fonctions 
 
Article 48. 
Sont d'office et sans préavis démis de leurs fonctions par le Collège provincial : 
1°  les  agents  dont  la  nomination  est  constatée  irrégulière  dans  le  délai  de  recours  en 
annulation devant le Conseil d’Etat, ce délai ne valant pas en cas de fraude ou de dol de 
l’agent; 
2° les agents qui cessent de répondre aux conditions fixées aux points 1, 3 et 4 de l'article 4 
du présent statut; 
3°  ceux  qui,  après  absence  autorisée,  négligent  sans  motif  valable  de  reprendre  leur 
service; 
4° ceux qui, sans motif valable, abandonnent leur poste et restent absents pendant plus de 
dix jours et qui ont été dûment et préalablement avertis et interpellés; 
5° ceux dont l’inaptitude médicale a été dûment constatée conformément aux dispositions 
de l’article 117 de la loi du 14 février 1961 d’expansion économique, de progrès social et de 
redressement financier ; 
6° ceux qui se trouvent dans un cas où l'application des lois civiles et pénales entraîne la 
cessation des fonctions; 
7°  ceux  qui  sont  considérés  comme  démissionnaires  en  application  de  l'article  8  du 
règlement relatif à la position de disponibilité des agents provinciaux. 
 
Article 49. 
Entraînent la cessation définitive des fonctions : 
1°  la  démission  volontaire;  dans  ce  cas,  l'agent  ne  peut  abandonner  son  service  qu'à 
condition d'y avoir été dûment autorisé et éventuellement après un préavis de trente jours; 
2°  la mise à la retraite normale par limite d'âge; 
3°  la révocation disciplinaire ; 
4° une deuxième nomination définitive à temps plein dans un autre service public, dès que 
cette nomination n’est plus susceptible d’être annulée par le Conseil d’Etat ; 
5°  l’inaptitude  professionnelle  reconnue  par  le  Conseil  provincial  en  application  des 
dispositions des articles 49 à 56 du présent statut.  
 
Dernière mise à jour le 12/03/2014 
Service de Gestion des Ressources Humaines 

Statut organique des agents provinciaux 
 
- 16 - 
 
Chapitre XI. Du régime de travail 
 
Article 50. 
Sauf  disposition  contraire,  les  prestations  du  personnel  s’exécutent  sur  la  base  d'une 
prestation hebdomadaire de 38 heures. 
Les modalités d'application de l'horaire sont fixées par le Collège provincial ; elles peuvent 
varier d’une institution à l’autre en fonction des impératifs de fonctionnement. 
 
Chapitre XII. De l’évaluation  
 
Article 51. 
L'évaluation  est  obligatoire  pour  tout  agent  provincial  qui  est  effectivement  en  service.  
Elle a pour objet de déterminer les aptitudes professionnelles de l'agent. 
Article 52. 
§  1.  L’évaluation  est  établie  selon  les  dispositions  contenues  au  règlement  annexé  au 
présent statut. Elle est notifiée à l’agent tous les deux ans à la suite d’un entretien entre ce 
dernier et ses évaluateurs. 
L'évaluation est toutefois notifiée après un an dans les cas suivants : 
•  s'il s'agit d'un nouvel agent qui remplit, en raison de services antérieurs accomplis dans 
le  secteur  public  ou  dans  le  secteur  privé  subventionnable,  les  autres  conditions 
requises pour l'évolution de carrière dans son grade ; 
•  après que l'agent se soit vu attribuer l'évaluation "à améliorer" ou "insuffisant" ; 
•  après  que  l'agent  ait  commencé  à  exercer  de  nouvelles  fonctions,  sans  pour  autant 
avoir obtenu une promotion. 
§2. Chaque évaluation reste valable jusqu’à notification d’une nouvelle évaluation. 
A défaut d’évaluation, celle-ci est considérée comme positive. 
§3.  Sauf  en  cas  de  révocation,  l’évaluation  attribuée  est  réexaminée  lorsque  l’agent  fait 
l’objet  d’une  peine  disciplinaire.  Ce  réexamen  n’emporte  pas  nécessairement  la 
modification de l’évaluation. 
En cas de modification, l’évaluation est à nouveau examinée à la date à laquelle la peine 
infligée est radiée conformément aux dispositions de l’article 29 du présent statut et pour 
autant que cette radiation intervienne avant le terme normal d’attribution d’une nouvelle 
évaluation. » 
Article 53. 
Le  projet  d’évaluation  est  proposé  par  deux  supérieurs  hiérarchiques  ayant  suivi  une 
formation aux méthodes d’évaluation selon un programme adapté et agréé.  
Ceux-ci  sont  choisis  conformément  aux  dispositions  arrêtées  par  le  Collège  provincial 
après  concertation  avec  les  organisations  syndicales  représentatives  au  sein  du  Comité 
Supérieur de Concertation. 
Dernière mise à jour le 12/03/2014 
Service de Gestion des Ressources Humaines 

Statut organique des agents provinciaux 
 
- 17 - 
 
Ce projet est notifié à l'agent.  S'il ne suscite aucune remarque, il est transmis au Collège 
provincial qui fixe définitivement l'évaluation. 
Article 54. 
Si l'agent ne peut se rallier à l'appréciation établie, il a la faculté de saisir dans un délai de 
15 jours à dater de la notification, la Direction générale, ou le Collège provincial s'il s'agit 
d'un agent qui dépend directement d'un membre de la Direction générale ou du Greffier 
provincial. 
Ce recours est introduit par écrit, par pli recommandé auprès du Greffier provincial. 
En  cas  de  recours  devant  la  Direction  générale,  celle-ci,  après  avoir  entendu  l'intéressé 
éventuellement  assisté  d'une  personne  de  son  choix,  pourra  faire  une  autre  proposition 
qui sera jointe au projet d'évaluation en même temps que le procès-verbal d'audition.  Le 
Collège provincial tranche et fixe définitivement l'évaluation. 
En  cas  de  recours  devant  le  Collège  provincial,  l'intéressé  est  appelé  à  comparaître 
éventuellement  assisté  d'une  personne  de  son  choix.    Il  est  dressé  un  procès-verbal  de 
l’audition, éventuellement sur base d’un enregistrement des débats. L'agent entendu doit 
viser ce procès-verbal et le restituer dans le délai de 10 jours à dater de sa notification par 
pli  recommandé.  A  défaut  de  satisfaire  à  cette  obligation,  l’agent  est  censé  marquer  son 
accord sur le texte du procès-verbal qui lui a été communiqué. 
A l'issue de la procédure d'audition, le Collège provincial fixe définitivement l'évaluation.  
Dans tous les cas, le recours est suspensif de l'évaluation contestée. 
Avant d’entamer la procédure de recours susvisée, l’agent peut solliciter une procédure de 
médiation auprès du service de gestion des ressources humaines, avec audition séparée de 
l’agent  et  de  ses  supérieurs  hiérarchiques.  Cette  médiation  est  suspensive  du  délai  de 
recours visé au premier alinéa.   
 
 
Chapitre XIII. De l’inaptitude professionnelle 
 
Article 55.  
L’agent  auquel  deux  évaluations insuffisantes  consécutives  ont  été  attribuées  peut  faire 
l’objet d’une procédure d’inaptitude professionnelle. 
Article 56. 
Le  Collège  provincial  est  habilité  à  entamer  une  procédure  d’inaptitude  professionnelle 
sur base du dossier de l’agent contenant notamment le descriptif de la fonction exercée au 
sein de son service d’affectation, les fiches d’évaluations et toutes les pièces probantes.  
Article 57. 
Le Collège provincial procède à l’audition de l’agent , lequel peut être accompagné d’un 
conseil de son choix. 
En cas d’absence dûment justifiée de l’agent, l’audition pourra être reportée. 
Dernière mise à jour le 12/03/2014 
Service de Gestion des Ressources Humaines 

Statut organique des agents provinciaux 
 
- 18 - 
 
Article 58. 
§ 1. A l’issue de l’audition de l’agent, le Collège provincial adresse un rapport au Conseil 
provincial  qui  décide  de  démettre  d’office  ou  non  un  agent  de  ses  fonctions  pour 
inaptitude professionnelle. 
§  2.  La  décision  du  Conseil  provincial  est  notifiée  sans  délai  à  l’agent,  soit  par  lettre 
recommandée  à  la  poste,  soit  par  la  remise  contre  accusé  de  réception.  Elle  fait  mention 
des recours prévus par la loi ou par le décret et du délai dans lequel ceux-ci peuvent être 
exercés. 
A défaut de notification dans les dix jours ouvrables, la décision est réputée rapportée. 
Article 59. 
L’agent dispose d’un délai de trente jours prenant cours le premier jour ouvrable qui suit 
la notification de la décision de le démettre d’office pour inaptitude professionnelle, pour 
saisir par pli recommandé, la Chambre de Recours visée à l’article L1218-1 et suivants du 
Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation. 
Le recours suspend la décision du Conseil provincial jusqu’à la décision du Gouvernement 
wallon ou jusqu’à l’expiration du délai lui imparti pour statuer. 
Article 60. 
La Chambre de Recours émet un avis motivé à l’attention du Gouvernement wallon sur la 
délibération  du  Conseil  provincial  portant  démission  d’office  pour  inaptitude 
professionnelle.  
Cet avis est « favorable » ou « défavorable ». 
Il  est  rendu  dans  les  soixante  jours  à  dater  de  la  réception  de  la  décision  du  Conseil 
provincial. 
Article 61. 
L’agent démis d’office de ses fonctions pour cause d’inaptitude professionnelle reçoit une 
indemnité de départ. 
Cette  indemnité  est    proportionnelle  à  l’ancienneté  de  service  de  l’agent  au  sein  de  la 
Province et est fixée à : 
•  3  mois  de  traitement  pour  les  agents  qui  comptent  moins  de  dix  ans  d’ancienneté  de 
service au sein de la province ; 
•  6 mois de traitement pour les agents qui comptent entre dix et vingt ans d’ancienneté 
de service au sein de la province ; 
•  9 mois de traitement pour les agents qui ont plus de vingt ans d’ancienneté de service 
au sein de la province. 
Article 62. 
§  1.  Les  dispositions  du  présent  chapitre  s’appliquent  aux  agents provinciaux  nommés à 
titre définitif. 
§ 2. Les agents contractuels peuvent être licenciés pour cause d’inaptitude professionnelle 
conformément à la loi du 3 juillet 1978 relative aux contrats de travail ».  
 
Dernière mise à jour le 12/03/2014 
Service de Gestion des Ressources Humaines 

Statut organique des agents provinciaux 
 
- 19 - 
 
Chapitre XIV. Des pensions 
 
Article 63. 
Sauf  dispositions  particulières  et  sans  préjudice  de  l'application  des  dispositions  du 
chapitre IV du titre III de la loi du 20.07.1991, les agents provinciaux sont mis à la retraite 
dans les mêmes conditions que les agents de l'Etat fédéral. 
Article 64. 
Sauf  dispositions  particulières  et  sans  préjudice  de  l'application  des  dispositions  du 
chapitre IV du titre III de la loi du 20.07.1991, les pensions de survie des ayant-droit des 
agents provinciaux sont accordées et calculées conformément aux dispositions applicables 
aux ayant-droit du personnel de l'Etat fédéral. 
Article 65. 
Sauf  dispositions  particulières  et  sans  préjudice  de  l'application  des  dispositions  du 
chapitre IV du titre III de la loi du 20.07.1991, les pensions de retraite et de survie, ou leurs 
compléments  éventuels,  visés  aux  articles  47  et  48  susvisés  sont  mis  à  charge  du  budget 
ordinaire de la Province. 
Article 66. 
Dès leur admission au stage, préalable à la nomination définitive, les agents sont assimilés 
aux agents définitifs en matière de retenues-pensions. 
 
 
Chapitre XV. Du service social provincial 
 
Article 67. 
Il  est  créé  à  la  Province  de  Namur  un  service  social  ayant,  notamment,  pour  mission 
d'aider dans certaines circonstances, les membres du personnel des services provinciaux. 
Les  modalités  de  fonctionnement  dudit  service  social  sont  déterminées  par  règlement 
distinct, annexé au présent statut. 
 
Chapitre XVI. Dispositions finales 
 
Article 68. 
Un règlement d'ordre intérieur peut être établi pour chaque établissement ou service de la 
Province. 
Ce règlement est arrêté par le Collège provincial. 
Ce  règlement  d'ordre  intérieur  doit  être  conforme  au  présent  statut  et  aux  autres 
dispositions réglementaires. 
Dernière mise à jour le 12/03/2014 
Service de Gestion des Ressources Humaines 

Statut organique des agents provinciaux 
 
- 20 - 
 
Article 69. 
Les dispositions du présent statut ne sont applicables ni aux membres subventionnés des 
établissements  provinciaux  d'enseignement  subventionnés  auxquels  s’applique,  soit  le 
décret du 6 juin 1994, tel qu'il a été modifié , portant le statut des membres du personnel 
subsidié  de  l'enseignement  officiel  subventionné,  soit  le  décret  du  24  juillet  1997,  tel  que 
modifié, fixant le statut des membres du personnel Directeur et enseignant et du personnel 
auxiliaire  d’éducation  des  hautes  écoles  organisées  ou  subventionnées  par  la 
Communauté  Française,  soit  le  décret  du  20  juin  2008  relatif  aux  membres  du  personnel 
administratif  des  Hautes  Ecoles,  ni  aux  membres  subsidiés  du  personnel  technique  des 
centres  psycho-médico-sociaux  auxquels  s’applique  le  décret  du  31  janvier  2002  fixant  le 
statut  des  membres  du  personnel  technique  subsidié  des  centres  psycho-médico-sociaux 
officiels subventionnés.  
La  situation  des  membres  du  personnel  administratif  subventionné  des  établissements 
provinciaux 
subventionnés 
d’enseignement 
secondaire 
de 
plein 
exercice 
et 
d’enseignement  de  promotion  sociale  est  régie  par  analogie  avec  les  dispositions 
applicables  aux  membres  du  personnel  administratif  des  établissements  d’enseignement 
de même type organisés par la Communauté Française, à l’exception de toute procédure 
devant  une  chambre  de  recours  telle  qu’elle  est  éventuellement  instaurée  pour  ledit 
personnel. 
La  situation  des  membres  non-subventionnés  des  établissements  provinciaux 
d'enseignement  subventionnés  ou  non  subventionnés,  relevant  de  la  catégorie  du 
personnel  enseignant,  auxiliaire  d'éducation  et  assimilé,  est  régie  par  analogie  avec  les 
dispositions applicables au personnel  subsidié de l'enseignement  officiel subventionné, à 
l’exception  de  toute  procédure  devant  une  chambre  de  recours  telle  qu’elle  est  instaurée 
pour ledit personnel subsidié. 
 
Article 70. 
Tous  les  cas  non  prévus  au  présent  statut  seront  examinés  suivant  les  dispositions  en 
vigueur à l'Etat fédéral.   
Dernière mise à jour le 12/03/2014 
Service de Gestion des Ressources Humaines