Ceci est une version HTML d'une pièce jointe à la demande d'accès à l'information 'Statut du personnel de la Province de Namur'.

 
Statut pécuniaire 
des agents provinciaux 
 

Statut pécuniaire des agents provinciaux........................................................................................... 2 
Article 1er. ........................................................................................................................... 2 
Article 2................................................................................................................................ 2 
Chapitre I. Régime organique....................................................................................................... 4 
Section 1.  Des échelles de traitements ...................................................................................... 4 
A. Dispositions générales ......................................................................................................... 4 
Article 3................................................................................................................................ 4 
Article 4................................................................................................................................ 5 
Article 5................................................................................................................................ 5 
Section 2.  De la fixation du traitement ..................................................................................... 5 
A. Dispositions générales ......................................................................................................... 5 
Article 6................................................................................................................................ 5 
Article 7................................................................................................................................ 6 
Article 8................................................................................................................................ 6 
B. Des services admissibles ..................................................................................................... 6 
Article 9................................................................................................................................ 6 
Article 10.............................................................................................................................. 7 
Article 11.............................................................................................................................. 7 
Article 12.............................................................................................................................. 8 
Article 13.............................................................................................................................. 8 
Article 14.............................................................................................................................. 8 
Article 15.............................................................................................................................. 8 
Article 16.............................................................................................................................. 8 
Article 17.............................................................................................................................. 8 
Section 3.  Du paiement du traitement ....................................................................................... 8 
Article 18.............................................................................................................................. 8 
Section 4.  Du traitement en cas de congé pour prestations réduites justifiées par des raisons 
sociales ou familiales et d’absence pour convenance personnelle. .............................................. 9 
Article 19.............................................................................................................................. 9 
Article 20.............................................................................................................................. 9 
Section 5.  Dispositions particulières ....................................................................................... 10 
Article 21............................................................................................................................ 10 
Article 22............................................................................................................................ 10 
Chapitre II. Dispositions transitoires ......................................................................................... 11 
Article 23............................................................................................................................ 11 
Article 24............................................................................................................................ 12 
Article 25............................................................................................................................ 12 
Chapitre III. Dispositions finales ................................................................................................ 12 
Article 26............................................................................................................................ 12 
 

Statut pécuniaire des agents provinciaux 
- 2 - 
Statut pécuniaire des agents provinciaux 
 
Article 1er. 
Le  présent  statut  pécuniaire  est    applicable  aux  membres  du  personnel  provincial  à 
l'exception des membres du personnel enseignant, auxiliaire d'éducation et du personnel 
technique des Centres P.M.S. 
Article 2. 
Pour l'application du présent statut, on entend par :  
I.  Service  de  la  Communauté  Européenne  :  tout  service  de  droit  international  dont  est 
membre l'Etat fédéral, une Communauté ou une Région ; 
II.  Service de l'Etat : tout service relevant du pouvoir législatif, du pouvoir exécutif ou du 
pouvoir judiciaire et non constitué en personne juridique distincte ; 
III.  Service  des  Communautés  ou  des  Régions  :  tout  service  relevant  des  conseils  ou  des 
gouvernements  des  Communautés  ou  des  Régions,  non  constitué  en  personne 
juridique distincte ; 
IV.  Service  de  la  Commission  communautaire  commune  :  tout  service  relevant  de 
l'Assemblée réunie ou du Collège réuni, non constitué en personne juridique distincte ; 
V.  Service  d'Afrique  :  tout  service  qui  relevait  du  gouvernement  du  Congo  belge  ou  du 
gouvernement  du  Ruanda-Urundi  et  qui  n'était  pas  constitué  en  personne  juridique 
distincte ; 
VI.  Services publics autres que les services de l'Etat, des Communautés ou des Régions ou 
de la Commission communautaire commune et les services d'Afrique : 
  Tout service relevant de l'Etat fédéral ou des gouvernements des Communautés 
ou des Régions et constitué en personne juridique distincte ; 
  tout  service  relevant  du  Collège  réuni  de  la  Commission  communautaire 
commune et constitué en personne juridique distincte ; 
  tout service qui relevait du gouvernement du Congo belge ou du gouvernement 
du Ruanda-Urundi et était constitué en personne juridique distincte ; 
  tout  service  relevant  d'une  des  commissions  communautaires  de  la  Région  de 
Bruxelles-Capitale ; 
  tout  service  relevant  d'une  province,  d'une  commune,  d'une  association  de 
communes,  d'une  agglomération  ou  ayant  relevé  d'une  fédération  de 
communes, ainsi que tout service relevant d'un établissement subordonné à une 
province ou à une commune ; 
  toute autre institution de droit belge, qui répond à des besoins collectifs d'intérêt 
général  ou  local  et  dans  la  création  ou  la  direction  particulière  de  laquelle  se 
constate  la  prépondérance  de  l'autorité  publique,  ainsi  que  toute  autre 
institution de droit colonial qui répondait aux mêmes conditions. 
Dernière mise à jour le 16/10/2012 
Service de Gestion des Ressources Humaines 

Statut pécuniaire des agents provinciaux 
- 3 - 
VII.  Secteur privé subventionnable : les hôpitaux, maison d'éducation, de repos, d'accueil et 
de soins. 
VIII.  Militaire de carrière : 
  les officiers de carrière, les officiers de complément, les officiers auxiliaires et les 
officiers courts terme; 
  les  officiers  de  réserve  accomplissant  des  prestations  volontaires  à  l'exclusion 
des prestations d'entraînement; 
  les  sous-officiers  de  carrière,  les  sous-officiers  de  complément  et  les  sous-
officiers courts terme; 
  les  militaires  au-dessous  du  rang  d'officier  qui  servent  à  la  faveur  d'un 
engagement  ou  rengagement  y  compris  les  volontaires  de  carrière  et  les 
volontaires de complément ; 
  les  aumôniers  des  cadres  actifs  et  des  aumôniers  de  réserve  maintenus  en 
service  en  temps  de  paix  pour  constituer  le  cadre  temporaire  du  service  de 
l'aumônerie. 
  les conseillers moraux auprès des forces armées, relevant de la communauté non 
confessionnelle de Belgique ; 
  les aumôniers et les aumôniers de réserve auprès de la gendarmerie ; 
  les conseillers moraux auprès de la gendarmerie relevant de la communauté non 
confessionnelle de Belgique ; 
IX.  Service effectif : tout service accompli par l'agent tant qu'il se trouve dans une position 
administrative qui lui vaut, de par son statut, son traitement d'activité ou, à défaut, le 
maintien de ses titres à l'avancement de traitement. 
X.  Fonction accessoire : toute fonction comportant des prestations incomplètes, exercée en 
cumul  avec  une  fonction  principale  d'une  administration    publique  requérant  des 
prestations complètes. 
XI.  Prestations complètes : les prestations de travail dont l'horaire est tel qu'elles absorbent 
totalement une activité professionnelle normale; 
XII.  Ancienneté d'échelle à retenir pour l'évolution de carrière : en distinguant chaque stade 
de  l’évolution,  la  durée  couverte  par  les  services  effectifs  accomplis  dans  la  fonction 
considérée  ou  dans  une  fonction  analogue  dans  le  secteur  public  ou  dans  le  secteur 
privé subventionnable (hôpitaux, maisons d’éducation, de repos, d’accueil et de soins). 
                                                                                                
 
Dernière mise à jour le 16/10/2012 
Service de Gestion des Ressources Humaines 

Statut pécuniaire des agents provinciaux 
- 4 - 
Pour les agents en fonction au 30 juin 1994, l’ancienneté pécuniaire acquise lors de la 
mise en place du présent statut entre en ligne de compte pour l’évolution de carrière.  
L’application de cette dispositions est maintenue durant toute la carrière, même après 
promotion.    Il  sera  alors  tenu  compte  de  l’ancienneté  pécuniaire,  déduction  faite  du 
nombre  d’années  déjà  utilisées  lors  des  évolutions  de  carrière  précédentes 
éventuellement réduit en fonction des formations agréées par le gouvernement wallon 
requises pour l’évolution de la carrière, pour autant que celles-ci aient été suivies avant 
ou  pendant  la  période  ouvrant  droit  à  l’évolution  de  carrière  se  rapportant  à  ces 
formations. 
XIII.  Rétribution  :  le  traitement  augmenté  éventuellement  de  l'allocation  de  foyer  ou  de 
résidence,  ainsi  que  de  toute  autre  allocation  ou  avantage  forfaitaire  accordés  chaque 
mois, à l'exception : 
  des allocations familiales et de leurs suppléments mensuels; 
  des indemnités et allocations qui couvrent des charges réelles; 
  de l'allocation accordée pour exercice de fonctions supérieures; 
  de l'allocation pour prestations à titre exceptionnel; 
  de l'allocation pour diplôme; 
  de l'indemnité de promotion sociale; 
  de l'allocation de programmation; 
  du pécule de vacances; 
  des allocations pour prestations dominicales et/ou nocturnes; 
  de l'allocation de Cabinet. 
 
Chapitre I. Régime organique 
 
Section 1.  Des échelles de traitements 
A. Dispositions générales 
 
Article 3. 
Les  agents  visés  à  l'article  1er  sont  rétribués  sur  base  d'une  échelle  de  traitements 
comportant : 
  un traitement minimum; 
  des  traitements,  dénommés  "échelons",  résultant  des  augmentations 
périodiques; 
  un traitement maximum. 
 
Dernière mise à jour le 16/10/2012 
Service de Gestion des Ressources Humaines 

Statut pécuniaire des agents provinciaux 
- 5 - 
Article 4. 
§ 1er.  Chaque échelle de traitements est désignée comme suit : 
  d'abord,  par  lettre  A,  B,  C,  D  ou  E  (Cf.  §  2)  suivie,  d'un  nombre  et 
éventuellement de la mention sp. 
  ensuite par le minimum et le maximum; 
  enfin, par le nombre et le montant des augmentations périodiques. 
§  2.1.    La  lettre  visée  au  §  1er  indique  le  groupe  d'emplois  auquel  le  grade  de  l'agent 
appartient, selon la nomenclature suivante : 
  emplois  qui  requièrent  lors  du  recrutement,  un  diplôme  de  l'enseignement 
universitaire  ou  un  diplôme  équivalent  ainsi  que  les  emplois  accessibles  par 
promotion comportant un niveau de responsabilités équivalent ou supérieur. 
  emplois  spécifiques  qui  requièrent  lors  du  recrutement  un  diplôme  déterminé 
de l'enseignement supérieur de type court (graduat); 
  emplois qui comportent des responsabilités hiérarchiques dans le chef de leurs 
titulaires respectifs; 
  emplois  qui  requièrent  ,  lors  du  recrutement,  certaines  conditions  ou  une 
spécificité propre; 
  emplois  qui  généralement  ne  requiert  pas  lors  du  recrutement  des  conditions 
particulières. 
§  2.2.    Le  nombre  et  l'éventuelle  mention  "sp"  distinguent  les  emplois  dans  leur  groupe 
respectif. 
Article 5. 
Les  échelles  de  traitements  régies  par  le  présent  statut  sont  fixées  et  attribuées  comme 
indiqué aux tableaux repris en annexe ou font l'objet de résolutions distinctes. 
 
Section 2.  De la fixation du traitement 
A. Dispositions générales 
 
Article 6. 
Sans  préjudice  de  dispositions  réglementaires  contraires,  le  traitement  de  tout  agent  est 
fixé dans l'échelle ou dans l'une des échelles de son grade. 
Pour  les  grades  auxquels  est  liée  une  évolution  de  carrière,  l'attribution  de  barème 
supérieur est subordonnée aux conditions ci-après : 
  avoir obtenu, lors de la dernière évaluation, au moins la mention satisfaisante ; 
  compter  l'ancienneté  d'échelle  telle  qu'indiquée  au  tableau  annexé  au  présent 
statut ; 
Dernière mise à jour le 16/10/2012 
Service de Gestion des Ressources Humaines 

Statut pécuniaire des agents provinciaux 
- 6 - 
  avoir acquis s'il échet une formation préalablement agréée par le Conseil de la 
formation. 
Article 7 
A chaque modification du statut pécuniaire d'un grade, tout traitement établi compte tenu 
de ce grade, est à nouveau fixé comme si le nouveau statut pécuniaire avait existé de tout 
temps. 
Si  le  traitement  ainsi  fixé  est  inférieur  à  celui  dont  l'agent  bénéficiait  dans  son  grade  à 
l'entrée en vigueur de l'arrêté modificatif, le traitement le plus élevé lui est maintenu dans 
ce grade jusqu'à ce qu'il obtienne un traitement au moins égal. 
Article 8. 
Le  traitement  de  l'agent  est  fixé  en  tenant  compte  des  services  admissibles,  selon  les 
dispositions des articles 9 et suivants. 
 
B. Des services admissibles  
 
Article 9. 
§  1.  Sauf  disposition  contraire,  est  seule  admissible  pour  l'octroi  des  augmentations 
intercalaires  l'ancienneté  d'échelle  couverte  par  les  services  effectifs  que  l'agent  a 
accomplis, en faisant partie : 
•  des  services  de  la    Communauté  Européenne  ,  de  l'Etat,  des  Communautés  et  des 
Régions  de  la  Commission  Communautaire  commune,  d'Afrique,  ou  encore  d'autres 
services  publics,  soit  comme  militaire  de  carrière,  soit  comme  titulaire  civil  ou 
ecclésiastique d'une fonction rémunérée comportant soit des prestations complètes, soit 
des prestations incomplètes. 
•  des  établissements  d'enseignement  libre  subventionnés,  comme  titulaire  civil  ou 
ecclésiastique  d'une  fonction  à  prestations  complètes  ou  incomplètes  rémunérées  par 
une subvention-traitement. 
•  des  offices  d'orientation  scolaire  et  professionnelle  et  des  centres  psycho-
médicosociaux  libres  subventionnés,  comme  titulaire  civil  ou  ecclésiastique  d'une 
fonction à prestations complètes rémunérée par une subvention-traitement. 
•  des  établissements  d'enseignement  de  l'Etat  ou  des  Communautés,  comme  titulaire 
civil  ou  ecclésiastique  d'une  fonction  rémunérée  comportant  soit  des  prestations 
complètes, soit des prestations incomplètes. 
Sont  assimilés  aux  services  prestés  à  la  Province,  les  services  accomplis  dans  les 
dispensaires de la section namuroise de la Ligue Nationale Belge contre la Tuberculose par 
l'agent  qui,  faisant  partie  du  personnel  de  ces  dispensaires,  a  acquis  la  qualité  d'agent 
provincial  temporaire  au  1er  janvier  1959,  date  de  la  reprise  desdits  dispensaires  par  la 
Province. 
Dernière mise à jour le 16/10/2012 
Service de Gestion des Ressources Humaines 

Statut pécuniaire des agents provinciaux 
- 7 - 
Sont  aussi  assimilés  aux  services  prestés  à  la  Province,  les  services  accomplis  par  les 
personnes  engagées  sous  régime  contractuel  dans  les  ASBL  créées  à  l’initiative  de  la 
Province  pour  la  réalisation  d’objectifs  sociaux  et  culturels  et  dont  les  missions  ont  été 
reprises  par  elle,  à  partir  du  1er  janvier  1981,  par  résolution  du  Conseil  provincial  du  9 
octobre 1980. 
Sauf  en  ce  qui  concerne  les  services  accomplis  à  la  Province  de  NAMUR,  les  services 
antérieurs  dans  une  fonction  relevant  de  la  catégorie  du  personnel  non  enseignant 
accomplis  dans  une  fonction  à  prestations  incomplètes  admissibles  conformément  au 
présent  paragraphe  sont  pris  en  considération  à  raison  du  nombre  d'années  qu'ils 
représenteraient  s'ils  avaient  été  accomplis  dans  une  fonction  à  prestations  complètes, 
multiplié par une fraction dont le numérateur est le nombre réel de prestations de travail 
hebdomadaire et dont le dénominateur est le nombre minimum de prestations de travail 
hebdomadaires correspondant à des prestations de travail complètes. 
§  2.  Sont  également  admissibles  à  concurrence  de  six  années  au  maximum,  les  services 
rémunérés et à prestations complètes accomplis soit dans le secteur privé, soit en tant que 
chômeur  mis  au  travail,  soit  comme  stagiaire  ONEM  par  l'agent  exerçant  une  fonction  à 
prestations  complètes  ou  à  prestations  incomplètes  à  condition  qu'il  soit  établi  que  ces 
services antérieurs ont un rapport direct avec la fonction provinciale à exercer. 
Toutefois,  dans  le  cas  où  ces  services  constituent  la  condition  à  laquelle  l'agent  a  dû 
satisfaire  lors  de  son  recrutement,  seules  les  années  excédant  celles  que  prévoient  ces 
conditions sont intégralement valorisables dans la limite de six années au maximum. 
La  période  couverte  par  les  services  admissibles  prévus  au  présent  paragraphe,  ne  peut 
être prise en considération pour établir l'ancienneté d'échelle requise pour l'évolution de la 
carrière de l'agent. 
§  3.  Le  régime  de  valorisation  de  services  prestés  dans  le  secteur  privé,  applicable  à  la 
veille de la date d'entrée en vigueur du présent statut, est maintenu en faveur des agents 
en fonction à cette date s'il leur est plus favorable. 
Article 10. 
Pour toute période durant laquelle l'agent a conservé ou perdu ses titres à l'avancement de 
traitement dans un grade, les services qu'il aurait prestés  à un autre titre n'entrent pas en 
ligne  de  compte  pour  la  fixation  de  son  traitement  dans  ce  grade  ni  dans  tout  grade 
ultérieur qui s'y rattache en raison de l'enchaînement statutaire des qualités successives de 
l'agent. 
Article 11. 
Les services admissibles se comptent par mois du calendrier; ceux qui ne couvrent pas le 
mois entier sont négligés. 
Toutefois,  la  durée  des  services  admissibles  que  l'agent  a  prestés  dans  une  fonction  de 
l'enseignement, est fixée conformément aux dispositions particulières prévues par le statut 
pécuniaire du personnel provincial enseignant. 
Dernière mise à jour le 16/10/2012 
Service de Gestion des Ressources Humaines 

Statut pécuniaire des agents provinciaux 
- 8 - 
Article 12. 
Sans  préjudice  du  2e  alinéa  de  l'article  11,  la  durée  des  services  admissibles  que  compte 
l'agent ne peut jamais dépasser la durée réelle des périodes que couvrent ces services. 
Une  même  période  ne  peut  jamais  être  couverte  par  des  services  admissibles  de  nature 
différente. 
Article 13. 
§ 1. L'importance des services admissibles en vertu de l'article 9, est déterminée, mois par 
mois, par le grade dont l'agent était titulaire ou dans lequel, par un effet rétroactif formel 
de sa nomination à ce grade, il avait déjà pris rang pour l'avancement de traitement. 
Il ne peut cependant être tenu compte du grade dont l'agent était provisoirement revêtu 
du chef de l'exercice d'une fonction supérieure, sans préjudice de l'article 7 de la résolution 
du  Conseil  provincial  du  16  octobre  1962,  telle  qu'elle  a  été  modifiée,  relative  à  l'octroi 
d'une  allocation  pour  exercice  de  fonctions  supérieures  aux  agents  provinciaux  et 
communaux. 
§  2.  Pour  la  détermination  de  l'importance  des  services  admissibles,  tout  changement  de 
grade ou d'emploi qui se produit à une date autre que le premier jour du mois, est reporté 
au premier du mois suivant. 
Article 14. 
L'agent  bénéficie  à  tout  moment  du  traitement  correspondant  à  son  ancienneté  d'échelle 
celle-ci étant formée de la totalité des services admissibles qu'il peut faire valoir. 
Article 15. 
Pour la détermination du traitement conformément à l'article précédent, est seule retenue 
l'ancienneté acquise au moment où  l'agent compte le plus grand  nombre entier d'années 
correspondant à un échelon de son échelle. 
Article 16. 
Sauf disposition contraire, la rétribution horaire est égale à 1/1976e du traitement annuel. 
Article 17.  
Les rétributions fixées conformément aux présent statut, sont rattachées à l'indice 138,01 et 
s'adaptent conformément aux dispositions légales et réglementaires organisant un régime 
de liaison à l'indice des prix à la consommation du Royaume de certaines dépenses dans le 
secteur public. 
 
Section 3.  Du paiement du traitement 
 
Article 18. 
§ 1. Le traitement de l'agent définitif ou stagiaire est payé mensuellement, par anticipation. 
Le  traitement  des  agents  définitifs  subventionnés  des  établissements  provinciaux 
d'enseignement subventionnés sont payés mensuellement à terme échu. 
Le traitement de l'agent temporaire , intérimaire ou contractuel est payé mensuellement, à 
terme échu. 
Dernière mise à jour le 16/10/2012 
Service de Gestion des Ressources Humaines 

Statut pécuniaire des agents provinciaux 
- 9 - 
§ 2. Le traitement du mois est égal au douzième du traitement annuel. Il prend cours à la 
date de l'entrée en fonctions ; si celle-ci a lieu au cours d'un mois, l'agent obtient, pour ce 
mois, autant de trentièmes du traitement mensuel qu'il reste de jours à courir à partir de 
celui de l'entrée en fonction inclusivement. 
 
§ 3. Lorsque l'agent définitif ou stagiaire décède ou est mis à la retraite, le traitement du 
mois en cours n'est pas sujet à répétition. 
§ 4. Lorsque le traitement du mois n'est pas dû entièrement, il est fractionné en trentièmes. 
Le nombre de trentièmes dus est égal : 
•  au nombre réel de journées payables, si ce nombre est égal ou inférieur à quinze; 
•  à la différence entre trente et le nombre réel de journées non payables, si le nombre de 
journées payables est supérieur à quinze. 
§ 5. Lorsque le mois comprend deux périodes que différencie le montant ou l'imputation 
budgétaire du traitement, le nombre total de trentièmes dus pour le mois est fixé suivant le 
§ 4. Il est toujours égal à trente si le mois est entièrement payable. 
Le nombre de trentièmes dus pour la première période est fixé suivant le paragraphe 4. Le 
nombre de trentièmes dus pour la seconde période est égal à la différence entre le nombre 
total  des  trentièmes  dus  pour  le  mois  et  le  nombre  des  trentièmes  dus  pour  la  première 
période. 
 
Section 4.  Du traitement en cas de congé pour prestations réduites justifiées 
par des raisons sociales ou familiales et d’absence pour convenance 
personnelle. 
 
Article 19.  
Pour la durée de la période des prestations réduites, du chef d'absence pour convenance 
personnelle,  les  augmentations  intercalaires  sont  accordées  comme  s'il  s'agissait  de 
services à prestations complètes; à l'expiration des prestations réduites, ces augmentations 
intercalaires restent acquises. 
Article 20.  
Par dérogation à l'article 18 § 2. 1ère phrase et §§ 4 et 5 : 
•  Le traitement mensuel ou la fraction de ce traitement dû en cas de prestations réduites 
du chef d'un congé justifié par des raisons sociales ou familiales, est égal au traitement 
mensuel afférent à des prestations complètes, multiplié par la fraction qui correspond à 
la proportion des prestations effectivement exercées. 
•  La  fraction  du  traitement  mensuel  dû  pour  prestations  réduites  du  chef  d'absences 
pour convenance personnelle est fixée au prorata du traitement relatif à des prestations 
complètes. 
Dernière mise à jour le 16/10/2012 
Service de Gestion des Ressources Humaines 

Statut pécuniaire des agents provinciaux 
- 10 - 
Section 5.  Dispositions particulières 
 
Article 21. 
Lorsqu'il est exigé lors du recrutement, le diplôme d'infirmier(e) gradué(e) social(e) donne 
lieu  à  l'octroi  d'une  bonification  de  traitement  dont  le  montant  est  égal  à  la valeur  des  2 
premières  augmentations  de  l'échelle  de  traitements  afférente  au  grade  d'infirmier(e) 
gradué(e). 
Cette  mesure  ne  peut  avoir  pour  effet  de  porter  le  traitement  au-delà  du  maximum  de 
l'échelle; le cas échéant, la bonification est réduite à due concurrence. 
Article 22. 
Il est interdit aux médecins spécialistes provinciaux à prestations complètes d'exercer tout 
cumul  médical  étranger  aux  activités  qui  leur  sont  confiées  dans  le  cadre  des  services 
provinciaux.  Toutefois,  il  est  toléré  que  les  intéressés  prêtent  leur  concours  aux 
consultations organisées par l'O.N.E.. 
En  compensation  de  cette  interdiction,  les  intéressés,  temporaires,  stagiaires  ou  définitifs 
obtiennent une bonification d’ancienneté pécuniaire de 6 années. 
La  Députation  permanente  pourra,  dans  certains  cas,  lever  l'interdiction  précitée  par 
délibération motivée. Le bénéficiaire d'une  autorisation de cumul perdra ainsi l'avantage 
de  l'octroi  de  la  bonification  barémique  précitée  de  6  années  et  ne  pourra  en  outre  se 
prévaloir du bénéfice des dispositions de l'article 7 du présent statut. 
 
Section 6. 
Mesures d’aménagement de fin de carrière (CP 20/06/08 – AM 22/08/08 – E 
01/09/08)  
 
Article 23. 
Une indemnité est octroyée à l’agent qui, ayant atteint l’âge de 55 ans, s’engage de manière 
irréversible à prendre un congé pour réduction de sa carrière (1/2, 1/3, ¼ ou 1/5) en 
application des dispositions contenues à l’article 66 du règlement particulier des congés et 
dispenses annexé au statut organique des agents provinciaux. 
Le choix opéré est irréversible en ce sens que la partie de l’horaire abandonnée ne pourrait 
être ultérieurement récupérée. 
Dernière mise à jour le 16/10/2012 
Service de Gestion des Ressources Humaines 

Statut pécuniaire des agents provinciaux 
- 11 - 
Article 24. 
Pour le titulaire d’une fonction à prestations complètes, le montant de cette indemnité est 
fixé à 89,27 € par mois en cas de congé pour réduction de la carrière à mi-temps. 
Il est réduit au prorata pour le titulaire d’une fonction à prestations incomplètes et en cas 
d’application des autres fractions de temps de travail. 
Il s’agit d’un montant rattaché à l’indice 138,01 qui s’adapte conformément aux 
dispositions légales et réglementaires organisant un régime de liaison à l’indice des pris à 
la consommation du Royaume de certaines dépenses dans le secteur public. 
Article 25. 
Outre l’octroi de cette indemnité, l’agent bénéficie, à titre gratuit, de la validation, pour le 
calcul de sa pension de retraite, de la période couverte par le congé pour réduction de la 
carrière dans la limite des dispositions contenues dans l’Arrêté royal n° 442 du 14 août 
1986 relatif à l’incidence de certaines positions administratives sur les pensions des agents 
des services publics. 
Le montant de l’intervention provinciale qui sera versé au fonds des pensions est égal à 7,5 
% du montant de la différence entre le montant du traitement mensuel brut dont aurait 
bénéficié l’agent concerné s’il était resté en service et le montant du traitement servi à 
l’agent en raison du congé pour réduction de sa carrière. 
Article 26. 
Les mêmes avantages que ceux énoncés aux articles 23 à 25 sont octroyés à l’agent qui, 
ayant atteint l’âge de 55 ans, bénéficie, à la date d’entrée en vigueur des dispositions de la 
présente section, d’un congé pour réduction de sa carrière, pour autant qu’il s’engage de 
manière irréversible à poursuivre le congé en cours. 
Article 27. 
Le bénéfice des avantages visés aux articles 23à 26 est réservé aux agents qui ne sont pas 
dans les conditions pour prétendre à l’octroi d’une pension de retraite à charge des fonds 
provinciaux. 
Article 28. 
Sont exclus de l’application des dispositions de la présente section les membres de la 
Direction Générale et les fonctionnaires à qui le Conseil provincial ou le Collège provincial 
a confié l’entière responsabilité d’un service sous la dépendance d’un membre de la 
Direction Générale. 
 
Chapitre II. Dispositions transitoires 
 
Article 23. 
Pour les agents en fonction à la veille de la date d'entrée en vigueur du présent statut, sont 
pris en considération pour déterminer l'ancienneté d'échelle nécessaire pour l'évolution de 
carrière, les services effectifs accomplis par l'agent à cette date dans la fonction considérée 
et/ou  dans  une  fonction  analogue  dans  le  secteur  public  ou  dans  le  secteur  privé 
subventionnable. 
Cette ancienneté est répartie à chaque stade de l'évolution de carrière au prorata de celle(s) 
qui est (sont) requise(s) successivement pour l'attribution des différents barèmes. 
 
Dernière mise à jour le 16/10/2012 
Service de Gestion des Ressources Humaines 

Statut pécuniaire des agents provinciaux 
- 12 - 
Article 24. 
En ce qui concerne les agents visés à l’article 29, qui sont titulaires d’un grade auquel est 
attaché  un  barème  qui,  conformément  au  tableau  d’intégration  annexé  à  la  présente 
résolution  entraîne,  à  la  date  d’entrée  en  vigueur  du  présent  statut,  l’attribution  d’une 
échelle  de  traitement  différente  de  celle(s)  attachée(s)  en  régime  organique  au  nouveau 
grade de l’agent, leur est garanti le bénéfice de cette échelle de traitement aussi longtemps 
qu’elle leur procure une rémunération supérieure à celle qui serait la leur, établie sur base 
des échelles de traitements prévues en régime organique. 
Article 25. 
Pour  les  agents  en  fonction  à  la  veille  de  l’entrée  en  vigueur  du  présent  statut,  dans  le 
cadre  de  l’application  de  l’article  5  ci-avant,  la  possession  d’un  titre  d’études  du  niveau 
immédiatement supérieur à celui requis pour l’accès au grade de l’agent et qui, de l’avis 
de la Députation permanente est directement en rapport avec la fonction, tient lieu de la 
formation exigée pour la première évolution de carrière ; 
Tient  également  lieu  de  cette  formation,  dans  le  chef  des  agents  visés  à  l’alinéa  1er  ,  la 
réussite  d’un  examen  de  promotion  (avancement  de  grade  ou  accession  au  niveau 
supérieur)  pour  autant  qu’il  s’agisse  d’un  grade  de  promotion  appartenant  à  la  même 
catégorie de personnel. 
Ces  assimilations  ne  peuvent  avoir  pour  effet  de  procurer  à  l’agent  une  rémunération 
inférieure à celle qui serait la sienne en dehors de l’application des dispositions du présent 
article. 
 
Chapitre III. Dispositions finales 
 
Article 26. 
Le  présent  statut  entre  en  vigueur  à  partir  du  1  janvier  1996,  dans  les  limites  de  la 
résolution de ce jour relative à la révision générale des barèmes. 
 
Dernière mise à jour le 16/10/2012 
Service de Gestion des Ressources Humaines