Ceci est une version HTML d'une pièce jointe à la demande d'accès à l'information 'Statut du personnel de la Ville de Verviers'.

 
 
TABLE DES MATIERES 
 
Première partie 
 
 
CHAPITRE I.- 
 
Des agents communaux 
page 5 
 
 
 
De la durée des prestations de travail 
page 5 
 
CHAPITRE II.-   
Des droits et des devoirs 
page 6 
 
CHAPITRE III.-   
Du mode d'attribution des emplois 
page 7 
 
 
 
Des conditions générales de recrutement 
page 7 
 
 
 
Octroi d’un emploi de recrutement par mobilité 
page 8 
 
 
 
Du recrutement 
page 8 
 
 
 
De l'organisation des examens 
page 11 
 
 
 
Des réserves de recrutement 
page 11 
 
 
 
De l'admission 
page 12 
 
 
 
Du stage 
page 12 
 
 
 
Du recrutement des handicapés 
page 13 
 
CHAPITRE IV.-   
De la carrière des agents 
page 13 
 
 
 
 
- Section 1.- De l'évaluation 
page 14 
 
 
 
- Section 2.- De l’inaptitude professionnel e 
page 23 
 
 
 
- Section 3.- De la formation 
page 24 
 
 
 
- Section 4.- De l'évolution de carrière 
page 24 
 
 
 
 
- Section 5.- De la promotion 
page 24 
 
 
 
 
 
Dispositions générales 
page 24 
 
 
 
 
De l'organisation des examens de promotion 
page 25 
 
 
 
 
Des conditions générales de promotion 
page 25 
 
 
CHAPITRE V.-   
Niveaux des emplois, grades et fonctions 
page 26 
 
CHAPITRE VI.-   
Du régime de mobilité 
page 27 
 
CHAPITRE VII.-   
Aptitudes physiques 
page 28 
 
CHAPITRE VIII.- 
De la cessation définitive des fonctions 
page 29 
 
CHAPITRE IX.-   
Du régime de la disponibilité et des congés 
page 29 
 
CHAPITRE X.-   
Des distinctions honorifiques 
page 29 
 
CHAPITRE XI.-   
Du régime des pensions 
page 30 
 
CHAPITRE XII.-   
Du régime disciplinaire 
page 30 
 
CHAPITRE XIII.- 
Du statut syndical 
page 30 
 
CHAPITRE XIV.- 
Bien-être au travail 
page 30 
 

 

CHAPITRE XV.-  
Dispositions transitoires 
page 31 
 
Deuxième partie 
 
CHAPITRE XVI.- 
De la disponibilité 
page 32 
 
 
 
Section 1.- Dispositions générales 
page 33 
 
 
 
Section 2.- Dispositions particulières 
page 33 
 
 
 
1.  Disponibilité pour maladie ou infirmité 
page 34 
 
 
 
2.  Disponibilité par défaut d'emploi 
page 34 
 
 
 
3.  Disponibilité par retrait d'emploi dans 
page 34 
 
 
 
 
L’intérêt du service 
 
 
 
4.  Disponibilité pour convenance personnelle 
page 35 
 
 
 
5.    Disponibilité en cas de mise à disposition 
page 35 
Troisième partie 
 
CHAPITRE XVII-  
Du régime des congés 
page 36 
 
 
 
 
Section  1.- Dispositions générales 
page 36 
 
 
 
 
Section  2.- Congés annuels de vacances 
page 37 
 
 
 
 
Section  3.- Congés de circonstance et de  
page 39 
 
 
 
convenance personnelle - Dispenses de service 
 
 
 
 
Section  4.- Congé prénatal 
page 42 
 
 
 
 
Section  5.- Congé de maternité 
page 42 
 
 
 
 
Section  6.- Congé de paternité 
page 43 
 
 
 
 
Section  7.- Congé parental 
page 44 
 
 
 
 
Section  8.- Des congés d'accueil en vue de 
page 44 
 
 
 
l'adoption ou de la tutelle officieuse 
 
 
 
 
Section 9.- Congé pour soin d’accueil 
page 45 
 
 
 
 
Section 10.- Congé pour accompagnement 
page 45 
 
 
 
et assistance de handicapés 
 
 
 
 
Section 11- Congés pour maladie ou infirmité 
page 45 
 
 
 
 
Section 12.- Congés pour prestations réduites 
page 48 
 
 
 
en cas de maladie ou d'infirmité 
 
 
 
 
Section 13.- Congés pour prestations réduites 
page 50 
 
 
 
justifiées par des raisons sociales ou familiales 

 

 
 
 
 
Section 14.- Des prestations réduites pour 
page 52 
 
 
 
convenance personnelle 
 
 
 
 
Section 15.- Congé de prophylaxie 
page 53 
 
 
 
 
Section 16.- Absences de longue durée 
page 54 
 
 
 
justifiées par des raisons familiales 
 
 
 
 
Section 17.- Congés pour l’exercice d’une 
page 54 
 
 
 
fonction de cabinet ou d’une activité auprès d’un groupe 
 
 
 
reconnu de l’une des assemblées législatives ou auprès 
 
 
 
de son président 
 
 
 
 
Section 18.- Congés compensatoires 
page 55 
 
 
 
 
Section 19.- Formation du personnel 
page 55 
 
 
 
A. Formation permettant l’évolution de carrière 
page 55 
 
 
 
 
ou la promotion 
 
 
 
1. Dispense de service 
page 55 
 
 
 
2. Congé de formation 
page 56 
 
 
 
 
B. Autres formations 
page 56 
 
 
 
 
Section 20.- Congés de promotion sociale 
page 57 
 
 
 
 
Section 21- Congés dus à l'accomplissement 
page 57 
 
 
 
d’obligations militaires 
 
 
 
 
Section 22.- Interruption et réduction de carrière 
page 58 
 
 
 
 
Section 23.- Travail à mi-temps à partir de 55 ans 
page 58 
 
 
 
 
Section 24.- Semaine de quatre jours 
page 59 
 
 
 
 
Section 25- Congé pour mission d’intérêt général 
page 61 
 
 
 
 
Section 26.- Dispositions particulières 
page 61 
 
CHAPITRE XVIII.- 
Mise en vigueur 
page 62 
 

 

Première partie 
 
 
CHAPITRE I.- 
 
 
Des agents communaux 
 
 
 
Article  1er.-  Le  présent  statut  (première  partie)  s'applique  aux  membres  du  personnel 
communal, à l'exception des membres du personnel enseignant. 
 
L'effectif  du  personnel  comprend  des  agents  temporaires,  contractuels,  contractuels  subventionnés,  à 
l'essai et définitifs. 
 
Néanmoins,  il  ne  s'applique  au  Directeur  général,  au  Directeur  financier  et  aux  membres  du  service 
d'Incendie que dans les matières qui ne sont pas réglées par d'autres dispositions légales. 
 
Les agents temporaires sont engagés dans les emplois du cadre temporaire ou dans les cas prévus par 
la loi. 
 
Ils sont soumis aux dispositions de la loi du 3 juillet 1978 relative aux contrats de travail, sans préjudice 
des dispositions particulières plus favorables qui leur seraient rendues applicables par les règlements 
du Conseil communal. 
 
 
Les  agents  temporaires  et  contractuels  doivent  répondre  aux  conditions  d'admissibilité,  notamment  de 
diplômes  et  certificats  d'études,  brevets  ou  licences,  prévues  pour  les  candidats  aux  emplois  définitifs 
correspondant aux fonctions temporaires qu'ils postulent. 
 
A  défaut  de  réserve  de  recrutement,  l'engagement  d'un  agent  temporaire,  pour  suppléer  un  agent 
temporairement incapable de travailler, n'est pas subordonné à la réussite de l'examen ou du concours 
prévu. 
 
La  nomination  des  agents  définitifs  est  précédée  d'une  période  de  stage  conformément  à  ce  que 
prévoit le présent règlement. 
 
Les  agents  à  l'essai  et  définitifs  sont  nommés  par  le  Conseil  communal,  sauf  délégation  au  Collège 
communal, en application de l'article 1213-1 du Code la Démocratie locale et de la Décentralisation. 
 
Les  agents  nommés  à  titre  définitif,  à  l'exception  de  ceux  considérés  comme  ouvriers  au  sens  de  la 
Sécurité sociale, prêtent, entre les mains du Bourgmestre, le serment prévu par l'article 2 du décret du 20 
juillet 1831, de même que les agents contractuels dont les missions spécifiques le requièrent. 
 
 
De la durée des prestations de travail 
 
 
 
Article  2.-  Les  agents  communaux  à  temps  plein  sont  astreints  à  effectuer  le  régime  de 
prestations arrêté par le Conseil communal.  
 
 
Le  Collège  communal  fixera  à  concurrence  de  la  durée  susdite,  les  horaires  de  prestations  de  chaque 
service, compte tenu des nécessités auxquelles ils répondent (gardes, permanences, etc.). 
 


CHAPITRE II.- 
 
 
Des droits et des devoirs 
 
 
 
Article  3.-  Les  agents  jouissent  de  la  liberté  d'expression  à  l'égard  des  faits  dont  ils  ont 
connaissance dans l'exercice de leurs fonctions. 
 
Il leur est interdit de révéler des faits qui ont trait à la sécurité nationale, à la protection de l'ordre public, 
aux  intérêts  financiers  de  l'autorité,  à  la  prévention  et  à  la  répression  des  faits  délictueux,  au  secret 
médical,  aux  droits  et  libertés  du  citoyen,  et  notamment  le  droit  au  respect  de  la  vie  privée;  ceci  vaut 
également pour les faits qui ont trait à la préparation de toutes les décisions. 
 
Cette interdiction ne s'applique pas au cas où la loi ou le décret prévoit expressément le droit du citoyen à 
la consultation ou à la communication d'un document administratif. 
 
Les dispositions des alinéas précédents s'appliquent également aux agents qui ont cessé leurs fonctions. 
 
 
 
Article 4.- Les agents ont droit à l'information pour tous les aspects utiles à l'exercice de leur 
tâche. 
 
Ils  ont  droit  à  la  formation  continue  pour  satisfaire  aux  conditions  de  l'évolution  de  carrière  et  de  la 
promotion. 
 
 
 
Article 5.- Tout agent a le droit de consulter son dossier personnel. 
 
 
 
Article 6. 
 
§ 1er.- Les agents remplissent leurs fonctions avec loyauté et intégrité sous l'autorité de leurs supérieurs 
hiérarchiques. 
 
A cet effet, ils doivent : 
1.- 
respecter les lois et règlements en vigueur ainsi que les directives de l'autorité dont ils relèvent; 
2.- 
formuler leurs avis et rédiger leurs rapports avec rigueur et exactitude; 
3.- 
exécuter les décisions avec diligence et conscience professionnelle; 
4.- 
se conformer aux normes de sécurité prescrites par l'autorité; 
5.- 
ne pas suspendre l'exercice de leurs fonctions sans autorisation préalable; 
 
6.- 
observer l'ordre hiérarchique pour toute demande de renseignements relative aux services, congés, 
réclamations, etc. L'agent n'a le droit de correspondre que par l'intermédiaire de son chef immédiat. 
Celui-ci est seul chargé de la transmission des ordres au personnel de son service. Dans le cas où 
un  agent  recevrait  directement  un  ordre  du  Bourgmestre  ou  d'un  Echevin,  il  devra  aussitôt  que 
possible  en  informer  son  supérieur  hiérarchique.  Le  supérieur  est  responsable  des  ordres  qu'il 
donne. 
 
 
§ 2.- Pendant l’exercice de leurs fonctions, les agents sont tenus de donner au public et à leurs col ègues 
une image correcte de leur personne, tant sur le plan de l’hygiène corporel e, de la décence de leur tenue 
vestimentaire que sur le plan de la correction de leur attitude et de leur propos. 
Les agents traitent les usagers de leurs services avec compréhension et sans aucune discrimination. Ils 
sont tenus à la plus stricte politesse, tant dans les rapports de service avec leurs supérieurs, collègues ou 
inférieurs, que dans leurs rapports avec le public. Ils doivent s'entraider dans la mesure où l'exige l'intérêt 
du service. 
 
 


 
 
Article  7.-  Les  agents  évitent,  en-dehors  de  l'exercice  de  leurs  fonctions,  tout  comportement 
qui pourrait ébranler la confiance du public dans l'Administration. 
 
 
 
 
Article  8.-  Les  agents  ne  peuvent  solliciter,  exiger  ou  recevoir,  directement  ou  par  personne 
interposée,  même  en-dehors  de  leurs  fonctions  mais  à  raison  de  celles-ci,  des  dons,  gratifications  ou 
avantages quelconques. 
 
 
 
 
Article  9.-  Les  agents  veillent  à  se  tenir  au  courant  de  l'évolution  des  techniques, 
réglementations et recherches dans les matières dont ils sont professionnellement chargés. 
 
 
 
 
Article  10.-  Les  membres  du  personnel  définitif  ne  peuvent,  directement  ou  par  personne 
interposée,  exercer  un  commerce  ou  remplir  un  autre  emploi  que  moyennant  l'accord  préalable  du 
Collège communal 
 
Cette  autorisation  est  refusée  ou  retirée  si  le  commerce  ou  l'emploi  est  jugé  incompatible  avec 
l'exercice de la fonction. 
 
 
 
 
Article  11.-  Tout  acte  de  violence  ou  de  harcèlement  sexuel  ou  de  harcèlement  moral  au 
travail est strictement interdit. 
A  ce  sujet  et  pour  la  procédure  de  traitement  des  plaintes,  se  référer  au  chapitre  spécifique  dans  le 
règlement de travail ainsi qu’à la loi sur le bien-être au travail. 
 
 
 
 
Article  12.-  Tout  agent  définitif  qui  contrevient  aux  dispositions  du  chapitre  II  pourra  être 
soumis, suivant l'exigence du cas, à l'une des peines disciplinaires prévues par le Code de la Démocratie 
locale et de la Décentralisation, sans préjudice de l'application des lois pénales. 
 
Il  sera  fait  application  des  dispositions  légales  relatives  aux  contrats  de  travail  pour  les  agents 
contractuels et temporaires qui contreviennent aux mêmes dispositions. 
 
 
CHAPITRE III
.- 
 
 
Du mode d'attribution des emplois 
 
 
 
 
Article 13.- Les emplois communaux sont attribués conformément aux conditions particulières 
de recrutement et de promotion arrêtées par le Conseil communal pour chaque fonction. 
 
Des conditions générales de recrutement 
 
 
 
   
Article 14.- Sauf dispositions particulières dérogatoires, nul ne peut être recruté s'il ne remplit 
les conditions suivantes : 
01.-     Pour les fonctions de Directeur financier et Directeur général, être belge de même que pour les 
fonctions  qui  comportent  une  participation  directe  ou  indirecte,  à  l'exercice  de  la  puissance 
publique  et  qui  ont  pour  objet  la  sauvegarde  des  intérêts  généraux  de  l'Etat  ou  des  autres 
collectivités publiques, (conditions devant être remplies cumulativement). 
02.-    Avoir  une  connaissance  de  la  langue  de  la  région  linguistique  jugée  suffisante  au  regard  de  la 
fonction à exercer. 
03.-    Etre de conduite et de moralité irréprochables. 
04.-  Jouir de ses droits civils et politiques. 
 


05.-    A  la  date  ultime  prévue  pour  le  dépôt  des  candidatures  être  porteur  du  certificat  ou  diplôme 
d'études,  brevet  ou  licence  belge  exigé  s'il  échet  dans  les  conditions  particulières  et  en  rapport 
avec  le  niveau  du  grade  à  conférer.  Le  cas  échéant,  fournir,  l‘arrêté  du  gouvernement  de  la 
Fédération Wal onie/Bruxel es attestant de l’équivalence du niveau d’études réalisés à l’étranger 
06.-    Avoir satisfait aux épreuves prévues, le cas échéant dans les conditions particulières et en rapport 
avec le niveau du grade à conférer. 
07.-    Sauf disposition légale, les emplois sont accessibles aux femmes comme aux hommes. 
08.-    La nomination définitive sera subordonnée à l'accomplissement satisfaisant du stage de la durée 
précisée  au  présent  règlement  et,  pour  les  emplois  spécifiés  dans  les  conditions  particulières,  à 
l'établissement  du  domicile  dans  les  limites  territoriales  y  indiquées  en  vertu  de  la  loi,  avant 
l'expiration du stage. 
 
 
 
Octroi  d’un emploi de recrutement par mobilité 
 
Article  15.  -  §.  1er  -  Lorsqu'il  est  envisagé  de  conférer  un  emploi  par  recrutement,  le  Collège 
communal  fait  appel  aux  agents  statutaires  du  centre  public  d'action  sociale  du  même  ressort, 
titulaires du même grade ou d'un grade équivalent. 
 
A cette fin, il adresse un avis à tous les agents concernés, qui mentionne toutes les indications utiles 
sur la nature et la qualification de l'emploi, les conditions exigées, la forme et le délai de présentation 
des candidatures. 
 
 
§.  2  -  Le  régime  de  mobilité  est  mis  en  œuvre  dans  le  respect  de  l'arrêté  royal  n°  519  du  31  mars 
1987  organisant  la  mobilité  volontaire  entre  les  membres  du  personnel  statutaire  des  communes  et 
des centres publics d'aide sociale qui ont un même ressort et de l'arrêté royal n° 490 du 31 décembre 
1986,  imposant  aux  communes  et  aux  centres  publics  d’action  sociale  qui  ont  un  même  ressort  le 
transfert d'office de certains membres de leur personnel et de leurs modifications ultérieures. 
 
Du recrutement 
 
Article 16. - A défaut d'octroi d'un emploi de recrutement par application de la mobilité visée à 
la section précédente, il est procédé au recrutement dans le respect des principes fixés ci-dessous. 
 
 
Article  17.  –  Les  présentes  dispositions  s’appliquent  tant  pour  le  recrutement  des  agents 
statutaires que pour celui des agents contractuels. 
Les  procédures  de  recrutement  sont  basées  sur  le  respect  de  trois  grands  principes  définis  dans  le 
Code de bonnes pratiques de recrutement adopté par le Conseil communal du 29 mai 2006. 
 
PRINCIPES 
1.  Respecter la dignité humaine  
o  Traiter chaque candidat avec respect ; 
o  S'interdire d'instaurer des pratiques discriminatoires fondées sur des critères 
ethniques, religieux, philosophiques, politiques ou sur le sexe et l'âge des personnes 
concernées ; 
o  En s'abstenir de toute attitude ou action arbitraire et de tout traitement préférentiel ;  
o  Respecter les dispositions légales relatives à la confidentialité et à la protection de la 
vie privée en matière de traitement de données à caractère personnel ; 
 


o  Informer systématiquement chaque candidat des différentes étapes de la procédure 
de recrutement et de la suite accordée in fine à sa candidature ; 
o  Ne pas imposer au candidat des contraintes administratives et financières inutiles par 
rapport aux nécessités de traitement de son dossier. 
2.  Accorder une égalité de chance à chaque citoyen d'accéder à l'emploi local, notamment  
o  Informer de la vacance d’un emploi en s’assurant une diffusion adéquate de 
l’annonce ; 
o  Informer suffisamment sur les caractéristiques de l’emploi en conformité avec les 
dispositions légales (lieu d’activité, libel é du poste, description succincte de la 
fonction, type de relation de travail et durée, lieu de travail, date d’émission de l’offre, 
etc.) ; 
o  Communiquer les offres d’emploi du pouvoir local sollicitées par les demandeurs 
d’emploi ; 
o  Donner la possibilité d’accéder à, et communiquer, toute information relative aux 
procédures de recrutement et conditions d’organisation des concours/examens et 
tests d’aptitude, sollicitée par des citoyens ; 
o  S’interdire de diffuser des informations relatives au contenu des concours / examens 
et tests d’aptitude ; 
o  S’interdire d’intervenir en faveur d’un candidat auprès d’un organe de sélection ou en 
tant que membre d’un organe de sélection ; 
o  S'interdire en tant que membre d'un organe de sélection de se laisser influencer dans 
sa sélection par toute recommandation ; 
o  Informer les candidats qui demandent un soutien à leur candidature que leur sélection 
dépend uniquement des résultats obtenus aux épreuves de sélection ; 
o  Informer le candidat qui se considère lésé et qui souhaite porter réclamation des 
possibilités et instances de recours ; 
o  Assurer la gratuité des services de sélection pour les candidats à l’emploi (dépôt de 
candidature, de curriculum vitae, consultation des offres d’emploi). 
 
 
 
 


3.  Défendre l'intérêt général et le principe de bonne administration  
o  Avoir la volonté de s’attacher dans la mesure du possible, les meil eurs compétences 
sur le marché du travail pour garantir un fonctionnement optimal de l’administration 
locale ; 
o  Établir un profil de fonction qui permette de définir les besoins et d’identifier les 
compétences nécessaires au bon fonctionnement de l’administration ; 
o  Utiliser des outils de recrutement validés et maîtrisés qui assurent une évaluation 
fiable des aptitudes et compétences ; 
o  Évaluer exclusivement les candidatures issues de la procédure de recrutement sur 
base de critères de sélection objectifs préalablement définis et des titres et mérites 
des candidats ; 
o  Etre impartial dans le choix final du candidat en présentant une motivation claire et 
objective fondée exclusivement sur le degré de concordance du profil du candidat au 
profil de fonction.  
 
   
 
Régime juridique de l’agent à recruter 
 
Article  18.-  Le  Collège  communal  détermine  le régime juridique des agents à recruter en prenant 
exclusivement en  compte les besoins de l’administration. 
 
Profil de fonction 
 
Article 19.- Un profil de fonction décrit de manière précise la mission et les tâches principales de 
la  fonction  à  pourvoir  ainsi  qu’un  profil  de  compétence  qui  englobe  des  compétences  techniques 
(connaissances  et  aptitudes  techniques  nécessaire  pour  la  fonction),  des  compétences  génériques 
(compétences,  savoir  être,  aptitudes  non  techniques)  et  des  compétences  clés  (compétences 
attendues de chaque agent en lien avec les valeurs et la mission de l’organisation). 
 
 
Publicité des offres d’emploi 
 
Article 20.- Il est procédé au recrutement par appel public. Celui-ci est d'une durée minimale de 
quinze jours. 
L’avis reprend de manière succincte la mission et les tâches liées à la fonction à pourvoir, ainsi que les 
compétences  principales  requises  des  candidats,  l'échelle  de  rémunération  ainsi  que  le  délai 
d'introduction des candidatures.  
 
 
Le  Conseil  /  le  Collège  décide  de  la  diffusion  de  l’emploi  vacant  par  les  moyens  de  communication 
adéquats, tels que la publication de l’annonce dans la presse locale, régionale ou nationale, l’affichage 
aux  valves  ou  la  mise  en  ligne  sur  le  site  internet  de  la  commune,  du  C.P.A.S.,  de  l'U.C.W.  ou  du 
Forem. 
 
EXCEPTIONS 
Pour le recrutement d’agents contractuels de niveau E (manœuvres, personnel d’entretien), la sélection 
des candidats s’effectue parmi les candidatures spontanées sans qu’il n’y ait d’appel public. 
 
 


Le recrutement de personnel contractuel sous contrat à durée déterminée, de remplacement ou pour un 
travail  nettement  défini  peut  s’effectuer  sans  appel  public  pour  autant  que  le  Col ège  communal  en 
reconnaisse l’urgence sur base d’un rapport du Directeur général. 
 
 
   
 
Article 21.- Le Conseil communal arrête, pour chaque grade, le programme des épreuves, leurs 
modalités d'organisation, la composition du jury, en ce compris les qualifications requises pour y siéger, et 
les règles de cotation des candidats. 
 
En dehors des représentants du Conseil communal, le jury est désigné par le Collège communal. 
 
Toute  organisation  syndicale  représentative  a  le  droit  de  se  faire  représenter  auprès  du  jury    dans  les 
limites  fixées  à  l'article  14  de  l'Arrêté  royal  du  28 septembre  1984  organisant  les  relations  entre  les 
autorités publiques et les syndicats des agents relevant de ces autorités. 
 
Lors  du  recrutement  d’agents  contractuels  sans  appel  public,    les  candidatures  spontanées  sont 
examinées par un  jury composé d’une part de l’Echevin du personnel et/ou de l’Echevin du département 
intéressé par le recrutement, d’autre part par deux membres de l’administration désignés par le Directeur 
général. 
 
La  recevabilité  des  candidatures  est  examinée  par  le  service  des  Ressources  humaines  qui  en  fait 
rapport au Collège communal. 
Le Collège communal statue sur les cas litigieux. 
 
   
 
Article  22.-  Pour  l'application  des  conditions  particulières  qui  font  appel  à  la  notion  de  titre 
équivalent, il est fait référence à l'annexe 1 de l'Arrêté royal du 2 octobre 1937 portant le statut des agents 
de l'Etat. 
 
 
De l'organisation des examens 
 
 
   
 
Article 23.- Le Collège communal, dans le respect du présent règlement : 
1.- 
désigne les membres du jury et ce sans préjudice des dispositions prévues à l'article 21; 
2.- 
fixe la date et le lieu des épreuves; 
3.- 
arrête la liste des candidats et les convoque par lettre recommandée à la poste ou contre accusé 
de réception; 
4.- 
informe,  dans  un  délai  raisonnable,  les  organisations  syndicales  des  dates,  heure  et  lieu  des 
différentes épreuves; 
5.- 
vise pour vérification le procès-verbal fixant le classement ou constatant l'échec ou la réussite des 
candidats. 
 
6.- 
avise l'ensemble des candidats de leur réussite ou de leur échec aux épreuves. 
 
 
Des réserves de recrutement 
 
 
   
 
Article  24.-  Les  candidats  qui  réunissent  les  conditions  prévues à l'article 14 sont versés dans 
une réserve de recrutement et appelés au fur et à mesure des nécessités. Ils en seront informés. 
 
La durée de validité de cette réserve est de trois ans ; le délai prend cours le 1er jour du mois qui suit la 
clôture  du  procès-verbal  des  épreuves.  Elle  peut  être  prolongée  par  décision  motivée  du  Conseil 
communal ou du Collège communal qui en informe les lauréats. 
 
Les candidats devront répondre à un nouvel appel si dans le délai de trois ans prenant cours, à la date de 
constitution de la réserve, aucune vacance ne se faisait dans l'emploi postulé. 
 
 
10 

Le cas échéant, ce délai sera prolongé de la durée totale des services intérimaires ou temporaires ou 
en  qualité  de  chômeur  mis  au  travail  ou  agent  contractuel  (subventionné  ou  non)  rendus  à 
l'Administration  communale  de  Verviers  antérieurement  ou  postérieurement  à  la  constitution  de  la 
réserve,  pour  autant  que  lesdits  services,  effectués  dans  le  même  grade  que  celui  pour  lequel  la 
réserve a été constituée, soient reconnus satisfaisants par le Collège communal. 
 
Toutefois, la durée totale de validité d'une réserve de recrutement, arrêtée après le 1er janvier 1996, 
ne pourra en aucun cas dépasser dix ans prenant cours à la date de la constitution de la réserve. 
 
La  réserve  de  recrutement  restera  valable  pendant  le  délai  ainsi  déterminé  à  moins  que  des 
dispositions contraires en matière de recrutement n'aient été arrêtées par le Roi. 
 
Les réserves de recrutement existantes au 31 décembre 1995 conservent leur durée de validité et ce, au-
delà du 1er janvier 1996, telle que prévue par les dispositions antérieures au 31 décembre 1995. 
 
 
   
 
Article 25.- Le Conseil communal peut décider d'organiser des examens de recrutement avec le 
C.P.A.S. du même ressort et de verser les personnes non nommées dans une réserve de recrutement 
commune. 
 
 
De l'admission 
 
 
   
 
Article 26.- Les nominations suite à un examen ont lieu au grand choix parmi les lauréats. 
 
Les nominations, suite à un concours, ont lieu dans l'ordre de classement des lauréats. 
 
 
   
 
Article  27.-  L'Autorité  qui  nomme  examine,  sur  la  base  des  dossiers  individuels,  les  titres  et 
mérites de tous les candidats. 
 
Chaque candidature réunissant les conditions de nomination est soumise au vote. 
 
 
   
 
Article  28.-  Entre  lauréats  de  deux  ou  plusieurs  concours  ou  examens  de  recrutement,  les 
lauréats des épreuves dont le procès-verbal a été clos à la date la plus ancienne ont priorité. 
 
 
   
 
Article 29.- L'acte de nomination est motivé. 
 
 
Du stage 
 
 
   
 
Article  30.-  Tout  agent  est  soumis  à  un  stage  d'une  année  de  service,  sauf  dispositions 
particulières.  Un stage peut être prolongé, deux fois au maximum, par décision motivée. 
 
La durée totale de la prolongation ne peut excéder un an. 
 
S'il  apparaît  en  cours  de  stage  que  le  stagiaire  ne  donnera  pas  satisfaction,  l'autorité  qui  nomme  peut 
mettre fin au stage. 
 
Pour le calcul de la durée du stage, sont prises en considération toutes les périodes durant lesquelles 
le stagiaire est en position d'activité de service. 
 
Les  périodes  durant  lesquelles  l’agent  aurait  été  occupé  à  titre  contractuel  dans  un  emploi  similaire 
sont  assimilées,  au  prorata  des  prestations,  à  une  période  de  stage  pour  autant  que  les  services 
rendus soient reconnus satisfaisants. 
 
 
 
11 

   
 
Article 31.- A l'issue du stage, l'autorité qui nomme décide soit de la nomination à titre définitif, 
soit  de  la  prolongation  de  la  période  de  stage,  soit  du  licenciement,  au  vu  d'un  rapport  motivé  sur  la 
manière de servir du stagiaire. 
 
 
   
 
Article 32.- Ce rapport motivé est rédigé pour l'information de cette autorité. Il contient les avis 
du  Directeur  général  et  des  supérieurs  hiérarchiques.  Ce  rapport  est  immédiatement  présenté  à  la 
signature  du  stagiaire.  Le  stagiaire  peut,  lors  de  la  signature,  émettre  des  réserves.  Dans  le  cas  où  il 
refuse de signer, il en est fait mention. 
 
 
   
 
Article 33.- Le stagiaire a le droit, avant toute décision de l'autorité, d'être entendu par celle-ci sur 
le contenu du rapport. A cette occasion, il peut se faire assister par un conseil. Cette demande d'audition 
doit  être  adressée  par  écrit  et  parvenir  à  M.  le  Bourgmestre  dans  un  délai  de  quinze  jours  francs 
calendrier.  Ce  délai  prend  cours  le  premier  jour  qui suit celui de la notification du rapport susvisé. Si le 
délai  expire  un  samedi,  un  dimanche  ou  un  jour  prévu  à  l’art.  106  du  présent  statut,  la  date  limite  est 
reportée au 1er jour ouvrable suivant. 
 
 
   
 
Article  34.-  S'il  apparaît  au  cours  du  stage  que  l'agent  nommé  à  l'essai  ne  donnera  pas 
satisfaction, l'autorité qui nomme peut mettre fin au stage moyennant le préavis prévu par les dispositions 
légales relatives au contrat de travail. 
 
 
   
 
Article 35.- Tout acte fautif commis dans l'accomplissement du stage ou à l'occasion de celui-ci, 
tout manquement aux obligations du stage et toute action qui compromet l'honneur de la fonction peuvent 
donner  lieu  au  licenciement  du  stagiaire  qui  s'en  rend  coupable.  L'intéressé  doit,  au  préalable,  être 
entendu par le chef de service compétent et, s'il en fait la demande, par l'autorité qui détient le pouvoir de 
licenciement. 
 
 
Du recrutement des personnes en situation de handicap 
 
 
   
 
Article  36.-  Les  règles  d’occupation  de  travail eurs  handicapés  au  sein  de  la  commune  sont 
définies  à  l’Arrêté  du  gouvernement  wal on  relatif  à  l’emploi  des  travailleurs  handicapés  dans  les 
Provinces, les communes, les Centres publics d’Action Sociale et les Associations de services publics. 
Pour le calcul du nombre d'emploi au cadre, ne sont pas pris en considération les emplois réservés au 
personnel  enseignant,  au  personnel  des  services  d'incendie  et  de  police  et  au  personnel  médical  et 
soignant. 
 
Par  "handicapés",  il  y  a  lieu  d'entendre  les  personnes  visées  à l’article 261 au livre IV de la deuxième 
partie du Code décrétal relatif à l’intégration des personnes handicapées 
 
CHAPITRE IV.- 
 
 
De la carrière des agents 
 
 
   
Article 37.- Pour l'application du présent statut, il y a lieu d'entendre : 
-  par  "grade"  :  le  titre  qui  situe  l'agent  dans  la  hiérarchie  et  qui  l'habilite  à  occuper  un  emploi 
correspondant à ce grade; 
-  par "échelle" : la catégorie barémique attribuée à l'agent en fonction de son grade et, le cas échéant, 
de son ancienneté, de son évaluation et des formations suivies, conformément aux règles contenues 
dans le statut pécuniaire; 
-  par  "ancienneté  dans  l'échelle"  en  vue  de  satisfaire  aux  conditions  de  promotion  :  la  période  durant 
laquelle  l'agent  a  été  en  service  au  sein  de  la  commune  en  qualité  d'agent  statutaire  définitif  dans 
l'échelle considérée à raison de prestations complètes ou incomplètes; 
 
12 

-  par "ancienneté dans l'échelle" en vue de satisfaire aux conditions de l'évolution de carrière : la période 
limitée à la durée des services accomplis dans une fonction analogue dans le secteur public ou dans 
le secteur privé subventionnable (hôpitaux, maisons d'éducation, de repos, d'accueil et de soins). 
 
 
Section 1.- De l'évaluation 
 
 
Article 38.- L'évaluation détermine la façon dont l'agent exerce ses fonctions. 
      L'agent se voit attribuer par le Collège communal une des six évaluations suivantes : 
1. 
 Excellente 
2. 
 Très positive 
3. 
 Positive 
4. 
 Satisfaisante 
5. 
 A améliorer 
6. 
 Insuffisante 
 
 
  Article 39.- L’évaluation est notifiée aux agents tous les deux ans. El e leur est toutefois notifiée un an 
après qu’ils se soient vu attribuer soit l’évaluation « à améliorer » ou « insuffisant » soit un an après qu’ils 
aient commencé à exercer de nouvelles fonctions. 
Un entretien entre les évaluateurs et l’agent a lieu avant notification de l’évaluation. 
Il est essentiel qu’une appréciation de la réalisation du plan d’action ait lieu entre deux évaluations. 
En cas d’évaluation au moins « satisfaisante » un entretien intermédiaire a lieu au moins une fois par an. 
En  cas  d’évaluation  « A  améliorer »,  un  entretien  intermédiaire  a  lieu  tous  les  six  mois.  En  cas 
d’évaluation insuffisante, un entretien intermédiaire a lieu tous les 3 mois. 
Chaque  entretien  fait  l’objet  d’un  PV  que  l’agent  devra  cosigner    pour  attester  de  la  prise  de 
connaissance. En cas d’écart  par rapport au plan d’action une réorientation éventuel e est envisagée. 
 
Lors des entretiens intermédiaires pour l’attribution des mentions à améliorer et insuffisante l’agent peut 
se faire accompagner du défenseur de son choix. 
 
 
      Article  40.-  Le  projet  d'évaluation  est  établi  conjointement  par  deux  supérieurs  de  niveau  ou  de 
grades différents, à savoir le responsable du service et son supérieur hiérarchique.  
 
Dans le cas où l'agent évalué n'a pas de supérieur hiérarchique, c'est le Directeur général qui établit le 
rapport d'évaluation. 
 
En  cas  de  promotion,  pour  les  agents  de  niveau  A,  statutaires  du  cadre  administratif,  le  rapport 
d’évaluation est établi par le Directeur général. 
 
Les évaluateurs doivent avoir suivi une formation aux méthodes d’évaluation selon un programme adapté 
et agréé par l’autorité régionale. 
 
 
      Article  41.-  Tout  problème  ponctuel  relatif  à  la  désignation  des  deux  évaluateurs  est  réglé  par  le 
Collège communal, sur proposition de M. le Directeur général. 
 
 
      Article 42.- Lorsque le supérieur hiérarchique responsable du service n'a pas eu l'agent sous son 
autorité  directe  pendant  les  trois  derniers  mois  précédant  l'évaluation,  c'est  le  supérieur  hiérarchique 
ayant effectivement eu l'agent directement sous ses ordres qui participe à l'évaluation. 
 
 
      Article 43.- Ce projet d'évaluation est établi en deux exemplaires. Un exemplaire est notifié à l'agent 
immédiatement,  soit  par  sa  remise  contre  accusé  de  réception,  soit  par  envoi  recommandé;  l'autre 
exemplaire est transmis directement (via la hiérarchie, sans commentaire) au Directeur général. 
 
 
13 

L'agent qui accuse réception du projet d'évaluation (premier exemplaire) peut mentionner directement 
sur le projet (deuxième exemplaire) destiné au Directeur général soit, qu'il accepte l'évaluation émise 
et  qu'il  s'abstient  de  formuler  des  observations,  soit  qu'il  en  prend  acte  et  renonce  à  introduire  une 
réclamation,  soit  qu'il  se  réserve  le  droit  d'introduire  une  réclamation  dans  le  respect  des  formes 
prescrites ci-après. 
 
Dans les deux premiers cas, le Directeur général transmet le projet au Collège qui fixe définitivement 
l’évaluation 
 
Si l'agent conteste l'évaluation qui lui est notifiée, il dispose, dans ce cas, d'un délai de quinze jours francs 
calendrier pour introduire et faire parvenir une réclamation écrite auprès du Directeur général. Ce délai de 
quinze  jours  francs  prend  cours  le  premier  jour  qui  suit  celui  de  l'accusé  de  réception  ou  de  l'envoi 
recommandé. Si le délai expire un samedi, un dimanche, ou un jour visé à l’art. 110 al.1 du présent statut, 
la date limite est reportée au 1er jour ouvrable suivant. 
 
L'agent est alors convoqué par le Directeur général pour être entendu dans ses explications. Il peut se 
faire  assister  par  un  délégué  d'une  organisation  syndicale  agréée  ou  par  son  Conseil.  Un  procès-
verbal  d'audition  est  établi.  Le  Directeur  général  peut,  le  cas échéant, après l'audition, présenter une 
autre proposition d'évaluation. Il appartient au Collège communal de trancher définitivement. 
 
L'agent  qui  ne  fait  pas  usage  de  la  possibilité,  qui  lui  est  offerte  d'introduire  une  réclamation  est  censé 
approuver l'évaluation émise par le ou les supérieur(s) hiérarchique(s). 
 
 
Article 44 -La fiche d’évaluation est composée de : 
 
1. La carte d’identité de l’agent (nom, prénom, grade, entrée en service, nominations intervenues et  
fonctions exercées) ; 
2.  Un descriptif des activités : tâches assignées à l’agent par rapport à la référence de l’emploi et la 
description de fonction (à joindre) ; 
3.  Situations particulières rencontrées par l’agent depuis la dernière évaluation, manière dont il les a 
assumées ; 
4.  Formations demandées et suivies ; 
5.  Appréciation. 
 
14 

 
Fiche d’évaluation 
I. Fiche d’identité de l’agent 
Nom :.............................................................................................. 
Prénom : ........................................................................................ 
Service : ……………………………………………………………………………………. 
Régime (Statutaire/Subsidié/Contractuel/Temporaire) : …………. 
Grade : …………………………………………………………………………………….. 
Fonction : ………………………………………………………………………………… 
Date de l’entrée en service : …………………………………………………… 
Date de l’évaluation : …………………………………………………………….. 
II. Fiche d’identité des évaluateurs.  
Evaluateur I :    
 
 
 
Evaluateur II :  
Nom : ……………………………………………Nom : …………………………………………   
Prénom : …………………………………………Prénom :……………………………………………… 
Grade : …………………………………………  Grade :………………………………………………… 
III. Descriptif des activités.  
Tâches assignées à l’agent 
 
IV. Objectifs fixés lors du dernier entretien (D’évaluation ou Intermédiaire) 
…………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………… 
 
V. Points particuliers 
Pendant  la  période  écoulée,  l'intéressé(e)  a-t-il(elle)  dû  faire  face  à  des  situations  particulières  non 
prévues ? 
Quelle réussite a-t-il(elle) obtenue dans de telles circonstances? 
…………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………… 
 
15 

 
VI. Formations  
But :  Recenser  les  formations  suivies  par  l’agent  depuis  la  dernière  évaluation,  ainsi  que  cel es  qui  ont 
demandées par l’agent mais qui lui ont été refusées. 
Intitulé de la formation ?  
A l’initiative de qui cette formation a-t-elle été demandée ? 
Cette formation a-t-elle été suivie ? 
Si oui, quels étaient les objectifs visés par le suivi de cette formation ? 
Si non, pourquoi cette formation n’a pas été suivie ? 
A  l’issue  de  cette  formation,  a-t-il  été  vérifié  que  la  formation  avait  permis  l’acquisition  ou  le 
développement de compétences par l’agent ? 
 
Si oui, comment cette vérification a-t-elle été effectuée ? 
 
16 

Intitulé de la formation 
Qui  était  demandeur  A-t-elle  été  Objectifs visés 
Vérification 
de  Comment la vérification a-t-elle eu 
de la formation ? 
suivie ? 
OU  
nouvelles 
lieu ? 
Oui/Non 
Motifs du refus de 
compétences ? 
formation 
Oui/Non 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
17 

 
 
VII.  Gril e d’évaluation 
Critères généraux 
Développement 
Appréciation 
Justification 
Plan d’action 
Commentaire de 
chiffrée 
l’agent 
1.  La qualité du travail 
Qualité 
et 
degré 
/ 12 
 
 
 
accompli 
d’achèvement du travail – 
degré  de  précision  et  de 
rigueur 
2.  Compétences 
Capacité  à  maîtriser  les 
/ 12 
 
 
 
connaissances  théoriques 
et pratiques nécessaires à 
l’exercice de ses fonctions 
3.  L’efficacité 
Capacité 
à 
exécuter 
/12 
 
 
 
l’ensemble  des  tâches 
dans les délais imposés 
4.  La civilité 
Capacité  à  traiter  les 
/12 
 
 
 
bénéficiaires 
et 
les 
membres 
de 
l’administration 
avec 
considération et empathie 
5.  La déontologie 
Capacité à faire preuve de 
/12 
 
 
 
droiture,  de  réserve,  de 
respect 
des 
réglementations 
et 
de 
loyauté dans l’exercice de 
sa fonction 
6.  L’initiative 
Capacité  à  agir,  dans  les 
/10 
 
 
 
limites 
de 
ses 
 
prérogatives, 
à 
l’amélioration 
de 
 
l’accomplissement  de  sa 
 
fonction,  à  faire  face  à 
une situation imprévue                          
7.  L’investissement 
Capacité à s’investir dans 
/10 
 
 
 
professionnel 
sa  fonction,  à  maintenir 
 
son 
niveau 
de 
performance,  à  mettre  à 
niveau ses compétences 
 
18 

 
 
8.  La communication 
Capacité  à  communiquer 
/10 
 
 
 
avec  ses  collègues  et  sa 
hiérarchie 
9.  La collaboration 
Capacité 
à 
collaborer 
/10 
 
 
 
 
avec  ses  collègues  et  de 
contribuer  au  maintien 
d’un 
environnement 
agréable 
10.  La gestion d’équipe 
Capacité  à  mener  à  bien 
/35 
 
 
 
la 
coordination 
des 
services 
 
Critères de développement :  
 
 
 
 
a)  Planification : capacité à établir un planning 
b)        Organisation  :  capacité  à  coordonner  des  moyens 
humains et matériels en vue d’un but précis 
c)  Direction  :  capacité  à  conduire  ses  collaborateurs  en 
chef responsable 
d) Pédagogie : capacité à partager le savoir 
e)  Evaluation  :  capacité  à  évaluer  justement  ses 
collaborateurs 
f) Encadrement : capacité à soutenir ses collaborateurs 
g)  Stimulation  :  capacité  à  faire  adhérer  ses 
collaborateurs à un projet commun 
h) Capacité à appliquer les mesures de sécurité au 
travail 
 
Excellent = ou > 90 /100  
 
OU 121/135 
Très positive entre 80 et 89 /100  OU entre 108 et 120/135 
Positive entre 70 et 79 /100  
OU entre 94 et 107/135 
Satisfaisante entre 60 et 69 /100  
OU entre 81 et 93/135 
A améliorer entre 50 et 59 /100   OU entre 67 et 80/135 
Insuffisante <- à 50 /100  
 
OU <  67/135 
 
19 

Résultat global de l’évaluation : ………………………………………… 
 
 
 
VIII. Prochains objectifs à atteindre 
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………… 
Ces objectifs devront être atteints selon le calendrier suivant : 
……………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………. 
 
IX. Notification de l’évaluation                                     (*) Biffer les mentions inutiles 
 
Je soussigné(e) certifie avoir reçu ce    ............................ un exemplaire du présent bulletin. 
Signature : 
 
Nom, prénom : .............................................. 
 
(*) soit : je déclare accepter l’évaluation qui m’est attribuée et m’abstenir de formuler des observations 
(*) soit : je prends acte de l’évaluation qui m’est attribuée et je renonce à introduire 
une réclamation auprès du Directeur général 
(*) soit : je déclare me réserver le droit d’introduire une réclamation écrite 
auprès du Directeur général dans le respect des formes prescrites par 
le statut 
 
Signature des évaluateurs : 
 
BULLETIN d'évaluation transmis ce ...........................à M. le Directeur général. 
EXTRAIT DU STATUT ADMINISTRATIF 
Article  43.-  Ce  projet  d'évaluation  est  établi  en  deux  exemplaires.  Un  exemplaire  est  notifié  à  l'agent 
immédiatement,  soit  par  sa  remise  contre  accusé  de  réception,  soit  par  envoi  recommandé;  l'autre 
exemplaire est transmis directement (via la hiérarchie, sans commentaire) au Directeur général. 
L'agent qui accuse réception du projet d'évaluation (premier exemplaire) peut mentionner directement sur le 
projet  (deuxième  exemplaire)  destiné  au  Directeur  général  soit,  qu'il  accepte  l'évaluation  émise  et  qu'il 
s'abstient de formuler des observations, soit qu'il en prend acte et renonce à introduire une réclamation, soit 
qu'il se réserve le droit d'introduire une réclamation dans le respect des formes prescrites ci-après. 
 
Dans  les  deux  premiers  cas,  le  Directeur  général  transmet  le  projet  au  Collège  qui  fixe  définitivement 
l'évaluation. 
Si l'agent conteste l'évaluation qui lui est notifiée, il dispose, dans ce cas, d'un délai de quinze jours francs 
calendrier pour introduire et faire parvenir une réclamation écrite auprès du Directeur général. Ce délai de 
quinze  jours  francs  prend  cours  le  premier  jour  qui  suit  celui  de  l'accusé  de  réception  ou  de  l'envoi 
recommandé. Si le délai expire un samedi, un dimanche, ou un jour visé à l’art. 106 al.1 du présent statut, la 
date limite est reportée au 1er jour ouvrable suivant. 
L'agent est alors convoqué par le Directeur général pour être entendu dans ses explications. Il peut se faire 
assister par un délégué d'une organisation syndicale agréée ou par son Conseil. Un procès-verbal d'audition 
est  établi.  Le  Directeur  général  peut,  le  cas  échéant,  après  l'audition,  présenter  une  autre  proposition 
d'évaluation. Il appartient au Collège communal de trancher définitivement. 
 
L'agent  qui  ne  fait  pas  usage  de  la  possibilité  qui  lui  est  offerte  d'introduire  une  réclamation  est  censé 
approuver l'évaluation émise par le ou les supérieur(s) hiérarchique(s). 
 
20 

 
 
X. En cas de contestation 
Audition de l’agent par le Directeur générale en date du ……………………….. 
(Procès-verbal en annexe) 
Avis du Directeur général en date du …………………………... 
(*) Confirmation de l’évaluation globale donnée par les deux évaluateurs. 
(*) Autre proposition d’évaluation jointe en annexe (gril e et évaluation globale). 
Signature :  
 
XI. Décision du Collège communal 
Le Col ège communal du ………….  fixe l’évaluation globale définitive suivante : …………………… 
 
 
Par le Collège, 
Le Directeur général, 
 
Pour le Bourgmestre, 
 
 
 
 
L’Echevin délégué, 
Le 
 
21 

Section 2.- De l’inaptitude professionnel e 
 
 
Article  45.  -  Après  deux  évaluations  insuffisantes,  le  Directeur  général  peut  mettre  en  œuvre  une 
procédure d’inaptitude professionnel e. 
Avant toute proposition, le Directeur général effectue le relevé des pièces indispensables :  
• 
références métier / description de fonction ; 
• 
procès-verbaux des entretiens intermédiaires ; 
• 
procès-verbaux des évaluations. 
 
Il informe le Collège communal quant à la recevabilité du dossier et rédige un rapport sur base duquel 
il peut proposer une procédure d’inaptitude professionnel e. 
Le  Col ège  communal  étudie  la  proposition  d’inaptitude  et  décide  ou  non  de  la  poursuite  de  la 
procédure. 
 
S’il décide de poursuivre la procédure, le Col ège communal doit faire comparaître l’agent devant le 
Conseil communal. 
 
Au moins douze jours ouvrables avant sa comparution, l’intéressé est convoqué pour l’audition soit par 
lettre recommandée à la poste, soit par la remise de la convocation contre accusé de réception. 
La convocation doit mentionner : 
1. 
qu’il s’agit d’une audition dans le cadre d’une procédure pour inaptitude professionnel e ; 
2. 
le lieu, le jour et l’heure de l’audition ; 
3. 
le droit de l’intéressé de se faire assister par un défenseur de son choix ; 
4. 
le lieu où et le délai dans lequel le dossier d’inaptitude peut être consulté. 
 
La décision de démettre d’office l’agent pour inaptitude professionnel e est prononcée après audition 
par le Conseil communal sur rapport du Collège communal. 
 
La  décision  est  notifiée  sans  délai  à  l’intéressé,  soit  par  lettre  recommandée  à  la  poste,  soit  par  la 
remise contre accusé de réception. 
 
A défaut de notification dans les dix jours ouvrables, elle est réputée rapportée. 
La  notification  fait  mention  des  recours  prévus  par  le  code  de  la  démocratie  locale  et  du  délai  dans 
lequel ceux-ci peuvent être exercés. 
 
 
Article 46.- Recours 
 
L’agent dispose d’un délai de trente jours prenant cours le premier jour ouvrable qui suit la notification 
de la décision de le démettre d’office pour inaptitude professionnelle, pour saisir, par pli recommandé, 
la Chambre de recours. 
 
Celle-ci émet un avis motivé à l’attention du gouvernement sur la délibération du Conseil Communal 
portant  décision  de  démission  d’office  pour  inaptitude  professionnel e.  Cet  avis  est  « favorable »  ou 
« défavorable ». 
Il est rendu et notifié, accompagné du dossier complet dans un délai de soixante jours à dater de la 
réception de la décision. 
 
La saisine de la Chambre de recours est suspensive de la décision du Conseil communal jusqu’à la 
décision du Gouvernement ou jusqu’à l’expiration du délai imparti au gouvernement pour statuer. 
 
En l’absence de saisine de la Chambre de recours dans le délai imparti, le Conseil communal adresse 
sa délibération au Gouvernement. 
La décision de démission d’office pour inaptitude professionnel e est suspendue jusqu’à l’expiration du 
délai de trente jours dont dispose l’agent pour introduire son recours. 
22 
 

 
 
Article 47.- Indemnité de départ 
 
Tout  agent  statutaire,  quelle  que  soit  sa  fonction,  est,  en  cas  de  démission  d’office  pour  inaptitude 
professionnelle, indemnisé comme suit (payable par mensualité) : 
 
 
Ancienneté (totale Ville+C.P.A.S.) 
Nombre de mois d’indemnité 
De 0 à moins de 5 ans 
3 mois 
De 5 à moins de 10 ans 
6 mois 
De 10 à moins de 15 ans 
9 mois  
De 15 à moins de 20 ans 
12 mois 
De 20 à moins de 25 ans 
15 mois 
Plus de 25 ans 
18 mois 
Le calcul de l’indemnité sera réalisé sur l’ensemble des prestations effectuées par l’agent, en tant que 
contractuel et statutaire. 
 
 
 Section 3 - De la formation 
 
 
 
Article 48.- Les formations professionnelles complémentaires ou spécifiques qui permettent 
la promotion ou l'évolution de carrière sont détaillées dans le plan de formation. 
Le plan de formation est établi selon les directives et avec les outils fournis par le C.R.F. de la Région 
wallonne. 
 
 
 
Article 49.- En ce qui concerne la dispense de service ou le congé de formation, il y a lieu 
de se référer aux articles traitant ces sujets dans la troisième partie de ce document. 
 
 
Section 4.- De l'évolution de carrière 
 
 
 
Article 50.- En évolution de carrière, l'agent obtient un changement d'échelle au sein d'un 
même  grade  s'il  satisfait  aux  critères  d'ancienneté,  d'évaluation  et  de  formation  fixés  dans  le  statut 
pécuniaire. 
 
 
Section 5.- De la promotion 
 
 
Dispositions générales 
 
 
 
Article 51.- La promotion est la nomination à un grade supérieur d'un agent pourvu d'une 
nomination à titre définitif. 
 
 
 
Article  52.-  La  promotion  est  accordée  aux  conditions  générales  prévues  au  présent 
règlement  et  aux  conditions  particulières  prévues  pour  chaque  grade  au  règlement  relatif  aux 
conditions de recrutement, de promotion et d’évolution de carrière. 
 
L'ancienneté  d'échelle  exigée  pour  postuler  un  emploi  de  promotion  est  limitée  aux  seuls  services 
accomplis en qualité d'agent statutaire définitif à la Ville de Verviers. 
 
 
 
Article 53.- Sauf dispositions contraires, à partir du 1er janvier 1996, l'agent qui a satisfait à 
un  concours  ou  à  un  examen  de  promotion  dans  les  conditions  prévues  au  présent  règlement 
conserve les titres à la nomination acquis par la réussite de ces épreuves pendant une période de dix 
ans prenant cours le 1er du mois qui suit la clôture du procès-verbal des épreuves. 
 
Le concours ou l'examen de promotion réussi avant le 31 décembre 1995 reste valable pendant toute 
la carrière de l'agent. 
 
 
23 
 

 
 
 
Article 54.- La promotion ne peut avoir lieu qu'en cas de vacance d'un emploi permanent 
du grade à conférer. 
 
 
 
Article 55.- Elle ne peut intervenir qu'après que la vacance ait été portée à la connaissance 
des agents et que ceux-ci aient été invités à présenter leur candidature. 
 
 
 
Article  56.-  Il  ne  peut  être  dérogé  à  cette  règle  qu'à  la  condition  expresse  que  tous  les 
agents  remplissant  les  conditions  requises  pour  postuler  l'emploi  vacant  soient  tous  soumis  aux 
suffrages  de  l'autorité  qui  détient  le  pouvoir  de  nomination  par  promotion,  pour  voir  leurs  titres  et 
mérites respectifs examinés. 
 
 
De l'organisation des examens de promotion 
 
 
 
Article 57.- Le Conseil communal arrête, pour chaque grade, le programme des examens 
de promotion, leurs modalités d'organisation, la composition du jury, en ce compris les qualifications 
requises pour y siéger, et les règles de cotation des candidats. 
 
En dehors des représentants du Conseil communal, le jury est désigné par le Collège communal. 
 
Toute organisation syndicale représentative a le droit de se faire représenter auprès du jury  dans les 
limites  fixées  à  l'article  14  de  l'Arrêté  royal  du  28 septembre  1984  organisant  les  relations  entre  les 
autorités publiques et les syndicats des agents relevant de ces autorités. 
 
 
 
Article 58.- Le Collège communal, dans le respect du présent règlement : 
1.- 
désigne les membres du jury et ce, sans préjudice des dispositions prévues à l'article 57 ; 
2.- 
décide de l'appel interne au sein du personnel ; 
3.- 
fixe la date et le lieu des épreuves ; 
4.- 
arrête la liste des candidats et les convoque par lettre recommandée à la poste ou contre accusé 
de réception ; 
5.- 
informe,  dans  un  délai  raisonnable,  les  organisations  syndicales  des  date,  heure  et  lieu  des 
différentes épreuves ; 
6.- 
vise pour la vérification le procès-verbal fixant le classement ou constatant l'échec ou la réussite 
des candidats ; 
7.- 
avise l'ensemble des candidats de leur réussite ou de leur échec aux épreuves. 
 
 
Des conditions générales de promotion 
 
 
 
 
Article  59.-  Hormis  la  condition  portant  sur  la  réussite  d’épreuves  de  promotion,  les 
conditions  de  promotion  prévues  par  les  dispositions  relatives  aux  conditions  de  recrutement,  de 
promotion et d’évolution de carrière arrêtées par le Conseil communal doivent être remplies à la date 
limite fixée pour le dépôt des candidatures. 
L’évaluation  est  réactualisée  pour  tout  candidat  à  une  promotion,  au  moment  du  dépôt  de  sa 
candidature de même qu’en vue de son accession effective au grade de promotion (sauf si le délai 
écoulé depuis sa candidature ne le justifie pas et si aucun nouvel élément n’est à prendre en compte). 
La candidature d’un agent ne peut être admise si la mention globale définitive de son évaluation est 
« INSUFFISANTE ».  Une  tel e  candidature  est  rejetée  d’office  par  le  Col ège  communal  et  libère 
l’autorité qui nomme de l’obligation de respecter à l’égard du candidat l’ordre de préférence mentionné 
à l’article 61. 
 
 
 
Article 60.- Pour les emplois de grades supérieurs (Niveaux A et B), la promotion a lieu au 
grand choix de l'autorité revêtue du pouvoir de nomination. Cette autorité est tenue de comparer les 
titres et mérites des candidats en présence. 
24 
 

 
 
 
 
 
 
Article 61.- Sans préjudice des dispositions prévues aux articles 59et 60, la promotion est 
accordée dans l'ordre de préférence suivant : 
1.-  au(x) lauréat(s) des épreuves requises dont le procès-verbal a été clos à la date la plus ancienne 

2.-  entre  lauréats  des  mêmes  épreuves  ou  si  la  promotion  n'est  pas  subordonnée  à  la  réussite 
d'épreuves : 
  a. -à l'agent qui compte la plus grande ancienneté définitive 
   
 
-à prestations complètes dans le ou les grades qui donnent accès au grade de promotion ; 
   
 
-à prestations égales à au moins un mi-temps prévu tel quel dans le cadre organique dans 
le ou les grades qui donnent accès au grade de promotion ; 
  b.  -à  égalité  d'ancienneté  de  grade,  à  l'agent  qui  compte  la  plus  grande  ancienneté  de  services 
prestés à quelque titre que ce soit dans un emploi 
   
 
-à prestations complètes ; 
   
 
-à prestations égales à au moins un mi-temps prévu tel quel dans le cadre organique ; 
 
  c. -à égalité d'ancienneté de service, à l'agent le plus âgé. 
 
 
   
 
Article 62.- Toute vacance d'emploi à conférer par promotion est portée à la connaissance 
des agents communaux par la remise d'un avis relatif à la vacance d'emploi. 
 
Un exemplaire de l'avis est envoyé par lettre recommandée à la poste aux agents éloignés du service 
qui remplissent les conditions nécessaires pour introduire valablement une candidature. 
 
L'avis  contient  l'énoncé  précis  de  l'emploi  déclaré  vacant  ainsi  que  les  conditions  générales  et 
particulières auxquelles la nomination est subordonnée. 
Le délai d'introduction des candidatures ne peut être inférieur à un mois prenant cours le jour de la 
remise à l'intéressé, ou de la présentation par la poste, de l'avis de vacance d'emploi. Le délai est 
toutefois  limité  à  quinze  jours  si  tous  les  candidats  potentiels  ont  pu  signer  l'avis  de  vacance 
d'emploi. Lorsque cet avis est notifié pendant les mois de juillet et août, le délai est prolongé de 15 
jours minimum. 
 
Si le dernier jour est un samedi, un dimanche ou un jour visé à l’art. 106,al.1 du présent règlement, le 
délai est reporté au premier jour ouvrable qui suit. 
 
Tout  agent  dont  la  candidature  à  la  promotion  a  été  retenue  mais  qui  n'a  pas  fait  l'objet  d'une 
nomination en sera avisé par pli recommandé. 
 
CHAPITRE V.- 
 
 
Niveaux des emplois, grades et fonctions 
 
   
 
Article 63.- Tous les emplois, grades et fonctions se répartissent sur cinq niveaux : 
 
Sont réputés : 
 
-  du  niveau  E,  les  emplois,  grades  et  fonctions qui, lors du recrutement de leur titulaire, requièrent 
certaines conditions particulières (titre, qualification, etc.) pour pouvoir les exercer. 
    Sont donc versés dans ce niveau : 
    1.- les auxiliaires administratifs ;  
    2.- les auxiliaires professionnels et les manœuvres pour travaux lourds. 
25 
 

 
 
 
-  du  niveau  D,  les  emplois,  grades  et  fonctions  qui  requièrent  lors  du  recrutement  de  leur  titulaire, 
certaines conditions ou une spécificité propre pour pouvoir les exercer. 
    Relèvent du niveau D : 
1.   la première catégorie est formée par les "employés d'administration". Sont à considérer 
comme tels, les détenteurs d'un diplôme au moins équivalent au diplôme de l'enseignement 
secondaire inférieur ; 
2.  la deuxième catégorie est formée par "les ouvriers communaux" ayant une qualification. Celle-
ci peut être de base ou poussée ; 
3.  la troisième catégorie est formée par les agents attachés aux services techniques. Sont à 
considérer comme tels, les agents techniques et les agents techniques en chef, c'est-à-dire 
les agents chargés non seulement de la conception et de l'élaboration des plans techniques, 
mais également des techniciens, c'est-à-dire les agents de terrain chargés de l'exécution et 
de la surveillance des travaux ; 
4.  la quatrième catégorie est formée par les agents qui sont attachés aux bibliothèques 
publiques principale et locale. Sont à considérer comme tels, les auxiliaires de bibliothèque et 
les employés de bibliothèque ; 
5.  la cinquième catégorie est formée par les agents qui sont affectés dans les services de soins 
dont l'organisation et le fonctionnement sont du ressort du pouvoir communal ; 
6.  la sixième catégorie comprend des agents relevant de carrières spécifiques ne relevant pas 
des catégories précitées (exemple : maître nageurs) définies par circulaire ministérielle 
 
-  du niveau C 
 
tous  les  emplois,  grades  et  fonctions  qui  comportent  des  responsabilités  dans  le  chef  de  leur 
titulaire respectif. 
 
-  du niveau B 
 
tous  les  emplois,  grades  et  fonctions  que  l'on  qualifie  de "spécifiques", étant donné qu'ils doivent 
avoir un profil en rapport avec le type de besoins qu'il s'indique de satisfaire. Les emplois, grades et 
fonctions  du  niveau B  se  distinguent  notamment  du  niveau  D  du  fait  qu'ils  sont  réservés  aux 
personnes  possédant  au  moins  un  graduat  dans  une  matière  préalablement  déterminée  par 
l'autorité communale, en ce qui concerne la prise en compte des diplômes. 
 
-  du niveau A 
 
tous les emplois, grades et fonctions devant répondre aux conditions suivantes : 
    1.-  par voie de recrutement, aux personnes possédant un diplôme de l'enseignement universitaire 
ou  assimilé  et  après  avoir  satisfait  aux  épreuves  fixées  par  l'autorité  communale  en  ce  qui 
concerne l'organisation du recrutement ; 
    2.-  par voie de promotion aux personnes répondant aux critères fixés par la loi ou les règlements 
communaux, relevant des niveaux D, C et B et après avoir satisfait aux épreuves fixées par 
l'autorité communale en ce qui concerne l'organisation de la promotion. 
 
 
 
CHAPITRE VI.- 
 
 
Du régime de mobilité 
 
 
       
Article 64.- Les présentes dispositions s'appliquent aux agents soumis au statut administratif 
du personnel communal. 
En vue d'assurer une répartition rationnelle des agents entre les divers services communaux et en vue 
de compléter les connaissances et compétences des agents communaux, seul le Collège communal, 
sur  proposition  du  Directeur  général,  est  autorisé  à  affecter  les  membres  du  personnel  dans  les 
fonctions  équivalentes  à  grade  équivalent  dans  des  services  autres  que  ceux  auxquels  ils 
appartiennent. 
 
L'agent affecté garde son grade et les avantages pécuniaires et autres qui y sont attachés, ainsi que 
ses  titres  à  la  promotion  et  à  l'avancement  de  traitement.  Il  est  cependant  soumis  aux  règles  du 
fonctionnement du service dans lequel il est utilisé et au pouvoir hiérarchique des chefs de service. 
 
26 
 

 
 
 
Sauf pour raisons de santé, lorsqu'un agent aura été réaffecté dans une autre fonction que celle qu'il 
occupait,  il  ne  pourra  être  fait  appel  à  un  agent  recruté  à  l'extérieur  sans  que  l'emploi  ne  soit 
représenté à son ancien titulaire. 
 
Les nouvelles affectations entrent en application huit jours après la notification à l'agent. 
Néanmoins, dans le cas où l'agent marquerait son désaccord, son affectation est différée s'il introduit 
un  recours  circonstancié,  dans  un  délai  de  huit  jours  de  la  date  de  notification,  auprès  d'une 
Commission composée de l'Echevin du Personnel, des Echevins et des Chefs de service concernés 
ainsi que d'un délégué de chaque organisation syndicale. 
 
Cette  Commission  formulera  son  avis  dans  un  délai  d'un  mois. Le Collège communal statuera dans 
les huit jours du rapport de ladite Commission. 
 
 
 
CHAPITRE VII.- 
 
 
Aptitudes physiques 
 
 
       
Article  65.-  Les  règles  édictées  par  le  Règlement  Général  pour  la  Protection  du  Travail  et 
cel es prévues par l’Arrêté royal du 28 mai 2003 relatif à la santé des travail eurs sont applicables à 
tous les agents communaux. 
La surveillance de la santé des travailleurs vise la promotion et le maintien de la santé des travailleurs 
par la prévention des risques. El e s’effectue sur base des dispositions de l’arrêté royal du 28 mai 2003 
relatif à la surveillance de la santé des travailleurs (et de ses modifications ultérieures),qui comporte 
notamment  des  mesures  relatives  à  la  surveillance  de  la  santé  des  agents  affectés  à  un  poste  de 
sécurité,  un  poste  de  vigilance  ou  qui  exercent  une  activité  à  risque  défini  ou  une  activité  liée  aux 
denrées  alimentaires,  mais  également  des  mesures  à  prendre  avant  toute  décision  de  mutation 
temporaire  ou  définitive  d’un  agent  –  qui  exerce  une  activité  précitée  ou  non  –  ou  de  le  déclarer 
physiquement inapte à l’exercice de sa fonction.  
 
       
Article  66.-  Lorsqu’un  agent  féminin  enceinte  ou  al aitante  accompli  une  activité  dont 
l’évaluation  a  révélé,  dans  le  respect  de  la  procédure  légale,  le risque d’une exposition aux agents, 
procédés ou conditions de travail dont la liste est fixée par l’arrêté royal du 2 mai 1995 concernant la 
protection de la maternité, le Directeur général décide les mesures suivantes : 
-  un  aménagement  provisoire  des  conditions  de  travail  ou  du  temps  de  travail  à  risque  de  la 
travailleuse concernée ; 
-  si un aménagement des conditions de travail ou du temps de travail à risque n’est techniquement 
ou objectivement possible ou ne peut être raisonnablement exigé pour des motifs dûment justifiés,  
-   
-  l’employeur fait en sorte que la travail euse concernée puisse effectuer un autre travail compatible 
avec son état ; 
-  si un changement de poste de travail n’est pas techniquement ou objectivement possible ou ne peut 
être  raisonnablement  exigé  pour  des  motifs  dûment  justifiés,  l’agent  est  dispensé  de  ses 
prestations. 
 
Ce congé est assimilé à une période d’activité de service.  
27 
 

 
CHAPITRE VIII.- 
 
 
De la cessation définitive des fonctions 
 
 
       
Article 67.- Entraînent cessation définitive des fonctions de l'agent définitif : 
1.- la  démission  volontaire.  Dans  ce  cas,  l'agent  ne  peut  abandonner  son  service  qu'à  condition  d'y 
avoir  été  dûment  autorisé  et,  en  principe,  après  un  préavis  d'au  moins  trente  jours.  Cette 
disposition est applicable aux stagiaires ; 
2.- la  mise  à  la  retraite  normale  par  limite  d'âge  qui  devra  être  sollicitée  par  les  agents  six  mois  au 
moins avant la date qu'ils ont prévue à cette fin ; 
3.- la  mise  à  la  retraite  des  agents  atteints  d'une  invalidité  prématurée  dûment  constatée,  dans  les 
conditions  fixées  par  la  loi  et  les  mettant  hors  d'état  de  remplir  leurs  fonctions  d'une  manière 
complète, régulière et continue ; 
4.-la mise à la retraite d’office suite au cumul de 365 jours de maladie (congé ou mise en disponibilité) 
après l’âge de 62,5 ans au 01/01/2017 et 63 ans au 01/01/2018 
5.-la démission d'office par mesure d'ordre et disciplinaire ; 
6.-la révocation disciplinaire ; 
7.-l’inaptitude professionnel e définitivement constatée. 
 
Est, sans préavis, démis de ses fonctions : 
 
1.- l'agent dont la nomination a été viciée par des manœuvres frauduleuses; 
2.-l’agent  dont  la  nomination  est  constatée  irrégulière  dans  le  délai  de  recours  devant  le  Conseil 
d’Etat ; 
3.- celui qui se trouve dans le cas où l'application des lois civiles et pénales entraîne la cessation des 
fonctions; 
4.- l'agent qui ne jouit plus de ses droits civils et politiques; 
 
5.- l'agent qui, sans motif valable, abandonne son poste et reste absent plus de dix jours; 
 
6.- l’agent  qui,  sans  motif  valable,  ne  reprend  pas  le  service  après  une  période  de  disponibilité  pour 
convenance personnelle. 
 
 
CHAPITRE IX.- 
 
 
Du régime de la disponibilité et des congés 
 
 
       
Article  68.-  Les  régimes  de  disponibilité  et  des  congés  des  agents  communaux  font  l'objet, 
respectivement, des deuxième et troisième parties de ce règlement. 
 
 
 
CHAPITRE X.- 
 
 
Des distinctions honorifiques 
 
 
       
Article  69.-  Les  distinctions  honorifiques  sont  accordées  au  personnel  dans  les  cas  et 
conditions prévus par les instructions en la matière. 
28 
 

 
CHAPITRE XI.- 
 
 
Du régime des pensions 
 
 
       
Article 70.- Les agents recrutés et nommés à titre définitif et leurs ayants droits bénéficient du 
régime de pension instauré par la loi du 25 avril 1933, relative à la pension des agents communaux, 
ainsi que par les dispositions législatives et réglementaires prises en vertu de cette loi. 
 
 
 
CHAPITRE XII
.- 
 
 
Du régime disciplinaire 
 
 
       
Article 71.- Toutes les dispositions relatives à cette matière sont contenues dans le Code de 
la Démocratie locale et de la Décentralisation (articles L1215-1 à L1215-27). Elles ne s'appliquent pas 
aux agents contractuels et temporaires dont la situation est régie par la loi sur le contrat de travail et 
par le règlement de travail. 
 
 
CHAPITRE XIII.- 
 
 
Statut syndical 
 
 
       
Article  72.-  Les  relations  entre  les  communes  et  les  organisations  syndicales,  ainsi  que  le 
statut  des  personnes  qui  participent  à  la  vie  syndicale,  sont  régis  par  La  loi  du  19  décembre  1974 
organisant  des  relations  entre  les  autorités  publiques  et  les  syndicats  des  agents  relevant  de  ces 
autorités. 
 
 
       
Article 73.- La participation de l'agent à une cessation concertée du travail ne peut entraîner 
pour cet agent que la privation de son traitement. 
 
 
CHAPITRE XIV.- 
 
Bien être au travail 
 
Article 74.- La Vil e de Verviers s’assure les services d’un conseil er en prévention.    
 
Celui-ci inspecte régulièrement les lieux de travail, émet un avis lors de l’achat de matériel, effectue les 
analyses  de  risque  afin  de  détecter  les  risques  auxquels  les  travailleurs  sont  exposés,  propose  des 
mesures de prévention, organise des formations, etc. 
 
Le conseiller en prévention organise les réunions du comité intermédiaire de concertation qui doit se 
réunir chaque mois excepté en juillet et août. 
29 
 

CHAPITRE XV.- 
 
Dispositions transitoires 
 
 
       
Article 75.- 
 
 
A.   Dispositions transitoires antérieures reprises à l'ancien statut administratif (délibération du 
Conseil communal du 3 septembre 1979) 
 
Les  agents  qui  avaient  la  qualité  de  membre  du  personnel  des  communes  fusionnées  lors  de 
l'installation du Conseil communal de la nouvelle commune issue de la fusion conservent le bénéfice 
des dispositions réglementaires qui leur étaient applicables dans leur ancienne commune, si celles-ci 
leur  étaient  plus  favorables,  ceci  sans  préjudice,  en  ce  qui  concerne  le  régime  des  pensions,  des 
articles 11, 31 et 32 de la loi du 29 juin 1976 et des dispositions de la loi du 7 mars 1978 tendant à 
permettre la mise à la pension prématurée de certains fonctionnaires communaux. 
 
Ils  sont  dispensés  des  conditions  imposées  par  le  présent  règlement  pour  la  nomination  à  des 
fonctions équivalant au moins à celles qu'ils exerçaient dans leur ancienne commune, sans préjudice 
des  dispositions  particulières  se  rapportant  aux  secrétaires  communaux  et  aux  receveurs 
communaux. 
 
Les agents visés au premier alinéa des dispositions transitoires qui, en vertu de leur grade ou fonction 
dans  leur  ancienne  commune,  auraient  pu  obtenir  une  distinction  honorifique  après  une  certaine 
ancienneté ou à un certain âge, pourront obtenir cette distinction dans les mêmes conditions, même si 
le grade ou la fonction qu'ils occupent dans la nouvelle commune ne comporte normalement pas cet 
avantage. 
 
 
B.   Nouvelles dispositions transitoires
 
 
1.-   Les  réserves  de  recrutement  arrêtées  sur  base  des  dispositions  antérieures  conservent  leur 
durée normale de validité. Ce délai de validité pourra même, le cas échéant, être prorogé pour un 
nouveau terme. Cette décision relève de l'autorité compétente. 
2.-   Les  agents  qui  ont  satisfait  avant  le  1er  janvier  1996  à  un  examen  de  promotion  sur  base  des 
dispositions  antérieures  conservent  le  bénéfice  de  cette  réussite.  Ils  sont  donc  dispensés  de 
présenter un examen lors de tout appel interne ultérieur en vue de la nomination à un emploi dont 
l'appellation correspond à celui pour lequel ils ont réussi l'examen. 
 
3.-      Le  nouveau  mode  d'évaluation  entre  en  vigueur  immédiatement.  Dans  l'attente  de  la  mise  en 
place  de  la  formation  des  évaluateurs  agréée  par  la  Région  wallonne,  les  évaluateurs  peuvent 
procéder  à  l'évaluation  des  agents  quel  que  soit  leur  niveau  de  formation  en  la  matière.  Le 
mécanisme d'inaptitude professionnelle ne pourra toutefois être enclenché qu'à partir du moment 
où les évaluations selon le nouveau régime auront été réalisées par des évaluateurs ayant suivi le 
programme  de  formation  agréé  par  la  Région  wallonne  et  où  les  profils  de  fonction  auront  été 
publiés. 
30 
 

Deuxième partie 
 
 
CHAPITRE XVI 
 
 
De la disponibilité 
 
 
Section 1.- Dispositions générales 
 
 
 
Article 76.- 
 
§ 1er.- Le présent règlement s'applique : 
 

aux agents définitifs visés par l'article 71, § 1er, de la loi du 14 février 1961 modifié par l'article 3 
de la loi du 27 juillet 1961; 

aux agents définitifs visés par la loi du 3 juin 1957, en ce qui concerne la disponibilité pour maladie 
ou infirmité ou pour convenance personnelle. 
 
§ 2.- Il n'est pas applicable aux cas de disponibilité prévus par les articles 21 et 22 de la loi du 29 juin 
1976,  modifiant  certaines  dispositions  de  la  loi  communale,  du  Code  rural,  de  la  législation  sur  le 
régime  des  pensions  du  personnel  communal  et  assimilé  et  réglant  certaines  conséquences  des 
fusions,  annexions  et  rectifications  des  limites  des  communes  réalisées  par  la  loi  du  30 décembre 
1975. 
 
 
 
Article 77.- La mise en disponibilité est prononcée par le Conseil communal. La disponibilité 
de plein droit est déclarée selon les mêmes formes. 
 
 
 
 
Article  78.-  Aux  conditions  fixées  par  le  présent  statut,  l'agent  en  disponibilité,  par  défaut 
d'emploi,  par  retrait  d'emploi  dans  l'intérêt  du  service  ou  pour  maladie  ou  infirmité  a  droit  à  un 
traitement d'attente. 
 
Le  traitement  d'attente  est  établi  sur  la  base  du  dernier  traitement  d'activité,  revu,  le  cas  échéant,  à 
chaque modification du statut pécuniaire des agents communaux. 
 
En  cas  de  cumul  de  fonctions,  le  traitement  d'attente  n'est  accordé  qu'en  raison  de  la  fonction 
principale. 
 
 
 
Article 79.- La durée de la disponibilité avec bénéfice d'un traitement d'attente ne peut, en 
cas de disponibilité par défaut d'emploi ou par retrait d'emploi dans l'intérêt du service, dépasser, en 
une  ou  plusieurs  fois,  la  durée  des  services  admissibles  pour  le  calcul  de  la  pension  de  retraite  de 
l'agent. 
 
Ne  sont  pris  en  considération  ni  les  services  militaires  que  l'agent  a  accomplis  avant  son admission 
dans l'administration communale, ni le temps que l'agent a passé en disponibilité. 
 
 
 
 
Article 80. Nul ne peut être mis ou maintenu en position de disponibilité lorsqu'il remplit les 
conditions pour être mis à la retraite. 
 
 
 
 
Article 81.- L'agent en disponibilité reste à la disposition de l'administration communale. 
S'il possède les aptitudes professionnelles et physiques requises, il peut être rappelé en activité. 
 
 
Il est tenu d'occuper l'emploi qui lui est assigné correspondant à son grade. 
 
Si, sans motif valable, il refuse d'occuper cet emploi, le Conseil communal, après dix jours d'absence, 
le considère comme démissionnaire. 
 
 
 
 
 
 
31 
 

 
 
 
Article  82.-  L'agent  en  disponibilité  qui  bénéficie  d'un  traitement  d'attente  est  tenu  de 
comparaître  chaque  année  sur  l'initiative  de  l'autorité  dont  il  dépend,  devant  le  Service  de  Santé 
administratif (MEDEX), au cours du mois correspondant à celui de sa mise en disponibilité. 
 
Si  l'agent  s'abstient  de  comparaître  sans  raison  valable  devant  le  Service  de  Santé  administratif 
(MEDEX)  à  l'époque  fixée  par  l'alinéa  1er,  le  paiement  de  son  traitement  d'attente  est  suspendu 
depuis cette époque jusqu'à sa comparution. 
 
 
 
 
Article  83.-  L'agent  en  disponibilité  est  tenu  de  notifier  à  l'administration  un  domicile  en 
Belgique où peuvent lui être signifiées les décisions qui le concernent. 
 
 
 
 
Article 84.- L'agent en disponibilité qui n'a pas été remplacé dans son emploi retrouve cet 
emploi lorsqu'il reprend son activité. 
 
 
 
 
Article 85.- En dehors du cas où l'agent est en disponibilité par défaut d'emploi, le Conseil 
communal décide, selon les nécessités du service, si l'emploi dont l'agent en disponibilité était titulaire 
doit être temporairement pourvu. 
 
Il peut prendre cette décision dès que la disponibilité atteint un an.  
 
Il  peut  en  outre  prendre  cette  décision  sans  délai  à  l'égard  de  l'agent  mis  en  disponibilité  par  retrait 
d'emploi  dans  l'intérêt  du  service  ou,  dans  les  autres  cas,  à  l'égard  de  l'agent  placé  en  disponibilité 
pour un an au moins. 
 
 
Section 2.- Dispositions particulières 
 
 
1. Disponibilité pour maladie ou infirmité 
 
 
 
 
Article 86.- Sous réserve de l'article 135 du présent statut relatif au Régime des congés, est 
mis  d'office  en  disponibilité  l'agent  dont  l'absence  pour  maladie  ou  infirmité  se  prolonge  au-delà  du 
congé auquel il peut prétendre en application de l'article 134. 
 
 
 
 
Article  87.-  L'agent  en  disponibilité  pour  maladie  ou  infirmité  conserve  ses  titres  à 
l'avancement de traitement, à l'évolution de carrière et à la promotion. 
 
 
 
 
Article 88.- Il perçoit un traitement d'attente égal à 60 % de son dernier traitement d'activité. 
 
Le montant de ce traitement ne peut en aucun cas être inférieur : 
1.-  aux  indemnités  que  l'intéressé  obtiendrait  dans  la  même  situation  si  le  régime  de  la  sécurité 
sociale lui avait été applicable dès le début de son absence; 
2.-  à la pension qu'il obtiendrait si, à la date de sa mise en disponibilité, il avait été admis à la retraite 
prématurée. 
 
 
 
 
Article  89.-  Par  dérogation  à  l'article  précédent,  l'agent  en  disponibilité  pour  maladie  ou 
infirmité  a  droit  à  un  traitement  d'attente  égal  au  montant  de  son  dernier  traitement  d'activité  si 
l'affection dont il souffre est reconnue comme maladie ou infirmité grave et de longue durée. 
 
Le Service de Santé administratif (MEDEX) décide si l'affection, dont souffre l'agent constitue ou non 
une telle maladie ou infirmité. Cette décision ne peut en tout cas intervenir avant que l'agent n'ait été, 
pour une période continue de six mois au moins, en congé ou en disponibilité pour  l'affection dont il 
souffre.  
Cette décision entraîne une révision de la situation de l'agent avec effet pécuniaire à la date du début 
de la disponibilité. 
 
32 
 

 
 
 
 
 
 
 
Article  90.-  La  disponibilité  pour  maladie  ou  infirmité  ne  met  pas  fin  aux  régimes  de 
prestations réduites justifiées par des raisons sociales ou familiales ou pour convenance personnelle. 
 
Pour  l'application  de  l'article  88,  le  dernier  traitement  d'activité  est,  durant  la  période  de  prestations 
réduites en cours, celui dû en raison desdites prestations. 
 
 
2. Disponibilité par défaut d'emploi 
 
 
 
 
Article 91.- L'agent dont l'emploi est supprimé, et qui ne peut être immédiatement réaffecté 
à  un  autre  emploi,  de  même  grade,  de  grade  équivalent  ou  de  grade  inférieur,  est  placé  dans  la 
position d'instance de réaffectation. 
 
Les modalités de réaffectation seront identiques à celles (actuellement abrogées, en ce qui concerne 
les  agents  de  l'Etat  depuis  l'instauration  du  régime  de  mobilité  du  personnel  des  administrations  de 
l'Etat) de l'arrêté royal du 27 janvier 1953 modifié par celui du 16 mars 1964. (Moniteur 25 dito). 
 
L'agent en instance de réaffectation qui n'a pas été réaffecté dans un délai d'un an à partir de sa mise 
en instance de réaffectation est de plein droit en disponibilité par défaut d'emploi. 
 
Dans cette position, il conserve ses titres à l'avancement de traitement, à l'évolution de carrière, à la 
promotion et son droit à la formation. 
 
 
 
 
Article  92.-  L'agent  en  disponibilité  par  défaut  d'emploi  bénéficie  d'un  traitement  d'attente 
égal, la première année, à son dernier traitement d'activité. 
 
A partir de la deuxième année, ce traitement d'attente est réduit chaque année de 20 % sans qu'il 
puisse  être  inférieur  à  autant  de  fois  1/45ème  du  dernier  traitement  d'activité  que  l'agent  compte 
d'années de services à la date de sa mise en disponibilité. Les réductions successives s'opèrent sur 
la base du dernier traitement d'activité. 
 
Pour  l'application  du  présent  article,  il  faut  entendre  par  "années  de  services"  celles  qui  entrent  en 
ligne de compte pour l'établissement de la pension de retraite. 
Toutefois, les services militaires accomplis avant l'entrée en fonction ne sont pas pris en considération 
et les services militaires admissibles ne sont comptés que pour leur durée simple.  
 
 
 
 
Article  93.-  Par  dérogation  aux  articles  91  et  92,  la  suppression  d'un  emploi  exercé  en 
cumul avec une fonction principale exercée tant dans le secteur public que dans les secteurs privé ou 
indépendant,  n'ouvre  le  droit  à  aucun  traitement  lorsque  l'agent  est  placé  en  disponibilité  par 
suppression d'emploi. 
 
 
3. Disponibilité par retrait d'emploi dans l'intérêt du service 
 
 
 
 
Article  94.-  Le  Conseil  communal  peut  placer  un  agent  en  position  de  disponibilité  par 
retrait  d'emploi  dans  l'intérêt  du  service  si  la  mesure  est  jugée  indispensable  pour  le  bon 
fonctionnement de l'administration. 
La proposition de mise en disponibilité est établie par le Collège communal et notifiée à l'intéressé par 
pli recommandé ou contre accusé de réception. 
La proposition mentionne, en outre, à l'agent son droit à être entendu par le Conseil communal, la date 
de l'audition et la faculté de consulter le dossier administratif. 
 
Lors de cette audition, l'agent peut être assisté d'un conseil de son choix. 
 
 
 
 
Article  95.-  L'agent  en  disponibilité  par  retrait  d'emploi  dans  l'intérêt  du  service  perd  ses 
titres à l'avancement de traitement, à l'évolution de carrière, à la promotion et son droit à la formation. 
 
33 
 

 
 
 
 
 
Article 96.- Il jouit d'un traitement d'attente égal, la première année, à son dernier traitement 
d'activité. A partir de la deuxième année, ce traitement d'attente est réduit à autant de fois 1/60ème du 
dernier  traitement  d'activité  que  l'intéressé  compte  d'années  de  services  à  la  date  de  sa  mise  en 
disponibilité. 
 
Pour  l'application  du  présent  article,  il  faut  entendre  par  "années  de  services",  celles  qui  entrent  en 
compte pour l'établissement de la pension de retraite. 
 
Toutefois, les services militaires accomplis avant l'entrée en fonction ne sont pas pris en considération 
et les services militaires admissibles ne sont comptés que pour leur durée simple. 
 
 
4. Disponibilité pour convenance personnelle 
 
 
 
 
Article  97.-  L'agent  peut,  à  sa  demande,  être  placé  en  disponibilité  pour  convenance 
personnelle. 
 
L'Autorité communale notifie sa décision à l'agent dans le mois de la réception de la demande. 
 
 
 
 
Article  98.-  L'agent  placé  en  disponibilité  pour  convenance  personnelle  ne  reçoit  aucun 
traitement d'attente. 
 
Il ne peut se prévaloir de maladie ou d'infirmité contractée durant sa période de disponibilité. 
 
Il perd ses titres à l'avancement de traitement, à l'évolution de carrière, à la promotion et son droit à la 
formation. 
 
 
 
 
Article 99.- La disponibilité pour convenance personnelle est accordée pour une période de 
six mois. 
 
Elle peut être prolongée de périodes de six mois au plus mais ne peut dépasser une durée totale de 
cinq ans maximum. 
 
Chaque  prorogation  est  subordonnée  à  une  demande  de  l'agent  introduite  au  moins  un  mois  avant 
l'expiration de la période de disponibilité en cours. 
 
 
Tout agent dont l'absence excède la période pour laquelle la disponibilité a été accordée est considéré 
comme démissionnaire. 
 
 
 
Disposition transitoire :  
 
les disponibilités pour convenance personnel e et leurs prolongations, en cours au moment de l’entrée 
en  vigueur  de  la  présente  modification  (à  partir  du  1er  mai  1999),  continuent  à  bénéficier  des 
avantages liés aux dispositions en vigueur avant cette modification. 
 
5. Disponibilité en cas de mise à disposition 
 
   
 
Article  100.  –  L’agent  statutaire  peut,  sur  décision  du  Conseil  Communal  être  mis  à 
disposition  d’un  organisme,  de  droit  public  ou  de  droit  privé,  poursuivant  un  objectif  d’intérêt  public 
local. 
Cet organisme doit fonctionner, en droit ou en fait, sous le contrôle de la commune. 
 
   
 
Article 101. – pendant la mise à disposition visée à l’article précédent, l’agent statutaire est en 
position de disponibilité. La mise en disponibilité a une durée équivalente à la mise à disposition. Par 
dérogation à l’article 78 aucun traitement d’attente n’est accordé pendant cette mise en disponibilité, 
l’agent  conservant  le  bénéfice  de  son  traitement  conformément  au  statut  pécuniaire  qui  lui  est 
applicable. 
La mise à disposition doit avoir une durée déterminée. El e peut être prolongée par l’autorité. 
 
34 
 

 
 
 
Une convention de mise à disposition est établie entre l’autorité et l’organisme auprès duquel l’agent 
est mis à disposition. Cette convention règle les modalités de prise en charge financière du traitement 
de l’agent et des frais afférents à cette mise à disposition. 
 
   
 
Article  102.  –  Pendant  la  durée  de  la  mise  à  disposition,  l’agent  reste  soumis  aux  statuts 
administratif  et  pécuniaire,  au  règlement  de  travail,  ainsi  qu’au  régime  disciplinaire  applicables  aux 
agents de la ville. 
 
L’organisme utilisateur est responsable, durant la période pendant laquel e l’agent local est mis à sa 
disposition, des dispositions de la législation en matière de règlementation et de protection du travail 
applicables au lieu de travail. 
 
 
Article  103.  –  La  procédure  d’évaluation  tel e  que  décrite à la section 1 du chapitre IV du 
présent statut est réalisée conformément aux articles précités, mais suite à une concertation entre le 
ou les évaluateur(s) et le responsable fonctionnel de l’agent au sein de l’organisme utilisateur pour les 
périodes pendant lesquel es l’agent a été mis à la disposition de cet organisme. 
 
Troisième partie 
 
 
CHAPITRE XVII.- 
 
 
Du régime des congés 
 
 
Section 1.- Dispositions générales 
 
 
 
Article  104.-  Le  présent  règlement  s'applique  aux  membres  nommés  à  titre  définitif  du 
personnel communal non enseignant, ainsi qu'aux titulaires des grades légaux. 
 
Sans  préjudice  des  dispositions  légales  particulières  existantes  et  sauf  exception  expressément 
prévue, il s'applique également aux agents à l'essai, temporaires, contractuels et contractuels engagés 
dans le cadre de l’Aide à la Promotion de l’Emploi (A.P.E.). 
 
Il ne porte pas préjudice aux dispositions du régime de la Sécurité sociale pour les agents qui y sont 
assujettis. 
 
 
 
Article 105.- Les agents visés à l'article 104 ne peuvent s'absenter de leur service s'ils n'ont 
obtenu un congé ou une dispense. 
 
Hormis  le  cas  de  congés  prescrits  par  ordonnance  médicale,  conformément  aux  dispositions 
réglementaires, les congés excédant la durée fixée par le présent règlement ne sont accordés qu'avec 
privation de traitement.  
 
Sans  préjudice  de  l'application  éventuelle  d'une  peine  disciplinaire  ou  d'une  mesure  administrative, 
l'agent qui s'absente sans autorisation ou dépasse sans motif valable le terme de son congé se trouve 
de plein droit en non-activité sans traitement. Dans cette position, il conserve ses titres à l'avancement 
de  traitement.  Toutefois,  s'il  est  agent  nommé  à  titre  définitif,  il  ne  peut  faire  valoir  ses  titres  à  la 
promotion pendant la durée de son absence irrégulière, ni recevoir une promotion ou un changement 
de grade. 
35 
 

Section 2.- Congés annuels de vacances 
 
 
 
Article  106.-  Les  agents  visés  à  l'article  104  jouissent  à  partir  du  01/01/2018  d'un  congé 
annuel de vacances dont la durée est fixée comme suit : 
- moins de 45 ans : 26 jours 
- à partir de 45 ans : 27 jours 
- à partir de 50 ans : 28 jours 
- à partir de 60 ans : 29 jours 
- à partir de 61 ans : 30 jours 
- à partir de 62 ans : 31 jours 
- à partir de 63 ans : 32 jours 
- à partir de 64 ans : 33 jours 
 
 
L'âge pris en considération pour la détermination de la durée du congé est celui atteint par l'agent au 
cours de l’année civile pour laquel e le congé est accordé. 
 
Deux jours de congé supplémentaires sont accordés aux agents et seront placés chaque année, en 
fonction du calendrier, par le Collège Communal en concertation avec les organisations syndicales. 
 
 
Article 107.- Le congé annuel de vacances est assimilé à une période d'activité de service. 
Il  est  pris  selon  les  convenances  de  l'agent  et  les  nécessités  du  service.  S'il  est  fractionné,  il  doit 
comporter une période continue d'au moins une semaine.  
 
En principe le congé annuel de vacances doit être pris intégralement dans le courant de l’année pour 
laquelle les jours en question ont été octroyés. Si par suite de circonstances particulières, le membre 
du  personnel  n’est  pas  en  mesure  d’épuiser  entièrement  ses  jours  de  congés,  un  report  peut  être 
effectué jusqu’au 31 mars de l’année suivante. En tout état de cause, le report ne constitue pas un 
droit. 
 
Par ailleurs, si par suite des nécessités du service, le membre du personnel n’a pas pu prendre tout ou 
partie de son congé annuel avant la cessation définitive de ses fonctions, il bénéficie d’une al ocation 
compensatoire  dont  le  montant  est  égal  au  dernier  traitement  d’activité  du  membre  du  personnel 
afférent aux jours de congé non pris. 
 
Le  traitement  à  prendre  en  considération  est  celui  qui  est  dû  pour  des  prestations  complètes  en  ce 
compris  éventuel ement  l’al ocation  de  foyer  ou  de  résidence  et  l’al ocation  pour  l’exercice  d’une 
fonction supérieure. 
 
 
 
Article 108.- Toute période d'activité de service donne droit au congé annuel de vacances. 
Toutefois, lorsqu'un agent entre en service dans le courant de l'année, démissionne de ses fonctions, 
est engagé pour effectuer des prestations incomplètes ou obtient au cours de l'année des congés ou 
des autorisations de s'absenter énumérés dans la liste suivante, son congé de vacances est réduit à 
due concurrence: 
 
1° des congés visés aux articles 114 et 115 ci-après; 
 
2° des congés pour prestations réduites justifiées par des raisons sociales ou familiales; 
 
3° des congés pour mission; 
 
4° du congé pour interruption de la carrière professionnelle; 
 
5° des absences pendant lesquelles l'agent est placé dans la position administrative de non-activité ou 
de disponibilité, autre que celle résultant de la maladie; 
 
6° du départ anticipé à 1/2 temps et du travail à mi-temps à partir de 50 ou 55 ans    ; 
 
7° de la semaine volontaire de 4 jours et de la semaine de 4 jours.      
 
 
Si le nombre de jours de congés ainsi calculé ne forme pas un nombre entier, il est arrondi à l'unité 
immédiatement supérieure. 
 
 
36 
 

 
 
 
 
 
Article 109.- Le congé pour cause de maladie ou d'accident, pourvu qu'il soit couvert par un 
certificat  médical,  ainsi  que  le  congé  de  circonstance,  pourvu  qu'il  soit  justifié  par  les  attestations 
requises, peuvent interrompre la période de congés annuels. 
 
Le congé interrompu pourra se prolonger si les nécessités du service le permettent. Sinon le solde du 
congé sera pris à une date ultérieure selon les possibilités du service.  
 
 
 
Article 110.- Les agents visés à l'article 104 sont en outre en congés les :  
 
fériés légaux  
- 1 janvier; 
- lundi de Pâques; 
- 1er mai; 
- Ascension; 
- lundi de Pentecôte; 
- 21 juillet; 
- 15 août; 
- 1 novembre  
- 11 novembre; 
- 25 décembre. 
Extra légaux 

2 janvier 

Le lendemain de l’Ascension 

27 septembre 

2 novembre  

15 novembre 

24 décembre après-midi 

26 décembre 

31 décembre après-midi  
 
Les congés visés au présent article sont assimilés à une période d'activité de service. 
 
Toutefois, si, le jour férié, l'agent est en disponibilité ou en non-activité, sa position administrative reste 
fixée conformément aux dispositions réglementaires qui lui sont applicables. 
 
Pour les agents à temps plein, si lesdits congés coïncident avec un jour d’inactivité, il est accordé 
un  jour  de  compensation  qui  peut  être  pris  aux  mêmes  conditions  que  le  congé  annuel  de 
vacances. 
 
Pour les agents à temps partiel, si lesdits congés coïncident avec un samedi ou un dimanche, il  est 
accordé  un  jour  de  compensation  qui  peut  être  pris  aux  mêmes  conditions  que  le  congé  annuel  de 
vacances. 
 
 
Le travail eur à temps partiel, s’il n’est occupé qu’un nombre réduit de jours par semaine en raison de 
son temps partiel, ne bénéficie pas d’un jour de compensation pour les jours fériés qui coïncident avec 
ses journées ou demi-journée d’inactivité 
 
Le  Collège  communal  peut  imposer  à  certains  agents,  selon  les  nécessités  du  service,  de  travailler 
pendant  les  jours  de  congé  indiqués  au  présent  article.  Il  y  a  lieu,  en  la  matière,  de  se  référer  à  la 
section 18.- Congés compensatoires. 
 
 
 
37 
 

 
 
 
 
Section 3.-Congés de circonstance et de convenance personnelle. Dispenses de service 
 
 
 
 
Article  111.-  Outre  les  congés  annuels  de  vacances,  des  congés  exceptionnels  peuvent 
être accordés aux agents visés à l'article 104, dans les limites fixées par le tableau ci-après :  
 
 
 
Nature de l'événement et maximum autorisé : 
1.- 
Mariage de l'agent : 4 jours; 
2.-    Accouchement de l'épouse ou de la personne avec laquelle, au moment de l'événement, l'agent 
vit en couple : 10 jours à prendre dans les quatre mois qui suivent l’accouchement si la filiation 
est établie. 
Pour  les  agents  nommés  à  titre  définitif,  le  congé  est  entièrement  rémunéré  et  assimilé  à  de 
l’activité de service. 
Pour  les  autres  membres  du  personnel,  3  jours  sont  à  charge  de  l’employeur,  le  restant  étant 
payé dans le cadre de l’assurance soins de santé et indemnités. 
3.- 
Décès du conjoint, de la personne avec laquelle l'agent vivait en couple, d'un parent ou allié au 
premier degré de l’agent ou de la personne avec laquel e l’agent vit en couple : 4 jours; 
4.- 
Mariage d'un enfant : 2 jours; 
5.- 
Mariage d’un frère, d’une sœur, du père, de la mère, d’un petit-enfant de l’agent : 1 jour ; 
6.- 
Décès d'un parent ou al ié, à quelque degré que ce soit, habitant sous le même toit que l’agent : 
2 jours ; 
 
7.- 
Décès  d’un  parent  ou  al ié  au  deuxième  degré  n’habitant  pas  sous  le  même  toit  que  l’agent : 
1 jour ; 
 
8.- 
L’ordination,  l’entrée  au  couvent  ou  tout  autre  événement  similaire  d’un  culte  reconnu,  d’un 
enfant de l’agent, du conjoint ou de la personne avec laquel e l’agent vit en couple au moment de 
l’événement : 1 jour ; 
 
9.- 
La communion solennel e ou tout autre événement similaire d’un culte reconnu, d’un enfant de 
l’agent,  du  conjoint  ou  de  la  personne  avec  laquel e  l’agent  vit  en  couple  au  moment  de 
l’événement : 1 jour ; 
 
10.-  La  participation  à  la  fête  de  la  jeunesse  laïque,  d’un  enfant  de  l’agent,  du  conjoint  ou  de  la 
personne avec laquel e l’agent vit en couple au moment de l’événement : 1 jour ; 
 
 
Si  l'événement  se  produit  au  cours  d'une  période  de  travail  à  temps  partiel,  la  durée  du  congé  est 
réduite à due concurrence. 
 
Ces congés sont assimilés à une période d'activité de service. 
 
Ces  congés  doivent  être  pris  dans  les  dix  jours  entourant  l'événement,  sauf  circonstances 
exceptionnelles qui devront être justifiées. 
 
 
 
 
Article 112.- Outre les congés prévus à l'article précédent, il peut être accordé aux agents 
définitifs ou à l'essai des congés exceptionnels pour cas de force majeure résultant de la maladie ou 
d'un  accident  survenu  à  une  des  personnes  suivantes  habitant  sous  le  même  toit  que  l'agent  :  le 
conjoint, la personne avec laquelle il vit en couple, un parent, un allié, un parent ou allié de la personne 
avec laquel e l’agent vit en couple, une personne accueillie en vue de son adoption ou de l'exercice 
d'une tutelle officieuse. 
 
Une attestation médicale témoigne de la nécessité de la présence de l'agent à son foyer. 
 
 
38 
 

 
 
 
La  durée  de  ces  congés  ne  peut  excéder  quatre  jours  par  an;  ils  sont  assimilés  à  des  périodes 
d'activité de service. 
 
Si  le  cas  de  force  majeure  survient  au  cours  d'une  période  de  travail  à  temps  partiel,  la  durée  du 
congé est réduite à due concurrence. 
 
Cette  mesure  peut  être  également  accordée  aux  agents  temporaires,  contractuels  et  contractuels 
subventionnés à l'exception des agents exclus du champ d'application de l'article 71, § 1er, de la loi du 
14 février 1961, modifié par l'article 3 de la loi du 27 juillet 1961. 
 
 
 
 
Article 113.- Dans le calcul des congés exceptionnels, doivent seuls être compris les jours 
où les bénéficiaires de tels congés auraient été normalement tenus à des prestations. 
 
 
 
 
Article  114.-  Pour  autant  que  l'intérêt  du  service  ne  s'y  oppose  pas,  des  congés  sont 
accordés aux agents nommés à titre définitif : 
 
1.- 
pour accomplir un stage dans un autre emploi dans un service public ou dans l’enseignement 
subventionné ; 
 
2.- 
pour présenter leur candidature aux élections européennes, législatives, régionales, provinciales 
ou communales. 
 
Les congés visés au 1 et au 2 sont accordés pour une période correspondant à la durée normale du 
stage  prescrit    ou  de  la  campagne  électorale  à  laquelle  les  intéressés  participent  en  qualité  de 
candidats. 
 
Ces congés ne sont pas rémunérés. Ils sont assimilés pour le surplus à des périodes d'activité de 
service. 
 
Les  congés  qui  dépassent  les  limites  prévues  sont  convertis  de  plein  droit  en  disponibilité  pour 
convenance personnelle. 
 
 
 
 
Article  115.-  Pour  autant  que  l'intérêt  du  service  ne  s'y  oppose  pas,  des  congés  sont 
accordés  aux  agents  non  pourvus  d'une  nomination  à  titre  définitif  pour  exercer  par  intérim  une 
fonction dans une école officielle ou dans une école libre subventionnée. 
 
Ces  congés  ne  sont  pas  rémunérés.  Ils  sont  assimilés  pour  le  surplus  à  des  périodes  d'activité  de 
service. 
 
La durée de ces congés ne peut excéder trois mois par an. Ces congés ne peuvent être accordés si, 
pendant leur durée, il est nécessaire de pourvoir au remplacement des agents qui les sollicitent. 
 
 
 
 
Article  116.-  L'agent  a  droit  à  un  congé  pour  motifs  impérieux  d'ordre  familial  pour  une 
période maximum de 15 jours ouvrables par an ; le congé est pris par jour ou par 1/2 jour. 
 
Outre  le  congé  prévu  à  l'alinéa  précédent,  l'agent  a  droit  à  un  congé  pour  motifs  impérieux  d'ordre 
familial pour une période maximum de 30 jours ouvrables par an pour : 
 
 
1. 
hospitalisation d'une personne habitant sous le même toit que l'agent ou d'un parent ou d'un allié 
au premier degré n'habitant pas sous le même toit que l'agent ou d’un parent ou al ié au premier 
degré de la personne avec laquel e l’agent vit en couple n’habitant pas sous le même  toit que 
l’agent; 
 
2. 
accueil, pendant les périodes de vacances scolaires, des enfants qui n'ont pas atteint l'âge de 15 
ans et qui sont à charge de l'agent isolé. 
 
Le congé visé à l'alinéa 2 est pris par période de 5 jours ouvrables au moins. 
 
 
39 
 

 
 
 
Le congé pour motifs impérieux d'ordre familial n'est pas rémunéré. Pour le reste, il est assimilé à des 
périodes d'activités de service. 
 
La  durée  maximum  du  congé  pour  motifs  impérieux  d'ordre  familial  est  réduite  à  due  concurrence 
conformément à l'article 108 ainsi que la période minimale de 5 jours ouvrables visée à l'alinéa 3. 
 
 
 
 
Article 117.- Les agents visés à l'article 104 peuvent obtenir un congé : 
1.- 
pour suivre les cours de l'Ecole de Protection civile, soit en qualité d'engagé volontaire, soit en 
qualité d'élève n'appartenant pas à ce corps; 
2.- 
pour remplir en temps de paix des prestations au Corps de protection civile en qualité d'engagé 
volontaire de ce corps. 
 
Ce congé n'est pas rémunéré et est assimilé à une période d'activité de service. 
 
 
 
 
Article  118.-  En  dehors  des  congés  exceptionnels  prévus  par  le  présent  règlement,  il  est 
accordé  aux  agents  visés  à  l'article  104  des  dispenses  de  services,  pour  le  temps  strictement 
nécessaire ou pour la durée prévue au présent article et notamment : 

convocation en tant que témoin devant une juridiction ou comparution personnelle sur convocation 
d’une juridiction ; 

convocation en qualité de juré à la Cour d'Assises : congé pour la durée de la session 

convocation devant les Commissions de recrutement de la milice nationale; 

convocation devant les Commissions d'invalidité civiles ou militaires; 

don  de  plaquettes  ou  de  plasma,  congé  exceptionnel  limité  à  une  demi-journée  par  mois,  sur 
présentation d'une attestation; 

don  de  sang  pendant  toute  la  journée  au  cours  de  laquelle  les  intéressés  se  prêtent  à  une    
transfusion  sanguine  ou  le  lendemain.  Ils  devront  fournir  la  preuve  que  du  sang  leur  a  été 
prélevé par la production de leur carte de donneur de sang où chaque prise de sang se trouve 
mentionnée;  
(maximum 4 fois l’année pour les agents à temps plein, maximum 2 fois l’année pour les agents 
à ½ temps et maximum 3 fois l’année pour les agents à temps partiels dont le temps de travail 
est supérieur au ½ temps) 
 

convocation en qualité de membre à un conseil de famille; 

don de moelle osseuse : ce congé est accordé pour une période correspondant à la durée de 
l’hospitalisation et de la convalescence éventuel ement requise ainsi qu’à la durée des examens 
médicaux préalables ; 

exercice d'une fonction dans un bureau de vote ou dans un bureau de dépouillement     (1 jour) 

consultation médicale ne pouvant avoir lieu en dehors des heures de service; 

convocation devant le Service de Santé Administratif (MEDEX) ou par le Service Médical du 
Travail ; 
 

don d’organe ou de tissu : ce congé est accordé pour une période correspondant à la durée de 
l’hospitalisation et de la convalescence éventuel ement requise ainsi qu’à la durée des examens 
médicaux préalables ; 
 
La preuve de la réalisation de l'événement est fournie par l'agent au plus tard le lendemain.  
 
 
 
   
Article  119.-  Toute  demande  de  congé  ou  de  dispense  de  service  reprise  à  la  présente 
section  doit  être  formulée  par  écrit  et  transmise  au  bureau  du  personnel  avec  le  visa  du  chef  de 
service et l'avis du Bourgmestre ou de l'Echevin du département. 
 
Les congés excédant quatre jours sont accordés par le Collège communal. 
 
 
40 
 

 
 
 
L'octroi de congés de moindre importance est de la compétence du Bourgmestre ou de l'Echevin du 
département.  Il  en  est  de  même  pour  les  dispenses  de  service  qui  peuvent  être  obtenues  de  ces 
autorités dans la limite des dispositions de la présente section.  
 
 
 
Section 4.- Congé prénatal 
 
 
 
   
Article  120.-  Les  agents  visés  à  l'article  104,  en  activité  de  service,  obtiennent,  à  leur 
demande,  le  congé  nécessaire  pour  leur  permettre  de  se  rendre  et  de  subir  les  examens médicaux 
prénatals qui ne peuvent avoir lieu en dehors des heures de service.  
 
La demande des agents doit être appuyée de toute preuve utile. 
 
Le congé est assimilé à une période d'activité de service. 
 
 
 
Section 5.- Congé de maternité 
 
 
 
   
Article 121.- A la demande de l'agent féminin, l'administration est tenue de lui donner congé 
au plus tôt à partir de la sixième semaine ou de la huitième semaine en cas de naissance multiple qui 
précède  la  date  présumée  de  l'accouchement,  un  certificat  médical  attestant  cette  date.  Si 
l'accouchement n'a lieu qu'après la date prévue par le médecin, le congé est prolongé jusqu'à la date 
réelle de l'accouchement. 
 
L'agent  ne  peut  effectuer  aucun  travail  à  partir  du  septième  jour  qui  précède  la  date  présumée  de 
l'accouchement  jusqu'à  la  fin  d'une  période  de  neuf  semaines  qui  prend  cours  le  jour  de 
l'accouchement. 
 
L'interruption de travail est prolongée, à la demande de l'intéressée, au-delà de la neuvième semaine, 
pour  une  période  d'une  durée  égale  à  la  durée  de  la  période  pendant  laquelle  elle  a  continué  à 
travailler  à  partir  de  la  sixième    semaine  ou  de  la  huitième  semaine  précédant  la  date  exacte  de 
l'accouchement.  Cette  période  est,  en  cas  de  naissance  prématurée,  réduite  du  nombre  de  jours 
pendant  lesquels  elle  a  travaillé  au  cours  de  la  période  de  sept  jours  qui  précède  la  date  de 
l'accouchement. 
 
Lorsque la travail euse peut prolonger l’interruption de travail après la neuvième semaine d’au moins 
deux  semaines,  les  deux  dernières  semaines  de  la  période  de  repos  postanatal  peuvent  être 
converties  à  sa  demande  en  jours  de  congé  de  repos  postnatal.  En  fonction  du  nombre  de  jours 
prévus  à  l’horaire  de  travail,  cette  période  est  convertie  en  jours  de  congé  de  repos  postnatal.  La 
travailleuse doit prendre ces jours de congé de repos postnatal, selon le planning fixé par elle-même, 
dans les huit semaines à dater de la fin de la période ininterrompue de congé de repos postnatal. La 
travailleuse désireuse de procéder de la sorte doit avertir par écrit de la conversion et du planning 
au plus tard quatre semaines avant la fin de la période obligatoire du congé postnatal. 
 
En cas  de naissance multiple, le congé postnatal qui a déjà été prolongé éventuellement par la partie 
non  prise  du  congé  prénatal,  peut  encore  être  prolongé  d’une  période  de  deux  semaines  au 
maximum. Cette prolongation a lieu uniquement à la demande de l’agent féminin. Par conséquent, le 
congé  de  maternité,  en  cas  de  naissance  multiple,  peut  durer  au  maximum  dix-neuf  semaines,  le 
congé postnatal pouvant durer dix-huit semaines au maximum. 
 
Lorsque  l’enfant nouveau-né doit rester hospitalisé après les sept premiers jours à compter de la 
naissance,  la  période  de  repos  postnatal  peut,  à  la  demande  de  la  titulaire,  être  prolongée  d’une 
durée égale à la période d’hospitalisation de l’enfant qui excède ces sept premiers jours. La durée 
de cette prolongation ne peut dépasser vingt-quatre semaines. 
 
A  cet  effet,  à  la  fin  de  la  période  de  repos  postnatal,  la  titulaire  remet  à  son  employeur  et/ou  à  son 
organisme  assureur  un  certificat  de  l’institution  hospitalière  attestant  que  le  nouveau  né  est  resté 
hospitalisé  après  les  sept  premiers  jours  à  dater  de  sa  naissance  et  mentionnant  la  durée  de 
l’hospitalisation. 
 
 
   
 
41 
 

 
 
 
 
Article 122.- Le congé de maternité de l'agent définitif est assimilé à une période d'activité 
de service. 
 
Les périodes d'absence pour maladie ou infirmité pendant les six semaines ou huit semaines en cas 
de  naissance  multiple  qui  se  situent  avant  le  septième  jour  qui  précède  la  date  réelle  de 
l'accouchement  sont  converties  en  congé  de  maternité  pour  la  détermination  de  la  période  de  la 
position administrative de l'agente définitive. 
 
La période de repos postnatal de neuf semaines peut, à la demande de la travailleuse, être prolongée 
d’une  semaine  lorsque  la  travail euse  a  été  incapable  de  travail er  durant  toute  la  période  de  six 
semaines  précédant  la  date  réel e  de  l’accouchement,  ou  de  huit  semaines  lorsqu’une  naissance 
multiple est prévue
 
 
   
Article  123.-  Le  traitement  dû  pour  la  période  durant  laquelle  l'agent  définitif  se  trouve  en 
congé  de  maternité  ne  peut  couvrir  plus  de  quinze  semaines  ou  dix-sept  semaines  en  cas  de 
naissance multiple. 
 
 
 
   
Article  124.-  Les  dispositions  qui  précèdent  ne  sont  pas  applicables  en  cas  de  fausse 
couche se produisant avant le 181ème jour de gestation. 
 
 
 
   
Article  125.-  Le  congé  de  maternité  de  l'agent  féminin  assujetti  au  régime  de  la  Sécurité 
Sociale  est  régi  par les règles incluses dans la loi du 3 juillet 1978 relative aux contrats de travail et 
dans la loi du 16 mars 1971 sur le travail des femmes. 
 
Les  agents  féminins  assujettis  au  régime  de  la  Sécurité  Sociale  ne  pouvant  exécuter  des  travaux 
incompatibles  avec  leur  état  (allaitement)  verront  leur  sort  réglé  par  les  dispositions  de  la  loi  sur  le 
contrat de travail. 
 
 
Pauses d’al aitement 
 
 
Article  126.-  L’agent  qui  preste  4  heures  ou  plus  par  journée  de  travail  a  droit  à  une 
dispense  de  service  afin  de,  en  dehors  de  son  lieu  de  travail,  nourrir  son  ou  ses  enfants  au  lait 
maternel ou de tirer son lait. 
 
La pause d’allaitement peut durer une demi-heure maximum. 
 
L’agent qui preste une journée de travail à temps plein a droit à prendre deux pauses d’une demi-
heure  durant  le  même  jour.  Ces  deux  pauses  peuvent  être  cumulées  en  une  seule  pause  d’une 
heure. 
 
Le moment de la pause est à convenir entre l’agent et son supérieur hiérarchique immédiat. 
 
Le  droit  à  des  pauses  d’allaitement  s’exerce  jusqu’à sept mois après la naissance. Cette période 
peut être prolongée de deux mois maximum lorsque des circonstances médicales le justifient (ex : 
naissance prématurée). 
 
L’agent  avertit  l’autorité  communale  deux  mois  avant  de  faire  usage  de  ce  droit.  L’autorité  peut 
accepter de réduire ce délai. 
 
L’agent  doit  fournir  la  preuve  de  l’allaitement  par  une  attestation  d’un centre de consultation pour 
nourrissons ou par un certificat médical. Cette preuve doit être fournie chaque mois. 
 
 
Section 6.- Congé de paternité 
 
 
 
   
Article  127.-  L'agent    peut,  en  cas  de  décès  ou  d'hospitalisation  de  la  mère  pendant  le 
congé de maternité visé à l'article 121, bénéficier d'un congé de paternité en vue d'assurer l'accueil de 
l'enfant. 
 
42 
 

 
 
 
Pour les agents nommés à titre définitif et à l’essai, le congé de paternité est assimilé à une période 
d’activité de service. Il est rémunéré et entre en considération pour la détermination des anciennetés 
pécuniaires de l’agent.  
 
Pour  les  membres  du  personnel  contractuel,  il  y  a  lieu  de  se  baser  sur  l’Arrêté  royal  du  17  octobre 
1994  relatif  à  la  conversion  du  congé  de  maternité  ou  congé  de  paternité  en  cas  de  décès  ou 
d’hospitalisation de la mère. 
 
 
 
   
Article  128.-  En  cas  de  décès  de  la  mère,  la  durée  du  congé  de  paternité  est  égale  au 
maximum de la partie restante du congé de maternité non encore épuisé par la mère. 
 
L'agent  qui  souhaite  bénéficier  de  ce  congé  en  informe  le  Directeur  général  par  écrit  dans  les  sept 
jours à dater du décès de la mère. Cet écrit mentionnera la date du début du congé de paternité et la 
durée probable de l'absence. 
 
 
   
Article  129.-  En  cas  d'hospitalisation  de  la  mère,  l’agent  pourra  bénéficier  du  congé  de 
paternité pour autant que les conditions suivantes soient remplies : 

le  congé  de  paternité  ne  peut  débuter  avant  le  septième  jour  qui  suit  le jour de la naissance de 
l'enfant; 

le nouveau-né doit avoir quitté l'hôpital; 

l'hospitalisation doit avoir une durée de plus de sept jours. 
 
Ce congé de paternité se termine au moment où l'hospitalisation de la mère a pris fin et au plus tard 
au terme de la partie du congé de maternité non encore épuisée par la mère. 
 
L'agent qui souhaite bénéficier de ce congé en informe le Directeur général par écrit avant le début du 
congé de paternité. Cet écrit mentionnera la date de début du congé ainsi que la durée probable de 
l'absence. Une attestation médicale certifiant l'hospitalisation de la mère pendant une durée de plus de 
sept jours doit également parvenir à l'administration dans les plus brefs délais. 
 
 
Section 7.- Congé parental 
 
 
 
   
Article  130.-  L’agent  en  activité  de  service  obtient,  lors  de  la  naissance  ou  de  l’adoption 
d’un enfant, un congé parental tel que prévu par l’arrêté royal du 29 octobre 1997 relatif à l’introduction 
d’un droit au congé parental et ses modifications ultérieures dans le cadre de l’interruption de carrière 
professionnel e et de l’arrêté royal du 10 août 1998 instaurant un droit à l’interruption de carrière pour 
l’assistance ou l’octroi de soins à un membre du ménage ou de la famille gravement malade. 
 
 
 
Section  8.-  Des  congés  d'accueil  en  vue  de  l'adoption  ou  du  placement  d’un  mineur  sur  décision 
judiciaire ou de la tutelle officieuse 
 
 
 
   
Article 131.-  Un congé d’adoption est accordé à l’agent qui adopte un enfant de moins de 
dix ans. 
Le congé est de 6 semaines au plus. 
 
Le  congé  peut  être  fractionné  par  semaine  et  doit  être  pris  au  plus  tard  dans  les  quatre  mois  qui 
suivent l’accueil de l’enfant dans la famil e de l’agent. A la demande de l’agent, 3 semaines au plus de 
ce congé peuvent être prises avant que l’enfant n’ait été effectivement accueil i dans la famil e. 
 
La  durée  maximum  du  congé  d’adoption  est  doublée  lorsque  l’enfant  est  atteint  d’une  incapacité 
physique  ou  mentale  de  66  %  au  moins  ou  d’une  affection  qui  a  pour  conséquence  qu’au  moins  4 
points sont octroyés dans le pilier 1 de l’échel e médico-sociale, au sens de la réglementation relative 
aux allocations familiales. 
 
 
 
43 
 

 
 
 
Un congé d’accueil est accordé à l’agent qui assure la tutel e officieuse d’un enfant de moins de dix 
ans ou qui accueille un mineur dans sa famille suite à une décision judiciaire de placement dans une 
famil e d’accueil. 
 
Le congé est de six semaines au plus pour un enfant de moins de 3 ans et de quatre semaines au 
plus dans les autres cas. Le congé débute le jour où l’enfant est accueil i dans la famil e et ne peut pas 
être fractionné. 
 
La  durée  maximum  du  congé  d’accueil  est  doublée  lorsque  l’enfant  est  atteint  d’une  incapacité 
physique  ou  mentale  de  66  %  au  moins  ou  d’une  affection  qui  a  pour  conséquence  qu’au  moins  4 
points sont octroyés dans le pilier 1 de l’échel e médico-sociale, au sens de la réglementation relative 
aux allocations familiales. 
  
Conditions et modalités d’octroi   
L’agent  qui  désire  bénéficier  du  congé  d’adoption  communique  au  Col ège  communal  la  date  à 
laquelle le congé prendra cours et sa durée. 
 
Cette  communication  se  fait  par  écrit  au  moins  un  mois  avant  le  début  du  congé  à  moins  que  le 
Col ège communal n’accepte un délai plus court à la demande de l’intéressé. 
 
L’agent doit présenter les documents suivants : 
 
1°  une  attestation,  délivrée  par  l’autorité  centrale  compétente  de  la  Communauté,  qui  confirme 
l’attribution de l’enfant à l’agent pour obtenir le congé de trois semaines au plus avant que l’enfant ne 
soit accueilli dans la famille ; 
 
2°  une  attestation  qui  confirme  l’inscription  de  l’enfant  au  registre  de  population  ou  au  registre  des 
étrangers pour pouvoir prendre le congé restant. 
 
Le congé d’adoption et le congé d’accueil sont assimilés à une période d’activité de service.  
 
 
Section 9 : Congé pour soin d’accueil 
 
Article 132.- Un congé pour soin d’accueil est accordé au personnel communal, statutaire et 
contractuel,  suivant  les  dispositions  prévues  par  la  loi  du  3  juillet  1978  et  les  arrêtés  d’exécution. 
Pour  le  personnel  nommé  à  titre  définitif,  ce  congé  est  entièrement  rémunéré  et  assimilé  à  de 
l’activité de service. 
 
 
Section 10.- Congé pour accompagnement et assistance de personnes en situation de handicap 
 
 
 
   
Article 133.- Pour autant que l'intérêt du service ne s'y oppose pas, il peut être accordé aux 
agents  visés  à  l'article  104  un  congé  pour  accompagner  et  assister  des  personnes  en  situation  de 
handicap et des malades au cours de voyages et de séjours de vacances organisés en Belgique ou à 
l'étranger par une association, une institution publique ou une institution privée, dont la mission est de 
prendre en charge le sort des handicapés et de malades et qui, à cette fin, reçoit des subventions des 
pouvoirs publics. 
 
La durée de ces congés ne peut excéder 5 jours ouvrables par an. 
 
Ces congés sont assimilés à des périodes d'activité de service. 
 
La  demande  de  congé  doit  être  appuyée  d'une  attestation  par  laquelle  l'association  ou  l'institution 
certifie que le voyage ou le séjour de vacances est placé sous sa responsabilité. 
 
 
Section 11.- Congés pour maladie ou infirmité 
 
 
 
   
Article 134.- Pour l'ensemble de sa carrière, l’agent statutaire qui, par suite de maladie ou 
d'infirmité, est empêché d'exercer normalement ses fonctions, peut obtenir des congés pour cause de  
 
44 
 

 
 
 
maladie  ou  d'infirmité  à  concurrence  de  trente  jours  par  douze  mois  d'ancienneté  de  service 
comptabilisés à la date d’entrée en service. 
 
Toutefois,  s'il  ne  compte  pas  trente-six  mois  d'ancienneté  de  service,  l'agent  peut  obtenir  nonante 
jours de congé. 
 
Pour l'agent invalide de guerre, ces nombres de jours sont portés respectivement à quarante-cinq et 
cent trente-cinq jours. 
 
Ces congés sont assimilés à des périodes d'activité de service. 
 
Il y a lieu d'entendre par ancienneté de service, les services effectifs que l'agent a accomplis en faisant 
partie,  à  quelque  titre  que  ce  soit  et  sans  interruption  volontaire,  de  l'Etat,  des  Régions,  des 
Communautés,  d'une  province,  d'une  commune,  d'une  personne  publique  subordonnée  aux 
communes,  d'une  agglomération  de  communes,  d'une  fédération  de  communes,  d'un  centre  public 
d'aide sociale, d'une association de centres publics d'aide sociale ou d'un établissement ou organisme 
d'intérêt public repris en annexe de l'arrêté royal du 1er juin 1964 relatif à certains congés accordés à 
des agents des administrations de l'Etat, comme titulaires d'une fonction comportant des prestations 
complètes ou incomplètes. 
 
L'agent est réputé prester des services effectifs tant qu'il se trouve dans une position administrative qui 
lui  vaut  de  par  son  statut,  son  traitement  d'activité  ou,  à  défaut,  la  conservation  de  ses  titres  à 
l'avancement de traitement. 
 
L'interruption est volontaire lorsqu'elle est due au fait ou à la faute de l'agent. 
 
Dans l'hypothèse où l'agent demande la valorisation des services effectifs antérieurs en application de 
l'alinéa 5 du présent article, elle ne sera accordée que pour les périodes couvertes par une attestation 
délivrée  par  la  ou  les  administrations  à  laquelle  ou  auxquelles  il  a  appartenu  et  qui  spécifie(nt)  le 
nombre  de  jours  d'absence  pour  maladie  ou  infirmité  dont  il  a  bénéficié  ainsi  que  les  périodes  de 
services effectifs correspondant à la définition du présent article. 
 
Les  agents  définitifs  qui  bénéficient  dans  le  cadre  du  statut  pécuniaire  et  dans  les  conditions  qu'il 
détermine  d'une  bonification  d'ancienneté  de  service  en  tant  qu'invalides  de  guerre,  prisonniers  de 
guerre, prisonniers politiques, mobilisés dans les forces belges de Grande-Bretagne ou dans les corps 
expéditionnaires de la force publique, nommés agents de renseignements et d'action, membres de la 
résistance  armée  ou  civile  ou  de  la  résistance  par  la  presse  clandestine,  réfractaires  au  sens  de 
l'arrêté-loi  du  24  décembre  1946  ou  déportés  pour  le  travail  obligatoire,  obtiennent  la  même 
bonification d'ancienneté pour le calcul des jours de congés auxquels ils peuvent prétendre en vertu 
du  présent  article,  à  condition  toutefois  que  la  période  considérée    n'intervienne  pas  déjà  dans  la 
fixation de leur ancienneté de service. 
 
 
Lorsque  l'agent  effectue,  conformément  aux  sections  13  et  14  du  présent  chapitre,  des  prestations 
réduites: 
 

le  nombre  de  jours  de  congé  pour  maladie  ou  infirmité  que  peut  obtenir  l'agent  est  réduit  au 
prorata des prestations non effectuées; 
 

les jours d'absence pour cause de maladie ou d'infirmité de l'agent sont comptabilisés au prorata 
des  prestations  qu'il  aurait  dû  fournir  pendant  cette  période.  Si  le  nombre  total  des  jours  ainsi 
comptabilisés par douze mois d'activité de service n'est pas un nombre entier, la fraction de jour 
est négligée. 
 
 
 
   
Article  135.-  Sous  réserve  de  l'article  139  et  par  dérogation  à  l'article 134,  le  congé  de 
maladie ou d'infirmité est accordé sans limite de temps lorsqu'il est provoqué par : 
1.-    un accident de travail; 
2.-    un accident survenu sur le chemin du travail;  
3.-    une maladie professionnelle. 
 
 
45 
 

 
 
 
En outre, et sauf pour l'application de l'article 139, les jours de congé accordés dans ces cas ne sont 
pas  pris  en  considération  pour  déterminer  le  nombre  de  jours  de  congé  que  l'agent  définitif  peut 
encore obtenir en vertu de l'article 134. 
 
 
 
   
Article 136.- Les jours de congé de maladie accordés à la suite d’un accident causé par la 
faute d’un tiers et autre qu’un accident de travail ou survenu sur le chemin du travail, ne sont pas pris 
en  considération  pour  déterminer  le  nombre  de  jours  de  congé  que  l’agent  peut  encore  obtenir  en 
vertu de l’article 134, à concurrence du pourcentage de responsabilité imputé au tiers et qui sert de 
fondement à la subrogation légale de la commune. 
 
Disposition  transitoire :  les  agents  contractuels  faisant  l’objet  d’une  nomination  à  titre  définitif  ou  à 
l’essai  après  la  date  d’entrée  en  vigueur  du  §  1  du  présent  article  (c’est  à  dire  le  1er  janvier  2002) 
bénéficient  des  avantages  de  celui-ci  pour  les  accidents  dont  ils  ont  été  victimes  durant  leur 
occupation à titre contractuel avant le 1er  janvier 2002. 
 
 
 
   
Article  137.-  Pour  l'application  de  l'article  135  on  entend  par  accident  de  travail  l'accident 
survenu à l'agent définitif dans le cours et par le fait de l'exercice des fonctions qui lui sont confiées. 
L'accident survenu dans le cours de l'exercice des fonctions est présumé jusqu'à preuve du contraire, 
survenu par le fait de l'exercice des fonctions.  
Pour l'application de l'article 135 on entend par accident survenu sur le chemin du travail, l'accident qui 
réunit  les  conditions  requises  pour  avoir  ce  caractère  au  sens  de  la  législation  sur  la  réparation  des 
dommages résultant des accidents survenus sur le chemin du travail.  
 
Le Collège communal peut mandater l'organisme qui assure la commune contre le risque d'accidents 
du  travail  en  vue  de  procéder  en  son  nom  et  pour  son  compte  aux  contrôles  médicaux  et,  le  cas 
échéant, à la notification de reprise du travail. 
 
Pour l'application de l'article 135, sont de plein droit reconnues comme maladies professionnelles les 
maladies qui sont ou seront reconnues comme telles à l'égard des agents de l'Etat, en ce compris les 
maladies  reprises  à  la  législation  relative  à  la  réparation  des  dommages  causés  par  les  maladies 
professionnelles.  
 
 
 
   
Article  138.-  En  cas  d'accident  survenu  par  la  faute  de  tierces  personnes  à  un  agent 
nommé à titre définitif, les rémunérations et indemnités payées par la commune à la victime ou à ses 
ayants-droit  ne  sont  allouées  qu'à  titre  d'avance,  donc  à  titre  provisoire,  la  commune  se  réservant 
expressément d'en réclamer le remboursement aux tiers responsables de l'accident. 
Il en est de même des frais de toute nature que la commune pourrait être appelée à payer du chef de 
l'accident. 
En  conséquence,  le  bénéficiaire  est  tenu  de  subroger  la  commune  dans  tous  ses  droits,  actions  et 
moyens généralement quelconques contre tous tiers responsables à quelque titre que ce soit. 
 
La commune pourra exiger que la subrogation soit rappelée dans les quittances et reproduites soit par 
acte sous seing privé, soit par acte authentique, autant de fois qu'elle le jugera utile et dans la forme 
qu'elle indiquera. 
 
 
 
   
Article  139.-  L'agent  nommé  à  titre  définitif,  atteint  d'une  invalidité  prématurée  dûment 
constatée et le mettant hors d'état de remplir ses fonctions de manière complète, régulière et continue, 
ne peut être déclaré définitivement inapte pour cause de maladie ou d'infirmité avant qu'il n'ait épuisé 
la somme des congés à laquelle lui donne droit l'article 134 du présent règlement. 
 
 
 
   
Article  140.-  Les  agents  visés  à  l'article  104,  absents  pour  maladie  ou  infirmité,  doivent 
informer leur chef immédiat dans les plus brefs délais.  
 
 
Le certificat médical qui couvre les congés dès le début de la maladie doit parvenir au plus tard dans 
les  deux  jours  ouvrables  au  service  compétent  et  au  bureau  du  personnel.  Il  sera  obligatoirement 
établi sur la formule délivrée par la Ville. Les chefs de service doivent signaler sans retard au bureau 
du personnel toute rentrée en service d'un agent, survenant avant l'expiration du congé. 
 
46 
 

 
 
   
 
 
 
Article 141- Le Directeur général peut, en vertu de son droit de surveillance, désigner les 
agents  visés  à  l'article 104  qui  doivent  être  soumis  à  un  examen  médical  de  contrôle.  
 
En  cas  de  contestation,  si  aucun  accord  n'intervient  entre  le  médecin  traitant  et  le  médecin 
contrôleur, il sera fait appel, à la demande d’une des parties, à l'arbitrage d'un troisième médecin 
désigné de commun accord par les deux médecins en cause.  
 
 
 
   
Article 142.- 
 
§  1er.-  La  réaffectation  d'un  agent  définitif  jugé  par  le  conseiller  en  prévention  -  médecin  du  travail 
inapte  à  poursuivre  ses  fonctions  est  soumise  aux  dispositions  du  Règlement  général  pour  la 
Protection du Travail. 
 
§ 2.- Le Collège communal examine la possibilité d'affecter l'agent à un autre emploi, en fonction des 
recommandations  du  conseiller  en  prévention  -  médecin  du  travail  et  des  exigences  du  bon 
fonctionnement du service. 
 
Il peut d'office réaffecter l'agent dans un emploi d'un grade équivalent. 
 
§  3.-  La  réaffectation  dans  un  emploi  d'un  grade  inférieur,  pour  cause  d'inaptitude  physique,  est 
décidée par le Collège communal moyennant l'accord préalable de l'agent. 
 
La  réaffectation    ne  peut  avoir  pour  effet  une  réduction  du  traitement  antérieur.  L'agent  réaffecté 
conserve le traitement attaché à son grade. 
 
 
 
   
Article 143.- Sans préjudice de l'article 83 de la loi du 5 août 1978, l'agent définitif ne peut 
être  déclaré  définitivement  inapte  pour  cause  de  maladie  ou  d'infirmité  avant  qu'il  n'ait  épuisé  la 
somme de congés auxquels il a droit en vertu de l'article 134 du présent statut. 
 
 
Section 12.- Congés pour prestations réduites en cas de maladie ou d'infirmité 
 
 
 
   
Article 144 - Sont considérés comme congé les absences d'un agent nommé à titre définitif 
pendant  les  prestations  réduites  qu'il  effectue  en  application  des  articles  146  à  149  du  présent 
règlement. 
Ce congé est assimilé à une période d'activité de service. 
 
 
 
   
Article 145.- En vue de se réadapter au rythme normal de travail, un agent peut exercer ses 
fonctions par prestations réduites pour maladie. Ces prestations doivent succéder directement à une 
absence ininterrompue pour maladie d’au moins trente jours. 
 
 
Cette période de prestations réduites est assimilée à une période d’activité de service, sans réduction 
du traitement et sans décompte du capital « congé de maladie ». 
 
Les  prestations  réduites  s’effectuent  chaque  jour,  sauf  recommandation  du  service  médical  de 
contrôle. 
L’agent en prestations réduites pour maladie ne peut exercer  pour la commune d’autres tâches que 
cel es qu’il effectue en prestations réduites.  
 
 
   
Article 146.- Au cas où les instances médicales commises par la Ville  estiment qu'un agent 
définitif, absent pour cause de maladie ou d'infirmité est apte à reprendre l'exercice de ses fonctions à 
concurrence de 50 pour-cent, de 60 pour-cent ou de 80 pour-cent des prestations normales, elles en 
informent l'Administration communale. Le Collège communal rappelle l'agent en service en l'admettant 
à accomplir lesdites prestations réduites.  
47 
 

 
 
 
 
 
   
Article 147.- Lorsqu’un agent définitif absent pour cause de maladie ou d'infirmité demande 
à reprendre l'exercice de ses fonctions à concurrence de 50 pour-cent, de 60 pour-cent ou de 80 pour-
cent il doit produire, à l'appui de cette demande, un certificat médical et un plan de réintégration établi 
par son médecin traitant. Dans le plan de réintégration, le médecin traitant mentionne la date probable 
de reprise intégrale du travail. 
 Le  conseiller  en  prévention  -  médecin  du  travail  se  prononce  sur  l’aptitude  physique  de  celui-ci  à 
reprendre ses fonctions à concurrence de 50%, de 60% ou de 80% des prestations normales. 
 
Il remet aussi rapidement que possible ses constatations écrites à l’agent. 
 
Si  l’agent  ne  peut,  à  ce  moment,  marquer  son  accord  avec  les  constatations  du  conseiller  en 
prévention - médecin du travail, ce dernier l’acte sur ses constatations écrites. 
 
Dans les deux jours ouvrables qui suivent la remise des constatations, la partie la plus intéressée peut 
désigner, en vue de régler le litige médical et de commun accord, un médecin arbitre. Si aucun accord 
ne peut être conclu dans les deux jours ouvrables, la partie la plus intéressée peut désigner, en vue de 
régler  le  litige  médical,  un  médecin  arbitre  qui  satisfait  aux  dispositions  de  la  Loi  du  13  juin  1999 
relative à la médecine de contrôle et figure sur la liste fixée en exécution de la loi précitée. 
Le  médecin  arbitre  effectue  l’examen  médical  et  statue  sur  le  litige  médical  dans  les  trois  jours 
ouvrables qui suivent sa désignation. Toutes autres constatations demeurent couvertes par le secret 
professionnel. Les frais de cette procédure, ainsi que les éventuels frais de déplacement de l’agent, 
sont à charge de la partie perdante. 
Le médecin arbitre porte sa décision à la connaissance de celui qui a délivré le certificat médical et du 
conseiller en prévention - médecin du travail.  
 
 
 
   
Article  148.-  Les  décisions  du  Collège  communal  portant  qu'un  agent  définitif  reprendra 
l'exercice  de  ses  fonctions  à  concurrence  de  50  pour-cent,  de  60  pour-cent  ou  de  80  pour-cent  ne 
peuvent être prises pour une période de plus de trente jours du calendrier.  
 
Toutefois, des prorogations peuvent être accordées pour une période ayant au maximum cette durée, 
si le conseiller en prévention -  médecin du travail estime, lors d'un nouvel examen, que l'état physique 
de l'agent le justifie. 
 
 
 
 
Sur l’ensemble de la carrière, le total des périodes de travail à temps réduit pour raison médicale sont 
limitées comme suit : 
En  fonction  de  l’ancienneté  de  service,  l’agent  a  droit  à  un  certain  nombre  de  points  de  réduction 
médicale calculé de la manière suivante : 
 
 Ancienneté de service 
points 
< 10 ans 
45 
>10 ans et < 20 ans 
90 
> 20 ans 
135 
 
Le nombre de points est obtenu en multipliant le nombre de jours calendrier par la part de réduction de 
travail 
 
 
   
Article 149.- A chaque examen, le conseiller en prévention – médecin du travail décide quel 
est le régime de travail le mieux approprié. 
 
Disposition transitoire 
 
Pour l’application de l’article 148, chaque agent se verra attribuer  au 1/1/2011 le nombre de points 
correspondant à son ancienneté de service sans qu’il soit tenu compte des prestations réduites pour 
raison médicale effectuées avant le 1/1/2011. 
48 
 

 
 
 
 
Section 13.- Congés pour prestations réduites justifiées par des raisons sociales ou familiales 
 
 
   
 
  Article 150.- La présente section est applicable aux agents définitifs ou à l'essai. 
 
 
   
 
  Article 151.- 
 
§  1er.  -  Le  Collège  communal  peut  autoriser  l'agent  à  exercer,  à  sa  demande,  ses  fonctions  par 
prestations réduites, pour des raisons sociales ou familiales.  
La demande de l'agent doit être motivée et appuyée par toute preuve utile. Elle ne peut être satisfaite 
que si elle tend à remédier à une situation résultant de difficultés graves survenues soit : 
-  à l'agent lui-même; 
-  à son conjoint; 
-  à ses enfants ou à ceux de son conjoint; 
-  à l'enfant qui a été adopté par l'agent lui-même ou son conjoint;  
-  à l'enfant dont il est ou dont son conjoint est tuteur officieux; 
-  aux parents et alliés, de quelque degré que ce soit, habitant sous le même toit que l'agent ou étant 
à sa charge; 
-  aux  ascendants  au  premier  degré  de  l'agent  ou  de  son  conjoint,  ainsi  qu'aux  frères  et  sœurs  de 
l'agent; 
-  à l'enfant accueilli dans un foyer en vue de son adoption ou de l'exercice d'une tutelle officieuse; 
-  à l'enfant dont l'agent ou son conjoint a été désigné comme tuteur; 
-  à l'enfant dont la garde a été confiée à l'agent ou à son conjoint, désigné comme subrogé tuteur; 
-  à l'interdit dont la garde a été confiée à l'agent ou à son conjoint désigné comme tuteur. 
 
Il  est à noter que l'on entend par conjoint, l'époux(se) de l'agent ou la personne qui vit maritalement 
avec l'agent. 
 
 
§ 2. - Le Collège communal apprécie les raisons invoquées par l'agent; il apprécie également si l'octroi 
de l'autorisation est compatible avec les exigences du bon fonctionnement du service.  
 
La décision est notifiée à l'agent sans délai; lorsque la demande n'est pas ou n'est que partiellement 
agréée, la décision est motivée. 
 
§ 3. - L'agent qui bénéficie de l'autorisation visée au § 1er est tenu d'accomplir au moins la moitié de la 
durée  des  prestations  qui  lui  sont  normalement  imposées.  Ces  prestations  s'effectuent  soit  chaque 
jour, soit selon une autre répartition sur la semaine ou le mois. Elles sont compatibles avec la bonne 
marche du service et les heures d'ouverture au public. 
 
§ 4. - Pendant son congé, l'agent ne peut exercer aucune occupation lucrative. 
 
 
§ 5. Le Directeur général, le Directeur financier sont exclus du bénéfice de cette mesure. 
 
 
   
Article 152.- L'autorisation d'exercer des prestations réduites est accordée pour une période de 
trois mois au moins et de vingt-quatre mois au plus.  
 
Des  prorogations  de  trois  mois  au  moins  et  de  vingt-quatre  mois  au  plus  peuvent  toutefois  être 
accordées, si des raisons de même ordre subsistent et si la mesure est compatible avec les exigences 
du bon fonctionnement du service. 
 
Chaque  prorogation  est  subordonnée  à  une  demande  de  l'agent  intéressé,  introduite  au  moins  un 
mois  et  demi  avant  l'expiration  du  congé  en  cours  et  à  l'application  de  la  procédure  d'autorisation 
prévue à l'article 151 § 2. 
 
49 
 

 
 
 
Pour  l'ensemble  de  sa  carrière,  la  durée  totale  des  congés  pour  prestations  réduites  accordées  à 
l'agent ne peut excéder cinq ans. 
 
 
   
Article 153.- Sont considérées comme congé les périodes d'absence justifiées par la réduction 
des prestations en application de la présente section. 
 
Ce congé n'est pas rémunéré. Il est assimilé pour le surplus à une période d'activité de service.  
L'agent continue à percevoir le traitement dû en raison de ses prestations réduites. 
 
Les congés pour cause de maladie ou d'infirmité ne mettent pas fin au régime de prestations réduites. 
Pour  le  calcul  du  nombre  de  jours  de  congés  de  maladie  ou  d'infirmité,  il  y  a  lieu  de  se  référer  au 
contenu de l'article 134 du présent chapitre.  
 
 
   
 
  Article  154.-  Pour  l'application  du  chapitre  XVI  :  du  régime  de  disponibilité,  le  dernier 
traitement d'activité est, durant la période de prestations réduites en cours, celui dû en raison desdites 
prestations.  
 
La disponibilité pour maladie ou infirmité ne met pas fin au régime de prestations réduites. 
 
 
   
 
  Article  155.-  L'autorisation  de  s'absenter  pour  des  raisons  sociales  et  familiales  est 
suspendue dès que l'agent obtient : 
1.-  un congé visé par les articles 114, 115, 116, 121 , 130, 131  du présent chapitre; 
2.-  un congé en vue de l'accomplissement de certaines prestations militaires en temps de paix, ainsi 
que des services dans la protection civile ou de tâches d'utilité publique en application de la loi 
du 3 juin 1964 portant le statut des objecteurs de conscience; 
3.-  un des congés visés à l'article 173ou un congé pour mission syndicale. 
 
Dans  les  cas  visés  au  3,  la  suspension  de  l'autorisation  de  s'absenter  pour  raisons  sociales  et 
familiales n'intervient qu'à la demande de l'agent. 
 
 
   
 
  Article 156- A l'initiative soit du Collège communal soit de l'agent intéressé, et moyennant 
préavis d'un mois, il peut être mis fin avant son expiration à une autorisation en cours.  
 
 
   
 
  Article 157.- 
 
§ 1er. - Sans préjudice de la faculté de se prévaloir des articles 151 à 156, l'agent définitif ou à l'essai 
qui a atteint l'âge de cinquante ans peut exercer ses fonctions, sous le régime des prestations réduites 
pour raisons sociales ou familiales, aux conditions fixées par le présent article.  
 
§  2.  -  L'agent  visé  au  §  1er  est  tenu  d'accomplir  soit  la  moitié,  soit  les  trois-quarts,  soit  les  quatre 
cinquièmes  de  la  durée  des  prestations  qui  lui  sont  normalement  imposées.  Ces  prestations 
s'effectuent soit chaque jour, soit selon une autre répartition dans la semaine ou dans le mois.  
 
Les périodes de congé pour prestations réduites prennent cours au plus tôt deux mois après la date 
de la demande de l'agent, à moins que l'autorité ne décide d'accorder le congé dans un délai abrégé. 
 
Sur l’initiative de l'agent et moyennant préavis d'un mois, il peut être mis fin avant son expiration à un 
congé  en  cours  à  moins  que  l'autorité,  à  la  demande  de  l'agent,  n'accepte  un  délai  de  préavis  plus 
court. 
 
§ 3. - L'agent visé au § 1er peut exercer ses fonctions par prestations réduites pendant une période de 
trois mois au moins et de vingt-quatre mois au plus.  
 
Des prorogations de trois mois au moins et de vingt-quatre mois au plus peuvent être accordées. 
 
Chaque  prorogation  est  subordonnée  à  une  demande  de  l'agent  intéressé,  introduite  au  moins  un 
mois et demi avant l'expiration du congé en cours. 
 
50 
 

 
 
 
§ 4. - Seuls les articles 151, § 1er, alinéa 1er, et § 4, 152 alinéa 4, 153 et 154 sont applicables à l'agent 
visé au § 1er.  
 
§ 5. Le Directeur général et le Directeur financier sont exclus du bénéfice de cette mesure. 
 
 
 
Section 14.- Des prestations réduites pour convenance personnelle 
 
 
   
 
  Article 158.- 
 
§ 1er.- Le Collège communal peut autoriser l'agent définitif ou à l'essai qui le demande à exercer ses 
fonctions  par  prestations  réduites  pour  convenance  personnelle.  L'octroi  de  cette  autorisation  est 
subordonnée aux exigences du bon fonctionnement du service. 
 
L'autorité  notifie  sa  décision  à  l'agent  dans  le  délai  d'un  mois  et  demi  de  la  réception  de  la 
demande; lorsque celle-ci n'est pas agréée, la décision est motivée.  
 
§ 2. - Le Collège communal détermine les fonctions pour lesquelles l'autorisation de s'absenter pour 
convenance personnelle ne peut être accordée en aucun cas.  
 
 
   
 
  Article  159.-  L'agent  qui  bénéficie  de  l'autorisation  visée  à  l'article  158  §  1er  est  tenu 
d'accomplir soit la moitié, soit les trois-quarts, soit les quatre cinquièmes de la durée des prestations 
qui lui sont normalement imposées. 
 
Ces prestations s'effectuent soit chaque jour, soit selon une autre répartition sur la semaine ou sur le 
mois. Elles sont compatibles avec la bonne marche du service et les heures d'ouverture au public. 
 
 
   
 
  Article 160.- Durant la période d'absence, l'agent est en non-activité.  
 
Il  peut néanmoins faire valoir ses titres à la promotion. La promotion à un grade supérieur met fin à 
l'autorisation d'exercer ses fonctions par prestations réduites. 
 
 
   
 
  Article 161.- L'autorisation visée à l'article 158 § 1er est accordée pour une période de trois 
mois au moins et de vingt-quatre mois au plus. 
 
Des prorogations peuvent être accordées pour des périodes de trois mois au moins et de vingt-quatre 
mois au plus, selon les mêmes modalités que l'autorisation initiale.  
 
Chaque prorogation est subordonnée à une demande de l'agent, introduite au moins un mois et demi 
avant l'expiration de la période pour laquelle il a été autorisé à exercer ses fonctions par prestations 
réduites. 
 
 
   
 
  Article  162.-  A  l'initiative  soit  de  l'autorité  compétente,  soit  de  l'agent  intéressé,  et 
moyennant  un  préavis  d'un  mois,  l'agent  reprend  ses  fonctions  à  temps  plein  avant  que  n'expire  la 
période pour laquelle il a été autorisé à les exercer par prestations réduites. 
 
 
   
 
  Article 163.- L'autorisation de s'absenter pour convenance personnelle est suspendue dès 
que l'agent obtient : 
1.-  un congé visé par les articles 114, 116, 121, 130, 131 et 151 du présent règlement; 
2.-  un congé en vue de l'accomplissement de certaines prestations militaires en temps de paix, ainsi 
que des services dans la protection civile ou de tâches d'utilité publique en application de la loi du 
3 juin 1964 portant le statut des objecteurs de conscience; 
3.-  un des congés visés à l'article 173 ou un congé pour mission syndicale. 
 
 
51 
 

 
 
 
Dans  les  cas  visés au 3, la suspension de l'autorisation de s'absenter pour convenance personnelle 
n'intervient qu'à la demande de l'agent. 
 
 
   
 
Article  164.-  Prestations  réduites  à  raison  de  36/38ème  d'heures  semaine  en  vertu  des 
dispositions prises dans le cadre du rattrapage salarial imposé par le plan d'assainissement de 1984. 
 
 
   
 
Le  Collège  communal  autorise  l'agent  définitif,  à  l'essai  ou  contractuel,  qui  le  souhaite,  à 
exercer ses fonctions par prestations réduites à raison de : 
 
- 36/36,5ème d'heures semaine à partir du 01.07.96. 
- 36/37ème d'heures semaine à partir du 01.01.98. 
- 36/37,5ème d'heures semaine à partir du 01.01.99. 
- 36/38ème d'heures semaine à partir du 01.01.2000. 
avec réduction proportionnelle du traitement de l'agent concerné. 
 
   
 
Sont exclus de cette possibilité de prestations réduites tous les agents de niveau A ainsi que 
les agents faisant partie des corps de sécurité. 
 
 
Section 15.- Congé de prophylaxie 
 
   
 
  Article 165.- Lorsqu'un membre de la famille d'un agent définitif habitant sous le même toit 
que celui-ci, est atteint d'une maladie que le médecin estime contagieuse au point d'empêcher  
 
 
l'agent  d'accomplir  son  service  par  crainte  de  transmission  de  germes,  le  congé  de  prophylaxie  doit 
être couvert par un certificat médical dûment motivé. 
 
 
   
 
  Article 166..- Les affections donnant lieu à un congé de prophylaxie et la durée de ce congé 
sont les suivantes : 
- Diphtérie : 
7 jours en l'absence de germes chez   l'agent; 
- Encéphalite épidémique : 
17 jours; 
- Fièvre typhoïde et paratyphoïde : 
12 jours; 
- Méningite cérébrospinale : 
9 jours; 
- Morve :  12 jours; 
- Poliomiélyte : 
17 jours; 
- Scarlatine : 
10 jours; 
- Variole :   
18 jours. 
 
   
 
  Article  167.-  Dès  qu'il  a  connaissance  du  diagnostic,  l'agent  a  le  devoir  de  cesser 
immédiatement  tout  contact  avec  le  malade.  Les  périodes  de  congé  de  prophylaxie  sont  valables  à 
partir du moment où la personne malade a présenté les premiers symptômes nets et non à partir du 
jour de l'établissement du certificat. 
 
 
   
 
  Article 168.- Le régime des congés de prophylaxie ne peut être accordé : 
1.- 
aux agents qui habitent une partie de l'immeuble lorsque la maladie contagieuse se déclare chez 
les personnes occupant une autre partie de l'immeuble; 
2.- 
aux  agents  atteints  eux-mêmes  d'une  maladie  contagieuse;  à  partir  du  moment  où  l'agent 
présente  des  symptômes  de  la  maladie,  le  congé  de  prophylaxie  se  convertit  en  congé  de 
maladie ordinaire; 
3.- 
aux agents qui travaillent en plein air ou isolément. 
 
   
 
  Article 169.- Le congé de prophylaxie est assimilé à une période d'activité de service. 
 
52 
 

 
   
 
   
 
 
Article 170.- Le personnel contractuel a droit à un congé prophylactique en vertu de l’article 
239 § 1er de l’Arrêté royal du 3 juil et 1996 portant exécution de la loi relative à l’assurance obligatoire 
soins de santé et indemnité, coordonné le 14 juillet 1994. 
 
 
Section 16.- Absences de longue durée justifiées par des raisons familiales 
 
 
   
 
  Article 171.- Le Collège communal peut, pour autant que l'intérêt du service ne s'y oppose 
pas, autoriser l'agent nommé à titre définitif à s'absenter pour se consacrer à ses propres enfants ou à 
un enfant accueilli après avoir signé un acte d'adoption ou une convention de tutelle officieuse. 
 
Cette autorisation est accordée pour une période maximum de quatre ans; en tout état de cause, elle 
prend fin lorsque l'enfant atteint l'âge de 5 ans.  
 
La durée maximum de l'absence est portée à 6 ans, et prend fin au plus tard lorsque l'enfant atteint 
8 ans, si ce dernier est handicapé et satisfait aux conditions pour bénéficier des allocations familiales, 
en application de l'article 47 des Lois coordonnées relatives aux allocations familiales pour travailleurs 
salariés  ou  de  l'article  26  de  l'Arrêté  royal  du  8  avril  1976  établissant  le  régime  des  prestations 
familiales en faveur des travailleurs indépendants.  
 
Durant la période d'absence, l'agent est en non-activité; il n'a pas droit au traitement et ne peut faire 
valoir  ses  droits  à  la  promotion  et  à  l'avancement  de  traitement.  Il  ne  peut  exercer  aucune  activité 
lucrative. 
 
   
 
  Article 172.- A la demande de l'agent et moyennant préavis d'un mois, il peut être mis fin 
avant son expiration à une période d'absence en cours. 
 
 
Section  17.-  Congés  pour  l’exercice  d’une  fonction  de  cabinet  ou  d’une  activité  auprès  d’un  groupe 
reconnu de l’une des assemblées législatives ou auprès de son président. 
 
 
   
 
  Article 173.- 
 
§  1er.  -  L'agent  définitif  désigné  comme  membre  du  Cabinet  d'un  Ministre  ou  d'un  Secrétaire  d'Etat 
obtient un congé spécial pour toute la durée de sa mission.  
 
§ 2. - Pour autant que l'intérêt du service ne s'y oppose pas, un congé peut être accordé par le Collège 
communal aux agents définitifs pour accomplir certaines prestations au bénéfice de groupes politiques 
reconnus  de  la  Chambre  des  Représentants,  du  Sénat,  du  Parlement  wallon  ou  du  Conseil  de  la 
Communauté française. 
Ce congé est accordé pour une durée de deux ans au maximum. Il est renouvelable par période de 
deux ans au maximum. 
 
§  3.  -  Les  congés  prévus  aux  §  1er  et  2  sont  rémunérés  et  assimilés  à  une  période  d'activité  de 
service.  Le  Cabinet  et/ou  les  groupes  politiques  reconnus  remboursent  trimestriellement  à  la  Ville  le 
montant global des traitements, indemnités, allocations, payés aux agents qui sont en congé ainsi que 
les charges de pension (taux publié au Moniteur belge), et toutes autres charges patronales. Lorsqu'à 
l'expiration  d'un  trimestre,  un  groupe  politique  n'a  pas  effectué  lesdits  versements,  il  est  mis  fin  au 
congé des agents dont il dispose.  
 
53 
 

Section 18.- Congés compensatoires 
 
 
   
 
  Article 174.- 
 
 
Les  agents  visés  à  l’art.  104  qui  sont  tenus  de  fournir  des  prestations  en  dehors  de  leurs  heures 
habituel es  de  travail  bénéficient  d’un  congé  compensatoire,  sauf  s’ils  perçoivent  pour  les  mêmes 
heures  une  al ocation  spéciale.  La  durée  du  congé  compensatoire  est  égale  au  nombre  d’heures 
supplémentaire prestées. 
Toutefois, cette durée est doublée, s’il s’agit de prestations un samedi, un dimanche ou un jour visés à 
l’art. 110 du présent statut, cette durée est augmentée d’un quart s’il s’agit de prestations nocturnes. 
On  entend  par  prestation  nocturne,  la  prestation  effectuée  entre  20  h  et  8  h ;  le  régime  le  plus 
favorable est accordé à l’agent. 
L’octroi de congés est subordonné aux exigences du bon fonctionnement du service. 
Le  congé  compensatoire  est  le  principe.  Le  paiement  des  prestations  visées  est  subordonné  à  une 
autorisation spéciale du Collège communal. 
Le cumul des congés compensatoires ne peut donner lieu à une absence dont la durée est contraire 
au bon fonctionnement du service.  
Les agents de niveau A peuvent récupérer. Cette récupération sera toujours simple et ne sera jamais 
rémunérée. Les Sections du Conseil communal ne sont pas visées puisqu’elles sont rémunérées. 
 
 
Section 19.- Formation du personnel 
 
A) Formation permettant l’évolution de carrière ou la promotion  
 
1.  Dispense de service 
 
   
 
Article 175.- Une dispense de service peut être accordée à l’agent qui souhaite participer à 
une formation agréée par le Gouvernement Wallon, sur avis du Conseil Régional de la Formation du 
personnel des pouvoirs locaux. 
 
   
L’agent transmet sa demande avec le visa du Chef de service à Monsieur le Directeur général. 
Toute dispense est accordée par le Collège communal. 
 
   
L’autorité compétente accorde ou refuse la dispense sur base des critères objectifs suivants qui 
doivent être examinés suivant cet ordre : 
 
1.  formation reprise dans le plan pluriannuel de la formation ; 
 
2.  évaluation ; 
 
3.  priorité sera accordée à celui qui souhaite suivre pour la première fois la formation ; 
 
4.  sur avis motivé du chef de service en ce qui concerne le bon fonctionnement de son service, le 
Comité de Direction fera rapport à ce sujet à l’Autorité compétente. 
 
Un refus motivé par l’intérêt du service ne peut pas être opposé à l’agent 2 années consécutives. 
 
L’autorité  compétente  suspend  le  droit  à  la  dispense  de  service  pour la durée de la formation en 
cours  si,  sans  motif  légitime,  l’agent  est  absent  de  la  formation  ou  s’il  abandonne  la  formation. 
L’inscription et l’assiduité avec laquel e l’agent a suivi la formation devront être attestées. 
 
Sauf circonstances exceptionnelles, une dispense de service ne peut être accordée plus de deux fois 
de suite pour participer à une même activité de formation. 
 
Pour l’enseignement à distance, la dispense de service est égale au nombre d’heures de cours qui 
seraient  nécessaire  pour  voir  la  même  matière  dans  un  enseignement  avec  présence  au  cours.  Ce 
nombre figure sur le bul etin d’inscription. 
 
Les  frais  de  déplacement  seront  pris  en  charge  par  la  Ville,  dans  les  limites  fixées  par  le  Conseil 
communal (moyen le moins onéreux) ainsi que la moitié du minerval. 
 
 
 
 
54 
 

2.  Congé de formation 
 
 
   
Article  176.-  Un  congé  de  formation  peut  être  accordé  aux  agents  qui  désirent  suivre  une 
formation en dehors des heures normales de service. 
 
L’agent  introduit  sa  demande  munie  du  visa  du  Chef  de  service  auprès  de  Monsieur  le Directeur 
général. Tout congé de formation est accordé par le Collège communal. 
 
La durée du congé de formation ne peut dépasser le nombre d’heures de présence effective de l’agent 
à la formation. Celle-ci doit être agréée par le Gouvernement Wallon sur avis du Conseil Régional de 
la Formation et viser à satisfaire aux conditions de l’évolution de carrière et de la promotion. 
 
Le nombre d’heures de congé de formation est proportionnel aux prestations effectives de l’agent et 
limité au 2/3 du total des heures prévues pour la formation. Suivant l’intérêt du service, une répartition 
planifiée du congé peut être imposée par l’autorité compétente. 
 
Néanmoins, cette répartition ne peut porter atteinte aux droits de l’agent d’utiliser en totalité le congé 
de formation qui lui a été accordé , ni à son droit de l’utiliser pour se rendre à la formation, y assister 
et, le cas échéant, rejoindre son lieu de travail après la formation et pour participer aux examens. 
Pour l’enseignement à distance, la dispense de service est égale au nombre d’heures de cours qui 
seraient nécessaires pour voir la même matière dans un enseignement avec présence au cours. Le 
nombre figure sur le bul etin d’inscription. 
 
L’inscription et l’assiduité avec laquel e l’agent a suivi la formation devront être attestées. 
 
Le  droit  à  un  congé  de  formation  peut  être  suspendu  s’il  résulte  de  l’attestation  d’assiduité  que 
l’agent n’a pas assisté à deux tiers des cours ou s’il ne répond pas aux conditions de contrôle de 
l’acquis.  La  suspension  est  prononcée  par  l’autorité  compétente.  Sauf  circonstances 
exceptionnelles,  le  congé  de  formation  ne  peut  être  accordé  plus  de  deux  fois  de  suite  pour  la 
même formation. 
 
Les  frais  de  déplacement  seront  pris  en  charge  par  la  Ville,  dans  les  limites  fixées  par  le  Conseil 
communal (moyen le moins onéreux) ainsi que la moitié du minerval. 
 
B) Autres formations   
 
   
 
Article  177.- Outre le congé visé sub.A et le congé de promotion sociale visé à la section 20, 
les  agents  peuvent  obtenir  une  dispense  de  service  ou  un  congé  de  formation  pour  suivre  une 
formation  professionnelle  qui  a  un  rapport  avec  la  fonction  actuelle  ou  avec  la  fonction  que  l’agent 
pourrait exercer à l’avenir. 
Sont agréées les formations suivantes :  
 
1) 
les formations de l’Institut de formation des agents des services publics. 
2) 
Les  cours  de  l’enseignement  à  distance  du  Ministère  de  l’éducation,  de  la  recherche  et  de  la 
formation de la communauté française. 
3) 
les  cours  dans  le  cadre  de  l’enseignement  de  promotion  sociale,  organisé,  subventionné  ou 
reconnus à la communauté française. 
4) 
les formations suivantes de l’enseignement supérieur non universitaire, des hautes écoles et des 
universités pour lesquelles un diplôme, un certificat ou tout autre titre peut être obtenu :  
 

les formations de type court et de type long et les formations universitaires des 1er et 2ème 
cycles, les formations de tout cycle d’études complémentaires et les formations de 3ème’ cycle 
organisées le soir ou le week-end ; 

toute autre formation, quel que soit le moment où elle se donne ; 

les cours qui font partie des formations citées en 2) et en 3) et qui peuvent être suivis comme 
élève libre, quel que soit le moment où ils se donnent. 
 
L’agent transmet sa demande avec le visa du chef de service à Monsieur le Directeur général. Tout 
congé de formation ou dispense de service est accordé par le collège communal. 
 
Le congé de formation peut être refusé totalement ou partiel ement s’il est incompatible avec l’intérêt 
du  service.  Cependant  un  refus  motivé  par  l’intérêt  du  service  ne  peut  être  opposé  au  membre  du 
personnel 2 années consécutives. 
 
 
 
55 
 

 
 
 
L’autorité compétente suspend le droit à la dispense de service pour la durée de la formation en cours 
si, sans motif légitime, l’agent est absent de la formation ou s’il abandonne la formation. L’inscription et 
l’assiduité avec laquel e l’agent a suivi la formation devront être attestées. 
 
Sauf circonstances exceptionnelles, une dispense de service ne peut être accordée plus de deux fois 
de suite pour participer à une même activité de formation. 
 
La durée du congé de formation ne peut dépasser le nombre d’heures de présence effective de l’agent 
à la formation. Celle-ci doit être agréée par le Gouvernement Wallon sur avis du Conseil régional de la 
formation et viser à satisfaire aux conditions de l’évolution de carrière et de la promotion. 
 
Le  nombre  d’heure  de  congé  de  formation  est  proportionnel aux prestations effectives de l’agent et 
limité au 2/3 du total des heures prévues pour la formation. Suivant l’intérêt du service, une répartition 
planifiée du congé peut être imposée par l’autorité compétente. 
 
Néanmoins, cette répartition ne peut porter atteinte aux droits de l’agent d’utiliser en totalité le congé 
de formation qui lui est accordé, ni à son droit de l’utiliser pour se rendre à la formation, y assister et, le 
cas échéant, rejoindre son lieu de travail après la formation et pour participer aux examens. 
Pour l’enseignement à distance, la dispense de service est égale au nombre d’heures de cours qui 
seraient nécessaires pour voir la même matière dans un enseignement avec présence au cours. Le 
nombre figure sur le bul etin d’inscription. 
 
L’inscription et l’assiduité avec laquel e l’agent a suivi la formation devront être attestées. 
 
Le droit à un congé de formation peut être suspendu s’il résulte de l’attestation d’assiduité que l’agent 
n’a pas assisté à deux tiers des cours ou s’il ne répond pas aux conditions de contrôle de l’acquis. 
La suspension est prononcée par l’autorité compétente. Sauf circonstances exceptionnel es, le congé 
de formation ne peut être accordé plus de deux fois de suite pour la même formation. 
 
 
Section 20.- Congés de promotion sociale 
 
 
   
 
  Article  178.-  Les  dispositions  de  la  présente  section  sont  applicables  aux  agents 
communaux à l'exception : 
1.- des membres du personnel enseignant; 
2.- des  agents  engagés  dans  les  liens  d'un  contrat  de  louage  de  travail,  ces  derniers  tombant  sous 
l'application de la loi du 1er juillet 1963 portant instauration d'une indemnité de promotion sociale et 
des arrêtés d'exécution de cette loi, qui a été modifiée par celle du 10 avril 1973. 
 
 
   
 
  Article 179.- Pour autant que l'intérêt du service ne s'y oppose pas, un congé de promotion 
sociale  de  dix  jours  ouvrables  au  maximum  par  an  peut  être  accordé  aux  agents  qui  ont  suivi  des 
cours en vue de parfaire leur formation intellectuelle, morale et sociale. 
 
Les  cours,  dont  il  est  question  au  paragraphe  précédent,  doivent  être  organisés  dans  les  conditions 
énoncées  à  l'article  4  de  l'arrêté  du  28  décembre  1973,  tel  qu'il  a  été  modifié  le  21  avril  1975, 
accordant une indemnité de promotion sociale aux travailleurs qui suivent des cours en vue de parfaire 
leur formation intellectuelle, morale et sociale. 
 
 
   
 
  Article 180.- Le congé de promotion sociale est assimilé à une période d'activité de service. 
 
 
 
Section 21.- Congés dus à l'accomplissement d'obligations militaires 
 
 
   
 
  Article 181.- Les agents visés à l'article 1er sont d'office en congé pendant les fractions de 
mois  de  calendrier  au  cours  desquelles  ils  accomplissent,  en  temps  de  paix,  soit  des  prestations 
militaires quelles qu'elles soient, soit des services à la protection civile en application de l'article 18 de 
la loi du 3 juin 1964 portant le statut des objecteurs de conscience. 
 
56 
 

 
   
 
   
 
 
Article  182.-  Les  agents visés à l'article 1er sont d'office en congé pendant la période au 
cours  de  laquelle  ils  accomplissent  dans  les  forces  armées  ou  à  la  protection  civile,  des  rappels 
ordinaires ou des rappels d'urgence. 
 
 
   
 
  Article  183.-  Sont,  pour  les  agents  définitifs,  considérés  comme  périodes  de  non-activité 
sans traitement : 
1.- les  mois  entiers  de  calendrier  durant  lesquels  l'agent  définitif  effectue  son  terme  de  service  actif 
éventuellement prolongé par application des lois sur la milice, ainsi que les rappels disciplinaires; 
2.- les mois entiers de calendrier durant lesquels l'agent définitif accomplit, à un titre quelconque, des 
prestations volontaires dans les forces armées; 
3.- les mois entiers de calendrier durant lesquels l'agent définitif, officier de réserve, a été autorisé à 
servir  dans  une  formation  des  forces  armées,  en  application  de  l'article  63  §  1er,  de  la  loi  du 
1er mars 1958; 
4.- les  mois  entiers  durant  lesquels  l'agent  définitif,  objecteur  de  conscience,  effectue  son  terme  de 
service à la protection civile, ainsi que des rappels disciplinaires. 
 
 
   
 
  Article 184.- Pendant les périodes de non-activité dont il est question à l'article qui précède, 
l'agent  définitif,    conserve  ses  titres  à  la  promotion,  à  l'évolution  de  carrière  et  ses  droits  à 
l'avancement de traitement. 
 
 
   
 
  Article  185.-  Sont,  pour  les  agents  à  l'essai,  temporaires,  contractuels  ou  contractuels 
subventionnés, considérés comme suspension de service sans traitement : 
1.- les périodes visées à l’article 183, 1°, 3° et 4°; 
2.- les  mois  entiers  de  calendrier  durant  lesquels  l'agent  accomplit  dans  les  forces  armées,  des 
prestations volontaires en application de l'article 4, 1° de l'arrêté ministériel du 13 juillet 1964 fixant 
la durée des engagements et rengagements volontaires en temps de paix. 
 
 
   
 
  Article 186.- Les périodes de suspension de service ne sont pas rémunérés. Pendant ces 
périodes, l'agent visé à l'article 1er conserve néanmoins ses droits à l'avancement de traitement et à 
l'évolution de carrière. 
 
 
   
 
  Article  187.-  L'agent  à  l'essai,  temporaire,  contractuel  ou  contractuel  subventionné,  est 
réputé démissionnaire le premier jour où, à un titre quelconque, il accomplit, dans les forces armées, 
des prestations volontaires autres que celles qui sont prévues à l’article 163  2°. 
 
 
Section 22.- Interruption et réduction de carrière 
 
 
   
 
  Article  188.-  Les  agents  ont  droit  à  l'interruption  de  carrière  ou  à  la  réduction  des 
prestations,  selon  les  règles  prévues  par  l'Arrêté  royal  du  2  janvier  1991  relatif  à  l'octroi  d'allocation 
d'interruption. 
 
Ces dispositions font l'objet d'un règlement distinct adopté par le Conseil communal. 
 
 
 
Section 23.- Travail à mi-temps à partir de 55 ans 
 
 
   
 
  Article  189.-  Les  membres  du  personnel  nommés  à  titre  définitif  ont  le  droit,  à  partir  de 
cinquante cinq ans, de travailler à mi-temps jusqu’à la date de leur mise à la retraite anticipée ou non 
et sous réserve de ce qui est stipulé aux articles suivants 
 
 
57 
 

   
 
   
 
 
Article  190.-  Sont  exclus  du  bénéfice  de  la  mesure  le  Directeur  général,  le  Directeur 
financier et les agents de niveau A.   
 
 
   
 
  Article 191.- Le traitement de l'agent sera égal au traitement dû pour des prestations à mi-
temps. Le montant de la prime mensuel e est fixé à  295,99 € (indice 138,01). 
Lorsque la moitié du traitement n’est pas entièrement payée, la prime visée à l’alinéa précédent est 
réduite de façon proportionnelle.  
Le membre du personnel peut renoncer à la prime mensuel e si la perception exclut le paiement d’une 
pension. Il adresse, à cet effet, une lettre au Collège Communal.  
 
   
 
  Article 192.- Les agents qui optent pour la mesure presteront un horaire à mi-temps; lequel 
s'effectuera, selon les nécessités du service. Le Collège tranchera les litiges éventuels. 
 
 
   
 
  Article  193.-  Le  membre  du  personnel  introduit  sa  demande  un  mois  au  moins  avant  le 
premier jour de la prise de cours du travail à mi-temps, auprès du Collège.  
Le  membre  du  personnel  nommé  à  titre  définitif  peut  mettre  fin  au  régime  de  travail  à  mi-temps 
moyennant un préavis de trois mois, à moins que le Col ège communal n’accepte, à la demande de 
celui-ci,  un  délai  plus  court.  En  ce  cas,  l’intéressé  ne  peut  plus  introduire  une  nouvel e  demande  de 
régime de travail à mi-temps à partir de 55 ans. 
 
   
 
  Article  194.-  La  présente  mesure  ne  peut  être  cumulée  avec  aucune  autre  mesure  de 
réduction  du  temps  de  travail  préalable  à  la  pension.  L'agent  concerné  ne  peut  effectuer  aucune 
activité  lucrative  pendant  les  jours  entiers  ou  les  demi-jours  pendant  lesquels  il  n'accomplit  pas  de 
prestation. 
 
   
 
  Article  195.-  La  période  d’absence  est  considérée  comme  congé  et  est  assimilée  à  une 
période d’activité de service. 
 
 
   
 
  Article  196-  Le  nombre  de  jours  de  congé  annuel  de  vacances,  le  congé  de  maladie,  le 
pécule de vacances et l'allocation de fin d'année sont réduits de moitié proportionnellement au temps 
de  travail  presté.  Les  possibilités  de  cumul  avec  d'autres  absences  sont  réglées  conformément  au 
point 8.8 de la circulaire n° 414 du 12 mai 1995. 
 
 
   
 
  Article 197.- Lorsque deux membres du personnel font usage de cette mesure, ils peuvent 
être remplacés par un agent contractuel.                
   
 
   
   
 
 
   
 
  Article 198.- Toutes les questions non résolues par le contenu des articles de la présente 
section  seront  réglées  par  le  Collège  communal  conformément  à  la  Loi  du  19.07.2012  relative  à  la 
semaine de 4 jours et au travail à mi-temps à partir de 50 ans ou 55 ans dans le secteur public et ses 
arrêtés d’exécution.  
 
   
 
  Article  199.-  Les  départs  anticipés  à  mi-temps  en  cours  au  31/12/2011  continuent  à  être 
régis  par  la  Loi  du  10  avril  1995.  Les  départs  anticipés  à  mi-temps  en  cours  à  la  date  d’entrée  en 
vigueur de la loi du 04/06/2007 modifiant la Loi du 10/04/1995 relative à la redistribution du travail dans 
le secteur public continuent d’être régis par les dispositions de la Loi du 10/04/1995 tel es qu’el es ont 
été modifiées par la Loi du 04/06/2007. 
 
Section 24.- Semaine de quatre jours 
 
 
   
 
  Article 200- Les membres du personnel nommés à titre définitif et occupés à temps plein 
ainsi  que  les  membres  du  personnel  engagés  dans  les  liens  d'un  contrat  de  travail  à  durée 
indéterminée et occupés à temps plein ont le droit d’effectuer quatre cinquièmes des prestations qui 
leur sont normalement imposées et ce, conformément à la Loi du 19 juillet 2012 relative à la semaine 
de 4 jours et au travail à mi-temps à partir de 50 ou 55 ans dans le secteur public.  
 
   
 
  Article  201.  Sont  exclus  du  bénéfice  de  la  mesure  le  Directeur  général,  le  Directeur 
financier, les agents de niveau A qui n’ont pas atteint l’âge de 60 ans  
 
   
 
   
58 
 

 
 
 
Article 202.-Les membres du personnel qui font usage du droit repris à l’article 201 reçoivent 
quatre-vingt  pour  cent  du  traitement,  augmenté  d’une  prime  de  70,14  € par mois et reliée à l’indice-
pivot 138,01. Lorsque les quatre-vingt pour cent du traitement ne sont pas entièrement payés, la prime 
est également réduite de façon proportionnelle. 
 
 
   
 
  Article 203.- Les agents qui optent pour la mesure presteront un horaire réduit aux quatre 
cinquièmes;  lequel  se  traduira,  selon  les  nécessités  du  service,  par  une  journée  non  prestée  par 
semaine.  Le  Collège  communal  tranchera  les  litiges  éventuels.  L'agent  concerné  ne  peut  effectuer 
aucune activité lucrative pendant le jour de la semaine où il n'accomplit pas de prestation. 
 
 
   
 
  Article  204.-  Le  membre  du  personnel  introduit  sa  demande  un  mois  au  moins  avant  le 
premier jour d'application de la mesure, auprès du Collège communal. L'agent y fixe la date à laquelle 
il commencera le régime des quatre jours. Il s'agira toujours d'un premier du mois. 
Le régime de la semaine de quatre jours peut être demandé pour une période de minimum trois mois 
et  maximum  24  mois.  Il  peut  être  prolongé  à  condition  de  respecter  la  même  période  minimale  et 
maximale.  
 
 
   
 
  Article 205.- Pour les membres du personnel nommé à titre définitif, la période d’absence 
est considérée comme congé et est assimilée à une période d’activité de service ; 
Pour les membres du personnel contractuels, l’exécution du contrat de travail est suspendue pendant 
l’absence. Ils conservent toutefois leurs titres à l’avancement de traitement.  
 
   
 
  Article  206.-  Le  nombre  de  jours  de  congé  annuel  de  vacances,  le  congé  de  maladie,  le 
pécule de vacances et l'allocation de fin d'année sont réduits d'un cinquième proportionnellement au 
temps de travail presté. Les possibilités de cumul avec d'autres absences sont réglées conformément 
au point 8.8 de la circulaire n° 414 du 12 mai 1995. 
 
 
   
 
  Article 207.- Le temps de travail libéré lorsque deux membres du personnel au moins font 
usage de la mesure peut être attribué à l’engagement d’agents contractuels.  
 
   
 
  Article  208 :  Le  membre  du  personnel  peut  mettre  fin  au  régime  de  travail  visé  à  l’article 
200  moyennant  un  préavis  de  trois  mois,  à  moins  qu’à  la  demande  de  l’intéressé,  le  Col ège 
Communal n’accepte un délai plus court. 
 
   
 
  Article  209.-  Avant  l’âge  de  55  ans,  le  membre  du  personnel  nommé  à  titre  définitif  ainsi 
que  le  membre  du  personnel  contractuel  peut  faire  usage  de  la  semaine  de  4  jours  pendant  une 
période de maximum 60 mois. 
Cette  durée  maximale  de  60    mois  est  –  le  cas  échéant  –  diminuée  des  périodes  déjà  prises  de  la 
semaine  volontaire  de  quatre  jours  en  vertu  de  la  loi  du  10  avril  1995  relative  à  la  redistribution  du 
travail dans le secteur public, à partir de la date d’entrée en vigueur de la loi du 19/07/2012 précitée.     
A  partir  de  50  ans,  le  membre  du  personnel  nommé  à  titre  définitif  qui  a  une  ancienneté  de service 
d’au moins vingt-huit ans peut faire usage de la semaine de quatre jours jusqu’à la date de la retraite 
anticipée ou non 
A partir de 55 ans, le membre du personnel nommé à titre définitif peut faire usage de la semaine de 
quatre jours jusqu’à la date de la retraite anticipée ou non 
 
Nonobstant  le  droit  à  la  semaine  de  quatre  jours  avec  prime,  un  membre  du  personnel  occupé  à 
temps plein peut faire usage de la semaine de quatre jours sans prime.   
Le  membre  du  personnel  effectue  des  prestations  quatre  jours  par  semaine  et  reçoit  quatre-vingt 
pourcent du traitement.  
L’article  202,  relatif  aux  agents  exclus  de  la  mesure  de  la  semaine  de  quatre  jours,  s’applique 
également à la semaine de quatre jours sans prime.  
 
   
 
  Article  210.-  Les  régimes  de  semaine  volontaire  de  4  jours  en  cours  au  31/12/2011 
demeurent régis par la Loi du 10 avril 1995.  
A partir de la date d’entrée en vigueur de la loi du 19 juil et 2012 relative à la semaine de quatre jours 
et  au  travail  à  mi-temps  à  partir  de  50  ou  55  ans  dans  le  secteur  public,  la  durée  maximale  de  la 
semaine volontaire de quatre jours est fixée à 60 mois. Les périodes précédant cette date (01 octobre 
2012) ne sont pas comptabilisées  
 
59 
 

   
 
 
 
 
Article  211.-  Toutes  les  questions  non  résolues  par  les  articles  précédents  seront  réglés 
par le Collège communal conformément à la loi du 19.07.2012 relative à la semaine de quatre jours et 
au travail à mi-temps à partir de 50 ou 55 ans dans le secteur public et ses arrêtés d’exécution.   
 
 
Section 25.- Congé pour mission d’intérêt général 
 
 
   
 
Article 212- Les agents nommés à titre définitif peuvent obtenir un congé pour mission.  
 
Ce congé n’est pas rémunéré ; il est assimilé à une période d’activité de service. Il permet au membre 
du personnel qui en bénéficie d’exercer une mission rémunérée pour une autre instance publique. 
 
Il faut entendre par mission : 
1. l’exercice de fonctions en Belgique en exécution d’une mission confiée ou agréée par le 
Gouvernement belge ou une administration publique belge ; 
2. l’exercice d’une mission internationale tel e que définie à l’article 2, al.1 de l’AR n° 33 du 20 juillet 
1967 fixant le statut de certains agents des services publics chargés d’une mission internationale ; 
3. l’exercice au service de certains mouvements, services ou groupements de jeunesse ou au service 
de certains organismes culturels, de fonctions de direction, de recherche ou d’études à caractère 
administratif ou pédagogique, à l’exclusion des tâches d’exécution ou de secrétariat. 
 
Pour que des agents puissent être mis à leur disposition, les mouvements, services ou groupements 
de  jeunesse  ou  les  organismes  culturels  doivent  répondre  aux  conditions  fixées  à  l’article  100  de 
l’Arrêté  royal  du  19  novembre  1998  relatif  aux  congés  et  aux  absences  accordés  aux  membres du 
personnel des administrations de l’Etat. 
 
Pour les missions du dernier type, l’agent doit avoir atteint l’âge de 21 ans au moins. D’autre part, il est 
mis fin à la mission au plus tard le dernier jour du mois au cours duquel l’agent atteint l’âge de 40 ans. 
 
L’agent  obtient  le  congé  nécessaire  pour  l’exercice  de  sa  mission  pour  une  période  de  six  mois 
maximum prorogeable. 
 
L’autorité  qui  a  accordé  le  congé  peut  à  tout  moment  y  mettre fin moyennant préavis de trois mois 
maximum. L’agent dont la mission vient à expiration ou est interrompue, par lui-même ou par décision 
extérieure, se remet à la disposition de l’autorité. Si, sans motif valable, il refuse ou néglige de le faire, 
il est, après dix jours d’absence, considéré comme démissionnaire. 
 
L’autorité  décide,  selon  les  nécessités  du  service,  si  l’emploi  dont  l’intéressé  est  titulaire  doit  être 
considéré comme vacant dès que l’agent intéressé est absent pendant un an. Si l’agent n’a pas été 
replacé dans son emploi, il occupe cet emploi lorsqu’il reprend son activité. 
 
 
Section 26.- Dispositions particulières 
 
 
   
 
  Article 213- L'inspecteur communal de l'enseignement bénéficie des mêmes congés que le 
personnel régi par le présent statut. Il doit cependant se tenir à la disposition de la Ville deux semaines 
avant et 1 mois après la rentrée des classes. 
 
 
   
 
  Article 214- Pour le personnel de maîtrise, gens de métier et de service des établissements 
d'enseignement,  le  congé  annuel  de  vacances  est  pris  obligatoirement  pendant  les  vacances 
scolaires. 
60 
 

CHAPITRE XVIII.- 
 
 
Mise en vigueur 
 
 
   
 
  Article  215-  Le  présent  statut  entre  en  vigueur  à  l'expiration  du  délai  d'approbation  par  la 
tutelle. 
 
 
 
 
 
 
  
61 
 

Document Outline