Dit is een HTML-versie van een bijlage bij de WOB-informatieaanvraag 'Statut du personnel de la Ville de La Louvière'.


 
STATUT PECUNIAIRE DU PERSONNEL
COMMUNAL NON ENSEIGNANT
Adopté par le Conseil communal en séance le 28 juin 1999
Approuvé partiellement par la tutelle en date du 16 septembre 1999
GESTION DES RESSOURCES HUMAINES
Hôtel de Ville
7100 La Louvière
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 1/61

Table des Matières
! lire l'avertissement
I.CHAMP D’APPLICATION
P.4
I.I. Champ d'application – art.1.1.1
P.5
II. REMUNERATION ET OCTROIS DIVERS 
P.6
II.I. Règles générales relatives à la fixation des traitements – art.2.1.1 à 2.1.4
P.7
II.II. Le paiement du traitement – art.2.2.1 à 2.2.3
P.9
II.III. Les échelles de traitement – art.2.3.1
P.10
II.IV. Pécule de vacances – art. 2.4.1 à 2.4.4
P.11
II.V. Chèques-repas – art.2.5.1 et 2.5.2
P.13
II.VI. Allocation de foyer ou de résidence – art.2.6.1 à 2.6.5
P.14
II.VII. Rétribution minimale garantie – art.2.7.1
P.16
III. CARRIERE
P.17
III.I. Services admissibles – art.3.1.1 à 3.1.11 
P.18
III.II. Évolution de carrière – art.3.2.1 à 3.2.2
P.21
III.III. Allocation pour diplôme (excepté les agents opérationnels du service Incendie) – art.3.3.1 à 
P.22
3.3.3
III.IV. Allocation pour l’exercice de fonctions supérieures – art.3.4.1 à 3.4.2
P.23
IV. PRESTATIONS
P.25
IV.I. Allocation pour prestations exceptionnelles et irrégulières (excepté les agents opérationnels du 
P.26
service Incendie) – art.4.1.1 à 4.1.4
V. DEPLACEMENTS
P.27
V.I. Indemnité pour frais de déplacement du domicile au lieu de travail – art.5.1.1 à 5.1.6
P.28
V.II. Indemnité pour frais de parcours – art.5.2.1 à 5.2.5
P.30
V.III. Indemnité pour frais de séjour – art.5.3.1 à 5.3.5
P.32
VI. SITUATIONS PARTICULIERES
P.34
VI.I. Allocation pour garde à domicile – art.6.1.1 à 6.1.2
P.35
VI.II. Allocation pour travaux dangereux, insalubres ou incommodes – art.6.2.1 à 6.2.4
P.37
VI.III. Indemnité pour frais funéraires – art.6.3.1 à 6.3.4
P.39
VI.IV. Semaine volontaire de quatre jours – art.6.4.1 à 6.4.5
P.40
VI.V. Départ anticipé à mi-temps – art.6.5.1 à 6.5.4
P.41
VII. DISPOSITIONS PROPRES AU PERSONNEL OUVRIER
P.42
VII.I. Indemnité pour utilisation de petit outillage obligatoire - art.7.1.1 à 7.1.3
P.43
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 2/61

VIII. DISPOSITIONS PROPRES AU CONCIERGE
P.44
VIII.I. Allocation au concierge remplaçant – art.8.1.1
P.45
IX. DISPOSITIONS PROPRES AU PERSONNEL INCENDIE
P.46
IX.I. Allocation pour diplôme – art.9.1.1 à 9.1.3
P.47
IX.II. Allocation pour travail de nuit et dimanche du personnel des services publics d’incendie – 
P.49
art.9.2.1 à 9.2.3
IX.III. Allocation des heures supplémentaires effectuées par les membres opérationnels du service 
P.50
Incendie - art.9.3.1 à 9.3.3
IX.IV. Allocation pour garde à domicile – art. 9.4.1
P.51
X. DISPOSITIONS PROPRES AUX GRADES LEGAUX
P.52
X.I. Des grades légaux - art.10.1.1 à 10.1.5
P.53
XI. DISPOSITIONS FINALES ET TRANSITOIRES
P.54
XI.I. Dispositions transitoires – art.11.1.1
P.55
ANNEXES
P.56
Annexe 1 – Les échelles de traitement
Excell
Annexe 2 – Table de concordance
P.57
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 3/61

I. Champ d’application
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 4/61

I.I.Champ d'application
Article 1.1.1 [modifié CC 24/03/2014 – approuvé tutelle 05/05/2014 et 27/05/2014 – prise effet au 01/06/2014 ; modification 
CC 30/06/2014 – approuvé tutelle 21/10/2014 – prise d'effet au 01/11/2014 ; modifié CC 21/03/2016 – approuvé tutelle le 
17/08/2016 – prise d'effet au 01/01/2016]
Le présent statut s’applique aux membres du personnel communal non enseignant.
Il s’applique également au Directeur général, au Directeur général adjoint et au Directeur financier  sauf
s’il existe d’autres dispositions légales ou réglementaires.
Article 1.1.2 [CC 21/03/2016 – approuvé tutelle le 17/08/2016 – prise d'effet au 01/01/2016]
Les agents contractuels bénéficient mutatis mutandis des dispositions prévues aux chapitres du présent 
statut dans les limites qui y sont prévues le cas échéant, la promotion ne leur étant toutefois pas applicable,
de même que le chapitre II.VII.
Mesure transitoire (protocole du 22 septembre 2015)
A dater du 1er janvier 2016, le personnel contractuel qui remplit les conditions bénéficie de l'évolution de
carrière mentionnée au chapitre III.II du présent statut, à concurrence d'une première tranche de 20%. 
Cet octroi évolue par phasages de 20%, étalés en principe sur les années suivantes selon les disponibilités
financières et budgétaires de la Ville jusqu'à atteindre un total de 100%. 
Pendant  ce  phasage, le personnel contractuel  bénéficie des conditions salariales qui lui sont  les plus
favorables. Ainsi, le bénéfice d'une allocation de diplôme n'est perdu que pour autant que le total de
l'évolution barémique perçue dépasse le montant de cette allocation. 
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 5/61

II. Rémunération et octrois divers
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 6/61

II.I.Règles générales relatives à la fixation des traitements
Article 2.1.1
Le traitement des agents est fixé sur base d’échelles.   L’échelle est la catégorie barémique attribuée à
l’agent en fonction de son grade et, le cas échéant, de son ancienneté, de son évaluation et des formations
suivies, conformément aux règles d’évolution de carrière contenues dans la réglementation, la législation,
les dispositions des statuts administratifs.
Article 2.1.2
Chaque échelle comporte un traitement minimum et maximum et des traitements dénommés  « échelons »
résultant de l’ancienneté.
Chaque échelle appartient à un niveau.  Il existe cinq niveaux : E. D. C. B. et A.
Niveau E, où sont versés : 

les auxiliaires administratifs (téléphonistes, huissiers, etc...) ;

les auxiliaires professionnels (personnel d’entretien, etc...) ;

les manœuvres pour travaux lourds.
Niveau D, comprend 6 catégories : 
-La   première   catégorie   formée   par   les   « employés   d’administration »,   c’est-à-dire   les   agents
détenteurs d’un diplôme de l’enseignement secondaire inférieur (anciennement les commis), les
détenteurs d’un diplôme de l’enseignement secondaire supérieur (anciennement les rédacteurs)
ainsi que les détenteurs d’un graduat de formation générale non spécifique à la fonction.
-La   deuxième   catégorie   comprenant   les   ouvriers   communaux.     Exemple :   ouvriers   qualifiés,
ouvriers spécialistes et ouvriers surqualifiés.
-La troisième catégorie formée par les agents attachés aux services techniques (agents chargés de
la   conception   et   de   l’élaboration   des   plans   techniques   et   des   agents   de   terrain   chargés   de
l’exécution et de la surveillance des travaux).
-La   quatrième   catégorie   formée   par   les   agents   attachés,   soit   aux   services   culturels,   soit   aux
bibliothèques publiques.
-La cinquième catégorie est formée par les agents qui sont affectés dans les services de soins dont
l’organisation et le fonctionnement sont du ressort, soit du pouvoir provincial, soit du pouvoir
communal.
 
-Sont à considérer comme relevant de la sixième catégorie : les aides familiales non diplômées, les
aides   familiales   diplômées,   les   auxiliaires   de   soins   non   diplômés,   les   aides   sanitaires,   les
puéricultrices, les assistantes en soins hospitaliers, les infirmier(e)s breveté(s).
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 7/61

Niveau C, regroupe tous les emplois, grades et fonctions qui comportent des responsabilités dans le chef
de leurs titulaires respectifs.   Sont à considérer comme tels : 
─ les brigadiers et les brigadiers chefs ;
─ les chefs de services administratifs
─ les contremaîtres et les contremaîtres en chef ;
─ les sous-officiers des corps de sécurité.
Niveau B, regroupe tous les emplois, grades et fonctions que l’on qualifie de « spécifiques », étant donné
qu’ils doivent avoir un profil en rapport avec le type de besoins qu’il s’indique de satisfaire.  C’est le cas,
notamment, des besoins rencontrés par les services sociaux et les services de soins.   Par ailleurs, les
emplois,  gardes  et   fonctions  du niveau B  se  distinguent   notamment  du  niveau D  du  fait   qu’ils sont
exclusivement réservés aux personnes possédant un graduat dans une matière préalablement déterminée
par les pouvoirs compétents en ce qui concerne la prise en compte des diplômes.
Niveau A, regroupe tous les emplois, grades et fonctions devant répondre aux conditions suivantes : 
-par voie de recrutement, aux personnes possédant un diplôme de l’enseignement universitaire ou
assimilé   et   après   avoir   satisfait   aux   épreuves   fixées   par   les   pouvoirs   compétents   en   ce   qui
concerne l’organisation des examens pour le recrutement dans les administrations locales ;
-par voie de promotion aux personnes relevant des niveaux D, C et B et après avoir satisfait aux
épreuves fixées par les pouvoirs compétents en ce qui concerne l’organisation des examens pour
procéder aux promotions dans les administrations locales ;
Les échelles ont un développement étalé sur 25 ans. Elles sont attachées à l’indice pivot 138,01 (base sur
l’indice des prix à la consommation).
A chaque modification du statut pécuniaire d’un grade, le traitement lié à ce grade est fixé comme si le
nouveau statut pécuniaire avait existé de tout temps.
Article 2.1.3
Dans un même grade, si le traitement ainsi fixé est inférieur à celui dont l’agent bénéficie au moment de
l’entrée en vigueur d’une nouvelle carrière pécuniaire, le bénéfice de l’ancienne carrière pécuniaire est
maintenu jusqu’à ce qu’un traitement au moins égal soit obtenu dans la nouvelle carrière pécuniaire.
Article 2.1.4
Les augmentations barémiques sont accordées au mois d’anniversaire du début de la carrière.
L’anniversaire du début de la carrière qui coïncide à une autre date autre que le premier du mois est
reporté au premier du mois suivant, sauf si l’agent est entré le premier jour ouvrable du mois.
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 8/61

II.II.Le paiement du traitement
Article 2.2.1 [modifié CC 24/03/2014 – approuvé tutelle 27/05/2014 – prise effet au 01/06/2014 ]
Le traitement des agents est payé mensuellement à raison d’1/12 du traitement annuel.
Le traitement des agents définitifs est payé anticipativement, celui des agents temporaires, stagiaires, des
contractuels à terme échu.
Article 2.2.2
Il prend cours à la date de l’entrée en fonction.
Lorsque le traitement n’est pas dû entièrement, il est fractionné en trentièmes.
En cas de décès ou d’admission à la retraite, le traitement du mois en cours est dû.
Le traitement mensuel indexé est égal au traitement annuel indexé divisé par 12.
Le traitement horaire indexé est égal au traitement annuel indexé divisé par 1976.
Article 2.2.3
En cas de prestations incomplètes ou lorsque l’agent bénéficie d’un régime de congé pour   prestations
réduites, le traitement dû est calculé en multipliant le traitement mensuel par la faction qui correspond à la
proportion de ces prestations.
En cas de congé pour convenance personnelle, total, le traitement n’est plus dû.
En cas de congé pour convenance personnelle, pour un temps partiel, le traitement est dû au prorata des
prestations effectuées.
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 9/61

II.III.Les échelles de traitement
Article 2.3.1
En annexe, figurent les différentes échelles de traitement applicables au personnel communal.
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 10/61

II.IV.Pécule de vacances
Article 2.4.1  [modifié – CC26.04.2010 – DGO 09.09.10]
Les agents définitifs bénéficient chaque année d’un pécule de vacances, selon les règles prévues au présent
statut.
Les agents contractuels bénéficient d’un pécule de vacances déterminé conformément au régime des em-
ployés organisé par les lois coordonnées du 28.06.1971 relatives aux vacances annuelles des travailleurs
salariés.
Pour l’application présente, il faut entendre par :

« prestations complètes » : les prestations dont l’horaire est tel qu’elles absorbent totalement une
activité professionnelle normale;

« année de référence » : l’année civile précédant celle au cours de laquelle les vacances doivent
être accordées 

« traitement annuel » : le traitement, le salaire, l’indemnité ou l’allocation tenant lieu de traitement
ou de salaire, y compris l’allocation de foyer ou de résidence éventuelle.
Pour le bénéficiaire de la rétribution garantie, le « traitement annuel » équivaut à ladite rétribution garan-
tie.
Article 2.4.2 [modifié – CC26.04.2010 – DGO 09.09.10]
Pour des prestations complètes accomplies durant toute l’année de référence, le montant du pécule de va-
cances est fixé à 92 % d’un douzième du ou des traitement(s) annuel(s), lié(s) à l’indice des prix à la
consommation, qui détermine(nt) le ou les traitement(s) dû(s) pour le mois de mars de l’année des va-
cances.
Article 2.4.3 [modifié – CC26.04.2010 – DGO 09.09.10 ; modification CC 30/06/2014 – approuvé tutelle 21/10/2014 – prise 
d'effet au 01/11/2014]]

§1er Sont prises en considération pour le calcul du montant du pécule de vacances, les périodes pendant
lesquelles, au cours de l’année de référence, l’agent :
1° a bénéficié totalement ou partiellement du traitement annuel;
2° n’a pu entrer en fonction ou a suspendu ses fonctions à cause des obligations lui incombant en vertu
des lois sur la milice, coordonnées le 30.04.1962, ou des lois portant le statut des objecteurs de conscience,
coordonnées le 20 février 1980, à l’exclusion dans les deux cas du rappel par mesure disciplinaire;
3° a bénéficié d’un congé de maternité ou de paternité
4° a bénéficié d’un congé parental
5° a été dispensé du travail en application de l’article 18, alinéa 2, de la loi du 14 décembre 2000 fixant
certains aspects de l’aménagement du temps de travail dans le secteur public.
§2. Est également prise en considération pour le calcul du pécule de vacances, la période allant du 1er 
janvier de l’année de référence jusqu’au jour précédant celui auquel l’agent a acquis cette qualité, à 
condition:
1° d’être âgé de moins de 25 ans à la fin de l’année de référence;
2° d’être entré en fonction au plus tard le dernier jour ouvrable de la période de quatre mois qui suit:
a) soit la date à laquelle l’agent a quitté l’établissement où il a effectué ses études dans les conditions 
prévues à l’article 62 des lois coordonnées relatives aux allocations familiales pour travailleurs salariés;
b) soit la date à laquelle le contrat d’apprentissage a pris fin.
L’agent doit faire la preuve qu’il réunit les conditions requises.  Cette preuve peut être fournie par toutes 
voies de droit, témoins y compris.
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 11/61

Les sommes que l’agent aurait perçues à titre de pécule de vacances, du fait d’autres prestations 
accomplies pendant l’année de référence, sont déduites du montant du pécule de vacances. 
§3 Par dérogation aux §§1er et 2 de l’article 2.4.3, ne sont pas prises en considération pour le calcul du pé-
cule de vacances, les périodes pendant lesquelles l’agent a obtenu une dispense de service pour l’accom-
plissement d’une mission. 
§4 Sans préjudice de l’article 2.4.3, §1er, 2° et 4°, et §2, lorsque des prestations complètes n’ont pas été ac-
complies durant toute l’année de référence, le pécule de vacances est fixé comme suit :
 un douzième du montant annuel pour chaque période de prestations s’étendant sur la totalité d’un 
mois;
 un trentième du montant mensuel par jour civil lorsque les prestations ne s’étendent pas sur la to-
talité d’un mois.
L’octroi d’un traitement partiel afférent à l’exercice de prestations réduites entraîne une réduction propor-
tionnelle du pécule de vacances.
En cas de prestations incomplètes, le pécule de vacances est accordé au prorata des prestations fournies.
Deux ou plusieurs pécules de vacances, y compris ceux acquis par l’application des lois coordonnées rela-
tives aux vacances annuelles des travailleurs salariés, ne peuvent être cumulés au-delà du montant corres-
pondant au pécule de vacances le plus élevé, qui est obtenu lorsque les pécules de vacances de toutes les
fonctions ou activités sont calculés sur base de prestations complètes.
A cet effet, le pécule de vacances d’une ou de plusieurs fonctions est réduit ou retenu à l’exception du pé-
cule de vacances en exécution des lois coordonnées relatives aux vacances annuelles des travailleurs sala-
riés.
Si les retenues ou réductions doivent ou peuvent se faire sur plusieurs pécules de vacances, le pécule de
vacances le moins élevé est d’abord réduit ou supprimé.
Il y a lieu d’entendre par pécule de vacances, en exécution des lois coordonnées relatives aux vacances an -
nuelles des travailleurs salariés, la partie du pécule de vacances qui ne correspond pas à la rémunération
des jours de vacances.
L’agent qui cumule des pécules de vacances est tenu d’en communiquer le montant, ainsi qu’éventuelle-
ment le montant calculé pour des prestations complètes, à chaque service du personnel dont il dépend.
Toute infraction peut entraîner des peines disciplinaires.
Article 2.4.4 [modifié – CC26.04.2010 – DGO 09.09.10]
Le pécule de vacances est payé à partir du 1er mai et au plus tard le 30 juin de l’année pendant laquelle les
vacances doivent être accordées. 
Néanmoins, il est payé dans le courant du mois qui suit la date de la mise à la retraite, du décès, de la dé-
mission, du licenciement ou de la révocation de l’agent.
Pour l’application de l’alinéa précédent, le pécule de vacances est calculé compte tenu du montant 
forfaitaire, du pourcentage, et de la retenue éventuelle en vigueur à la date considérée, le pourcentage est 
appliqué au traitement annuel qui sert de base au calcul du traitement dont bénéficie l’agent à la même 
date.
Lorsqu’à ce moment, il ne bénéficie d’aucun traitement ou d’un traitement réduit, le pourcentage se 
calcule sur le ou les traitement(s) qui aurai(en)t été dû(dus).
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 12/61

II.V.Chèques-repas
[nouveau – modification CC du 15/12/09  – approuvé Ministre de tutelle le 23/03/09  – prise d'effet au 01/01/09 ]
Article 2.5.1
Les membres du personnel communal non enseignant peuvent prétendre à l'octroi de chèques-repas dans 
le respect de l'arrêté royal du 28 novembre 1969, pris en exécution de la loi du 27 juin 1969 révisant 
l'arrêté-loi du 28 décembre 1944 concernant la sécurité sociale des travailleurs.
Article 2.5.2
Un règlement spécifique détermine la valeur faciale de ces chèques-repas, les modalités d'octroi et les 
catégories d'agents concernés.
Chaque année, le collège communal se prononce sur l'octroi des chèques-repas pour l'année à venir.
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 13/61

II.VI.Allocation de foyer ou de résidence
[modifié CC 24/03/2014 – approuvé tutelle 05/05/2014 – prise effet au 01/06/2014 ]
Article 2.6.1 – Allocation de foyer [modification CC 30/06/2014 – approuvé tutelle 21/10/2014 – prise d'effet au 
01/11/2014]
Pour autant que le traitement annuel, fixé pour des prestations complètes, du membre du personnel 
communal non enseignant n’excède pas les montants repris à l’article 2.6.3, il lui est attribué une 
allocation de foyer :
- s’il est marié ou vit en couple, à moins que l'allocation ne soit attribuée à son conjoint ou à la
personne avec laquelle il vit en couple;
- s’il est isolé dont un ou plusieurs enfants font partie du ménage et qui sont bénéficiaires
d'allocations familiales.
Article 2.6.2 - Allocation de résidence [modification CC 30/06/2014 – approuvé tutelle 21/10/2014 – prise d'effet au 
01/11/2014]
Une allocation de résidence est attribuée aux membres du personnel communal non enseignant qui 
n’obtiennent pas l’allocation de foyer, pour autant que leur traitement annuel, fixé pour des prestations 
complètes, n’excède pas les montants repris à l’article 2.6.3.
Article 2.6.3 - Montants
§1. Le montant annuel de l'allocation de foyer ou de l'allocation de résidence est fixé comme suit :
1° Traitements n'excédant pas 16.099,84 EUR :
Allocation de foyer : 719,89 EUR
Allocation de résidence : 359,95 EUR
2° Traitements excédant 16.099,84 EUR sans toutefois dépasser 18.329,27 EUR :
Allocation de foyer : 359,95 EUR
Allocation de résidence : 179,98 EUR.
Ces montants sont rattachés à l'indice-pivot 138,01.
Par « traitement », il y a lieu d’entendre le traitement annuel auquel l’agent peut prétendre à l’exclusion de
toute allocation ou indemnité.
§2. La rétribution de l'agent dont le traitement dépasse 16.099,84 EUR ne peut être inférieure à
celle qu'il obtiendrait si son traitement était de ce montant. S'il échet, la différence lui est attribuée sous 
forme d'allocation partielle de foyer ou d'allocation partielle de résidence.
La rétribution de l'agent dont le traitement dépasse 18.329,27 EUR ne peut être inférieure à celle qu'il 
obtiendrait si son traitement était de ce montant. Le cas échéant, la différence lui est attribuée sous forme 
d'allocation partielle de foyer ou d'allocation partielle de résidence.
Par « rétribution », il faut entendre le traitement augmenté de l'allocation complète ou partielle de
foyer ou de l'allocation complète ou partielle de résidence, diminuée de la retenue destinée au
financement de la pension de survie.
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 14/61

Article 2.6.4 – Situations particulières
§1. Dans le cas où les deux conjoints ou les deux personnes qui vivent en couple sont membres d’un
service public et répondent aux conditions pour obtenir l’allocation de foyer, celle-ci est attribuée à celui
des  deux qui  bénéficie  du  traitement  le  moins   élevé.  La  détermination  du traitement   le   moins  élevé
s'effectue par une comparaison entre les montants annuels (100 %), situés dans les échelles de traitements
développées, telles qu’elles sont fixées pour des prestations complètes.
Toutefois, si l'un des conjoints ou l'une des personnes qui vivent en couple, bénéficie du salaire minimal 
garanti, sans prendre en considération l’allocation de foyer à attribuer éventuellement, l’allocation de 
foyer est attribuée à celui qui bénéficie du traitement le plus élevé si ce dernier y a droit conformément 
aux dispositions du présent chapitre.
A montants annuels égaux, les conjoints ou personnes qui vivent en couple, qui répondent chacun aux 
conditions pour obtenir l’allocation, désignent de commun accord celui des deux qui sera bénéficiaire de 
l’allocation de foyer.
§2. Les agents en disponibilité ne bénéficient ni de l’allocation de foyer, ni de l’allocation de résidence.
§3. L’allocation de foyer ou l’allocation de résidence est attribuée, aux agents assurant des fonctions à 
prestations incomplètes, au prorata de leurs prestations.
Elle n’est pas attribuée du chef de fonctions accessoires.
Article 2.6.5 - Liquidation de l'allocation
§1. La liquidation de l’allocation est subordonnée à une déclaration sur l’honneur rédigée par le
membre du personnel selon le modèle délivré par le service de Gestion des Ressources Humaines (fiche 
signalétique) et à l'information de l'agent de toute modification éventuelle de sa situation.
§2. L'allocation de foyer ou de résidence est payée en même temps que le traitement du mois auquel elle 
se rapporte. Elle est payée dans la même mesure et d'après les mêmes modalités que le
traitement si celui-ci n'est pas dû pour le mois entier.
Lorsqu'au cours d'un mois survient un fait qui modifie le droit à l'allocation de foyer ou de
résidence, le régime le plus favorable est appliqué pour le mois entier.
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 15/61

II.VII.Octroi d’une rétribution minimale garantie
Article 2.7.1 [modifié CC 24/03/2014 – approuvé tutelle 27/05/2014 – prise effet au 01/06/2014 ]
La rétribution brute annuelle pour des prestations complètes de l’agent n’est jamais inférieure à :

13.499 EUR (si, en matière  de sécurité sociale,  l’intéressé est soumis uniquement  au régime
d’assurance contre la maladie et l’invalidité, secteur soins de santé) ;

12.727,66 EUR annuels dans les autres cas.
Elle est rattachée à l’indice pivot 138,01.
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 16/61

III. Carrière
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 17/61

III.I.Services admissibles
Article 3.1.1
L’agent est réputé prester des services effectifs tant qu’il se trouve dans une position administrative qui lui
vaut son traitement d’activité ou, à défaut, la conservation de ses titres à l’avancement de traitement.
Sont réputées complètes les prestations dont l’horaire est tel qu’elles absorbent totalement une activité
professionnelle normale.
Article 3.1.2
Les services admissibles se comptent par mois calendrier.  Les services qui couvrent des fractions de mois
sont totalisés en fin d’année.  Les fractions de mois totalisant les périodes de 30 jours sont valorisées dans
l’ancienneté pécuniaire, à concurrence d’un mois par période de 30 jours.
Article 3.1.3
Toutefois, la durée des services admissibles, que l’agent a presté à titre intérimaire ou temporaire dans
l’enseignement,   est   fixée   sur   base   de   l’attestation   délivrée   par   les   autorités   compétentes   établie
conformément au modèle fixé par l’Arrêté Royal du 27 juillet 1989.
Les prestations complètes mentionnées sur cette attestation, pour lesquelles le paiement s’est effectué en
10èmes   et   qui   ne   reprennent   pas  une   année   complète   des   services   effectifs  par   année   scolaire,   sont
comptabilisées jour par jour.  Le nombre global des jours de service ainsi accomplis et comportant des
prestations complètes est multiplié par 1,20.
Le total de cette opération arithmétique est ensuite divisé par 30.   Le produit obtenu donne le nombre de
mois à prendre en considération.   On ne tient pas compte du reste.  Les prestations complètes mentionnées
sur la même attestation, qui prouvent que l’agent a été occupé pendant une année scolaire complète, valent
pour un total de 300 jours et représentent une année de service à prendre en considération.
Article 3.1.4
La durée des services admissibles que compte l’agent ne peut jamais dépasser la durée réelle des périodes 
qui couvrent les services.
Article 3.1.5
La durée des services admissibles accomplis dans deux ou plusieurs fonctions exercées simultanément ne
peut jamais dépasser la durée des services qui auraient été accomplis pendant la même période dans une
seule fonction à prestations de travail complète.
Article 3.1.6
Pour   la   fixation   du   traitement   au   sein   d’une   échelle,   l’ancienneté   est   déterminée   en   prenant   en
considération les services effectifs que l’agent a accomplis, en qualité d’agent statutaire au contractuel, en
faisant partie : 
-de toute institution de droit international dont est membre l’Etat fédéral, une Communauté ou une
Région ;
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 18/61

-de toute institution qui relevait du Gouvernement du Congo ou du Gouvernement du Rwanda-
Burundi, constituée ou non en personne juridique distincte ;
-de toute institution de l’Etat fédéral relevant du pouvoir législatif, du pouvoir exécutif ou du
pouvoir judiciaire, constituée ou non en personne juridique distincte ;
-de toute institution d’une  Communauté  ou d’une Région relevant du pouvoir décrétal ou du
pouvoir exécutif, constitué ou non en personne juridique distincte ;
-d’une province, d’une commune, d’une association de communes, d’une agglomération ou d’une
fédération de communes, du CPAS, d’une association de CPAS ou d’un établissement subordonné
à une province ou à une commune ;
-d’un établissement d’enseignement ou d’un centre psycho-médico-social subventionné par une
communauté ;
-de toute autre institution de droit belge qui répond à des besoins collectifs d’intérêt général ou
local, et dans la création ou la direction particulière de laquelle on constate la prépondérance de
l’autorité publique ainsi que toute institution ayant existé au Congo belge ou au Rwanda-Burundi,
qui répondrait aux mêmes conditions.
Sont également pris en considération les services effectifs que l’agent a accomplis en qualité de militaire
de carrière : 

les officiers de carrière, les officiers de complément et les officiers auxiliaires ;

les officiers de réserve accomplissant des prestations volontaires à l’exclusion des prestations
d’entraînement ;

les sous-officiers, les sous-officiers temporaires et les sous-officiers de complément ;

les   militaires   en-dessous   du   rang   d’officier   qui   servent   à   la   faveur   d’un   engagement   ou
rengagement ;

les aumôniers des cadres actifs et les aumôniers de réserve maintenus au service en temps de paix
pour constituer le cadre temporaire de l’aumônerie.
Article 3.1.7
Les ressortissants des pays  faisant partie de la Communauté  européenne peuvent bénéficier, pour les
services prestés dans leur pays respectif, des dispositions prévues dans le présent chapitre.
Article 3.1.8 [modifié CC 21/5/2007 – approuvé DP 12/7/2007   – prise effet au 12/8/2007 – modifié CC25/09/2017 – 
approuvé 22/12/2017 – prise d'effet au 01/01/2018]
Les services à prestations complètes ou incomplètes effectués dans le secteur privé ou en qualité de 
travailleur indépendant, sont admissibles, à condition qu’ils puissent être considérés comme utiles à 
l’exercice de la fonction pour une durée maximale de 10 ans.
Article 3.1.9 [modifié CC 21/5/2007 – approuvé DP 12/7/2007 – prise effet au 12/8/2007]
Les services accomplis en qualité de chômeur mis au travail par les pouvoirs publics (anciens CMT) et 
comme stagiaire onem en vertu de la législation sur le stage des jeunes, sont admissibles, à condition qu'ils
puissent être considérés comme utiles à l'exercice de la fonction, sans restriction de durée pour fixation de 
l'ancienneté pécuniaire utile pour la détermination des traitements individuels.
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 19/61

Article 3.1.10
Les prestations incomplètes effectuées au sein de l’administration communale sont prises en considération
de la même manière que des prestations complètes.
Les prestations incomplètes effectuées dans un autre service public ou dans le secteur privé sont prises en
considération au prorata du régime de travail effectif.
Article 3.1.11 [modifié CC 21/5/2007 – approuvé DP 12/7/2007   – prise effet au 12/8/2007 ]
a) Les agents des services publics d'incendie nommés professionnels à partir du 9 avril 2002 bénéficient
du maintien de l'ancienneté équivalente acquise en qualité de volontaire avec effet rétroactif au 9 avril
2002.
b) Une ancienneté équivalente au nombre d'années de services qu'il a prestées en tant que volontaire dans
un service public d'incendie qui est entré en service avant le 9/4/2002 avec effet au 1er juillet 2006.
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 20/61

III.II.Evolution de carrière
Article 3.2.1
Le traitement de l’agent est fixé dans l’une des échelles de son grade.
A la date du recrutement ou de la promotion, il lui est attribué la première échelle attachée à son grade.
Les conditions de recrutement et de promotion seront fixées par les statuts administratifs.
Article 3.2.2
Les agents en fonction pourront faire compter pour l’ancienneté exigée, en matière d’évolution de carrière,
la durée des services accomplis à ce même  moment, dans une fonction analogue, soit dans le secteur
public, soit dans le secteur privé subventionnable.
Pour les agents, en fonction au 30 juin 1994, l’ancienneté pécuniaire acquise lors de la mise en place du
présent statut entre en ligne de compte pour l’évolution de carrière.
En cas de prestations incomplètes, l’ancienneté est calculée de la même  manière que des prestations
complètes.
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 21/61

III.III.Allocation pour diplôme
(excepté les agents opérationnels du service incendie)
[modifié CC 24/03/2014 – approuvé tutelle 27/05/2014 – prise effet au 01/06/2014 ]
Article 3.3.1 – personnel postérieur
Les agents entrés en fonction après l’entrée en vigueur du présent statut bénéficient d’une allocation pour 
diplôme s’ils produisent un diplôme, un brevet ou un certificat d’étude complémentaire à celui ou à ceux 
qui ont été requis pour la nomination au grade correspondant à la fonction, à condition que le titre 
complémentaire soit directement utile à l’exercice de la fonction.
Les agents qui bénéficient, en évolution de carrière ou par promotion, d’une échelle de traitement 
supérieure à leur échelle de recrutement, perdent le bénéfice de l’allocation de diplôme.
Article 3.3.2 – personnel antérieur
Les agents entrés en fonction avant la date d’entrée en vigueur du présent statut et qui bénéficiaient à cette
date d’une allocation pour diplôme continuent à la percevoir dans leur échelle d’intégration.
Lors du passage dans une échelle de traitement supérieure, en évolution de carrière ou par promotion, le 
montant de l’allocation est limité à la différence entre le traitement résultant de l’échelle antérieure 
augmentée de l’allocation pour diplôme et le traitement résultant de la nouvelle échelle.
Article 3.3.3 - montant
Le montant de l’allocation est perçu selon le diplôme, le brevet ou le certificat reconnu par le Conseil 
Régional de la formation.
Le montant des allocations ne peut être supérieur à 1.033,47 euros par an à l’indice-pivot 138,01.
L’allocation pour diplôme ne peut avoir pour effet de porter la rémunération augmentée de l’allocation de
l’agent au-delà de 27.464,92 euros par an.
Dans le cas de fonctions à prestations incomplètes, l’allocation ne peut être accordée qu’au prorata des
prestations   fournies,   le   total   des   allocations   pour   diplôme   ainsi   accordées   ne   peut   cependant   jamais
dépasser le montant maximal prévu.
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 22/61

III.IV.Allocation pour l’exercice de fonctions supérieures
Article 3.4.1 [nouveau – modification CC du 10/09/2007 – approuvé DP le 08/11/2007 – prise d'effet au 08/12/2007]
Une allocation pour exercice de fonctions supérieures est accordée aux membres du personnel communal,
que l'emploi correspondant à ces fonctions soit momentanément inoccupé ou définitivement vacant.
Elle est fixée au montant de la différence entre la rétribution dont l'intéressé bénéficierait dans le grade de
la   fonction   assumée   provisoirement   et   la   rétribution   dont   il   bénéficie   pour   la   fonction   exercée
habituellement.
Il faut entendre par rémunération, le traitement barémique augmenté éventuellement de l'allocation de
foyer ou de résidence.
Article 3.4.2 [nouveau – modification CC du 10/09/2007 – approuvé DP le 08/11/2007 – prise d'effet au 08/12/2007]
La fonction supérieure est toute fonction correspondant à un emploi prévu au cadre, d'un grade au moins
équivalent à celui dont l'agent est revêtu, auquel est attachée une échelle de traitements plus avantageuse. 
Une désignation pour l'exercice de fonctions supérieures dans un emploi définitivement vacant ne peut
être faite qu'à la condition que la procédure d'attribution définitive de l'emploi soit engagée.
L'acte de désignation ou de prorogation de désignation indique si l'emploi est définitivement vacant ou
momentanément inoccupé et précise que: «L'exercice de fonctions supérieures dans un grade ne confère
aucun droit à une nomination définitive audit grade ».
Pour être désigné pour exercer des fonctions supérieures, les conditions suivantes doivent être remplies
dans le chef de l'agent concerné:
a)bénéficier d'une évaluation au moins positive;
b)ne pas être sous le coup d'une sanction disciplinaire définitive non radiée;
c) répondre à la condition d'ancienneté requise pour accéder, par promotion, à l'emploi à exercer, ou aux
conditions de diplôme requises pour le recrutement à cet emploi.
Il peut être dérogé à cette dernière condition « c) » en l'absence d'agents y répondant.
A   défaut   d'agent   statutaire   remplissant   les   conditions   requises,   il   est   admis   d'attribuer   des   fonctions
supérieures à un agent contractuel.
 Si l'agent est promu à titre définitif à l'emploi qu'il exerce sans interruption, les services prestés à titre
provisoire, peuvent être pris en considération, tant pour la fixation du traitement que pour l'avancement
dans le grade, sans toutefois pouvoir remonter au-delà de la date à laquelle l'intéressé a rempli toutes les
conditions requises par le statut pour accéder au grade.
Sauf dérogation expresse, dûment motivée, prévue dans l'acte de désignation, l'agent chargé de fonctions
supérieures exerce toutes les prérogatives attachées à ces fonctions.
La désignation pour l'exercice de fonctions supérieures, ne peut, en principe, avoir d'effets rétroactifs. Elle
est décidée pour une période d'un mois au minimum et de six mois au maximum. Elle peut être prorogée,
par décision dûment motivée, par périodes de un à six mois. En cas de vacance temporaire, elle peut être
prorogée jusqu'au retour du titulaire de l'emploi.
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 23/61

L'allocation n'est accordée que pour les mois civils durant lesquels l'exercice des fonctions supérieures est
complet et effectif;
L'allocation est payée mensuellement et à terme échu.
Les fonctions supérieures prennent fin:
-en cas d'absence du titulaire: dès le retour en fonction de cet agent;
-en cas d'emploi définitivement vacant: dès l'entrée en fonction du nouveau titulaire. 
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 24/61

IV. Prestations
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 25/61

IV.I.Allocation pour prestations exceptionnelles et irrégulières
(excepté les agents opérationnels du service Incendie)
Article 4.1.1 [nouveau – modification CC du 23/04/07 – approuvé DP le 25/10/2007 – prise d'effet au 25/11/2007]
Les agents bénéficient d’une allocation pour prestations exceptionnelles.
Néanmoins, ne peuvent prétendre à cette allocation le Directeur général, le Directeur général adjoint, le
Directeur financier, les agents qui ne sont pas occupés de manière permanente et les agents occupés à
temps partiel.
Article 4.1.2 [nouveau – modification CC du 23/04/07 – approuvé DP le 25/10/2007 – prise d'effet au 25/11/2007 ; 
modification CC du 25/09/17 – approuvé  le 30/11/2017 – prise d'effet au 01/06/2017]
En supplément de la rétribution de base (=100%), une allocation est octroyée aux agents qui sont astreints
exceptionnellement à des prestations qui, bien qu’inhérentes à leurs fonctions, ne peuvent être considérées
comme normales.
Cette allocation correspond à un pourcentage du taux horaire calculé suivant la rémunération globale
annuelle brute.
Elle est rétribuée pour les agents hors niveau A, à:
a) Du lundi au vendredi :
- 25 % à partir de la 3ème heure prestée de 7h à 22h.
- 25 % pour les deux premières heures prestées de 22h à 7h.
- 50 % à partir de la 3ème heure de 22h à 7h, le vendredi de 22h à 24h.
b) Le samedi :
- 50 % de 0h à 24h.
c) Le dimanche et jours fériés :
             - 100 % de 0h à 24h.
d) Les jours pont :
- le lundi du Laetare, 100% si les conditions suivantes sont respectées : activités sur La Louvière et 
conditions de travail difficiles en raison des festivités et du contact direct avec une population en fête ; à 
défaut, pas de valorisation, la rétribution de base s'applique.
- le mardi du Laetare, 50% si les conditions suivantes sont respectées : activités sur La Louvière et 
conditions de travail difficiles en raison des festivités et du contact direct avec une population en fête ; à 
défaut, pas de valorisation, la rétribution de base s'applique.
- le vendredi de l'Ascension, 50 % de 0h à 24h.
- les autres jours pont (ex.: 27 septembre), valorisation afférente telle que prévue aux points a à c du 
présent article, selon le jour de prestation.
Elle est rétribuée pour les agents de niveau A, à:
a) 25 % pour les deux premières heures prestées après la 50ème heure de la semaine considérée;
b) 50 % à partir de la 53ème heure prestée, de la semaine considérée.
Article 4.1.3 [modifié CC 25/06/2001 – approuvé tutelle 13/09/2001]
L’agent rappelé extraordinairement en service pour participer à un travail imprévu et urgent reçoit une
allocation compensatoire égale à 2h de prestations au taux horaire calculé suivant la rémunération globale
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 26/61

annuelle brute. Cette allocation ne peut être octroyée plus de deux fois par période de 24h quel que soit le
nombre de rappels.
Cette allocation est indépendante de la rétribution des heures supplémentaires telle que calculée à l'article
4.1.2.
Article 4.1.4
Le salaire horaire est fixé à 1/1976 du traitement annuel brut qui a servi de base pour le calcul de la
rémunération du mois durant lequel les prestations ont été effectuées.
Les allocations sont payées mensuellement et à terme échu.
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 27/61

V. Déplacements
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 28/61

V.I.Indemnité pour frais de déplacement 
entre le domicile et le lieu de travail
[ nouveau – modification CC du 28/03/2011 – approuvé DP le 28/04/2011 – prise d'effet au 01/01/2011]
Article 5.1.1 – Champ d’application
Les frais occasionnés pour effectuer quotidiennement le trajet aller et retour du domicile au lieu de travail 
ouvrent le droit à une indemnité, aux conditions ci-après exprimées.
Est assimilée au domicile, la résidence habituelle à partir de laquelle l’agent effectue régulièrement ses 
déplacements.
Une intervention dans les frais supportés par les agents est accordée lorsqu’ils utilisent une bicyclette ou
un moyen de transport en commun public.
Article 5.1.2 – Transport en véhicule motorisé
L’utilisation d’un véhicule motorisé entre le domicile et le lieu de travail ne donne pas lieu à rembourse-
ment des frais de déplacement. 
L'utilisation de véhicules communaux entre le domicile et le lieu de travail, prévue dans le cadre d’un rè-
glement (ex. : garde) ou d'une autorisation expresse du Collège communal, ne donne pas droit à une in-
demnité, tous les frais résultant de l'utilisation et de l'entretien des véhicules communaux étant à charge de
la Ville. 
Les frais de déplacement au moyen  d'un véhicule personnel motorisé des agents rappelés de manière
exceptionnelle après la journée normale de travail (hors gardes, rappels incendie et rappels ouvriers), pour
assister à une réunion, à une commission ou à une séance du Collège ou du Conseil communal, rentrent
dans le cadre de l’indemnité pour frais de parcours.
Article 5.1.3 – Transport en commun public
L’utilisation d'un ou de plusieurs moyens de transport(s) en commun public(s) (train, tram, bus, métro),
pour les déplacements entre le domicile et le lieu de travail, donne droit au remboursement à 100% du
coût du ou des abonnement(s) de 2ème classe au moins mensuel(s).
Le remboursement se fait à l’expiration de la durée de la validité de l’abonnement, sur production d'une
proposition de mandater, d'une déclaration de créance, d’une copie de l’abonnement et du billet original de
transport (souche).
Article 5.1.4 – Bicyclette
Les agents qui utilisent une bicyclette personnelle pour les déplacements entre le domicile et le lieu de 
travail, bénéficient d’une indemnité de 0, 20 euro par kilomètre, à charge de l’administration communale.
Cette indemnité est attribuée sur base du parcours décrit de manière détaillée par le bénéficiaire, qui ne 
doit pas être le plus court mais le plus indiqué pour les cyclistes, avec un intérêt particulier pour la 
sécurité.
Les trajets inférieurs à 1 kilomètre dans un sens ne sont pas pris en charge par l'autorité communale.
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 29/61

L'utilisation de la bicyclette peut précéder ou être postérieure à l'utilisation complémentaire des transports 
en commun publics. L'indemnité ne peut toutefois jamais être cumulée avec une intervention dans les frais
de transports publics pour le même trajet et au cours de la même période.
Article 5.1.5 – Personnel à mobilité réduite
L’agent à mobilité réduite ayant recours à un fauteuil roulant, et dont un empêchement physique ne permet
pas l'utilisation des transports publics de manière permanente ou temporaire, peut bénéficier de 
l’indemnité pour bicyclette, le fauteuil roulant étant assimilé à une bicyclette. La procédure et les 
conditions inscrites à l'article 5.1.4 sont d'application.
L’agent à mobilité réduite peut également bénéficier d’une intervention pour ses déplacements en véhicule
personnel motorisé, à concurrence du prix d’une carte train de 2ème classe valable un mois sur la distance 
admise. Lorsque l’agent ne se déplace pas journellement, cette intervention est multipliée par une fraction 
dont le numérateur représente le nombre de jours de travail et de déplacement et le dénominateur le 
nombre total de jours ouvrables au cours du mois.
L’agent délivre une attestation médicale de l’empêchement physique.
Article 5.1.6
L’octroi de l'indemnité est soumis à un accord du Collège communal.
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 30/61

V.II.Indemnité pour frais de parcours
[ nouveau – modification CC du 08/06/2009 – approuvé DP le 09/07/2009 – prise d'effet au 01/08/2009]
Article 5.2.1
[modification CC du 14/09/2015 – approuvé tutelle le 13/11/2015 – prise d'effet au 01/01/2015]
Les   frais   résultant   de   déplacements   effectués   pour   les   besoins   du   service   et/ou   pour   le   service   de
l'Administration ouvrent le droit à une indemnité, aux conditions ci-après exprimées.
En principe, chaque déplacement pour le compte de la Ville doit être réalisé à l'aide du moyen de transport
le moins onéreux. Le mode de déplacement est à apprécier en fonction du coût du transport et de la durée
des   déplacements.   Les   déplacements   ne   nécessitant   pas   l'usage   d'un   véhicule   et/ou   inférieurs   à   2,5
kilomètres aller-retour ne sont pas pris en charge par l'autorité communale.
Par dérogation au précédent alinéa, pour le service APC, sont pris en charge par la Ville les déplacements
professionnels,   répondant   aux   besoins   du   service   et   nécessitant   le   transport   de   matériel   lourd   ou
encombrant,   effectués   sur   une   distance   inférieure   à   2,5   kilomètres   aller-retour   à   l'aide   d'un   véhicule
personnel.
L'utilisation d'un véhicule communal ne donne pas droit à ladite indemnité, tous les frais résultant de
l'utilisation et de l'entretien des véhicules communaux étant à charge de la Ville.
Article 5.2.2 [ nouveau – modification CC du 04/07/2011 – approuvé DP le 11/08/2011 – prise d'effet au 01/09/2011]
Pour l’usage d’un véhicule personnel motorisé (voiture, motocyclette ou cyclomoteur), le montant de
l’indemnité kilométrique est revu sur base de de l'A.R. du 21 novembre 2008, qui prévoit que le montant
de l'indemnité est composé de 2 parties :
- la  1ère, qui équivaut  à : 80% du montant  de la 1ère  partie  de l'indemnité  kilométrique  de l'année
précédente X l'indice à la consommation du mois de mai de l'année en cours
l'indice à la consommation du mois de mai de l'année précédente
- la seconde, qui équivaut à : 20% de l'indemnité kilométrique de l'année 
précédente X  Diesel + Essence du mois de mai de l'année en cours
Diesel + Essence du mois de mai de l'année précédente
Ce montant est revu automatiquement sur base des dispositions légales applicables au 1er juillet de chaque
année.
L’agent   concerné   peut   y   avoir   droit   sur   présentation   de   l’avenant   de   sa   police   d’assurance   (contrat
d’assurance en responsabilité civile pour la conduite de véhicule automoteur) . L'octroi de l'indemnité peut
être subordonné à la tenue d'un livret de courses.
L'indemnité kilométrique ne peut donner lieu à un remboursement des frais de parcours au-delà de 2000 
kilomètres par année civile que pour les agents qui, dans le cadre de leurs fonctions quotidiennes, sont 
dans l'obligation d'utiliser leur véhicule personnel (afin de ne pas monopoliser un véhicule communal et 
en l'absence d'alternative réaliste en matière de transports en commun), tels que définis comme suit :

les surveillants de chantier

les brigadiers du service de Nettoyage

les éducateurs de rue

les psychologues
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 31/61


les responsables de service

Les employés dont les missions nécessitent obligatoirement l'usage de leur véhicule privé.
Article 5.2.3
Les agents qui utilisent des bicyclettes personnelles pour les besoins du service, peuvent bénéficier d’une
indemnité déterminée dans l'arrêté royal du 20 avril 1999, à charge de l’administration communale.
Cette indemnité est attribuée sur base du parcours décrit de manière détaillée par le bénéficiaire, qui ne
doit pas être le plus court mais le plus indiqué pour les cyclistes, avec un intérêt particulier pour la
sécurité.
Article 5.2.4
L’utilisation,   pour   les   déplacements   de   service,   de   moyens   de   transport   en   commun   donne   droit   au
remboursement des débours réels sur base des tarifs officiels.
Ce remboursement se fait sur production d'une proposition de mandater, d'une déclaration de créance, d'un
justificatif de l'objet du déplacement et du billet original de transport.
Article 5.2.5 [ nouveau – modification CC du 04/07/2011 – approuvé DP le 11/08/2011 – prise d'effet au 01/09/2011]
L’octroi de l'indemnité de parcours est soumis à un accord du Collège communal.
Sauf   circonstances   particulières   (congés   et   absences   régulières),   les   agents   remettent   leurs   frais   de
déplacement au plus tard le dernier jour du mois qui suit la date ou la période (abonnements mensuel,
plurimensuel ou annuel) du déplacement.
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 32/61

V.III.Indemnité pour frais de séjour
[ nouveau – modification CC du 02/07/2012 – approuvé DP le 06/09/2012 – prise d'effet au 01/10/2012]
Article 5.3.1 - Principe
Une indemnité forfaitaire journalière est allouée pour frais de séjour aux agents astreints à se déplacer 
dans l’exercice de leurs fonctions.
Cette indemnité vise essentiellement à rembourser à l’agent les frais supplémentaires de repas et de 
logement de nuit occasionnés par le déplacement.
Article 5.3.2 – Montants
§1. L’indemnité pour frais de séjour à l’intérieur du royaume ne peut dépasser les montants figurant au
tableau ci-dessous:
Déplacements par journée de calendrier :
a) de + de 5h à – de 8h : 2,38EUR
b) de 8h et + : 10,01 EUR
Supplément pour la nuit :
a) Logement aux frais de l’agent : 25,32EUR
b) Logement gratuit : 12,42 EUR
§2. L'indemnité pour frais de séjour est rattachée à l'indice-pivot 138,01.
§3. Sont définis comme :
- « logement aux frais du membre du personnel », le logement non remboursé par l’employeur.
- « logement gratuit », le logement du membre du personnel dans sa famille, chez des amis, des 
connaissances, des collègues, … pour lequel aucun paiement n’est demandé. Il ne s’agit donc pas d’une 
nuit passée à l’hôtel et entièrement remboursée par l’employeur. 
Article 5.3.3 – Conditions d’octroi
A. Déplacement
§1. La durée du déplacement de l’agent doit être de plus de cinq heures. 
Aucune indemnité de séjour n‘est accordée dans les cas suivants :
- lorsque le retour à la résidence administrative peut s’effectuer en cinq heures et moins
- lorsque les déplacements sont effectués dans la commune et dans l’agglomération de la résidence tant 
administrative qu’effective des agents 
- lorsque les déplacements sont effectués dans un rayon ne dépassant pas 5 kilomètres, calculé de centre à 
centre d’une agglomération ou d’une commune. Cette distance est portée à 15 kilomètres si le 
déplacement est effectué à motocyclette ou en automobile.
§2. Les déplacements d’une durée ininterrompue de plus de cinq heures à moins de huit heures qui 
comprennent entièrement les heures de midi (c.à.d. la treizième et la quatorzième heure du jour), donnent 
lieu à l’octroi de l’indemnité prévue pour les déplacements d’une durée de huit heures au moins.
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 33/61

§3. Lorsque la mission comporte un séjour d’au moins 15 jours, que l’agent rejoigne son domicile ou non, 
les montants sont réduits de 10 %.
§4. Lorsqu’il est fait usage d’un moyen de transport en commun, la durée des déplacements est comptée 
depuis le départ du transport à l’aller jusqu’à l’heure réelle d’arrivée de celui-ci au retour.
B. Supplément de nuit
§1. Le supplément prévu pour la nuit ne peut être attribué que si l’intéressé s’est vu dans l’obligation de 
loger hors de sa résidence.
Article 5.3.4 – Situations particulières
§1.   Les   déplacements   effectués   par   les   fonctionnaires   délégués   pour   participer   aux   travaux   des
conférences tenues dans le royaume et par les membres du personnel qui les accompagnent, donnent lieu
au remboursement de la dépense réellement effectuée par les intéressés, sur production d’un mémoire
justificatif.
§2. Les déplacements hors du royaume donnent lieu au remboursement de la dépense réellement effectuée 
par l’agent intéressé, sur production d’un mémoire justificatif et dans la limite d’un maximum, 
préalablement arrêté par le collège communal.
§3.   Les   situations   particulières   résultant,   notamment,   de   l’exercice   de   fonctions   itinérantes   ou   de
détachements sont réglées par le collège communal.
§4. Les agents qui, en cette qualité, se déplacent pour témoigner en justice bénéficient de l'indemnité
prévue  au  présent  chapitre  pour  autant  qu'ils ne  bénéficient  pas  de  l'indemnité   de  voyage  prévue  au
règlement général sur les frais de justice en matière répressive.
§5. Sans préjudice de l’application éventuelle de mesures disciplinaires, l’indemnité pour frais de séjour
peut être refusée si des abus sont constatés.
Article 5.3.5 – Procédure
§1. Sauf dérogation accordée par le Collège communal, l’agent qui souhaite bénéficier des dispositions du
présent   chapitre   doit   en   faire   la   demande   écrite,   15   jours   au   moins   avant   la   date   du   séjour   ou   du
déplacement, auprès du Collège communal.
Toutes les pièces justificatives sont remises auprès du service de la Gestion des Ressources Humaines
dans les 15 jours de la fin du séjour ou du déplacement.
§2. L'indemnité de séjour est payée mensuellement, à terme échu.
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 34/61

VI. Situations particulières
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 35/61

VI.I.Allocation pour garde à domicile
(A.R. du 03.03.97)
Article 6.1.1
Les membres du personnel peuvent bénéficier d’une allocation de garde à domicile.
Ce sont eux qui, en raison de la nature des tâches inhérentes à leur grade, doivent rester à la disposition
des autorités soit pendant toute l’année ou soit pour une durée limitée, ou doivent être disponibles et
joignables en-dehors de leurs heures normales de prestations et ce pour intervenir en cas de circonstances
imprévues.
Néanmoins, ne peuvent prétendre à cette allocation le Directeur général, le Directeur général adjoint, le
receveur et les titulaires d’un grade de niveau A.
Article 6.1.2 [modifié CC 21/5/2007 – approuvé DP 12/7/2007   – prise effet au 12/8/2007 ]
Le montant de cette allocation est fixé à €1,00 par heure consacrée effectivement à la garde à domicile.
Ce montant est rattaché à l’indice des prix à la consommation, sur base de l’indice-pivot 138,01.
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 36/61

VI.II.Allocation pour travaux dangereux, insalubres ou
incommodes
[nouveau – modification CC du 22/09/2008 – approuvé DP le 20/11/2008 – prise d'effet au 01/12/2008]
Article 6.2.1
Une   allocation   est   accordée   aux   membres   du   personnel   communal   astreints   occasionnellement   ou
sporadiquement à des tâches qui, en raison des circonstances particulières dans lesquelles elles doivent
être accomplies ou de l’emploi de matières nocives ou dangereuses, augmentent considérablement le degré
de danger, d’incommodité ou d’insalubrité inhérent à l’exercice normal de leur fonction.

L’allocation   ne   peut   être   accordée   que   pour   le   temps   qui   a   été   effectivement   consacré   à
l’exécution du travail qui y donne droit.

Le taux de l’allocation ne peut être supérieur aux pourcentages du salaire horaire de l’agent chargé
d’exécuter le travail.

Les taux de l’allocation sont les suivantes : 50 % et 25 % pour les travaux dangereux, insalubres
ou incommodes suivants.
Article 6.2.2
A.
Le taux est de 50 %
a) les travaux pour l’exécution desquels l’agent est sérieusement exposé à des contacts avec des matières
de vidanges, des matières fécales, de la vermine ou des cadavres putréfiés ou en voie de putréfaction ;
b) les travaux insalubres ou dangereux accomplis dans des endroits à la fois nauséabonds, exigus et non ou
peu aérés ;
c) les travaux effectués à une hauteur de plus de 30 mètres, au-dessus du niveau du sol sur des échelles,
pylônes, échafaudages fixes ou volants, charpentes ou toits, pour autant que le danger ne soit pas exclus
par des mesures de sécurité appropriées.
d) les travaux exposant à des radiations ionisantes ou à une contamination par des substances radioactives.
Article 6.2.3
B.
Le taux est de 25 %
a) les travaux pour lesquels l’agent est sérieusement exposé à des contacts avec des matières organiques en
décomposition, autre que les matières visées au point a du A de l’article 6.2.2;
b) les travaux pour lesquels l’exécution desquels l’agent est sérieusement exposé aux effets de l’eau, des
marais, de la boue, de gaz d’acides ou de matières corrosives ;
c) les travaux pour l’exécution desquels l’agent est sérieusement exposé aux effets des poussières et du
suif dans les locaux fermés ou peu spacieux;
d) les travaux de désobstruction et de curage d’égouts;
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 37/61

e) les travaux visés au point c du A de l’article 6.2.2, lorsqu’ils sont effectués à une hauteur de 20 à 30
mètres au-dessus du niveau du sol;
f) les travaux d’entretien des arbres accomplis à l’aide d’échelles coulissantes de 16 mètres au moins, pour
autant que le danger ne soit pas exclu par des mesures de sécurité appropriées;
g) les travaux anormalement insalubres, salissants et incommodes.
h)Les travaux effectués à l’aide d’un brise béton pneumatique, d’un marteau pneumatique à river ou d’un
marteau pneumatique perforateur;
i) le soufflage des joints de pavage par air comprimé;
j) l’asphaltage des routes.
Article 6.2.4

Les allocations ne sont pas cumulables.

L'allocation pour travaux dangereux, insalubres ou incommodes est payée mensuellement et à 
terme échu.
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 38/61

VI.III.Indemnité pour frais funéraires
[modifié CC 24/03/2014 – approuvé tutelle 05/05/2014 – prise effet au 01/06/2014 ]
Article 6.3.1 - Définition
Lors du décès d’un membre du personnel communal non enseignant répondant aux définitions du présent 
chapitre, il est accordé une indemnité visant à compenser les frais funéraires, aux conditions décrites ci-
après.
Article 6.3.2 - Conditions
A. Personnel concerné
§1. L’indemnité est accordée aux membres du personnel qui se trouvent dans une des positions
suivantes :
- en activités de service;
- en disponibilité par défaut d’emploi;
- en disponibilité pour maladie ou infirmité;
- en disponibilité pour insuffisance d’années de service à l’âge de la retraite;
- en non activité du chef d’absence pour convenance personnelle;
§2. Ne tombent pas dans l’application des présentes dispositions, les agents visés par la loi du 29 mai 1959
modifiant certaines dispositions de la législation de l’enseignement.
B. Bénéficiaires
§1. Cette indemnité est versée à la personne, ou partagée entre les personnes, physique(s) ou morale(s), 
qui justifie(nt) avoir assumé les frais funéraires. L'indemnité totale n'est versée qu'une fois et par priorité à 
la première personne qui en fait la demande. En cas de demandes simultanées, la proximité du lien 
familial sera privilégiée.
§2. Ne peuvent cependant bénéficier de l’indemnité :
- les personnes déchues du droit de succession en vertu des articles 727 et 729 du Code civil.
- les entrepreneurs de pompes funèbres, leurs parents, leurs préposés ou mandataires, sauf s’ils
sont le conjoint, le cohabitant légal ou un parent ou allié jusqu’au troisième degré du défunt.
- les personnes morales de droit privé qui, en exécution d’un contrat d’assurance, ont pris en
charge une partie ou la totalité des frais funéraires exposés.
§3. En raison de la conduite du ou d’un bénéficiaire à l’égard du défunt, le Collège communal peut décider
dans des cas exceptionnels que l’indemnité ne sera pas liquidée ou qu’elle le sera au profit de l’un des 
bénéficiaires ou de plusieurs d’entre eux.
C. Montant
§1. L’indemnité pour frais funéraires correspond à la dernière rétribution mensuelle brute d’activité de 
l’agent. Cette rétribution comprend le cas échéant, l’allocation de foyer ou de résidence, l’allocation pour 
exercice d’une fonction supérieure ainsi que les suppléments de traitement qui sont pris en considération 
pour le calcul de la pension de retraite.
Le montant de l’indemnité ne peut dépasser un douzième du montant fixé en application de l’article 39, 
alinéas 1er, 3 et 4, de la loi du 10 avril 1971 sur les accidents du travail.
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 39/61

§2. Pour les agents en disponibilité, la dernière rétribution brute d’activité est, s’il y échet:
1° adaptée aux modifications résultant des fluctuations de l’indice général des prix à la consommation du 
Royaume visé à l’article 2, alinéa 1er, de l’arrêté royal du 24 décembre 1993 portant exécution de la loi du
6 janvier 1989 de sauvegarde de la compétitivité du pays;
2° revue à l’occasion d’une modification du statut pécuniaire.
§3. Pour les membres contractuels du personnel, la dernière rétribution brute d’activité est la dernière 
rémunération entièrement due à charge de l’employeur. Elle est, le cas échéant, adaptée aux modifications 
résultant des fluctuations de l’indice général des prix à la consommation du Royaume visé à l’article 2, 
alinéa 1er, de l’arrêté royal du 24 décembre 1993 portant exécution de la loi du 6 janvier1989 de 
sauvegarde de la compétitivité du pays.
§4. L’indemnité est acquittée à concurrence des frais réellement exposés tels que justifiés par le ou les 
bénéficiaire(s), sans qu’elle puisse cependant excéder le montant prévu par le présent statut.
Article 6.3.3 - Cumul
§1. L’indemnité funéraire est diminuée, le cas échéant, du montant d’une indemnité couvrant les mêmes
frais et accordée en vertu d’autres dispositions légales ou réglementaires.
§2. En cas de cumul de deux ou plusieurs fonctions rémunérées par une ou plusieurs administrations 
publiques, l’indemnité sera allouée du chef de chaque fonction. S’il échet, le montant de l’indemnité sera 
toutefois limité afin que le total des indemnités n’excède pas le montant prévu par la loi du 10 avril 1971, 
qui organise le versement d’une indemnité funéraires dans le cadre d’un décès intervenant suite à un 
accident du travail.
Article 6.3.4 – Procédure
§1. La personne souhaitant bénéficier des présentes dispositions en effectue la demande écrite auprès du 
Collège communal, en l’accompagnant de la preuve de la participation aux frais funéraires (acte de décès, 
facture originale avec la preuve du paiement, le cas échéant acte de notoriété) et en précisant à quel titre 
elle est intervenue.
Elle atteste sur l'honneur, par un écrit signé, qu’elle ne se trouve pas dans un des cas d’exclusion ou de 
cumul visés au présent chapitre. En cas de cumul, elle en informe l'Administration, atteste de l'inexistence 
d'autres situations de cumul et s'engage à rembourser le cas échéant toute somme perçue indûment.
§2. Sauf dérogation accordée par le Collège communal, seules les demandes introduites dans les
30 jours calendrier du décès sont recevables.
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 40/61

VI.IV.Semaine volontaire de quatre jours
(source : loi du 10.04.1995)
Article 6.4.1
Les membres du personnel à l’exclusion des grades de niveaux A, des grades légaux et du personnel
enseignant subventionné ont droit aux dispositions de l’A.R. du 10.04.1995, relative à la semaine de 4
jours.
Article 6.4.2
Par semaine volontaire de 4 jours, on entend : 
Un régime de travail dans lequel les membres du personnel occupés à temps plein, accomplissent des
prestations à quatre cinquièmes temps.
Article 6.4.3
Le statut administratif fixe les conditions et la procédure relative à cette disposition.
Article 6.4.4
Le traitement de l’agent se trouvant dans cette position administrative sera calculé sur base de 80 % de
l’échelle afférente à son grade.
Article 6.4.5 [nouveau – modification CC du 04/07/2011 – approuvé DP le 11/08/2011 – prise d'effet au 01/09/2011]
L’agent bénéficiant de la semaine volontaire des 4 jours se verra octroyer, en plus de son traitement, une
prime de 80,57 euros par mois liée à l'indice pivot 117,19. Ce complément est donc indexé sur cette base
et considéré comme un traitement.
Ce montant sera revu en fonction des Arrêtés Royaux susceptibles de modifier la prime actuelle.
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 41/61

VI.V.Départ anticipé à mi-temps
(loi du 10.04.95)
Article 6.5.1  [nouveau – modification CC du 21.04.2008- approuvé DP le 29.05.2008- prise d'effet au  01.06.2008 ]
Les agents communaux, à l’exclusion du personnel enseignant subventionné, ont le droit à partir de 55 ans
de travailler à mi-temps jusqu'à la date de leur mise à la retraite anticipée ou non.
Article 6.5.2
On entent par travail à mi-temps : un régime de travail en vertu duquel le membre du personnel est tenu
d’accomplir au cours d’un mois la moitié des prestations afférentes à une mise au travail à temps plein.
Article 6.5.3
Le statut administratif fixe les conditions d’accès et la procédure à suivre en vue de l’application de cette
disposition.
Article 6.5.4 [nouveau – modification CC du 04/07/2011 – approuvé DP le 11/08/2011 – prise d'effet au 01/09/2011]
1. Le traitement de l’agent qui se trouve dans cette position administrative sera réduit de moitié.
2. L’agent concerné bénéficiera d’une prime mensuelle non indexable de 295,99 euros en plus de
son traitement réduit de moitié.
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 42/61

VII. Dispositions propres au personnel ouvrier
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 43/61

V
  II.I.Indemnité pour utilisation  de petit outillage obligatoire
[modifié CC 24/02/2014 – approuvé tutelle 16/04/2014 – prise effet au 01/05/2014 ]
Article 7.1.1 - Principe
Il est alloué  une indemnité annuelle de 289,99 euros aux conditions du présent chapitre. Elle est rattachée 
à l’indice pivot 138,01 et est payée mensuellement et à terme échu.
Cette indemnité vise à compenser, pour le personnel concerné, les frais d'acquisition du petit outillage 
indispensable pour les besoins du service, tel que défini par le Département Infrastructure.
Article 7.1.2 – Modalités d'octroi
a) Le Collège échevinal décide d’octroyer ou non cette indemnité outils aux ouvriers sur base d’un rapport
écrit par le Responsable du Département Infrastructure. 
Ce rapport identifie le personnel concerné et les besoins d'acquisition de petit outillage pour le service se 
rapportant à chaque corps de métier concerné.
b) Peut bénéficier de la présente indemnité, sur proposition du Département Infrastructure, le personnel 
répondant aux corps de métier suivant :
- peintre
- ajustage
- électricien
- menuisier
- plombier-zingueur-couvreur.
 
Article 7.1.3 – causes de suspension ou de perte
a) En cas d’absence pour maladie de plus de 30 jours consécutifs, l’indemnité est suspendue dès le premier
jour d’incapacité et ce pendant la durée de l’absence.
b) Le droit à l'indemnité est perdu lorsque la situation administrative de l'agent est modifiée ou lorsqu'il 
change de service ou d'affectation.
c) L'utilisation des outils donnant lieu ou ayant donné lieu à l'indemnité est strictement professionnelle. 
Tout manquement peut faire l'objet d'une sanction et de la perte de l'indemnité.
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 44/61

VIII.Dispositions propres au concierge
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 45/61

VIII.I.Allocation au concierge remplaçant
(Arrêté de l’exécutif régional wallon du 28 octobre 1987)
Article 8.1.1
Il est octroyé au concierge remplaçant une allocation déterminée comme ci-dessous :
Par prestation quotidienne de 24 heures, le montant de cette allocation est égal au montant qui serait
octroyé pour une prestation de 7 heures sur base du salaire horaire minimum de l’échelle E.1.  Lors du
calcul, aucune distinction n’est faite entre les jours ouvrables, les samedis, dimanches et jours fériés
légaux.
Cette allocation sera octroyée au concierge remplaçant, au personnel et gens de métiers fixés par le statut
administratif.
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 46/61

IX.Dispositions propres au personnel incendie
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 47/61

IX.I.Allocation pour diplôme
A.R. 20 juin 1994
Article 9.1.1
Le   personnel   du   service   Incendie   bénéficie   d’une   allocation   pour   diplôme,   brevet   ou   certificat
conformément aux dispositions reprises ci-dessous.
Article 9.1.2
L’allocation annuelle se chiffre à 20.000 BEF pour les diplômes de la liste A et à 40.000 BEF pour ceux
de la liste B.  Les montants sont rattachés à l’indice-pivot 138,01.
Le montant qui peut être alloué ne peut dépasser soit 40.000 BEF, soit la différence entre le traitement du
grade revêtu et le traitement du grade directement supérieur à ancienneté égale.
Article 9.1.3
L’octroi d’une allocation de diplôme à certains agents du service Incendie s’effectue sur base de la liste de
formations suivante : 
1. certificat de caporal
2. brevet de candidat sous-officier délivré par l’autorité compétente sur base d’une décision prise
avant le 31 décembre 1993
3. brevet de candidat sous-officier délivré avant le 31 décembre 1993 par les centres provinciaux de
formation agréés
4. brevet de sous-officier délivré après le 1er janvier 1994 par les centres provinciaux de formations
agréés
5. certificat d’adjudant
6. brevet A
7. brevet B
8. brevet C
9. brevet de candidat-officier professionnel
10. brevet d’officier
11. brevet de technicien en prévention incendie
12. brevet d’ambulancier délivré ou reconnu par le Ministère de la Santé Publique
13. brevet de plongeur délivré par le FEBRAS
14. diplôme de mécanicien automobile de l’enseignement secondaire professionnel
15. certificat   délivré   à   l’issue   d’un   cours   de   médecine   de   catastrophe   organisé   par   une   faculté
universitaire et reconnu par le Ministre de l’Intérieur
16. chef de sécurité au sens du RGPT niveau 2
17. chef de sécurité au sens du RGPT niveau 1
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 48/61

L’octroi s’effectue sur base des critères suivants
GRADES
LISTE A
LISTE B
sapeur-pompier
1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6 - 7
8 – 9 – 10 – 11 – 12 – 13 – 14
8 – 9 – 10 – 11 – 12 – 13 – 14
caporal
2 – 3 – 4 – 5 – 6 – 7
8 – 9 – 10 – 11 – 12 – 13 – 14
sergent – premier sergent – sergent-major
5 – 6 – 7
8 – 9 – 10 – 11 – 12 – 13 – 14
11 – 12 – 15 – 17
adjudant – adjudant-chef
16
12 – 15 – 17
sous-lieutenant
16
15 - 17
lieutenant
16
capitaine – capitaine-commandant
-
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 49/61

IX.II.Allocation pour travail de nuit et dimanche
du personnel des services publics d’incendie
[modifié CC 24/03/2014 – approuvé tutelle 27/05/2014 – prise effet au 01/06/2014 ]
Article 9.2.1
1.
Les prestations de dimanche : sont considérées comme
prestations dominicales, les prestations de travail effectuées le dimanche et jours fériés entre 00.00
et
 
24
 
heures
2.
Les   prestations   de   nuit :   sont   considérées   comme
prestations de nuit, les prestations de travail effectuées entre 22 heures et 6 heures.
Par assimilation, sont considérées comme prestations de nuit les prestations de travail effectuées entre 18
heures et 8 heures, pour autant qu’elles se terminent à ou après 22 heures, ou qu’elles commencent à ou
avant 4 heures.
Article 9.2.2
1.
Le   montant   de   l’allocation   prévue   par   heure   pour   les
prestations effectuées le dimanche et jours fériés ne peut pas dépasser 100 % du salaire horaire
2.
Le   montant   de   l’allocation   prévue   par   heure   pour   les
prestations nocturnes ne peut dépasser 25 % du salaire horaire
3.
Les   allocations   sont   calculées   sur   base   du   traitement
annuel brut augmenté de l’allocation de foyer et de résidence, ou s’il échet de l’allocation pour
exercice d’une fonction supérieure
4.
Pour   le   calcul   de   l’allocation,   la   fraction   d’heure   est
négligée ou arrondie à une heure selon qu’elle est inférieure ou au moins égale à trente minutes
Article 9.2.3 [modifié CC 24/03/2014 – approuvé tutelle 27/05/2014 – prise effet au 01/06/2014 ]
Le salaire horaire est fixé à 1/1976ème du traitement annuel brut qui a servi de base pour le calcul de la
rémunération du mois durant lequel les prestations ont été effectuées.
Les allocations sont payées mensuellement et à terme échu.
Les allocations pour prestations de nuit et de dimanche ne sont pas cumulables avec un autre avantage
compensatoire pour ces mêmes prestations.
Le régime le plus favorable doit être appliqué au membre du personnel.
Ne peuvent prétendre au bénéfice de l’allocation pour prestations dominicales ou nocturnes : 
1.
les   chefs   de   corps   et   les   majors   des   services   publics
d’incendie
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 50/61

Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 51/61

IX.III.Allocation des heures supplémentaires effectuées par les
membres opérationnels du service Incendie
[modifié CC 24/03/2014 – approuvé tutelle 27/05/2014 – prise effet au 01/06/2014 ]
Article 9.3.1
Les prestations accomplies en-dehors des heures normales de service par les membres opérationnels du
service Incendie sont rémunérées sur la base du salaire horaire de l’agent, lequel correspond à la fraction
de son traitement.
Article 9.3.2 [modifié CC 25/06/2001 – approuvé tutelle 13/09/2001]
Chacune de ces prestations supplémentaires donne droit en cas de rappel au paiement de deux heures,
même si la durée réelle de la prestation est inférieure à deux heures.
L'indemnité horaire pour les prestations supplémentaires est égale à :
a) 25% à partir de la 3e heure prestée de 7 à 22h.
b) le samedi, 50% de 0 à 24h
c) les dimanche et jours fériés, 100% de 0 à 24h.
Les   allocations   pour   les   nocturnes   ne   sont   pas   cumulables   avec   les   allocations   pour   prestations
exceptionnelles perçues les samedi, dimanche et jours fériés.
Les allocations pour prestations de nuit, de samedi et de dimanche ne sont pas cumulables avec un autre
avantage compensatoire pour ces mêmes prestations.
Article 9.3.3
Le salaire horaire est fixé à 1/1976 du traitement annuel brut qui a servi de base pour le calcul de la
rémunération du mois durant lequel les prestations ont été effectuées.
Les allocations sont payées mensuellement et à terme échu.
Cette allocation n’est pas cumulable avec d’autres avantages compensatoires.
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 52/61

Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 53/61

IX.IV.Allocation pour garde à domicile
Article 9.4.1 [modifié CC 24/03/2014 – approuvé tutelle 27/05/2014 – prise effet au 01/06/2014 ]
Un supplément  de traitement  peut être octroyé  aux officiers du service d’incendie qui accomplissent
effectivement des prestations de garde, à la caserne ou au domicile d’une administration qui organise un
service permanent d’intervention 24 heures s/24 toute l’année.
Cette allocation s’élève à un montant de 85.294 BEF maximum.
Il ne peut être cumulé avec un autre avantage compensatoire pour les mêmes prestations.
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 54/61

X.Dispositions propres aux grades légaux
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 55/61

X.I.Des Grades légaux
[nouveau – modification CC du 30.06.2014- approuvé Tutelle le 15.09.2014- prise d'effet au  01.09.2013]
A
  rticle 10.1.1
L’échelle barémique du Directeur général de la Ville à temps plein est fixée conformément aux article
L1124-6 et s. du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation. Elle est établie sur une amplitude
de 22 années, en fonction de la catégorie à laquelle est affectée la Ville en fonction de la taille de sa
population, et est reprise en annexe du présent statut pécuniaire.
A
  rticle 10 .1.2
L’échelle barémique du Directeur général adjoint de la Ville à temps plein est fixée conformément à
l'article L1124-18 du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation. Elle correspond à 98% de
l’échelle barémique applicable au Directeur général de la Ville et est reprise en annexe du présent statut
pécuniaire.
A
  rticle 10.1.3  
L’échelle barémique du Directeur financier de la Ville à temps plein est établie conformément à l'article
L1124-37  du  Code  de  la  Démocratie  Locale  et  de  la  Décentralisation.  Elle  correspond  à 97,5  %  de
l’échelle barémique applicable au Directeur général de la Ville et est reprise en annexe du présent statut
pécuniaire.
A
  rticle 10 .1.4
Le traitement des Grades légaux couvre toutes les prestations de service inhérentes à leur fonction. 
A
  rticle 10 .1.5
Pour le calcul de l’ancienneté pécuniaire, les prestations effectuées dans certains services publics sont
prises en considération conformément aux dispositions de l’Arrêté Royal du 29 mars 1995 fixant les règles
relatives à la valorisation pécuniaire des services antérieurs dans le secteur public par les Secrétaires
communaux et les Receveurs communaux.
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 56/61

XI.Dispositions finales et transitoires
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 57/61

X.I.Dispositions transitoires
Article 11.1.1 [nouveau – modification CC 30/06/2014 – approuvé tutelle 21/10/2014 – prise d'effet au 01/11/2014]
A   l'entrée   en   vigueur   du   présent   article,   la   table   de   concordance   reprise   à   l'annexe   2   sera
d'application pour tout renvoi de dispositions vers les anciens titres et numérotations du statut
pécuniaire.

Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 58/61

Annexes
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 59/61

Annexe 2 – Table de concordance
Nouvelle structure
Structure précédente
I.CHAMP D’APPLICATION
Chap. 1. Champ d’application – art.1
Art.1.1.1
II. REMUNERATION ET OCTROIS 
DIVERS 
II.I. Règles générales relatives à la fixation des 
Chap. 2. Règles générales relatives à la fixation des 
traitements – art.2.1.1 à 2.1.4
traitements – art.2 à 5
II.II. Le paiement du traitement – art.2.2.1 à 
Chap. 6. Le paiement du traitement – art.17 à 19
2.2.3
II.III. Les échelles de traitement – art.2.3.1
Chap. 3. Les échelles de traitement – art.6
II.IV. Pécule de vacances – art. 2.4.1 à 2.4.4
Chap.15. Pécule de vacances – art. 51 à 54
II.V. Chèques-repas – art.2.5.1 et 2.5.2
Chap.24bis . Chèques-repas – art.87 et 88
II.VI. Allocation de foyer ou de résidence – 
Chap. 16. Allocation de foyer ou de résidence – 
art.2.6.1 à 2.6.5
art.55 à 58bis
II.VII. Rétribution minimale garantie – art.2.7.1
Chap.25. Octroi d’une rétribution minimale garantie 
– art.89
III. CARRIERE
III.I. Services admissibles – art.3.1.1 à 3.1.11 
Chap. 4. Services admissibles - art.7 à 14bis 
III.II. Évolution de carrière – art.3.2.1 à 3.2.2
Chap. 5. Évolution de carrière – art.15 à 16
III.III. Allocation pour diplôme (excepté les 
Chap. 7. Allocation pour diplôme – A. Dispositions 
agents opérationnels du service Incendie) – 
communes à tous les membres du personnel – art.20 
art.3.3.1 à 3.3.3
à 22
III.IV. Allocation pour l’exercice de fonctions 
Chap. 24. Allocation pour l’exercice de fonctions 
supérieures – art.3.4.1 à 3.4.2
supérieures – art.85 à 86
IV. PRESTATIONS
IV.I. Allocation pour prestations exceptionnelles  Chap. 8. Allocation pour prestations exceptionnelles 
et irrégulières (excepté les agents opérationnels 
et irrégulières (excepté les agents opérationnels du 
du service Incendie) – art.4.1.1 à 4.1.4
service Incendie) – art.30 à 33
V. DEPLACEMENTS
V.I. Indemnité pour frais de déplacement du 
Chap. 20. Indemnité pour frais de déplacement du 
domicile au lieu de travail – art.5.1.1 à 5.1.6
domicile au lieu de travail – art.70 à 72ter
V.II. Indemnité pour frais de parcours – art.5.2.1  Chap. 22. Indemnité pour frais de parcours – art.77 à
à 5.2.5
81
V.III. Indemnité pour frais de séjour – art.5.3.1 à
Chap. 21. Indemnité pour frais de séjour – art.73 à 
5.3.5
76bis
VI. SITUATIONS PARTICULIERES
VI.I. Allocation pour garde à domicile – art.6.1.1
Chap. 17. Allocation pour garde à domicile – art.59 
à 6.1.2
à 60
VI.II. Allocation pour travaux dangereux, 
Chap. 19. Allocation pour travaux dangereux, 
insalubres ou incommodes – art.6.2.1 à 6.2.4
insalubres ou incommodes – art.65 à 68
VI.III. Indemnité pour frais funéraires – art.6.3.1  Chap. 18. Indemnité pour frais funéraires – art.62 à 
à 6.3.4
64bis
VI.IV. Semaine volontaire de quatre jours – 
Chap. 26. Semaine volontaire de quatre jours – 
art.6.4.1 à 6.4.5
art.90 à 94
VI.V. Départ anticipé à mi-temps – art.6.5.1 à 
Chap. 27. Départ anticipé à mi-temps – art.95 à 98
6.5.4
VII. DISPOSITIONS PROPRES AU 
PERSONNEL OUVRIER
VII.I. Indemnité pour utilisation de petit 
Chap. 23. Indemnité pour utilisation de petit 
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 60/61

outillage obligatoire - art.7.1.1 à 7.1.3
outillage obligatoire – art.82 à 84
VIII. DISPOSITIONS PROPRES AU 
CONCIERGE
VIII.I. Allocation au concierge remplaçant – art. 
Chap. 13 - Allocation au concierge remplaçant – 
8.1.1
art.47
IX. DISPOSITIONS PROPRES AU 
PERSONNEL INCENDIE
IX.I. Allocation pour diplôme – art.9.1.1 à 9.1.3
Chap. 7. Allocation pour diplôme – B. Dispositions 
pour les agents des corps de sécurité le personnel des
corps de sécurité – art.25, 26 et 29
IX.II. Allocation pour travail de nuit et dimanche Chap.9. Allocation pour travail de nuit et dimanche 
du personnel des services publics d’incendie – 
du personnel des services publics d’incendie – art.34
art.9.2.1 à 9.2.3
à 36
IX.III. Allocation des heures supplémentaires 
Chap. 10. Allocation des heures supplémentaires 
effectuées par les membres opérationnels du 
effectuées par les membres opérationnels du service 
service Incendie - art.9.3.1 à 9.3.3
incendie – art.37 à 39
IX.IV. Allocation pour garde à domicile – art. 
Chap. 17. Allocation pour garde à domicile – art.61
9.4.1
X. DISPOSITIONS PROPRES AUX 
GRADES LEGAUX
X.I. Des grades légaux
A venir
XI. DISPOSITIONS FINALES ET 
TRANSITOIRES
XI.I. Dispositions transitoires – art.11.1.1
ANNEXES
Annexe 1 – Les échelles de traitement
Les échelles de traitement
Annexe 2 – Table de concordance
Statut pécuniaire                                                                                                                               P. 61/61

Document Outline